Warren Beatty

3.4692513368977 (748)
Posté par woody 09/03/2009 @ 04:10

Tags : warren beatty, acteurs, culture

Dernières actualités
In Bed With Madonna - TéléObs.com
Les images dévoilent le quotidien de la star, ses moments d'intimité avec l'acteur Warren Beatty, son «boy-friend» d'alors, sa complicité avec ses danseurs avant, pendant et après le spectacle. «The Blond Ambition Tour» est marqué par les provocations...
Kate Hudson, Noah Wyle, Andy Garcia, Warren Beatty et leurs ... - Pure People
Hier les Lakers accueillaient les rugueux Rockets pour un game 7 endiablé. Jeu lifté, ultra appliqué et défense époustouflante, les Lakers ont finalement rassuré leurs fans avec une très large victoire obtenue dès les toutes premières minutes du match....
L'ex-top Janice Dickinson rajeunit de jour en jour ! - Pure People
La liste est longue : Mick Jagger, Warren Beatty, Sylvester Stallone (dont elle a dévoilé les fantaisies... sexuelles !) ou encore Jack Nicholson. Comme toute croqueuse d'hommes qui se respecte, Janice fait attention à son look....
L'auteur et la révolution : un entretien entre David Walsh ... - CIQI
Ce qui a débouché sur l'écriture d'un film avec Warren Beatty intitulé Reds. En fait, il s'appelait Comrades au départ, mais Comrades faisait un peu trop communiste. Reds, qui est un terme péjoratif en Amérique, est un titre gentiment ironique,...
Quand Michael Douglas reçoit un prix... toute la famille Douglas ... - Pure People
... Nicholson (1994), Steven Spielberg (1995), Clint Eastwood (1996), Harrison Ford (2000), Barbra Streisand (2001), Sean Connery (2006), Al Pacino (2007), Warren Beatty l'année dernière (encore présent cette année) et donc Michael Douglas cette année....
De l'art martial au septième art - EVENE
Initialement dédié à Warren Beatty, le rôle de Bill dans 'Kill Bill' lui revient finalement. Un personnage qui semble écrit pour lui : à bien des égards, le vieux Bill apparaît comme une réincarnation du jeune Caine : un vieux cow-boy fatigué doublé...
Mode tunisienne Hommage aux pionniers - Jetset Magazine
L'on se souviendra toujours de ce générique du film américain Le seul jeu de la ville avec le sulfureux Warren Beatty où il était précisé ceci : «Mademoiselle Elizabeth Taylor est habillée par Fella (Hammamet)». Il faut dire que les djebbas ou tuniques...
Le monologue de Tagg - Bellaciao
Trevor Griffiths est un auteur de pièces et de scénarios anglais qui a notament écrit REDS avec Warren Beatty, voici un éxtrait de sa pièce The Party qui reprends les débats politiques de la gauche après les événements de 68. Le personnage de John Tagg...
L'auteur et la révolution : un entretien entre David Walsh ... - CIQI
Son travail cinématographique inclut le film Reds, plusieurs fois primé et écrit en collaboration avec Warren Beatty, ainsi que Food for Ravens. Question : Nous sommes à quelques kilomètres d'Ancoats où se trouve la tombe d'un des dirigeants du...
Beatty seeks to renew Dick Tracy fight - Chicago Daily Herald
AP Actor Warren Beatty asked a Delaware court to let him renew a four-year fight with Tribune Co., the bankrupt newspaper publisher, over the television and movie rights to comic-strip detective Dick Tracy. Beatty, 72, who produced Walt Disney Co....

Warren Beatty

Warren Beatty aux Academy Awards.

Henry Warren Beatty (30 mars 1937 à Richmond, Virginie - ) est un acteur, réalisateur, producteur et scénariste américain.

Sportif puis pianiste de bar, le frère de Shirley MacLaine se lance dans le cinéma au début des années 60. Elia Kazan lui offre son premier rôle dans La Fièvre dans le sang (1961) dans lequel il joue Bud Stamper, un adolescent à problèmes. Aux côtés de Natalie Wood, c'est tout de suite la révélation ; il est dès lors considéré comme un des plus prometteurs de sa génération. Il en viendra à jouer avec tous les réalisateurs majeurs de l'Actors Studio : Arthur Penn, Mike Nichols, Tennessee Williams...

Sa « belle gueule » fait de lui un « chouchou » des studios et du public. Il s'attire par ailleurs les faveurs des plus belles femmes et on lui prête des aventures avec Joan Collins, Leslie Caron, Madonna, Julie Christie, Liv Ullmann, Carly Simon, Elle Macpherson, Diane Keaton, Goldie Hawn, Candice Bergen, Cher, Britt Ekland et même Brigitte Bardot.

Il tourne beaucoup jusqu'en 1967 : Le Visage du plaisir de Paolo di Leo, L'Ange de la violence de John Frankenheimer, Lilith de Robert Rossen, Mickey One d'Arthur Penn, Promise Her Anything d'Arthur Hiller (un film romantique anglais), Le Gentleman de Londres de Jack Smight et enfin la consécration avec Bonnie and Clyde d'Arthur Penn dans lequel il joue avec Faye Dunaway et qui lui vaut une nomination à l'Oscar du meilleur acteur.

Il s'intéresse ensuite à d'autres métiers du cinéma : il écrit, produit et réalise. Tout d'abord, il écrit John McCabe (1971) dans lequel il sera dirigé par Robert Altman. En 1975, il écrit, produit et joue dans Shampoo. Enfin, en 1978, il réalise son premier film Le ciel peut attendre (un remake du Défunt récalcitrant d'Alexander Hall) dans lequel il se réserve le rôle principal ; l'histoire d'un joueur de baseball, demi de mêlée, considéré comme mort et incinéré par erreur, qui revient à la vie dans le corps d'un millionnaire récemment assassiné, afin de terminer l'accomplissement de son destin. Le succès est au rendez-vous.

Il enchaîne avec une autre réalisation : Reds (1981), l'histoire vraie d'un journaliste américain qui part en Russie couvrir la Révolution Rouge de 1917 ; il revient fasciné aux États-Unis où il va essayer de lancer une même révolution. Il est récompensé par l'Oscar du meilleur réalisateur pour son très beau travail.

Il tourne moins désormais. En 1987, il joue dans la comédie Ishtar d'Elaine May. En 1990 sort Dick Tracy, adaptation de la bande dessinée éponyme avec Al Pacino et Madonna. Warren Beatty mit beaucoup de style dans son très beau film, malheureusement le succès ne fut pas au rendez-vous.

Il joue ensuite dans Bugsy de Barry Levinson (1991), un film de gangsters sur la naissance de Las Vegas ; en 1994, dans la comédie de Glenn Gordon Caron, Rendez-vous avec le destin et plus récemment dans Potins mondains & amnésies partielles (2001) de Peter Chelsom.

Ces trois films comme Dick Tracy sont de cuisants échecs au box-office.

Heureusement, entre-temps il réalise en 1998 Bulworth (film qu'il a également écrit et produit, et dans lequel il joue bien évidemment) ; l'histoire du sénateur Jay Bulworth tellement dégoûté des mensonges, de la corruption et des autres aspects noirs de la politique qu'il met un contrat sur sa propre tête et décide de ruiner totalement sa réputation en dévoilant au grand jour toutes ces histoires. C'est là qu'il tombe amoureux d'une très jolie femme noire... C'est dans ce film que l'on découvre, pour l'une des toutes premières fois, l'actrice Halle Berry. Succès commercial et des critiques.

Depuis 2001 on attend de nouveaux projets avec Warren Beatty. Il aurait dû jouer le rôle de Bill dans les deux films de Quentin Tarantino Kill Bill mais a finalement annulé.

Proche du parti démocrate et de la gauche américaine, Warren Beatty a un temps envisagé de se présenter aux élections présidentielles américaines de 2000, avant de soutenir le candidat démocrate Al Gore.

Warren Beatty est marié à l'actrice américaine Annette Bening (Being Julia) depuis le 12 mars 1992 avec qui il a quatre enfants.

En haut



Oscar du meilleur réalisateur

L'Oscar du meilleur réalisateur est une récompense cinématographique attribuée chaque année par l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences. Il récompense le travail de mise en scène de celui qui est jugé par l'académie être le meilleur réalisateur de l'année écoulée. Le lauréat est distingué pour l'un de ses films en particulier. Il est gratifié d'une statuette et a le droit de prendre la parole lors de la cérémonie.

De tous les Oscars du meilleur réalisateur (78 en 2006), 21 ne furent pas accompagnés par l'Oscar du meilleur film. On compte seulement quelques œuvres qui ont été récompensées par l'Oscar du meilleur film sans que leur réalisateur ait été préalablement nommé pour leur mise en scène, comme Miss Daisy et son chauffeur en 1990. A l'inverse, pour trouver des cinéastes couronnés pour leur réalisation sans que leur ouvrage n'ait concouru au titre de "meilleur film", il faut remonter au début de l'histoire de la manifestation, avec des personnalités telles que Lewis Milestone et Frank Lloyd.

L'Académie sélectionne un réalisateur gagnant parmi cinq personnalités nommés au préalable chaque année depuis 1927. Durant les premières années, les trophées récompensaient des films sortis sur une période d'un an à partir du mois d'août. À partir de 1934 cependant, les films récompensés devaient être sortis en salle l'année précédent la cérémonie: un film ou un cinéaste, pour pouvoir être primé en 2005, doit forcément être sorti en 2004 dans les salles du comté de Los Angeles.

Bien que les Oscars soient considérés comme les prix cinématographiques les plus prestigieux, censés rassembler les meilleurs cinéastes au monde ou du moins ceux qui ont le plus comptés dans l'histoire du septième art, on remarque que quelque uns des réalisateurs les plus appréciés de la profession et des critiques tels que Charles Chaplin, King Vidor, Erich von Stroheim, Jean Renoir, Howard Hawks, Ernst Lubitsch, Alfred Hitchcock, George Lucas, Orson Welles, Fritz Lang, Max Ophüls, Carl Theodor Dreyer, Akira Kurosawa, Federico Fellini, Ingmar Bergman, Luis Buñuel, Sergio Leone, Luchino Visconti, Michelangelo Antonioni, Stanley Kubrick, John Cassavetes, Michael Powell, Joseph Losey, Ken Russel, Arthur Penn, Robert Altman, Sydney Lumet, Ridley Scott, François Truffaut, Jean-Luc Godard, Alain Resnais ou encore David Lynch n'ont jamais obtenu la récompense bien qu'ils aient été, pour la plupart, nommés à plusieurs reprises ou auraient pu l'être. La polémique a de plus souvent fait rage concernant l'omission, dans les palmarès, de Martin Scorsese, metteur en scène américain majeur, qui aura dû attendre qu'arrive rien de moins que sa sixième nomination pour gagner la précieuse statuette en 2007 (pour Les Infiltrés).

Aucune femme n'a reçu ce prix pour l'instant. Trois d'entre elles ont été nommées: Jane Campion, Sofia Coppola et Lina Wertmuller.

John Ford est pour le moment le réalisateur ayant gagné le plus d'Oscar du meilleur réalisateur avec quatre trophées, suivi de Frank Capra et William Wyler qui remportèrent chacun trois statuettes. Wyler obtient, lui, le record de nominations pour cette distinction (douze au total).

Six personnalités ont été nommées à la fois en tant que meilleur acteur et meilleur réalisateur pour un même film mais personne n'a encore réussi le doublet. Parmi les réalisateurs-acteurs primés pour leur mise en scène et non pour leur interprétation, on compte: Woody Allen (Annie Hall), Warren Beatty (Reds), Kevin Costner (Danse avec les loups), Mel Gibson (Braveheart), et Clint Eastwood (Impitoyable et Million Dollar Baby). Laurence Olivier (pour Hamlet) et Roberto Benigni (pour La Vie est belle) ont, quant à eux, été couronnés en tant qu'acteurs et non en tant que metteurs en scène.

À noter que les années inscrites ne sont pas les années des diffusions des cérémonies, mais bien la précédente, c'est-à-dire l'année de la sortie du film.

Exemple : Ethan et Joel Coen ont gagné l'oscar du meilleur réalisateur lors de la cérémonie du 24 janvier 2008 alors que le film qu'ils ont réalisé fut sorti pendant l'année 2007.

En haut



Faye Dunaway

Faye Dunaway en 2008.

Faye Dunaway, née Dorothy Faye Dunaway le 14 janvier 1941 à Bascom en Floride, est une actrice, productrice, réalisatrice et scénariste américaine.

Elle commence sa carrière de comédienne au milieu des années 1960. L'immense succès du film Bonnie et Clyde en 1967 fait d'elle une star. Sex-symbol dans les années 1960 et 1970, elle reçoit un Oscar en 1976 pour Network, main basse sur la télévision. Ses autres grands succès incluent L'Affaire Thomas Crown, Little Big Man, Les Trois mousquetaires, La Tour infernale, ainsi qu'un film culte Chinatown.

Faye Dunaway naît le 14 janvier 1941 à Bascom, situé en Floride aux États-Unis.

Elle est la fille de Grace Smith, mère au foyer, et de John MacDowell Dunaway, Jr., un officier de l'armée. Elle passe son enfance en voyageant à travers les États-Unis et l'Europe. Elle étudie à l'Université de Boston, l'Université de l'État de Floride et l'Université de Floride où elle ressort avec un diplôme. En 1962, à l'âge de 21 ans, elle suit des cours de théâtre à l'American National Theater and Academy. Elle pose ensuite comme modèle.

Elle débute au cinéma en 1967, avec un petit rôle dans Que vienne la nuit. Après un second dans The Happening la même année, elle hérite suite au refus de Jane Fonda du rôle de Bonnie Parker dans Bonnie and Clyde face à Warren Beatty avec qui elle ne cessera de se disputer. Le film est un immense succès commercial et lui ouvre les portes de Hollywood et lui apporte sa première proposition à l'Oscar de la meilleure actrice.

En 1968, le réalisateur Norman Jewison lui offre l'un de ses plus grands rôles au cinéma dans un film policier, L'Affaire Thomas Crown, aux côtés de Steve McQueen. Elle interprète le rôle d'une femme détective privée chargée d'enquêter sur ce dernier. Le film est un succès. Sa carrière est, dès lors, lancée.

Elle joue ensuite sous la direction de Vittorio De Sica dans Le Temps des amants ainsi que John Frankenheimer dans The Extradordinary Seaman.

De 1969 à 1978, elle tourne avec les plus grands acteurs hollywoodiens sous la direction de réalisateurs de renom.

En 1969, elle séduit Kirk Douglas dans L'Arrangement d'Elia Kazan. L'année suivante, elle retrouve Arthur Penn qui l'avait dirigée dans Bonnie and Clyde pour le western Little Big Man avec Dustin Hoffman. Elle obtient ensuite une seconde proposition aux Golden Globe pour Portrait d'une enfant déchue. Parlant couramment le français, elle se fait diriger par René Clément dans La Maison sous les arbres (1971), présenté au Festival de Cannes hors compétition.

Elle tourne ensuite deux téléfilms dont un avec Richard Chamberlain intitulé The Woman I Love en 1972. Elle partage ensuite l'affiche de L'Or noir de l'Oklahoma avec George C. Scott, avant d'interpréter pour la première fois Milady de Winter dans une nouvelle adaptation du célèbre roman de Alexandre Dumas, Les Trois Mousquetaires mis en scène par Richard Lester où elle côtoie entre autres Michael York.

Elle tient ensuite l'un de ses rôles les plus importants aux côtés de Jack Nicholson dans Chinatown de Roman Polanski. Elle est de nouveau proposée pour un oscar, un Golden Globe et un BAFTA de la meilleure actrice. Elle reprend ensuite le rôle de Milady de Winter dans On l'appelait Milady, avant de retrouver Steve McQueen pour La Tour infernale où elle interprète la fiancée de Paul Newman. Tout comme McQueen, elle exigera sur ce tournage qu'aucun visiteur ne l'approche sur les plateaux.

Travaillant en alternance pour la télévision et le cinéma, elle est l'héroïne des Trois Jours du condor (1975) de Sydney Pollack avec Robert Redford. L'année suivante, son interprétation dans Network, main basse sur la télévision lui apporte l'Oscar et le Golden Globe de la meilleure actrice.

Initialement, Faye Dunaway devait retrouver Jack Nicholson dans Vol au-dessus d'un nid de coucou (1975). C'est finalement Louise Fletcher qui obtient le rôle et un Oscar en plus.

Elle enchaîne avec deux autres succès. Premièrement, Les Yeux de Laura Mars réalisé par Irvin Kershner et scénarisé par un des maîtres du cinéma d'horreur John Carpenter. Ensuite, elle tourne face à Jon Voight dans Le Champion.

Cependant, ses films suivants ne seront pas à la hauteur de ceux dans lesquels elle a joué dans les années 1970. À commencer par Maman très chère (1981) où elle interprète Joan Crawford. Aujourd'hui considéré comme un film culte, il fût, à l'époque descendu par la critique et le public. Faye Dunaway, qui recevra le Razzie Award de la Pire Actrice, dira plus tard que ce film a brisé sa carrière et refuse catégoriquement d'en parler. Elle sera proposée à cinq autres reprises au Razzies, et en 1990 comme la Pire Actrice de la décennie 1980. The Wicked Lady, pour lequel elle est de nouveau proposée à ces anti-oscars est néanmoins sélectionné à Cannes.

Après un nouvel échec avec Supergirl (1984), elle reçoit le Golden Globe de la meilleure actrice dans un second rôle dans une minisérie pour son rôle dans Ellis Island, les portes de l'espoir de Jerry London en 1985. L'année suivante, elle y est de nouveau proposée dans la catégorie Meilleure actrice dans un film dramatique pour le film Barfly avec Mickey Rourke. Malgré l'échec cuisant de son film suivant Midnight Crossing (1988), elle reste toujours en tête d'affiche aussi bien au cinéma qu'à la télévision, travaillant chaque année sur quelques fois plus de trois productions.

Dans les années 1990, elle jouera avec de nombreuses personnalités. Après un caméo dans The Two Jakes de Jack Nicholson, suite de Chinatown, elle tient le rôle principal féminin de Arizona Dream (1993) réalisé par Emir Kusturica avec Johnny Depp qu'elle retrouvera deux ans plus tard dans Don Juan DeMarco. 1994 est l'année des revers : celle où elle remporte un nouveau Razzie Award et se fait renvoyer par de la production théâtrale Sunset Boulevard par Andrew Lloyd Webber et celle où elle reçoit un nouveau Golden Globe ainsi qu'un Emmy Award.

En 1996, elle écrit ses mémoires dans un livre intitulé À La Recherche de Gatsby. Le titre fait référence à Gatsby le Magnifique (1974), où elle avait essayé d'avoir le rôle de Mia Farrow. Kevin Spacey la dirige ensuite dans son premier film Albino Alligator avec Matt Dillon, puis elle joue aux côtés d'Angelina Jolie dans Femme de rêve qui lui permet de remporter son 4e Golden Globe. Elle fait ensuite une apparition dans le remake Thomas Crown (1999) dont elle avait été l'héroïne trente ans plus tôt. La même année, elle tourne sous la direction de Luc Besson dans Jeanne d'Arc, et retoune à Cannes pour la présentation en compétition du film The Yards de James Gray.

En 2002 elle réalise, écrit, produit et se met en scène dans un court métrage qui se situe dans les années 1930 intitulé The Yellow Bird. Par la suite, elle interprète une mère accro au Xanax qui ignore tout de l'homosexualité de son fils dans Les Lois de l'attraction (2002) et une femme excentrique dans Changing Hearts la même année. Avec Neve Campbell, elle joue dans le thriller Blind Horizon (2003), avant d'être confrontée à des problèmes de drogue dans El Padrino. Deux ans plus tard, elle apparaît en guest-star dans un épisode de la série américaine Les Experts: Las Vegas, avant de tourner plusieurs seconds rôles. Elle côtoie Robert Loggia dans Rain et joue Dieu dans Love Hollywood Style en 2006.

En 2008, elle est apparue dans le thriller Dr. Fugazzi ainsi que dans le film italien La Rabbia. Elle sera bientôt à l'affiche de deux films : Fashion: The Movie et Cowboys for Christ avec Christopher Lee.

En février 2009, elle joue le rôle du Docteur Magaret Campbell dans l'épisode An Honest Mistake de la série Grey's Anatomy.

En haut



Madonna

Madonna 3 by David Shankbone-2.jpg

Madonna, née Madonna Louise Ciccone le 16 août 1958 à Bay City, est une chanteuse Pop mais également auteur-compositeur, productrice de musique et de cinéma, danseuse, actrice et femme d'affaires américaine d'origine italienne. Sa carrière est marquée par son succès mondial sur la scène musicale et de multiples controverses qu'elle a suscitées. Elle est surnommée The Queen of Pop (« La Reine de la Pop »).

Elle utilise ses vidéo-clips, ses concerts et ses interviews pour communiquer ses points de vue sur la religion, la sexualité et la politique. En 2006, le Livre Guinness des records la désigne comme la chanteuse la mieux payée au monde. Personnage incontournable de la musique populaire depuis vingt-cinq ans, Madonna a été citée en 2000, également par le livre Guinness des records, comme l'artiste féminine la plus populaire de tous les temps. Ses ventes d'albums sont estimées à environ 200 millions d'exemplaires dans le monde,,.

Madonna s'inscrit dans le courant musical pop, mais fait aussi des incursions dans d'autres styles comme la dance, le disco, le R'n'B et l'electro.

Élevée dans une famille italo-américaine de six enfants, Madonna est la première fille et le troisième enfant du ménage. Ses grands frères s'appellent Martin et Anthony, son petit frère Christopher et ses deux sœurs Mélanie (mariée au musicien Joe Henry) et Paula Mae. Lors d'un concert à Montréal, Ma­donna révélera que sa mère était québécoise et aurait un lien de parenté avec le chef patriote Louis-Joseph Papineau (on révélera plus tard ses liens de parenté éloignés avec les chanteuses Céline Dion, Lynda Lemay et la duchesse de Cornouailles Camilla Parker-Bowles).

Son grand-père paternel n'ayant aucun diplôme dut exercer le métier de carrier pour un maigre salaire et élevait ses enfants sévèrement afin de leur apprendre la discipline, le respect et, surtout, à subsister par leur seule persévérance. Le père de Madonna appliquera la même méthode à ses enfants pour leur assurer un avenir préférable au sien.

Madonna, alors âgée de cinq ans, perd sa mère Madonna Louise Fortin (née le 11 juillet 1933 et décédée le 1er décembre 1963) à la suite d'un cancer du sein. La mort de celle-ci sera un sujet récurrent dans ses œuvres musicales (Promise To Try, Mer Girl et Mother And Father). Elsie Fortin, la grand-mère de Madonna resta cependant très proche de sa petite-fille qui aimait passer du temps avec cette dernière et réciproquement. La famille déménagea dans l'agglomération de Détroit à Rochester Hills quand Madonna était encore enfant et elle poursuivra avec succès ses études supérieures à la Rochester Adams High School.

Le père de Madonna, Silvio « Tony » Ciccone (né le 6 juin 1931), était ingénieur chez Chrysler et prit sa retraite en 1994. Trois ans après la mort de sa première femme qu'il avait épousée le 2 juillet 1955, il se remaria avec Joan Gustavson qui était l'une des aides-domestiques et avec qui il aura deux enfants, Jennifer et Mario. Christopher sera plus proche de Madonna ; il dirigera deux de ses tournées (Blond Ambition Tour et Girlie Show) et apparaitra dans ses premières vidéos. En revanche, la chanteuse est plus distante avec ses demi-frères et sœurs car Joan s'entendait mal avec Madonna, qui n'a visiblement pas apprécié que son père ait eu des enfants avec une autre femme, cependant, elle s'est maintenant réconciliée avec son père et sa belle-mère.

Très jeune, elle prend des cours de piano, mais elle convainc son père de suivre des cours de ballet à la place. Sa belle-mère l'inscrit dans une école catholique au sein de laquelle elle participe activement aux activités artistiques. Ses facultés intellectuelles lui facilitent l'accès à l'université. Elle fut pendant un moment pom-pom girl et ne manquait pas d'imagination pour se démarquer du reste du groupe. Plus tard, on s'aperçut que son QI était nettement supérieur à la moyenne,. Cependant, elle quitta l'établissement, malgré ses excellents résultats, suscitant la frustration de son père qui craignait pour sa fille. Il décida alors de lui couper toute ressource financière. Elle s'installa à New York, rêvant de devenir danseuse. C'était la première fois qu'elle quittait le Michigan et la première fois qu'elle prenait l'avion.

En juillet 1978, elle débarque à New York avec trente-sept dollars en poche et se rend au quartier des théâtres à Times Square en espérant y trouver la gloire. Elle vit alors d'emplois occasionnels dans une grande précarité au 232 de la 4th East Road, esseulée et avec le peu d'argent que lui rapportent ses emplois de serveuse (Dunkin Donuts, Burger King, Amy´s), danseuse ou modèle de nu (notamment pour Bill Stone, Jere Threadgill et Martin Schreiber), elle s'amaigrit par manque d'alimentation régulière et par son régime végétarien. Madonna incarnera par conséquent l'image du rêve américain : réussir à partir de rien par sa seule détermination. Elle part ensuite à Durham pour décrocher une audition et suivre les cours de danse de Martha Graham et Alvin Ailey au American Dance Center de New York et finalement en novembre avec Pearl Lang.

En 1979, lors d'une soirée, elle fait la connaissance de Dan Gilroy qui lui apprend la guitare et, lassée de ses relations tumultueuses avec Lang, Madonna laisse de côté sa carrière de danseuse pour faire de la musique et devient par la suite batteuse puis chanteuse du groupe Breakfast Club formé de Dan, Ed Gilroy son frère guitariste, Gary Burke (Guitare) et Angie Smits (Basse). Elle résout passablement ses problèmes financiers avec le groupe mais ses revenus ne suffisent pas pour vivre correctement. En mai, après bon nombre d'auditions notamment pour Footloose et Fame, les producteurs Jean Van Loo et Jean-Claude Pellerin la remarquent lors d'une audition pour Patrick Hernandez et veulent lui faire tenter sa chance en France. Contrairement à ce que dit la rumeur, que le chanteur s'est toujours évertué à démentir, elle n'a jamais été choriste ou danseuse pour Born to be Alive, une célèbre chanson d'Hernandez ; elle vit alors pendant cinq mois aux frais des producteurs belges entre Mouscron, Lille, Paris et Marseille, enchaînant les contrats dérisoires, mais gagnant en expérience. À nouveau lassée, après une escapade à Tunis avec Hernandez et une pneumonie, elle rentre aux États-Unis en août et reprend les auditions. En octobre, elle finit par tourner dans un film à petit budget (20 000 USD) intitulé A certain sacrifice de Stephen Lewicki.

Durant l'été 1980, elle produit son propre groupe "Emmy & The Emmys" dans le quartier de Manhattan au Music Building avec son vieil ami du Michigan, Stephen Bray (batterie), et Gary Burke, le guitariste du "Breakfast Club", elle écrit quatorze chansons et le groupe se produit dans les clubs, interprétant les compositions de la chanteuse dont Best Girl, Bells Ringing, Hot House Flower, Simon Says, Nobody's Fool, No Time For Love, Drowning, Love For Tender et Love Express.

Début 1981, le groupe se disloque et Madonna fait écouter une cassette à Camille Barbone, la co-présidente de "Gotham Management", qui lui promet alors une carrière rock du style Pat Benatar et produit dix titres dont Are You Ready For It, Get Up, High Society (Society's Boy), Love On The Run, Remembering Your Touch et Take Me (I Want You). Selon Barbone, le talent de Madonna n'est perceptible que lorsqu'elle est sur scène et persuade Bill Lomuscio, un organisateur de concert, de la faire jouer dans les clubs. Très vite, son style et sa façon de s'habiller vont faire des émules et ses démos intéressent alors Atlantic Records, Geffen Records et Columbia. Mais, frustrée par l'inefficacité de Barbone, Madonna déchante, elle veut faire de la musique "Funk", elle laisse tomber Gotham et retourne voir Bray. Ensemble, ils produisent une maquette de titres inspirés de la rue : "Everybody", "Ain't No Big Deal", "Burning Up" et "Stay" que Madonna tente de faire jouer au club new-yorkais la Danceteria. Mark Kamins, le disc-jockey du club, est séduit et la présente à Seymour Stein, le PDG de Sire Records.

En avril 1982, elle signe avec le label Sire Records, filiale de Warner qui permet la sortie de son premier 45 tours, Everybody, qui connaît un certain succès dans les discothèques, mais surtout aux États-Unis. Ensuite viendront Burning Up et Physical Attraction. Ces deux titres seront, encore une fois, connus majoritairement aux États-Unis.

En juillet 1983, Madonna sort son premier album intitulé Madonna, rassemblement de huit chansons dance produites en grande partie par Reggie Lucas et écrites pour la plupart par la chanteuse elle-même. Voyant le succès de l'album devenir de plus en plus important, Madonna sort trois autres singles : Holiday, Borderline, et Lucky Star. Le succès est encore au rendez-vous. Depuis, l'album s'est vendu à plus de 10 millions d'exemplaires, dont 5 millions aux États-Unis.

En 1984, son deuxième album la fait connaître à l'échelle internationale. Like a Virgin se vend à 21 millions d'exemplaires dans le monde, dont 10 millions aux États-Unis. Quatre singles en sont tirés : Like a Virgin, son plus grand tube à ce jour, très controversé (mélangeant sous-entendus érotiques et références religieuses), Material Girl, également controversé (apologie cynique des valeurs matérialistes ou texte ironique?), ainsi que Angel et Dress You Up. Cette fois, Madonna participe à l'écriture de seulement cinq des neuf chansons de l'album.

En 1985, Like a Virgin est réédité avec un titre supplémentaire : Into The Groove, bande originale du film Recherche Susan désespérément, dans lequel Madonna tient l'un des rôles principaux. La même année, elle se marie sur une plage privée de Malibu avec l'acteur Sean Penn, dont elle divorcera quatre ans plus tard. Madonna fait sa première tournée « The Virgin Tour » et visitera les plus grandes villes des États-Unis et du Canada pour interpréter les titres de ses deux premiers albums. Enfin, elle participe au Live Aid avec les plus grands noms de la musique. À l'époque, Madonna a une fortune de 50 millions USD à l'âge de 26 ans, ce qui en fait l'une des plus jeunes multi-millionnaires au monde.

En 1986, alors que tout le monde s'attend à ce qu'elle quitte la scène, Madonna revient avec True Blue. Dans cet album, dont presque tous les singles deviennent des tubes internationaux, elle s'implique davantage dans l'écriture des chansons (elle est désormais créditée comme co-auteur pour l'intégralité d'un de ses albums) et devient une des plus grandes vedettes féminines de son époque. Plus mature, ce disque est encore un succès et reste son album studio le plus vendu, puisqu'il s'en est écoulé plus de 22 millions d'exemplaires depuis sa sortie. Cinq singles en feront la promotion : Live To Tell, Papa Don't Preach, True Blue, Open Your Heart et La Isla Bonita. Ces trois derniers seront consécutivement n°1 au Billboard Hot 100. Les clips vidéos créent une nouvelle fois la polémique: dans Open Your Heart, Madonna s'affiche en strip-teaseuse et Papa Don't Preach est interprétée par les associations pro-avortement comme une chanson anti-avortement (mais la chanteuse dira plus tard être favorable à l'IVG). Elle co-écrit ensuite avec Stephen Bray, Each Time You Break My Heart, qu'elle prévoyait de chanter en solo, mais finalement la chanson sera offerte à Nick Kamen et Madonna sera présente dans les chœurs.

En 1987, elle tient le rôle principal de la comédie familiale Who's That Girl, enregistre quatre chansons pour la BO du film (dont le single Who's That Girl) et se lance dans une première tournée mondiale. Cette tournée intitulée « Who's That Girl Tour » passe par le Japon, les États-Unis et l'Europe. Le 29 août, Madonna se produit au Parc de Sceaux près de Paris devant 130 000 spectateurs (un record à l’époque) ; le lancement de sa petite culotte dans la foule à la fin du spectacle fera le bonheur de la presse française. Les recettes de ce gigantesque spectacle avaient été reversées à l’association de Line Renaud pour la lutte contre le Sida.

En 1988, elle joue à Broadway dans la pièce de théâtre Speed the plow de David Mamet aux côtés de Joe Mantegna et Ron Silver.

En mars 1989, son nouvel album Like a Prayer marque une rupture par rapport aux précédents opus, on y retrouve des titres dance (Keep It Together, Express Yourself) et des morceaux légers et insouciants (Cherish, Dear Jessie et Love Song en duo avec Prince), la chanteuse se livre plus que d'habitude et parle ouvertement de ses blessures, de sa rupture avec Sean Penn ainsi que de la mort de sa mère et de ses relations difficiles avec son père. (Promise to Try, Oh Father). Le premier single, Like a Prayer (mélange pop/gospel écrit avec Patrick Leonard), est un succès, mais le clip-vidéo fait scandale auprès des rassemblements catholiques (on y voit des croix brûlées et un Jésus sous les traits d'un homme noir que Madonna embrasse). Cette polémique n'empêche pas l'album Like a Prayer d'être n°1 dans le monde pendant plusieurs semaines. Dans la foulée, Madonna sort d'autre singles comme Express Yourself dont le clip, réalisé par David Fincher est connu comme étant le second clip le plus cher de l'histoire de la musique (plus de 2 millions de USD).

En 1990, elle joue le rôle de Breathless Mahoney, aux côtés de Warren Beatty dans Dick Tracy et sort l'album I'm Breathless, inspiré du film. Co-écrit par Stephen Sondheim et Shep Pettibone, ce disque rend hommage au jazz et au blues des années 1930. Le premier single Vogue, qui fait référence au « voging »(danse pratiquée dans les clubs gay new-yorkais), reste pour certains l'un des plus grands succès de la chanteuse et est considéré comme l'une des chansons les plus marquantes des années 1990. Madonna, qui est au sommet de sa gloire, se lance au printemps, dans une seconde tournée mondiale le « Blond Ambition Tour ». Cette tournée qui fait la promotion des chansons des albums Like A Prayer et I'm Breathless est considérée comme l'une des plus controversées de l'époque pour une artiste pop, en effet, on y voit la chanteuse simuler une masturbation durant le morceau Like a Virgin. Cet acte lui vaudra l'annulation d'une date en Italie par le Vatican, et une tentative d'arrestation par la police de Toronto. En fin d'année, elle sort son premier Greatest Hits, The Immaculate Collection qui bat tous les records de vente (plus de 27 millions d'exemplaires). Le vidéo-clip du single Justify My Love fait scandale, et est interdit de diffusion sur MTV ; il sera finalement mis en vente en cassette vidéo single (la censure de MTV permettra à cette chanson d'être l'une des cassettes vidéo musicales les plus vendues de tous les temps) .

En 1991, elle crée l'évènement avec la sortie du documentaire Truth or Dare: In Bed with Madonna réalisé par Alek Keshishian. Ce film revient sur les coulisses et les scandales de sa tournée « Blond Ambition Tour ». Le documentaire sera projeté hors-compétition au festival de Cannes en présence de Madonna et du réalisateur.

En 1992, elle négocie avec la Warner le renouvellement de son contrat et fonde sa propre société de production « Maverick Records ». Le premier produit lancé est SEX, un recueil de photos érotiques mettant en scène la chanteuse. La presse accueille très mal l’ouvrage, mais les ventes du livre (dont le tirage est limité) explosent. Madonna enregistre peu de temps après son sixième album studio : Erotica qu’elle écrit et co-produit avec Shep Pettibone et André Betts, sorti en octobre 1992. Le son du disque est jazzy, sombre et volontairement froid. Sa voix est grave et les paroles plus tristes que d'habitude. 6 chansons de l'album en seront extraits de l'album: Erotica (dont le vidéoclip choque beaucoup le public par son caractère sexuel et sera également censuré dans beaucoup de pays), Deeper and deeper, Bad girl, Fever, Rain et Bye bye baby. Dès sa sortie, le disque est descendu par les médias qui ne retiennent que le caractère sexuel de certaines chansons (comme Erotica). La sortie en salle quelques semaines plus tard du thriller érotique Body, dans lequel joue la chanteuse, ne fait qu'accentuer la lassitude du public qui juge que Madonna en fait trop dans le genre « érotique ».

En 1993, bien consciente de sa mauvaise image, Madonna part à la reconquête de son public avec le « Girlie Show », sa troisième tournée mondiale. Un spectacle parodique et sexy dans lequel la chanteuse rend hommage à ses idoles et revisite ses tubes. La tournée est un gros succès et Madonna se produit pour la première fois sur les cinq continents. À la fin de l'année, elle joue dans Snake Eyes d'Abel Ferrara, le film est un échec à sa sortie en salle.

En 1994, Madonna décide de concocter un album sur la tendance musicale du moment et convoque pour cela les producteurs américains les plus en vue (Nelle Hooper, Babyface, Dallas Austin) et la chanteuse Björk qui co-écrit le single Bedtime Story. Sur ce nouveau disque baptisé Bedtime Stories Madonna chante l’amour et en profite pour revenir sur l'époque SEX où elle avait créé la polémique en multipliant les provocations (dans le morceau Human Nature, elle déclare n’avoir « absolument aucun regret »). Malgré ce nouveau visage affiché et des sonorités R&B très à la mode, Bedtime Stories ne convainc pas vraiment. Les ventes de l'album ne sont pas celles espérées, seuls deux singles rencontreront le succès : Secret , chanson hip hop composée par Dallas Haustin, et Take a Bow, ballade romantique produite par Babyface, qui restera sept semaines N°1 du Billboard américain . Oublié par le public, critiqué par les fans de la première heure et snobé par Madonna elle-même lors de ses différentes tournées, Bedtime Stories reste à ce jour l’album qui a le moins marqué la discographie de la chanteuse. Néanmoins cet album lui ouvrira les portes du monde techno/électro et lui donnera l’inspiration nécessaire pour l’écriture de Ray of Light quatre ans plus tard.

En 1995, Madonna collabore une première fois à la campagne publicitaire pour Versace et sort Something to Remember , une compilation de ses ballades des années 1980 et 1990, dont trois nouveaux titres: I Want You, reprise de Marvin Gaye, en collaboration avec le groupe Massive Attack, You'll See et One More Chance.

En 1996, alors qu'elle entame sa première grossesse et après bien des négociations avec le peuple argentin, Madonna incarne le rôle d'Eva Peron, célèbre épouse du président Juan Peron, dans le film Evita, adaptation de la comédie musicale du même nom. Le film n'atteint pas le succès attendu mais les singles de Madonna seront très bien accueillis: Don't Cry For Me Argentina (reprise rythmée du classique de Julie Convington), et You Must Love Me (absente du répertoire original et ajoutée expressément pour le film). Le 14 octobre de la même année, Madonna donne naissance à son premier enfant, Lourdes Maria Ciccone Léon.

En 1998 sort Ray of Light, fruit de la collaboration avec le producteur William Orbit. Il est considéré comme l'un des meilleurs albums de Madonna. Inspirée par la naissance de sa fille et les recherches de réponses philosophiques qu'elle a entraînées, Madonna se montre désormais moins provocante, du moins pendant trois ans... L'album, apaisé, oscillant entre la Pop et l'électro de la fin des années 1990, lui permet de gagner le respect de la critique et de remporter de nombreux prix. Les singles Ray of Light, Drowned World/Substitute for Love, The Power of Good-Bye et Nothing really Matters en sont extraits ainsi que le titre Frozen classé durant 28 semaines en France et qui en 2005 fera l'objet d'une plainte pour plagiat.

En 1999, elle enregistre la chanson Beautiful Stranger pour le film Austin Powers 2 : L'espion qui m'a tirée et commence une relation avec le cinéaste britannique Guy Ritchie.

En 2000, Madonna donne naissance à son second enfant, prénommé Rocco, elle se marie avec Guy Ritchie et acquiert en l'occurrence la nationalité britannique.

En septembre, elle fait une nouvelle incursion dans la musique électronique et sort l'album Music. Bien qu'elle fasse appel une nouvelle fois à William Orbit, elle se repose davantage sur le producteur français Mirwais Stass (ex-guitariste des Taxi Girls). Guitares sèches et vocoder (effet sur la voix) caractérisent cet album qui jongle entre ballades acoustiques (I deserve it, Gone), et morceaux électro (Music, Impressive instant, Nobody's Perfect...). Dès sa sortie, l'album est un succès partout dans le monde et le single Music devient son douzième n°1 aux États-Unis. Deux autres singles seront commercialisés pour promouvoir l'album: Don't Tell Me et What It feels like for a Girl" (dont la vidéo, réalisée par Guy Ritchie, sera jugée trop violente et censurée par plusieurs chaînes de télévision).

En juin 2001, après huit ans d'absence sur scène, Madonna donne à Barcelone le coup d'envoi du « Drowned World Tour ». Un spectacle sophistiqué et plus sombre que les précédents qui fait la part belle aux deux derniers albums studios et délaisse les « hits » de la chanteuse qui en outre seront compilés sur son deuxième best-of, le GHV2 en fin d'année.

En 2002, elle est de retour sur les planches et joue dans Up For Grabs à Londres et tente une nouvelle incursion au cinéma sous la direction de son mari Guy Ritchie dans le film À la dérive qui sera un échec dès sa sortie en salle. À la fin d'année, elle fait une courte apparition dans le vingtième James Bond, Meurs un autre jour et y incarne Verity, un professeur d'escrime sous le charme de l'agent 007 (Pierce Brosnan). Elle interprète aussi le titre phare du film, Die Another Day, écrit et composé avec Mirwais.

En 2003 sort American Life, l'album dance, électro/pop, folk et même gospel co-produit par Mirwais a été surtout marqué par l'opposition de Madonna à la guerre en Irak et à la politique de George W. Bush. Pour se faire entendre, elle décide une nouvelle fois de heurter l’opinion publique ; elle apparaît sur la pochette de l’album sous les traits du révolutionnaire Che Guevara devant un drapeau américain déstructuré, le clip du single American Life met en scène la guerre et la star en sergent-major jetant une grenade à un sosie du président américain. Cette fois le public américain lui tourne le dos, les radios et les chaînes télévisées pro-Bush, comme la Fox, appellent au boycott de l’album et des nouveaux singles. Devant ce retournement de situation, Madonna essaie de calmer le jeu et censure elle-même son propre clip, qu’elle remplace par une version édulcorée. Malgré tout, l’album connaît aux États-Unis un succès commercial moindre que ses prédécesseurs.

En outre, l’image marquante de cette période restera sans doute les deux baisers échangés avec les chanteuses Britney Spears et Christina Aguilera lors des vingtièmes MTV's VMA. Mais ni cet énorme coup de pub, ni sa participation au titre Me Against The Music avec Britney, n'augmenteront les ventes d'American Life dans le reste du monde. C’est en France que l'opus trouvera vraiment son public, aidé par les diffusions radios effrénées des singles Hollywood, Nothing Fails, Love Profusion et par la programmation des clips tels que Love Profusion (réalisé par Luc Besson). En septembre, Madonna présente son premier livre pour enfants dont elle est l’auteur et dont les bénéfices sont reversés à l'association d'aide aux orphelins et connaît un gros succès de librairie. En revanche, les suivants passeront complètement inaperçus auprès du public.

En 2004, Madonna lance sa tournée: « The Re-Invention Tour » : les 58 dates de la tournée seront complètes en quelques heures et c’est durant ce périple que sera réalisé un nouveau documentaire, I'm Going to Tell You a Secret, un film de deux heures tourné par Jonas Akerlünd qui retrace la conception et les coulisses de la tournée. Ce documentaire donne l'image d'une Madonna proche de ses danseurs et de ses enfants, plus calme, plus posée, et surtout plus spirituelle que dans In Bed With Madonna, sorti en 1991.

Le 2 juillet 2005, Madonna accepte à nouveau l'invitation de Sir Bob Geldof et participe au concert londonien du Live 8 qui a pour but d'attirer l'attention sur la situation actuelle en Afrique ; elle y interprète trois de ses plus grands tubes: Like a Prayer, Ray of Light et Music.

En novembre, elle sort Confessions on a Dance Floor, écrit et composé avec le jeune producteur anglais Stuart Price, dont la mission principale est de faire « bouger les gens ». Musicalement, l'album se caractérise par un son néo-disco, une sorte de revival des années 1970-80 assaisonné à la sauce pop/dance. Les tempos lents (Forbidden Love, Future Lovers) cohabitent avec les rythmes un peu plus rapides (I Love New York, Sorry, ...). Au milieu de tous ces titres dansants, notons la présence de la chanson Isaac, véritable OVNI arabisant interprété avec le chanteur yéménite Yitzhak Sinwani. L'album est un énorme succès (il se classe numéro 1 dans trente-cinq pays et remporte plusieurs prix dont un Grammy Award). Le premier single, Hung Up (qui contient un sample d’ABBA), connaît le même succès et se retrouve numéro 1 dans 45 pays, ce qui constitue un record. En France, l'album se vend à plus de 760 000 exemplaires et reçoit la certification Disque de Diamant, un excellent score dans un marché du disque en pleine crise.

En 2006, à Los Angeles débute sa sixième tournée mondiale : The « Confessions Tour ». Avec 60 dates, en Amérique du Nord, en Europe, et au Japon, cette tournée est à ce jour la plus longue de toute sa carrière. Le but avoué de ce nouveau show est de transposer l’album Confessions on a Dance Floor sur scène et de transformer chaque lieu visité en gigantesque piste de danse. Le « Confessions Tour » renoue avec la provocation. Durant le morceau Live To Tell, elle se présente devant le public, crucifiée sur une énorme croix et coiffée d'une couronne d'épines. La controverse qui entoure cette scène est telle que dans certains pays la tournée est marquée par plusieurs incidents (fausse alerte à la bombe aux Pays-Bas, protestation des organisations religieuses, manifestation orthodoxe à Moscou). Mais tous ces incidents n’empêcheront pas Madonna d’assurer la totalité des dates et de finir sa tournée à Tokyo. Le DVD du spectacle filmé à Londres remportera le Grammy Award de la meilleure vidéo musicale en 2008.

En octobre, Madonna s'envole pour le Malawi pour aider à construire un orphelinat. Elle y entame aussi des démarches pour adopter un bébé, David.

En 2007, elle s'associe une deuxième fois à la célèbre marque de vêtements H&M et crée une collection appelée M by Madonna (influencée par le style « secrétaire sexy »). Au mois de mai, elle fait ses débuts de réalisatrice et tourne son premier film, Filth and Wisdom, une comédie de 80 minutes basée sur ses expériences personnelles de chanteuse. En juillet, Madonna participe au concert caritatif de Al Gore, le Live Earth, au stade Wembley de Londres. Elle y interprète trois anciens tubes ainsi qu'une chanson inédite : Hey You, écrite spécialement pour l'occasion et produite par Pharell Williams. Enfin, elle réalise un documentaire sur le Malawi, intitulé I am because We are, et participe à la chanson Sing d'Annie Lennox, qui vise à récolter des fonds.

À la fin de l'année, Madonna signe un partenariat avec l'organisateur de concerts Live Nation. Ce dernier lui propose un contrat de 120 millions de dollars pour distribuer tous ses nouveaux albums studios et promouvoir ses tournées durant dix ans.

En 2008, Madonna présente pour la première fois Filth and Wisdom au Festival international du film de Berlin (le film sortira en France sous le titre "Obscénité et Vertu"). Le 10 mars, elle se voit intronisée au Panthéon du rock américain lors de la prestigieuse cérémonie des Rock and Roll Hall of Fame.

Au mois d'avril, elle s'entoure des producteurs Pharrell Williams, Danja et Timbaland, et sort son onzième album Hard Candy. . Trois singles seront extraits de cet album, aux tendances Pop - Hip-Pop : "4 Minutes" en duo avec le chanteur Justin Timberlake, "Give It 2 Me" en featuring avec Pharrell Williams, et la ballade pop "Miles Away". Le premier single "4 minutes" bat tous les records et devient son 37e Top 10 au Billboard Américain et permet à Madonna de détrôner le record d'Elvis Presley (36 Top 10). L'album sera numéro 1 dans 30 pays , mais connaitra un succès beaucoup moins important que l'album précédent. Les critiques de leur coté, reprocheront à la chanteuse d'avoir choisi la facilité en faisant appel à des producteurs déjà très connus. "Hard Candy" est le dernier album studio avec la maison de disque Warner.

En août 2008, Madonna s'embarque dans sa 7ème tournée mondiale le " Sticky and Sweet Tour" qui compte une cinquantaine de dates. C'est la tournée la plus importante de sa carrière. Deux shows sont donnés au stade de France et un autre au stade Charles Ehrmann de Nice. La premiere partie s'est terminée en décembre à São Paulo au Brésil et reprendra en juillet 2009 à l'O2 de Londres . C'est d'ores et déja la tournée la plus lucrative de tous les temps pour un artiste solo (elle a déja rapporté quelques 208 millions de dollars, dont 105 millions rien qu'aux Etats-Unis).

Le 15 octobre, en pleine tournée mondiale, Madonna et le réalisateur Guy Ritchie annoncent leur séparation après 8 ans de mariage. Peu de temps après, elle décide de lancer une campagne destinée à lever des fonds et s'engage à faire construire une école pour fille au Malawi, État où elle a adopté son fils David.

En 2009 Madonna sera pour la première fois le sujet d'une exposition à Londres.

Madonna a souvent utilisé l'image de la Sainte-Croix, dès ses débuts, les pendentifs et les boucles d'oreilles qu'elle portait ont fait suivre une rumeur selon laquelle elle aurait dit, que les croix étaient sensuelles dû au fait qu'il y ait un homme nu dessus. En 1987 on la voit prier avec un rosaire dans le clip de La Isla Bonita, en 1989, dans Like a Prayer, elle porte les stigmates, elle évolue dans un décor de croix brûlantes et prie dans une église. Lors du « Blond Ambition Tour », elle fait le signe de croix avant d'interpréter Oh father dans une réplique de chapelle. En 1990, elle dédie son premier Best Of au Pape lui-même, deux ans après, c'est dans le sex book qu'elle pose nue devant une croix lumineuse et dernièrement elle apparaissait crucifiée lors de la tournée du « Confessions Tour ».

Madonna dispose d'œuvres de Pablo Picasso, Fernand Léger, Salvador Dali, Man Ray et étant une grande admiratrice de l'œuvre de Tamara de Lempicka, elle détient quelques peintures de cet artiste; en 1986, dans le clip de Open Your Heart, la façade du peep-show est une reproduction de "Andromède enchaînée", œuvre de style art déco ; les tétons d'Andromède seront remplacés par des ampoules lumineuses (contrariant les descendants de la famille). Par ailleurs, on verra d'autres œuvres issues de sa collection personnelle dans le clip vidéo de Vogue en 1990 et lors du "Who's That Girl Tour". Le clip "Bedtime Story" a été fortement inspiré par les artistes surréalistes Frida Kahlo, Leonora Carrington et Remedios Varo. Encore dans ce domaine, on remarque aussi des similitudes avec Andy Warhol dans le clip de "Deeper and deeper" et un hommage à Guy Bourdin dans la vidéo de "Hollywood" qui fit d'ailleurs l'objet d'une plainte pour utilisation illicite. En 1993, le Girlie show est directement inspiré de l'œuvre homonyme d'Edward Hopper.

Madonna révèle souvent un intérêt profond au cinéma, on peut se rendre compte de ses goûts esthétiques des années 1930 à 50 dans le clip de Vogue (Horst P. Horst), où elle affirme sa passion pour Carole Lombard, Rita Hayworth, Bette Davis, Martha Graham, Veronica Lake et surtout pour Marlène Dietrich qui avait une image semblable à la star. Elle était d'ailleurs une des premières femmes à porter des vêtements masculins. Madonna empruntera l'attitude de l'actrice lors de son clip vogue et lors du « Girlie Show ». La chanson Like a Virgin est remaniée sur l'air de Falling in Love Again (Can't Help It) qu'elle interprète avec un léger accent allemand. Elle s'inspire également d'autres œuvres comme Cabaret pour le clip d'Open Your Heart, Metropolis pour la vidéo de Express Yourself, Le Patient anglais et Un thé au Sahara pour Frozen, Koyaanisqatsi pour Ray of Light, Humoresque pour The Power of Good-Bye, Moonraker et Goldfinger pour Die Another Day, La fièvre du samedi soir dans les clips Hung Up et Sorry, et Les hommes préfèrent les blondes pour Material Girl. On peut également citer l'acteur James Cagney pour la chanson White Heat et Dita Parlo pour Erotica.

Le stéréotype "blonde ambition" concerne ces femmes souvent blondes au teint pâle et aux lèvres rouges, ces personnages dont Madonna s'inspire sont en outre Marilyn Monroe, la geisha (voir apparence d'une Geisha) ou encore Marie-Antoinette (voir Le maquillage à la cour de Versailles) qui inspire d'ailleurs beaucoup d'artistes en général, lors de sa prestation de Vogue aux MTV Video Music Awards de 1990, Madonna fait une performance vêtue d'une robe du XVIIIe siècle et coiffée d'une perruque telle que Marie-Antoinette en portait autrefois. Plus tard, pour le « Re-Invention Tour », elle pose pour Steven Klein lors d'une séance photo instiguée par la reine et, toujours dans le même registre, c'est Julien d'Ys qui coiffera la star pour la première partie du concert et Christian Lacroix qui lui fera un corset. Quant à la Geisha, Madonna endossera ce rôle pour le spot publicitaire "Takara Jun" au Japon en 1993, pour Paradise (not for me) et pour Nothing Really Matters, à cette époque, elle a d'ailleurs émis le souhait d'interpréter Hatsumomo dans le film Mémoires d'une geisha.

Lady Diana (Drowned World), Che Guevara (American Life) et le parkour (Hung up, Jump et « Confessions Tour »).

En 2005, le livre Guinness des records a mentionné Madonna comme l'artiste féminine la plus populaire encore en activité toutes catégories de musique confondues, et la femme ayant écoulé le plus de disques dans toute l'histoire de la musique . Selon Forbes, en 2007, sa fortune est estimée à environ un peu plus de 325 millions USD.

En 2005, selon le Livre Guinness des records, les albums de Madonna ont passé un total de 1 032 semaines, soit 19,8 années dans les classements du Royaume-Uni dans son ensemble ; plus longtemps qu’aucune autre artiste féminine. En outre, Madonna est entrée à la cinquième place des records de longévité de présence dans les classements britanniques.

Malgré ses multiples tentatives de devenir une actrice reconnue, Madonna n'a pas connu au cinéma un succès à la mesure de celui qu'elle a rencontré dans la musique. Le film Recherche Susan désespérément, en 1985, lui permit d'accéder momentanément au succès en tant qu'actrice. Mais depuis, la plupart de ses films ont été boudés par le public et mal accueillis par la critique. Cependant Une équipe hors du commun (1992) rencontre les faveurs du public, mais elle n’ y tient qu’ un rôle secondaire . En 1996, elle tient le rôle-titre d'Evita, qui lui permet de renouer avec les cinéphiles et d'emporter un Golden Globe. Néanmoins, le succès commercial de cette comédie musicale reste mitigé. Son avant-dernier film, À la dérive, mis en scène par son mari Guy Ritchie, lui a valu en 2002 le Razzie Award de la pire actrice et s'est révélé l'un de ses plus grands échecs. Il n'est d'ailleurs sorti qu'en DVD dans de nombreux pays.

Chacun des volumes ont été édités aux éditions Gallimard jeunesse, Callaway Editions et Puffin Books (pour les éditions anglaises).

En haut



Shampoo (film)

Shampoo est un film américain de 1975 réalisé par Hal Ashby, mettant en scène dans les principaux rôles Warren Beatty, Julie Christie, Goldie Hawn et Lee Grant. Le film se déroule en 1968, la nuit précédant la première élection de Richard Nixon à la Maison Blanche, et est sorti en salle au moment même du dénouement du scandale du Watergate. L'arrière-plan politique du film provoque d'ailleurs une situation ironique, puisque les spectateurs, contrairement aux personnages du film, étaient en mesure de juger sur pièce l'issue de la présidence de Nixon. Le thème principal du film n'est cependant pas d'ordre politique mais relève plutôt de l'étude de mœurs : le film est particulièrement renommé pour la satire féroce qu'il présente des mœurs sexuelles et sociales de la fin des années 1960.

Le personnage principal, un coiffeur séduisant incarné par Warren Beatty, est considéré comme une adaptation moderne du personnage de Horner dans la pièce de théâtre de la Restauration anglaise, La Provinciale. Par ailleurs, Carrie Fisher fait une brève apparition en faisant ses débuts à l'écran : elle incarnera plus tard le personnage de la Princesse Leia.

Shampoo se déroule sur une période de 24 heures en 1968 à Beverly Hills, à la veille de l'élection qui verra l'accession de Nixon à la présidence américaine. George Roundy (Warren Beatty) est un coiffeur extrêmement séduisant, qui use de son charisme et de ses compétences professionnelles pour rencontrer et séduire de nombreuses femmes, parmi lesquelles sa petite amie Jill (Goldie Hawn). Malgré cela, George n'est pas satisfait de sa vie professionnelle ; il estime en effet que son rang actuel d'employé chez un coiffeur de seconde zone ne correspond pas à ses capacités réelles, et rêve de monter son propre salon de coiffure.

En haut



Le ciel peut attendre (film, 1978)

Le Ciel peut attendre (Heaven Can Wait) est un film américain de Warren Beatty et Buck Henry sorti en 1978. Nommé neuf fois aux Oscars, le film remporte une statuette pour la direction artistique. Aux Golden Globes, le film reçoit trois récompenses. C'est un remake du film Le Défunt récalcitrant (Here Comes Mr. Jordan) (1941).

Joe Pendleton est le quarterback des Los Angeles Rams préparant le Super Bowl. Il meurt dans un accident de la circulation, mais après vérification auprès de Saint-Pierre, son décès n'est pas attendu avant plusieurs années. Son corps ayant été incinéré, il faut retrouver un corps de sportifs à Joe Pendleton.

En haut



Source : Wikipedia