Walter Salles

3.3860182370824 (658)
Posté par marvin 16/04/2009 @ 03:09

Tags : walter salles, réalisateurs, cinéma, culture

Dernières actualités
Cinéma et "grandes traversées" en août sur France Culture - AFP
Viendront ensuite, de 16H00 à 17H00, les "Master Class du Forum des Images" de grands cinéastes et acteurs (Claude Chabrol, Walter Salles, Benoît Jacquot, Gérard Depardieu et Claude Miller). Bombay et Mexico, Marguerite Duras et Georges Simenon seront...
Sept longs métrages à l'affiche à la salle El Mouggar - La Tribune d'Algérie
Au programme des projections, il y aura également Ossos et Maison de lave de Pedro Costa, Central do Brasil de Walter Salles et Nha Fala de Flora Gomes. Ce dernier film relate le destin d'une jeune chanteuse à la voix d'or étouffée par les traditions...
Le Campus MCM fermera ses portes en juillet - maville.com
Le Centre de formation, installé dans 5 600 m 2 de salles de cours et ateliers, ne sera pas resté longtemps sur le sol cherbourgeois. C'est en octobre 2007 qu'il accueillait ses premiers étudiants. Il proposait des formations supérieures dans les...
Un film gay fait sensation au Brésil - TÊTU
Fernando Meirelles est considéré, avec Walter Salles, comme le plus grand réalisateur du Brésil. La nouvelle fait la Une des médias brésiliens. L'un des plus célèbres cinéastes du pays, Fernando Meirelles (La Cité de dieu, The Constant Gardener,...
Taormina et le cinéma - Libération
... qui tourna en Sicile et comprenait des films aussi intéressants que Lavoura Arcaica, réalisé en 2001 par Luiz Fernando Carvalho, et Linha de Passe mis en scène par Daniela Thomas et Walter Salles en 2008, ni de celle consacrée au cinéma français...
Par :Rubrique Culturelle - Liberté-Algérie
Demain à 14h et 17h, projection du film Central do Brasil, de Walter Salles. ll À l'occasion de la sortie aux éditions Sedia de son essai Orient-Occident, le Choc, Antoine Sfeir sera présent à Alger du 24 au 26 juin. Il animera une conférence le 25...
Kim Cloutier par Mathias Walter & J.-A Déleveaux - Come4News
J'ai vu des filles splendides dans des salles d'attente de « magiciens » (oui, les filles, j'ai des adresses, faudra gentiment me les demander, quoique… les noms des chirurgiens courent les magazines féminins, pas besoin de vous montrer très gentilles...
Ry Cooder et le cinéma - France Info
Du Texas au Mali, de l'Inde à Cuba, de l'album aux salles obscures, Ry Cooder accompagne nos plus beaux voyages musicaux depuis quelques décennies. L'occasion de lui consacrer une chronique. Né le 15 mars 1947 à Los Angeles, Ry Cooder perd l'usage de...
FILM IDEAL : SUR LA ROUTE DES SIXTIES - DVDrama
Aux dernières -vieilles- nouvelles, Walter Salles devait réaliser ce film. On ne le voit toujours pas sortir. Et à la lecture d'un livre comme l'Amérique de Joan Didion, recueil des chroniques qu'elle a écrites de la fin des années 60 aux années 90 (où...
5 bonnes raisons de (re)découvrir Edimbourg - L'Express
Tout y est possible, le rire comme les larmes, les salles combles comme vides, l'extraordinaire comme le ridicule. Seule certitude: vous ne verrez cela nulle part ailleurs. Parmi les grandes promesses de cette 63e édition, l'oratorio de Haendel Judas...

Walter Salles

Walter Salles en 2005.

Walter Salles est un réalisateur, scénariste, monteur et producteur brésilien né le 12 avril 1956 à Rio de Janeiro au Brésil.

Il commence sa carrière cinématographique dans les années 1980 en réalisant quelques documentaires. En 1991, il réalise sa première fiction : A grande arte. Mais la crise économique qui sévit au Brésil l'empêche de poursuivre dans la fiction. Il marque son retour en 1995 avec Terre lointaine. En 1997, il réalise pour la chaîne de télévision européenne Arte le premier épisode Le premier jour pour la série de courts métrages L'an 2000 vu par....

L'année suivante, il obtient une reconnaissance internationale avec la réalisation du film Central do Brasil qui se voit décerner l'Ours d'or à Berlin. Il réalise ensuite en 2001 le film Avril brisé et produit en 2003 La Cité de Dieu réalisé par Fernando Meirelles.

En 2004, c'est à lui que revient la tâche de réaliser un film sur la pré-révolution de Che Guevara avec Carnets de voyage qui est présenté aux festivals de Sundance et de Cannes avant de rencontrer un gros succès.

En haut



Central do Brasil

Central do Brasil est un film franco-brésilien de Walter Salles réalisé en 1998.

Né en 1956, Walter Salles est l'une des figures majeures du renouveau d'un cinéma brésilien qui avait quasiment disparu pendant près d'une dizaine d'années, après la flamboyante génération du "Cinéma Novo" des années 60 (Glauber Rocha, Carlos Diegues...) Après Exposure (1991) il réalise avec Daniela Thomas Terre lointaine qui obtient le prix du "Meilleur film de l'année 1996" au Brésil. Avec une superbe image noir et blanc, il y raconte l'histoire d'un jeune brésilien de São Paulo, Paco, dont la mère vient de mourir, et qui décide d'aller à la découverte de Lisbonne que sa mère considérait comme une "Terre promise". Là, il rencontre une serveuse brésilienne, Alex, avec laquelle il tentera d'échapper à une organisation maffieuse spécialisée dans le trafic de drogue et d'objets précieux. Mais c'est surtout l'écriture noire et poétique de ce film qui a fait connaître l'originalité d'un auteur qui s'affirme avec brio dans Central do Brasil. L'année précédente, il avait réalisé pour ARTE un épisode de la série "l'An 2000" vu par... Walter Salles.

À Rio de Janeiro, Josué, un jeune garçon d'une dizaine d'année, dont la mère a été victime d'un accident de la circulation, se retrouve sans famille. Dora, une institutrice à la retraite, exerçant le métier d'écrivain public dans le hall de la gare, va l'aider à retrouver son père dans l'aride région du Sertão (Nordeste). Au cours de ce voyage initiatique aux multiples rebondissements, les deux personnages vont se découvrir progressivement l'un l'autre. Un film extrêmement émouvant qui retrace pour l'enfant, le dur apprentissage de la vie, et pour Dora, la douloureuse découverte de soi-même. Ours d'or à Berlin et Prix de la meilleure actrice pour ce réalisateur issu du cinéma publicitaire et documentaire.

Sans être un documentaire-fiction, Central do Brasil ne perd jamais une occasion de nous renseigner sur certains aspects d'une réalité sociale assez sombre: écrivains publics, enfants vagabonds, trafic d'organes, trains bondés, alcoolisme, violence, loteries... Mais l'image du Sertão que nous propse Central do Brasil est très différente de celle donnée par ses grands aînés du "Cinéma Novo" dans les années 1960. L'âpreté de la terre y est ici gommée au profit d'un regard qui souligne en permanence la beauté et l'immensité des paysages sauvages . L'enfant du film représente l'espoir de la génération montante. Il est "l'ange-transformateur" de la fatalité, exigeant des adultes qu'ils prennent leurs responsabilités. Dora finira par redécouvrir les valeurs morales et les qualités humaines que la ville lui avait fait oublier. Central do Brasil laisse peu à peu émerger l'idée d'un monde dans lequel l'action aurait enfin pris le pas sur l'apathie, la solidarité sur l'individualisme, et la confiance sur le mépris. Dans cette espérance, le cinéma aurait un rôle à jouer comme le montre la symbolique des images finales: une petite photo qui rassemble, par-delà le temps, l'espace et les différences.

En haut



Mía Maestro

Mía Maestro, née le 19 juin 1978 à Buenos Aires, est une actrice argentine et une chanteuse de musique classique. Elle a passé quelques années à Berlin lorsqu'elle avait 18 ans pour étudier le chant classique. Elle y a aussi étudié la technique Brecthienne de jeu, ce qui lui servira dans sa carrière d'actrice.

Elle est principalement connue en France pour avoir joué dans la série télévisée Alias le personnage de Nadia Santos dans les saisons 4 et 5.

Avant ce rôle, elle a joué dans plusieurs films parmi lesquels 4 où joue aussi Salma Hayek devenue une amie: Frida (2002), In the Time of the Butterflies (2001) (TV), Hotel (2001) et Timecode (2000). En 2003, elle apparaît dans les Carnets de voyage, film brésilien, chilien, américain, péruvien et argentin réalisé pr Walter Salles basé sur les livres d'Ernesto « Che » Guevara et d'Alberto Granado.

En 2005, elle joue dans Secuestro Express où elle assume le rôle d'une victime d'enlèvement au Venezuela. Ce film indépendant est tourné principalement avec des acteurs débutants et illustre la violence des rues de Caracas. Il s'agit du premier film vénézuélien distribué internationalement et le film a réalisé le record de recettes dans son pays d'origine loin devant Titanic, tenant du record jusqu'alors. Le film a été nominé comme meilleur film étranger aux British Independent Film Awards 2005.

En décembre 2005 elle apparaît dans le clip vidéo de la chanson Te Amo Corazon de Prince, réalisé par Salma Hayek.

En 2006, elle joue le rôle d'Elena dans Poseidon, remake de The Poseidon Adventure (1972) un film avec Gene Hackman et Red Buttons. Le film connait un succes critique et public mitigé mais il place Mia sur la liste des actrices avec lesquelles Hollywood doit compter.

En haut



Antonio Pinto

Antonio Pinto est un compositeur brésilien de musique de film. Il est frère de la réalisatrice Daniela Thomas.

Il compose à ses débuts les films de son compatriote Walter Salles avant de composer pour le film à succès La cité de dieu, grand succès discographique également. Grâce à ce succès, il se voit confier la musique du nouveau film d'Andrew Niccol, Lord of War , le soundtrack de ce film est nommé Warlord.

En haut



Vinícius de Oliveira

Vinícius de Oliveira (né le 18 juillet 1985 à Bonsucesso, au nord de Rio de Janeiro) est un acteur brésilien révélé dans un des deux rôles principaux de Central do Brasil, celui du jeune Josué.

Repéré par Walter Salles parmi des cireurs de chaussures, il a obtenu immédiatement le succès. Il vivait à Bonsucesso, avec sa mère Juçare, son frère aîné et deux jeunes sœurs. Après le succès et les prix (et l'inscription dans un collège privé), sa vie a radicalement changé.

Il participe depuis à des émissions de la télévision Futura et était en 2004 le personnage principal d'un spectacle sur le jeune Carlos Drummond de Andrade, Jovem Drummond.

En 2008, Walter Salles lui donne le rôle d'un des quatre frères de son film Une famille brésilienne, un jeune homme qui cherche à être engagé dans une équipe de football.

En haut



Une famille brésilienne

Une famille brésilienne (Linha de passe) est un film brésilien réalisé par Walter Salles et Daniela Thomas, sorti en 2009.

São Paulo. 20 millions d'habitants, 200 km d'embouteillage, 300 000 coursiers.

Au cœur de cette ville, quatre frères cherchent leur voie, chacun à sa manière. Reginaldo, le plus jeune, cherche son père. Dario rêve d’une carrière de footballeur. Dinho se réfugie dans la religion. Denis, l'aîné, déjà père d'un enfant élevé par la mère seule, gagne difficilement sa vie comme coursier. Leur mère, Cleusa, femme de ménage qui élève seule ses quatre enfants nés de pères différents, est à nouveau enceinte.

A l'image d'un Brésil en état d'urgence et en crise identitaire, tous cherchent une issue.

En haut



Avril brisé (film, 2001)

Avril brisé (Abril despedaçado) est film réalisé en 2001 par Walter Salles et inspiré du roman éponyme d'Ismail Kadaré.

En avril 1910, dans le nord-est pauvre du Brésil, une chemise tachée de sang se balance au vent. Tonho, fils cadet des Breves, est contraint par son père de venger la mort de son frère aîné, victime d'une lutte ancestrale entre familles pour des questions de terres.

S'il remplit sa mission, Tonho sait que sa vie sera scindée en deux : les vingt ans qu'il a vécus, et le peu de temps qu'il lui restera à vivre. Il sera pourchassé par un membre de la famille rivale, comme le dicte le code de vengeance de la région. Angoissé par la perspective de la mort et instigué par son petit frère Pacou, Tonho commence à douter de la logique de la violence et des traditions. C'est alors que deux artistes d'un petit cirque itinérant croisent son chemin...

Le film a remporté le Leoncino d'Oro (Prix du Public) à la 58e Mostra de Venise.

Il est indiqué comme Meilleur Film étranger par la Hollywood Foreign Press Association, la National Board of Review et la British Academy of Film and Television Arts.

En haut



Source : Wikipedia