Voiron

3.4402515722813 (954)
Posté par rachel 25/03/2009 @ 22:14

Tags : voiron, isère, rhône-alpes, france, environnement

Dernières actualités
Voiron (Isère) : vol par ruse et vol chez des seniors - Le Progrès
Il avait commis, le 15 novembre 2008, à Voiron (Isère), un vol par ruse au préjudice d'une dame de 80 ans. Deux jours plus tard, dans cette même ville iséroise, il avait également commis un vol au domicile d'une dame âgée de 65 ans....
Mountain Cycle ouvre ses portes - Big Bike Magazine
Fondée en 1988 aux Etats Unis, Mountain Cycle a posé son siège européen début janvier 2009 à deux pas de Grenoble, à Voiron plus exactement. En plus du showroom permanent, Mountain Cycle ouvre ses portes aux riders le samedi 6 juin et propose à cette...
La situation de l'UHB avance progressivement en coulisses - La Voix du Nord
Dornez à Voiron.- Thierry Dornez, l'entraîneur de la réserve de l'UHB (N2) ira à Voiron la saison prochaine (11e de NF1). • > « Rebondir » pour aider le club.- Une association, « Sauvons l'UHB », aujourd'hui rebaptisée « Rebondir » a été créée début...
Après leurs échecs face à Nantes et Trignac, troisième chance de ... - Charente Libre
Les plus superstitieux des supporters angoumoisins y verront peut-être un signe: 23 ans après le titre de Groupe B remporté en 1986 face à Voiron sur la pelouse de Vichy, le SCA a rendez-vous à quatre kilomètres de là, demain, sur la pelouse de Cusset...
Salon des économies d'énergie 2009. - Réseaux Tee - Territoires environnement emplois
Fort de ce succès, et souhaitant poursuivre son action de sensibilisation des habitants et professionnels sur les problématiques énergétiques, le Pays Voironnais s'engage, avec la Ville de Voiron, en tant que partenaires du salon 2009 organisé cette...
Le Toulouse MB a tout à gagner - LaDépêche.fr
Au cours de la réception qui suivit la victoire contre Voiron qualifiant le TMB pour ce « final four », Christophe Fourcade, le vice-président, lâcha ses mots sur un ton mi-sérieux mi-boutade. Et s'il avait raison ? Bien sûr, Limoges, à domicile,...
BEETHOVEN : LA NEUVIÈME SYMPHONIE - Le petit bulletin Grenoble
Organisé par la MJC, la Ville de Voiron et le Grand Angle, TREMA (TREmplin Musiques Actuelles) est un projet de soutien aux groupes amateurs de musiques actuelles du territoire Voironnais/Chartreuse. 10e édition cette année, avec une soirée rock ce s....
Félix Fayolle : le privé aux 14 000 dossiers est devenu écrivain - maville.com
Félix Fayolle est né en 1937 dans le Dauphiné, à côté de Voiron. Son enfance ne fut pas des plus heureuses. Son père, professeur de gymnastique au Bataillon de Joinville disparu à la suite de blessures de guerre, le jeune Félix, pupille de la Nation...
Sélectif pour les championnats du monde de difficulté - kairn.com
Ce week-end se déroulait au CREPS de Voiron (38) un sélectif pour les championnats du monde, sous forme d'une compétition de difficulté classique avec 2 voies de qualifications, une demi-finale et une finale. Les meilleurs français étaient invités à...

Voiron

Carte de localisation de Voiron

Voiron (à ne pas confondre avec Les Voirons en Haute-Savoie) est une commune française, située dans la neuvième circonscription du département de l'Isère et la région Rhône-Alpes.

Située à 27 km au nord de Grenoble, 87 km au sud de Lyon et 80 km au nord-est de Valence Voiron est divisée en deux cantons (nord et sud). Elle compte environ 21 000 habitants, les Voironnais et son agglomération/aire urbaine (9 communes) compte plus de 42 000 habitants. Elle est également la ville centre du Pays Voironnais, regroupé en communauté d’agglomération de trente-quatre communes et de près de 90 000 habitants.

Elle est appelée « capitale de la Chartreuse ». Mais n'est en réalité qu'une des trois villes porte de la Chartreuse avec Chambéry et Grenoble.

En outre, Voiron est décorée par le comité des villes et villages fleuris à hauteur de deux Fleurs.

La barrelière est un lieu dit sur la commune au pied de la colline de Bavonne. Il est situé au dessus du domaine de La Brunerie qui abrite le CREPS Rhône-Alpes.

La ville de Voiron possède une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF), cet espace naturel terrestre remarquable constitue une partie du patrimoine naturel de la commune.

Voiron et Coublevie sont desservies par un réseau de bus urbains composé de 3 lignes. Les lignes 1 et 3 ne desservent que la commune de Voiron, alors que la ligne 2 dessert Voiron et Coublevie.

Voiron est également desservie par le réseau interurbain des Transports du Pays Voironnais ainsi que par le réseau Transisère, tous deux centrés sur la gare routière et la gare SNCF de Voiron. Celle-ci représente tout de même le deuxième pôle d'échange du département en termes de fréquentation de voyageurs ! Les navettes TER Rives - Voiron - Moirans - Voreppe - Grenoble - Echirolles - Grenoble-Universités-Gières, sont cadencées aux 20 minutes en heures de pointe du lundi au vendredi (services réduits les samedis, dimanches et fêtes).

Par deux accès autoroutiers, situés à Mauvernay (Voiron sud) et Champfeuillet (Voiron ouest), et deux routes nationales structurantes Voiron est une ville très bien desservie par les infrastructures routières. Point Noir : pourtant encombré par un trafic très important, le centre-ville souffre d'un contournement incomplet de la ville. De nombreux résidents des communes alentours transitent par le centre ville dans le cadre de leurs déplacements domicile-travail.

Voiron compte plus de 250 associations et clubs sportifs.

En haut



Canton de Voiron

Le canton de Voiron est une division administrative française située dans le département de l'Isère et la région Rhône-Alpes.

Ce canton est organisé autour de Voiron dans l'arrondissement de Grenoble. Son altitude varie de 184 m (La Buisse) à 1 891 m (Saint-Julien-de-Raz) pour une altitude moyenne de 388 m.

Le canton de Voiron groupe 10 communes et compte 42 223 habitants (recensement de 1999 sans doubles comptes).

En haut



Gare de Voiron

TER Grenoble - Dijon entrant en gare.

La gare de Voiron est une gare ferroviaire située sur la commune française de Voiron (département de l'Isère), en Dauphiné.

Cette gare est desservie par les navettes ter Rhône-Alpes Rives - Réaumont - Voiron - Moirans - Voreppe - Grenoble - Echirolles - Grenoble-Universités-Gières, cadencées aux 20 minutes en heures de pointe du lundi au vendredi (services réduits les samedis, dimanches et fêtes).

Pour se rendre à Tullins, Saint-Marcellin, Romans, Valence-TGV et Valence-Ville, prendre les trains en direction de Grenoble et changer de train en gare de Moirans.

Pour accéder à la gare de Saint-Egrève, changer également à Moirans en prenant les trains Saint-Marcellin - Chambéry.

Pôle multimodal avec parkings devant et derrière la gare, consignes à vélos et gare routière.

En haut



Église Saint-Bruno (Voiron)

Église Saint-Bruno (Voiron) (vue générale)

L'église Saint-Bruno est un édifice religieux, situé au cœur de Voiron, il fut construit au XIXe siècle. Les chartreux apportèrent une importante contribution financière à la construction de ce monument, et c'est donc en remerciement à l'ordre des chartreux que l'église pris le nom de leur fondateur Saint-Bruno.

L’église Saint-Bruno de Voiron fut réclamée dès 1820 par la municipalité afin de faire face à la saturation de l’église Saint-Pierre. En effet avec une population à cette époque de près de 7000 personnes cette dernière était devenue trop petite. Le maire de l’époque M. Henry Frédéric Faige-Blanc choisit finalement le projet de l’architecte diocésain Berruyer après en avoir refusés un certain nombre. Certaines économies furent réalisées en exécutant les décorations extérieures en ciment moulé, ce qui était une nouveauté pour l’époque. D’une durée de 8 ans, les travaux s’achevèrent grâce à un important don des Chartreux qui financèrent les vitraux et à la générosité du public. C’est donc en 1872 qu’elle ouvrit finalement ses portes aux fidèles.

Construite par Alfred Berruyer (1819-1901), architecte diocésain dont l’œuvre monumentale a profondément marqué le paysage religieux du XIXe siècle de l’Isère, avec entre autre l’édification de très nombreuses églises (La Salette, Rives (Isère), la Mure, Roybon, Saint-Laurent-du-Pont, Saint-Bruno à Grenoble, pour ne citer que celles-ci), l’église de Voiron fut construite quand à elle entre 1864 et 1883. Cette église, de taille imposante mesure au total 19 mètres de large, 67 mètres de long et 22 mètres de hauteur. L’église est principalement construite avec des moellons, ainsi le corps du bâtiment est construit de maçonnerie revêtue de moellons piqués de pierre dure de Ratz, ces moellons étaient extrait comme leur nom l’indique de la montagne de Ratz, la carrière se situait et est toujours visible entre Saint-Julien-de-Ratz et La Buisse. La façade porte deux clochers avec flèches celles-ci sont quand à elles en moellons de tuf et les éléments décoratifs en ciment moulé. L’utilisation de ce dernier matériau était une nouveauté dans ce type de construction, et l’église en a ainsi bénéficié à peine dix ans après l'ouverture de la première exploitation de ciment Vicat. La toiture est couverte de tuiles plates polychromes et les deux hautes flèches de tuiles vernissées.

Conçue selon le modèle de la cathédrale gothique idéale pensée par Viollet-le-Duc,l’église Saint-Bruno se compose ainsi d’une nef élancée voûtée d’ogives et flanquée de bas-côtés, une façade harmonique abritant trois portails sculptés surmontés d’une galerie, un chœur terminé par une abside pentagonale ou se trouvent deux toiles marouflées peintes entre 1919 et 1921 signées par Girard, un transept peu saillant, un vaisseau central à trois niveaux comprenant des grandes arcades brisées, un triforium, et de hautes fenêtres. Les verrières sont nombreuses et l’église comprend cinquante-quatre vitraux jumelés et trois rosaces exécutées par la maison Jules Gaspar Gsell Laurent de Paris représentant des scènes du nouveau et de l’ancien Testament, avec pour principal thème le Christ apportant l'évangile. Le style et la composition font là aussi référence aux vitraux du XIIe siècle.

En plus de la construction en elle-même, le style néo-gothique est aussi présent dans le mobilier liturgique (buffet d’orgue, chaire, clôture du chœur, lustres…), complétant ainsi de manière harmonieuse cet ensemble, surnommé par les Voironnais, « cathédrale ». En juin 1897, une importante inondation de la Morge emporta le perron, celui-ci fut remplacé par l'actuel escalier.

Au départ prévu pour l'église Saint François de Salles à Lyon l’orgue fut finalement acheté en 1881 par Voiron et construit en 1883 par les frères Callinet. Cette même année l'instrument connaît quelques modifications afin de s’harmoniser le plus possible avec le style de l’église, et c’est ainsi qu’il vit la construction d'un nouveau buffet néo-gothique. Finalement inauguré en 1883, il fait aujourd'hui partie intégrante du patrimoine de la ville de Voiron et est classé monument historique depuis 1973. En 1999 l’orgue connaît une restauration complète les travaux qui furent confié à Daniel Kern, ont nécessité la présence de quinze personnes et ce sont achevé en 2002. Ils ont ainsi permis de changer toutes les peaux des soufflets et de remplacer la console des claviers ainsi que le nettoyage des 2 500 tuyaux.

Oeuvres d'un maître verrier parisien, les 214 vitraux ont été financés comme il est dit plus haut par les pères chartreux dans le respect de la tradition moyenâgeuse. Ils illustrent en couleur l'histoire Sainte et l'histoire de l'Eglise (d’Adam et Eve à Saint-Vincent-de-Paul). Chaque verrière se compose de quatre motifs placés dans un quadrillage, le tout s'harmonisant autour de la rosace de la façade représentant le christ en majesté, cette dernière s'inspire en partie dans sa forme et son esthétique des rosaces de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

En haut



Source : Wikipedia