VIA

3.3824640967461 (1323)
Posté par hal 02/04/2009 @ 11:11

Tags : via, cartes mères, matériel, informatique, high-tech, portables, informatique nomade, volontariat international, emploi, société

Dernières actualités
Windows XP jusqu'en avril 2011 via Windows 7 ? - Génération NT
Grâce aux droits de downgrade ou de rétrogradation sur les éditions Professional et Ultimate de Windows 7, l'antique Windows XP pourrait rempiler jusqu'en avril 2011 dans sa version Pro avec Service Pack 3. Qu'on se le dise, le système d'exploitation...
10 000 $AU à trouver sur le Net via Internet Explorer - Génération NT
Microsoft Australie organise un jeu avec à la clé 10 000 $ australiens pour qui trouvera cette somme cachée quelque part sur la Toile, sous condition de surfer avec Internet Explorer 8. Aux États-Unis, Microsoft s'est engagé à renverser l'équivalent de...
Firefox 3.5 RC2 - Echosdunet
Pour recevoir votre rapport personnalisé, vous devez nous formuler vos besoins via le formulaire de contact, en nous précisant votre numéro de téléphone. Habituellement, Mozilla met en ligne 2 à 3 RC avant de lancer la version finale de Firefox....
Inter Propre veut favoriser l'insertion professionnelle et sociale ... - La Voix du Nord
L'équipe d'Inter Propre devant le local installé place de la Bourgogne. PHOTO LA VOIX Il ya trois ans, s'est créé Inter Propre. Cette association propose des serv ices de nettoyage réalisés par des personnes en parcours d'insertion....
ACTU - Mos Def vend son album via... Un T-shirt ! - Première
Le rappeur new-yorkais Mos Def a trouvé une manière originale de vendre son prochain album The Ecstatic, en le proposant via un T-shirt ! Le principe : vous achetez un T-shirt avec la couverture du disque sur l'avant, et la liste des titres sur...
Bing et porno : transit via un domaine spécifique - Génération NT
Microsoft a décidé de faire transiter le contenu à caractère sexuel dans son moteur de recherche Bing par un domaine dédié, facile à bloquer le cas échéant. Officiellement lancé en début de mois dans une version finale aux États-Unis, mais encore bêta...
Publicis veut lever jusqu'à 720 millions via une émission de ... - Capital.fr
Publicis Groupe lance aujourd'hui une émission d'obligations convertibles pour un montant d'environ 625 millions d'euros, susceptible d'être porté à un maximum de 719 millions d'euros en fonction de la demande. Ces obligation à option de conversion...
Carl Desjardins et Yvan Beauchemin remportent la Coupe Via Rail Canada - La Presse Canadienne
SAINT-LAMBERT — Après deux années de vaches maigres, Carl Desjardins a renoué avec la victoire, vendredi, au Country Club de Montréal, alors qu'il a uni ses efforts à ceux d'Yvan Beauchemin et permis à l'AGP du Québec de ravir la Coupe Via Rail Canada,...
EN : Retour via Johannesburg demain à 13h - DZ Foot
L'équipe d'Algérie entre demain via Johannesburg à 13h, avant de prendre un avion pour Paris à 23h55 où chacun rejoindra son lieu de vacances bien mérité. Les Verts ont dédié leur victoire au coach adjoint Zoheir Djelloul qui n' a pas pu retenir ses...
Obtenir un diplôme universitaire via la VAE - 20minutes.fr
Faire valoir son expérience professionnelle pour décrocher un diplôme sans avoir forcément à repasser par la case formation : tel est le principe de la validation des acquis de l'expérience (VAE). Ce dispositif actuellement sous-utilisé est pourtant...

VIA

En latin, le nom commun via a le sens de "voie, "route", "chemin", et désigne en particulier les voies romaines.

En italien, il a donné un substantif de sens voisin, ainsi qu'un adverbe d'un emploi très fréquent (ex : andare via, s'en aller).

En français, il est à l'origine d'une préposition homonyme, employée pour signifier "en passant par" (ex. : Je vais à Paris via Tours). Cette préposition n'existe pas en latin. Dans cet emploi, via est un mot français, qui par conséquent “ne se met pas en italique dans un texte composé en romain, ni l'inverse” (P.-V. Berthier, J.-P. Colignon, Lexique du français pratique, Solar, 1981).

En haut



Via Rail Canada

Logo de VIA Rail Canada

VIA Rail Canada est une société de la Couronne fédérale qui assure le transport ferroviaire de personnes au Canada. Cette société n’est pas autorisée à faire le transport de marchandises. VIA Rail exploite actuellement 17 liaisons ferroviaires, reliant les grandes villes du pays (Calgary exceptée), en utilisant principalement les voies ferrées du Canadien National (CN). Son siège social est à Montréal.

Le transport ferroviaire de personnes au Canada a connu un déclin impressionnant après la Seconde Guerre mondiale. Les causes de ce phénomène sont nombreuses. Tout d’abord, au cours des 60 dernières années, les gouvernements provinciaux et le gouvernement fédéral ont investi massivement dans la construction du réseau routier et autoroutier et ont quasiment abandonné le réseau ferroviaire. Ensuite, le gouvernement fédéral n’a cessé de favoriser le développement du transport aérien : subventions aux constructeurs aéronautiques, construction d’aéroports, financement total du système de gestion aérien (NAV Canada) et enfin, subventions généreuses aux opérateurs de lignes aériennes commerciales.

Les deux grands transporteurs ferroviaires de cette époque, soit le CFCP (Canadien Pacifique, société privée) et le CN (Canadien National, société de la couronne) avaient alors la responsabilité d’assurer le transport ferroviaire de personnes. Un service qui était fort rentable est devenu rapidement déficitaire dans les années 1960, et a commencé à miner la santé financière des compagnies de chemin de fer. Comment concurrencer l’automobile et l’autocar qui roulent sur des routes entièrement payées par les contribuables ? Il va sans dire que le CFCP a voulu rapidement abandonner son service de passagers, mais le gouvernement fédéral l’a forcé à maintenir un service minimal sur ses lignes jusque dans les années 1970.

En contre partie, le transport de fret demeurait extrêmement rentable.

Les problèmes rencontrés par le service ferroviaire de passagers au Canada allaient bientôt devenir si importants qu’ils furent un élément central des élections de 1974, au cours desquelles les libéraux de Pierre Elliott Trudeau promirent de mettre en place un service de trains de passagers national semblable à Amtrak aux États-Unis.

En 1976, le CN adopte une nouvelle marque de commerce pour son service de transport de passagers : VIA Rail. Le logo choisi à l’époque est encore utilisé de nos jours, seul l’ajout d’une feuille d’érable rouge diffère.

Le 1er avril 1978, le gouvernement de Pierre Elliott Trudeau réalise sa promesse de créer un service national de passagers : le service de trains de voyageurs VIA Rail du CN devient une société de la couronne indépendante, prenant possession des locomotives et des voitures de l’ancien service voyageur du CN.

Le 29 octobre 1978, après quelques mois de négociations, VIA Rail prend en charge l’exploitation du service de passagers du CFCP et acquiert le matériel roulant que le CFCP utilisait à cet effet. Cette opération ne fait pas de VIA Rail le seul opérateur de trains de passagers au Canada, puisque le CN continue à exploiter son service à Terre-Neuve. BC Rail, Algoma Central, Ontario Northland, Quebec North Shore and Labrador Railway vont également continuer à exploiter un service de trains de passagers sur leurs propres lignes. La nouvelle société VIA Rail n’est cependant propriétaire d’aucune voie ferrée et doit donc payer des droits de passages au CN et au CFCP.

La nationalisation du service de transport de passagers accompagnée d’une mise en marché agressive et du choc pétrolier survenu en 1979-1980 va permettre une certaine renaissance du rail voyageurs au Canada. Mais ce sera de courte durée. En 1981, le gouvernement de Pierre Elliott Trudeau décide de sabrer dans les budgets de VIA Rail, ce qui entraîne une élimination de 40 % des services. D’importantes lignes sont abandonnées. Le Super Continental (ligne CN, Toronto-Winnipeg-Edmonton-Vancouver) et l’Atlantic (Montréal-Sherbrooke-Saint-Jean) font partie des plus importants trains auxquels on met fin. Au même moment, VIA Rail veut diminuer ses importants coûts de maintenance causés par un matériel roulant vieux de plus de 30 ans. Une importante commande est donc faite à Bombardier pour les locomotives et voitures LRC (Léger, Rapide, Confortable), qui sont pendulaires et seront utilisés dans le corridor Québec-Windsor.

En 1984, le nouveau gouvernement conservateur de Brian Mulroney, va remplir sa promesse de restaurer le service complet de VIA Rail. L’Atlantic et le Super Continental sont remis en service et de nouvelles locomotives (F40 de General Motors) sont commandées.

Le 8 février 1986, une terrible collision à lieu entre le Super Continental de VIA Rail et un train de marchandises à Dalehurst AB. Il en résultera 23 morts. C’est le plus grave accident ferroviaire de l’histoire du Canada.

À la fin des années 1980, l’inflation et les problèmes budgétaires du gouvernement Mulroney vont favoriser de nouvelles coupures à VIA Rail, encore plus importantes que celles de 1981. En 1990, on va donc éliminer « Le Canadien », train reliant Montréal-Toronto-Winnipeg-Regina-Calgary-Vancouver par la ligne du CFCP. On va également mettre fin à bon nombre de trains régionaux : Québec-Trois-Rivières-Montréal, Montréal-Sherbrooke, Edmundston-Moncton, Sydney-Halifax, Yarmouth-Halifax, The Pass-Lynn Lake, Toronto-North Bay, Toronto-Havelock, Senneterre-Cochrane-Kaspukasing. En 1993, le nouveau gouvernement libéral de Jean Chrétien va une fois de plus amputer les budgets de VIA Rail, ce qui causera la fin de l’Atlantic (Montréal-Sherbrooke-Saint-Jean).

À la fin des années 1990, le gouvernement libéral décide de remettre un peu d’argent dans VIA Rail et adopte le programme « Renaissance ». De ce programme résultera l’achat des voitures Nightstar (qui devaient à l’origine être utilisées par un service de nuit entre la France et le Royaume-Uni via Eurotunnel mais qui n’était pas concurrentielle par rapport à l'Eurostar), l’achat de nouvelles locomotives Genesis de General Electric, la remise en service du train Halifax-Sydney, sous forme de train touristique hebdomadaire, et enfin, par la rénovation de quelques gares. VIA est également devenu propriétaire d’une voie ferrée classique entre Montréal et Ottawa. La construction d’une LGV est quelquefois envisagée mais le choix actuel serait plutôt d’acheter des locomotives à turbine. Le 23 mars 2007 la Cour Suprême exige que les voitures Nightstar soient adaptées aux handicapés, ce qui transforme cet achat en fiasco.

Les attentats du 11 septembre 2001 à New York ont contribué à faire augmenter le nombre de voyageurs dans les trains de VIA Rail, mais le transport ferroviaire de personnes demeure marginal au Canada (1/74 des déplacements). Les barrières administratives de plus en plus grandes avec les États-Unis ne facilitent pas non plus les liaisons.

En haut



VIA Technologies

VIA Technologies logo

VIA Technologies (ou VIA) est un fabricant taïwanais de circuits intégrés (principalement des chipsets de cartes mère, de CPU, de GPU et de mémoires) qui fait partie du Groupe Formosa Plastics. C’est le plus gros fabricant indépendant de chipsets de cartes mère. En tant que société sans usine travaillant dans les semi-conducteurs, VIA mène ses recherches et développement de chipsets elle-même, puis sous-traite la partie fabrication (silicium) à des fonderies tierces (comme TSMC).

La société a été fondée en 1987 à partir de la société Symphony de la Silicon Valley par Wen Chi Chen entre autres (陳文琦). Il travaillait pour Intel avant de rejoindre Symphony, et est désormais le PDG de cette dernière société. Chen a transféré les employés de Symphony à Taïwan pour commencer la production de microprocesseurs.

En 1992, le quartier général a été déplacé à Taipei à Taïwan.

En 1996, VIA a joué un rôle important dans le groupe de normalisation PC Common Architecture, en publiant le commutateur du bus ISA au bus PCI.

En 1999, la société a pris possession de Cyrix (qui faisait alors partie de National Semiconductor) et aussi de Centaur d’Integrated Device Technology, marquant alors sont entrée sur le marché des microprocesseurs d’architecture x86. VIA est le fabricant des processeurs VIA C3 et VIA C7 et de la plate-forme EPIA.

En 2001, VIA établit sa filiale S3 Graphics.

En janvier 2005, VIA a fêté la production du 100 millionième chipset AMD VIA.

En Aout 2008, VIA abandonne le marché des chipsets pour plateformes tierces (AMD et Intel) pour se consacrer exclusivement à la production de processeur x86 et donc son VIA Nano.

Alors que VIA manque de notoriété comparé à d’autres fournisseurs de chipsets (comme ATI, Intel ou nVIDIA), quelques unes des puces de chez VIA fleurissent dans une grande variété de PC. Le marché de VIA se concentre sur les circuits intégrés pour les PC destinés au grand public, VIA est le plus connu pour ses chipsets de cartes mères (core-logic ?). Cependant, les produits de VIA comprennent des contrôleurs audio, contrôleurs réseaux, des processeurs de faible puissance, et même des chipsets de graveur CD/DVD. Les vendeurs de PC et de périphériques comme ASUS achètent ensuite les chipsets pour les inclure dans leurs propres marques de produits.

À la fin des années 1990, VIA a commencé la diversification de ses marchés core-logic, et la société a, depuis, fait des acquisitions de marché pour former une section CPU, une section graphisme (rachat de S3 pour donner naissance aux cartes graphiques Unichrome) et une section pour le son. Étant donné que l’industrie du silicium continue d’améliorer le niveau d’intégration et les fonctionnalités des chipsets, ces trois sections ne seront pas inutiles à VIA dans le futur pour qu’elle reste compétitive sur ce marché.

L'ensemble de ces acquisitions permet à VIA d'être un des seuls fabricants à pouvoir construire presque entièrement un ordinateur.

VIA n'a jamais eu une politique de course à la puissance, mais s'intéresse essentiellement aux processeurs à basse consommation, ce qui est particulièrement intéressant dans le domaine des ordinateurs portables.

VIA a toujours prétendu fournir des pilotes pour plates-formes libres, mais,en réalité, ses cartes graphiques sont parmi les plus mal supportées sous Linux (avril 2008), ne permettant, par exemple, pas d'utiliser les environnements 3D, comme Compiz.

Cette situation pourrait changer à la suite de l'annonce de la création d'une infrastructure destinée à développer des pilotes libres complets.

Il est tentant de rapprocher cette information du fait que VIA n'a pas eu le marché de l'eeePC, Asus préférant un fabricant (Intel) dont les composants bénéficient d'un support libre efficace.

En haut



Via ferrata

Via ferrata à Savoie Grand Revard

La via ferrata est un itinéraire sportif, situé dans une paroi rocheuse, équipé avec des éléments spécifiques (câbles, échelles, etc) destinés à faciliter la progression et optimiser la sécurité des personnes qui l'utilisent. Parcourir une via ferrata est une activité intermédiaire entre randonnée et escalade.

La première via ferrata française date de 1988, elle s'est depuis démocratisée en France et en Suisse dans les années 1990, bien qu'elle existe sous diverses formes dans les Alpes depuis plus de soixante ans.

C'est l'armée italienne qui est à l'origine de cette activité puisque c'est elle qui a commencé dès le début du XXe siècle à équiper certains passages escarpés des Dolomites avec des mains courantes et des échelons pour permettre aux troupes alpines de traverser ces passages avec du matériel lourd.

Ces notations sont parfois suivit d'un + ou d'un - (ex: F + ou TD -) pour préciser la difficulté.

Les voies F et PD peuvent être pratiquées par des enfants même jeunes. Les voies TD et ED ne sont jamais très techniques, mais demandent par contre une bonne résistance à l'effort et une certaine force.

La via ferrata est accessible à tous. Le seul facteur limitant est la peur du vide qui est souvent présent sur ces itinéraires.

Au début de chaque via ferrata française, vous retrouverez un panneau comportant des explications sur la pratique et sur la voie (durée, niveau de difficulté, itinéraire d'approche et de retour ...).

Muni de l'équipement décrit plus haut, le pratiquant se « mousquetonne » au câble à l'aide des deux mousquetons de sa longe de via ferrata. Ce câble parcourt l'ensemble de la voie, il est entrecoupé de points d'arrêt. Arrivé à un point d'arrêt, le pratiquant passe les deux mousquetons l'un après l'autre (de telle façon qu'il soit toujours attaché au câble) sur la suite du câble. Il convient de laisser au moins deux points d'arrêt entre chaque pratiquant pour que celui du dessus n'entraîne pas l'autre dans sa chute éventuelle.

Les jeunes, les débutants, et aussi ceux qui le préfèrent, peuvent (ou doivent) être encordés comme en escalade classique.

Attention, la chute en via ferrata est violente et souvent aggravée par la présence des échelles et des mains courantes métalliques. Heureusement la chute y est très rare.

En haut



Via Augusta

Arc de Berà sur la Via Augusta.(route nationale N340)

La Via Augusta (Vía Augusta en espagnol) fut la voie romaine la plus longue de l'Hispanie avec une longueur approximative de 1 500 km. Elle partait de La Junquera (près des Pyrénées), où elle rejoignait la Voie Domitienne, et elle allait jusqu'à Cadix, en suivant la Méditerranée. Elle reliait les villes de Tarraco (Tarragone), Valentia (Valence), Corduba (Cordoue), Hispalis (Séville) et Gades (Cadix). Elle a constitué l'axe principal du réseau routier de l'Espagne romaine. Au cours des époques, elle a reçu différents noms comme la Voie d'Hercule (Vía Hercúlea), Vía Heráclea, Chemin d'Hannibal (Camino de Anibal), etc. C'est l'empereur Auguste qui lui donna son nom après les réparations qui ont été achevées sous son principat, vers les années 8 à 2 avant J.C. Elle se convertit en une importante voie de communications et de commerce entre les cités, les provinces et les ports de la Méditerranée.

En haut



Source : Wikipedia