Valréas

3.3965034964143 (1430)
Posté par rachel 07/03/2009 @ 18:09

Tags : valréas, vaucluse, provence-alpes-côte d azur, france

Dernières actualités
Le Manège à bijoux du Leclerc braqué hier - La Provence
Vers 13h, hier, trois individus encagoulés ont braqué le Manège à bijoux de l'hypermarché Leclerc de Valréas, brisant plusieurs vitrines pour s'emparer de la marchandise. Les responsables du magasin ont aussitôt fermé les deux portes automatiques,...
Caveenfete.com élargie sa gamme de Côtes du Rhône - Categorynet.com (Communiqué de presse)
Le Domaine du séminaire, propriété familiale depuis quatre générations est situé au cœur de l'enclave des papes, sur les hauteurs de la commune de Valréas. Les vins produits sont issus des cépages Syrah, Grenache, Viognier…...
Rugby : les clubs vauclusiens fixés sur leur sort - La Provence
En Honneur, Valréas jouera sa place en Fédérale 3 contre Saint-Marcel Isle d'Abeau, à 15h30, à Saint-Marcel-les-Valence, "sur un terrain fétiche où nous avons fêté l'accession en Fédérale en 92 et remporté le titre Honneur", se réjouit l'entraîneur...
Voronowsky retrouve l'équipe de France - L'Est Eclair
Pressenti lors d'un stage de présélection à Valréas le week-end de l'Ascension, Mathieu Voronowsky a décroché son billet pour rejoindre les Bleus. Le motoball troyen renoue ainsi avec son passé avec la présence de son meneur de jeu en équipe de France....
CLASSEMENT Concours division nationale Perdants des barrages : - Midi Libre
... 11 à 8 ; Jugnet (Villefranche-sur-Saône) bat Mayoussier (Valréas), 11 à 3 ; Bruyant (Gap) bat Fernandez (Martigues), 11 à 9 ; Fournier (La Tour-de-Savany) bat Freychet (Anonay), 11 à 5 ; Ciocala (Villefranche-sur-Mer) bat Cuzet (Romans), 11 à 9....
MENTION ASSEZ BIEN - Site internet de La Nouvelle République du Centre Ouest
Eviter les largesses, poursuivre sur la lancée du succès plein d'autorité à Troyes, et remporter la victoire pour rester dans le sillage de Valréas. Les objectifs ne manquaient pas pour les hommes d'Alain Pichard, qui ont toutefois fait preuve d'un...
Weine und mehr genossen - Bönnigheimer Zeitung
Fast noch zu nachtschlafener Zeit machten sich 30 Sachsenheimer Wengerter und Gastgeber der im letzten Jahr in Sachsenheim weilenden Valréaser Weingärtner zum Gegenbesuch nach Valréas auf den Weg. Eine große Wengerter-Delegation aus Sachsenheim war...

Valréas

Carte de localisation de Valréas

Valréas (en occitan provençal : Vauriàs selon la norme classique ou Vaurias selon la norme mistralienne) est une commune française, située dans le département de Vaucluse et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Valréassiens.

Avec les trois autres communes du canton (Grillon, Richerenches et Visan), Valréas constitue une enclave du département de Vaucluse dans celui de la Drôme et de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur dans la région Rhône-Alpes (surnommée « enclave des Papes »).

Accessible uniquement par voie routière, les routes principales mènent à Nyons, Montélimar et Orange. La ville est connecté au réseau d'autocars départemental qui dessert de multiples communes alentours.

Commune située dans les Baronnies à une altitude moyenne de 245 mètres au-dessus du niveau de la mer, la vieille ville est située sur une petite colline qui borde la Coronne. La majeure partie du territoire est occupée par une plaine alluvionnaire fertile, qui s'étend d'est en ouest, parsemée par quelques collines sédimentaires. Ces dernières s'élèvent généralement d'une cinquantaines de mètres au maximum au dessus de la plaine environnante. On note un relief plus accidenté et boisé sur la partie sud, sud-est de la commune, aux alentours de la côte de Vinsobres avec une altitude maximale qui atteint les 532 mètres au lieu dit Mourre de Broche.

Le territoire fait partie du bassin versant du Lez, puisqu'un de ces affluents la Coronne traverse la commune. On compte en plus quelques ruisseaux, parfois saisonniers, tous affluents de la Coronne : le ruisseau du Merdari, le Grand Vallat, au nord le Rieussec, au sud-ouest le Talobre et un lac (privé) au nord-est. Les risques d'inondations sont présents dans certains quartiers (N.b : le Mistral) qui peuvent être exposés en cas de crues exceptionnelles.

Valeriacum, le domaine de Valère, n’est qu’une petite bourgade qui prend forme sous le règne de Charlemagne. Au siècle des Lumières, Valériacum devient Valérias, puis Valrias (Vaurias en provençal), traduit ensuite en Vaulréas ou Vauréas pour prendre son appellation actuelle au XIXe siècle.

Quelques fragments de sculpture et quelques tombes font penser qu'une activité humaine, peut être gallo-romaine, aurait eu lieu. L'origine de Valréas remonterait au début de l'empire de Charlemagne vers le IXe siècle, ou un certains Valère dut installer son domaine sur les bords de la Coronne. C'est ce premier propriétaire qui donna son premier nom à ce lieu Valeriacum, qui au fil du temps et des transformations donnera Valréas. C'est la jonction de ce grand domaine, érigé sur la butte sur laquelle est construite la ville actuelle, avec un prieuré dédié à Saint Vincent rattaché à l'abbaye de Cruas, qui donna naissance au premier bourg.

Au 13e siècle, les seigneurs de Ripert construisirent le château (Castrum Riperti) qui devint le fief des barons de Montauban-Mévouillon.

En 1317, le pape Jean XXII achète Valréas à Humbert de Montauban et la place sous l’autorité des États du Saint-Siège.

Benoît XII fonde la Judicature du Haut-Comtat en 1334 et y rattache Valréas.

En 1562, la ville est prise et pillée par le baron des Adrets et ses défenseurs sont massacrés. Les troupes catholiques du comte de Suze vinrent à la rescousse de la ville . Les troubles religieux se poursuivirent pendant près d'un quart de siècle jusqu'en 1586 avec la pacification du duc d'Épernon.

1791, la commune est rattaché à la Drôme lors du rattachement du Comtat Venaissin à la France.

1793, la commune joint le département du Vaucluse à sa création.

Vers 1840, Ferdinand Revoul créer le cartonnage à Valréas pour satisfaire la demande de Meynard un sériciculteur valréassien.

1897, la ligne de chemin de fer Nyons-Pierrelatte atteint la ville et Valréas en profite pour développer son industrie et devient ainsi la capitale mondiale du cartonnage.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le 12 juin 1944, 53 résistants sont exécutés (Mur des fusillés). Leurs corps seront emmenés dans la chapelle des pénitents blancs.

D'azur aux deux clefs adossées d'argent, accompagnées en abîme d'un croissant du même.

Le cœur historique du bourg est bâti autour d'une colline.

Premier centre français de l'industrie du cartonnage, celle-ci a longtemps était la principale source d'emploi de Valréas et des communes alentours.

Apparu à Valréas dès les débuts de l'ère industrielle au XIXe siècle le cartonnage n'a cessé de se développer au XXe siècle jusque dans les années 1990.

Sur le déclin, cette activité reste présente sur la commune même si elle est moins active que par le passé.

Pour son hébergement touristique, la ville dispose d'hôtels, de gîtes, de chambres d'hôtes et d'un camping.

La viticulture est la première activité agricole de la commune et de la région. De tradition viticole remontant au Moyen Âge, la commune est située au sein de plusieurs appellations d'origine contrôlée (A.O.C) : Côtes du Rhône, Côtes-du-Rhône villages et Coteaux du Tricastin. La cave coopérative de la Gaillarde est la principale cave viticole de la commune, mais on compte pas moins d'une vingtaine de vignerons qui possèdent leur propre caveau.

Autre activité agricole importante, la culture et la distillerie du lavandin qui représente pas moins de 500 hectares de cultures à l'échelle de l'enclave des Papes.

La commune est également connue et réputée pour son sous-sol propice au diamant noir : la truffe. Le marché aux truffes qui a lieu le mercredi matin est le troisième de la région en termes de quantité, derrière les marchés de Carpentras et surtout celui de Richerenches le plus important d'Europe.

Le terroir riche et varié de la commune permet également la présence de multiples autres cultures : l'huile d'olive et l'olive noire de Nyons (AOC), l'élevage d'agneau, la production fromagère avec le Picodon (AOC), la culture du blé dur, la production fruitière (abricot, melon, cerise) et légumière (asperge).

Lors des journées du patrimoine, plusieurs monuments sont à visiter.

Le territoire de la commune possède diverses installations sportives (Gymnase du Vignarès, gymnase du groupe scolaire Marcel-Pagnol, stade et gymnase du lycée Revoul, Parc des sports - stade Albert-Adrien, stade de moto-ball des plans, piscine, boulodrome couvert, tennis, etc.) ainsi que des sentiers balisés de randonnée (dont le passage du chemin de grande randonnée (GR) 9).

Le 20 juillet 2004 a eu lieu le départ de la 15e étape du Tour de France 2004 reliant Valréas à Villard-de-Lans.

La commune dispose d'un centre hospitalier, de pharmacies et de divers médecins.

En haut



Vaucluse (département)

Localisation de Vaucluse en France

Le département de Vaucluse (84) est un département français de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Vauclusiens.

Le département de Vaucluse fait partie de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, région située au sud-est de la France. Il est limitrophe des départements du Gard à l'ouest, de l'Ardèche au nord-ouest, de la Drôme au nord, des Alpes-de-Haute-Provence à l'est, du Var (sur quelques centaines de mètres à peine) et des Bouches-du-Rhône au sud.

Le relief du Vaucluse présente une alternance de montagnes (le Massif des Baronnies et ses dentelles de Montmirail, le Massif du Luberon, les Monts de Vaucluse), de plateaux et de plaines parsemées de collines.

La plus importante de ces plaines, située au sud et à l'ouest du Mont Ventoux, est la plaine du Comtat, au sein de laquelle est concentrée une majorité de la population. Elle s'étend entre le Rhône à l'ouest, la Durance au sud et les Monts de Vaucluse dont le point culminant est le Signal de Saint-Pierre (1 256 mètres) à l'est. La zone est extrêmement fertile et abrite une grande partie de la culture de primeurs français. La plaine du Comtat est bordée au nord-est par des reliefs calcaires qui sont le prolongement du massif alpin dans son extrême sud-ouest.

Le Mont Ventoux, le « Géant de Provence », qui culmine à 1 912 mètres, domine le paysage vauclusien. Sa flore particulière (flore du mont Ventoux) et sa biodiversité ont amené l'Unesco à l'inscrire comme réserve de biosphère en 1990. Les massifs abritent une végétation essentiellement de résineux. Le Luberon au sud abrite un écosystème diversifié, qui a notamment conduit à la création du Parc naturel régional du Luberon. Son point culminant est le Mourre Nègre à 1 125 mètres.

Les cours d'eau ont taillé dans les roches calcaires des paysages variés tels les gorges de la Nesque ou la combe de Lourmarin.

Malgré des étés secs et des plans de sécheresses qui reviennent chaque année, l'eau est assez présente dans le département.

Le Rhône à l'Ouest et la Durance au Sud délimitent le département.

Le département de Vaucluse est soumis à différents types de climats. En effet, son emplacement géographique particulier le place à un point de rencontre entre trois des quatre climats majeurs de France : le climat méditerranéen pour sa partie sud, le climat montagnard pour sa partie nord-est avec le relief élevé des Monts de Vaucluse et du massif des Baronnies et enfin une influence toute relative du climat semi-continental pour sa partie nord-ouest. Toutefois, cette proximité des trois grands types de climat a pour effet de les niveler avec une nette prédominance du climat méditerranéen. C'est pourquoi pour la partie au nord-ouest l'on parle de climat « méditerranéen à influence semi-continentale ».

La dénomination officielle est « département de Vaucluse ». En effet le département tient son nom du village du même nom, Vaucluse, qui s'appelle aujourd'hui Fontaine-de-Vaucluse. Le village lui-même doit son nom à une profonde vallée très pittoresque, Vaucluse (étymologiquement vallée close : Vallis Clausa en latin).

Les Conventionnels (1793) ont constaté une homogénéité topographique autour de l’intense réseau de sorgues qui s’articule à partir de la vallée close (Vallis Clausa en latin) de la commune de « Vaucluse ».

Afin de faciliter le fonctionnement institutionnel, cette commune est dénommée officiellement « Fontaine-de-Vaucluse » depuis 1945.

Cette dénomination fait donc référence au territoire historique originel et non pas à un élément naturel (cours d’eau, montagnes). Cette règle est à rapprocher de la terminologie de « Royaume de France ». Cette exception issue d’une commune éponyme remarquable se retrouve dans l’appellation du « Territoire de Belfort » et du Département unicommunal « de Paris ».

Remarque: en usage courant on dit : le Vaucluse, ou le département de Vaucluse (et non du).

Précédemment possessions pontificales, Avignon et le Comtat Venaissin furent rattachés à la France le 14 septembre 1791. Le 28 mars 1792, ces territoires formèrent deux nouveaux districts, Avignon dans les Bouches-du-Rhône et Carpentras dans la Drôme. Puis, le 12 août 1793 fut créé le département de Vaucluse, constitué des districts d'Avignon et de Carpentras, mais aussi de ceux d'Apt et d'Orange, qui appartenaient aux Bouches-du-Rhône, ainsi que du canton de Sault, qui appartenait aux Basses-Alpes. En 1800, une dernière modification des limites départementales rattacha Suze-la-Rousse à la Drôme, ce qui eut pour conséquence d'enclaver entièrement le canton vauclusien de Valréas dans la Drôme.

L'histoire du territoire du département de Vaucluse est ancienne avec de nombreuses traces d'occupations préhistoriques.

Avant l'arrivée de Jules César, la territoire est occupé par plusieurs tribus celto-ligures. On retrouve des traces de Cavares, Voconces et Méminiens... mais aussi de Dexsiviates, Menlini, Tricastini, Vordenses et Vulgientes.

Avec l'occupation romaine du territoire, de nombreux monuments sont créés. Des théâtres comme le Théâtre antique d'Orange, des routes et des ponts comme le pont Julien, etc.

Liée aux territoires qui la composeront, c'est-à-dire la Provence, le Comtat Venaissin et le comté d'Orange (fondé par Charlemagne, il deviendra Principauté d'Orange en 1181), la suite de son histoire se mêle de guerres (massacre des Vaudois du Luberon...), de maladie (pestes, choléra…) et de religion (Papauté d'Avignon...).

Son histoire est aussi fortement liée au développement des cultures dont la sériciculture ou la culture de la garance, à l'exploitation de mines et de carrières (mines ocrières, carrières de pierres, etc.).

Les communes sont nombreuses et ont toutes leur blason.

Clément V, Jean XXII, Benoît XII, Clément VI, Innocent VI, Urbain V et Grégoire XI.

Les habitants de Vaucluse sont les Vauclusiens.

Un demi million de personnes habitent le Vaucluse dont la grande majorité est concentrée autour du pôle urbain et économique qu’est l’agglomération d’Avignon.

En 2005, l'Insee a estimé à 529 000 le nombre d'habitants dans le département de Vaucluse.

Depuis plusieurs décennies, la population a beaucoup augmenté : entre 1975 et 1999, elle est passée de 381 912 à 499 685 habitants, soit une hausse de 31 %. Cette augmentation s'est faite principalement par les flux migratoires, et - toujours en 1999 - 97 821 Vauclusiens venaient d'un autre département ou d'un autre pays. Cette croissance se ralentit.

Près de 43 % de la population vauclusienne est active.

Le Vaucluse aujourd'hui, c'est plus de 15 000 commerces, entreprises industrielles et de service, plus de 10 000 artisans et plus de 8 000 exploitations agricoles.

Le Vaucluse a longtemps été un département profondément rural, dont l'économie était marquée par l'agriculture pastorale et l'industrie centrée sur la transformation des produits agricoles. L'existence de la zone fertile est historiquement un catalyseur du développement local, avec la persistance d'un secteur maraîcher encore dynamique, puisqu'il fournit l'essentiel de la production française en fruits (melons, cerises, fraises, raisin de table...) et légumes (tomates...). Toutefois, le secteur est soumis à des problèmes de compétitivité liés à la concurrence de l'Espagne notamment.

Le secteur tertiaire est de loin le plus dynamique dans le département: sur la base de la production importante de primeurs en Vaucluse, le M.I.N. est devenu le pôle structurant de l'activité commerciale dans le département, prenant le pas sur les marchés locaux (notamment celui de Carpentras). Dans les années 1980-1990, le développement des échanges de marchandises entre le Nord et le Sud de l'Europe ont renforcé la position d'Avignon comme carrefour logistique, et favorisé la création d'entreprises de transport et de stockage dans l'habillement et l'alimentaire.

Le commerce de détail sur le modèle de la grande distribution s'est développé et imposé dans toutes les villes moyennes (Orange, Cavaillon, Carpentras...), avec une concentration importante sur l'agglomération avignonnaise.

L'activité agricole s'articule autour de trois productions majeures : vins, fruits et légumes qui assurent 90 % du chiffre d'affaires.

Le Vaucluse est le premier producteur de cerises (qu'elles soient destinées à la consommation directe ou à la transformation), de pommes golden et de raisin de table et le deuxième de tomates et de melons.. Parmi les autres productions de fruits et légumes, l'on peut noter l'olive, la fraise avec diverses variétés et spécialités locales ou encore la poire.

Le secteur viticole jouit d'une bonne réputation grâce aux Côtes du Rhône produits principalement sur les côteaux de Châteauneuf-du-Pape, Gigondas ou Vacqueyras ...). Les vins du Luberon et du Ventoux tendent à se développer sur une gamme de produits élargie (rosés), davantage associée aux vins provençaux.

L'élevage, qui a longtemps été le socle d'une économie montagnarde de subsistance sur les versants des reliefs, est une activité marginale.

Les cultures spécialisées (lavande sur les plateaux des Monts de Vaucluse, herbes aromatiques...) se développent grâce à un marché en expansion.

Le secteur industriel, historiquement fondé sur la transformation de la production agricole, a connu une extension vers des secteurs plus spécialisés au cours du XIXe siècle (manufactures de garance). Malgré l'installation au XXe siècle de pôles de production majeurs, notamment au nord de l'agglomération avignonnaise (Electro-Réfractaire - devenu tour à tour SEPR, puis Saint-Gobain -, poudrerie SNPE, Isover Orange etc.), le tissu industriel reste peu dense, subissant également des vagues des réductions importantes d'effectifs à partir des années 1980.

Le maillage industriel local reste ainsi assuré par les PME, souvent familiales et d'implantation historique, dans les secteurs de la transformation agricole. La construction reste un pourvoyeur important d'emploi salarié et d'artisanat, compte tenu du dynamisme du secteur résidentiel (sous le double effet de l'arrivée de migrants et de la pression touristique).

Extraction de gypse, de pierre blanche (calcaire), d'ocres.

Le tourisme occupe directement (hôtellerie, camping, gîtes, restauration, loisirs, etc.) ou indirectement (artisanat culinaire, etc.) une part importante de l'économie du département de Vaucluse.

Le département accueille quelque 3 500 000 touristes chaque année. Les principales destinations sont le Luberon (repos, randonnées, festivals...) avec 27,5 % des nuitées, Avignon (Palais des Papes, festival...) avec 26 % des nuitées et le secteur du Mont Ventoux (cyclisme...) avec 15,4 % des nuitées. Le reste se réparti plus ou moins sur tout le Vaucluse. Les Français sont majoritaires et en progression (83 % des nuitées en 2003 contre 69 % en 1997) mais le tourisme international progresse.

Selon le site officiel, le tourisme génère un chiffre d'affaires annuel de plus de 610 millions d'euros..

Commerces d’antiquités, de décoration, des galeries d’art se sont développés et sédentarisés. Les marchés à la Brocante dont ceux de L'Isle-sur-la-Sorgue (un des centres européens de la brocante et des antiquaires) attirent des revendeurs d'outre-Atlantique. Il remplissent alors des conteneurs et expédie tout cela par bateau. Cependant, cette activité c'est vu ralentie avec les écarts important de taux d'échange dollars-euros.

Le réseau de voie ferrée du département de Vaucluse est surtout concentré à l'ouest du département où se situent les anciennes voies (TGV, trains de marchandises, etc.) ainsi que les nouvelles (LGV Méditerranée) dédiées uniquement aux TGV.

Les gares principales du département sont celles d'Avignon TGV, d'Avignon Centre et d'Orange.

L'Avignon - Caumont, Carpentras, Valréas - Visan, Saint-Christol…

Nombre de maisons et de terres ont été rachetées par des gens en quête d'une résidence secondaire ou pour leur retraite. Un réel engouement s'est répandu depuis les années 1970, d'abord pour le Luberon, puis pour le reste du département, attirant des investisseurs lassés du surpeuplement estival et du bétonnage de la Côte d'Azur. Notamment des Européens comme les Suisses, les Allemands, les Belges, les Hollandais et les Britanniques. Même si un temps la région attira aussi des Nord-Américains, le taux de change dollar-euro a fortement amenuisé le phénomène.

En 2006, 98 % de la population vauclusienne peut-avoir accès à une connexion haut débit parmi l'ADSL, le câble, le satellite, la boucle locale radio (BLR) ou encore le Wi-fi.

Le département est divisé en 3 arrondissements et 24 cantons.

Au référendum européen sur le traité de Maastricht (scrutin du 20 septembre 1992), sur 309 337 inscrits, 226 725 ont voté, ce qui représente une participation de 73,29% du total, soit une abstention de 26,71%. Il y a eu une victoire du non avec 124 907 voix (56,83%) contre 94 871 voix (43,17%) prononcées oui et 6 947 (3,06%) de votes blancs ou nuls.

Au référendum sur la constitution européenne (scrutin du 29 mai 2005), sur 350 503 inscrits, 251 325 ont voté, ce qui représente une participation de 71,70% du total, soit une abstention de 28,30%. Il y a eu une victoire du non avec 154 004 voix (62,69%), 91 639 voix (37,31%) ayant votées oui et 5 682 (2,26%) étant des votes blancs ou nuls.

À l’élection présidentielle de 2007, le premier tour a vu se démarquer en tête Nicolas Sarkozy (UMP) avec 32,63%, suivi par Ségolène Royal (PS) avec 21,71 % et François Bayrou (UDF) avec 21,45 %, Jean-Marie Le Pen (FN) avec 16,55 %, puis François Bayrou (UDF) avec 15,46%. Aucun autre candidat ne dépassant les 4 %. Le second tour a vu arriver largement en tête Nicolas Sarkozy avec 60,72 % (résultat national : 53,06 %) contre 39,28 % pour Ségolène Royal (résultat national : 46,94 %).

Aux élections législatives de juin 2007, les électeurs de la première circonscription de Vaucluse, ont élu Marie-Josée Roig (UMP). Les électeurs de la deuxième circonscription de Vaucluse, ont élu Jean-Claude Bouchet (UMP). Les électeurs de la troisième circonscription de Vaucluse, ont élu Jean-Michel Ferrand (UMP). Enfin, les électeurs de la quatrième circonscription de Vaucluse, ont élu Thierry Mariani (UMP), soit quatre sur quatre pour l'UMP.

De fait, si l'on prend l'histoire récente, on peut en conclure que les électeurs de Vaucluse ont donc une tendance de vote qui se situe vers la droite de l'échiquier politique.

Mais l'histoire politique du département est plus contrastée, d'autant que la gauche exerce encore aujourd'hui la présidence du Conseil Général.

L'origine historique différente des arrondissements du département, regroupant l'ancien Comtat Venaissin, avec le pays d'Orange et le pays d'Apt, a justifié pendant longtemps des différences de comportement politique.

De manière générale, Apt et Avignon, dans une moindre mesure, penchaient plutôt vers la gauche, tandis que Carpentras était plutôt favorable à la droite.

971 Guadeloupe · 972 Martinique · 973 Guyane · 974 La Réunion Les départements d’outre-mer ont également le statut de région (à département unique).

En haut



Aéroport de Valréas - Visan

L''aéroport de Valréas - Visan (code AITA : ' ; code OACI : LFNV) est un aéroport du département du Vaucluse.

En haut



Valréas (AOC)

Le valréas est une appellation d'origine contrôlée, faisant partie des côtes-du-rhône villages avec nom de commune.

En haut



Canton de Valréas

Situation du canton de Valréas dans le département Vaucluse

Le canton de Valréas est un canton français du département de Vaucluse.

Le redécoupage des arrondissements intervenu en 1926 a affecté le canton de Valréas, rattaché à cette occasion à l'actuel arrondissement d'Avignon.

Avant la réorganisation de 1926, le canton était rattaché à l'ancien arrondissement d'Orange qui fut supprimé.

Le canton de Valréas, bien que rattaché à Vaucluse, est entièrement enclavé dans le département de la Drôme. Il est donc également surnommé « canton de l'Enclave des Papes », car Valréas appartenait jadis au pape.

Ce canton coïncide exactement avec la Communauté de communes de l'Enclave des Papes.

En haut



Jean Besson

Jean Besson est un homme politique français, né le 1er juillet 1948 à Valréas (Vaucluse), il est marié et père de trois enfants.

Fonctionnaire de La Poste (1966-1985), agent général d'assurances (1985-1991), Jean Besson est membre depuis 1966 de la CFDT (Confédération française démocratique du travail), responsable permanent d'un syndicat départemental de 1973 à 1977, adhérent à la SFIO (1968) puis au nouveau Parti Socialiste (1971).

Il est élu à 28 ans adjoint de Rodolphe Pesce, Maire de Valence, de 1977 à 1983, puis conseiller général de la Drôme, (canton de Rémuzat), de 1979 à 2004, Président du Comité départemental du tourisme de 1982 à 1992, vice président du Conseil général de la Drôme de 1985 à 1992, Conseiller régional de Rhône-Alpes (1986-1989), réélu en 2004, Président du Syndicat d'aménagement des Baronnies (1987-1992), suppléant (1988-1993) de Henri Michel, Député PS de la Drôme, co-président fondateur de la "Drôme Provençale" (1988).

Jean Besson est élu Sénateur de la Drôme le 24 septembre 1989, réélu le 27 septembre 1998 et le 21 septembre 2008, membre du Conseil national du tourisme depuis 1995, rapporteur du budget de l'énergie (1995-2002), Président du groupe interparlementaire France-Chine depuis 1998. En 2001, il échouera de quelques voix au poste trés convoité de Questeur du Sénat face à Michel Charasse, l'ancien Ministre du Budget de François Mitterrand. Depuis 2008, il siège à la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées.

Président d'ENERGIE SDED et Vice Président de la FNCCR (Fédération Nationale des Collectivités Concédentes et Régies) depuis 1991. Administrateur de Gaz de France (1999-2004).

Vice-président du conseil régional Rhône-Alpes depuis mars 2004, délégué aux affaires européennes et aux relations internationales. Administrateur de l'AFCCRE (Association Française du Conseil des Communes et Régions d'Europe) depuis 2004 et de ERAI (Entreprises Rhône-Alpes International) depuis 2006.

Syndicaliste CFDT et socialiste autogestionnaire en 1968, Jean Besson se déclare dés 1979, social-démocrate et fédéraliste européen, (Congrès de Metz du PS) , il se situe aujourd'hui au centre-gauche, proche de Dominique Strauss-Kahn et de Gérard Collomb.

Chevalier de l'Ordre National du Mérite (Président de la République.1987).

En haut



Source : Wikipedia