Total

3.4285714286177 (1841)
Posté par marvin 03/03/2009 @ 01:07

Tags : total, energie, economie

Dernières actualités
Total Wipeout arrive le vendredi 17 juillet sur M6 - Le Blog de Jean-Marc Morandini
Jeanmarcmorandini.com vous informait ce week-end que M6 allait proposer cet été un nouveau jeu adapté d'un format américain, "Total Wipeout". Présenté par Stéphane Rotenberg, Alex Goude et Sandrine Corman, le divertissement débarquera sur les écrans de...
Prises de bénéfices à Paris, Total et Renault pèsent - Les Échos
Première pondération du Cac 40, Total plie de 1,86% à 38,45 euros dans le sillage de la correction des cours du pétrole à moins de 69 dollars. ArcelorMittal baisse de 4,11% à 23,19 euros sous l'effet de dégagements après une progression de 7,2% au...
GB/Raffinerie: Total appelle à des discussions pour résoudre le ... - Romandie.com
LONDRES - Le groupe pétrolier français Total a appelé mardi à des discussions pour résoudre le conflit autour du licenciement de 647 ouvriers, qui travaillaient pour des entreprises en charge d'un chantier sur le site de la raffinerie de Lindsey,...
AZF: la plupart des parties civiles pour la condamnation de l ... - AFP
Certains ont aussi demandé une condamnation de la maison-mère Total, voire de l'ancien PDG du groupe Thierry Desmarest. Les représentants des anciens salariés regroupés dans "Mémoire et Solidarité" se sont toutefois distingués du choeur de 27 avocats...
L1- Marseille: Deschamps rassuré d'avoir un "interlocuteur" après le - Le Monde
C'était une surprise totale, un chaos total", a déclaré Deschamps devant la presse. "C'était trouble, je n'avais plus d'interlocuteur. Ma seule interrogation était d'en avoir un. Je l'ai eu depuis lundi matin, avec l'officialisation de la nomination de...
Forte baisse à la Bourse de Paris : -3,04 % - Le Figaro
Total dégringole, plombé par la chute des prix du pétrole. Le CAC 40 termine en baisse de 3,04% à 3123,25 points. Après avoir ouvert à l'équilibre, le marché parisien a rapidement basculé dans le rouge, entrainé vers le bas par l'orientation négative...
Areva étudie sa sortie de stmicro - Le Figaro
La vente de participations non stratégiques (Total, déjà réalisée, GDF Suez et Safran) est acquise. De même, le groupe devrait se défaire de sa division T&D, valorisée environ 4 milliards d'euros. Ce n'est pas tout. Les parties examinent aussi,...
Total face à une grève qui s'envenime outre-Manche - Le Figaro
Après une grève sauvage lancée la semaine dernière dans sa raffinerie de Lindsey, dans l'est de l'Angleterre, Total a décidé vendredi de marquer le coup en licenciant 647 employés. Cette décision a provoqué de vives réactions parmi les syndicats,...
Total Wipeout débarque bientôt sur M6 - Regardez - Le Blog de Jean-Marc Morandini
Présenté par Stéphane Rotenberg, Alex Goude et Sandrine Croman, "Total Wipeout" (ça va déraper) est un selon la chaîne "un grand jeu de divertissement familiale dans lequel tout le monde peut jouer. C'est une sorte de jeu vidéo grandeur nature"....
Hydrocarbures - Total et Novatek reçus par Poutine mercredi - Euroinvestor
La rencontre aura lieu quelques jours seulement après que Total, qu est déjà partenaire de Gazprom Href="quoteref">GAZP.MM dans le projet Chtokman, a entamé une nouvelle ère dans ses relations avec les sociétés russes, avec un accord avec Loukoïl...

Total (entreprise)

Logo de Total (entreprise)

Total ou Total Fina Elf est une entreprises pétrolière française privée, qui fait partie des Supermajor, c'est-à-dire des six plus grosses entreprises du secteur à l'échelle mondiale, avec ExxonMobil, Shell, Chevron, BP et ConocoPhilips. C'est la plus grande entreprise française en chiffre d'affaire , la 4e entreprise d'Europe et la 8e entreprise mondiale en 2007 (Classement Fortune Global 500 2007), ainsi que la plus importante capitalisation boursière d'Europe en 2008 (parfois détrônée par EDF). Ses activités couvrent l'ensemble de la chaîne de production, de l'extraction du pétrole brut et du gaz naturel à la création d'énergie, la raffinerie, et l'exploitation commerciale. Total est par ailleurs une entreprise importante dans le domaine de la chimie. Fondée en 1924 par Ernest Mercier, son siège social se situe sur le campus de Paris La Défense, en France.

D'initiative publique, elle a été constituée par les rachats successifs par Total de la société pétrolière belge Petrofina en 1999, qui a donné naissance à Totalfina, par Totalfina d'Elf-Aquitaine en 2000, qui a engendré TotalFinaElf, rebaptisée Total S.A. en 2003.

Total a été créé en 1924 sous le nom de la Compagnie française des pétroles (CFP) par Frédéric Pigelet afin de gérer les parts que le gouvernement français s'était vu attribuer comme dommage de guerre dans la gestion de la future compagnie pétrolière irakienne, l'Iraq Petroleum Company. À l'origine, c'est une société mixte associant des capitaux d'État et des capitaux privés. Le 21 juin 1985, sa dénomination a été changée en Total – Compagnie française des pétroles (Total CFP) puis transformée en Total le 26 juin 1991. À la suite des rapprochements avec la belge Petrofina et la française Elf Aquitaine la société est devenue Total Fina SA le 14 juin 1999, puis Total Fina Elf SA le 22 mars 2000. L'entreprise a repris la dénomination Total SA le 6 mai 2003.

En 2007, Total est la plus grande entreprise française, la seconde capitalisation boursière de la zone Euro, et le cinquième groupe pétrolier privé du monde derrière les américains Exxon Mobil et Chevron Texaco, le Néerlandais Shell, et le britannique BP. Elle affiche un bénéfice de 12 milliards d'euros en 2006.

Depuis le 5 avril 2007, Total est signataire du Pacte PME.

La Compagnie financière belge des pétroles - Petrofina (abréviation de petrofinance) a été créée le 25 février 1920 par un groupe d'investisseurs anversois. En rachetant Petrofina en 1999, Total grossit d'environ 30 % en termes d'effectifs, de capacité de production et de chiffre d'affaires (avec le rachat d'Elf, Fina ne représentera plus que 5 à 10 % du groupe Total actuel).

Albert Frère, le seul milliardaire belge, en était le principal actionnaire lors de son rachat, il possède aujourd'hui des parts minoritaires dans le capital de Total S.A. via deux holdings dont il est partiellement propriétaire: Le Groupe Bruxelles Lambert et la Société Nationale à Portefeuille. Contrôlant indirectement 5 % du capital, il peut être considéré comme le plus gros actionnaire individuel de Total.

L'origine d'Elf Aquitaine remonte au 14 juillet 1939, jour où l'on découvrit en France, à Saint-Marcet, en Aquitaine, un champ de gaz. Suite de cette première découverte, la Régie autonome des pétroles (RAP) est créée. Encouragées par ce premier succès, les recherches continuent dans le Sud-Ouest de la France avec la création, en 1941, de la Société nationale des pétroles d'Aquitaine (SNPA), qui découvrira en 1951 le gisement de Lacq. Enfin, en 1945, est créé le Bureau de recherches de pétrole (BRP) avec pour but de rechercher du pétrole outre-mer.

En décembre 1965, par la fusion de la RAP et du BRP, c'est la naissance de l'ERAP (Entreprise de recherches et d'activités pétrolières), holding pour toutes les sociétés existant à l'époque ; parmi celles-ci, se trouvent par conséquent la SNPA, qui devient la principale filiale de la nouvelle maison mère, et l'UGP qui rassemble quant à elle au sein de l'UGD (Union générale de distribution), les sociétés de distribution.

À partir du 28 avril 1967, la Direction a créé le nom « Elf » et le groupe ne vend plus ses produits que sous cette seule marque : Elf. Ce « rebranding » fut l'occasion du premier « teasing » français : dans les semaines qui précédèrent la « nuit des ronds rouges » (en une soirée les différents réseaux de distribution de l'ERAP changent d'enseigne et adoptent la marque Elf) une campagne annonçait bien mystérieusement « Les ronds rouges arrivent ».

En rachetant Elf en 2000, Totalfina double quasiment son effectif, ses capacités de production et son chiffre d'affaire.

Le nom « Elf », contrairement à une idée bien répandue, n'a jamais voulu dire « Essences et lubrifiants de France ». Cet acronyme a été inventé par la suite.

Les principaux métiers de Total, classés selon leur position dans le cycle de vie des produits pétroliers et gaziers, ainsi que les filiales correspondantes sont présentés ici. Total S.A œuvre dans les domaines énergétiques et chimiques.

Le secteur Aval de Total couvre l’ensemble des activités de raffinage, de distribution, de négoce international et de transports maritimes de produits pétroliers.

Les experts estiment que la consommation de gaz dans les prochaines années devrait croître plus rapidement que celle des autres énergies fossiles. S'intégrant pleinement dans ce marché d'avenir, Total se positionne sur l'ensemble de la chaîne gazière : production, transport, stockage, gestion de centrales électriques et approvisionnement de la plupart des grands consommateurs industriels.

La direction Gaz et électricité se soucie des défis liés à la valorisation du gaz, et notamment à sa commercialisation, activité beaucoup plus difficile que pour le pétrole.

Total dispose d’une capacité de raffinage d'environ 2,7 millions de barils par jour et a vendu environ 3,9 millions de barils par jour de produits raffinés dans le monde en 2005.

L’activité de shipping permet l’approvisionnement du raffinage en pétrole brut et le transport des produits raffinés vers les lieux de consommation.

Le trading de pétrole brut et de produits pétroliers est confié à Totsa (Total Oil Trading SA) basée à Genève. Celui de gaz et d'électricité à Total Gas & Power Limited, basée à Londres.

La chimie de Total, classée parmi les leaders européens ou mondiaux sur chacun de ses marchés, est constituée d’un ensemble d’activités très diversifiées couvrant les secteurs des transports, de l'emballage, du bâtiment et du génie civil, des sports et loisirs, de l’hygiène-santé-beauté, de l’eau, du papier, de l'électronique, de l'agriculture, etc.

Son chiffre d'affaires en 2005 s'est élevé à 22 milliards d'euros et le résultat opérationnel à 1,1 milliard d'euros, pour un effectif mondial d'environ 62 000 personnes, soit la moitié des effectifs du groupe.

Le pôle chimie du groupe Total est organisé en deux branches.

Ses produits couvrent de nombreux marchés domestiques et industriels, parmi lesquels l'emballage, le bâtiment et l'automobile. Depuis le 1er octobre 2004, ces activités sont regroupées au sein de Total Petrochemicals.

Jusque mai 2006, date du « spin-off » Arkema, le pôle chimie de Total regroupait au sein de la filiale Atofina, scindée depuis en Arkema d'une part et Total Petrochemicals d'autres part, les activités de chimie industrielle et produits de performance héritées de Total, Fina et Elf.

Le Groupe est le quatrième groupe pétrolier intégré coté dans le monde (selon le critère de la capitalisation boursière au 31 décembre 2005). En 2005, le secteur Amont a investi 8,1 milliards d’euros et employé 14 849 collaborateurs. Total exploite un réseau de près de 17 000 stations-service dans le monde, dont environ 50 % sont détenues en propre, et principalement implantées en Europe et en Afrique.

Total S.A. est très présent en Afrique noire. Le Gabon fut un des fiefs historiques d'Elf. L'Afrique représente une grande part de la production de liquides (pétrole et condensats) du groupe : 730 kbbls/j, soit 42 % du total, en 2004. Ce pourcentage va très probablement s'accroître. Pour le gaz, par contre, l'Afrique représente une part bien plus modeste.

Aujourd'hui, Total est le premier opérateur au Congo-Brazzaville, et a une présence significative en Angola (notamment sur le bloc 17), au Nigéria (y compris une part de 15 % dans l'immense usine de gaz naturel liquéfié de Bonny Island) et dans d'autres pays.

En 2005, Total, associé à Pecten Cameroon Company, a investi 11 millions de dollars (8,5 millions d'euros) dans l'exploration du bloc Dissoni dans le Rio del Rey.

Dans le cadre de ses activités au Cameroun, Total est visé par une enquête préliminaire, ouverte le 8 janvier 2007 à Paris, sur des faits de « corruption d'agents publics étrangers » et « d'abus de biens sociaux ». La justice enquête sur des mouvements de fonds suspects ayant transité, entre 2005 et 2006, par des banques françaises, dont LCL et BNP Paribas, au profit d'Adolphe Moudiki, directeur général de la Société nationale des hydrocarbures (SNH) du Cameroun. Les fonds auraient été reversés via Tradex, filiale de la SNH, et de la société suisse de négoce de pétrole Addax. Si aucune infraction n'est relevée dans ce dossier, l'enquête préliminaire sera classée sans suite. Dans le cas contraire, une information judiciaire sera ouverte.

Dans les années 1990, Total a exercé de fortes pressions pour que les sanctions de l'ONU contre l'Irak soient levées. Des accords ont en effet été conclus de longue date avec la dictature de Saddam Hussein pour l'exploitation des gisements de Nar Umr et des îles Madjnoun (dont les réserves sont respectivement estimées à 6 et 20 milliards de barils). En 2003, l'invasion américano-britannique de l'Irak a temporairement entraîné son éviction des gisements irakiens. L'été 2007 voyait finalement la révélation publique de l'existence d'un accord conclu entre Total et Chevron pour l'exploitation de ces deux gisements d'importance.

Total a été impliqué dans le volet français de l'affaire Pétrole contre nourriture. Total aurait versé entre 1996 et 2001 de commissions occultes via un homme d'affaires suisse, Jean Caillet, et sa société, Telliac. Christophe de Margerie, responsable de Total pour le Moyen-Orient, et Bernard de Combret ont été mis en examen par le juge Philippe Courroye en octobre 2006.

Total a signé un important contrat gazier en Iran entre 1996 et 2003. Conclu en 1997 avec la société pétrolière nationale iranienne NIOC, il associait aussi le russe Gazprom et le malaisien Petronas pour exploiter une partie du gigantesque champ gazier offshore de South Pars, à 100 km des côtes iraniennes, qui contiendrait la moitié des réserves de gaz naturel iraniennes, les deuxièmes au monde.

Un accord passé en 2004 prévoit la production de gaz naturel liquéfié avec la société pétrolière malaisienne Petronas. Le groupe français a investi plus de deux milliards de dollars dans ce projet opérationnel depuis 2002.

Total serait intervenu directement auprès de Jacques Chirac et Dominique de Villepin pour éviter des sanctions internationales contre l'Iran dans le dossier de l'enrichissement d'uranium (Le Monde du 23 septembre 2006).

Le parquet de Paris a ouvert en décembre 2006, une information judiciaire pour « abus de biens sociaux » et « corruption d'agents publics étrangers » confiée aux juges du pôle financier, Philippe Courroye et Xavière Simeoni. L'enquête concerne des soupçons de versements de commissions occultes pour l'exploitation d'un champ pétrolifère offshore iranien, en 1997. Cette enquête fait suite à la découverte par la justice suisse, dans le cadre d'une enquête pour blanchiment, de 60 millions d'euros sur deux comptes qui pourraient avoir transité vers l'Iran via un intermédiaire. Une partie serait revenue à l'un des fils de l'ancien président iranien Hachemi Rafsandjani.

Christophe de Margerie a été mis en examen le 22 mars 2007 et laissé en liberté sous contrôle judiciaire. Les dirigeants de Total se sont réfugiés derrière la « protection des intérêts fondamentaux de la nation » pour s'opposer à une perquisition dans cette affaire.

Cette implantation n'a pas été sans déclencher de vives réactions. Voir plus bas la sous-partie sur « L'affaire Total en Birmanie ».

Thierry Desmarest, président ; Daniel Boeuf, Daniel Bouton, Bertrand Collomb, Paul Desmarais Jr, Bertrand Jacquillat, Antoine Jeancourt Galignani, Anne Lauvergeon, Peter Levene of Portsoken, Maurice Lippens, Christophe de Margerie, Michel Pébereau, Thierry de Rudder, Serge Tchuruk et Pierre Vaillaud.

Le 18 mai 2006, le nominal de l'action a été divisé par quatre pour ramener le cours de l'action au niveau des standards du CAC 40.

En avril 2008, l'administration de Total ne semble pas souhaiter que les fonds souverains possèdent à moyen terme plus de 10 % du capital.

C'est à la fin de 2007 que le fonds souverain chinois Safe investit 2,8 milliards de dollars et contrôle 1,6 % du capital de Total. Le fonds Safe devient le second actionnaire derrière Albert Frère.

Le groupe réagit positivement et Christophe de Margerie reconnaît avoir impulsé lui-même le processus, espérant développer sa présence sur le marché chinois. Est-ce une volonté des Chinois de s'assurer des garanties dans le secteur stratégique des hydrocarbures ? Ou bien faut-il craindre une volonté prédatrice de tenter à moyen terme une prise de contrôle ?

En avril 2008, l'entrée au capital de Total de fonds publics d'investissements des pays du Golfe est prévisible et souhaitable, selon Christophe de Margerie.

Lors de l'Assemblée Générale du 12 mai 2006, l'apport-scission d'Arkema a été approuvé. Arkema regroupait depuis 2004 les produits vinyliques, la chimie industrielle et les produits de performance.

Pour chaque action Total détenue, un droit à attribution d'action Arkema était distribué, dix droits à attribution d'actions Arkema étant nécessaire pour en obtenir une. Les droits formant rompus étaient négociables sur le marché Eurolist by EuronextTM jusqu’au 26 juin 2006, et sur le compartiment des valeurs radiées du 27 juin au 29 décembre 2006 inclus. Depuis le 18 mai 2006, Arkema est cotée à Paris sur Eurolist by Euronext.

La collaboration des entreprises française comme Total avec la junte militaire birmane est dénoncée depuis le milieu des années 1990 par plusieurs ONG à travers le monde, aussi bien européennes qu'américaines, ainsi que l'opposition politique birmane elle-même. La présence de Total en Birmanie date de 1992, soit trois ans après l'ouverture de la Birmanie aux investisseurs étrangers par le junte militaire. Cette collaboration a été au cœur d'un rapport de la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH), dès 1996, et par la suite, d'un rapport de l'assemblée nationale en 1999. Ce dernier y notait « l'opacité du système de prise de décision », l'emploi du travail forcé pour la construction du gazoduc de Yadana, « un soutien à la dictature d'ordre politique, économique et financier » et la « militarisation accrue de cette région pour garantir la sécurité du gazoduc » et où « toutes les ONG s'accordent pour lier militarisation du chantier, déplacement de population et travail forcé ».

Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la Paix 1991, a déclaré que « les investisseurs ne devraient pas s'implanter car tout l'argent va à une élite. Je tiens à mentionner la firme française Total qui est devenue le plus fort soutien du système militaire birman. Ce n'est pas le moment d'investir ici ».

Par ailleurs, Anne Christine Habbard dans son rapport de 1996 indique que « le projet gazier de Yadana est critiquable pour le soutien qu'il apporte à la junte birmane à plusieurs égards : sur le plan moral et politique, sur le plan économique, sur le plan militaire et logistique, sur le plan des droits de l'Homme » et qu'à cet effet « Total et ses partenaires » doivent « geler leurs investissements en Birmanie jusqu'à formation d'un gouvernement civil ».

Durant les auditions pour le rapport de l'Assemblée nationale, Tyler Giannini, directeur de EarthRights International, a rappelé que « sur le plan économique, le gazoduc est important pour le régime birman. Il lui rapportera entre 150 et 400 millions de dollars par an. Cette somme est considérable eu égard à la taille de l'économie birmane et si on prend en compte l'état de ses réserves financières. Le flou sur les chiffres s'explique car le contrat avec les autorités birmanes n'est pas public ». Et Stéphane Hessel, Ambassadeur de France et porte parole d'Info Birmanie a déclaré que « si l'on souhaitait s'associer à des sanctions contre la Junte, l'acte le plus courageux serait d'interrompre le projet de Yadana ».

Pour Olivier De Schutter, secrétaire général de la FIDH, la France est également responsable car étant « le pays qui a le plus freiné le renforcement de sanctions européennes à l'égard de la junte ».

Le Groupe Total a été reconnu coupable de pollution maritime par le tribunal correctionnel de Paris le 16 janvier 2008 pour le naufrage en 1999 du pétrolier Erika et la marée noire qui s'en est suivie. L'armateur, le gestionnaire ainsi que l'organisme de certification du navire ont été déclarés, quant à eux, coupables de faute caractérisée.

La catastrophe de l'usine AZF de Toulouse réfère à l'explosion, le 21 septembre 2001, d'un stock de nitrate d'ammonium ayant entraîné la mort de 30 personnes et de lourds dégâts matériels.

Suite au non respect de la législation environnementale (relative aux déclarations sur les rejets de poussières, la qualité de l'eau et au bilan annuel de fonctionnement), le tribunal de Saint-Avold a condamné Cray Valley (filiale de Total), le 6 janvier 2009, à payer une amende et des dommages et intérêts ,.

En haut



Ordre total

On appelle relation d'ordre total sur un ensemble E toute relation d'ordre R telle que tout élément de E soit comparable avec tout autre élément de E, ie que pour tout x et y éléments de E, xRy ou yRx.

On appelle ensemble totalement ordonné un ensemble muni d'une relation d'ordre total.

En haut



Rome: Total War

Rome: Total War est un jeu vidéo de stratégie en temps réel de la série des Total War.

L'action débute en l'an -280 av. J.-C., le but du jeu est de conquérir et régner sur un empire grandissant. Le jeu met en scène 20 factions (Sénat romain ou SPQR, Maison Julii, Maison Brutii, Maison Scipii, Cités grecques, Macédoine, Thrace, Pont, Empire séleucide, Égypte, Numidie, Carthage, Espagne, Gaule, Britannie, Dacie, Germanie, Scythie, Parthie et Arménie).

Tout en mettant à profit votre sens de la stratégie et de la diplomatie, en utilisant parfois des subterfuges et même des moyens radicaux moyennant l'utilisation d'assassins ou d'espions, votre but final est de devenir Empereur de Rome.

Le programme se compose de deux jeux en un, le mode campagne et le mode bataille, très étroitement liés au cours d'une partie. Vos actions sur la carte de campagne décident des circonstances des batailles, et l'issue de ces batailles, jouées sur une autre carte, a bien sûr des répercussions sur la campagne. Le mode campagne se passe au tour a tour, et le mode bataille en temps réel.

Divers événements peuvent survenir en mode campagne et compliquer de ce fait vos projets: révolte civile, éruption volcanique, peste, crue subite, réforme militaire de Marius... D'autres événements sont purement informatifs comme une découverte technique ou une évolution culturelle. Le plus essentiel étant notamment de prendre en compte mort et naissance de membres de sa famille, afin de ne pas se voir pris au dépourvu lors du choix d'un héritier ou de la perte du chef de la faction.

Le jeu a reçu plusieurs honneurs lors de la convention 2004 de l'E3.

Une autre innovation de taille est l'apparition de la religion dans le maintien de l'ordre public. Christianisme, Paganisme et Zoroastrisme sont les 3 religions qui posent nombre de problèmes de maintien de l'ordre. Il est fortement recommandé que toutes les villes d'une faction aient, à terme, la même religion pour éviter des problèmes d'intolérance, et ainsi une baisse de l'ordre public (la liberté de culte n'existant pas à l'époque), puisqu'une ville influe sur ses voisines.

Certaines critiques concernant le manque de réalisme du jeu original (vanila total war), notamment l'anachronisme de la faction égyptienne, la pauvreté des unités barbares, les trois factions romaines, les unités fantaisistes ou leurs couleurs criardes, ont amené des fans à créer peu de temps après la sortie du jeu plusieurs modifications, les premières visant à atteindre une plus grande réalité historique en partant du jeu original, d'autres proposant des territoires et périodes particulières ou plus fantaisistes.

Ce mod est un mod sur l'époque Médiévale, de 1201 à 1299. Il contient 16 nouvelles factions, de nouvelles animations, de nouvelles unités 3x plus détaillée que M2TW, une nouvelle musique, un champ de bataille amélioré et de nouveaux graphismes plus détaillés en général. La sortie du mod est prévue pour fin 2008.

L'une des principales déceptions concernant le jeu, était l'inexistence de campagne multi-joueurs, permettant au joueur de ne plus combattre dans des batailles multi-joueurs, sans intérêt et sans conséquence.

C'est pour combler ce manque qu'a été créé un premier module de campagne externe à Rome total War, Virtua Roma, permettant la prise en main et la gestion d'un empire ou d'une partie d'empire à la manière de la campagne solo mais de façon encore plus détaillée: grand nombres de ressources qui, contrairement au solo, ont enfin une incidence, puisque manquer de Blé conduira à des famines dans son empire, manquer de fer ou de bronze entravera la création d'unité de soldats complètes, ou bien encore un simple manque d'encens provoquera une perte d'efficacité des temples, provoquant une baisse de moral et de par conséquent de croissance de population, et finalement de revenus... les effets boule de neige sont nombreux.

L'interface de jeu permet de gérer la diplomatie avec les autres joueurs humains ainsi que les joueurs IA, la construction de bâtiments, le commerce et ses taxes, le développement économique, l'espionnage.

Les batailles peuvent être résolues en ligne avec le jeu Rome TotalWar et le mod RTR, ou en résolution automatique pour les batailles sans intérêt, à volonté des protagonistes.

Le jeu permet aussi de suivre l'apparition des personnages, actuellement seulement les généraux, qui apportent bonus aux unités ou cités directement dans le jeu.

En haut



Total War

Total War est une série de jeux vidéo de stratégie développée par Creative Assembly sur PC.

En haut



Football total

Le football total est un concept introduit par Rinus Michels lorsqu'il entraînait l'Ajax Amsterdam puis l'équipe nationale des Pays-Bas durant les années 1970. Son apogée eut lieu durant la coupe du monde 1974 que les Pays-Bas perdirent en finale contre la République fédérale d'Allemagne de Franz Beckenbauer (2-1).

Le 4-3-3 demandait aux joueurs de changer de position et de faire un pressing haut. Tous les joueurs de champ participaient aux attaques. Les arrières latéraux remontaient sur les côtés et même le gardien « volant » participait au jeu.

Pour tenter de saisir l'esprit du football total on peut se reporter aux propos du défenseur de l'Ajax, Barry Hulshoff : "Nous discutions tout le temps d'espace. Johan Cruyff parlait toujours de là où l'on devait courir et se tenir, et de quand rester immobile." "Il s'agissait de faire l'espace, de l'investir, et de l'organiser comme de l'architecture sur le terrain de football.".

En haut



Total Western

Total Western est un film français réalisé par Éric Rochant, sorti en 2000.

Bédé travaille pour une mafia, il est chargé de récupérer l'argent de la "protection". Son chef lui demande de faire un achat. Un carnage. Il s'enfuit dans un centre de ré-insertion, mais est poursuivi. Le sang coulera...

Total Western est un film montrant la violence crûment (scène de tortures, cadavres de chiens, sang). Cette violence est nécessaire pour montrer la dignité du personnage de "Farida" (Kahena Saighi), et la vengeance finale de "Bédé".

En haut



Source : Wikipedia