Bénéfices

3.3915662650875 (996)
Posté par woody 02/03/2009 @ 23:11

Tags : bénéfices, lexique de la finance, finance, economie

Dernières actualités
Un bénéfice de 125 millions d'euros - L'Equipe.fr
Selon le Bureau général d'audit (GAO) chinois, les jeux Olympiques de Pékin ont permis de dégager un bénéfice de 125 millions d'euros. Une somme qui devrait toutefois être beaucoup moins importante, car les autorités chinoises n'ont pas pris en compte...
nouvelles prises de bénéfices en Asie - Boursier.com
Devenir MEMBRE GRATUIT sur Boursier.com, C'est RAPIDE et GRATUIT ! Vous pourrez bénéficier de services PERSONNALISÉS ! (Boursier.com) -- Les Bourses asiatiques s'affichent en baisse ce matin, craignant un redémarrage plus lent que prévu de l'économie...
FedEx voit son bénéfice annuel s'effondrer, attend un ... - AFP
WASHINGTON (AFP) — Le groupe américain de messagerie FedEx a annoncé mercredi un effondrement de son bénéfice net annuel et prévenu que la conjoncture resterait "extrêmement difficile" jusqu'à la fin de l'année, jetant une ombre sur les espoirs de...
RIM : bénéfices en croissance de plus de 30% - PCWorld France
Le fabricant canadien Research In Motion, fabriquant des téléphones Blackberry vient d'annoncer un bénéfice net en hausse de 33% sur un an, avec 643 millions de dollars pour le dernier exercice fiscal. Le chiffre d'affaires est quant à lui juste en...
Euro Dollar : Les prises de bénéfices sur les actions fatiguent l'Euro - Trading Sat
Une psychologie de marché qui devrait prédominer tant que les prises de bénéfices sur les marchés actions ne feront pas place à un franc rebond technique. En effet, les dégagements qui affectent les principaux indices boursiers concernés par la paire...
PRENDRE SES BÉNÉFICES SUR LES POSITIONS TOTAL ET PÉTROLE - Investir.fr
Nous avions conseillé à la mi-avril puis à la fin mai l'achat de certificats sur Total (code : 1453B) et sur le Brent (codes : 3858S et 3835S), avant de prendre quelques bénéfices, alors que le baril de WTI franchissait la barre des 70 dollars....
Porsche annonce des bénéfices en baisse - L'AGEFI
Le constructeur allemand a fait état vendredi d'une baisse de son bénéfice imposable, sans en dévoiler le montant, au cours des neuf premiers mois de son exercice fiscal à fin avril. Le chiffre d'affaires de son coeur d'activité a reculé de 15% à 4,6...
Les prises de bénéfices et l'énergie poussent Wall Street en forte ... - AFP
NEW YORK (AFP) — La Bourse de New York a fini en forte baisse lundi, plombée par les prises de bénéfices et le repli des valeurs énergétiques, et prise d'interrogations sur la viabilité de l'impressionnante remontée des indices: le Dow Jones a perdu 2...
Cac 40 : Des prises de bénéfices attendues - Trading Sat
De l'autre côté de l'Atlantique, les opérateurs ont eu la main lourde et les prises de bénéfices ont tiré les indices vers le bas avec une clôture à -2.13% pour le Dow Jones et de -2.28% pour le Nasdaq. Si l'indice « Empire State » a déçu,...
Le CAC 40 retrouve le chemin de la hausse grâce aux statistiques ... - Capital.fr
Crédit suisse a réduit ses anticipations de bénéfices sur le groupe, et a modifié son objectif de cours à 45 euros, avec une opinion "neutre". Le secteur automobile a subi aussi des prises de bénéfices, Renault, Michelin et Peugeot glissant de plus de...

Bénéfices industriels et commerciaux

Les Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC) sont une composante du revenu global soumis à l’impôt sur le revenu.

Cette catégorie englobe les bénéfices réalisés par les personnes physiques qui exercent une profession commerciale, industrielle ou artisanale (exploitants individuels ou associés de certaines sociétés de personnes).

Le BIC est donc égal au bénéfice nets réalisés après paiements de toutes les charges d'une exploitation, auxquels s'ajoutent les salaires reçus si une autre personne du foyer fiscal exerce une activité rémunérée.

Gérard et Géraldine sont mariés sans enfants. Gérard détient, sous forme d'EURL, un bar PMU.

Son chiffre d'affaire est de 150 000 euros (avec commissions). Après y avoir déduit ses charges d'exploitations (Consommations, achats externes, charges de fonctionnement, amortissements, pertes financières et exceptionnelles), son résultat net est de 25 000 euros.

Géraldine est employée d’une entreprise de cosmétique, et a un salaire annuel de 24 000 euros.

Gérard a donc un revenu imposable de 25 000 euros et Géraldine, après abattement de 10%, a un revenu imposable 21 600 euros.

Le revenu imposable du couple est de 46 600 euros ce qui servira de base pour le calcul de leur impôt sur le revenu.

En haut



Extériorisation des bénéfices

L'extériorisation des bénéfices est une stratégie de gestion des entreprises axée sur l'affichage de bénéfices le plus élevé possible sur le court terme, afin d'entraîner une hausse du cours de Bourse, si l'entreprises est cotée, ou de la revendre plus cher, dans le cas du capital-investissement.

Cette stratégie a pour avantage d'offrir des revenus immédiats aux actionnaires. Elle oblige cependant l’entreprise à afficher rapidement des bénéfices, pour injecter de l'argent sur le marché boursier, par le versement d'un dividende ou des rachats d'actions. Elle a donc pour inconvénient, à plus long terme, de peser sur l'activité de l'entreprise, par une ponction sur son activité, en l'obligeant à réduire ses coûts de production au delà du nécessaire, ou pratiquer des prix de vente un peu excessifs.

En période de croissance faible, et de fiscalité avantageuse du capital, une extériorisation des bénéfices poussée refléte la crainte des dirigeants de l'entreprise qu'elle soit rachetée, ou leur désir d'un moteur auxiliaire à la hausse du cours de Bourse, pour doper leur patrimoine. On peut parler alors de financement de la décroissance.

La stratégie inverse, l'intériorisation des bénéfices, vise à sacrifier la rentabilité, voire même à l'annuler ou afficher des pertes, en baissant les prix de vente ou multipliant les dépenses technologiques et commerciales, afin de gagner des parts de marché sur le long terme. Une même entreprise peut passer d'une stratégie à l'autre, au cours de son histoire, voire en fonction de l'évolution du contexte fiscal et économique.

L'extériorisation des bénéfices est plus fréquentes chez les entreprises dites "mûres", ou disposant d'un monopole ou d'un oligopole (distribution d'eau, d'électricité) et chez les entreprises rachetées dans le cadre d'un LBO, que dans la haute-technologie, les jeunes sociétés et celles qui ont recours au capital-risque.

En haut



Intériorisation des bénéfices

L’intériorisation des bénéfices consiste pour une entreprise à augmenter les dépenses de recherche ou baisser les prix de vente, ou même embaucher, afin de gagner des parts de marché. L’entreprise réalise peu ou pas de bénéfice mais elle grandit, et son cours de bourse peut anticiper cette croissance.

Cette méthode est efficace lorsque l'entreprise a affaire à des investisseurs et des analystes financiers connaissant bien son secteur d'activité et qu'elle leur donne accès aux informations permettant de juger avec pertinence et précision de sa stratégie. C'est en particulier le cas de secteurs de haute-technologie où de nombreuses entreprises du même secteur son cotées en Bourse, ce qui permet aux actionnaires de mieux comprendre leur fonctionnement, de les comparer sur une base régulière et de suivre de près l'évolution du chiffre d'affaires et du carnet de commandes de leurs différents produits.

L'intériorisation des bénéfices permet par ailleurs de limiter le poids de l'impôt sur les sociétés dans les pays où il est élevé. Les actionnaires se rémunèrent lorsque le cours de Bourse progresse sur le long terme et les plus-values obtenues, en cas de réussite, sont en général d'une ampleur telle que la fiscalité sur les plus-values n'est pas de nature à décourager l'investisseur.

En haut



Économie de la Slovaquie

L’économie de la Slovaquie est en forte croissance depuis 2000, en particulier grace aux bénéfices de son intégration à l’Union européenne et des réformes libérales menées par le gouvernement de Mikuláš Dzurinda. Depuis 1999, le taux de croissance annuel n'a ainsi cessé d'augmenter, passant de +0,3% à +8,8% en 2007.

À la faveur d'une main d'œuvre assez qualifiée, des salaires faibles et un droit du travail flexible, le pays attire de nombreuses entreprises industrielles. Après Volkswagen à Bratislava, c'est PSA Peugeot Citroën qui a annoncé un investissement à Trnava, puis Hyundaï Kia à Žilina. Le secteur de l'industrie automobile représente désormais un quart de la production industrielle slovaque, en hausse de 34% par rapport à 2005. En 2007 550.000 voitures devraient être assemblées dans le pays et 900.000 en 2010.

Hormis la métallurgie (vers la capitale et Košice), les principales activités du pays sont le bois et ses dérivés (région de Banská Bystrica et Ružomberok), les biens d'équipement et, à un degré moindre, l'électronique et l'habillement. Le pays exploite aussi du charbon. Le taux de chômage demeurait cependant de 17% en 2004, malgré une croissance économique de 5,5%.

Le PIB se montait alors à 42,5 milliards de dollars, soit 7 200 $ par habitant. L'impôt est à un taux unique de 19 % et ce aussi bien pour les entreprises que pour les particuliers.

Le 17 novembre 1328, le roi Charles Robert d'Anjou instaure le premier Hôtel des monnaies slovaque à Kremnica, à proximité de riches mines d'or. Cet atelier fabriquera le ducat qui sera adopté dans toute l'Europe centrale. Sous l'empire austro-hongrois, l'hôtel des monnaies connaitra l'apogée de son développement.

Le 1er janvier 2009, la Slovaquie, entrée dans l'Union Européenne en 2004, abandonne sa monnaie nationale – la couronne slovaque et les hellers mis en circulation depuis 15 ans – et devient le 16e pays à rejoindre la zone euro. Le taux de change est établi à 1 € pour 30,126 couronnes. La Banque centrale européenne a délivré les 188 millions de billets de banque en euros, d'une valeur de sept milliards d'euros, nécessaire au passage à l'euro. L'hôtel des monnaies de Kremnica a fabriqué 400 millions d'exemplaires des premières pièces en euro slovaques. Elles sont distribuée depuis le 1er décembre 2008 dans des kits de 45 pièces d'une valeur de 16,6 € et échangées dans les bureaux de poste et les banques pour 500 couronnes slovaques. Les deux monnaies ont circulés pendant les seize premiers jours de janvier, avant que l'euro ne devienne la seule et unique monnaie valable dans le pays.

En haut



Financement de la croissance

L'impact économique du recours à l'un ou l'autre des quatre processus privés du financement de la croissance a différé selon les époques et les secteurs industriels, en fonction de la fiscalité, des priorités patrimoniales de court terme des actionnaires, des perspectives de croissance de la demande finale, ou encore du degré d'avancement de la culture de la Bourse et du capital-risque.

L'intériorisation des bénéfices et les augmentations de capital, stratégies audacieuses basées sur la projection dans l'avenir, ont eu tendance à progresser aux mêmes époques et dans les mêmes secteurs industriels, sur fond de forte croissance ou même de bouleversement technologique.

L'autofinancement et l'endettement correspondent au contraire au même désir de conserver le contrôle du capital d'une société, ou de ne pas diluer sa rentabilité par la création de nouvelles actions. Leur logique répond à une stratégie patrimoniale plus axée sur le court terme.

L'autofinancement limite les capitaux propres de l'entreprise et donc sa capacité d'endettement, car les banquiers ne prêtent qu'en fonction des capitaux propres. Il peut cependant s'avérer un garde fou aux excès d'endettement, par exemple pour une entreprise familiale, dont les héritiers sont plus soucieux d'éviter le risque de faillite, pour des raisons affectives, que les simples investisseurs extérieurs.

L’intériorisation des bénéfices consiste à augmenter les dépenses de recherche, embaucher, ou baisser les prix de vente, afin de gagner des parts de marché, stimuler la croissance d'une nouvelle industrie, ou même combiner les deux, les parts de marché étant plus faciles à gagner dans un secteur qui s'agrandit ou se renouvelle.

L’entreprise réalise peu ou pas de bénéfice, voire affiche des pertes. Mais elle grandit, et son cours de bourse peut progressivement anticiper cette croissance. Les actionnaires qui n’y croient pas vendent leurs actions à ceux qui y croient. C’est la méthode utilisée par beaucoup de sociétés américaines high-tech cotées sur le Nasdaq dans les années 90. Même les plus rentables, comme Microsoft, n’ont pas distribué de dividende pendant des décennies, la hausse exponentielle du cours de Bourse suffisant aux actionnaires.

En 2000, les investissements en technologie de l'information représentaient aux États-Unis la moitié du total des investissements et 5% du PIB. En Europe, ils ne pesaient que 2,9% du PIB et 28% du total des investissements, soit deux fois moins, selon l'économiste Patrick Artus ( Le capitalisme est en train de s'auto-détruire, La Découverte, page 43). L'intériorisation des bénéfices nécessite cependant la confiance du marché boursier, qui doit croire à la technologie développée ou à la croissance future de l'économie, procurant aux produits de l'entreprise une demande durablement solvable.

L'intériorisation des bénéfices s'est manifestée dès la révolution industrielle menée par les premiers entrepreneurs du coton britannique. De 1770 à 1830, une série d'inventions a entrainé la multiplication par 50 des importations britanniques de coton brut, grâce aux gains de productivité. La demande a fait flamber les cours du coton brut, mais les industriels ne l'ont pas répercutée sur leurs clients, divisant au contraire les prix de vente par cinq, baisse qui s'est poursuivie jusqu'en 1860, afin de dominer durablement le marché mondial, selon Jean-Pierre Rioux (dans La Révolution industrielle, page 94). Une bonne part des formidables premiers bénéfices du coton de Manchester a ainsi été reportée vers l'avenir. Cette stratégie a été décrite par Max Weber, dans L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme.

Le rachat d’action, qui s’est développé aux États-Unis à la fin des années 80, puis en Europe dix ans plus tard, n’a rien à voir avec l’intériorisation des bénéfices. Il relève au contraire de l'extériorisation des bénéfices, car il oblige l’entreprise à afficher rapidement des bénéfices, pour injecter de l'argent, en rachetant ses actions, sur le marché boursier, comme elle le ferait avec un dividende.

En période de croissance faible, et de fiscalité avantageuse du capital, une extériorisation des bénéfices poussée refléte la crainte des dirigeants de l'entreprise qu'elle soit rachetée, ou leur désir d'un moteur auxiliaire à la hausse du cours de Bourse, pour doper leur patrimoine. On peut parler alors de financement de la décroissance.

L’autofinancement permet à une famille actionnaire de rester seule maître à bord. L'investissement où la croissance de l'activité commerciale et ses besoins (stocks, créances clients) sont entièrement financés par des bénéfices. L’entreprise doit donc dégager dès le départ une forte rentabilité, ce qui limite sa marge de maneuvre commerciale. C’est l’approche qui fut privilégiée par la plupart des entreprises françaises jusqu'en 1890, et dans une moindre mesure jusqu'en 1913, dans un pays où le marché boursier était encore peu développé et taillé sur mesure pour les besoins de financement, par des emprunts publics, des guerres de l'empire napoléonien.

Le Palais Brongniart n'a ouvert ses portes que le 4 novembre 1826 . L'année précédente, en 1825, un total de 115 sociétés entraient déjà en Bourse de Londres, pour lever 100 millions de sterling, dont 20 millions au sein d'une industrie du chemin de fer encore balbutiante, raconte Fernand Braudel, dans "Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle" (page 764). En France, il faut attendre la concession du très rentable Paris-Lille en 1845, accordée à la famille Rotschild, banquière de l'empire, pour assister à une levée de fonds importante. L'indicateur mondial de développement des chemins de fer développé, de l'historien Jean-Pierre Rioux, montre un retard français, qui ne se résorbe que vers 1913, et une avance dans les pays protestants à forte culture boursière.

Entre 1865 et 1880, lorsque de nouveaux progrès technologiques dans l'acier et la machine à vapeur accélèrent la croissance mondiale, ces secteurs restent sous-représentés à la Bourse de Paris. La production d'acier français creuse ensuite son retard, alors que le convertisseur de Sidney Gilchrist Thomas donnait sa chance au minerai de fer de Lorraine. La France rate aussi le boom des investissements en machine à vapeur, avec 544.000 chevaux en 1880, trois fois moins qu'en Allemagne, les deux pays étant encore à égalité en 1860.

Dans l’Allemagne du dernier tiers du siècle, les grandes banques comme la Deutsche Bank ont pris l’habitude d’aider les grosses PME comme la toute nouvelle Siemens à franchir certains seuils de développement. Pour éviter qu'un pur autofinancement n'entraîne une trop forte contrainte de rentabilité, les banquiers proposent d'acheter des actions pour leur propre compte, par le biais d'une augmentation de capital.

La France a ensuite connu entre les deux guerres mondiales, comme l'Allemagne, une accélération de sa croissance, le PIB augmentant de 50% entre 1918 et 1930. L'autofinancement a au même moment fortement décliné, cédant le pas aux augmentations de capital, qui ont triplé selon l'historien Pierre-Cyrille Hautcoeur: elles ont représenté 34% du financement des entreprises sur la période 1919-1936 contre 12% sur 1890-1913, malgré le krach boursier de 1929.

L’endettement évite aussi de partager le capital avec de nouveaux associés, car il remplace l'augmentation de capital. Il intéresse l’actionnaire car les intérêts sont fiscalement déductibles, à condition que l’entreprise fasse un bénéfice supérieur aux frais financiers. Mais cette stratégie a ses limites: si la société est encore peu rentable, ou n’a pas d’actifs à mettre en garantie, les banques n’acceptent d’augmenter leur crédit que jusqu’à un certain seuil. Au-delà, il faut plus de fonds propres, par augmentation de capital ou du bénéfice.

Le coût de l'endettement, les intérêts, est fiscalement déductible mais il exerce une pression sur l'entreprise pour qu'elle affiche un excédent brut d'exploitation plus élevé, également susceptible de garantir, quoique il arrive, aux créanciers le respect du calendrier de remboursement. En cas de faillite, les actifs sont liquidés pour rembourser les créanciers et il ne reste plus rien aux actionnaires. En cas de succès, ceux-ci ont au contraire à partager les bénéfices entre un moins grand nombre d'actions, la dette ayant suppléé à ces actions. Ainsi, l'action d'une entreprise endettée peut monter plus haut mais aussi baisser plus bas: sa volatilité, à court terme comme à moyen terme, est plus forte.

L'endettement est adapté aux entreprises qui sont très rentables car protégées de la concurrence, ou celles qui disposent d'actifs très rassurants pour les banquiers car faciles à revendre. Une énorme crise de surendettement a cependant mis en difficulté en 2002 France Télécom et Vivendi, propriétaires de rentes d’abonnés jugées stables (Canal + et Cégétel pour Vivendi, le téléphone fixe pour France Télécom) mais en réalité exposés à une nouvelle concurrence lors de la progression plus rapide que prévu d’Internet. Dans les années 70 et 80, la sidérurgie française, à qui l’Etat avait imposé la croissance des capacités de production par endettement a été pénalisée par l’envolée des taux d’intérêt consécutive aux chocs pétroliers. Les entreprises publiques (EDF, SNCF) soumises à de lourds programmes d’investissement (nucléaire, TGV) ont aussi vu leur dette faire boule de neige en raison de la persistance de taux d’intérêts élevés en France entre 1973 et 1993.

Lorsque le taux d'endettement est proche de la saturation, l'entreprise devient plus exposée à la faillite et son cours de Bourse plus volatil, ce qui fragilise les petits épargnants souvent moins bien informés de la marche des affaires que les dirigeants. En 1890, les deux-tiers des compagnies ferroviaires cotées à la Bourse de Paris ont plus de dette que de fonds propres et leur taux moyen d'endettement est proche de 200%, comme le révèle la thèse de Lecoeur (page 64) . C'est l'époque où les épargnants français préfèrent les placements sûrs comme les emprunts de l'Etat russe, dont une bonne partie à servi à financer le réseau de chemin de fer russe par l'Etat tsariste, dans un pays qui comme la France avait peu de culture boursière.

L’augmentation de capital consiste à créer de nouvelles actions, en échange d’un apport d’argent frais, soit à la création de l’entreprise, soit lorsqu‘elle a besoin de grandir, au moment d’investir ou d’accroître la surface commerciale. Dans les périodes où la fiscalité du capital favorise la spéculation, les augmentations de capital sont plus rares et la plupart d'entre elles sont imposées par les banques, au moment où des entreprises endettées et trop peu capitalisées risquent la faillite (Eurotunnel, Alstom, Rhodia, France Télécom).

Dans cet environnement fiscal, lorsqu’une entreprise va bien, les actionnaires préfèrent éviter de diluer les bénéfices entre un plus grand nombre d’actions. En France, dans les années 1920 et années 1950, après les deux grandes guerres mondiales, le durcissement de la fiscalité sur les bénéfices, les hauts-revenus et les successions a modifié les stratégies financières des entrepreneurs et dopé les augmentations de capital, sans peser sur l'investissement, les actionnaires étant par ailleurs encouragés par les perspectives commerciales liées à la reconstruction du pays. L'autofinancement a reculé, de même que le recours à l'endettement, les épargnants se méfiant plus des obligations après la crise des emprunts russes. Les augmentations de capital se sont faites plus nombreuses.

Le même phénomène s’est produit aux États-Unis en 1992, lorsque Bill Clinton a relevé la taxation du capital et la tranche maximum de l'impôt sur le revenu à 39,6% (Ronald Reagan l'avait abaissée à 50% en 1981 puis 25% en 1986). Les émissions nettes d'actions sont redevenues positives (50 milliards de dollars entre 1991 et 1994). L'impact s'est cependant concentré sur les entreprises de haute-technologie, protégées d'un capital-risque qui vivait son heure de gloire: les petites ont massivement augmenté leur capital et les grandes ont procédé à une forte intériorisation des bénéfices. Un fiscalité globalement favorable aux stock-options a cependant entraîné à la fin des années 90 pour les secteurs plus traditionnels, aux Etats-Unis et surtout en Europe, une inversion de tendance, les rachats d'actions prenant largement le pas sur les augmentations de capital, tendance qui s'est encore accentuée dans les années 2000.

L’économie américaine a créé 23 millions d’emplois entre 1992 et 2000, trois fois plus que sur la période 2000 à 2008. A la fin des années 90, l'impôt levé sur les revenus du capital aux États-Unis était de 41% en moyenne, contre 29% en moyenne dans l'Union européenne et 24% en moyenne en France, relèvent Philippe Labarde et Bernard Maris, dans "La bourse ou la vie" (page 130). La majeure partie des prélèvements en France portent sur le travail, via les cotisations sociales, alors qu'une partie des dépenses de santé et d'assurance-maladie américaines sont financées par l'impôt. Les réformes de Georges Bush ont cependant abaissé depuis la taxation des revenus du capital.

Georges Gallais-Hamonno .

En haut



Source : Wikipedia