Voiture de sport

3.4254674077673 (1979)
Posté par rachel 02/04/2009 @ 16:15

Tags : voiture de sport, thèmes, auto, loisirs

Dernières actualités
Gard A Alès, une voiture de sport à l'EMA - Midi Libre
Une voiture de sport construite à l'Ecole des Mines d'Alès (EMA) tournera de vendredi à dimanche sur le circuit de Montlhéry (Essonne). Pour participer à ce challenge, une douzaine d'élèves ingénieurs, des enseignants et aussi des apprentis du Campus...
On a conduit le Graal automobile - Le Matin Online
Dérivé de la Veyron, le cabrio le plus puissant et le plus exclusif du monde est une sorte de croisement entre une voiture de sport exceptionnelle et... un jet «puissance de feu», chiffres hallucinants et prix stratosphérique: plus de 2 millions de...
F1 - GP de Turquie - L'Equipe.fr
«Notre voiture s'est montrée plus lente que les autres, comme si le grip avait disparu. J'ai fait de mon mieux mais je n'avais juste aucun grip, a déploré le Britannique. Il faut désormais faire attention à ne pas trop nous précipiter pour faire des...
Bugatti Grand Sport : mille et un chevaux au vent - Le Figaro
La cabriolet Grand Sport : une accélération cataclysmique canalisée par un freinage d'une efficacité redoutable. (Ingo Barenschee / Bugatti) Lancée en coupé, la voiture de sport la plus puissante du monde est aujourd'hui déclinée en cabriolet....
F1 - GP de Turquie - L'Equipe.fr
La course sera longue et difficile, mais nous avons une bonne chance ici car la voiture est très bonne.» «J'ai été surpris de réussir le meilleur chrono de chacune des sessions, ajoutait-il. Nous avons souffert lors des dernières courses mais...
Dix belles américaines qui ont fait l'histoire de General Motors - La Tribune.fr
La Corvette fut la première voiture de série directement issue d'un concept-car. Il s'agit également de la première voiture de sport commercialisé pour le grand public aux Etats-Unis. Le premier modèle produit en 1953 était un roadster à deux places en...
La Maserati Quattroporte, ou le succès d'une voiture de sport en ... - SportVox
Depuis sa création dans le début des années 1960, cette voiture de sport aura attiré l'attention des conducteurs sportifs. L'histoire de la Maserati Quattoporte est un condensé d'élégance et de performance sportive, et sa ligne a su rester fidèle au...
Stradale : des événements d'entreprise chics et originaux - Com-Unik (Communiqué de presse)
La découverte de la voiture de sport se fait en petit groupe et crée des opportunités d'échanges au sein de vos équipes ou avec les clients. Cela permet d'améliorer la cohésion d'une équipe en mettant en place une animation incentive automobile autour...
F1 - GP de Turquie - L'Equipe.fr
Et puis, en Q3, avec plus d'essence dans la voiture, j'ai perdu l'équilibre. La voiture a commencé à survirer et est devenue difficile à conduire. Je pense que c'est la seule explication possible, a commenté le pilote Ferrari. Monter sur le podium sera...
Lohéac : Championnat de voitures à pédales - Ouest-France
Comme dit la fédération : les clowns doivent faire du sport et les sportifs rigoler. La voiture à pédales, c'est la solution d'avenir en pleine crise de l'automobile ? En tout cas, pendant qu'ils pédalent, ils ne polluent pas (rires)....

Voiture de sport

Ferrari F40

La voiture de sport est une catégorie de véhicules automobiles privilégiant les performances de conduite.

Certains constructeurs généralistes proposent également des voitures de sport comme Chevrolet avec sa Corvette ou Honda avec la S2000.

Les constructeurs de voitures de sport sont parfois rentrés dans la légende grâce à leurs compétences sur les circuits et aux modèles ayant enflammé le cœur du public.

La Ferrari 250 GTO 1964 et la Porsche 911 2,7 RS "queue de canard" ont crées l'émotion par leur performances, la pureté de leurs lignes et leurs avances technologiques.

Le mythe est aujourd'hui perpétré notamment par les Bugatti Veyron, Ferrari Enzo et autres Porsche Carrera GT. Il existe un vrai marché de l'automobile de sport dans différents secteurs parfois méconnus que ce soit, les ventes aux enchères, la restauration et la conservation et bien sur leurs reventes afin de prolonger le plaisir avec un nouveau modèle.

En haut



Lotus Elise

Lotus Elise données 1996

La Lotus Elise est une petite voiture de sport anglaise du constructeur Lotus. C'est un simple cabriolet deux places mais il existe des versions très proches équipées d'un toit.

L'Elise marque le renouveau de Lotus dans la catégorie des petites voitures de sport des années 1990. C'est un retour aux sources après l'échec de l'Elan M100, une traction avant, avec une voiture sportive légère, équipée, comme sur l'Europe des années 1960-1970, d'un moteur central avec transmission arrière. Cependant, beaucoup considèrent que l'Elise est la remplaçante moderne de l'Elan des années 1960.

En 1994, une équipe menée par Julian Thomson se lance dans la conception d'une voiture de sport alors que la compagnie Lotus Cars vit des heures difficiles et que l'équipe Lotus de Formule 1 disparaît. Après d'inévitables délais, les premiers modèles sont commercialisés fin 1996. L'Elise fascine les journalistes auto par son excellente tenue de route et ses performances remarquables étant donné sa faible puissance. La revue Échappement titre par exemple « Fantastic job » en octobre 1996. L'Elise est tarifée 165 000 FFR en France en 1996, mais ce prix n'inclut pas une liste importante d'éléments de confort dont certains sont quasi-indispensables tels que les repose-pied passager ou le pré-équipement autoradio.

L'Elise utilise un châssis en aluminium collé à l'epoxy et cuit, ce qui est une première mondiale. Le Renault Spider qui utilise le même matériau du même fabriquant mais soudé, est plus lourd. Le châssis de l'Elise nu ne pèse que 65 kg. Les éléments de suspension sont également en aluminium et, pour gagner du poids, les disques de frein seront en composite d'aluminium metal matrix jusqu'en 1998. L'Elise est acceptée par les services anglais en septembre 1995. Elle est lancée au salon de Francfort 1995 puis présentée au salon de Paris 1996.

Comme toujours dans l'histoire de la marque, des composants achetés à des constructeurs généralistes viennent compléter la panoplie pour des questions de coûts. C'est ainsi un moteur et une boite de vitesse d'origine Rover (MGF et berlines de la marque) qui sont utilisés. Ce bloc moderne de 1 796 cm³ à 16 soupapes délivre environ 120 chevaux à 5 500 tours/minute. Le moteur est placé à l'arrière en position transversale, ce qui permet une répartition des masses avant arrière de 40/60 %. Le très faible poids de l'Elise, environ 700 kg à vide (les petites berlines de sport contemporaines pesaient déjà une tonne) métamorphose les performances par rapport à la MGF qui s'approche des 1 100 kg. En plus d'accélérations étonnantes, le 1 000 mètres départ arrêté est avalé en moins de 28 secondes, les consommations sont extrèmement faibles, toujours du fait d'un poids très faible et d'une aérodynamique soignée. Lotus annonce 7,1 L/100 km en cycle combiné.

L'habitacle de l'Elise est très spartiate avec des sièges baquets, un volant très petit et quasiment aucun élément de confort contemporain. La direction est sans assistance, tout comme le freinage. Les vitres sont manuelles, tout autant que la capote. L'installation à bord avec la capote en place nécessite de la souplesse mais une fois assis, la position est réputée excellente selon la presse spécialisée. Spartiate mais soigné, l'habitacle laisse apparaitre beaucoup d'aluminium.

L'Elise est le type Lotus numéro 111. La première série « S1 » propulsée par les Rover de 1 800 cm³ plus ou moins poussés est remplacée au début du nouveau millénaire par une version dite « S2 », aux formes plus contemporaines.

À partir de 1998, Lotus installe une mécanique de 143 ch achetée sur étagères chez Rover. Ce bloc est une légère évolution du 1800 K équipé d'arbres à cames à déphasage. Les performances s'en trouvent améliorées et quelques détails esthétiques, comme de nouvelles jantes, font leur apparition.

Des kits 135, 160 et 190 ch ont été commercialisés par l'usine sur les voitures neuves et en post-montage.

À partir de 2001, Lotus cessé de fabriquer l'Elise originelle pour la remplacer par un modèle légèrement plus lourd mais au style plus soigné. Anticipant la faillite du groupe Rover qui lui fournissait ses moteurs, Lotus introduit en 2003 une nouvelle version haut de gamme propulsée par un moteur 1 800 cm³ d'origine Toyota. La ligne de la Série 2 est résolument en rupture avec le style néo-rétro années 1960 de l'Elise originale tout en préservant une lignée évidente. La carrosserie est beaucoup plus anguleuse et agressive dans un style beaucoup plus moderne que la Série 1.

La série 2 (aussi appelée MK2) est d'abord commercialisée avec les moteurs Rover légèrement modifiés avant de passer à des mécaniques Toyota plus modernes. C'est aussi l'occasion de profiter du moteur de la Celica qui délivre jusqu'à 192 ch pour seulement 1 800 cm³ sans turbo, chiffre remarquable pour une mécanique de série.

Il existe plusieurs niveaux de puissance, allant de 136 ch (Elise S) à 192 ch (Elise R) en atmosphérique. Il existe maintenant une nouvelle version de l'Elise, la SC comme SuperCharged. Comme son nom l'indique, elle est équipée, toujours sur la base de la mécanique 1,8 L Toyota, d'un compresseur. Elle garde la même plastique extérieure, un aileron en plus. Le compresseur permet de disposer d'un couple élevé à tous les régimes, ce qui supprime le principal reproche parfois émis à l'encontre du moteur de l'Elise R.

L'Elise S2 présente plus d'éléments de confort de série ou en option par rapport à la première série 1, la rendant plus confortable mais aussi légèrement plus lourde. Elle en demeure une voiture extrèmement légère selon les canons actuels puisque les petites berlines sportives contemporaines pèsent environ 400 kg de plus (soit environ 50 % de plus).

Cette voiture de sport allemande utilise un châssis proche de celui de l'Elise S2 et fabriqué par Lotus. Cependant, les mécaniques sont propres à Opel. Le Speedster n'a pas eu le succès escompté malgré sa distribution facilitée comparée à l'aspect confidentiel de la marque Lotus.

L'Elise a donné naissance en 2000 à une version coupé, éventuellement compressée, l'Exige, qui a suivi les évolutions de l'Elise. La même année, le châssis a également été décliné dans un roadster ultra-sportif appelé 340R. Il s'agit d'un roadster au sens initial du terme, donc sans glaces latérales, mais aussi sans toit ni portes. Enfin en 2006, Lotus a commencé la production du coupé Europa, plus luxueux et pratique que l'Exige. Celui-ci est plus spécialement dérivé de l'Opel Speedster Turbo.

Différentes séries de courses ont été et sont encore organisées pour ce type de véhicules (Lotus Elise et ses dérivés cités ici), de la course de club à la série monotype (Lotus Motorsport Elise en 2000).

Une voiture d'endurance GT1 a été développée avec un moteur V8 de plus de 500 ch mais elle n'a pas eu le succès escompté en raison de pannes récurrentes. Meilleur classement : 11e au Nürburgring en 1997.

En haut



Ford GT

Ford GT

La Ford GT est une voiture de sport construite par Ford Motor Company de 2003 à 2006. Il a été introduit comme un concept car conçu pour le centennaire de Ford et faire revivre les noms de légende de Ford tels que Mustang et Thunderbird. Camilo Pardo, à la tête du studio "Living Legends", a été mis comme chef de projet pour cette création. Les designers se sont inspirés de la voiture de course des années 1960, la GT40 avec qui elle est souvent confondue.

Avec une réponse positive du circuit automobile en 2002, Ford décida de la produire en quantité limitée et ce à partir de 2005. Il s'agit d'un véhicule de haute performance, à deux places avec un design ressemblant à l'ancienne génération et un niveau de performance équivalant. Le moteur est un moteur à 8 cylindres en V 5.4 litres suralimenté produisant 550 chevaux et 680Nm de couple. Sa vitesse maximale est de 385 km/h (par limitation électronique).

At the 1995 Detroit Auto Show, the Ford GT90 concept was shown and at the 2002 show, a new GT40 Concept was unveiled by Ford.

The GT is similar to the original Ford GT40 cars, but bigger, wider, and three inches (76 mm) taller than the original 40 inches (1.02 m)—as a result of which, a potential name for the car was the GT43. Three production prototype cars were shown in 2003 as part of Ford's centenary, and delivery of the production Ford GT began in the fall of 2004.

A British company, Safir Engineering, who made continuation GT40s in the 1980s owned the GT40 trademark at that time, and when they completed production, they sold the excess parts, tooling, design, and trademark to a small Ohio company called Safir GT40 Spares. Safir GT40 Spares licensed the use of the GT40 trademark to Ford for the initial 2002 show car, but when Ford decided to make the production vehicle, negotiations between the two failed, and as a result the new Ford GT does not wear the badge GT40. It is rumored that Safir GT40 Spares asked $40 million dollars for the rights, but this has never been verified. The partners at Safir GT40 Spares state they have correspondence from Ford declining Safir's $8 million offer. Early cars from the 1960s were simply named "Ford GT". The name "GT40" was the name of Ford's project to prepare the cars for the international endurance racing circuit, and the quest to win the 24 Hours of LeMans. The first 12 prototype vehicles carried serial numbers GT-101 through GT-112. The "production" began and the subsequent cars, the MkI, MkIIs, MkIIIs, and MkVs, numbered GT40-P-1000 through GT40-P-1145, were officially "GT40s". The name of Ford's project, and the serial numbers, thus show the story that "GT40" was only the car's nickname to be false.

Les premiers propriétaires on pris livraison des véhicules en août 2004. La Ford GT était assemblée et peinte par Saleen dans leur atelier Saleen Special Vehicles à Troy dans le Michigan. Le moteur qui la motorise est fabriqué dans l'Usine de moteurs de Ford à Romeo. L'installation du moteur et de la boite de vitesse et les finitions intérieures étaient montées à Wixom.

Des 4500 Ford GT prévues initialement, environ 100 ont été exportées en Europe à partir de fin 2005. En plus 200 ont été destinées à la vente au Canada. Quand la production fut arrêtée en 2006, les 4500 prévues initialement n'ont pas toutes été construites. Approximativement 550 ont été construites en 2004, environ 1900 en 2005, et pour finir 1600 en 2006, pour un total de 4038.

As with many highly desirable new vehicles, when the Ford GT was first released, the demand severely outpaced supply, and the cars initially sold for premium prices. The first private sale of Ford's new mid-engine sports car was completed on August 4, 2004, when former Microsoft executive Jon Shirley took delivery of his Midnight Blue 2005 Ford GT. Shirley earned the right to purchase the first production Ford GT (chassis #10) at the Pebble Beach Concours d'Elegance Auction after bidding over $557,000. Jay Leno, host of The Tonight Show with Jay Leno, took possession of his private sale Red 2005 GT (chassis #12) a week later.

Other early cars sold for as much as a $100,000 premium over the suggested retail price of $139,995. Optional equipment available included a McIntosh sound system, racing stripes and forged alloy wheels adding an additional $13,500 to the MSRP. By June 2005, retail sale prices had dropped to around $10,000 to $20,000 over MSRP, and in August 2005 several new GTs were sold on eBay for no more than the suggested retail price.

The production run of 4038 GT's ended with the 2006 model year on 21 September, 2006, short of the originally planned 4500. The Wixom Assembly Plant has stopped production of all models as of May 31, 2007. Sales of the GT continued into 2007, from cars held in storage and in dealer inventories.

In November 2005 the Ford GTX1, a roadster version of the Ford GT, was unveiled in Las Vegas. The $48,000 aftermarket conversion is performed by the Genaddi Design Group and endorsed by Ford. It includes optional performance upgrades to the suspension, brakes, aerodynamics, and an improved supercharger that increases power to Modèle:Convert.

The Ford GT features many new and unique technologies, including super-plastic-formed aluminum body panels, roll-bonded floor panels, a friction-stir welded center tunnel, a “ship-in-a-bottle” gas tank, a capless fuel filler system, one-piece door panels and an aluminum engine cover with a one-piece carbon-fiber inner panel.

Brakes are four-piston aluminum Brembo calipers with cross-drilled and vented rotors at all four corners. When the rear canopy is opened, the rear suspension components and engine are visible.

The 5.4L Modular V8 powerplant is all-aluminum and fed by a Lysholm twin screw-type supercharger. It features a forged rotating assembly housed in an aluminum block designed specifically for the GT program. A dry sump oiling system is employed, allowing the engine to sit very low in the frame. The DOHC 4-valve heads are a revision of the 2000 Ford Mustang SVT Cobra R cylinder heads (with slightly increased wall casting thickness in the exhaust port) and the design is essentially shared with the Ford Shelby GT500. The camshafts have unique specifications, with more lift and duration than those found in the Shelby GT500 or 2003–2004 Ford Mustang SVT Cobra. Power output is Modèle:Convert and Modèle:Convert of torque. A Ricardo six-speed manual transmission is fitted featuring a helical limited-slip differential.

The US EPA mileage estimate for the GT is Modèle:Convert in city driving, and Modèle:Convert in highway cruising, for a combined Modèle:Convert.

On May 14 2007 a GT participated in an economy driving contest around Reykjavik in Iceland held by FÍB (the association of car owners in Iceland)and the oil company Atlantsolía. The driver Gísli Jón Bjarnason, finished the Modèle:Convert circle on the GT through hilly terrain with average fuel consumption of Modèle:Convert. This performance was then improved in the same competition the consecutive year. At that time the driver Egill Jóhannsson drove the lap on the GT with fuel consumption of only Modèle:Convert.

En haut



Porsche 928

Porsche 928

La Porsche 928 est un modèle de voiture de sport produit par le constructeur automobile Porsche. La Porsche 928 est le premier modèle de la marque à recevoir un V8, installé en position avant. Son design particulièrement innovant lui confère une allure moderne qui témoigne assez bien des tendances esthétiques de la fin des années 1970, début 1980. Le choix de la motorisation en fera une voiture mal aimée de bon nombre de Porschistes qui vouent un culte exclusif à la mythique 911 et à son fameux flat 6. La 928 connaîtra pourtant un certain succès, notamment aux États-Unis, marché auquel elle était prioritairement destinée, et bénéficiera d'un étonnante longévité, produite de 1978 à 1995. La future Panamera de Porsche en test en janvier 2009, coupé 4 places, devrait redonner vie au concept de la GT familiale introduit par la 928.

Elle est née de la volonté des dirigeants de l'époque, en particulier Ernst Fuhrman, le fameux créateur du 4 cylindres à plat double arbre des Porsche 550 et 718, de sortir de la monoculture 911 du constructeur de Stuttgart. En effet, il apparaît à cette époque que l'architecture porte-à-faux arrière a peu d'avenir, ce que l'avenir démentira. Les dirigeants de Porsche cherchent donc une alternative et optent pour le concept d'une GT à moteur à l'avant refroidi par eau.

Ainsi dès 1971, le projet 928 est lancé. Le chef designer est Anatole Lapine, un ancien de GM. C'est à lui que l'on doit la ligne quasi intemporelle de l'auto. Par ailleurs, les techniciens, pour des raisons d'équilibre, s'entendent pour repousser la boîte de vitesses sur l'essieu arrière. L'architecture est donc : moteur à l'avant refroidi par eau, boîte de vitesses à l'arrière, reliés entre eux par arbre rapide (il tourne à la même vitesse que le vilebrequin) et s'appelle système Transaxle.

Par ailleurs, les techniciens se soucient aussi du comportement routier d'une propulsion de forte puissance. Après nombre de péripéties, ils mettent au point le premier essieu arrière multibras équipant une automobile de production. Cet essieu arrière à déformation programmée prendra le nom du centre de recherche Porsche : Weissach. Le principe de cet essieu arrière sera réutilisé bien plus tard sur la dernière des 911 "aircooled", la Porsche 993.

Au niveau motorisation, marché américain oblige, c'est le principe du V8 qui est retenu. Cependant, en 1973 survient la première crise du pétrole, et les prétentions du moteur sont revues à la baisse. On reste sur un V8 alimenté par une injection mécanique de type K-jetronic, mais dont la cylindrée est limitée à 4 499 cm³, et la puissance ne dépasse pas les 240 ch. Malgré tout, cette version aura une consommation de l'ordre de 15 l/100 km.

Après six ans de développement, la voiture est enfin prête, et sort à l'automne 1977. Elle est élue cette même année Voiture européenne de l'année 1978, première et seule GT à avoir obtenu cette distinction. Certains éléments, comme les ailes et les panneaux de portes, sont en aluminium. L'équipement est très riche avec commande intérieure du réglage des phares, des rétroviseurs, fermeture centralisée, climatisation, etc.

Malgré tout, les 240 ch ne sont pas de trop pour propulser la lourde GT. C'est pourquoi, très rapidement, la gamme évoluera vers plus de puissance et plus d'équipement.

En haut



Lotus Esprit

Lotus Esprit S4

La Lotus Esprit est une voiture de sport deux places, avec moteur à l'arrière, un châssis poutre acier, et une carrosserie en polyester stratifié. L'Esprit a été fabriquée de 1976 à 2004. Elle est dérivée d'un concept car d'Italdesign présenté à Turin en 1972. C'est une des voitures de sport les plus longtemps fabriquées de l'histoire de la construction automobile de série. Elle restera fidèle à la philosophie Lotus tout au long de sa carrière par son poids contenu, garant de bonnes performances malgré la modestie de son 4 cylindres.

Toutes les Esprit sont assemblées à la main et cela représente environ 560 heures de travail. Plus de 80% des pièces sont également produites par Lotus.

L'Esprit fut conçue comme un dérivé agrandi et plus sportif de l'Europe. Elle reprenait le principe du châssis-poutre élargi à l'arrière pour recevoir la mécanique, le moteur Lotus 2l 16 soupapes de 160ch type 907. Ce moteur, le premier de conception 100% Lotus, avait été inauguré en 1972 sur le cabriolet Jensen-Healey. La boîte de vitesse est fournie par Citroën (SM). Bien que destinée à l'origine pour un usage exclusif à Colin Chapman, l'Esprit devint l'atout commercial de Lotus pour lutter contre les Porsche 911 et les Ferrari 308 d'alors. La première version portera ultérieurement la désignation « S1 ». Son design, très proche de celui du concept car d'ItalDesign, est d'une grande pureté, et se distingue entre autres des séries suivantes par un spoiler avant séparé, l'absence d'écopes latérales, et la présence de feux arrières empruntés à la Fiat X 1/9.

Le moteur évolua alors, sa cylindrée portée à 2174 cm³, pour gagner en couple, la puissance restant inchangée (S2). Les feux arrières sont repris à la Rover SD1 et le spoiler avant est intégré au pare-choc. Les défauts de jeunesse (refroidissement insuffisant du moteur, mécanique très présente dans l'habitacle ...) sont peu à peu éliminés, tandis que les performances, jugées à l'origine tout juste acceptables au regard de l'agressivité de la ligne, progressent, notamment avec l'arrivée d'une version Turbo (2174 cm³/210ch,0 à 100 en moins de 6s), en hommage au titre constructeur acquis en F1 avec au total 7 titres de champion du monde pour le Team Lotus. Avec la version S3, l'acheteur aura le choix entre le moteur atmosphérique et le moteur suralimenté, équipant une voiture homogène et fiabilisée. Puis vint une version HC (High Compression) qui atteint 240ch en turbo et 180ch en atmosphérique. L'injection est apparue autour de ces versions.

Le style fut repris en 1988 par Peter Stevens, arrondissant le style de Giugiaro, et en 1989 sortit la version SE, avec un 2174 cm³ au turbo refroidi par eau de 264 ch, un aileron arrière fera alors son apparition pour renforcer l'appui aérodynamique de la carrosserie, devenu impératif avec les très hautes vitesses que l'Esprit pouvait dorénavant atteindre sur circuit. Le moteur sera ensuite porté à 300ch avec la X180-R qui s'illustra brillamment dans les compétitions aux USA et donna une série limitée Sport 300 produite jusqu'en 1995. En 1994 apparut une évolution S4 qui fût produite jusqu'en 1995, bénéficiant de la direction assistée et d'un développement aérodynamique de l'effet de sol dont l'inventeur était Colin Chapman. La S4S a été l'ultime version sport de l'Esprit avec 298cv. Les ultimes modifications sur le moteur 2.2 portant sur l'alimentation furent faites sur les dernières S4 et S4S. Pour répondre aux attentes du marché américain elle gagnera ensuite un V8 3500 cm³ maison biturbo de 350ch. Le 4 cylindres sera alors redescendu à 2000 cm³/240ch avant de disparaître du catalogue en 1999.

Elle devient célèbre après son apparition dans le film de James Bond L'Espion qui m'aimait, où elle est convertible en sous-marin de poche (Esprit S1). Elle fait alors une belle carrière au cinéma, avec notamment une nouvelle apparition aux mains de 007 dans Rien que pour vos yeux (S3 et S3 turbo) ou dans Basic Instinct et Pretty Woman (Esprit SE « Stevens »).

Un jeu vidéo de course édité par Gremlin Graphics Software sous licence de Lotus Cars, dont le 1er épisode est sorti en 1990, met en scène l'Esprit Turbo SE : Lotus Esprit Turbo Challenge.

En haut



Ferrari F355

Ferrari F355

La Ferrari F355 est une voiture de sport du constructeur italien Ferrari construite par Ferrari à partir de mai 1994 à 1999. C'est une évolution de la Ferrari 348 et elle a été remplacée par le Ferrari 360.

La Ferrari F355 est un coupé à moteur V8. Une différence entre le V8 dans les 348 et celui dans le F355, est l'augmentation de 3.4 à 3.5 L. et également le fait qu' elle soit la première voiture à disposer de 5 soupapes par cylindre; ce qui explique par ailleurs sa dénomination: 355 pour 3.5L de cylindrée, et 5 pour le nombre de soupapes par cylindre. La F355 a également inauguré la boite F1 (en option), qui est une boite séquentielle à commande au volant, et permet au conducteur d' avoir une conduite au plus proche de la formule 1.

La F355 a été dessinée (comme beaucoup de modèles Ferrari) par Pininfarina, carrossier italien étroitement lié à l'histoire de la marque.

Comme ses prédécesseurs et descendantes, la F355 est une voiture assez commune (pour une Ferrari) avec 11 273 unités produites. Lors du lancement, deux modèles étaient disponibles : le coupé Berlinetta, et le coupé targa GTS. La version (convertible) Spider a été présentée en 1995.

Pour signifier la fin des modèles F355, Ferrari a construit 100 unités avec la désignation « Serie Fiorano » : ce sont essentiellement des Ferrari F355 Spider, légèrement inférieures à l'original. Ces Fiorano peuvent facilement être identifiées par la plaque numérotée sur le tableau de bord.

En haut



Lotus 15

Lotus 15

Voiture de sport et de piste destinée à courir dans les catégories de cylindrées supérieures à la Lotus Eleven dont elle dérive directement. La Lotus 15 est très difficile à identifier extérieurement des Eleven Série 2. La suspension avant est à triangles superposés et la suspension arrière utilisait une jambe Chapman (Mc Pherson fixe). Les freins étaient à disques sur les quatre roues. La transmission se faisait via une boite Lotus 5 rapports séquentiels ingénieuse mais à la mauvaise réputation surnommée « Queerbox » et un différentiel à glissement limité. La Lotus 15 fut fabriquée en trois séries différentes, incorporant des améliorations au cours de la production. Elle s'illustra dans d'innombrables courses d'endurance et de club mais n'atteint jamais pour cause de fiabilité le haut niveau de l'Eleven.

En haut



Source : Wikipedia