Tommy Robredo

3.3736559139873 (744)
Posté par woody 05/04/2009 @ 21:07

Tags : tommy robredo, tennismen, tennis, sport

Dernières actualités
Victorieux de Robredo en 3 sets, Juan Martin Del Potro défiera ... - TSR.ch
L'Argentin de 20 ans a une nouvelle fois fait très forte impression dans son 1/4 face à Tommy Robredo, s'imposant aisément 6-3 6-4 6-2 en 2h07. Très solide du fond de court, Del Potro frappe des services surpuissants qui le mettent souvent à l'abri sur...
Roland-Garros: Tony Robredo en quarts de finale - nouvelobs.com
PARIS (Reuters) - Dernier représentant de l'armada espagnole à Roland-Garros, Tommy Robredo, tête de série numéro 16, a décroché son billet pour les quarts de finale en battant l'Allemand Philipp Kohlschreiber, n°29, 6-4 5-7 7-6 6-2....
Tennis. Wimbledon : Federer a une nouvelle fois rendez-vous avec l ... - Ouest-France
Court N.14 : Mardy Fish (USA/N.28) - Sergio Roitman (ARG) ; Tommy Robredo (ESP/N.15) - Luka Gregorc (SLO) ; Vera Dushevina (RUS) - Alizé Cornet (FRA/N.22). Court N.15 : Edina Gallovits (ROM) - Sorana Cirstea (ROM/N.28). Court N.17 : Adrian Mannarino...
Baghdatis out - Sport 24
Tombeur de Tommy Robredo lors du 1er tour, Marcos Baghdatis s'est blessé au genou ce mercredi face à Raemon Sluiter. A quelques jours du début de Wimbledon, le Chypriote a abandonné (4/3 ab.). En quarts, Sluiter se retrouvera face au vainqueur du match...
Robredo ne part pas de travers - Eurosport
Tommy Robredo, tête de série 16, triple quart de finaliste à la Porte d'Auteuil, a pris le meilleur sur son, compatriote Gimeno-Traver en trois sets. En seizième de finale, il affrontera l'Italien Seppi ou l'Argentin Lopez. Deux autres Espagnols sont...
Tommy Robredo, joueur de tennis espagnol - Aquadesign
Tommy Robredo, de son vrai nom Tommy Robredo Garcés, est l'étoile montante espagnole du tennis. Tommy Robredo est né le 1er mai 1982 en Catalogne, plus précisément à Hostalric. Vivant à Barcelone, il a déjà marqué l'histoire du tennis grâce à sa...
RG (H) : Robredo avec la manière - Sport365.fr
En à peine plus de deux heures, l'Espagnol Tommy Robredo (tête de série n°16) s'est qualifié jeudi pour le troisième tour de Roland-Garros en dominant en trois sets secs (6-4, 6-4, 6-3) son compatriote Daniel Gimeno Traver (113eme mondial)....
RG (H) : Robredo écarte Mannarino - Sport365.fr
Le jeune Français Adrien Mannarino (20 ans, n°126 mondial, invité par les organisateurs) n'a rien pu faire mardi face à l'Espagnol Tommy Robredo, pur terrien et tête de série n°16, lors du premier tour de Roland-Garros et s'est incliné en 1h40 et trois...
Baghdatis et Becker provoquent la surprise à l'Omnium d'Ordina - La Presse Canadienne
Plus tôt, Marcos Baghdatis a battu le deuxième favori, Tommy Robredo, 7-5, 6-2. Le Chypriote, qui avait atteint les demi-finales de ce tournoi en 2006, a brisé Robredo à quatre reprises tout en ne perdant son service qu'une fois....
RG (H) : ROBREDO EN QUARTS - Sport365.fr
Après 2003, 2005 et 2007, l'Espagnol Tommy Robredo (tête de série n°16) s'est de nouveau qualifié lundi pour les quarts de finale de Roland-Garros en battant en quatre sets (6-4, 5-7, 7-6, 6-2) l'Allemand Philipp Kohlschreiber, tombeur de Novak...

Tommy Robredo

Tommy Robredo Forehand 01.jpeg

Tommy Robredo Garcés, né le 1er mai 1982 à Hostalric (Catalogne), est un joueur de tennis espagnol.

Il réside à Barcelone. Il a joué en double, notamment avec Rafael Nadal, avec qui il a remporté le tournoi de Chennai en 2004, et du Masters de Monte-Carlo en 2008.

Il était membre de l'équipe d'Espagne de Coupe Davis qui remporta le saladier d'argent en 2004 et 2008.

En haut



James Blake

James Riley Blake est un joueur de tennis américain né le 28 décembre 1979 à Yonkers dans l'État de New York. Il est coaché par son entraîneur Brian Barker depuis qu'il a 12 ans. Les 10 titres en simple qu'il a remporté dans sa carrière l'ont été sur la même surface (dur). Tout comme Roger Federer, il n'a jamais abandonné en cours de match.

Le cadet des Blake a un discours pétri d’humanisme. Peut-être parce qu’il a grandi avec Arthur Ashe pour modèle. James répète souvent : " Arthur est une source d’inspiration pour moi et devrait l’être pour beaucoup d’autres athlètes, parce que sa carrière sportive a été éclipsée par le grand personnage qu’il est devenu par la suite. Il a beaucoup donné et rendu aux autres. C’est pour cela qu’on ne pense pas tout de suite qu’il était également un grand joueur de tennis. " Dans l’histoire du tennis, Ashe reste quand même le premier joueur noir à intégrer l’équipe américaine de Coupe Davis. Classé au second rang mondial en 1976, il se consacre après sa carrière à la réinsertion de jeunes Noirs par le biais du sport et lutte contre l’apartheid sud-africain. Atteint du virus du sida à la suite d’une transfusion sanguine, il décède en 1993.

James n’a jamais rencontré son idole mais il aime savoir que le grand Arthur a visité le lieu où il a appris le tennis. Enseignant bénévole d’un programme de tennis dans le quartier d’Harlem à New York, Thomas Blake y enseigna les rudiments de la raquette aux deux fils conçus avec son épouse britannique Betty : James donc et son aîné Thomas Jr.

Bientôt, la famille quitte Harlem. Mais les rejetons continuent de taper dans la balle à Fairfield, dans le Connecticut. Cette fois le quartier est majoritairement blanc James s’en accommode sans problème et vit avec plus de douleurs la scoliose qui mine son corps. " Toute ma croissance, j’ai porté des attelles pour protéger mon dos. Je ne me sentais un gamin comme les autres que lorsque je sortais du court et qu’on me libérait de ce carcan. " Ce handicap passager n’empêche pas James Blake de mener tennis et études de front jusqu’à la prestigieuse université d’Harvard. Il fait ses premières armes sur le circuit universitaire.

Toujours est-il qu’il débarque en 1999 au milieu des requins du circuit tennistique. Trois ans plus tard, l’Américain remporte son premier tournoi à Washington et culmine à la 23e place du classement mondial.

En 2000, il remporte les tournois challenger de Houston (en battant Kratochvil) et celui de Rancho Mirage (face à Mamiit). L'année suivante, il s'incline en finale du challenger de Waikoloa face à Andy Roddick. La même année, il intègre pour la première fois l'équipe américaine de Coupe Davis opposée à l'Inde, compétition dans laquelle il s'illustrera en remportant ses deux matches en simple. Il termine sa saison 2001 en remportant le tournoi challenger de Knoxville (s'imposant face à Trifu).

En 2002, il remporte le tournoi challenger de Waikoloa (face à Martin Verkerk) et atteint sa première finale sur le circuit ATP à Memphis, où il s'incline face à son compatriote Andy Roddick. Il se hisse ensuite en finale du tournoi sur herbe de Newport où il se fait à nouveau battre par un compatriote, cette fois par Taylor Dent. Lors du tournoi de Washington, il s'impose face à Alex Corretja (en quart), Andre Agassi (demis) et Paradorn Srichaphan en finale pour devenir le quatrième afro-américain à glaner un titre ATP title dans l'ère Open. Associé à Todd Martin il gagne son premier titre en doubles à Cincinnati.

Il entame la saison 2003 avec un quatrième tour à l'Open d'Australie, chutant face au futur finaliste de l'épreuve Rainer Schuettler. Il se qualifie plus tard dans l'année pour la finale du tournoi de Long Island, sans toutefois parvenir à s'imposer face à Srichaphan. En doubles, il gagne son second titre à Scottsdale en compagnie de Merklein.

2004 est une année difficile pour James. Il parvient à se classer dans le Top 100 pour la quatrième année consécutive malgré une année gâchée par les blessures et maladies. Sa saison 2004 débute en Australie, où il atteint le quatrième tour de l'Open d'Australie pour la deuxième année consécutive (battu par le vainqueur Marat Safin). En mars, il se hisse en quarts à Scottsdale (perdant face au futur vainqueur Vince Spadea) et poursuit sa saison avec un 1/4 de finale aux Masters Series d'Indian Wells (où il perd face à Labadze). Vient ensuite la saison sur terre battue durant laquelle il gagne l'épreuve en doubles du tournoi de San Jose (avec Mardy Fish) et il se qualifie pour les quarts de finale du tournoi de Houston (en doubles, il remporte le tournoi avec son ami Mardy Fish). Lors du Masters Series de Rome, il s'incline au premier tour face à Jiri Novak et se fracture ensuite une vertèbre cervicale lors d'une séance d'entraînement en mai à Rome, accident qu'il l'éloignera des courts pendant deux mois. En été 2004, il contracte un zona, une maladie affectant l'ouïe, la vue et causant la paralysie temporaire d'une partie du visage. Au mois de juillet, son père décède d'un cancer. Il retourne néanmoins sur le circuit à Newport, épreuve où il perd au deuxième tour. En août, suite à sa défaite au premier tour lors du tournoi de Washington, la maladie le contrariant à faire l'impasse sur son tournoi préféré : l'US Open. Il tentera une nouvelle fois de revenir, cette fois à Delray Beach au mois de septembre, où il s'inclina au second tour. C'est ainsi que se termine sa saison 2004.

En 2005, l'Américain réalisera une de ses meilleures saisons sur le circuit ATP, remportant 2 tournois sur dur et terminant pour la première fois de sa carrière dans le Top 25. Il a également brillé en Grand Chelem, notamment avec un quart de finale à US Open. Relégué à la 210e place du classement en avril, il commence à obtenir des résultats réguliers en été, lors de son retour à Washington, où il atteint la finale et s'incline face à Andy Roddick. Trois semaines plus tard, il confirme son bon état de forme en remportant son deuxième titre ATP à New Haven (battant Feliciano Lopez). Mais son élan n'est pas près d'être brisé : de retour dans son tournoi favori, il crée la surprise en battant le numéro deux mondial Rafael Nadal au troisième tour, la tête de série #20 Tommy Robredo au quatrième, avant de s'incliner au tiebreak du 5e set d'un match qui restera dans les annales, face au Andre Agassi après avoir mené deux sets à rien. Il a ensuite participé à la Coupe Davis en Belgique (il s'est incliné face à Olivier Rochus lors du match d'ouverture). En octobre, il remporte son troisième tournoi ATP (premier sur le sol européen) de Stockholm en battant Srichaphan en finale.

En décembre 2005, James souffre d'un étirement d'un ligament au pied.

La saison 2006 de James débute à Adélaïde où malheureusement, il perd au premier tour. Mais il se rattrape la semaine suivante en remportant le tournoi de Sydney en battant le Russe Igor Andreev en finale. En mars 2006, James Blake remporte le tournoi de Las Vegas en battant l'Australien Lleyton Hewitt 7-5, 2-6, 6-3 pour remporter le cinquième tournoi de sa carrière, le second en 2006, et surtout signer sa première victoire face à un joueur contre qui il n'avait jamais gagné lors de leurs six précédentes confrontations. Grâce à cette performance, James se hisse à la 14e place mondiale, le meilleur classement de sa carrière. La semaine suivante, à Indian Wells, James se hisse en finale, battant sur son passage Tommy Robredo, Tommy Haas, Igor Andreev et Rafael Nadal. En finale face à Federer, James a rapidement deux breaks d'avance dans le premier set mais cela ne suffit pas pour le remporter : Federer refait son retard pour s'imposer finalement sur le score de 7-5 6-3 6-0. Cette excellente semaine lui permet alors d'intégrer le top 10 (9e) pour la première fois de sa carrière.

La semaine qui suit, James participe au tournoi de Miami, où il inflige un double 6-0 à Berlocq. Il bat ensuite Jarkko Nieminen et Juan Ignacio Chela en trois manches, avant de s'incliner en deux sets au tour suivant face au maître incontesté du tennis mondial, Roger Federer. En avril 2006, il est sélectionné dans l'équipe américaine de Coupe Davis pour affronter le Chili sur le gazon californien du Mission Hills Country Club situé à Rancho Mirage. James perd in extremis son premier simple (10-8 au cinquième set), heureusement Andy Roddick sauve les USA, rendant ainsi anecdotique le dernier simple que Blake perd également.

Vient ensuite le tournoi sur la terre battue américaine de Houston : Blake, tête de série n°2 du tournoi est sorti au premier tour par le Français Anthony Dupuis : James Blake est-il à bout de souffle après un extraordinaire début de saison 2006 ? En tout cas, il a décidé de faire l'impasse sur les Masters de Monte Carlo. A Rome une nouvelle contre-performance l'attend (défaite au premier tour contre Florent Serra.

A Roland Garros, Blake perd au troisième tour contre Gael Monfils après une superbe bataille en 5 sets. Il échoue également au troisième tour à Wimbledon contre Max Mirnyi.

En juillet 2006, il obtient son meilleur classement (cinquième) après sa victoire à Indianapolis contre Andy Roddick. En octobre, il semble bien parti pour décrocher son billet pour les Masters. Il a en effet battu Ivan Ljubičić en finale du tournoi de Bangkok en deux manches 6-3 et 6-1. Grâce à ce succès, James remporte son quatrième tournoi de l'année et reste plus que jamais en course pour disputer les Masters (son principal adversaire, Márcos Baghdatís, étant blessé). La semaine suivante, il remporte pour la deuxième fois consécutive le tournoi de Stockholm (son 5e titre en 2006), épreuve du circuit ATP dotée de 635.000 euros, en battant en finale le Finlandais Jarkko Nieminen 6-4, 6-2 en 55 minutes.

En guise de consécration pour cette merveilleuse année 2006, James est le dernier joueur à décrocher son billet pour les Masters de Shanghai. Lors de son premier match de poule face à Rafael Nadal, James s'impose 6-4 et 7-6 (7/0) face au numéro deux mondial. Il enchaîne ensuite avec une victoire face à Nikolaï Davydenko sur le score de 2-6, 6-4 et 7-5. La victoire de Nadal sur Robredo lui ouvre les portes des demi-finales. Il lui restait cependant à disputer son dernier match de poule face à Tommy Robredo contre qui il s'est incliné en 3 sets. James affronte donc David Nalbandian en demi-finale et se qualifie pour la finale en battant l'Argentin 6-4, 6-1. L'Américain n'a eu besoin que de 75 minutes pour éliminer l'Argentin, tenant du titre. En finale, James affronte Roger Federer mais l'incontestable numéro un mondial remporte facilement son troisième Masters. Mais l'opération reste plus que positive pour James qui, grâce à son accession en finale du Masters, remonte de la huitième à la quatrième place du classement ATP. Il s'agit du meilleur classement à ce jour atteint par le joueur américain.

Lors de sa rentrée sur le circuit, James conserve son titre à Sydney en battant en finale l'Espagnol Carlos Moyá (6-3, 5-7, 6-1) après un peu plus de deux heures d'un match haletant. L'Américain empoche ainsi le 9e titre de sa carrière. Il enchaine ensuite avec L'Open d'Australie où il s'incline en huitième de finale contre le Chilien et futur finaliste de l'épreuve, Fernando González. Cette défaite relativement rapide le fait descendre à la 6e place mondiale, "doublé" par ce même Gonzalez.

Après une défaite en finale à Delray Beach face au belge Xavier Malisse et une descente à la 6e place mondiale, James s'incline prématurément au troisième tour d'Indian Wells face au Français Julien Benneteau, ce qui le fait chuter à la 8e place. Et sa série noire se prolonge puisqu'il s'incline dès le 2e tour du tournoi de Miami face au Français Florent Serra en 3 sets.

Il se ressaisi en Coupe Davis contre l'Espagne avec deux victoires à la clé notamment contre Robredo et une qualification des Etats-Unis en demi-finale.

Il enchaîne avec une demi-finale sur terre battue à Houston, stoppé par l'argentin Zabaleta avec au passage une belle victoire en 1/4 de finale contre Juan Monaco 7/6 au troisième set. La suite de sa saison sur terre battue est beaucoup plus médiocre avec des défaites en Masters à Rome contre Massu au second tour, 1/8 eme de finale contre Moya à Hambourg. Il perd au 1er à Roland Garros face au géant Karlovic 6/4 4/6 5/7 5/7.

Sa saison sur gazon ne sera guère plus heureuse avec une défaite en 1/4 de finale du tournoi de Halle contre l'allemand Kohlschreiber, et un 3eme tour à Wimbledon contre un spécialiste de la terre battue Juan Carlos Ferrero.

James Blake effectuera un très belle été sur le ciment américain, finale à Los Angeles contre le revenant Stepanek défaite en trois sets serrés. Puis 1/4 de finale à Indianapolis contre son compatriote Sam Querrey auteur notamment dans ce match d'un record de 10 aces consécutifs 6/7 7/6 6/7. Il déclare forfait au Masters de Montréal contre Hewitt après une victoire contre l'autrichien Melzer, puis enchaîne une finale au Masters de Cincinnati avec une défaite contre le maître Federer et une victoire au tournoi de New Haven contre son ami Mardy Fish. Pour son dernier tournoi du grand chelem de l'année 2007, il se hissera jusqu'en seconde semaine mais sera éliminé par Tommy Haas en 1/8 de finale après une superbe partie perdu en cinq sets 7/6 au dernier.

Sa défaite contre le suédois Johansson n'empêchera pas les Etats-Unis de disputer en fin d'année la finale de la Coupe Davis pour conquérir un nouveau saladier d'argent qu'ils n'ont remportés depuis 1995.

Blake se met à la chasse des points pour disputer un second Masters consécutif, il engrange des points à Stockholm en parvenant à se hisser en demi finale mais perd son titre acquis l'an dernier, il est à ce moment là 7 ème au classement mondial.

Il s'envole pour disputer le Masters de Madrid où il est éliminé dès son premier match contre Mario Ančić 3/6 4/6. Il perd aussi au second tour du tournoi de Bâle contre le serveur surpuissant croate Karlovic. Sa participation au Masters de Shangaï se décidera sur le dernier tournoi de l'année à Paris pour le Masters de Bercy puisque deux billets sont encore à pourvoir, un bon résultat lui permettrait de se qualifier pour le tournoi des Maîtres.

Malheureusement pour Blake, sa défaite en 1/8 de finale face à un concurrent direct pour la qualification en l'occurrence, le français Richard Gasquet lui sera fatal. Il se voit perdre le bénéfice de sa finale du Masters de l'an dernier en termes de point ce qui le fait reculer au 14ème rang mondial en cette fin d'année 2007. Cette année lui permettra de confirmer son statut au sein du top 15 mondial, avec deux titres ATP, trois finales dont une en Masters Series, deux demi-finale, 52 victoires et plus d'un million de dollars de gain. Il termine donc 13ème mondial. Mais le plus beau défi de Blake en cette fin de saison reste la victoire finale en Coupe Davis avec les Etats-Unis contre la Russie à domicile.

Et Blake participera activement au 32ème succès américain en Coupe Davis acquis à Portland en ce début de mois de décembre 2007. Les Etats-Unis l'emporte 4/1 et Blake remporte ces deux simples face à Youzhny en 4 sets et 3 tie-break dans un premier temps, puis face à Tursunov pour l'honneur ensuite.

James Blake aborde l'année 2008 par un bon tournoi à l'Open d'Australie, il y rencontre notamment au troisieme tour Sebastien Grosjean et le bat en 5 sets, puis Marin Čilić, la surprise du tournoi, avant de céder sous les coups de Roger Federer en quarts de finale 7/5 7/6 6/4.

James atteint ensuite la finale du tournois de Derlay Beach, pour la deuxième fois consécutive, qu’ il perdra face au japonais Kei Nishikori classé 244e 3-6, 6-1, 6-4. Il espère rebondir, après cette perte, à San José où il ira jusqu’en ¼ de final battu par son compatriote Robby Ginepri 6-2, 6-2.

Au Masters d'Indian Wells, James tête de série N.9, reçoit un bye pour son premier tour avant de battre Marc Gicquel 6-3, 6-7 (5), 6-1 au deuxième. Au troisième tour, Blake bat l’ancien numéro 1 mondial Carlos Moyá 6-3, 6-4, il a ensuite battu Richard Gasquet au quatrième tour avant de s’ incliner, en quart de final, face à Rafael Nadal, qui ne l’avait jamais battu auparavant, 7-5, 3-6, 6-3.

Au Masters de Miami, James atteint les quarts de finale, mais perd de nouveaux face à Rafael Nadal en 3 sets, 6-3, 3-6, 1-6.

En Coupe Davis, l’équipe américaine joue la France. Malheureusement pour la France, deux de leurs meilleurs joueurs Richard Gasquet et Jo Wilfried Tsonga déclarent forfait en raison de blessures. Michael Llodra et Paul-Henri Mathieu ont été les joueurs à jouer en simple pour la France. Après la victoire d’ Andy Roddick sur Llodra, James jouera Mathieu. Lors d'un énorme match qui aura duré 3 heures 48 minutes et après avoir sauvé 2 balles de match, James remporte le duel en 5 sets 7-6, 6-7, 6-3, 3-6, 7-5. Puis battra de nouveau Richard Gasquet lors du 5éme match en 3 sets.

James enchaîne la semaine suivante avec le tournoi de Houston, son premier tournoi de la saison, sur terre battue. Tête de série numéro 1, il prend sa revanche au premier tour face au japonais Kei Nishikori 6-4, 6-4. Au deuxième tour, il bat son compatriote Ryan Harrison, âgé de seulement 15 ans, 6-3, 6-1. Puis élimine la tête de série numéro 5 l'Argentin Agustin Calleri, toujours en deux sets. En demi il bat l’espagnol Oscar Hernandez 6-3, 7-6 et atteint ainsi la finale où il se fait surprendre par l'espagnol Marcel Granollers qui le bat 6-4, 1-6, 7-5.

Il réalisera une saison de terre-battue décevante ne remportant que 3 matchs en 4 tournois . James Blake enchaine avec l'Open de Halle sur gazon où il réalise une bonne performance atteignant les demi-finales battu cependant par Philipp Kohlschreiber . Ce tournoi préparatif à Wimbledon ne servira pas à grand chose puisqu'il s'incline dès le second tour à Londres face au futur demi-finaliste Rainer Schuettler .

James fera parti de l'équipe américaine pour les Jeux Olympiques. Il obtiendra la place la plus décevante , la quatrième place . Battu par Fernando Gonzalez en demi-finale au cours d'un match tumultueux , James s'inclinera dans le match pour la médaille de bronze face à Novak Đoković sur le score de 6/3 7/6 . Il a cependant réalisé un parcours remarquable en battant Chris Guccione , Dominik Hrbatý , Gilles Simon et un Roger Federer en plein doute . Il dispute ensuite l'US Open où il s'incline au troisième tour face à son compatriote Mardy Fish .

Blake effectue son retour sur les courts un mois après lors du Masters de Madrid , en s'inclinant dès son premier match face à Gilles Simon , futur finaliste . Il dispute 2 semaines après le Masters de Paris-Bercy afin d'obtenir un ticket pour la Masters Cup . James réalise un tournoi solide , atteignant les demi-finales grâce au forfait de Roger Federer en quart de finale , cependant il est défait par Jo-Wilfried Tsonga le futur vainqueur . Cette place de demi-finaliste ne sera pas suffisante pour disputer la Masters Cup.

En haut



Novak Đoković

Nole Skupstina BG feb08.jpg

Novak Đoković (prononcé  ; en serbe cyrillique, Новак Ђоковић) ou Novak Djokovic, né le 22 mai 1987 à Belgrade, est un joueur de tennis serbe, actuellement classé 3e joueur mondial à l'ATP Tour depuis le 13 août 2007.

Le 27 janvier 2008, Đoković remporte son premier titre du Grand Chelem à l'Open d'Australie 2008 à seulement 20 ans, après avoir battu en demi-finale le double tenant du titre et n°1 mondial Roger Federer en 3 sets. Il devient ainsi le premier Serbe de l'histoire à remporter un titre du Grand Chelem en simple. Il remporte la même année la Masters Cup, tournoi de prestige réunissant les 8 meilleurs joueurs de la planète.

Novak Đoković a acheté les droits de l'Open des Pays-Bas pour le transférer à Belgrade.

Né dans une famille de skieurs reconvertis dans la restauration, Novak Đoković a commencé à jouer au tennis à l'âge de 4 ans. Il est l'aîné d'une famille dans laquelle Marko, 16 ans, et Đorđe, 13 ans, ont également pour ambition d'être joueurs de tennis professionnels. D'ailleurs, en 2007, Novak joue en double avec son cadet, Marko Đoković. Il parle serbo-croate, anglais et allemand. Sur le circuit, le contraste saisissant entre la régularité de ses résultats et l'imprévisibilité dont il fait preuve à l'échange lui vaut le surnom de « Djoker ». Ce surnom fait aussi référence à son humour, pour lequel il est réputé sur le circuit (joke signifie « plaisanter » en anglais).

Ses grands rivaux sont Rafael Nadal, Roger Federer et Andy Murray, l'autre petit génie de l'année 1987.

Novak Đoković est un joueur assidu, ambitieux et motivé, qui prend sa carrière très au sérieux. Toutefois, on le sait doté de beaucoup d'humour : on a pu voir un bon nombre de reportages où il "amuse la galerie", même avant certains très gros matches (notamment en demi-finale de l'US Open en 2007). Peut-être est-ce son moyen de faire redescendre la pression. Il a un certain talent pour imiter la plupart des joueurs du circuit, en particulier Maria Sharapova, Rafael Nadal, Andy Roddick ou même Roger Federer qu'il a imité dans les vestiaires lors d'un tournoi.

Novak Đoković est considéré comme l'un des joueurs les plus complets du circuit ATP, maîtrisant tous les coups du tennis. Certes il n'a pas d'agilité particulière au filet, de coups surpuissants, d'empreinte physique, d'aisance gracieuse dans l'exécution, de services éclairs, mais il cumule à un très haut niveau toutes les facettes du jeu. Tous les joueurs ont une faille plus ou moins marquée dans leur système (comme le revers de Roger Federer qui est vulnérable sur les balles fortement liftées), mais Đoković non. Il dispose d'un service que le n°1 mondial Rafael Nadal n'a pas et d'une constance en fond de court qui manque parfois au n°2 Roger Federer. Mais la plus grande qualité du Serbe est son aptitude à travailler son jeu et à se remettre en question après chaque match. Il est également reconnu comme un excellent tacticien, un véritable "stratège" des courts.

La surface préférée de Novak Đoković est le dur, et son style de jeu est résolument offensif.

Le tableau ci-dessous récapitule le classement mondial de Novak Đoković dans les différents secteurs de jeu depuis 2007.

La première balle de service de Novak Đoković lui occasionne de nombreux points gratuits, et sa deuxième balle est remarquable ; quelle que soit sa position sur le court, il peut jouer court, long, croisé ou long de ligne, avec une capacité égale à tirer le point gagnant du coup droit et du revers avec la patience nécessaire pour attendre le moment idéal. Très difficile à déborder, il excelle dans la distribution du jeu en imprimant un rythme à l'échange, qui devient difficile à soutenir.

Alors qu'il rivalisait d'astuces pour reprendre son souffle après de longs échanges (Đoković a été opéré à la cloison nasale pour des problèmes de respiration), le jeune Serbe ne s'illustre désormais plus dans ce registre. Il est désormais un athlète de premier plan capable d'enchaîner les tournois tout en se maintenant à un très haut niveau.

Contrairement à de nombreux joueurs qui font un complexe d'infériorité vis-à-vis de Roger Federer ou de Rafael Nadal, Novak Đoković, lui, ne craint personne. Ce mental de compétiteur, nécessaire pour évoluer au haut niveau, lui a d'ailleurs permis de battre Roger Federer à l'Open d'Australie 2008 en seulement 3 sets, alors que le Suisse y était invaincu depuis 3 ans, ou de remettre en cause la suprématie de Rafael Nadal sur terre battue lors du Masters d'Hambourg 2008 où malgré la défaite, Novak Đoković a quand même réussi à pousser l'Espagnol dans ses derniers retranchements. On le sait animé d'une grande motivation et poussé par son rêve de devenir n°1 mondial.

À l'âge de 12 ans, il rejoint l'Académie de Nikki Pilić à Munich, en Allemagne.

Il passe professionnel en 2003 à l'âge de 16 ans. En 2004, il fut demi-finaliste de l'Open d'Australie en junior, à la fois en simple et en double associé à Scoville Jenkins.

À noter que Novak Đoković est devenu, en remportant l'Open d'Australie, l'un des cinq joueurs en activité à avoir atteint les demi-finales des quatre tournois du Grand Chelem (avec Roger Federer, Marat Safin, David Nalbandian et Rafael Nadal) et le plus jeune joueur de l'ère Open à avoir réalisé cet exploit.

Au début de l'année 2005, il est classé n°188 à 17 ans.

Au début de l'année 2006, il est classé n°78 à 18 ans. C'est cette année-là qu'il se fait connaître auprès du grand public, notamment par sa brillante performance lors des Internationaux de France de Roland-Garros 2006 durant lesquels il élimine trois têtes de série, parvenant en quarts de finale contre Rafael Nadal où il dut abandonner en raison d'une blessure au dos après avoir perdu les deux premiers sets.

Il remporte deux tournois, à Amersfoort et Metz, et atteint la finale du tournoi d'Umag.

Il a joué aussi une demi-finale du tournoi de Zagreb et un quart de finale du tournoi de Rotterdam où il fut battu au jeu décisif du dernier set par le futur vainqueur du tournoi Radek Štěpánek.

Ses belles performances lui permettent de terminer l'année 2006 à la 16ème place mondiale à 19 ans.

L'année 2007 commence de la meilleure des façons pour lui par une victoire au tournoi ATP d'Adélaïde, où il s'impose en finale face à l'australien Chris Guccione en trois sets. Il enchaîne ensuite par un 8e de finale à l'Open d'Australie perdu face à Roger Federer (6-2, 7-5, 6-3). Après une défaite au premier tour à Marseille, Novak atteint la demi-finale à Rotterdam puis les quarts de finale de l'Open de Dubaï où il s'incline une fois encore contre le n°1 mondial et futur vainqueur de l'épreuve Roger Federer.

Son talent explose en mars puisqu'il parvient en finale du Masters d'Indian Wells, finale qu'il perd 6-2, 7-5 contre l'espagnol Rafael Nadal. C'est la première fois qu'il joue une finale de Masters Series mais il réitère cet exploit la semaine suivante à Miami.

Il gagne cette fois-ci le tournoi face à Guillermo Cañas (6-3, 6-2, 6-4) sans perdre un seul set de la quinzaine et en éliminant Rafael Nadal en quart de finale. Il devient alors le plus jeune vainqueur de ce tournoi et fait partie des 18 joueurs de moins de 20 ans à entrer dans le top 10. Après cette victoire, il devient n°7 mondial et déclare déjà avec un sérieux et un aplomb déconcertant que son objectif est de devenir n°1 mondial.

Grâce à ses 24 victoires en 3 mois, il passe à la seconde place du classement Race, à seulement 4 points de Roger Federer et à la 5e place du classement ATP Technique.

Début mai, il gagne à Estoril contre le Français Richard Gasquet : 7-6, 0-6, 6-1.

En juin, le tournoi de Roland-Garros commence. Novak passe les deux premiers tours sans trop de difficultés puis remporte en cinq sets l'un des plus beaux matches de la quinzaine face au surprenant joueur français Olivier Patience. En 8e de finale, il élimine rapidement l'espagnol Fernando Verdasco : 6-3, 6-3, 7-62. Il s'impose ensuite contre le Russe Igor Andreev (6-3, 6-3, 6-3) grâce à de bonnes variations. Il se retrouve donc en demi-finale, la première de sa carrière en Grand Chelem, contre le grand favori de l'épreuve, Rafael Nadal. Après deux sets très disputés, le Serbe craque pour s'incliner 7-5, 6-4, 6-2 en deux heures et demie. Il obtient, lors de cette édition, le Prix Bourgeon, décerné à la « révélation du circuit international, sève du tennis de demain ». Cette performance lui a permis de passer de la 6e à la 4e place mondiale.

À Wimbledon, après avoir disputé 10 tie-breaks (pour 8 gagnés) lors des tours précédents, notamment face à Lleyton Hewitt 7-6, 7-6, 4-6, 7-6 en 4h13 et Márcos Baghdatís 7-6, 7-6, 6-7, 4-6, 7-5 en 4h59, il arrive en demi-finale où il retrouve à nouveau Rafael Nadal. Cette fois, il parvient à remporter le premier set, mais abandonne dans le 3e set suite à des blessures, certainement occasionnées par les longs matches disputés les jours précédents, le score était de 6-3, 1-6, 1-4.

Au tournoi de Umag (Croatie - Terre Battue), où Đoković est tête de série N°1, il passe le premier tour aisément, contre l'espagnol Pablo Andujar (158e au classement ATP), en deux sets : 6-1, 6-3. Mais au deuxième tour, il se fait éliminer par son compatriote et ami serbe Viktor Troicki, 176e au classement ATP, en 3 sets (6-2, 4-6, 5-7). Il participe au double avec Marko Đoković (son frère cadet). Les deux Serbes ne passent pas l'obstacle de la paire française Mathieu Montcourt/Édouard Roger-Vasselin (5-7, 1-6).

Le 12 août, il emporte le Rogers Cup (Montreal) (Canada - Dur), après avoir battu successivement l'américain Andy Roddick, l'espagnol Rafael Nadal en demi-finale sur le score de 7-5 6-3 et, en finale, le Suisse numéro 1 mondial Roger Federer 7-6 (7-2], 2-6, 7-6 (7-2). Depuis que Rafael Nadal et Roger Federer occupent les deux premières places au classement mondial, Đoković est le premier à les battre dans un même tournoi. Cette performance lui permet de devenir le premier joueur depuis Boris Becker en 1994 à battre les trois premiers du classement ATP dans un même tournoi.

L'US Open commence, et Novak passe au deuxième tour aux dépens de Robin Haase (qui remplace Mario Ančić, forfait), 6-2 6-1 6-3. Dans un match beaucoup plus intense, face à Radek Štěpánek, il se qualifie pour les 16èmes de finale (6-7 7-6 5-7 7-5 7-6). Puis se défait de l'argentin Juan Martín del Potro en 3 set (6-1 6-3 6-4) pour accéder aux huitièmes de finale. Novak continue son petit bonhomme de chemin, tout d'abord en accédant aux quarts de finale, grâce à une victoire sur Juan Mónaco (7-5 7-6 6-7 6-1). Puis il prend sa revanche de Cincinnati en éliminant Carlos Moyá (6-4 7-6 6-1) pour arriver en demi finale, où il s'impose facilement face à l'espagnol David Ferrer (6-4 6-4 6-3). Il retrouve ainsi en finale le suisse Roger Federer, 1er au classement ATP contre lequel il échoue sur le score de 7-6 7-6 6-4. Cette première finale en Grand Chelem lui valut un accueil triomphal à son retour en Serbie ; le premier ministre Vojislav Koštunica, notamment, l'attendait à l'aéroport.

Une semaine après cet exploit, Novak et ses collègues serbes Janko Tipsarević, Nenad Zimonjić et Viktor Troicki, font entrer la Serbie dans le groupe mondial de Coupe Davis. Pour cela, ils battent l'Australie emmenée par Lleyton Hewitt sur la terre battue (Indoor) de Belgrade (Serbie). En premier match, Novak prend le dessus sur Peter Luczak, puis les australiens reviennent à 1-1 avec la victoire de Lleyton Hewitt sur Janko Tipsarević (6-2, 3-6, 4-6, 6-1, 6-1). Grâce au succès de la paire Zimonjić/Đoković face au binôme Hanley/Hewitt, les Serbes prennent l'avantage à 2-1. Lleyton Hewitt étant forfait à cause d'une infection, c'est Chris Guccione qui tente, en vain, d'empêcher la Serbie d'entrer dans le groupe mondial face à Novak devant lequel il s'incline 6-3 7-6 7-6.

Le 8 Octobre, il remporte le tournoi de Vienne, son 5e titre de l'année et 7ede sa carrière, en éliminant l'américain Robby Ginepri, puis le tchèque Tomáš Zíb. Novak prend le dessus, difficilement, sur l'argentin Juan Ignacio Chela (en sauvant deux balles de match), puis il bat l'italien Andreas Seppi en demies, avant de gagner le titre aux dépens du Suisse Stanislas Wawrinka en deux sets, 6-4 6-0.

À Madrid, Đoković s'incline en demi-finale face à David Nalbandian au score de 4-6 64-7 ; après avoir pourtant éliminé Fernando Verdasco, Mario Ančić et Juan Carlos Ferrero.

Au Masters de Paris-Bercy, Novak perd dès son entrée en lice face au français Fabrice Santoro en deux sets, 6-3 6-2, match dans lequel Novak « n'a pas joué dignement de son rang de n°3 mondial » et « est passé à côté de son match », à cause de, notamment, 34 fautes directes, soit la moitié des points du français.

Et c'est une fin d'année difficile pour Novak, qui, mal remis d'une opération récente, s'incline en matchs de poule au Masters, à Shanghai face à David Ferrer, Richard Gasquet et Rafael Nadal (6-4 6-4), soit un total de 3 défaites sur 3 matchs joués.

Mais c'est une année 2007 qui fut très intense et réussie pour Novak, notamment grâce à ses 68 victoires sur 84 matchs joués. Aussi car il a atteint les demi-finales à Wimbledon, à Roland-Garros et a atteint la finale à l'US Open pour la première fois de sa carrière. Il a aussi atteint la 3e place mondiale, soit son meilleur classement. Et bien sûr, Novak Đoković s'est illustré, cette année, comme un champion puisque c'est le seul (depuis Boris Becker en 1994) à battre les 3 meilleurs mondiaux dans un même tournoi (Au Masters de Montreal). Novak a aussi atteint son meilleur classement en double, en pointant à la 134e place.

Lors de l'Open d'Australie, Novak Đoković rassure ses fans après une fin d'année 2007 calamiteuse. Il élimine successivement Benjamin Becker, Simone Bolelli, Sam Querrey, Lleyton Hewitt, David Ferrer et se qualifie pour la finale en battant le numéro 1 mondial Roger Federer (7-5, 6-3, 7-65), et tout cela sans perdre la moindre manche. Il devient ainsi le premier joueur à battre Federer en 3 sets dans un tournoi du Grand Chelem depuis Gustavo Kuerten à Roland-Garros 2004, et met ainsi fin à la série de 10 finales consécutives en Grand Chelem du suisse. Il est opposé, en finale, au français Jo-Wilfried Tsonga, tombeur de l'espagnol Rafael Nadal. Après un combat spectaculaire, Novak prend finalement le meilleur sur l'impressionnant français, sur le score de 4-6, 6-4, 6-3, 7-62, succédant ainsi à Roger Federer au palmarès de ce tournoi. À noter qu'il est le premier Serbe de l'histoire du tennis à gagner un Grand Chelem en simple (hommes et femmes confondus).

Le premier tour de la Serbie en Coupe Davis se joue alors contre la Russie (Double vainqueur de l'épreuve). Suite au forfait de Novak - atteint de fièvre - pour le premier simple, et de Janko Tipsarević, malade lui aussi, la Russie prend rapidement le dessus pour mener 2-0, grâce aux victoires de Nikolaï Davydenko aux dépens de Viktor Troicki et de Mikhail Youzhny, contre Nenad Zimonjić. La paire Novak Đoković/Nenad Zimonjić s'impose ensuite face à la paire russe Mikhail Youzhny/Dmitri Tursunov et la Serbie revient à 2-1. Contre Nikolaï Davydenko, lors du match des numéros 1, Novak distance l'indébordable russe et mène deux sets à rien, avant d'être rattrapé par la fatigue de la maladie et de l'accumulation de matches, et de devoir abandonner (suite à cet abandon, il dût aller passer une visite de contrôle à l'hôpital). La Serbie est finalement éliminée par la Russie, sur le score de 3-2, après la victoire de Viktor Troicki sur Dmitri Tursunov lors du match facultatif.

Đoković s'aligne ensuite à l'Open 13, contre l'avis de son entourage. Hors de forme, il se fait éliminer dès les quarts de finale par le tenant du titre français Gilles Simon en 3 sets : 2-6, 7-66, 3-6.

Il annule ensuite sa participation au tournoi de Rotterdam, afin de mieux se préparer à l'Open de Dubaï puis défendre les points de sa finale aux Masters d'Indian Wells et ceux de sa victoire à Miami l'an passé.

À l'Open de Dubaï, Novak Đoković s'incline en demi-finale face à l'américain Andy Roddick, numéro 6 mondial, et futur vainqueur du tournoi, en 2 sets : 7-6, 6-3.

La semaine suivante, il se rend à Indian Wells pour disputer le premier Masters Series de la saison. Il réalise le tournoi parfait, battant successivement Andreas Seppi, Philipp Kohlschreiber, Guillermo Cañas, Stanislas Wawrinka et Rafael Nadal, sans perdre un seul set. En finale, il trouve face à lui le revenant américain Mardy Fish, tombeur de Nikolay Davydenko, Lleyton Hewitt, David Nalbandian et du n°1 mondial Roger Federer. Après un match à multiples rebondissements, le serbe s'impose 6-2, 5-7, 6-3.

Il enchaîne avec une véritable contre-performance en s'inclinant dès le 2ème tour du Masters de Miami, dont il est pourtant tenant du titre, battu par le Sud Africain Kevin Anderson en 3 sets : 6-7, 6-3, 4-6. Cette contre performance est très préjudiciable à sa volonté de devenir numéro 1 mondial car il perd le bénéfice points acquis la saison précédente lors de ce même tournoi. Toutefois, Đoković reste confiant : il est loin devant son premier poursuivant direct au classement, le russe Nikolay Davydenko, et aura la possibilité de revenir sur Nadal lors de la saison sur terre battue, pendant laquelle l'espagnol aura plus de 2000 points à défendre.

Il parvient jusqu'en demi-finale au Masters de Monte-Carlo avant d'abandonner face à l'inévitable Roger Federer alors qu'il était mené sur le score de 6-3, 3-2. Aux journalistes, il expliquera avoir été victime de maux de gorge.

Deux semaines plus tard, le 11 mai 2008, il remporte le Masters de Rome face à l'étonnant suisse Stanislas Wawrinka au terme d'une finale acharnée (4-6, 6-3, 6-3). Il bat successivement le belge Steve Darcis, le russe Igor Andreev, l'espagnol Nicolas Almagro en quart de finale et le tombeur de Federer, le tchèque Radek Štěpánek, en demi-finale. C'est le quatrième masters series de sa jeune carrière.

Au Masters d'Hambourg, il se hisse sans problème jusqu'en demi-finale où il affronte Rafael Nadal. Ce match restera dans les annales des matchs de terre battue. En effet, les joueurs évoluent simultanément à un niveau de jeu extraordinaire. Novak mène 3-0 dès le premier set en pratiquant un tennis injouable, puis un Nadal que l'on n'avait plus vu depuis bien longtemps revient dans le match et tous deux jouent au plus haut niveau pendant trois sets. Victoire de Nadal (7-5, 2-6, 6-2), qui remportera le lendemain le tournoi aux dépens de Roger Federer.

Roland Garros 2008 : Đoković bat successivement l'allemand Denis Gremelmayr (4-6, 6-3, 7-5, 6-2), puis l'espagnol M.López Jaen (6-1, 6-1, 6-3) avant de faire chuter l'américain Wayne Odesnik (7-5, 6-4, 6-2) puis le francais pourtant très solide Paul-Henri Mathieu (6-4, 6-3, 6-4) en 8e de finale. En quarts de finale, il rencontre le tout jeune prodige letton Ernests Gulbis. Ce dernier lui pose problème notamment grâce à son redoutable service, fréquemment au delà des 210 km/h. Nerveux, le serbe parvient pourtant à le vaincre en trois manches. Il est opposé en demi-finale à Rafael Nadal, terrible tombeur de son compatriote Nicolas Almagro (6-1, 6-1, 6-1), et s'incline en trois sets (6-4 6-2 7-6) après un match où l'espagnol n'a été ébranlé qu'au troisième set. Parallèlement, il rate l'occasion de ravir à Nadal sa seconde place au classement ATP.

Il participe la semaine suivante au tournoi du Queen's Club. En quart de finale, il bat Lleyton Hewitt en 2 sets secs (6-2, 6-2), et ne laisse aucune chance au numéro 8 mondial David Nalbandian qu'il étrille en demi-finale (6-1, 6-0). Il est battu en finale par Rafael Nadal en pleine confiance à l'occasion d'un match superbe, perdu 7-66, 7-5, 2 sets durant lesquels il avait pourtant réussi à obtenir à chaque fois 1 break d'avance.

À Wimbledon, il élimine Michael Berrer au 1er tour (7-5, 2-6, 6-3, 6-0) mais perd au 2e tour contre Marat Safin en 3 sets : 6-4, 7-63, 6-2, c'est la 1ère fois depuis 5 tournois du Grand Chelem que Novak Đoković n'arrive pas en demi-finale.

Au Masters du Canada dont il est tenant du titre, il est éliminé en quarts de finale par Andy Murray en 2 sets : 6-3, 7-63.

Au Masters de Cincinnati, Novak Đoković remporte une somptueuse victoire en 1/2 finale contre un Rafael Nadal déjà assuré de devenir n°1 mondial et que l'on croyait invincible, 6-1, 7-5. Il met fin à une série de 32 victoires consécutives de l'Espagnol et se qualifie pour la finale. En finale cependant, il péclote et s'incline en deux sets face à Andy Murray: 7-64, 7-65 en 2h23 de jeu. À l'issue du tournoi, Novak reprend sa place de n°2 du classement ATP Race 2008 (classement des meilleurs joueurs de l'année), derrière Rafael Nadal mais devant Roger Federer.

Novak Đoković s'incline en demi-finale des Jeux Olympiques face à Rafael Nadal (6-4, 1-6, 6-4) au terme d'un match de plus de 2 heures. Il quitte le court visiblement très touché par cette défaite, mais décrochera néanmoins la médaille de bronze le lendemain lors du match pour la 3e place qui l'oppose à James Blake.

Suite aux bonnes performances de Novak Đoković à Cincinnati et aux Jeux Olympiques, et aux relatives mauvaises performances de Roger Federer à ces 2 tournois, l'écart de points entre ces 2 joueurs n'est plus que de 825 points à l'issu des JO. Le Serbe a donc la possibilité de ravir au Suisse sa place de n°2 mondial s'il remporte l'US Open, ou si Đoković atteint la finale et Federer échoue avant les quarts de finale.

À l'US Open, il se qualifie pour les demi-finales après avoir éliminé Arnaud Clément (6-3, 6-3, 6-4), Robert Kendrick (7-66, 6-4, 6-4), Marin Čilić (67-7, 7-5, 6-4, 7-60), Tommy Robredo (4-6, 6-2, 6-3, 5-7, 6-3) et Andy Roddick (6-2, 6-3, 3-6, 7-6). Cependant, il ne réédite pas sa performance de l'année précédente, sorti par Roger Federer (6-3, 5-7, 7-5, 6-2) aux portes de la finale. Ainsi, il ne saisit pas l'occasion de ravir la place de n°2 mondial au Suisse.

Deux semaines plus tard, le Serbe s'aligne au tournoi de Bangkok, en Thaïlande. Il bat Simon Stadler (6-1, 6-3), puis doit batailler au tour suivant pour se défaire du Suédois Robin Söderling (6-4, 7-5), avant de s'imposer en demi-finale face au Tchèque Tomáš Berdych (7-5, 6-1). En finale, il retrouve Jo-Wilfried Tsonga, qu'il avait battu en finale de l'Open d'Australie et qui cette fois prend le meilleur sur le numéro 3 mondial (7-64, 6-4).

Il s'incline au Masters de Madrid face à Ivo Karlovic, le meilleur serveur du circuit, en 2 tie-breaks. Il participe aux Masters de Paris-Bercy qui est le dernier tournoi de la saison (hormis les Masters). Il n'y a jamais brillé et veut terminer sa saison sur une bonne note. En effet, l'an dernier, il avait été sorti par Santoro au premier tour. Cette année, il passe le premier tour sans encombre contre Dmitry Tursunov sur abandon dans le deuxième set (6-4, 4-3 abandon). En huitièmes de finales, il retrouve Jo-Wilfried Tsonga pour leur troisième confrontation de l'année avec une victoire partout. Il se fait sortir en trois sets par le Français (6-4, 1-6, 6-3) en jouant en dessous de son meilleur niveau, Tsonga sera le futur lauréat de l'épreuve.

À la Masters Cup, Novak Djokovic se retrouve dans le groupe or avec Jo-Wilfried Tsonga, Nikolay Davydenko et Juan Martin Del Potro. Il remporte sa première rencontre contre Del Potro (7-5, 6-3). Grâce à la défaite de Tsonga contre Del Potro et à sa victoire contre Davydenko (7-63, 0-6, 7-5), il se qualifie pour les demi-finales avant même de disputer son troisième match de poule contre Tsonga qu'il perdra d'ailleurs 1-6, 7-5, 6-1. En demi-finale, il affronte le Français Gilles Simon devant lequel il avait dû s'incliner à Marseille. Cette fois-ci, il le bat en 3 sets (4-6, 6-3, 7-5) et se qualifie pour la finale. Il remporte la finale face à Davydenko (6-1, 7-5) et gagne sa première Masters Cup.

À 21 ans seulement, Novak Djokovic clôt en apothéose la meilleure saison de sa carrière marquée par 1 titre en Grand Chelem (Open d'Australie), 2 titres en Masters Series (Indian Wells et Rome), et le titre en Masters Cup. Il reste n°3 mondial mais se rapproche à 10 points seulement de la place de n°2 occupée par Roger Federer.

Novak Đoković débute sa saison à l'Open de Brisbane où, tête de série n° 1, il s'incline au premier tour devant Ernests Gulbis (6-4, 6-4). Bénéficiaire d'une wildcard au tournoi de Sydney, il lui fallait atteindre la finale pour ravir à Roger Federer sa place de n° 2 mondial, mais après avoir aisément éliminé Paul-Henri Mathieu et Mario Ancic, il échoue en demi-finale face à Jarkko Nieminen. Le Serbe tente ensuite de conserver son titre à l'Open d'Australie. Au 1er tour, il se défait du qualifié Andrea Stoppini avant de battre le Français Jérémy Chardy au 2nd tour et Amer Delic au 3e tour plus difficilement. En 8e de finale, il s'impose face à Marcos Baghdatis en 4 manches accrochées (6-1, 7-61, 65-7, 6-2). Il abandonne en quart de finale face à Andy Roddick étant mené 2 manches à une et fatigué par son match face à Marcos Baghdatis. Après une bonne semaine de repos, il participe à l' Open de Dubaï où il obtient le 1er titre de sa saison sans trop de difficultés, mise à part sa demi-finale contre Gilles Simon (3-6, 7-5, 7-5 en 2 h 46). Le week-end suivant, Novak est sélectionné pour disputer la rencontre de Coupe Davis entre la Serbie et l'Espagne. Il s'incline lors du premier simple face à David Ferrer qui prend sa revanche de Dubaï (6-3, 6-3, 7-64). Il participe ensuite au tournoi d'Indian Wells, où il est tenant du titre, mais reproduisant le même scénario qu'à l'Open d'Australie un mois plus tôt, Andy Roddick l'élimine dès les quarts de finale. Le Serbe connait un début de saison très inférieur à 2008, mais dès la semaine suivante au Masters de Miami, il se ressaisit en éliminant coup sur coup Jo-Wilfried Tsonga en quarts de finale puis le n°2 mondial Roger Federer en demi-finale.

En haut



Tomáš Berdych

Tomáš Berdych.jpg

Tomáš Berdych Cs-Tomas_Berdych.ogg est un joueur de tennis tchèque, né le 17 septembre 1985 à Valašské Meziříčí.

En 2003, sa première année sur le circuit professionnel, Tomáš Berdych n'a disputé que quatre matchs en simple dont un deuxième tour perdu à l'US Open face à l'argentin Juan Ignacio Chela.

En 2004, la saison du joueur tchèque est couronnée par une victoire au tournoi sur terre battue de Palerme face à l'italien Filippo Volandri. Il fait également parler de lui aux J.O d'Athènes en sortant le numéro un mondial et éminentissime favori, Roger Federer aux deuxième tour. Il atteint les huitièmes de finale à l'US Open face à l'allemand Tommy Haas.

Au tournoi de Båstad en juillet 2005, Tomáš Berdych s'incline face au Majorquin sur terre battue, Rafael Nadal. Ses performances s'intensifient durant l'été 2005 : quart de finale à Stuttgart face à Nikolay Davydenko et demi-finale à Washington face à James Blake. L'année 2005 est marquée par une première grande victoire au tournoi de Paris-Bercy qu'il remporte face à Ivan Ljubičić.

La saison 2006 semble bien commencer avec une demi-finale à Adélaïde dès janvier. Tomáš Berdych s'incline face au belge Xavier Malisse mais le joueur tchèque ne réalise pas de meilleures performances avant les Internationaux de France où il atteint les huitièmes de finale. Il ne peut rien contre le futur finaliste, Roger Federer. C'est encore le numéro un mondial qu'il rencontre cette fois en finale du tournoi allemand sur gazon de Halle. Tomáš Berdych résiste au Suisse à qui il prend un set mais s'incline sur le score de 6-0 6-7 6-2. A cette occasion, Roger Federer remporte son 41ème match consécutif sur gazon et rejoint le record de Björn Borg. A Wimbledon, c'est encore Roger Federer qui le stoppe au stade des huitièmes de finale. A l'US Open, il s'incline face à l'Américain James Blake en huitième de finale. En octobre 2006, en finale de l'Open d'Inde à Mumbay, Tomáš Berdych laisse la victoire au russe Dmitri Toursounov.

Tomáš Berdych a débuté la saison 2007 par un quart de finale à Sydney où il s'est incliné face à l'autrichien Jürgen Melzer. Le joueur tchèque s'est ensuite qualifié pour les huitièmes de finale de l'Open d'Australie à l'issue d'une victoire sur Dmitri Toursounov. Il perdit néanmoins le match qui l'opposa au Russe Nikolaï Davydenko. Au printemps 2007, Tomáš Berdych a enchaîné quelques belles performances au Masters de Monte-Carlo avec des victoires sur Tommy Robredo et sur Robin Söderling. En demi-finale, il fut battu par Rafael Nadal. Il a également disputé une demi-finale à Munich face à Mikhail Youzhny puis un quart de finale au Masters de Rome face à Filippo Volandri. A Roland-Garros, il réalisa une contre-performance en étant battu par l'espagnol Guillermo García-López dès le premier tour. Tomáš Berdych a obtenu son meilleur résultat de l'année 2007 en remportant le tournoi sur gazon de Halle en Allemagne. Il a battu successivement Mikhail Youzhny en quart de finale, Jarkko Nieminen en demi-finale et le chypriote Márcos Baghdatís lors d'une finale remportée sur le score de 7-5 6-4. En 2007, Tomáš Berdych a également disputé un quart de finale à Wimbledon, perdu contre Rafael Nadal, et un huitième de finale à l'US Open contre l'Américain Andy Roddick. Au cours de la tournée asiatique de l'automne, le joueur tchèque a atteint deux demi-finales consécutives, l'une à Bangkok face à l'allemand Benjamin Becker, l'autre à Tokyo face à Richard Gasquet. Il a conclu sa saison 2007 par un huitième de finale au Masters de Paris-Bercy perdu 6-4 6-2 face à l'espagnol David Ferrer. À l'issue de la saison 2007, Tomáš Berdych affichait un ratio de 42 victoires contre 21 défaites. Au 5 novembre 2007, Il pointait à la 15e place du classement technique de l'ATP.

En haut



Nikolay Davydenko

Davydenko-Nalbandian (Roland-Garros 2006)

Nikolaï Davydenko (Николай Давыденко), né le 2 juin 1981 à Severodonetsk (Ukraine), est un joueur de tennis russe. Professionnel depuis 1999, il est actuellement n° 5 mondial.

Joueur polyvalent et discret, Nikolay Davydenko est également l'un des seuls joueurs à disputer régulièrement plus de 30 tournois en une saison, ce qui lui vaut le surnom de « stakhanoviste » des courts.

Il a remporté quatorze titres sur le circuit ATP dont deux Masters Series.

En 2006, il a déjà disputé 31 tournois, contre 16 par exemple à Roger Federer. Vainqueur de 67 matches, le Russe aurait toutefois bien tort de ne pas profiter de ses plus belles années pour briller. S'il lui reste encore à franchir la dernière marche dans les grands événements, comme les levées du Grand Chelem ou la Masters Cup où il n'a pas réussi à dépasser les poules, il a montré lors de cette année que l'on pouvait compter sur lui pour être un des principaux poursuivants de l'intouchable n'°1 Suisse.

Sa saison en chiffres: 5 titres (Pörtschach, Sopot, New Haven, Moscou, Bercy), 2 finales disputées (Estoril, Bastad), quart de finaliste à l'Open d'Australie, Roland-Garros, demi-finaliste à l'US Open.

Il clôture également cette année avec à son actif des statistiques de retour de service impressionnantes, puisqu'il termine meilleur retourneur du circuit ATP, avec 35 % de jeux de retour gagnés en 94 matches (le 2e, l'espagnol David Ferrer, est à 33 % de jeux gagnés en ayant toutefois joué 30 matches de moins).

Après une demi-finale et un huitième de finale à Doha et à Sydney, Davydenko commence l'année 2007 par une défaite prématurée en quarts de finale de l'Open d'Australie face à l'Allemand Tommy Haas. S'ensuivent ensuite 4 tournois où il n'atteint pas la finale, ce qui lui fait perdre sa place de n°3 mondial au profit d'Andy Roddick. Son ratio après deux mois est de 12 victoires pour 6 défaites. En mai 2007, Nikolay Davydenko va atteindre la demi-finale du tournoi de Rome : il fera un match d'anthologie contre Rafael Nadal, roi de la terre battue, et le poussera à l'extrême limite de son talent et de ses forces (ce faisant, ce dernier remporte sa 76e victoire de suite sur la brique pilée). La gestuelle épurée, la précision et la vélocité de son jeu de jambes, son revers extraordinaire neutralisent les missiles liftés et bombés du gaucher espagnol. Ce jour là, Nikolay dicte le jeu en prenant la balle très tôt et parsème le cours de coups gagnants. Le physique extraordinaire du Majorquin lui permettra de reprendre le dessus dans les deux derniers jeux du dernier set. Cette défaite, 6/7 7/6 4/6, au terme d'un match d'une intensité inouïe de 3h38, relance sa saison. Chose rare, il a été soutenu et applaudi par le public italien sans discontinuer...

L'année se termine sur une affaire à laquelle le monde du tennis ne s'attendait pas. Le 2 août 2007, lors de l'Open de Sopot, en Pologne, Nikolay Davydenko est le favori légitime du match contre l'Argentin Martin Vassallo Arguello. Betfair, l'une des sociétés de paris en ligne, est alertée par des mises d'un montant inhabituel (7 millions de dollars, dix fois plus que d'ordinaire) sur la victoire de Vassallo-Arguello. En abandonnant au début du 3e set en raison d'une blessure au pied, Davydenko est entraîné dans une tempête médiatique pouvant le déstabiliser, tandis que plusieurs joueurs, dont Younès El Aynaoui et Arnaud Clément reconnaissent avoir été dans le passé les cibles de tentatives de corruption. Le 25 octobre 2007, lors de l'Open de Saint-Pétersbourg 2007 en Russie, il est sanctionné, par l'arbitre, pour "manque de combativité" lors du troisième set de son match perdu contre le Croate Marin Čilić mais sera blanchi par l'ATP ensuite. Roger Federer lui-même lui apporte son soutien.

Après un Open d'Australie bien entamé mais une sortie abrupte contre son compatriote Mikhail Youzhny, Davydenko est défait à Rotterdam et à Indian Wells par les futurs vainqueurs des tournois. Son meilleur résultat jusqu'alors reste une demi-finale à Dubaï. Mais début avril, quelques jours après que l'on a parlé en coulisses de la fin imminente des affaires qui l'avaient alourdi les mois précédents, Nikolay remporte le Masters Series de Miami. Il sauve deux balles de matches en début de tournoi, domine pour la première fois Andy Roddick en demi-finale puis survole la finale face à Rafael Nadal.

Sur terre battue, il débute par une finale à Estoril perdue contre Roger Federer. Il enchaîne par une demi-finale à Monte-Carlo où il est battu par Nadal (6/3, 6/2). Après deux tournois ratés où il est battu deux fois au second tour au Masters de Rome et au Masters d'Hambourg, il s'impose à l'Open de Poertschach en battant Juan Monaco en finale. Il atteint ensuite le troisième tour des Internationaux de France de Roland-Garros battu par Ivan Ljubicic avant de s'imposer à l'Open de Varsovie en finale face à Tommy Robredo (6/3 6/3). Cette victoire à Varsovie l'a contraint à réduire sa préparation pour le Tournoi de Wimbledon ce qui se ressent, il s'incline dès le premier tour contre Benjamin Becker.

Après un été bien pauvre en victoire, il est de retour pour l'US Open où il perd face à Gilles Muller en huitièmes de finale. Davydenko participe ensuite à la défaite de son équipe de Coupe Davis face à l'Argentine. Sa fin de saison n'est pas florissante, même s'il atteint la demi-finale du Masters de Paris-Bercy en éliminant notamment Rafael Nadal par abandon ; il est battu par David Nalbandian (6-1, 5-7, 6-4). Davydenko est tout de même qualifié pour la Masters Cup. Le tirage au sort le place dans le groupe Or en compagnie de Tsonga, Djokovic et Del Potro. Pour son premier match, il bat Jo-Wilfried Tsonga dans un match accroché (66-7, 6-4, 7-6o) ; son deuxième match s'avère tout aussi serré mais cette fois en sa défaveur, Đoković s'imposant 7-63, 0-6, 7-5. Davydenko se qualifie pour les demi-finales grâce à sa victoire facile face à la révélation de la saison 2008 l'Argentin Del Potro (6-3, 6-2). Puis, au terme d'une demi-finale remarquable, il bat Andy Murray (7-5, 6-2) qui était sans doute fatigué par son match contre Federer la veille. En finale, il se heurte à un Novak Đoković solide et s'incline 6-1, 7-5.

Nikolay Davydenko débute sa saison par l'Open de Chennai où il est tête de série n°1. Il déclare forfait pour l'Open d'Australie 2009 et le tournoi de Madras où il devait jouer, en raison d'une blessure au talon du pied gauche. En Février, il participe au Tournoi de Rotterdam mais il est stoppé en 8e de finale par Julien Benneteau. Son forfait au Masters de Miami le fera redescendre dans le classement ATP aux alentours de la 9e place mondial, classement qu'il n'avait plus atteint depuis le 23 mai 2005.

En haut



Guillermo Coria

Image:Coria profile 1.jpg

Guillermo Sebastián Coria est un joueur de tennis argentin. Il est né le 13 janvier 1982 à Rufino. Sa surface de prédilection est la terre battue. Durant 3 saisons entre 2003 et 2006, il est un des tous meilleurs joueurs du monde et atteint la 3ème place mondiale en 2004. Multipliant les blessures physiques et mentales, il se situe désormais aux alentours de la 500ème place mondiale.

C’est en 2003 qu’il va véritablement exploser. Après des finales perdues à Buenos Aires et Monte Carlo contre Moyá et Ferrero, il remporte 5 titres: Hambourg (son premier Master Series), Stuttgart, Kitzbuel, Sopot (remportant son troisième tournoi en trois semaines, exploit inédit depuis deux décennies) et enfin Bâle (son seul tournoi sur surface rapide, en indoor). Il dispute le Masters et termine l’année au quatrième rang mondial.

En 2004, il atteint la finale du tournoi de Roland Garros battu par son compatriote Gastón Gaudio en 5 sets. Au cours de cette finale, il a mené 2 sets à 0 avant d'être tétanisé par les crampes. Il fait partie de l'équipe d'Argentine de Coupe Davis et est surnommé El Mago (le magicien).

Depuis 2006, une grave blessure à l'épaule est à l'origine d'un dérèglement de son service. Petit à petit, ne parvenant plus à servir correctement, il perd confiance en lui et ne trouve plus de motivation pour la compétition à tel point qu'il finit par se retirer du circuit ATP (sans pour autant avoir annoncé sa retraite sportive).

Après quelques mois d'absence, Guillermo Coria annonce puis annule son retour à plusieurs reprises. Malgré ces annulations, il déclare que son principal objectif est toujours Roland-Garros ("J'ai une revanche à prendre ! Je veux gagner Roland-Garros"). En 2007, il continue de s'entrainer mais semble encore manquer de confiance en lui. En effet, après un nouveau retour avorté, son collègue argentin Guillermo Cañas déclarait à la presse ne pas savoir pourquoi Coria ne reprenait pas la compétition car après s'être entrainé avec lui peu de temps auparavant, il estimait que son niveau de jeu était très bon.

Fin 2007, Coria participe aux tournois challengers de "Belo Horizonte" et de "Asuncion". Il perd les deux tournois dès le premier tour mais cette réapparition montre son envie de revenir au plus haut niveau du tennis mondial et fait aussi taire les nombreuses rumeurs de retraite anticipée.

Le 28 janvier 2008, il fait son retour sur le circuit ATP au tournoi de Vina Del Mar après plus de 15 mois d'absence. Il perd de nouveau au premier tour face à un très bon Pablo Cuevas qui est passé deux fois à un point de remporter le tournoi (Fernando González a dû sauver deux balles de match face à lui en demi finale avant de se qualifier pour la finale et le deuxième finaliste Juan Monaco se blessa avant le match et dû abandonner sans avoir joué la finale).

Au tournoi suivant, à Costa Do Sauipe, il gagne son premier match sur le circuit ATP depuis Juillet 2006 face à Francesco Aldi (6-4 7-5).

Depuis 2008 il fait parti du Blagnac TC qui joue le championnat de France interclubs de tennis.

Il était le meilleur joueur incontestablement sur terre battue entre 2003 et 2005 mais une défaite tres mal vécue a Roland Garros après avoir facilement mené 2 sets 0 contre son compatriote Gaston Gaudio, il tente de revenir difficilement en 2008 avec quelques sorties sur des tournois peu cotés mais sans réussite et une défaite à Roland Garros au 1er tour en 4 sets contre Tommy Robredo (n°12).

Guillermo Coria est un joueur de fond de court extrêmement rapide, excellent contreur et déstabilisant pour son adversaire de par son jeu très lifté qui lui permet de trouver des zones parfaitement adaptées au jeu sur terre-battue. Son revers à deux mains est un exemple du genre : très lifté et frappé à la fois, il arrive à trouver le long de ligne avec une facilité déconcertante et ce, plusieurs fois par jeu, comme le prouve son quart de finale à Roland Garros 2003, où il terrassa André Agassi en lui infligeant pas moins de 15 revers gagnants lors du 3e set. Mais il ne faut pas oublier le coup qui a fait de lui un des joueurs les plus malins du circuit ATP : l'amortie. Son toucher exceptionnel lui permet de placer une balle "morte" juste derrière le filet sur toutes les balles de l'adversaire, quelque soit la force ou l'effet.

Son service commença à s'améliorer après que Josep Perlas fut devenu son entraîneur. Il atteint les 200 Km/h assez souvent et trouve des angles slicés plus facilement qu'auparavant où il se contentait de servir kické sur l'extérieur droit du court. Mais ses carences en concentration dans ce domaine du jeu ne lui permettent pas d'exploiter toutes les possibilités d'un service pourtant très bon. Sa condition physique est excellente et son jeu de jambe est hallucinant de par sa rapidité et sa précision. Cela dit, Guillermo restera toujours un joueur fragile autant physiquement que mentalement.

Guillermo fut condamné 1 fois pour dopage par l'ATP pour un contrôle positif à la nandrolone en 2001. En 2007 il a été blanchi lorsque le tribunal sportif international a décrété que son dopage était involontaire car provoqué par un complément de vitamines contaminés.

En haut



Source : Wikipedia