Tony Parker

3.3268428372652 (719)
Posté par marvin 25/03/2009 @ 04:07

Tags : tony parker, basketteurs, basket-ball, sport

Dernières actualités
Tony Parker passe à Villeurbanne en vedette américaine - 20minutes.fr
Avant de rejoindre son épouse, Eva Longoria, au Festival de Cannes, Tony Parker était présent hier à l'Astroballe pour assister à la rencontre entre l'Asvel et Nancy. Il s'agissait de sa première visite à Villeurbanne depuis l'officialisation de son...
LOOK Festival de Cannes 2009 Eva et Tony Parker, duo casual chic - Voici
Pas vraiment le genre du sportif Tony Parker. Pour lui hier au festival de Cannes, c'était bien plus casual : un jean, des baskets blanches et quand même la petite chemise et la veste qui vont bien. Pour Eva Longoria qu'un rien habille,...
Eva Longoria et Tony Parker, Thierry Ardisson et sa fille, Ora-Ito ... - Pure People
De nombreuses stars avaient fait le déplacement pour venir applaudir ce nouveau long-métrage de la réalisatrice de La Leçon de Piano, notamment la belle Eva Longoria dans une somptueuse robe gris perle en compagnie de son basketteur de mari Tony Parker...
Eva Longoria et Tony Parker, Mariah Carey et Lenny Kravitz à ... - Pure People
Tony Parker et Eva Longoria sont toujours in "The Place to Be" ! Apparemment Eva est devenue gaga des combinaisons : une noire ultra-moulante pour diner au Baoli et une grise plutôt ample pour une après-midi détente au Popup bar....
NBA: San Antonio en danger malgré un grand Tony Parker - nouvelobs.com
DALLAS (Reuters) - Tony Parker a réalisé une énorme performance samedi soir en inscrivant 43 points face aux Dallas Mavericks mais il n'a pour autant pas évité la défaite des San Antonio Spurs, au bord de l'élimination des play-off NBA....
Eva Longoria, elle vend les effets personnels de Tony Parker ! - Pure People
Une vente aux enchères a pu être organisée et la belle actrice n'a pa hésité à mettre en vente des objets appartenant à son mari Tony Parker, comme un maillot de basket ou des chaussures signées de sa main. Une belle Eva parfaite en hôtesse de charme...
Basket-NBA - Parker demande de l'aide - L'Equipe.fr
Tony Parker est en vacances! San Antonio a été éliminé par Dallas au premier tour des play-offs et le meneur de jeu français a fini sa saison. Au cours d'un entretien publié ce jeudi dans L'Équipe, Parker s'avoue «déçu» : «La défaite est logique,...
Qu'ont fait Tony Parker et Eva Longoria le 1er mai ? - Staragora
Alors que leurs emplois du temps respectifs ne leur permettaient pas de se voir beaucoup depuis quelques mois, Tony Parker et Eva Longoria ont passé le 1er mai ensemble. Ça faisait longtemps qu'on n'avait pas aperçu Tipi et Eva ensemble et ça nous...
Eva Longoria et Tony Parker prochainement en France - Télé-News
C'est maintenant officiel, Eva Longoria et Tony Parker vont s'installer prochainement en France. Pour rappel, l'actrice est actuellement à l'affiche de la cinquième saison de la série « Desperate Housewives » alors que son mari joue toujours en NBA....
ASVEL : PARKER SERA AU MATCH - Sport365.fr
Tony Parker assistera à la rencontre Villeurbanne - Nancy qui aura lieu mercredi soir pour le compte de la dernière journée de la saison régulière en Pro A. Selon Lyon Capitale, Tony Parker, le meneur des Antonio Spurs et accessoirement le...

Tony Parker

Tony Parker (1).jpg

William Anthony Parker II dit Tony Parker et surnommé TP (prononcé Tipi) est un joueur de basket-ball français né à Bruges (Belgique) le 17 mai 1982. Jouant au poste de meneur, il évolue dans l'équipe des San Antonio Spurs depuis son arrivée en NBA en 2001. Il a remporté trois titres de champion NBA avec les Spurs et a été sélectionné à trois reprises pour le NBA All-Star Game, récompensant les meilleurs joueurs de la ligue.

Tony Parker est né le 17 mai 1982 à Bruges, en Belgique, d'un père joueur de basket-ball américain, Tony Parker Senior et d'une mère mannequin néerlandaise, Pamela Firestone, aujourd'hui naturopathe. Son père, formé à l'université Loyola à Chicago qui est parti faire carrière en Europe, évolue à Bruges en 1982, puis les dirigeants de Rouen lui proposent d'effectuer un essai de quinze jours au sein du club, alors que Tony est âgé de trois semaines. Il est conservé par Jean-Pierre Staelens et Jean Degros, entraîneurs de l'équipe contre l'avis des dirigeants du club.

Son frère Terence (dit T.J.) joue en Pro A au SLUC Nancy après trois saisons à l'Université Northwestern et son frère Pierre a joué dans le championnat universitaire américain NCAA à l'Université Loyola de Chicago, comme son père, ainsi qu'à l'Université du Texas à San Antonio. Il évolue désormais en Nationale 3 à Cergy après une première expérience dans l'équipe réserve de Aix Maurienne en Nationale 2.

Parker signe sa première licence à Fécamp (1992-1993). Il a suivi un cursus à horaires aménagés au collège Fontenelle à Rouen (Seine-Maritime). Il joue notamment à Déville-lès-Rouen (1993-1996), puis à Mont-Saint-Aignan (1996-1997) terminant la saison avec une moyenne de 33 points et 8 passes décisives. C'est à cette époque qu'il choisit d'acquérir la nationalité française à l'âge de 15 ans. Il intègre l'INSEP lors de la saison 1997-1998. L'équipe termine la saison à la cinquième place (16 victoires - 14 défaites) et il réalise des moyennes de 14,7 points et 5,6 passes, puis s'impose comme l'un des meilleurs meneurs de jeu de Nationale 1 la saison suivante avec 22,1 points (meilleur marqueur français) et 6,5 passes décisives à seulement 17 ans, mais l'équipe ne finit qu'à la 14 e place (10 victoires - 20 défaites). Il aura disputé 59 rencontres avec l'INSEP. Il signe dans la foulée son premier contrat professionnel avec le PSG Racing.

Il débute sa carrière professionnelle au PSG Racing lors de la saison 1999-2000, mais il a un rôle minime dans l'effectif parisien et il évolue dans l'ombre de Laurent Sciarra. C'est une saison d'apprentissage et d'adaptation au monde professionnel pour lui. L'équipe finit à la 8e place en saison régulière et est éliminée au premier tour des play-offs par l'ASVEL en trois matches.

Il songe alors à rejoindre la NCAA et à intégrer l'université de Georgia Tech. Il se fait connaître aux États-Unis lors du Nike Hoop Summit en 2000 à Indianapolis, événement annuel où les meilleurs jeunes basketteurs américains affrontent les meilleurs espoirs du reste du monde devant tous les observateurs du monde du basket américain, en compilant 20 points, 7 passes décisives, 2 rebonds et 2 interceptions.

Cependant, l'arrivée d'un nouvel entraîneur, Ron Stewart, le persuade de rester une saison de plus dans le championnat de France. Le club change de nom et devient le Paris Basket Racing, Parker devient le meneur titulaire à la suite du départ de Laurent Sciarra lors de la saison 2000-2001. L'équipe termine à la 8e place de la saison régulière et se qualifie pour les play-offs, mais est à nouveau éliminée dès le premier tour face à l'ASVEL. C'est à l'issue de cette saison qu'il décide de se présenter, à 19 ans, à la draft 2001 qui a lieu le 27 juin 2001.

Tony Parker est reconnu comme étant un des basketteurs les plus rapides ayant été consacré comme tel par ses pairs. Il utilise sa vitesse pour souvent venir conclure sous le cercle, en utilisant notamment son « tear drop » : un tir en cloche qui lui permet d'éviter les contres des intérieurs, "TP" à aussi la capacité à pénétrer dans la raquette et à marquer sous le cercle. Parker n'était pas particulièrement adroit au tir à longue distance ; il décide de s'astreindre, lors de son arrivée en NBA, à un travail dans ce domaine en compagnie d'un coach spécialisé (Chip Engelland). Il parvient alors à améliorer son adresse en sélectionnant mieux ses shoots à trois-points. Défenseur plutôt correct, il est davantage considéré comme un meneur marqueur, plus que comme un meneur gestionnaire. Il a un pourcentage de réussite aux tirs remarquablement élevé pour un meneur de jeu.

Sa façon de jouer est donc particulièrement adaptée au style de jeu de la NBA. Au fil des saisons, son entraîneur Gregg Popovich lui confère de plus en plus de responsabilités dans la gestion de l'équipe et il est devenu aujourd'hui un des leaders des Spurs, en compagnie de Tim Duncan et Emanuel Ginóbili.

Parker joue depuis 2001 pour les Spurs de San Antonio en NBA (qui l'ont sélectionné en 28e place de la draft 2001) avec notamment Tim Duncan et Emanuel Ginóbili, sous la conduite de l'entraîneur Gregg Popovich.

Il porte le numéro 9, comme son parrain, Jean-Pierre Staelens, aujourd'hui décédé. Il joue le premier match de sa carrière en NBA face aux Los Angeles Clippers le 30 octobre 2001 où il inscrit 9 points, 3 rebonds, 3 passes décisives en 21 minutes de temps de jeu. Il devait effectuer sa première saison en tant que remplaçant derrière Antonio Daniels, mais s'impose très vite et intègre le 5 majeur dès le cinquième match de la saison face au Orlando Magic, le 6 novembre 2001, en inscrivant 12 points, 4 passes décisives, 3 rebonds en 32 minutes, devenant ainsi le plus jeune meneur de jeu titulaire de l'histoire de la NBA. Il dispute 77 rencontres en saison régulière pour son année rookie.

Les Spurs arrivent en demi-finales de la Conférence Ouest en 2002 où ils sont éliminés par les futurs champions, les Los Angeles Lakers (4-1). Il fut nommé dans la All-Rookie First Team, devenant le premier joueur né à l'étranger à obtenir cet honneur.

Il connaît la consécration dès la saison suivante en 2003 en devenant le premier Français champion de NBA avec les San Antonio Spurs à tout juste 21 ans. Les Spurs battent les New Jersey Nets en finale par 4 victoires à 2. Il est sélectionné dans l'équipe des joueurs de deuxième année lors du Rookie Challenge du NBA All-Star Week-end. À la fin de l'année, il est élu « champion des champions français » par le journal L'Équipe.

En 2004, il renouvelle son contrat avec les Spurs pour 66 millions de dollars sur 6 ans, devenant le sportif français le mieux payé. Cette année-là, les Spurs sont éliminés en demi-finales de conférence par les Los Angeles Lakers (4-2).

En 2005, il remporte un deuxième titre en NBA avec les Spurs qui battent en finale les Detroit Pistons 4 victoires à 3. Même si ses statistiques individuelles sont en hausse dans la plupart des catégories durant la saison régulière et en play-offs jusqu'en finale, il est dominé en finale par Chauncey Billups, le meilleur joueur des finales de NBA 2004. Il reste tout de même le troisième meilleur marqueur de l'équipe en finale avec près de 15 points de moyenne.

En 2006, les entraîneurs de la NBA le choisissent dans l'équipe de la conférence Ouest pour le All-Star Game. C'est le premier Français à être choisi. Par ailleurs, il participe au Shooting Stars Competition avec Steve Kerr et Kendra Wecker, épreuve du NBA All-Star Week-end regroupant trois joueurs de chaque équipe sélectionné (une vedette actuelle, une ancienne vedette et une vedette féminine) et permet à San Antonio de l'emporter en inscrivant le dernier tir du milieu du terrain lors de sa première tentative.

Mais les San Antonio Spurs ne réussissent pas à conserver leur titre, éliminés par les Dallas Mavericks en demi-finales de conférence 4 victoires à 3.

En 2007, il participe à nouveau au All-Star Game grâce au choix des entraîneurs et surtout il remporte un troisième titre en NBA aux dépens des Cleveland Cavaliers battus 4-0 en finale. Avec trois bagues de champion à 25 ans, Parker devient le plus jeune joueur à acquérir ce palmarès. Il devient le premier Européen à remporter le titre de meilleur joueur des finales de NBA et termine meilleur marqueur avec une moyenne de 24,5 points par match.

Après deux participations consécutives en 2006 et en 2007, il n'est pas sélectionné pour le All-Star Game 2008, à cause d'une blessure à la cheville, qui l'éloigne des parquets durant trois semaines au cours du mois de février. Les Spurs terminent au 3e rang de la Conférence Ouest et à la deuxième place de la Southwest Division de la saison 2007-2008. Ils affrontent lors du premier tour des playoffs les Phoenix Suns. Alors que les observateurs s'attendaient à une série très serrée, les Spurs se qualifient facilement en battant les Suns, 4 victoires à 1, Parker étant décisif sur cette confrontation. Après le premier match où il inscrit 26 points, puis le deuxième où il en inscrit 32, il réalise un match exceptionnel lors de la troisième opposition en inscrivant 41 points, en plus de 12 passes décisives. Les Spurs rencontrent en demi-finales de Conférence Ouest les New Orleans Hornets. La série est très accrochée, chaque équipe s'imposant largement sur son terrain, les Spurs remportent finalement la série au septième match, à l'extérieur avec 17 points de Parker dont un panier important dans les ultimes secondes. Les Lakers du MVP Kobe Bryant, premier de la saison régulière dans la Conférence Ouest vont affronter San Antonio. Comme en 2002 et 2004, San Antonio est éliminé en playoffs par les Lakers, 4 à 1. Parker réalise les meilleurs playoffs de sa carrière d'un point de vue statistique avec une moyenne de 22,7 points et 6,1 passes décisives par match.

Le 5 novembre 2008, dans un match en double prolongation contre l'équipe des Minnesota Timberwolves, Tony Parker réussit la meilleure performance offensive de sa carrière NBA en marquant 55 points, en distribuant 10 passes décisives et en attrapant 7 rebonds en 50 minutes de temps de jeu. Il est seulement le deuxième joueur de l'histoire de la NBA à avoir inscrit au moins 55 points, donné 10 passes décisives et pris 5 rebonds, après Oscar Robertson en 1964. Le dernier joueur à avoir compilé au moins 55 points et 10 passes décisives était Michael Jordan en 1993. Il devient aussi le joueur qui a marqué le plus de points face aux Timberwolves (le précédent record datait de 1994 et appartenait à Shaquille O'Neal avec 53 points). Les Spurs en profitent pour remporter leur premier match de la saison après trois défaites consécutives. Deux jours plus tard, il se blesse à la cheville gauche à la fin du premier quart-temps lors d'un match face à Miami, alors qu'il était le meilleur marqueur de la ligue avec 33,4 points de moyenne. Il effectue son retour le 28 novembre lors d'un match à domicile face aux Memphis Grizzlies, inscrivant 15 points et donnant 7 passes décisives en 16 minutes de temps de jeu. Il continue la saison sur cette lancée, avec des statistiques de 20,4 points et 6,6 passes décisives après 35 matchs, ce qui lui permet d'obtenir sa 3e sélection pour le All-Star Game. Il a été désigné remplaçant dans l'équipe de l'Ouest par le vote des entraîneurs. Il participe pour la deuxième fois au Skills Challenge, le concours d'agilité, après 2003, terminant à la 4e et dernière place du concours. Aux côtés de Shaquille O'Neal et Kobe Bryant, les co-MVP de la rencontre, il remporte avec l'équipe de l'Ouest le All-Star Game 146 à 119. Parker se met en valeur en inscrivant 14 points à 7/11 aux tirs, ainsi que 4 passes décisives et 4 rebonds en 20 minutes de temps de jeu. En février, il enchaîne un match à 37 points, 12 passes et 5 rebonds face à Dallas le 24 février et un match à 39 points, 9 passes et 5 rebonds, le lendemain face à Portland.

Il participe à son premier championnat d'Europe en 2001, à 19 ans. Il est remplaçant derrière Laurent Sciarra comme en club, réussissant quelques belles performances offensives. L'équipe ne se qualifiera pas pour le championnat du monde 2002. Quelques mois après son premier titre NBA, il participe au championnat d'Europe 2003 organisé en Suède avec l'équipe de France avec laquelle il obtient une quatrième place, mais qui est insuffisante pour se qualifier pour les Jeux Olympiques de 2004 à Athènes.

En septembre 2005, il remporte la médaille de bronze au championnat d'Europe 2005 organisé en Serbie-et-Monténégro en battant l'équipe d'Espagne 98 à 68 lors du match pour la troisième place. Il est meilleur marqueur du match avec 25 points après une compétition où il est jugé décevant. L'équipe parvient alors à se qualifier pour le championnat du monde 2006 pour la première fois depuis 1986.

Les Spurs ne parviennent pas à conserver leur titre acquis en 2005 et Parker compte alors sur le championnat du monde 2006 au Japon pour clore sa saison d'une belle manière, mais une blessure au doigt l'oblige au dernier moment à déclarer forfait.

Il termine avec l'équipe de France à la 8e place du championnat d'Europe 2007 qui a eu lieu en Espagne. Alors que l'équipe devait finir dans les sept premières places pour disputer le tournoi de qualification aux Jeux Olympiques 2008, elle ne décrocha que la 8e place, ce qui fait que l'équipe de France manque les Jeux Olympiques pour la deuxième fois de suite (après avoir manqué les Jeux Olympiques en 2004) et devra même passer par les qualifications pour disputer le prochain championnat d'Europe en 2009. Le bilan de Parker lors de cette compétition est à l'image des performances de l'équipe de France, assez mitigé: s'il a battu son record de points en équipe de France et a réalisé lors de certains matches de belles performances offensives, il s'est retrouvé plutôt esseulé. Les Spurs ont annoncé dans la foulée que Parker ne disputerait pas les qualifications pour l'Euro 2009 à l'automne 2008.

Cependant, le 21 août 2008, Parker annonce lors d'une conférence de presse organisée par la fédération française de basket-ball à Levallois-Perret qu'il participera à la campagne de qualifications à l'Euro 2009. Il fait son retour lors du tournoi de Riga le 25 août face à la Géorgie et montre la voie à ses coéquipiers en inscrivant 12 points et 5 passes décisives, l'équipe s'imposant facilement 90-69. Le lendemain, les Français s'inclinent face à la Lettonie 84-67, Parker finissant meilleur marqueur des Bleus avec 13 points. Pour le dernier match de préparation avant le début des éliminatoires, l'équipe de France bat une faible équipe de République tchèque 89-66 avec 30 points inscrits par Tony Parker. Les qualifications pour l'Euro 2009 se dérouleront du 3 au 20 septembre où l'équipe de France affronte en matchs aller-retour la Turquie, l'Ukraine et la Belgique. La France termine à la deuxième place du groupe C avec un bilan de 3 victoires et 3 défaites, derrière la Turquie invaincue dans cette poule. La défaite face à la Turquie lors du dernier match des qualifications sur le score de 78 à 80 à Limoges, conjuguée à la large victoire d'Israël face à la République tchèque dans le groupe D empêche la France d'obtenir une qualification directe. Parker aura mené l'équipe à bout de bras en inscrivant une moyenne de 28,3 points par match, battant en outre son record de points lors de la dernière rencontre face à la Turquie avec 37 points. La France devra passer par un tournoi de repêchage du 5 au 30 août 2009 qui offrira la dernière place qualificative pour le championnat d'Europe. Elle affrontera en matchs aller-retour l'Italie et la Finlande du 5 au 17 août. Les Bleus devront terminer premiers de ce groupe B pour pouvoir affronter le vainqueur du groupe A, à déterminer entre la Belgique, le Portugal et la Bosnie-Herzégovine les 27 et 30 août 2009.

Il honore sa première sélection le 22 novembre 2000 contre la Turquie à Ankara.

Il compte 82 sélections en équipe de France; il a inscrit 1295 points, soit une moyenne de 15,8 points par rencontre et un record à 37 points (face à la Turquie à Limoges lors du dernier match des qualifications au championnat d'Europe 2009).

En 2004, suite à la signature de son contrat de 66 millions de dollars avec les Spurs, il investit dans son ancien club, le Paris Basket Racing, devenant actionnaire à hauteur de 5% aux côtés de son agent Mark Fleisher. Il revend ses parts dans le club à l'issue de la saison 2005-2006. Le 3 février 2009, l'ASVEL annonce l'arrivée de Parker en tant que deuxième actionnaire du club, à hauteur de 10%, derrière Gilles Moretton, l'actuel président. Il en devient le vice-président en charge des opérations basket. Il est amené à monter en puissance dans le capital du club, acquérant 10% de parts supplémentaires le 15 juin 2009, et 20% supplémentaires "quand il le souhaitera", selon le président de l'ASVEL, dans l'optique de devenir président à terme. L'ASVEL est actuellement le seul club français susceptible d'obtenir une licence afin d'obtenir le statut de franchise pour participer à l'Euroligue.

Une statue est dédiée à Parker au musée Grévin depuis le 7 octobre 2006. Il est ainsi le premier joueur de basket-ball à entrer au musée.

Il a également sa marionnette aux Guignols de l'info depuis 2005 devenant le premier joueur de basket-ball à avoir sa marionnette dans l'émission.

Le 14 juillet 2007, il est devenu chevalier de la légion d'honneur dans l'Ordre national du Mérite. La distinction lui a été remise par le président de la République, Nicolas Sarkozy le 28 septembre 2007, lors d'une cérémonie au palais de l'Élysée.

Parker est marié avec l'actrice américaine Eva Longoria, de sept ans son aînée, une des vedettes de la série Desperate Housewives. La cérémonie civile s'est déroulée le 6 juillet 2007 à la mairie du IVe arrondissement de Paris, sous l'autorité du maire Bertrand Delanoë; la cérémonie religieuse se déroulant à l'église Saint-Germain-l'Auxerrois dans le 1er arrondissement de Paris, le 7 juillet 2007. Les festivités se sont déroulées également le 7 juillet 2007 au château de Vaux-le-Vicomte. Tony Parker et Eva Longoria s'étaient rencontrés dans le vestiaire des Spurs à l'issue d'un match en novembre 2004.

Tony Parker apparaît également dans de nombreuses publicités ciblant spécifiquement les enfants et les adolescents. Il vend en particulier son image pour des contrats avec Nike, Kellogg's, Ferrero, Electronic Arts, De Fursac et VitaminWater.

Il organise des camps de basket-ball à son nom, le Tony Parker Camp, à Fécamp, qui permettent à de jeunes licenciés de la fédération de basket-ball de se perfectionner dans leur jeu et de bénéficier des conseils de Parker. En 2008, des matchs de gala ont été organisés en parallèle, les 19 et 20 juillet à Rouen et Fécamp, opposant l'équipe de Parker à l'équipe de son frère, TJ, réunissant des joueurs tels que Boris Diaw, Ronny Turiaf, Ian Mahinmi et Yohann Sangare.

En mars 2007, il sort un album de rap intitulé Tony Parker, sur lequel figurent des invités tels que Jamie Foxx, Booba, Soprano ou Don Choa sur le label de TF1 Music One. L'album est produit par DJ Skalp et Parker a co-écrit la plupart des chansons sous la conduite du rappeur Éloquence. Eva Longoria fait une apparition dans le clip de sa chanson Balance-toi et une partie de l'équipe des Spurs, Tim Duncan, Robert Horry, Brent Barry et Nazr Mohammed sont présents dans le clip de la chanson Top of the game.

Il a animé le Tony Parker Show de septembre 2004 à avril 2007 avec les journalistes Pierre Dorian et François Giuseppi sur RMC. Il y abordait l'actualité de la NBA, du basket-ball, du sport en général, ainsi que d'autres sujets qui le passionnent tels la musique, le cinéma, les jeux vidéo.

Amateur de jeux vidéo, il est devenu la figure de proue de la version française du jeu NBA Live depuis l'édition 2004. Pour l'édition 2009, il figurera sur quasiment l'ensemble des éditions mondiales.

Le film est sorti le 30 janvier 2008 en salle et le 22 août 2008 en DVD.

Il est ambassadeur de la Fondation Make-A-Wish France, association réalisant les vœux d'enfants gravement malades.

Il a exprimé son soutien à Barack Obama lors de l'élection présidentielle américaine de 2008.

En haut



Tony Parker Show

Le Tony Parker Show (ou TP Show) était une émission sur RMC le lundi de 22h à 23h animée par Tony Parker accompagné des journalistes François Giuseppi et Pierre Dorian.

Cette émission a été créée en septembre 2004 sur RMC, alors que Tony Parker commence à être une star montante en France. Le TP Show était tout d'abord diffusé le jeudi de 22h à 23h.

La saison suivante, après avoir été champion NBA et troisième du championnat d'Europe de basket-ball 2005, Tony Parker fête sa première en direct des Champs-Élysées avec un public venu en masse pour lui. L'émission change de jour de la semaine car c'est desormais le lundi de 22h à 23h et cela ne changera pas.

Pendant une heure, en direct et en duplex de San Antonio, Tony Parker commente l'actualité du basket-ball, des Spurs et de la NBA.

C'est une émission qui parle également des autres passions de Tony Parker tels que la musique, le cinéma, les jeux vidéos ou même d'autres sports.

Dans chaque émission, Tony Parker reçoit des invités (basketteurs, sportifs, acteurs, chanteurs ou humoristes) qui sont la plupart du temps ses potes : Cut Killer, Eric et Ramzy, Thierry Henry, Boris Diaw, Ladji Doucouré, Gaël Monfils, David Douillet et pleins d'autres.

C'est dans le TP Show que Tony Parker a annoncé en exclusivité qu'il se mariera avec Eva Longoria.

En haut



Tony Parker (album)

Tony Parker est le premier album du joueur de basket-ball français Tony Parker, sorti en 2007. L'album est enregistré sous le label de TF1, Music One.

L'album est produit par Kore & Scalp et Tony Parker a co-écrit les titres avec le rappeur Éloquence.

En haut



Basket-ball

Un match de basket-ball féminin.

Le basket-ball ou basketball est un sport collectif de balle, qui se joue à la main. Le but est de marquer plus de points que l'équipe adverse en marquant des paniers, c'est-à-dire en faisant passer le ballon à travers un anneau placé à plusieurs mètres du sol.

Le basket-ball a été inventé en 1891 par James Naismith, un professeur d'éducation physique canadien du collège de Springfield dans l'État du Massachusetts (États-Unis). Il cherchait à occuper ses étudiants entre les saisons de football et de base-ball, pendant l’hiver, au cours duquel la pratique du sport en extérieur était difficile. Naismith souhaitait également leur trouver une activité où les contacts physiques soient restreints, afin d'éviter les risques de blessure.

Un jour, il reprit l'idée d'un ancien jeu de balle maya et plaça deux caisses de pêche sur les rampes du gymnase. Le but de ses étudiants était de faire pénétrer un ballon dans ces caisses en bois pour marquer un but. Les caisses étant en hauteur, ce jeu nécessitait autant d’adresse que de force brute. Naismith établit rapidement 13 règles pour rendre ce jeu praticable.

Ce sport fut baptisé basket-ball, ce qui signifie littéralement en anglais : « ballon panier ». Le tout premier match de l’histoire eut lieu le 21 décembre 1891 et se termina sur le score de 1 à 0.

La même année, le jeu fut adapté pour être joué par des femmes.

Au début de son histoire, le basket était surtout porté sur le jeu offensif et la défense était reléguée au second plan. La défense était l'aspect passif du basket où on attendait l'échec de l'adversaire.

Promu par la Young Men's Christian Association, le basket-ball devint peu à peu une activité courante dans de nombreux collèges américains. Les YMCA jouèrent un grand rôle dans la diffusion de ce sport dans le monde entier. Il fut adopté dans de nombreux collèges et clubs sportifs. Peu avant le début de la Première Guerre mondiale, l’Intercollegiate Athletic Association (ancêtre de la NCAA) et l’Amateur Athletic Union se disputaient le contrôle des règles du jeu.

En 1946 est créée la National Basketball Association (NBA) afin d'organiser les rencontres entre les meilleures équipes professionnelles. En 1967, l'American Basketball Association (ABA) est lancée pour tenter de rivaliser avec la NBA, mais cette dernière finit par « l'absorber » en 1976, et devient incontestablement la ligue la plus relevée des États-Unis, et même du monde.

Peu après sa création, le basket-ball s'étend progressivement en-dehors des États-Unis et du Canada, et il atteint l'Europe. En 1932, la Fédération internationale de basket-ball amateur (FIBA) est fondée par l'Argentine, la Tchécoslovaquie, la Grèce, l'Italie, la Lettonie, le Portugal, la Roumanie et la Suisse. À l'origine, cette fédération ne supervise que les équipes d'amateurs. En 1936, le basket-ball devient une épreuve officielle des Jeux olympiques d'été. En 1950 a lieu pour la première fois le championnat du monde de basket-ball, et trois ans plus tard, la même épreuve est instaurée chez les femmes, pour lesquelles l'épreuve olympique n'arrive qu'en 1976.

En 1989, la FIBA cesse d'exclure les joueurs professionnels de ses compétitions. Peu après, la première Dream Team (littéralement : « Équipe de Rêve ») américaine, composée notamment de Michael Jordan et Magic Johnson, entre en compétition et renforce, du moins partiellement, la domination mondiale des États-Unis dans ce sport. Depuis quelques années, toutefois, une sorte de « globalisation » du basket-ball semble se mettre en place, ce qui entraîne une remise en cause de la prépondérance des États-Unis, qui sont de plus en plus souvent battus lors des compétitions internationales.

Avant 1967, le basket-ball intéresse de moins en moins de monde. Pour rendre les matchs plus attractifs, Busnel autorise en 1967 deux étrangers par équipe. 1967 est également le début de la professionnalisation du basket, qui ne s'achèvera véritablement qu'en 1990. Si le basket s'est autant diffusé en France, c'est notamment grâce à Pierre Dao, entraîneur de l'équipe française masculine en 1975. Pierre Dao ramena, d'un stage aux États-Unis, des connaissances en basket que les Français n'avaient pas.

Le basket-ball se joue généralement dans un endroit couvert, par exemple un gymnase, mais il peut aussi être pratiqué sur des aires de jeu en tant que loisir, sous sa variante la plus populaire : le streetball (« basket-ball de rue »).

Le terrain est doublement symétrique (en longueur et en largeur). Ses dimensions varient, selon les pays ou les normes internationales, de 22 à 29 mètres de long sur 13 à 15 mètres de large. Aux deux extrémités du terrain se trouve un panier, formé par un anneau (ou arceau) métallique situé à 3,05 m du sol, en-dessous duquel est attaché un filet ouvert en son centre. L'arceau est fixé à un panneau rectangulaire vertical (la planche) sur lequel la balle peut rebondir lors d'un tir.

Sous chaque panier se trouve une zone trapézoidale appelée la raquette. Un arc de cercle situé à 6,25 m de chaque panier (7,23 m en NBA) représente la ligne de tirs à trois points. Cette ligne a été introduite en 1984. Le ballon standard a une masse de 650 g et un diamètre de 24 cm.

Initialement, le basket-ball se pratiquait avec un ballon de football. Les premiers ballons utilisés spécifiquement pour le basket-ball étaient marron, et à la fin des années 1950, Tony Hinkle, souhaitant concevoir un ballon qui soit plus visible chez les joueurs et chez les spectateurs, introduisit le traditionnel ballon de couleur orange.

Le basket-ball se pratique par deux équipes de cinq joueurs sur le terrain, avec un maximum de 5 à 7 remplaçants suivant les pays et les championnats. Le but de chaque équipe est de marquer plus de points que son adversaire en marquant des paniers et en empêchant l'équipe adverse d'en faire de même.

Un match se déroule en quatre périodes de dix minutes selon les règles FIBA, et quatre périodes de douze minutes selon les règles NBA. Le chronomètre est arrêté à chaque coup de sifflet de l'arbitre (en cas de faute, sortie…). Chaque équipe peut remplacer un ou plusieurs joueurs pendant les arrêts de jeu et les temps-morts.

Au début du match, l'engagement est effectué par l'arbitre sous la forme d'un entre-deux. Pour cela, un joueur de chaque équipe (généralement celui qui saute le plus haut) se place face à son adversaire, derrière la ligne du milieu de terrain, en direction du panier où il doit attaquer ; l'arbitre lance alors la balle au-dessus des deux joueurs et ceux-ci doivent frapper le ballon avec la main pour qu'un de leur équipier l'attrape. C'est à ce moment-là que le jeu commence.

Les joueurs doivent manipuler le ballon avec les mains. Le toucher avec une partie quelconque de la jambe de manière délibérée est interdit et constitue une violation.

Le ballon est hors-jeu dès qu’il rebondit à la limite ou en dehors du terrain, ou lorsqu'il est touché par un joueur qui mord ou dépasse les limites du terrain. Contrairement au football, ce n’est pas la position absolue du joueur ou du ballon qui compte, mais le rebond ou l'appui (un joueur peut ainsi plonger en dehors du terrain et sauver la balle, du moment qu'il lache la balle avant de faire un pas au-delà de la limite du terrain.

Le temps de jeu étant effectif, il n'y a pas de temps additionnel comme au football ; une sonnerie retentit au moment où la dernière seconde de chaque période s'est écoulée, mais un tir réussi après la sonnerie peut être accordé si le joueur a lâché le ballon avant que la sonnerie ne retentisse.

À l'issue de la rencontre, l'équipe qui a le plus de points remporte le match. En cas d'égalité, on joue alors 5 minutes de prolongation pour départager les deux équipes, et ce quelle que soit la compétition en cours. Si au terme de la prolongation il y a à nouveau égalité, on rejoue une autre prolongation. Il n'y a ainsi jamais de match nul au basket-ball.

Lorsqu'un joueur est en possession du ballon, il doit dribbler, c'est-à-dire faire constamment rebondir le ballon sur le sol avec les mains, pour pouvoir se déplacer avec. Si le joueur qui possède le ballon prend plus de deux appuis sans dribbler, ou s'il fait un saut complet en conservant le ballon à la retombée, il est alors sanctionné par un marcher (en anglais : traveling), et le ballon est rendu à l'équipe adverse par une remise en jeu.

Lorsqu'un joueur reprend son dribble après l'avoir arrêté, récupère le ballon après l'avoir lâché sans que celui-ci n'ait rien touché, il est sanctionné par une reprise de dribble (double dribble en anglais) et le ballon est rendu à l'équipe adverse. De même, un joueur qui a le ballon n'a pas le droit de soupeser le ballon au cours de son dribble, ce qui constitue un porter de ballon (carry) et le ballon est alors rendu à l'adversaire. La main doit en effet toujours être au-dessus du ballon.

Tout joueur peut passer le ballon a un coéquipier en le lui lançant. Lorsque le destinataire marque un panier sans dribbler, on parle de passe décisive.

Afin de marquer des points, tout joueur peut lancer le ballon dans le panier adverse. Si le ballon passe complètement à travers l'arceau, le panier est validé et rapporte un, deux, ou trois points. L'équipe adverse doit alors remettre le ballon en jeu derrière la ligne de fond.

L’équipe en attaque dispose de 8 secondes pour franchir sa moitié de terrain appelée zone arrière (auparavant fixée à 10 secondes, la limite a été baissée pour favoriser le jeu offensif). Elle a en tout 24 secondes pour tenter un tir. L’horloge des 24 secondes est réinitialisée dès qu’un tir touche l'anneau ou dès qu'un joueur adverse contrôle le ballon sur le terrain ou commet une faute. En cas de contre ou si un tir est tenté et que la balle ne touche pas l'anneau, l’horloge continue.

Un joueur en attaque ne peut rester plus de 3 secondes d'affilée dans la zone restrictive. Les 3 secondes ne sont plus comptabilisées à partir du moment où le joueur cherche à sortir de cette zone.

Lors d'une remise en jeu, l’équipe attaquante dispose de 5 secondes pour effectuer celle-ci. Un joueur qui possède le ballon et qui arrête de dribbler a 5 secondes pour s'en débarrasser (par une passe, un tir, ou en la faisant habilement toucher par un adversaire - si le joueur adverse le soumet à une pression défensive (action de défense rapprochée)).

« Les joueurs couraient dans tous les sens et sur tout le terrain, ils essayaient de prendre le ballon à l'adversaire. » Cette défense est aujourd'hui celle faite par les jeunes joueurs.

Première défense organisée qui entraîne le développement de la responsabilité défensive. On découvre la ligne attaquant-panier. Cette défense permet de mettre en difficulté une équipe de même niveau. Cette défense a ses limites quand l'attaquant est très fort.

Cette défense pose également pas mal de problèmes aux attaquants car il est difficile de pénétrer dans la raquette et les attaquants sont dans l'obligation de shooter à mi-distance. La zone de référence dans les années 1960 est la 2-1-2. C'est avec l'apparition des zones que la notion de jeu rapide (avant la mise en place de la défense) apparaît.

C'est à ce moment là que la notion d'aide apparaît (flottement en profondeur). Les défenseurs réagissent et se placent en fonction des déplacements du porteur du ballon.

À partir de 1960, le basket-ball prend un grand tournant. Une règle essentielle change : la règle du marcher. Avant, le basketteur pouvait faire deux pas avant son dribble et deux après son dribble. Ce changement permet au défenseur de devenir plus agressif. La défense n'est plus un moment passif du basket-ball, il devient une reconquête de la balle.

Aujourd'hui, il existe principalement deux manières de défendre pour une équipe : la défense de zone et la défense individuelle. Dans la première, chacun des cinq joueurs doit couvrir une partie spécifique de la moitié du terrain, et prendre en charge un joueur adverse lorsque celui-ci pénètre dans sa zone. Jusqu'en 2001, ce type de défense était interdit en NBA. Dans une défense individuelle, chaque joueur prend en charge un adversaire et s'occupe de rester près de celui-ci tout au long de la partie. Il existe de nombreuses variantes mêlant ces deux tactiques défensives. Nous pouvons notamment parler de la Zone press apparu en 1964. Bien faite, cette défense est très utile pour récupérer rapidement un maximum de ballons.

Lors d'un tir, les défenseurs ont le droit de contrer la balle tant que celle-ci est en phase ascendante vers le panier. Un contre effectué en phase descendante (en anglais : goal tending) est illicite et dans ce cas le panier est accordé.

Au basket-ball, les contacts sont généralement proscrits. En cas de choc, c'est généralement le défenseur qui est sanctionné par une faute personnelle, sauf lorsqu'il est immobile et que c'est l'attaquant qui le percute, auquel cas l'attaquant est sanctionné par un passage en force et la balle est rendue à l'autre équipe.

En cas de faute du défenseur sur dribble (contact avec le bras, obstruction), la balle est remise à l’équipe attaquante au niveau où la faute a été commise, en dehors des limites du terrain.

Quand une faute personnelle est commise sur un joueur qui tire ou s'apprête à tirer, ce joueur doit alors tirer deux lancers francs, trois s'il s'agit d'un tir à trois points, mais un seul lorsque le panier est réussi et accordé.

Lorsqu'un joueur a commis cinq fautes personnelles (six en NBA) au cours du match, il est alors remplacé et n'a plus le droit de rejouer jusqu'à la fin du match.

À chaque quart-temps, une fois qu’une équipe totalise quatre fautes, l’équipe adverse tire alors automatiquement des lancers francs à chaque nouvelle faute adverse.

Si une équipe se trouve en zone avant(moitié de terrain adverse) avec le ballon, et que ce dernier vient à revenir en zone arrière(par une passe ou un appui dans sa propre moitié de terrain), l'arbitre siffle un retour en zone. Le ballon est rendu à l'adversaire à l'endroit le plus proche de la violation, en dehors des limites du terrain.

Lorsqu’un tir manque la cible, les joueurs des deux équipes peuvent essayer de récupérer la possession du ballon avant ou après qu’il ne retombe au sol, c’est ce qui s’appelle un rebond.

Un défenseur peut essayer de récupérer le ballon lorsqu’un adversaire dribble, tente de le passer à un coéquipier ou tient la balle dans les mains. Lorsqu'il y parvient sans commettre de faute, il réalise une interception.

Les cinq joueurs de chaque équipe qui débutent un match font partie du cinq majeur.

En Europe, les postes qu'occupent les joueurs peuvent varier : il y a souvent deux pivots placés aux abords de la raquette (chargés principalement de prendre les rebonds), deux ailiers placés à l'extérieur, au niveau de la ligne des trois points (joueurs polyvalents capables d'occuper tous les postes) et un meneur chargé de distribuer le jeu.

Chaque joueur porte un maillot numéroté. La règle FIBA impose les numéros de 4 à 15 lors des compétitions internationales (soit 12 numéros, autant qu'il y a de joueurs dans une équipe) ; toutefois, en NBA, les joueurs peuvent choisir n'importe quel numéro de 0 à 99 compris (le 00 existe aussi). Ainsi, en général et dans la mesure du possible, les joueurs de NBA conservent le même numéro durant toute leur carrière, même en changeant d'équipe sauf quand un joueur le possède déjà ou quand celui-ci est retiré. Lorsque certains joueurs marquent l'histoire de leur franchise, il arrive que celle-ci décide de retirer leur numéro de la circulation pour leur rendre hommage. Ainsi, le célèbre numéro 23 porté par Michael Jordan aux Chicago Bulls a été rendu indisponible après son départ. C'est un maillot retiré.

Les championnats du monde sont organisés tous les quatre ans par la FIBA (fédération internationale).

En tant que sport olympique, le basket-ball est représenté aux Jeux olympiques d'été avec une épreuve masculine et une épreuve féminine. Historiquement, cette épreuve est largement dominée par l'équipe des États-Unis, que ce soit chez les hommes ou chez les femmes.

Les compétitions continentales sont organisées par les différentes branches de la FIBA : FIBA Afrique, FIBA Amériques, FIBA Asie, FIBA Europe et FIBA Océanie.

À l'image d'autres sports d'origine nord-américaine, le basket-ball est un peu confus dans la distinction entre championnats et ligues professionnelles (système de franchises).

Le championnat le plus connu dans le monde est la National Basketball Association (NBA), qui a lieu aux États-Unis (mais inclut aussi une équipe canadienne actuellement). Cette compétition édite, comme beaucoup de ligues américaines de basket-ball ses propres règles, qui diffèrent sur de nombreux points de celles dictées par la FIBA. Ces différences ont souvent pour but de favoriser un jeu porté sur le spectacle et le divertissement. Initialement réservée aux Nord-Américains, cette ligue qui constitue le basket-ball de plus haut niveau s'est peu à peu ouverte aux meilleurs joueurs étrangers, dont Drazen Petrovic fut l'un des pionniers.

Une compétition féminine a été créée sur le même modèle que la NBA, et s'appelle la Women's National Basketball Association (WNBA).

En Europe, le système est, en général, basé sur le même principe du championnat que dans la plupart des autres sports. Toutefois, à l'inverse du football, la ligue gérant l'élite professionnelle (l'ensemble du championnat étant propriété de la fédération) a davantage de poids et impose plus facilement ses choix à la fédération nationale. Ceci a été renforcé par la création de l'Union des ligues européennes de basket-ball (ULEB).

Plusieurs coupes européennes sont organisées, soit par la FIBA Europe, soit par l'ULEB, la plus prestigieuse étant l'Euroligue.

Seul le Royaume-Uni a opté pour un système de franchises avec la British Basketball League, bien que des difficultés financières et l'influence européenne l'incitent à songer à un système de promotions-relégations.

Les championnats européens de plus haut niveau ont lieu en Espagne (Liga ACB), en Italie (LegA) et en Russie (Superligue).

En Asie, les championnats sont plutôt récents et s'inspirent du système nord-américain. Ainsi en Chine, équipes et championnats portent des noms en anglais, dans la Chinese Basketball Association. Au Japon, la B-J League tente de s'implanter un peu de la même façon. Ces deux nations espèrent que la présence de certains de leurs joueurs en NBA (Yao Ming, Yuta Tabuse...) crée des vocations chez leurs jeunes. Au Moyen-Orient (Liban, Arabie saoudite...), le principe de championnat est sensiblement le même qu'en Europe.

En Afrique, on retrouve le même principe qu'en Europe, mis à part le fait que les fédérations nationales ont encore le monopole sur leur propre championnat. La compétition phare est la Coupe des clubs champions.

En Océanie, l'Australie et la Nouvelle-Zélande ont adopté le principe anglo-saxon avec leur National Basketball League respective. Il semble néanmoins que la NBL australienne ait une longueur d'avance sur son homologue néo-zélandaise et possède une envie d'expansion en accueillant en son sein les New Zealand Breakers (Nouvelle-Zélande) et les Singapore Slingers (Singapour).

Comme de nombreux sports populaires, le basket-ball possède une exposition culturelle et médiatique très forte.

Son implantation dans le monde des jeux vidéo connaît un fort succès, notamment avec la série des NBA Live ou des NBA 2K et NBA Street.

Au cinéma, plusieurs films traitent de basket-ball (Coach Carter, Les blancs ne savent pas sauter, Space Jam, Love and Basketball...) ou de sujets divers sur fond de basket-ball (He Got Game).

La presse sportive européenne relègue généralement le basket-ball à un plan inférieur (loin derrière le football par exemple), ce qui n'empêche une forte présence de journaux spécialisés dans le monde (SLAM, Maxi-Basket, Reverse, etc).

Le basket-ball est aussi présent en musique. Ce sport est très associé à la culture hip hop. Certains joueurs se sont ainsi essayés à la musique : Shaquille O'Neal, Ron Artest, Tony Parker ou encore Allen Iverson ont, par exemple, sortis des singles ou des albums.

Le basket-ball se décline aussi en livres et autres bande dessinées, parmi lesquelles on peut citer à titre d'exemple la BD française Basket Dunk.

Le Korfball est une variante néerlandaise du Ringboll suédois, et aurait été créé vers 1902. Il est présent principalement aux Pays-Bas et Belgique, et a été présenté à deux reprises aux Jeux olympiques.

Apparu juste après le basket-ball en Angleterre (mais originaire des États-Unis), le Netball, était sensé devenir un basket-ball féminin. Joué à 7, il est pratiqué principalement dans les pays du Commonwealth en Océanie.

Le Slamball est une variante des années 2000 du basket-ball, il est destiné principalement à être un spectacle avant d'être un sport à part entière.

En haut



Équipe de France de basket-ball

Image:Logo FFBB.gif

L’équipe de France de basket-ball est la sélection des meilleurs joueurs français. Elle est placée sous l’égide de la Fédération Française de Basket-Ball. La prochaine échéance pour cette équipe sera le tournoi de repêchage pour le Championnat d'Europe 2009, disputé au mois d'août 2009.

L’histoire de l'Équipe de France a été jusqu'à aujourd'hui très chaotique. Trop souvent absente des Jeux olympiques et Championnats du Monde elle a malgré tout connu des périodes durant lesquelles elle a glané des médailles.

Sa période de gloire remonte à la fin des années 40 / début des années 50. En 1948 aux Jeux olympiques de Londres, l'Équipe de France dirigée par Robert Busnel décroche la 1re médaille de son histoire : une médaille d'argent olympique acquise, la France s'étant inclinée en finale face aux États-Unis sur le score de 65 à 21. Dans la foulé de cette médaille olympique, l'équipe de France accrochera 3 podiums européens consécutifs : 2e en 1949, 3e en 1951 et 1953, avec André Vacheresse. Les années qui suivront seront moins glorieuses, la France déclinant progressivement avant de disparaître presque complètement des deux compétitions mondiales majeures durant les années 60 et 70.

Les années 80 verront arriver une génération porteuse d'espoirs, comptant dans ses rangs, entre autres, Richard Dacoury, Jacques Monclar... Durant cette décennie, la France fera son retour aux Jeux olympiques, en 1984, et aux Championnats du Monde, en 1986. Une présence qui ne sera pas couronnée de succès.

Durant les années 90 l'Équipe de France se construira et aura souvent fière allure mais des problèmes de santé (ou d'ambiance interne) lors des rendez-vous européens priveront l'équipe des rendez vous mondiaux jusqu'en 2000. L'équipe construite autour des Rigaudeau, Sciarra, Bilba, Foirest réalisera un bon Euro 1999 disputé en France. Elle atteindra la 4e place, battue lors de la petite finale par la Yougoslavie (74-62), malgré quelques problèmes internes qui auront perturbé le groupe. En 2000, la France retrouve les Jeux olympiques, et cette fois ci l'équipe est pleine d'ambition et se donnera les moyens de les réaliser. À la fin de ce rendez vous en Australie, la sélection de Jean-Pierre de Vincenzi avec des joueurs comme Antoine Rigaudeau ou Jim Bilba, décrochera, 52 ans après, la 2e médaille d'argent olympique du basket Français.

L'ossature de l'équipe vice-championne olympique est conservée pour l'Euro 2001, avec Tony Parker tout juste drafté par les San Antonio Spurs qui participe, à 19 ans, à sa première compétition internationale chez les séniors. Mais l'équipe ne confirme pas sa performance des JO : elle est battue en quart de finale par l'Allemagne (81-77) et finit à la 6e place lors de cette édition. Une nouvelle génération, celle des champions d'Europe juniors en 2000 va prendre la relève.

L'objectif affiché en 2003 lors du championnat d'Europe n'est rien d'autre que le titre. L'équipe memé par Tony Parker vainqueur du titre NBA quelques mois auparavant, comprend deux autres joueurs NBA, Jérôme Moïso et Tariq Abdul-Wahad. Mais également des joueurs comme Laurent Foirest, Boris Diaw, futur joueur NBA, Cyril Julian, Florent Piétrus. Mais malgré les promesses liées à une dimension physique jamais vue en équipe de France, elle échoue en demi-finale contre la Lituanie puis se saborde totalement lors du match pour la 3e place contre l'Italie, qualificatif pour les Jeux olympiques 2004 d'Athènes.

Pour l'édition 2005, l'erreur de l'édition précédente de recruter des noms ou des statues n'est pas répétée : Moïso, Abdul Wahad ont disparu et on s'appuie sur des joueurs ayant la volonté de porter le maillot bleu. Les trois joueurs NBA Tony Parker, Boris Diaw, et Mickaël Piétrus, très attachés à l'équipe nationale, font partie des leaders d'une équipe qui voit revenir Antoine Rigaudeau. Claude Bergeaud, le nouvel entraîneur, surprend également en sélectionnant au dernier moment Frédéric Weis qui n'a pas effectué la préparation. Après un premier tour plus que moyen, l'équipe de France réalise deux exploits dans des matchs couperets: elle élimine tout d'abord la Serbie Monténégro, championne du monde en titre, qui joue à domicile puis le tenant du titre européen, la Lituanie. Puis elle retrouve un adversaire du premier tour, la Grèce, dans une rencontre basée sur la défense. Elle échoue à la dernière seconde après avoir mené de sept points à 45 secondes du terme. Mais, au contraire de 2003, les joueurs vont remporter une médaille de bronze en battant l'Espagne de trente points. Mais l'équipe de France retombe dans ses travers lors de l'Euro 2007. Elle ne parvient pas à trouver son jeu et se fait éliminer dès les quart de finale par la Russie (75-71), puis est battue lors des matches de classement par la Croatie (86-69) et par la Slovénie (88-74), terminant à la 8e place, manquant ainsi pour la deuxième fois de suite une qualification aux Jeux olympiques. Elle devra passer par l'épreuve des qualifications pour pouvoir participer au prochain championnat d'Europe en 2009. En 2008, Michel Gomez est de retour au poste d'entraineur, après l'avoir occupé de 1993 à 1995. L'équipe ne parvient pas à se qualifier directement pour le championnat d'Europe et doit disputer un tournoi de repêchage en août 2009. Un nouveau sélectionneur est nommé en la personne de Vincent Collet, l'entraîneur de l'ASVEL Lyon-Villeurbanne.

En haut



Source : Wikipedia