Vicky Cristina Barcelona

3.4771848414235 (1293)
Posté par hal 03/04/2009 @ 16:12

Tags : vicky cristina barcelona, films, cinéma, culture

Dernières actualités
Scarlett Johansson nous refait le coup de la chanson - Comme au Cinéma
L'actrice Scarlett Johansson (Vicky Cristina Barcelona) et le chanteur Pete Yorn (Back and Fourth) publieront ensemble l'album Break Up, le 8 septembre prochain aux Etats-Unis, rapportent le site spécialisé Nme.com et Relax News. L'idée de cet album,...
Vicky, Cristina, Barcelona - HD Soir
Voici un bel écrin HD qui fait presque un peu carte postale, le film s'y prêtant avec conviction ! La définition est assez sympathique dans l'ensemble, certains gros plans sont même sublimes par moments. Le côté réaliste prévaut dans la restitution...
Penélope Cruz: "Je dois indirectement mon oscar à Pedro" - L'Express
Récipiendaire, en février dernier, d'un oscar pour Vicky Cristina Barcelona, de Woody Allen, elle accumule récompenses et performances, s'adonne à la photo, s'apprête à réaliser, multiplie les BA humanitaires... Et puis il ya Almodovar, avec qui elle a...
Qui remettra la Palme d'or ? Qui va l'avoir ? Le jury délibère ... - Pure People
Penélope Cruz a une belle cote depuis Volver et Vicky Cristina Barcelona. Cette année, elle ne s'est pas autant faite remarquer. De plus, Cannes est aussi l'occasion de primer des acteurs et actrices moins médiatisés mais aussi talentueux....
WHATEVER WORKS : QUAND WOODY RENCONTRE LARRY ! - DVDrama
Le nouvel opus marque le grand retour de Woody Allen à New-York après trois films tournés à Londres (Match Point, Scoop, Le Rêve de Cassandre) et un en Espagne (Vicky Cristina Barcelona). Whatever Works sortira aux Etats Unis le 19 juin prochain et...
Almodovar palme d'or à Cannes … suspens ? - Miwim
Considérée par Time comme l'une des 100 personnes qui comptent le plus dans le monde, elle vient de recevoir l'oscar du meilleur second rôle pour son jeu dans “vicky Cristina Barcelona”. Une actrice qui compte donc, et qui pourrait bien permettre à...
Blogues - Maxime Demers sur le trottoir - Rue Frontenac
L'an passé, ses confrères Steven Spielberg et Woody Allen, qui ne sont pas non plus des deux de pique, ont accepté ce genre de traitement avec un grand sourire (le premier pour Indiana Jones 4, le second pour Vicky Cristina Barcelona)....
Le festival de Cannes, à quoi ça sert? - 20minutes.fr
L'année dernière, les festivaliers ont ainsi découvert «Vicky Cristina Barcelona» de Woody Allen cinq mois avant sa sortie officielle et «Two Lovers» de James Gray six mois avant. - A parler en VO. La classe, c'est de ne connaître du film que son titre...
Nicole Kidman dit "non" à Woody Allen ! - Plurielles
Le projet était pourtant bien avancé et après avoir sublimé Scarlett Johansson et Penélope Cruz dans le film "Vicky Cristina Barcelona", primé aux Oscars cette année, on s'attendait à ce que Woody Allen fasse de même avec la splendide Nicole Kidman....

Vicky Cristina Barcelona

Vicky Cristina Barcelona est un film américano-espagnol réalisé par Woody Allen qui est sorti le 8 octobre 2008. Il appartient à la sélection officielle hors compétition du Festival de Cannes 2008.

À Barcelone, Juan Antonio, un artiste peintre charmeur propose à deux belles touristes américaines, Vicky et Cristina, de venir passer un week-end à Oviedo, pour passer du bon temps ensemble, et éventuellement faire l'amour.

Les deux amies ont une approche tout à fait différente de la chose, mais acceptent. Des histoires apparaissent. La situation se compliquera plus tard quand réapparaitra María Elena, l'ex-femme de Juan Antonio, avec qui il entretient une relation encore violente.

Vicky Cristina Barcelona est le film de Woody Allen le mieux reçu par la critique depuis Match Point qui avait été sélectionné pour les Oscars.

En janvier 2009, Box Office Mojo estime que les recettes internationales engendrées par ce films sont d'environ 77,2 millions de dollars. Vicky Cristina Barcelona est donc l'un des plus grand succès commerciaux de Woody Allen considérant les 20 millions de dollars de coût de production.

En haut



Woody Allen

Woody Allen et son groupe, décembre 2006

Il a reçu trois Oscars: deux pour Annie Hall (1977) et un pour Hannah et ses sœurs en 1986. Il a été nominé à 18 autres reprises.

Remarqué par le producteur Charles Feldman, il réalise son premier film en 1966, Lily la tigresse. Il enchaîne en 1969 avec la comédie Prends l'oseille et tire-toi.

Allen opte d'abord pour un style burlesque et satirique, et le grand public voit en lui un petit bonhomme à lunettes d'une épouvantable maladresse. Il s'imposera toutefois grâce à des œuvres plus personnelles, teintées de mélancolie, mais toujours pleines d'autodérision, comme Annie Hall (Oscar du Meilleur réalisateur, du Meilleur scénario, de la Meilleure Actrice pour Diane Keaton et surtout du Meilleur Film en 1978), et Manhattan (1979), films dans lesquels s'illustre sa première muse, la pétillante Diane Keaton.

Les années 1980 sont marquées par la rencontre avec Mia Farrow, sa nouvelle égérie, qui apparaît dans tous ses longs métrages de 1982 avec Comédie érotique d'une nuit d'été à 1992 et Maris et femmes.

Leur rupture fait scandale. La comédienne découvre qu'Allen détenait des photos de sa fille adoptive Soon-Yi Previn entièrement dévêtue. Ils se marieront en 1997. Le réalisateur estime que son départ avec la jeune femme fut une bonne chose, un tournant dans sa carrière.

Néanmoins, l'année de leur union, Miramax le renvoie après les échecs consécutifs de Nuits de Chine, Maudite Aphrodite et Tout le monde dit I love you. Allen est tout de suite engagé par Fine Line Features.

Il enchaîne les succès avec Accords et désaccords, Escrocs mais pas trop et Hollywood Ending. En 2005, le réalisateur quitte New York pour tourner trois films à Londres : Match Point, Scoop, tous deux avec sa nouvelle égérie Scarlett Johansson, et Le Rêve de Cassandre. Il poursuit son périple européen avec Vicky Cristina Barcelona, tourné en Espagne.

Deux mariages. Trois enfants, dont un adopté. En 1952, il écrit des gags pour un journal pendant qu'il fréquente la High School de Midwood. Il devient ensuite gagman pour des comiques comme Bob Hope ou Buddy Hackett et ensuite rédacteur du show télévisé de Gary Moore (1957). Il est également écrivain (théâtre, roman et nouvelles). Il est l'un des cinéastes américains les plus connus et les plus prolifiques de ces quarante dernières années ; certains ajoutent qu'il est aussi l'un des plus européens. Les comédies de mœurs, souvent sur fond psychanalytique, sont incontestablement son domaine favori bien qu'il s'essaye parfois à d'autres genres. Il se met lui-même en scène comme acteur dans un grand nombre de ses films, incarnant souvent un personnage proche de lui-même, caricature de l'intellectuel (et de l'humour) juif new-yorkais en proie à des affres tragicomiques. C'est un réalisateur boulimique : depuis le début des années 1970 où sa popularité a explosé, il n'a cessé de tourner, réalisant pratiquement un film par an, ce qui est sans doute un record de longévité et de régularité dans la production pour un cinéaste. En 1997, il s'est marié avec Soon-Yi Previn, la fille adoptive de son ex-compagne Mia Farrow.

Clarinettiste, il a monté un orchestre de jazz avec lequel il se produit en scène.

Durant l'été 2007, il tourne à Barcelone le film Vicky Cristina Barcelona.

Issu d'une famille juive d’origine russo-autrichienne, Allen Stuart Königsberg voit le jour à New York le 1er décembre 1935. C’est plus précisément à Midwood (Brooklyn) qu’il passe son enfance aux côtés de son père (Martin Königsberg), sa mère (Netty Cherrie) et sa jeune sœur (Letty), tous natifs de la Grosse Pomme. Ses oncles et tantes étaient aussi très souvent chez eux. Son éducation débute à l’école judaïque où il restera pendant huit ans avant de rejoindre l’école publique. Finalement, il fréquentera la Midwood High School. À cette époque, Allen vit en partie sur l’avenue K et est surnommé « Red » en raison de la couleur rousse de ses cheveux (se dit red en anglais). Déjà, il impressionne les autres étudiants par son extraordinaire habileté aux cartes et ses tours de magie.

Il commence à gagner sa vie en écrivant des gags pour l’agent David O. Alber qui les revend à différents chroniqueurs. Ainsi, la première de ses blagues à avoir été publiée serait « I am two with Nature ». À l’âge précoce de 16 ans, il se met à écrire pour des stars telles que Sid Caesar. C’est à ce moment qu’il décide d’endosser le pseudonyme que nous lui connaissons.

Woody rejoint ensuite l’université de New York où il est censé étudier la communication et le cinéma. Toutefois, son absence de résultats et son manque d’intérêt pour les études (« Je m’intéressais pas à l’université, tout ce que je voulais c’était écrire. » Harry dans tous ses états), lui font rapidement abandonner son cursus. Plus tard, il fréquentera encore brièvement le City College de New York.

À 19 ans, il est auteur pour d’importantes émissions de télévision telles que The Ed Sullivan Show, The Tonight Show, Caesar’s hour… Ce dernier show occasionnera par ailleurs le début de sa collaboration avec Danny Simon. Celui-ci l’aidera à structurer son style et Allen dira à son sujet « I've learned a couple of things on my own since and modified things he taught me, but everything, unequivocally, that I learned about comedy writing I learned from him. » (« J’ai depuis appris une ou deux choses par moi-même et modifié certaines choses qu’il m’a apprises mais tout ce que j’ai appris de l’écriture de comédie, je l’ai appris, sans équivoque, de lui. »).

Naturellement doué pour la comédie, en 1960, il entame une nouvelle carrière dans le stand-up (les albums Standup Comic et Nightclub Years 1964-1968 contiennent quelques uns de ses sketchs dont la fantaisiste histoire de l’élan qu’il emmène à un bal costumé après l’avoir percuté avec sa voiture). Parallèlement à cela, il contribue à la revue From A to Z de Broadway et commence à écrire pour le très populaire show télé Candid Camera, apparaissant même dans quelques épisodes. En outre, il rédige des nouvelles publiées dans certains magazines dont le très fameux The New Yorker.

Petit à petit, avec l’aide de son manager, Allen transforme ses défauts « psychologiques » en qualités « théâtrales ». Il développe ainsi son célèbre personnage d’intellectuel névrosé, instable et nerveux. Rapidement, il rencontre un succès qui lui ouvre les portes de la télévision et des nightclubs. En 1969, sa popularité est telle qu’il apparaît en couverture du Life à l’occasion de l’ouverture à Broadway de Play It Again, Sam.

La carrière cinématographique de Woody Allen débute en 1965 lorsqu’il joue dans son premier film Quoi de neuf, Pussycat ?. À noter qu’il est seulement scénariste et acteur sur ce film. Un an plus tard, il officie à nouveau pour le grand écran avec l’étonnant Lily la tigresse (What's Up, Tiger Lily?) Ce long métrage est à l’origine un film d’espionnage japonais dont il a réécrit les dialogues afin d’en faire une œuvre burlesque suite au doublage en anglais. En 1967, il interprète le neveu de James Bond dans la parodie homonyme, Casino Royale. La fin des années 1960 marquent les débuts d’Allen en tant que réalisateur. Il réalise successivement et avec succès Prends l'oseille et tire-toi (Take The Money and Run) (1969), Bananas, Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe sans jamais oser le demander (Everything You Always Wanted To Know About Sex (But Were Afraid to Ask)), Woody et les robots (Sleeper), ainsi que Guerre et Amour (Love and Death). Ces films s’inscrivent dans une certaines continuité avec son travail d’auteur de sketchs télévisés. Et pour cause, il s’agit exclusivement de pures comédies s’appuyant sur de grosses farces et autres gags visuels. Allen est alors fortement influencé par les œuvres de Bob Hope, Groucho Marx et Humphrey Bogart.

La période qui suit est certainement la plus prolifique et la plus célèbre de la carrière de Woody Allen. En moins de 10 ans, il écrit et réalise ses films les mieux cotés. C’est l’époque d’Annie Hall, Manhattan, La Rose pourpre du Caire (L’un des 100 meilleurs films de tous les temps selon le Times Magazine et l’un des trois favoris d’Allen lui-même) ainsi qu’Hannah et ses sœurs qui remporte trois Academy Awards.

Annie Hall, film de tous les succès (vainqueur de quatre Academy Awards dont l’Oscar du meilleur film, celui du meilleur réalisateur, celui de la meilleure actrice pour Diane Keaton et celui du meilleur scénario), marque un tournant majeur dans l’œuvre d’Allen. Il s’oriente alors vers un humour plus sophistiqué et entre dans le registre des comédies dramatiques. Certains iront jusqu’à dire qu’il a peut-être réinventé ce genre ou, au moins, en a fixé les règles modernes. Mais outre cela, Allen parvient surtout à trouver son style, sa touche personnelle. Avec Annie Hall, Allen parvient à se détacher de l’influence de ses idoles pour imposer son propre personnage et avec lui, tout un univers complexe de questions existentielles obsédantes inspirées par ses incalculables références culturelles qu’il fait mine de résoudre par la dérision. Il crée un univers où il est normal d’aborder une inconnue en lui parlant de Sartre pour se retrouver une heure plus tard à discuter avec elle de Kierkegaard dans un jazz club où ils peuvent tous deux se délecter des œuvres de Cole Porter. En somme, il crée un univers égocentrique où tous les personnages sont des parties de Woody Allen.

Manhattan sera l’œuvre de la confirmation et marquera probablement l’apogée du « style Allen ». Le film est en tous cas considéré par beaucoup de critiques comme son meilleur travail. Tourné en noir et blanc, il peut être perçu comme un hommage à la ville de New York, véritable « personnage » central du film. Là encore, les rôles principaux représentent des intellectuels lettrés issus de classes sociales élevées. Toutefois, le regard posé sur cette classe est assez ambivalent, critique autant que valorisant. Cet amour-haine des intellectuels new-yorkais (principalement) est par ailleurs une importante caractéristique de la plupart de ses films. Manhattan est sa troisième collaboration avec l'actrice Diane Keaton. Il assiste également aux débuts de la jeune Meryl Streep qui tient un second rôle dans le film.

Enfin, en 1994, il revient à des choses moins sombres avec Coups de feu sur Broadway (Bullets Over Broadway) qui lui vaudra une nouvelle nomination pour l’Oscar du meilleur réalisateur. Deux ans plus tard, sa comédie musicale Tout le monde dit I love you (Everyone Says I Love You) apparaît comme plus accessible et remporte un vif succès auprès du public. Là encore, il se retrouve en course aux Golden Globes et aux Césars. Entre ces deux derniers films, Allen a également réalisé le bizarroïde Maudite Aphrodite (Mighty Aphrodite) où ses éternels intellectuels new-yorkais croisent la route de personnages plus simples (une ancienne actrice porno et un boxeur bas de plafond) ainsi que des héros de tragédies grecques.

En 1997 paraît Harry dans tous ses états (Deconstructing Harry), sans aucun doute le plus « allenien » de tous ses films. Relativement inaccessible au profane, ce long métrage nous plonge dans une histoire complexe où fiction et fiction dans la fiction se mélangent. Allen nous livre un scénario suivi entrecoupé de sketchs qui participent à l’histoire globale pour aboutir à la rencontre d’un florilège de personnages divers qui, rassemblés, ne forment plus qu’un… Harry. On y retrouve tous les thèmes majeurs de l’œuvre d’Allen qui signe ici une parodie de sa propre existence et de ses propres difficultés avec originalité, créativité mais surtout, avec un humour « breveté ».

Comme il l'avait fait pour Coups de feu sur Broadway (avec John Cusack), en 1998 dans Celebrity Allen confie « son » personnage à un autre acteur. En l’occurrence, c’est Kenneth Branagh qui s’y colle avec succès dans ce film surprenant. Tourné en partie en noir et blanc, avec des acteurs inhabituels (Leonardo DiCaprio, Melanie Griffith…), les évènements s’enchaînent à une vitesse incroyable dans une histoire (une fois de plus) très complexe, impliquant une foule de personnage que l’incapacité de communiquer bloque dans une position de spectateurs de leur propre vie. Ce film, tout en gardant un style très « allenien », peut apparaître, par certains côtés, comme surprenant dans l’œuvre de l’artiste.

L’année suivante, avec Accords et désaccords (Sweet and Lowdown), il rend une fois de plus hommage à l’une de ses passions : le jazz. Construit comme un documentaire biographique, ce film traite d’un guitariste fictif dans un univers musical bien réel où l’on croise et recroise la route du plus célèbre des manouches : Django Reinhardt. Cette fois, Allen réussit le tour de force d’inventer de toute pièce un personnage complexe, à la fois pathétique et fascinant, aussi génial que ridicule, détestable autant qu’attendrissant. Servi par une musique de qualité et une interprétation phénoménale de Sean Penn, Allen livre cette fois une comédie dramatique tout à fait à part et totalement réussie.

Entre 2000 et 2003, Allen retourne à ses premiers amours : la pure comédie. Il nous livre Escrocs mais pas trop (Small time crooks), Le Sortilège du scorpion de jade (The curse of Jade scorpion), Hollywood Ending et La Vie et tout le reste (Anything else). Le public ne suit pas, les critiques sont féroces. Même l’original Melinda et Melinda (Melinda, Melinda) ne parviendra pas à le faire revenir au devant de la scène. On prétend déjà que ses meilleures années sont derrières lui. C’était sans compter sur les ressources du génie. En 2005 sort Match Point, un film réalisé à Londres, une nouvelle ville, avec Jonathan Rhys-Meyers et Scarlett Johansson, de nouveaux acteurs. La critique est unanime, le public impressionné. Contrairement à ce que la presse en a dit, ce film étrange et noir, n'est pas en totale rupture avec ses œuvres précédentes (cf. Crimes et délits, Une autre femme, etc. et autres films sombres du cinéaste). Elle lui vaut plusieurs nominations aux Oscars, Golden Globes et Césars. Woody Allen dira dans une interview avec le magazine Première qu’il s’agit de son meilleur film.

En 2006, Allen tourne un second film à Londres, Scoop, qui reçoit des critiques mitigées. Une troisième œuvre londonienne arrive en 2007, Le Rêve de Cassandre, avec Colin Farrell et Ewan McGregor au générique, tandis que l’infatigable Woody Allen rejoint l’Espagne pendant l'été pour tourner Vicky Cristina Barcelona (avec Scarlett Johansson, sa nouvelle égérie, Penélope Cruz et Javier Bardem), qui sort en 2008. Le film a été présenté au Festival de Cannes de la même année. 2009 voit le retour de Woody à New-York avec Whatever Works, avec Larry David et Evan Rachel Wood au générique.

Revenant sur sa carrière au cinéma : « Je crois que je ne suis ni purement comique, ni purement tragique, simplement réaliste ».

À 14 ans, Woody Allen a son premier coup de cœur pour Sidney Bechet, clarinettiste et saxophoniste du New Orléans, qu’il avait entendu à la radio (il donnera par ailleurs le nom de Bechet à l'une des deux filles qu'il adopta avec Soon-Yi Previn). Il nourrit depuis ce jour-là une passion pour le jazz. Il commence par étudier le saxophone, mais peu doué pour cet instrument il se tourne ensuite vers la clarinette. Le prénom de Woody qu’il s’est choisi vient par ailleurs du patronyme d’une de ses idoles, le clarinettiste Woody Herman. Chaque lundi, Allen se produit au Carlyle Hotel de Manhattan avec son Jazz Band « New Orleans ». En 1996, il a également effectué une tournée européenne avec le groupe qui donna lieu à un documentaire intitulé Wild Man Blues. En tout, le groupe a sorti deux albums : The Bunk Project (1993) et la BO de Wild Man Blues (1997).

Tout comme pour ses personnages, les relations de Woody Allen avec les femmes sont complexes et ambiguës.

Il se marie pour la première fois à l’âge de 20 ans en 1956 avec une jeune étudiante en philosophie, Harlene Rosen, qu'il avait connue dans un centre communautaire. L’idylle durera six ans et se terminera par un procès pour diffamation suite à une blague douteuse de Woody sur son ex-femme.

Il épouse ensuite Louise Lasser (1966) qui jouera dans deux de ses films : Bananas et Everything You Always Wanted To Know About Sex (But Were Afraid to Ask). Là encore, la relation sera de courte durée, le couple se séparant après trois ans à peine.

Par la suite, Allen ne se marie plus, ce qui lui réussit un peu mieux puisqu’il maintient sa relation avec Diane Keaton pendant près de 10 ans avant de partager 12 ans de sa vie avec Mia Farrow. Ensemble, ils adopteront une petite fille (Dylan). Ils auront aussi un enfant naturel (Satchel). Woody décidera aussi d'adopter l'un des (nombreux) enfants de Mia (Moses).

Mais en 1992, Mia le quitte après avoir découvert son attrait pour sa fille adoptive (celle de Mia uniquement) Soon-Yi Previn (Allen détenait des photographies de la jeune fille entièrement dévêtue). Directement, Allen s’installe avec cette dernière (âgée de 22 ans). Ils finiront par se marier en 1997. Dans cette aventure, Allen a perdu le droit de voir ses enfants (il ne peut plus voir Dylan, Moses refuse de le voir et il a un droit de visite pour Satchel exclusivement sous surveillance). Reste qu’il estime que son départ avec Soon-Yi fut une bonne chose, un tournant profitable dans sa vie.

En haut



Wild Bunch Distribution

Wild Bunch Distribution est une compagnie internationale de production et de vente des films.

A l'origine une division de StudioCanal, la compagnie a produit des films comme Land of the Dead (Le Territoire des Morts), Southland Tales et Where in the World Is Osama Bin Laden? (Où est Osama Ben Laden dans le monde?). Ils ont aussi produit Cassandra's Dream (Le Rêve de Cassandre), Vicky Cristina Barcelona et Whatever Works de Woody Allen, et The Argentine (L'Argentin) et Guerrilla de Steven Soderbergh. Ils ont remporté les droits internationaux pour les productions de Studio Ghibli.

En haut



Scarlett Johansson

Scarlett Johansson au Koweït en janvier 2008

Scarlett Marie Johansson est une actrice et chanteuse américaine née le 22 novembre 1984 à New York. Elle est devenue célèbre grâce à son rôle dans L'Homme qui murmurait à l'oreille des chevaux (1998) puis a enchaîné les succès critiques avec Ghost World, Lost in Translation et La Jeune Fille à la perle, ces deux derniers lui ayant valu deux nominations aux Golden Globes en 2003.

Scarlett Johansson est née à New York. Son père, Karsten Johansson, est un architecte né au Danemark et son grand-père paternel, Ejner Johansson, était scénariste et réalisateur. Sa mère, Melanie Sloan, est une productrice issue d'une famille judéo-polonaise du Bronx,,. Les parents de Scarlett se sont rencontrés au Danemark alors que sa mère vivait encore chez la grand-mère maternelle de Scarlett, Dorothy, qui fut bibliothécaire et enseignante. Elle a une sœur plus âgée, Vanessa, également actrice, un frère plus âgé, Adrian, un frère jumeau, Hunter, également acteur, et un demi-frère, Christian, né du second mariage de son père. Elle s'est mariée le 27 septembre 2008 au Canada avec Ryan Reynolds.

Scarlett Johansson grandit dans cette famille avec « peu d'argent » et une mère « cinéphile ».

Scarlett débute au théâtre à l'âge de huit ans aux côtés de Gary Bitbol dans Sophistry. Sa carrière cinématographique démarre vers l'âge de 12 ans quand sa mère l'emmène à des auditions. Elle décroche son premier rôle au cinéma en 1994 dans le film L'Irrésistible North de Rob Reiner. Elle enchaîne ensuite les rôles sans se faire vraiment remarquer et c'est en 1998 qu'elle reçoit le Young Star Award, décerné par le magazine The Hollywood Reporter pour son rôle de Grace dans L'Homme qui murmurait à l'oreille des chevaux.

En 1999, elle tourne un drame de guerre appelé American Rhapsody et l'année suivante, elle tourne aux côtés de Billy Bob Thornton dans The Barber : l'homme qui n'était pas là. Elle se fait aussi remarquer dans le film Ghost World, sorti en 2001 aux côtés de Thora Birch.

Elle est diplômée en théâtre de la Professional Children's School de Manhattan en 2002.

Elle s'impose en 2003 dans deux rôles successifs : tout d'abord face à Bill Murray dans Lost in Translation de Sofia Coppola, puis aux côtés de Colin Firth dans La Jeune Fille à la perle, méticuleuse reconstitution du monde de Vermeer. Elle se voit décerner le « Upstream Prize » à la Mostra de Venise pour le premier et est sélectionnée aux Golden Globes comme meilleure actrice dans un film musical ou une comédie pour Lost in Translation et meilleure actrice dans un film dramatique pour La Jeune Fille à la perle. Elle remporte aussi aux BAFTA la même année le prix de meilleure actrice pour son rôle dans Lost in Translation. Elle est conviée aux Oscars en juin 2004 afin d'y remettre un prix.

En 2004, elle joue aux côtés de Topher Grace dans En bonne compagnie et face à John Travolta et Gabriel Macht dans le drame de moeurs Love Song ; ce rôle lui valut une troisième nomination aux Golden Globes. Cette même année, elle est contactée pour un rôle dans Mission : Impossible 3 mais ne peut y participer à cause de problèmes d'emploi du temps ; un conflit personnel avec Tom Cruise a également été rapporté aux journaux, mais publiquement démenti. Elle est remplacée par Keri Russell.

En juillet 2005 elle tient le premier rôle féminin dans un film d'action : The Island avec Ewan McGregor. Elle tourne ensuite un film de Woody Allen, Match Point. Son rôle lui valut une quatrième nomination aux Golden Globes, mais le prix fut décerné à Rachel Weisz. Elle est depuis considérée comme un sex-symbol mondial et devint, par sa prestation dans ce film la muse de Woody Allen.

Puis vient Scoop, un autre film d'Allen, sorti en juillet 2006 aux côtés de Hugh Jackman. La même année, elle apparaît dans Le Dahlia noir de Brian De Palma, tourné à Los Angeles et en Bulgarie avec Josh Hartnett, Aaron Eckhart et Hilary Swank. Johansson explique qu'elle admire le travail de De Palma et voulait travailler dans ce film malgré le fait qu'elle pensait être « physiquement non indiquée » pour le rôle. Les critiques sont partagées, certains trouvant son travail bon et certains non,. Elle joue également aux côtés de Hugh Jackman pour la seconde fois consécutive et de Christian Bale dans le drame fantastique Le Prestige.

Le 14 janvier 2006 elle anime le Saturday Night Live. Elle y revient le 21 avril 2007 pour y chanter un duo avec Andy Samberg (une reprise de Something to Talk About). Scarlett tourne ensuite la chronique Deux sœurs pour un roi de Justin Chadwick (qui sort en février 2008), où elle côtoie Natalie Portman et Eric Bana, pour y incarner le rôle de Mary Boleyn. En août 2007, elle tournait à Barcelone son troisième film avec Woody Allen, Vicky Cristina Barcelona où elle joue aux côtés du couple espagnol, Penelope Cruz et l'acteur oscarisé Javier Bardem.

Elle interprète ensuite Annie Braddock dans Le Journal d'une baby-sitter aux côtés d'Alicia Keys, Laura Linney et Nicholas Art. Le film est sorti le 24 août 2007 en Amérique du Nord et le 14 mai 2008 en France.

Johansson a signé pour trois projets à venir. Elle sera la femme fatale dans l'adaptation cinématographique du comic The Spirit où elle y reverra Eva Mendes, avec qui elle a travaillé en 1998 sur Mon Frère Le Petit Cochon et Gabriel Macht, qu'elle a cotoyé sur Love Song de Shainee Gabel en 2004,. Elle incarnera Marie Stuart dans un film dont la production commencera en mars 2008,. Elle jouera un professeur de pilates dans l'adaptation cinématographique du livre He's Just Not That Into You (Greg Behrendt), où elle aura pour partenaires Drew Barrymore, Jennifer Aniston, Jennifer Connelly, Kevin Connolly, Ginnifer Goodwin et Justin Long. Le réalisateur est Ken Kwapis et la productrice Drew Barrymore.

En 2005 Johansson fut envisagée pour le rôle de Maria dans l'adaptation au théâtre de La Mélodie du bonheur, mais le rôle fut finalement confié à Connie Fisher après que celle-ci eut gagné un concours de jeunes talents de la BBC, « How Do You Solve a Problem Like Maria? ».

Le 6 mai 2006 sort Unexpected Dreams - Songs from the Stars, un album à but non lucratif regroupant plusieurs titres chantés par des acteurs célèbres ; Johansson y contribua avec une reprise de Summertime. Elle a chanté en avril 2007 avec le groupe The Jesus and Mary Chain en Californie.

Elle joue en 2006 dans un court-métrage de Bennett Miller dont la bande originale est When the Deal Goes Down de Bob Dylan, pour promouvoir le dernier album de ce dernier, Modern Times. Elle est aussi le personnage principal du clip vidéo de la chanson What Goes Around.../...Comes Around Interlude de Justin Timberlake, sélectionné en août 2007 pour le prix du meilleur clip musical aux MTV Video Music Awards.

Elle enregistre pendant l'été 2007 des reprises de Tom Waits à Maurice en Louisiane,. L'album, intitulé Anywhere I Lay My Head, est une relecture de la musique de Waits et sort le 7 octobre 2007. Il est produit par David Sitek qui a fait appel à David Bowie pour les chœurs (ce dernier avait déjà collaboré avec Scarlett Johansson dans le film Le Prestige) ; on y entend aussi les Yeah Yeah Yeahs, et Celebration. Le premier single extrait de l'album, Falling Down, s'accompagne d'un clip.

Scarlett Johansson est apparue le 7 janvier 2008 dans le vidéoclip Yes We Can aux côtés de Will.i.am, Nicole Scherzinger, John Legend, Thandie Newton et d'autres artistes pour soutenir le candidat à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle de novembre 2008, Barack Obama.

Johansson tourne des publicités pour le parfum Eternity Moment de Calvin Klein et apparaît dans des affiches et pubs dans les magazines pour ce parfum. L'une des publicités est montrée dans son film The Island. Elle devient symbole et porte-parole de Louis Vuitton au début 2005 et est apparue dans trois de ses campagnes publicitaires (printemps 2005 et printemps et automne 2007). En janvier 2006 elle devient porte-parole de L'Oréal.

En juillet 2006 Reebok signe un accord avec elle pour créer des baskets « Scarlett 'Hearts' Rbk », sorties au printemps 2007 ; on la verra aussi dans les publicités pour ces produits.

Au début de l'année 2006, elle fait la couverture américaine de Vanity Fair aux côtés de Keira Knightley.

En mars de la même année, elle est élue femme la plus sexy du monde par les lecteurs américains de FHM (elle est troisième dans le classement de l'édition britannique). En mai 2006, elle est classée en 6e place dans le classement Hot 100 de Maxim ; en novembre Esquire la déclare « la femme la plus sexy ». Elle est 3e dans le Hot 100 2007 de Maxim.

Scarlett Johansson n'a jamais caché ses opinions politiques progressistes et son adhésion à la gauche américaine. Elle est aussi membre du parti démocrate et a milité pour l'élection de John Kerry lors de l'élection présidentielle de 2004. Elle dit avoir été déçue par le résultat de l’élection présidentielle. Elle a aussi participé à la campagne anti-pauvreté menée par le chanteur Bono. Elle est apparue en tant que militante pour le démocrate Barack Obama pour l’élection présidentielle américaine de 2008 et apparaît d'ailleurs dans un vidéoclip où sont réunis tous les partisans célèbres d'Obama.

Dans un autre registre, Johansson a déclaré préférer les hommes âgés de plus de 30 ans bien que généralement elle préfère rester discrète sur sa vie privée, ce qui ne l'empêche pas de partager quelques-unes de ses opinions et des détails personnels. On lui prête de nombreux anciens petits amis dans le monde du cinéma et des médias tels que Jack Antonoff (qui fait référence à Johansson dans sa chanson Better Love), Derek Jeter, Benicio Del Toro, Jared Leto et notamment Josh Hartnett, avec qui elle sortit deux ans (Hartnett dira qu'ils se séparèrent à cause de leurs carrières très chargées). Elle vit actuellement avec l'acteur canadien Ryan Reynolds.

Elle a déclaré ne pas croire en la monogamie et dit ne pas être monogame à l'instar des animaux. Elle dit que « contrairement à ce qu'on peut penser pas paillarde » et qu'elle « essaie vraiment de faire marcher de manière monogame » ses couples. Elle déclare ainsi faire un test HIV deux fois par an.

Johansson aime le fromage, disant que son « plus grand vice est le fromage. Rien d'autre ne règne sur ma vie ». Elle critique les médias et Hollywood pour promouvoir une image qui cause des régimes mauvais pour la santé et des troubles du comportement alimentaire. Elle déclare que « être ultra-maigre n'est pas du tout sexy. Les femmes ne devraient pas être forcées à se conformer à des images malsaines et non réalistes du corps humain que les médias diffusent ».

Concernant ses croyances religieuses, elle préfère ne pas en parler, mais elle indique mélanger un peu le christianisme et le judaïsme durant les fêtes de Noël et d'Hanukkah. Elle a dit ne pas apprécier le geste quand les célébrités remercient Dieu ou Jésus dans leurs discours de remerciement. Elle s'est décrite en tant que juive en parlant de Woody Allen ; « J'adore Woody. Nous avons beaucoup en commun. Nous sommes tous les deux new-yorkais et juifs. Nous avons une relation décontractée ».

Elle a été nommée quatre fois aux Golden Globes ; en 2006 dans la catégorie meilleur second rôle féminin pour Match Point, en 2005 dans la catégorie meilleure actrice de drame pour A Love Song For Bobby Long et en 2004, où elle est doublement nommée : dans la catégorie meilleure actrice de comédie pour Lost in Translation et dans la catégorie meilleure actrice de drame pour La Jeune Fille à la perle.

En haut



Penélope Cruz

 (octobre 2006)

Penélope Cruz Sánchez est une actrice espagnole née le 28 avril 1974 à Alcobendas, Communauté de Madrid.

Son père, Eduardo Cruz, tient une quincaillerie, et sa mère, Encarnacion Sanchez, est coiffeuse. Penélope Cruz est la sœur de la ballerine et actrice Mónica Cruz et du chanteur Eduardo Cruz. Ses parents sont aujourd'hui séparés.

Elle commence les cours de danse à 5 ans et elle reste neuf ans au Conservatoire National. Elle fait ensuite trois ans de ballets espagnols avec Angela Garrido, quatre ans à la Cristina Rota School de New York, et prend des cours de Jazz Dance avec Raúl Caballero. Elle se produit en Espagne et à New York.

Elle démarre une carrière de mannequin et fait la couverture de nombreux magazines. Elle apparaît dans des clips du groupe Mecano.

À l'âge de 14 ans, elle présente La Quinta Marcha, une émission télévisée pour enfants.

Elle débute comme actrice dans une série produite par Pierre Grimblat pour FR3, "la série Rose", (épisode "Elle et lui" de Jaime Chavarri). Elle joua notamment des rôles à caractère érotique (interdit au moins de 16 ans).

Après un second rôle dans Laberinto Griego de Rafael Alcaza, elle est révélée en 1992 par Jambon, jambon de Bigas Luna.

Mais sa carrière internationale commence vraiment en 1999 avec Tout sur ma mère de Pedro Almodóvar. Elle tournera pour des réalisateurs de différents pays : Angleterre, États-Unis, Norvège.

En 2001, elle joue dans Vanilla Sky, remake du film Ouvre les yeux où elle interprétait le même rôle.

Elle est l'égérie de la marque Mango.

Le 22 février 2009, lors de la 81e cérémonie des Oscars, elle reçoit l'Oscar du meilleur second rôle féminin pour sa brillante interprétation de Maria Eléna dans Vicky Cristina Barcelona aux côtés de Rebecca Hall et de Scarlett Johansson.

De 2001 à 2004, elle a eu une liaison avec Tom Cruise qu'elle a rencontré sur le tournage de Vanilla Sky.

Elle vit aujourd'hui avec l'acteur espagnol Javier Bardem qu'elle avait rencontré en 1992 sur le tournage de Jambon, Jambon et avec qui elle a retravaillé en 2008 sur le tournage de Vicky Cristina Barcelona.

En haut



Liste des films numéro un par semaine (France)

Voici la liste des films numéro un au Box-office français par semaine.

En haut



Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle

L’ Oscar du meilleur second rôle féminin (anglais: Academy Award for Best Supporting Actress) est une récompense cinématographique décernée chaque année, depuis 1936. Celle-ci est décernée par l'Académie des Arts et de la Culture du Cinéma (anglais: Academy of Motion Picture Arts and Sciences) à une actrice de l'industrie pour une composition dans un film où elle tient un rôle secondaire, jugée comme étant la meilleure de l'année écoulée. Les nominations pour cette récompense sont décidées par des acteurs et des actrices membres de l'académie. La gagnante est élue par tous les membres de l'académie, comme pour les autres prix. A ce jour, deux comédiennes ont réussi à gagner deux statuettes dans cette catégorie: Shelley Winters (1960, 1966) et Dianne Wiest (1987, 1985). Les films listés ci-dessous sont triés par année de sortie, l'Oscar correspondant ayant été décerné généralement au début de l'année suivante.

Des quatre catégories des Oscars récompensant les comédiens et le travail d'interprétation, l'Oscar du meilleur second rôle féminin est celui qui est considéré comme le plus aléatoire. Moins prestigieux que la statuette pour la Meilleure actrice, son attribution est donc logiquement moins soumise aux pressions médiatique et financière. Cette distinction a réservé quelques surprises bon nombre de fois.

À noter que les années inscrites ne sont pas les années des diffusions des cérémonies, mais bien la précédente, c'est-à-dire l'année de la sortie du film.

Exemple : Penelope Cruz a gagné l'oscar de la meilleure actrice dans un second rôle lors de la cérémonie du 22 février 2009 alors que le film dans lequel elle jouait est sorti pendant l'année 2008.

En haut



Source : Wikipedia