Valeurs

3.3699148533782 (1057)
Posté par marvin 16/04/2009 @ 04:09

Tags : valeurs, lexique de la finance, finance, economie

Dernières actualités
Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris - Le Point
/Photo d'archives/REUTERS Liste des valeurs suivies mardi à la Bourse de Paris où le CAC 40 a fini en baisse de 0,21% à 3.116,82 points. * Les financières ont lourdement pesé sur la tendance alors que les inquiétudes sur leur solidité refont surface...
BOURSE/Francfort stable, grâce aux valeurs défensives (Dax +0,02%) - Romandie.com
Francfort-sur-le-Main (awp/afp) - La Bourse de Francfort hésitait à trouver une direction mardi en matinée, après la chute de la veille, mais profitait de ses valeurs défensives comme la pharmacie ou l'énergie. A 10H10, l'indice vedette Dax gagnait 0...
Val, Valls et valeurs morales… - AgoraVox
Ca y est c'est fait, il est patron de France Inter. Tout ça pour ça ! Il est des hommes dont il faut faire la biographie à rebours pour en comprendre la psychologie, les faiblesses, la petitesse et le vice. L'arrivée de Philippe VAL à la tête de la...
INTÉGRÉ À LA LISTE DES VALEURS EUROPÉENNES DE GOLDMAN SACHS - Investir.fr
Le titre profite de la décision de Goldman Sachs d'intégrer l'action dans la liste de ses valeurs européennes préférées. « Nous pensons que le titre offre un ratio risque/bénéfice attractif avec un objectif de cours à 12 mois de 44,60 euros qui indique...
BATS Europe reconduit sa tarification spéciale sur les valeurs de ... - itespresso.fr
À compter du 1er juillet, BATS Europe réduira également la charge de retrait de liquidité pour ces valeurs à 0,25 bps. De plus, et à la suite du lancement réussi de trois FCB pilotes, BATS Europe élargit son offre de valeurs en rajoutant 20 FCB...
Les valeurs à suivre à la Bourse de Paris - nouvelobs.com
* Standard & Poor's a abaissé la note de crédit long terme de RENAULT de "BBB-" (catégorie investissement) à "BB" (catégorie spéculative). La note court terme est ramenée de "A3" à "B". La perspective est stable. * SANOFI-AVENTIS va procéder à de...
Le coup de frein des valeurs automobiles - EasyBourse.com
La défiance des marchés pour ces valeurs est générale : Fiat a perdu 9% et BMW 6,95%. Toutefois, leurs actions ont respectivement progressé de 43,9% et 26% depuis le début de l'année. BMW souffre de son positionnement sur les grosses cylindrées...
Subventions, valeurs et violences - LaDépêche.fr
Il faut se rassembler autour des valeurs.» Claudine Terrassier, directrice de la DDJS, sincère, et s'excusant de sa sévérité, parla de la violence sur les stades: «Je tiens les dirigeants pour responsables. Il faut exclure les fauteurs de troubles....
USA/Bourse-Valeurs à suivre:Apple, Yahoo, Merck, Schering-Plough - Reuters
Steve Jobs, cofondateur et directeur général du constructeur informatique, a subi une transplantation du foie il ya deux mois mais il devrait reprendre le travail avant la fin du mois, a rapporté samedi le Wall Street Journal....
Suivi des Marchés : l'Asie plonge à son tour - Boursier.com
La rechute du prix du pétrole, hier, ainsi que des cours des matériaux de base, affecte les valeurs liées à ces secteurs. Le cours du baril de brut WTI, après un plongeon de près de 6% à New York, continue de reculer ce matin à 66,6$ en Asie....

Bourse des valeurs

La bourse des valeurs, aussi appelée marché financier, est une bourse où s'échangent les valeurs mobilières, essentiellement des actions boursières et des obligations.

Le marché financier est composé de deux compartiments essentiels : le marché primaire (on pourrait dire marché du neuf) où les nouvelles valeurs mobilières sont proposées à la souscription, lors de la création de l'entreprise ou au cours de sa vie, grâce à une opération dite d'introduction en bourse (IPO en anglais) et le marché secondaire, autrement dit portant sur des titres déjà émis (on pourrait dire marché de l'occasion). La bourse des valeurs mobilières est un sous-compartiment du marché secondaire, très réglementé par rapport au marché de gré à gré. En effet, ce dernier est organisé par l'ensemble des sociétés de bourse (appelées également les intermédiaires en opérations de bourse) qui organisent, chacune pour sa part, des transactions sur les ordres d'achat et de vente qu'elle reçoit. Une entreprise – l'émetteur – peut choisir d'introduire ses titres en bourse à l'effet de bénéficier de ses avantages. Pour cela, elle doit répondre à un certain nombre de conditions qui ne sont pas exigées lors de l'émission. A partir du moment de son introduction en bourse, les transactions sur le titre d'une entreprise sont interdites sur le marché de gré à gré. La bourse des valeurs mobilières permet ainsi de fixer pour le titre un prix unique et connu par tous les opérateurs du marché financier.

La procédure d'introduction en bourse consiste donc pour une entreprise à faire le choix d'admettre ses titres (actions, obligations ou titres hybrides) à la cotation au sein de la bourse, en contrepartie de paiement d'une commission d'introduction pour la société de gestion de la bourse.

Une bourse propose plusieurs types de sociétés à la cote. Ces sociétés sont classées en compartiments en fonction de la liquidité de leurs titres: par exemple pour la bourse de Paris, le compartiment "star" est le CAC40, mais il y aussi un compartiment pour les PME-PMI, pour les sociétés informatiques, pour le marché à terme (SRD), etc.

En plus de la négociations d'actions, la bourse permet de négocier des obligations (titres de dettes d'une société), des produits dérivés (futures, options, warrants), des emprunts d'Etats (OAT, Bund, BoT, Bond) et des titres de financement de court terme pour les entreprises.

Enfin, la bourse donne l'opportunité de négocier les titres immédiatement (marché au comptant): la transaction est accompagnée de la livraison du titre et de son paiement ou à terme (marché à terme ou Service de règlement différé à Paris): la transaction donne le droit aux parties d'obtenir le titre ainsi que son paiement dans le futur.

La bourse des valeurs joue principalement le rôle de financement de la croissance des entreprises. Elle permet à une société qui recherche des capitaux de sélectionner parmi un grand nombre d'investisseurs, de pays très variés, ceux qui sont les plus aptes à comprendre son activité, et donc enclins à partager les risques comme la rentabilité. L'entreprise qui finance en Bourse une augmentation de sa taille, par de gros investissements ou une acquisition, réalise une augmentation de capital en créant de nouvelles actions, qu'elle vend aux investisseurs.

La bourse joue par ailleurs un rôle sur le marché de l'épargne pour les investisseurs acceptant une plus grande dose de risque que pour un placement en obligations et qui espèrent en contrepartie une rentabilité un peu plus élevée. Ce surcroît de rentabilité est appelée "prime de risque". Cette prime peut représenter, selon la théorie financière, jusque à 60% ou 70% de la rentabilité d'une obligation.

Le rôle de la Bourse joué sur le marché de l'épargne peut s'effectuer par le biais des organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM), c'est-à-dire les Sicav et les fonds communs de placement (FCP), qui regroupent l'épargne de plusieurs milliers de personnes, confiée à un gérant professionnel, salarié d'une banque qui se consacre entièrement au choix des actions dans lesquels l'argent de tous les épargnants sera collectivement investi.

La Bourse est considérée comme un marché "liquide" quand les transactions sont nombreuses et fréquentes, grâce à un grand nombre d'intervenants. Cette "liquidité" est la condition nécessaire pour que les prix soient considérés comme équitables. La présence quotidienne de nombreux acheteurs donne aux vendeurs toutes les chances de pouvoir trouver céder leurs actions sans trop de ristourne. Les acheteurs peuvent réciproquement trouver facilement des titres sans se ruiner si un grand nombre de vendeurs est régulièrement présent sur le marché. C'est le cas en général pour les ACTIONS grandes sociétés, mais pas toujours pour celles qui sont moins connues.

Certaines opérations financières telles que l'offre publique : OPA, OPE, ou OPV sont obligatoires sur le marché boursier français afin d'assurer une égalité de traitement entre tous les actionnaires.

Il existe des institutions similaires, sous l'appellation « bourse de commerce » pour l'achat et la vente de marchandises et autres biens, sous forme de lots standardisés.

Les ordres de bourse, d'achat ou de vente, sont regroupés en amont par les banques puis transmis à des professionnels qui ont le statut d'intermédiaires financiers, appelés couramment courtiers ou brokers et qui interagissent avec la plateforme (trading floor) de la société de bourse (NYSE, Deutsche Börse,...). Aujourd'hui peu de bourses pratiquent encore la criée, tous les ordres sont exécutés grâce au système informatique développé par la bourse.

Les achats et ventes et leur paiement ont lieu traditionnellement au comptant (marché au comptant), mais certaines bourses ont fortement développé des activités de (marché à terme) et de contrats dérivés sur valeurs, devises ou marchandises.

C'est en 1250 que Toulouse a vu naître la première société dont les titres pouvaient s'échanger. Ces 96 parts, dénommées « Uchaux », voyaient leur prix varier en fonction de la conjoncture économique. La "Société de moulins de Bazacle" est restée cotée jusqu'à très tardivement à la Bourse, 1946, sous le nom de "Société toulousaine d'électricité de Bazacle".

Toutefois, le concept de Bourse fait plutôt référence à un élargissement du nombre d'investisseurs susceptibles d'acheter les parts de sociétés, et suggère une publicité des informations sur ces sociétés. La première Bourse moderne de ce type aurait été créée au XIIIe siècle à Bruges, lorsque les représentants des comptoirs de grandes activités implantées dans la ville prirent l'habitude de se réunir devant l'hôtel de la famille Van der Buerse. On y échangeait les monnaies et surtout les informations sur les cargaisons et les prix futurs des marchandises, ce qui nécessitait une évaluation de l'évolution de l'offre et de la demande de chacune d'entre elles aux quatre coins du monde connu.

L'historien Fernand Braudel cite des études montrant que le quartier du Rialto de Venise était encore plus proche d'une vraie bourse des valeurs, car les marchands du grand commerce mondial y échangeaient des participations dans les galères vénitiennes, divisées en carats, mais à chaque fois pour un voyage, donnant droit au partage de la marchandise. La fluidité du capital y était telle qu'un même négociant pouvait être actionnaire de carats sur un navire parti au loin, par exemple en Mer Noire, tout en étant émetteur de carats sur un autre navire qu'il conduisait sur une autre partie du globe, par exemple à Bruges, grand partenaire commercial mais aussi financier de Venise.

Quand le port de Bruges s'ensabla, la grande rivale voisine Anvers prit le relais grâce à son port sur l'Escaut, alors principale artère fluviale des Flandres et du Hainaut, les nouveaux pays de la protoindustrie du drap et à sa Bourse, où existaient déjà toutes les sophistications (vente à terme, liquidation mensuelle, etc.). Anvers était aussi la capitale des premiers imprimeurs, comme le Flamand Plantin, un demi-siècle après l'invention de la presse à imprimer par Gutemberg.

Les guerres de religion déciment Anvers. Les bourgeois protestants fuient au Nord, à Amsterdam la protestante, où une Bourse encore plus moderne voit le jour, avec comme valeur vedette la légendaire Compagnie néerlandaise des Indes orientales, dès 1602, qui réussit une énorme levée de fonds auprès des marchands de la ville, la dotant de fonds propres dix fois supérieurs à celle de sa rivale, la Compagnie anglaise des Indes orientales, fondée deux ans plus tôt.

En France, la Bourse de Lyon a vu le jour un peu plus tôt aux environs de 1540, mais essentiellement pour des effets de commerce et de l'escompte.

Dans son livre Si la Bourse m'était contée, André Kostolany raconte que la première bourse de valeurs organisée d'Europe, en tant que bâtiment dédié, est née à Anvers en 1592, mais qu'il a fallu attendre, en France, 1613, pour qu'un bâtiment spécialisé soit édifié sur le lieux des échanges, au Pont-Neuf (dans les villes italiennes de Florence et Venise, les échanges avaient lieu aussi sur un pont, respectivement le Ponte Vecchio et le Rialto).

En 1572, devant le développement des "courratiers", Charles IX rédige un édit fixant les règles de la profession. En 1639, le terme "courratier" est définitivement abandonné pour le terme d'"agent de change", utilisé jusqu'à très récemment. Sur le pont au Change, alors en bois, on échange surtout les centaines de monnaies battues aux quatre coins du Royaume. Le cambiste a son banc, qui est romptu en cas de problème, donnant naissance au mot "banqueroute".

En 1719, un Écossais du nom de John Law ouvrit une institution bancaire à Paris, qui fit faillite après le krach de la Compagnie sur le Mississipi, chargée de financer le développement de la Louisiane, une colonie française encore sous-développée et qui le restera avant d'être vendue en 1803 aux États-Unis, qui avaient besoin d'espace pour de nouvelles plantations permettant de faire face à l'essor de la nouvelle industrie britannique, au moment précis où l'Histoire de la culture du coton se déplace d'Asie en Amérique.

La Bourse de Paris s'est tenue successivement au Pont au Change, puis rue Quincampoix, place Vendôme, sur les lieux actuels de la Bourse de Commerce (près du Forum des Halles) et au Palais Royal. Mais il faut attendre le XIXe siècle et la République pour qu'elle obtienne un lieu bien à elle avec le palais Brongniart. L'Italie et l'Espagne font construire des bourses vers 1830, bien après les pays de l'Europe du Nord.

Les nouveaux souverains anglicans envoient sir Thomas Gresham reproduire le fonctionnement de la Bourse d'Anvers sur la place de Londres dès 1575. Le Royal Exchange sera progressivement envahi par les négociants juifs et protestants venus de Hollande au siècle suivant. Leur présence bruyante suscite des remous, ce qui les amène à se réunir dans des cafés pour fonder une bourse concurrente plus moderne, le Stock Echange.

Aux États-Unis d'Amérique, l'indépendance de 1784 est immédiatement suivie de la création de bourses à Boston, Philadelphie et New York où les courtiers se réunissent près de la rue du mur vers 1790, quatre-vingt dix ans avant que l'un d'entre eux, Charles Dow, n'édite dans son journal en 1884 une liste des valeurs de référence qui devient en 1896 l'indice Dow Jones.

Les cours auxquels sont réalisées les transactions sont, en première approximation (Voir fluctuation des cours de la bourse), fonction de la loi de l'offre et de la demande : si la demande est plus forte que l'offre, les prix seront élevés, et inversement.

En pratique, acheteurs et vendeurs étant capables de mimétisme, chose commune dans toute activité humaine et sociale, il arrive que l'offre ou la demande, et en conséquence la tendance des cours (marché baissier, marché haussier), connaissent des emballements exagérés (voir finance comportementale).

La plus grande bourse des valeurs du monde est le New York Stock Exchange, appelé plus communément Wall Street. Une Bourse également très active, située aussi à New York et spécialisée dans les entreprises jeunes ayant une activité innovante, est le NASDAQ.

Les Bourses de Chicago (CBOT et CME), spécialisées dans les céréales à l'origine, sont devenues parallèlement le premier marché des taux d'intérêts au monde grâce à la cotation à terme des bons et obligations du Trésor américain. CME est aussi la 1ère bourse mondiale pour la négociation des marchandises alimentaires.

A Paris, le palais Brongniart fut un lieu d'échange « à la criée » jusqu'à la fin des années 1980, la mise en place de la « cotation électronique » permettant aux transactions d'être réalisées par liaisons informatiques. La criée subsiste jusqu'en 1999 pour les contrats à terme sur indice boursier et taux d'intérêt. En 2000 dans le cadre d'Euronext, une Bourse réunissant la France, la Belgique, les Pays-Bas, le Portugal est créée. C'est la bourse qui dispose de la plateforme informatique de trading la plus moderne, ce qui lui a valu son rachat par le NYSE, devenant ainsi la 1ère Bourse mondiale, NYSE-Euronext. Précédemment à cette fusion, Euronext avait également acheté la bourse du marché des dérivés de Londres, le LIFFE.

D'autres grandes bourses de valeurs sont situées à Londres, Tōkyō, Hong Kong, Francfort, Toronto, Milan, Sydney et Moscou.

À Abidjan, pour l'Afrique de l'Ouest, existe la BRVM.

Importantes, ces plus-values peuvent être requalifiées en « bénéfices non commerciaux » et imposées au barème progressif de l'impôt sur le revenu.

En haut



Valeurs Vertes

Valeurs Vertes est le media pionnier du développement durable. Fondé en 1992 par Danielle Nocher, sa ligne éditoriale conjugue les trois dimensions du développement durable : écologie, économie et social. Magazine indépendant, créé en fonds propres, Valeurs Vertes défend le développement durable, seul futur possible pour un monde qui ne souhaite ni retour archaïque, ni progrès délirant. Ce bimestriel est vendu en kiosque ou par abonnement.

Valeurs Vertes a pour ligne éditoriale de réconcilier l'économie et l'environnement. Ce magazine offre une information honnête et validée dans tous les domaines que le développement durable regroupe.

Tout cela fait de Valeurs Vertes un média à la fois pionnier et original, un forum pour les idées du futur réussissant le difficile mariage de l'économie, de la protection des ressources et d'une réelle gouvernance.

Ses lecteurs sont des dirigeants de grandes entreprises, des PME-PMI, des associations, des ingénieurs, des directeurs de communication, du marketing, technique, des élus, des hauts fonctionnaires, des étudiants, des financiers spécialisés, des gestionnaires de fonds, des particuliers, etc.

Le magazine paraît tous les deux mois, il est vendu au prix de 6 euros. Deux à trois hors-série sont publiés chaque année. Le papier de Valeurs Vertes produit par Sappi Fine Paper Europe est certifié ISO 14001 et EMAS. Ce papier est composé en partie de fibres issues du recyclage, il est 100% recyclable.

En haut



Subversion (renversement des valeurs)

Subversion vient du latin subvertere : renverser.

La subversion désigne un processus par lequel les valeurs et principes d'un système en place, sont contredits ou renversés.

Chacun peut lui conférer un sens positif ou négatif, en fonction de sa propre position par rapport aux valeurs du système en place ou à celles dont se réclament les acteurs de la subversion.

La subversion peut être appliquée dans de nombreux domaines, en fait, partout où l'on se réclame de valeurs et de normes : politique, social, culturel, artistique, religieux, moral, sexuel, etc.

Elle constitue souvent un outil utilisé pour déstabiliser ou renverser un système, par exemple, dans le cadre d'une révolution ou bien d'une guerre, afin de fragiliser l'ennemi de l'intérieur. Elle peut faire partie d'une stratégie bien déterminée. Par exemple, elle a beaucoup été utilisée pendant la Guerre froide entre les États-unis (et ses alliés) et l'URSS (et ses alliés).

Elle peut aussi - plus simplement - servir à faire évoluer les valeurs du système en les remettant en cause.

Enfin, elle peut être sublimée à travers le symbole et la représentation artistique.

De par sa nature, la subversion est souvent l'objet de censure et de répression.

En haut



Bourse Régionale des Valeurs Mobilières

Logo de Bourse Régionale des Valeurs Mobilières

Cette bourse est basée à Abidjan. Ce marché régional dispose d'antennes nationales de Bourse (ANB) dans chacun des pays concernés. Chaque ANB est reliée au siège par un relais satelittaire qui assure l'acheminement des ordres et des informations à tous les investisseurs de la Bourse de façon équitable.

L’Union monétaire ouest africaine (UMOA) qui regroupe à ses débuts sept pays (Bénin, Burkina-Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Niger, Sénégal et Togo) rejoints par la suite par la Guinée-Bissau, prévoit dans son traité constitutif du 14 novembre 1973? la mise en place d’un marché financier organisé. Dans cette perspective, en 1991, l'idée d’un marché financier unique et commun à l’ensemble des pays de l’Union est développée pour favoriser les échanges commerciaux et renforcer l’intégration régionale. La décision de création du Marché financier régional est prise en décembre 1993 et la mise en œuvre de cette opération est confiée à la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO). La Bourse régionale des valeurs mobilières constitue, avec le Conseil régional de l’épargne publique et des marchés financiers (CREPMF), l’une des deux structures de ce Marché financier régional.

Le marché boursier de la zone UEMOA repose sur deux catégories d'acteurs : les autorités du marché et les intermédiaires financiers. Les premiers assurent le respect des droits des épargnants et garantissent le respect par les différents acteurs des procédures permettant d'éviter des déconvenues dans le fonctionnement du marché. Le second groupe est constitué d'intervenants commerciaux qui assurent des fonctions spécifiques contre rémunérations sous forme de commussion.

L'organisation de la Bourse régional des marché financier de l'Afrique de l'ouest vise à lui permettre de jouer son rôle de marché communs à huit pays tout en assurer et garantissant le respect des intérêts de différentes parties.

Le Conseil Régional de l’Epargne Publique des Marchés Financiers (CREPMF) est un organe de surveillance du marché financier régional. Il est chargé de réglementer et d’organiser l’appel public à l’épargne, d’assurer l’habilitation et le contrôle des intervenants mais aussi de veiller à la régularité des opérations de bourse.

Le Dépositaire Central / Banque de Règlement (DC / BR) est une entité privée dont le capital s'élève à 1.520.390.000 francs CFA.

Il est chargé de la conservation et de la Circulation des valeurs mobilières pour le compte des émetteurs et des intermédiaires financiers agréés par le Conseil Régional de l’Epargne Publique et des Marchés Financiers.

Chaque catégorie d'intermédiaire joue un rôle relativement précis dans le fonctionnement du marché. Pour accéder à l'une de ces catégories, l'opérateur doit disposer d'un agrément du Conseil Régional de l'Epargne public et des marchés Financiers (CREMPF).

Les sociétés de Gestion, et d'intermédiation sont des intermédiaires financiers qui ont le monopole de la négociation des valeurs mobilières sur le marché. Les négociations peuvent se faire pour leur propre compte ou pour le compte de leurs clients.

La BRVM est un marché gouverné par les ordres. Les cours des actifs sont déterminés sur la base de la confrontation des ordres d'achat et de vente enregistrés qui sont la traduction des intentions d'acquisitions ou de vente des ces valeurs mobilières. Les différents types d'ordre possibles sont ceux couramment possibles sur les principales places financières: Ordre limite, Ordre au Mieux, ordre au marché, ...

Tout investisseur, quelque soit le pays de résidence, peut passer son ordre en s'adressant à son SGI auprès de qui il a préalablement ouvert un compte. La SGI recevant l'ordre le transmet au site centrale en se servant de l'interface reliés à l'antenne nationale de Bourse (ANB) de son pays d'exercice. Les autres de chaque ANB son transmis au site central par communication satellitaire. Au niveau du site central les ordres sont confrontés pour déterminés le cours d'équilibre.

Le cours des actifs de la BRVM sont déterminés par confrontation des ordres d'achat et de vente dans un carnet d'ordre de bourse.

Le premier indice décrit l'évolution de toutes les actions du marché. L'indice BRVM 10 lui traduit l'évolution des 10 actions les plus liquides du marché. Sa composition est revue à la fin de chaque trimestre de l'année civile.

Les obligations d'État sont des obligations qui sont émises par l'un des huit Trésors Publics des États qui composent la zone UEMOA. Cette catégorie comporte actuellement cinq lignes associées aux émissions de trois Trésors Publics : Trésor Public de la Côte d'Ivoire, Trésor Public du Sénégal et le Trésor Public du Togo.

Les obligations Régionales sont des obligations qui sont émises par des instituts de coopérations sous régionales. Cette catégorie comporte actuellement 8 lignes. Elle est largement dominé par les émissions de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) institution spécialisée de l'UEMOA auxquelles il faut ajouter l'émission de la Banque d'Investissement et de Développement de la CEDEAO (BIDC).

En haut



Source : Wikipedia