Covoiturage

3.3759647188518 (907)
Posté par marvin 04/04/2009 @ 03:09

Tags : covoiturage, transports, environnement

Dernières actualités
Un nouveau venu dans le covoiturage - Planète Terra
Envoituresimone.com veut mettre un peu d'ordre dans le covoiturage. Réservation, billet et garantie de remboursement en cas de problème, le site joue la carte de la fiabilité et espère bien devenir un jour un l'eBay du secteur....
La MAIF s'engage dans le covoiturage et s'associe notamment avec ... - News Assurances
Aujourd'hui, 18 % d'entre eux sont à la recherche de solutions alternatives comme le covoiturage. Face à ce constat, et soucieuse d'apporter des solutions de transports sûres et économiques à ses sociétaires, la MAIF a décidé de lancer pour ses assurés...
ZURBAINS.COM, l'actualité citoyenne et éco-responsable. - TF1
Depuis juin, un espace de covoiturage est accessible gratuitement sur toutes les pages du site. Ce service fourni par Covoiturage.fr, nº1 du covoiturage en France, permet à tout un chacun de mutualiser ses trajets quotidiens afin de diviser ses frais...
Le site de covoiturage propose ses nouveautés - vivre-a-chalon.com
le covoiturage événementiel : l'internaute peut visualiser lors de sa recherche les trajets correspondant à des manifestations ; par exemple un concert, un festival ou un événement sportif. Des informations sur la manifestation sont disponibles : date,...
Un site de co-voiturage pour les Portes de l'Isère - Enviscope
En partenariat avec la Chambre de Commerce et d'Industrie du Nord-Isère, la CAPI a mis en route un site www.capi-covoiturage.fr covoiturage depuis fin mars. Le site www.capi-covoiturage.fr s'adresse aux personnes circulant sur le territoire Porte de...
Le covoiturage débarque au Maroc - L'Économiste
Le covoiturage pourrait être la solution à tous ces soucis en réduisant le trafic, et en diminuant la pollution ainsi que la consommation d'énergie. L'idée consiste en fait en l'utilisation d'un véhicule par un conducteur non professionnel et des...
Woozcar : le nouveau réseau social de covoiturage - PCWorld France
L'intérêt majeur de ce réseau vient de la possibilité de faire du co-voiturage, chaque membre remplit son trajet et/ou le trajet qu'il emprunte tous les jours. "L'idée générale est de favoriser au maximum les échanges réels entre membres" commente Rémi...
2ème lecture du Grenelle de l'environnement: Frédérique Massat ... - ariegeNews.com
Le développement du covoiturage étant un objectif du Grenelle de l'environnement, Frédérique Massat a déposé un amendement pour que l'Etat montre l'exemple en mettant rapidement en place des plans de déplacements, incluant le covoiturage,...
Saussan Le covoiturage se répand sur la bonne voie - Midi Libre
L'association de covoiturage, dont le siège social est à Saussan, est née d'un constat simple : la plupart des véhicules qui circulent ne sont occupés que par une seule personne. Or, la voiture est un problème qui pèse sur le budget des ménages et...
Le billet « anticrise » pour voyager moins cher cet été - CCI Nice-Côte d'Azur
La première place de marché du transport donne un sacré coup de vieux au principe du covoiturage, qui peine à s'imposer. EnvoitureSimone, c'est une manière complètement nouvelle de voir le principe du covoiturage. Les fondateurs ont souhaité « imiter...

Covoiturage

Même congestionnées par les voitures, les semi-remorques et les camions, les routes peuvent assurer le transport de milliers de personnes supplémentaires si on accroit le nombre de passagers par véhicule. La plupart des gens ont trois ou quatre places libres dans leur voiture. Une des solutions possibles est d'encourager les migrants journaliers à pratiquer le covoiturage[3].

Le covoiturage est l'utilisation d'un véhicule par un conducteur non professionnel et des passagers, dans le but d’effectuer ensemble un même trajet.

Cette pratique permet aux passagers par exemple d'économiser des dépenses de carburant ou d'éviter de perdre du temps s'ils n'avaient pu disposer d'une voiture. La collectivité y gagne par la diminution des embouteillages, de la pollution et des accidents de la route. Le covoiturage est donc fortement encouragé par les autorités lors des augmentations de pollution et est d'autant plus pratiqué que le prix de l'essence augmente.

À la différence du taxi où c'est le passager qui fixe la course, en covoiturage, c'est le conducteur qui fixe la course.

Un conducteur propose à des passagers de les transporter dans sa voiture pour un trajet que, lui, doit effectuer, et donc à la date et à l'heure qu'il a décidées. Généralement, le lieu de départ est déterminé à l'avance et il est le même pour tout le monde. A l'arrivée, le conducteur dépose les passagers là où il s'arrête ou bien à l'endroit que chacun souhaite, en évitant de faire un grand détour. Il pourra alors laisser ses passagers par exemple à proximité d'un transport en commun ou bien là où un membre de la famille ou un ami pouront les prendre en charge.

Le conducteur peut demander à ce qu'un des passagers le remplace au volant afin qu'il puisse se reposer un peu.

Le partage des frais est laissé à l'appréciation du conducteur. La formule la plus classique consiste à diviser le coût du carburant et des péages par le nombre de personnes. Les frais généraux tels que ceux d'entretien ou d'assurance peuvent être inclus dans le calcul du coût du trajet.

Le conducteur est tenu de ne pas faire de bénéfice, en particulier pour ne pas enfreindre la loi. Mais certains demandent une participation forfaitaire quel que soit le nombre de passagers. Ce cas assez rare peut surprendre les passagers, qui peuvent trouver injuste cette pratique.

Depuis les années 80, le covoiturage a été soutenu par des associations telles que Taxistop en Belgique, Allostop en France et Allo-Stop au Canada. Il s'est développé en Allemagne. Il s'étend un peu partout dans le monde occidental. Internet a beaucoup contribué à l'émergence de cette pratique de transport parce qu'il facilite la prise de contact entre les gens.

Plusieurs pays s'inscrivent déjà dans la vague du covoiturage en mettant en place des ères de stationnements servant de points de chute, des voies réservées en cas d'embouteillage, etc. Au Canada par exemple, toutes les autoroutes importantes autour des agglomérations comme Montréal, Toronto et Vancouver ont des voies réservées aux véhicules à occupation multiple (VOM), ce qui accélère grandement l'accès au centre-ville. Au Pays-Bas, il existe des lifters plaats qui consistent en un trottoir d'environ un kilomètre à l'entrée des autoroutes. Ces trottoirs sécurisent les adeptes et servent autant aux covoitureurs qu'aux auto-stoppeurs.

Par delà le transport entre personnes de connaissance (forcément assez limité), le covoiturage ne peut fonctionner que si un système manuel (association, centre d'appels, petites annonces, annonce radio etc.) ou automatisé (site internet, babillards, échange de courriels ou de SMS, etc.), ou les deux, aide à résoudre tous ces problèmes.

De nombreux sites Internet permettent la proposition et la demande de covoiturages, qu'ils soient réguliers ou ponctuels, de proximité ou de longue distance. Dans ce dernier cas, certains sites offrent des moteurs de recherche en ligne pour le covoiturage, ce qui permet de calculer les trajets et les meilleures possibilités pour le conducteur et le passager. Ces services de babillard pour le covoiturage sont souvent gratuits et faciles à utiliser.

En France, le covoiturage se développe peu et représente moins de 1% malgré l'augmentation du coût des transports et de la pollution automobile. Certaines difficultés juridiques freinent son développement .

Il existe plusieurs groupes de réflexion sur le covoiturage ,,. La Fédération du Covoiturage (FEDUCO) est créée en décembre 2008 par différents acteurs privés et associatifs son but est la promotion du covoiturage sous toutes ses formes.

Le conducteur annonce le montant que chacun devra payer avant de partir et non une fois arrivé.

L'horaire de départ et celui d'arrivée sont convenus à l'avance et sont à respecter afin d'éviter que l'un mette en retard tous les autres. La question des bagages, que l'on soit conducteur ou passager, doit être traitée à l'avance de manière à ce que tous les passagers puissent embarquer chacun avec leurs bagages. Si la voiture est pleine, il est d'usage de se relayer pour l'assise à l'avant. Il est poli de demander l'autorisation de fumer avant d'allumer sa cigarette.

En France, 78 sites de covoiturage existent, gratuits pour la plupart. Toutefois, ils souffrent tous d'une faible fréquentation, probablement à cause du grand nombre de sites grand publics existants. De plus, la plupart des sites de petites annonces gratuites proposent aussi une rubrique de covoiturage. D'ailleurs, certains sites de petites annonces locales disposent plus d'offres de covoiturage qu'un site spécialisé, pour un trajet identique.

La multiplicité et la diversité des acteurs et des sites est un frein au développement et à l'essor du covoiturage en France. Le regroupement d'acteurs (Collectivité, entreprise, association, ect) et la mise en commun des bases de données des sites peut répondre à ce problème.

Il existe plusieurs groupes de réflexion sur le covoiturage ,,. La Fédération du Covoiturage (FEDUCO) est créée en décembre 2008 par différents acteurs privés et associatifs son but est la promotion du covoiturage sous toutes ses formes.

Le logiciel et la base de données du Réseau de covoiturage sont partagés par plusieurs sites web qui utilisent un habillage propre à leur portails respectifs. Ce fonctionnement permet aux villes et aux institutions canadiennes de se joindre au réseau, mais de bénéficier du logiciel à partir de leur propre site de manière transparente pour les utilisateurs. Lorsqu'un utilisateur est membre de l'un des sites Web affilié au réseau, il l'est également pour tous les autres sites partenaires.

Le logiciel calcule les trajets et le rayonnement s'élargit en fonction de la distance parcourue. Parmi les outils disponibles, on compte un calculateur de trajet versus les coûts de l'essence, un calculateur de dioxyde de carbone, service de communication par messagerie texte, par messagerie privée et par courrier électronique. En 2009, l'utilisation des services du Réseau de covoiturage est gratuit.

Il y a 4 000 km de VOM et 130 programmes pour VOM dans plus de 30 villes nord-américaines. Les voies réservées aux véhicules multioccupants sont réservées aux véhicules transportant plus d'une personne.

Un système de signalisation élaboré a été mis en place .

Des automobilistes prennent à des arrêts formalisés des passagers qu'ils ne connaissent pas pour des trajets prédéfinis. Ce sont des sortes de lignes de voitures. C'est souvant gratuit gratuit pour le passager et la principale motivation pour le conducteur est de pouvoir utiliser les voies de covoiturage VOM.

Il y a peu de voies réservées aux VOM peu en Europe. La Norvège est un des pays européens qui en possède. Le projet « Europeen ICARO », pour Increasing CAR Occupancy a permis d'en créer à Leeds, Bristol et Madrid. Il n'y en a pas en France.

Lors du Grenelle de l'environnement il a été prévue de permettre la mise en place de voies réservées sur les autoroutes et voies rapides pour les transports collectifs et les véhicules transportant au moins 3 personnes.

Les aires sont des lieux sécurisés et identifiés où les covoitureurs peuvent se poster pour attendre leur conducteur, ou pour pratiquer l'auto stop. Les parkings permettent de se retrouver également et d'y laisser une voiture, de sorte à ne prendre qu'une voiture pour plusieurs personnes. Une jonction avec les lignes de transport en commun peut s'avérer utile. Il est possible de rendre l'aire ou le parking identifiable en y installant une borne ou tout autre signalétique visible de loin.

La voiture est souvent perçue comme un prolongement de l'espace personnel, la personne seule dans son véhicule est dans un espace clos, où elle est libre de faire ce que bon lui semble : écouter la radio, chanter, téléphoner avec oreillette ... Covoiturer régulièrement c'est partager un dialogue, des expériences, des histoires.

Ce covoiturage se fait souvent avec des gens de la même entreprise, université ou des voisins.

En Europe covoiturer entraine toujours une perte de temps pour le conducteur, car il n'existe pas de voies réservées au covoiturage (VOM).

Le passager court le risque d’être : oublié, ou de pas être transporté suite à un empêchement du conducteur. Il doit donc toujours prévoir une solution de secours : transports en commun, un autre covoiturage, taxis, auto-stop, marche à pied, patin à roulette...

Amener ses enfant à l'école en voiture, c'est covoiturer pendant une partie du trajet.

On covoiture les enfants de plusieurs familles à l'aide d'un seul conducteur, le conducteur peut être différent le matin, le soir et tous les jours de la semaine.

A l'école on peut covoiturer avec d'autres parents vers son lieu de travail, parfois le parking de l'école permet d'y garer une voiture la journée.

Chacun part avec sa voiture jusqu'au lieu de rendez-vous : un parking , puis on covoiture jusqu'au lieu de travail. Les parking aux entrées et sorties d'autoroute sont très utilisés, mais leur capacité de stationnement est souvent très réduite.

Il s'agit d'effectuer un trajet sur plusieurs centaines de kilomètres. La mise en relation se fait souvent par des sites internet, cela permet de diminuer des couts de déplacements importants, mais oblige généralement à covoiturer avec un ou des inconnus.

En haut



Société des transports interurbains Pyrénées Atlantiques

Logo de Société des transports interurbains Pyrénées Atlantiques

La Société des transports interurbains Pyrénées Atlantiques plus connu sous le sigle Stipa , est un réseau de transport en commun desservant une grande partie du département des Pyrénées-Atlantiques.

L’organisation des transports publics routiers est confiée aux Départements depuis la Loi d’Orientation des Transports Intérieurs de 1982. Cette compétence se traduit par la mise en place de réseaux de transport public entre les principales communes du territoire. Ces réseaux sont distincts de ceux mis en place au sein des agglomérations (bus, trams, métro) qui relèvent quant à eux des communes concernées. Dans le département, le Conseil général définit l’aménagement des points d’arrêt en fonction de la géographie, du réseau routier, de la fréquentation potentielle et fixe les itinéraires, les horaires et les jours de fonctionnement des services pour satisfaire au mieux les besoins de la population.

Cette gestion mobilise un budget annuel conséquent de l’ordre de 28 millions d’euros consacré essentiellement au fonctionnement des lignes et concerne des lignes régulières commerciales, des circuits scolaires et plus récemment des actions en faveur du covoiturage.

C’est un service public de proximité que le Conseil général propose. Son intervention permet à tous les usagers des services de transport pour relier les petits villages au grandes villes du département.

Le réseau est composé de 34 lignes de bus, desservent de façon permanente tous les grands axes du territoire départemental. Elles sont ouvertes à tous et payante.

Les transports scolaire permettent aux élèves de se rendre à leurs établissement scolaire.

Le transport scolaire dans les Pyrénées-Atlantiques coûte environ 900 euros et est assuré en totalité par le Conseil général.

Le Conseil général à créé un site pour faciliter le covoiturage aire face aux difficultés liées à l’augmentation du prix du carburant. Ce site est destiné à mettre en contact rapidement et facilement les usagers qui souhaitent partager un véhicule sur un itinéraire donné.

Il est prévu de créer des aires de stationnement pour le covoiturage.

En haut



Réseau de covoiturage

Logo Reseau Covoiturage Francais.png

Le Réseau de covoiturage (en anglais The Carpooling Network) est un moteur de recherche en covoiturage canadien, utilisant un logiciel propriétaire en ligne et gratuit à l'utilisation. Le Réseau de covoiturage partage sa base de données avec plusieurs villes, institutions ou entités gouvernementales et privées du Canada.

Lancé le 2 novembre 2005, le moteur de recherche en covoiturage est d'abord mis en ligne sous le nom de Covoiturage Montréal et est destiné uniquement aux covoitureurs du grand Montréal au Québec. Au début de l'année 2006, les municipalités de Rigaud, Vaudreuil-Dorion, Saint-Lazare, Notre-Dame-de-l'Île-Perrot, les MRC Brome-Missisquoi, Les Moulins et la Société de transport de Laval, s'intéressent au logiciel de Covoiturage Montréal. L'entreprise, développe des portails de covoiturage personnalisés afin d'intégrer le moteur de recherche aux sites des municipalités et institutions, et se partagent la même base de données, créant ainsi le seul réseau de covoiturage au Canada. À la fin de l'année 2006, CovoiturageMontréal inc. utilise deux autres dénomination sociale Le Réseau de covoiturage et "The Carpooling Network".

Au cours des années 2007 et 2008, plusieurs autres villes et institutions se joignent au Réseau. Parmi les plus importantes, on compte un partenariat avec le DEL, la CCIRS et le CLD de Longueuil, Granby, les villes de Mascouche, Terrebonne, Rimouski et Saint-Jérôme. Le réseau de covoiturage s'étend également à des institutions publiques et privées telles que l'Université du Québec à Trois-Rivières, le Collège Lionel-Groulx, cégep de Granby Haute-Yamaska, Cité de la Biotech, Merck Frosst Canada, etc.

En janvier 2009, le Réseau de covoiturage compte plus de 15 000 utilisateurs répartis dans une base de données partagée par une trentaine de villes et institutions publiques et privées canadiennes.

Le logiciel et la base de données du Réseau de covoiturage sont partagés par plusieurs sites web qui utilisent un habillage propre à leur portails respectifs. Ce fonctionnement permet aux villes et aux institutions canadiennes de se joindre au réseau, mais de bénéficier du logiciel à partir de leur propre site de manière transparente pour les utilisateurs. Lorsqu'un utilisateur est membre de l'un des sites Web affilié au réseau, il l'est également pour tous les autres sites partenaires.

Le logiciel calcule les trajets et le rayonnement s'élargit en fonction de la distance parcourue. Parmi les outils disponibles, on compte un calculateur de trajet versus les coûts de l'essence, un calculateur de dioxyde de carbone, service de communication par messagerie texte, par messagerie privée et par courrier électronique. L'utilisation des services du Réseau de covoiturage est gratuit.

En haut



Armada 2008

Logo de l'Armada 2008.

L'Armada Rouen 2008 est la cinquième édition du rassemblement de grands voiliers de Rouen. Elle s'est déroulée du 5 juillet au 14 juillet 2008 à Rouen et a attiré près de onze millions de visiteurs. Elle fut le point de départ du prologue de la Tall Ships' Races 2008). à l'issue de l'évènement.

Les bateaux suivants ont confirmé leur présence auprès des organisateurs.

Tous les jours, les navires peuvent être visités gratuitement ; les journées se terminent par un concert gratuit et un feu d'artifice.

Cette parade constitue le début du prologue de l'édition 2008 de la Tall Ships' Races (ex Cutty Sark), qui va de Rouen à Liverpool. À cette occasion, les Grands Trophées de l'Armada 2008 sont remis.

Des concerts, organisés par le Conseil régional de Haute-Normandie, sont proposés gratuitement tous les soirs pendant l'armada.

L'affluence rend généralement la circulation automobile difficile ; les organisateurs conseillent le covoiturage et l'utilisation des transports en commun .

Le site de l'Armada est desservi par plusieurs lignes des transports en commun de l'agglomération de Rouen : les lignes de bus, le tramway de Rouen (stations Armada Nord-Théâtre des Arts et Armada Sud-Joffre-Mutualité), les trois lignes du TEOR (station Armada Nord-Louis Pasteur) et une ligne de navettes « Armada'Bus » assurant la liaison entre le parking du Zénith de Rouen et les quais sud. La ligne T4, créée à l'occasion de l'Armada, dessert les quais et le pont Gustave-Flaubert.

En parallèle de la manifestation et avec le concours de la municipalité de Rouen, un grand rassemblement de fanfare a été organisé pour l'occasion par la Vashfol (fanfare Médecine Rouen) lors du week-end du 14 juillet. 14 fanfares (étudiantes pour la plupart) ont répondu présentes, dont les Boules de Feu (Reims), Ze Big Bandhoulle (Lille), Los Teoporos (Bordeaux), les West Costards (Nantes), la Grasse Bande (Bordeaux)... et ont joué à plusieurs reprises dans la ville, notamment tous ensemble devant la cathédrale (plus de 200 musiciens !) et sur un bateau sur la Seine.

En haut



Source : Wikipedia