E-learning

3.3800623053034 (642)
Posté par talos 27/02/2009 @ 15:37

Tags : e-learning, education, société

Dernières actualités
Sémiologie en E-Learning - Relation Client Magazine
E-semiotics® est un logiciel e-learning d'apprentissage de la sémiotique. Celui-ci permet d'apprendre la sémiotique en la pratiquant. Connecté au logiciel en mode asp, vous êtes assisté, guidé pas à pas dans l'analyse de logos, packagings et...
4ème journées lyonnaises du E-Learning - Indice RH
Les organisateurs de ce colloque ont désiré pour cette quatrième édition susciter le débat autour de la valeur du E-learning et de ses productions. Cette problématique dépasse le cercle de l'enseignement supérieur, et sera l'occasion d'entendre des...
Selectour adopte le e-learning pour former ses collaborateurs - AC Franchise
Afin d'améliorer les connaissances de ses vendeurs, il a opté pour la méthode du e-learning avec une plate forme baptisée « e-pocampus ». Cette méthode de formation connaît un succès grandissant car elle offre des avantages certains : pas de...
Casino adopte l'e-learning - ITRManager.com
Face à une atomisation des demandes de formation sur le plan géographique et face à un budget formation non indéfiniment extensible, nous avons décidé de nous tourner vers l'e-learning, comme mode pédagogique alternatif au présentiel » explique Guy...
Casino se tourne vers le e-learning - écoles-entreprises.com
Le groupe Casino choisit le e-learning pour former ses salariés. L'instauration du DIf a fait exploqé les demandes de formations qui sont aussi nombreuses que différentes. Pour pouvoir répondre à la demande, le groupe de supermarché décide a donc...
Sapsa Bedding, spécialiste du matelas 100% latex, choisit pour la ... - Categorynet.com (Communiqué de presse)
Après avoir rencontré plusieurs fournisseurs de solutions e-learning lors d'un salon et analysé des devis portant à la fois sur des logiciels de création de contenu, une plateforme LMS de déploiement ainsi que les services associés, la société a fait...
Le petit Larousse 2010 fait la part belle aux anglicismes… - AgoraVox
E-learning est à mon sens, le terme qui a le moins sa place dans cette nouvelle édition. Pourquoi lexicaliser un terme dont l'emploi n'est pas si courant et dont la traduction déjà vieille de 4 ans semble entrer dans le vocabulaire courant....
4ème conférence annuelle eLearning Africa - Actualitté.com
Du 27 au 29 mai 2009 s'est tenue la quatrième conférence annuelle eLearning Africa à Dakar (Sénégal). Cet événement international est l'occasion, chaque année, de mieux réfléchir à l'intégration des nouvelles technologies comme soutien capital à...
CONFÉRENCE ELEARNING AFRICA : L'enseignement à distance est un ... - Le Soleil.sn
Depuis hier, Dakar abrite la 4e conférence internationale consacrée aux Technologies de l'information et de la communication appliquées au développement, à l'enseignement et à la formation communément appelée « eLearning africa »....

Technologies de l'information et de la communication pour l'éducation

Un tableau blanc interactif lors du CeBIT 2007

Les TICE regroupent un ensemble d’outils conçus et utilisés pour produire, traiter, entreposer, échanger, classer, retrouver et lire des documents numériques à des fins d'enseignement et d'apprentissage.

Au cours du XXe siècle, l'école a tenté de s'approprier les médias et les dispositifs technologiques, avec plus ou moins de volonté et plus ou moins de moyens : radio scolaire (années 1930), télévision scolaire (années 1950), informatique (années 1970), magnétoscope (années 1980), multimédia (années 1990).

Les gouvernements donnent parfois un signal fort dans cette direction, comme le Plan Informatique pour Tous présenté le 25 janvier 1985 en France. Ce premier projet d'envergure échoua en partie : le souci protectionniste avait conduit au choix d'un matériel inadapté, le Thomson MO5 et leThomson TO7 (mais il faut replacer ce choix dans le contexte technique de l'époque).

Néanmoins, la politique volontariste du gouvernement a permis à un grand nombre d'enseignants de se former pendant leurs vacances, en échange d'une modeste indemnité financière. Nombre de ces enseignants s'engageront activement dans les développements de l'informatique pégagogique qui vont suivre.

En 1995, un certain nombre d'écoles françaises prennent l'initiative d'une connexion Internet. En 1996, plusieurs académies proposent leurs sites web. Cette même année, l'anneau de ressources francophones de l'éducation, dit l'ARFE, voit le jour. Il est créé par des chercheurs, des enseignants et étudiants. Il est l'un des premiers lieux historiques sur la toile, où apparaissent des ressources éducatives en ligne à télécharger. C'est en 1997 qu'est lancé un plan national pour l’équipement et la connexion de tous les établissements de l’enseignement public, de la maternelle à l’université.

Au terme proposé, l'an 2000, les lycées étaient équipés, mais les collèges et surtout les écoles devaient souvent attendre encore.

Les efforts français peuvent également être placés dans le contexte de la vision de la société de l'information telle que définie par la Commission européenne et plus particulièrement des programmes eEurope qui fixent des objectifs ambitieux afin d'équiper et connecter l'ensemble des écoles européennes à l'Internet.

Cette liste n'est pas exhaustive. L'objectif est de guider l'élève dans l'apprentissage de ces technologies, sachant que, dans les familles, il est souvent livré à lui-même.

Ces notions, en plus des aspects techniques, sont notamment mises en avant dans le brevet informatique et internet français, sous l'intitulé « Adopter une attitude citoyenne face aux informations véhiculées par les outils informatiques ».

Ceci pose le problème de la formation des enseignants. Tous ne sont pas compétents dans ce domaine pointu. Cette technologie fait peur à certains, d'autres encore résument l'informatique à Microsoft et utilisent un vocabulaire étroit (Word au lieu de traitement de textes, etc). Les règles de mise en page, de typographie, sont souvent inconnues. A partir de 2008, l'obtention du C2i2e par les professeurs stagiaires devient obligatoire dans les IUFM(Institut Universitaire de Formation des Maîtres) De plus, l'infrastructure des écoles est souvent insuffisante : les écoles ont rarement les moyens d’offrir un poste de travail par élève, les ordinateurs ne sont pas équipés de logiciels de gestion de classe, ou la connexion Internet est trop lente.

Au delà de cette initiation à l'informatique, outil désormais indispensable au citoyen, dont l'usage appelle aussi bien une familiarisation technique qu'une formation intellectuelle, les TICE représentent également un important potentiel d'innovations pédagogiques et un réservoir quasi infini de nouvelles pratiques pour les enseignants comme pour l'ensemble du système éducatif.

Mais les exemples d'outils existant sont nombreux. Ils vont du simple didacticiel, à la plate forme d'apprentissage en ligne. Et surtout les méthode d'appropriation des outils et l'usage de ces outils sont excessivement variables d'un "Educateur" à l'autre. Une pédagogie des TICE prenant sa source dans les savoirs issus des sciences de l'éducation se façonne actuellement.

S'agissant d'un néologisme, il n'y a pas de référence indiquant qu'une acception est correcte et l'autre erronée.

On utilise aussi le terme exerciseur lorsque le logiciel est réalisé à base d'exercices d'entraînement, ou environnement interactif multimédia (l'activité pouvant être libre).

Etymologiquement l'apprentissage par des moyens électroniques, peut être caractérisé selon plusieurs points de vue : économique, organisationnel, pédagogique, technologique.

La définition de l'apprentissage en ligne (e-learning) donnée par l'Union Européenne est : « l’e-learning est l’utilisation des nouvelles technologies multimédias de l’Internet pour améliorer la qualité de l’apprentissage en facilitant d’une part l’accès à des ressources et à des services, d’autre part les échanges et la collaboration à distance ».

En anglais, le terme E-learning, employé par le monde économique, résulte d’une volonté d’unifier des termes tels que : « Open and Distance Learning » (ODL) pour qualifier sa dimension ouverte et qui vient du monde de la formation à distance, « Computer-Mediated Communication » (CMC) pour traduire les technologies de communication (Mails, Forum, Groupware) appliquées à la formation « Web-Based Training » (WBT) pour traduire la technologie dominante sur Internet pour la formation, « Distributed Learning » qui traduit plus une approche pédagogique de type constructiviste et fondée sur la Cognition Distribuée (Grabinger et al., 2001).

L'apprentissage en ligne est une modalité pédagogique et technologique qui concerne la formation continue, l’enseignement supérieur mais aussi la formation en entreprise, c’est-à-dire pour un apprenant adulte ayant une certaine autonomie dans l’organisation de son processus d’apprentissage, comme en entreprise par exemple. Cependant, il faut remarquer qu’aux États-Unis, dans des textes officiels récents, E-learning est souvent décliné sous la forme « Enhanced-Learning through Information Technologies », pour tout type de public, de la maternelle à la formation continue, et qu'il inclut toutes les technologies éducatives que nous avons déjà connues : didacticiels, CD/Rom, Hypermédias, Tuteur Intelligent…(US DoE, 2000).

Ainsi, le E-learning serait un assemblage, tant de pratiques pédagogiques que de technologies éducatives qui existaient, et dont le développement proviendrait de l’explosion de la Toile (2000/2001) avec son potentiel d’ubiquité. Il semble cependant, comme pour les évolutions récentes des organisations, que le E-learning, tel qu’il est en train d’émerger, possède des caractéristiques qui le font différer des approches des technologies de l’éducation telles que nous les connaissions.

Plusieurs termes sont utilisés pour traduire le terme e-learning. La traduction la plus fidèle est apprentissage en ligne. Le « e » comme dans e-learning étant une référence explicite aux technologies de l'information et de la communication. L'apprentissage mixte conjugue les notions d'apprentissage en ligne et d'apprentissage hors ligne. L'apprentissage mixte désigne une méthode d'acquisition d'un savoir ou de construction de connaissance utilisant des interactions (acteur-acteur ou acteurs-ressources) relayées par un système télématique (électronique, informatique connecté par réseau). L'apprentissage électronique peut avoir lieu à distance (en ligne), en classe (hors ligne et/ou en ligne) ou les deux. L'apprentissage en ligne est une spécialisation de l'apprentissage à distance (ou formation à distance), un concept plus général qui inclut entre autres les cours par correspondance, et tout autre moyen d'enseignement en temps et lieu asynchrone.

C'est une méthode de formation/d'éducation qui permet théoriquement de s'affranchir de la présence physique d'un enseignant à proximité. En revanche, le rôle du tuteur distant apparaît avec des activités de facilitateur et de médiateur.

Une plate-forme d'apprentissage en ligne, appelée parfois LMS (Learning Management System), est un site web qui héberge du contenu didactique et facilite la mise en œuvre de stratégies pédagogiques.

On trouve aussi les appellations de centre de formation virtuel ou de plate-forme e-learning (FOAD).

Une plate-forme e-learning (ou LMS) est un produit dérivé des logiciels CMS (content management system) mais présente des fonctions différentes pour la pédagogie et l'apprentissage.

Il s'agit d'une composante d'un dispositif e-learning mais ce n'est pas la seule.

L'Espace numérique de travail est un portail en ligne sécurisé qui permet à l'ensemble des membres de la communauté scolaire (élèves, personnels enseignants, personnels non-enseignant, parents) d'accéder à des services en lien avec des activités d'éducation et d'accompagnement des élèves.

Les ENT sont généralement offerts par les collectivités qui le proposent aux établissements avec l'aide des Rectorats qui débloquent les moyens humains de formation et d'accompagnement nécessaires à la diffusion des usages.

Actuellement, dix plaque territoriales généralisent les ENT à l'ensemble de leurs établissements (un tiers des établissements du secondaire seront touchés à terme). Vingt-trois projets territoriaux sont accompagnés nationalement.

Le tableau blanc interactif (TBI) est un dispositif alliant les avantages d'un écran tactile et de la vidéoprojection.

Un écran blanc tactile est relié à un ordinateur via un câble (généralement USB). Il est capable de lui transmettre diverses informations, dont la nouvelle position du curseur de la souris, par toucher. Un vidéoprojecteur se charge d'afficher l'écran de l'ordinateur, sur le tableau blanc.

Il est donc possible d'effectuer à la main ou à l'aide d'un stylet (selon le modèle), tout ce qui est possible de réaliser à l'aide d'une souris, sur un format d'écran assez important (jusqu'à plus de 2m de diagonale). En règle générale, le tableau est fourni avec un logiciel dédié, qui permet de tirer parti des possibilités nouvelles de cette technologie.

L'ordinateur relié au TBI n'a pas besoin d'être très puissant.

En milieu scolaire, le TBI offre de nombreuses applications : en sciences physiques, en géométrie ou encore comme un outil de pédagogie différenciée (témoignages vidéos). Cependant, son utilisation doit répondre à un besoin pédagogique réel pour trouver toute son efficacité. Pour plus d'information sur l'usage du TBI, ainsi que des recommandations pratiques, voir "Enseigner et apprendre avec le tableau interactif".

En haut



Apprentissage en ligne

L'apprentissage en ligne ou e-learning, étymologiquement l'apprentissage par des moyens électroniques, peut être caractérisé selon plusieurs points de vue : économique, organisationnel, pédagogique, technologique.

Il est entre autres un des outils des Technologies de l'information et de la communication (TIC) et des Technologies de l'information et de la communication pour l'éducation (TICE).

La définition de l'apprentissage en ligne (e-learning) donnée par l'Union Européenne est : « l’e-learning est l’utilisation des nouvelles technologies multimédias de l’Internet pour améliorer la qualité de l’apprentissage en facilitant d’une part l’accès à des ressources et à des services, d’autre part les échanges et la collaboration à distance ».

En anglais, le terme E-learning, employé par le monde économique, résulte d’une volonté d’unifier des termes tels que : « Open and Distance Learning » (ODL) pour qualifier sa dimension ouverte et qui vient du monde de la formation à distance, « Computer-Mediated Communication » (CMC) pour traduire les technologies de communication (Mails, Forum, Groupware) appliquées à la formation « Web-Based Training » (WBT) pour traduire la technologie dominante sur Internet pour la formation, « Distributed Learning » qui traduit plus une approche pédagogique de type constructiviste et fondée sur la Cognition Distribuée (Grabinger et al., 2001).

L'apprentissage en ligne est une modalité pédagogique et technologique qui concerne la formation continue, l’enseignement supérieur mais aussi la formation en entreprise, c’est-à-dire pour un apprenant adulte ayant une certaine autonomie dans l’organisation de son processus d’apprentissage, comme en entreprise par exemple. Cependant, il faut remarquer qu’aux États-Unis, dans des textes officiels récents, E-learning est souvent décliné sous la forme « Enhanced-Learning through Information Technologies », pour tout type de public, de la maternelle à la formation continue, et qu'il inclut toutes les technologies éducatives que nous avons déjà connues : didacticiels, CD/Rom, Hypermédias, Tuteur Intelligent…(US DoE, 2000).

Ainsi, le E-learning serait un assemblage, tant de pratiques pédagogiques que de technologies éducatives qui existaient, et dont le développement proviendrait de l’explosion de la Toile (2000/2001) avec son potentiel d’ubiquité. Il semble cependant, comme pour les évolutions récentes des organisations, que le E-learning, tel qu’il est en train d’émerger, possède des caractéristiques qui le font différer des approches des technologies de l’éducation telles que nous les connaissions.

Plusieurs termes sont utilisés pour traduire le terme e-learning. La traduction la plus fidèle est apprentissage en ligne. Le « e » comme dans e-learning étant une référence explicite aux technologies de l'information et de la communication. L'apprentissage mixte conjugue les notions d'apprentissage en ligne et d'apprentissage hors ligne. L'apprentissage mixte désigne une méthode d'acquisition d'un savoir ou de construction de connaissance utilisant des interactions (acteur-acteur ou acteurs-ressources) relayées par un système télématique (électronique, informatique connecté par réseau). L'apprentissage électronique peut avoir lieu à distance (en ligne), en classe (hors ligne et/ou en ligne) ou les deux. L'apprentissage en ligne est une spécialisation de l'apprentissage à distance (ou formation à distance), un concept plus général qui inclut entre autres les cours par correspondance, et tout autre moyen d'enseignement en temps et lieu asynchrone.

C'est une méthode de formation/d'éducation qui permet théoriquement de s'affranchir de la présence physique d'un enseignant à proximité. En revanche, le rôle du tuteur distant apparaît avec des activités de facilitateur et de médiateur.

Dans cette typologie de formation, l'apprenant va suivre sa session d'apprentissage en ligne entièrement à distance. Il n'interagira pas directement en vis-à-vis avec le ou les formateurs. Il pourra néanmoins bénéficier de tutorat à distance via des outils de type webconferencing, forum, chat, téléphone, email. Un exemple d'apprentissage en ligne serait celui de la critique d'un livre pour l'anglais, langue seconde.

Le mode d'apprentissage mixte (appelé aussi Blended Learning en anglais) désigne l'utilisation conjointe du eLearning et du mode classique d'apprentissage appelé souvent « présentiel ». En général, l'apprenant va ainsi alterner entre des sessions à distance en ligne et des sessions en face-à-face avec le ou les formateurs. Un modèle souvent utilisé est ainsi d'effectuer une première introduction au sujet avec une ressource à distance, puis une période en face à face avec un enseignant suivra. Une session de débriefing est souvent aussi ajoutée en fin de formation, quelque temps après celle suivie en face à face.

C'est un système informatique de gestion de formation et de gestion de contenu de formation. Le terme anglo-saxon équivalent est L(C)MS pour Learning (Content) Management System.

SCORM (Sharable Content Object Reference Metadata) est une suite de spécifications techniques qui permet aux systèmes d'apprentissage en ligne de trouver, importer, partager, réutiliser, et exporter les contenus d'apprentissage, de manière normalisée.

Il s'agit de logiciels destinés à la création de contenus pédagogiques. La plupart de ces outils permettent de rendre les contenus compatibles avec un LMS grâce un export des données.

En haut



Plate-forme d'apprentissage en ligne

Une plate-forme d'apprentissage en ligne, appelée parfois LMS (Learning Management System), est un site web qui héberge du contenu didactique et facilite la mise en œuvre de stratégies pédagogiques.

On trouve aussi les appellations de centre de formation virtuel ou de plate-forme e-learning (FOAD).

Une plate-forme e-learning (ou LMS) est un produit dérivé des logiciels CMS (content management system) mais présente des fonctions différentes pour la pédagogie et l'apprentissage.

Il s'agit d'une composante d'un dispositif e-learning mais ce n'est pas la seule. Il est entre autre un des outils des Technologies de l'information et de la communication (TIC) et des Technologies de l'information et de la communication pour l'éducation (TICE).

Dans le cadre des technologies web, les plate-formes proposent des activités synchrones ('en temps réel'), asynchrones ('en différé'), collaboratives ou de knowledge management.

Il existe environ plus de 200 plate-formes d'apprentissage en ligne dont une trentaine sous licences libres. La norme SCORM (Sharable Content Object Reference Model) permet de transposer du contenu d'une plate-forme à une autre plate-forme e-learning.

En haut



Conférence en ligne

Une conférence en ligne est une conférence qui se tient à travers un réseau informatique, notamment Internet (conférence web).

La conférence en ligne est une application internet qui offre la possibilité d'organiser des conférences, des réunions de travail ou des formations virtuelles avec des personnes distantes. C'est un outil de collaboration synchrone (tous les participants voient et entendent la même chose au même moment).

Différents canaux de communication peuvent être établis entre les participants : une liaison audio (pont téléphonique, VoIP, etc), une liaison data (présentation de données de toutes sortes ou partage d'applications) et parfois une liaison vidéo (visioconférence, voir téléprésence).

Un rôle avec un niveau de droits déterminés (organisateur, présentateur, auditeur, etc) est affecté à chaque participant. La répartition des rôles peut évoluer dynamiquement au cours de la conférence, par exemple pour passer le rôle de présentateur à un autre participant ou si l'organisateur doit quitter la réunion avant la fin.

Pour démarrer une conférence, chaque participant est invité à se connecter via un "lien" qui lui est transmis par l'organisateur. Il peut entendre ce que dit le conférencier, lui répondre (suivant autorisation), intervenir (suivant autorisation) sur la présentation en cours en changeant, par exemple, de page, en dessinant sur l'écran, en modifiant un document ou en agissant directement sur l'application affichée tel un tableur, une base de donnée, ou une émulation d'un logiciel.

L'organisateur envoie une invitation contenant un lien (hyperlien pour les conférence web) et un code d'accès à la conférence en ligne. Au moment de la réunion, tous les participants se connectent à la conférence en ligne, le code d'accès étant indispensable. Les participants peuvent alors voir l'écran de l'organisateur et peuvent sur leur PC partager des documents et/ou utiliser des applications. Pendant la réunion, il est possible à tout moment de passer à l'écran d'un autre participant. Dans la plupart des solutions de conférence en ligne, il est également possible de transférer de manière transparente le contrôle de la souris et le clavier du PC, dont tous les participants voient l'écran, d'un participant à l'autre.

Les solutions de réunions en ligne peuvent être installées de deux manières différentes, soit en étant hébergées chez un prestataire soit directement sur son propre serveur. En hébergement, le serveur se trouve chez le prestataire de conférence web et le client paie les frais d'utilisation. À l'inverse de l'hébergement, les clients peuvent acquérir chez certains prestataires une licence leur permettant d'installer le logiciel pour conférence web sur un des serveurs de communication de leurs entreprises. Cette variante est particulièrement prisée des entreprises à hautes exigences en matière de sécurité et à fort potentiel d'utilisation.

Pour les rôles d'auditeurs ou pour la présentation de document, les solutions ne demandent généralement pas d'installation spécifique sur les postes utilisateurs en dehors d'applicatifs communs comme Flashplayer ou l'activation du mode Java sur le navigateur internet utilisé. Pour le partage d'application, des clients "lourds" (activeX, ...) sont mis en œuvre par toutes les solutions majeures du marché.

Avec les licences « corporate », plusieurs personnes peuvent effectuer des conférences web indépendamment les unes des autres et simultanément. De plus, les solutions multi utilisateurs offrent des fonctionnalités administratives élargies: les administrateurs peuvent gérer les licences de manière centralisée, définir les fonctions disponibles par utilisateur et éditer des rapports détaillés incluant des statistiques et des comptes-rendus d'utilisation.

La conférence web est un cas particulier de conférence en ligne. Les conférences web sont des réunions « virtuelles » organisées et effectuées à l'aide de l'Internet.

Le bureau du PC de l'animateur remplace alors la table de conférence réelle. Tous les participants peuvent suivre dans une fenêtre de leur propre écran ce qui se passe sur le bureau du PC de l'animateur (partage synchrone), présentation (format ODP ou PPT), émulation d'un nouveau logiciel ou rédaction de texte. Pendant une conférence web, le rôle de l'animateur peut être échangé entre les participants (et leur PC). Ceci répond à l’un des critères principaux d'une réunion sur place au cours de laquelle un dialogue s'établit — à l'inverse par ex. d'une conférence proprement dite — entre les participants (multi-intervenants).

Dans la plupart des solutions logicielles pour conférence web, les échanges de données sont cryptés en SSL 128-Bit.

A l'inverse des conférences web auxquelles de deux et jusqu'à vingt participants au maximum peuvent travailler ensemble sur des documents et partager des applications, les webinars sont principalement utilisés pour des formations en ligne (appelée E-Learning) ou par ex. des conférences de presse en ligne. Plusieurs centaines de personnes peuvent y participer, voire même dans certains cas extrêmes plusieurs milliers. Dans les webinars, le rôle principal est tenu par l'intervenant (principe one-to-many).

Lors de vidéo-conférence, la transmission de Live-Video-Streams des participants et des salles de conférence impliquées est en premier plan.

En haut



Tutorat à distance

Le tutorat à distance consiste à un encadrement psychologique des apprenants par des tuteurs. Le tutorat est la médiatisation de relations humaines via un dispositif foad/e-learning entre des tuteurs et les apprenants.

Le tutorat a pour principal objectif via des actions directives et non-directives de soutenir les efforts d'apprentissage des étudiants. L'aide psychologique vise à accompagner l'apprennant dans ses parcours pédagogiques.

Le tutorat dans sa version non-directive est fortement imprégné de techniques de relations d'aide.

Le tuteur peut être l'expert de contenu du cours enseigné ou seulement un assistant pédagogique. Dans tous les cas, tous les membres d'une équipe pédagogique peuvent exercer un tutorat aupres des apprenants allant de l'écoute, au coaching, à un encadrement stricte.

Le tutorat peut s'exercer à travers des outils synchrones ("en temps réel") ou en asynchrone ("en différé").

En haut



Daniel Kaplan (FING)

Daniel Kaplan, né en 1962, a été désigné en 2002 par le magazine Newbiz comme l'une des 100 personnalités qui "font vraiment bouger la France". Il est le délégué général de la Fondation pour l'Internet Nouvelle Génération et préside également l'Institut européen du e-learning (EIfEL). Membre de la Chambre d'experts du programme e-Europe, membre du Conseil stratégique des technologies de l'information placé auprès du Premier ministre, co-fondateur et administrateur du Chapitre français de l'Internet Society, Daniel Kaplan est profondément impliqué dans le développement de l'internet en France et dans le monde. Il a écrit ou dirigé 13 ouvrages sur le thème de l'internet, de la mobilité, de l'e-éducation, du commerce et des médias électroniques.

En haut



Source : Wikipedia