Sylvain Chavanel

3.4605067063955 (671)
Posté par marvin 04/03/2009 @ 08:16

Tags : sylvain chavanel, cyclistes, cyclisme, sport

Dernières actualités
Cyclisme : Sylvain Chavanel au critérium de Calais - La Voix des Sports
En tête d'affiche, on retrouvera Sylvain Chavanel alors que Jimmy Casper, David Boucher et le Calaisien Steven Tronet ont annoncé leur participation. Christophe Moreau, Nicolas Vaugondy, champion de France en titre, Thomas Voeckler sont susceptibles...
Haussler toujours en tête du classement mondial, Chavanel 13e - Le Parisien
Les positions sont restées inchangées dans les 15 premiers rangs, à l'exception du Belge Philippe Gilbert qui est remonté de la 21e à la 9e place grâce à sa performance (4e) dans la course néerlandaise. Le meilleur Français, Sylvain Chavanel,...
Cyclisme - Giro - Quick Step avec Seeldrayers - L'Equipe.fr
En vue dans Paris-Nice (meilleur jeune) au côté de Sylvain Chavanel, le Belge Kevin Seeldrayers aura carte blanche dans les étapes de montagne, épaulé par son compatriote Dries Devenyns, à son aise lors des classiques du printemps....
4 Jours de DUNKERQUE - Sport.fr
Les grands noms du cyclisme international l'ont remportée : Jacques Anquetil, Lucien Aimar, Freddy Maertens, Walter Godefroot, Jean-Luc Vandenbroucke, Bernard Hinault, Charly Mottet, et plus récemment Didier Rous, Sylvain Chavanel, Christophe Moreau,...
Affaire Boonen: Quick Step perdrait 3 millions - RTBF
"Nous avons présenté Quick Step comme une équipe, avec Tom, Stijn Devolder, Sylvain Chavanel, Steven De Jongh et Carlos Barredo. C'est pourquoi je pense que les dommages seront un peu moindre par rapport à l'an dernier." Reste à savoir si l'un de ses...
Cyclisme : lancement des 4 jours de Dunkerque 2009 - Publiciblog (Communiqué de presse)
Remportée par les plus grands comme Jacques Anquetil, Bernard Hinault, Johann Musseuw, ou encore la star française actuelle, Sylvain Chavanel, cette course historique réunira cette année un peu plus de 180 coureurs. Pour succéder au palmarès au...
Cyclisme - Quick Step - Pineau tient sa chance - L'Equipe.fr
Les classiques flandriennes avaient été le terrain d'expression idéal pour Sylvain Chavanel, parfait équipier de Stijn Devolder et de Tom Boonen. La semaine des Ardennaises va offrir à Jérôme Pineau, l'autre recrue française de Quick Step,...

Sylvain Chavanel

Sylvain Chavanel (né le 30 juin 1979 à Châtellerault dans la Vienne) est un coureur cycliste français, membre de l'équipe Quick Step. Son frère cadet Sébastien Chavanel est également cycliste.

Professionnel depuis 2000, Sylvain Chavanel reste fidèle à l'équipe de Jean-René Bernaudeau (« Bonjour » de 2000 à 2002, puis « Brioches La Boulangère » de 2003 à 2004). Sylvain passe ensuite chez Cofidis de 2005 à 2008.

En juillet 2008, il s'engage pour deux saisons avec l'équipe Quick Step, où il retrouve son ancien coéquipier Jérôme Pineau.

Le 25 juillet 2008, il gagne la 19e étape du Tour de France à Montluçon, en battant au sprint son compagnon d'échappée Jérémy Roy. Il est élu coureur le plus combatif du Tour de France 2008.

Le 3 septembre 2008, il termine deuxième de l'étape contre la montre à Ciudad Real de la Vuelta 2008 en prenant au passage la deuxième place dans le classement général à 2 secondes de Levi Leipheimer. Le lendemain, sur l'étape Ciudad Real - Toledo Chavanel et son équipe travaillent fort pour lui permettre de prendre deux fois 6 secondes de bonification aux sprints et pour empêcher ses adversaires de prendre de bonifications. C'est ainsi qu'il enfile le 4 septembre 2008 en fin d'étape le maillot d'or de leader du Tour d'Espagne. Cette saison qu'il termine avec 7 victoires lui permet de remporter le Vélo d'or français.

En haut



Paris-Nice 2008

La course cycliste à étapes Paris-Nice a eu lieu du 9 au 16 mars 2008.

Cette 66e édition de la « course au soleil » est, comme l'édition 2007, au cœur du conflit opposant l'Union cycliste internationale et les organisateurs des grands tours que sont Amaury Sport Organisation (ASO), RCS Sport et Unipublic.

Ces sociétés se sont retirées en 2008 du ProTour, dont leurs épreuves faisaient partie depuis sa création en 2005. RCS (organisateur notamment du Tour d'Italie) et ASO (organisateur entre autres du Tour de France et de Paris-Nice) ont par conséquent pris la décision de se défaire de leurs obligations quant à l'invitation des équipes. Ce fut d'abord RCS qui décida au début du mois de février de ne pas inviter les formations Astana, Bouygues Telecom, Crédit agricole et Team High Road. Quelques jours plus tard, c'est au tour d'ASO d'annoncer sa sélection, tenant à l'écart Astana pour Paris-Nice ainsi que les autres épreuves qu'elle organise, motivant sa décision par les affaires de dopage ayant secoué l'équipe en 2007. Cette exclusion prive notamment de participation Alberto Contador, tenant du titre du Tour et de Paris-Nice, et provoque le mécontentement de l'UCI et de son président Patrick McQuaid qui appelle au boycott de la course.

Les différents acteurs du cyclisme professionnel prennent alors position. L'Association Internationale des Groupes Cyclistes Professionnels (AIGCP), regroupant les équipes cyclistes professionnelles, prend la décision de participer à l'épreuve, tandis que l'association des Cyclistes Professionnels Associés (CPA), par la voix de son président Cédric Vasseur déplore « un conflit qui s'éternise et n'a que trop duré » et constate que « les coureurs n'ont d'autre choix que de suivre les consignes dictées par leurs employeurs ».

La tension monte d'un cran lorsqu'ASO décide d'organiser Paris-Nice sous l'égide de la Fédération française de cyclisme,. En réaction, l'UCI adresse le 4 mars un courrier à destination des coureurs, les menaçant de peines de suspension de six mois, d'une amende de 10 000 francs suisse et d'une interdiction de participation aux championnats du monde et aux Jeux Olympiques,.

Tandis que le Tribunal arbitral du sport, saisi par l'International Professional Cycling Teams (IPCT), décline sa compétence quant à la requête d'arbitrage déposée, les équipes membres de l'AIGCP décident majoritairement la veille du prologue de prendre de le départ de Paris-Nice.

Vingt équipes ont été invitées à participer à ce Paris-Nice. Toutes les équipes du ProTour sont présentes, à l'exception notable de la formation Astana, dont est membre le tenant du titre Alberto Contador. Trois équipes continentales professionnelles ont été invitées : Agritubel, Skil-Shimano et Slipstream Chipotle.

Ainsi, comme en 2007 lorsque Floyd Landis était absent, le vainqueur de l'édition précédente n'est pas au départ de Paris-Nice. C'est donc son dauphin Davide Rebellin qui porte le dossard n°1. Ayant prouvé sa bonne forme avec une victoire sur le Tour du Haut-Var, il fait légitimement partie des favoris.

Également sur le podium en 2007, et vainqueur d'une étape en solitaire, l'Espagnol Luis León Sánchez Gil de l'équipe Caisse d'Épargne a fait de Paris-Nice l'un des objectifs de sa saison. Son équipe dispose par ailleurs d'autres atouts avec le vainqueur du Tour de France 2006 Oscar Pereiro, et de David López García, sixième à Nice en 2007.

La formation Silence-Lotto se présente avec deux vainqueurs potentiels : Cadel Evans, deuxième du Tour de France et auteur de plusieurs places d'honneur sur des courses par étapes en 2007, et Yaroslav Popovych, arrivé en provenance de Discovery Channel à l'intersaison. Il s'agit de la première collaboration des deux coureurs sur une même épreuve. Evans ayant pour objectif le Tour, Popovych pourrait bénéficier du soutien de ce dernier.

L'équipe Team CSC a pour leader le Luxembourgeois Fränk Schleck, toujours classé parmi les dix premiers de l'épreuve depuis 2004. Dans sa quête d'une première victoire finale dans une course par étapes, il est notamment accompagné d'un ancien vainqueur de Paris-Nice, Bobby Julich, et de Jens Voigt, double vainqueur du Tour d'Allemagne.

Parmi les autres leaders et favoris, Damiano Cunego, ancien vainqueur du Tour d'Italie, participe pour la première fois à Paris-Nice. David Millar, qui a reconnu le mont Ventoux deux fois dans la semaine précédent le départ, a récemment fini deuxième du Tour de Californie. Le champion de France Christophe Moreau peut également offrir un succès de choix à sa nouvelle équipe Agritubel.

Peu de sprinters participent à cette 66e édition de la course au soleil. L'équipe Team High Road fait exception en alignant André Greipel, Bernhard Eisel et Vicente Reynes. Thor Hushovd (Crédit agricole) et Gert Steegmans (Quick Step) sont également présents. Philippe Gilbert, déjà quatre fois vainqueur en 2008, et Rinaldo Nocentini, qui a remporté le Grand Prix de Lugano, font partie des coureurs en forme pouvant viser les victoires d'étape.

Thor Hushovd remporte le prologue de la « course au soleil », disputé sous la pluie pour la majorité des participants. Il devance le surprenant Basque Markel Irizar (Euskaltel-Euskadi) et l'Allemand Stefan Schumacher (Gerolsteiner).

Au terme d'une journée pluvieuse et venteuse, le Belge Gert Steegmans gagne la première étape raccourcie de moitié. Il devance un groupe d'une trentaine de coureurs dans un final en côte à Nevers. De nombreux coureurs ont été piégés par le vent et sont arrivés avec plusieurs minutes de retard, parmi lesquels Cadel Evans, Damiano Cunego et Christophe Moreau.

Le lendemain, dans un cadre météorologique similaire, Steegmans s'impose à nouveau au sprint sur Hushovd dans un groupe de quatre coureurs. L'étape est marquée par la longue course en tête du jeune Thierry Hupond qui prend le maillot à pois de meilleur grimpeur. Piégé par les chutes, le leader de la CSC Fränk Schleck perd à son tour plus de trois minutes.

Kjell Carlström sort vainqueur de la traversée des monts du Lyonnais et du Pilat, devant son compagnon d'échappée Clément Lhotellerie, qui s'empare du maillot de meilleur grimpeur. Présent dans un groupe de poursuivants, Sylvain Chavanel prend la tête du classement général.

Il doit cependant laisser filer sa tunique jaune dès le lendemain, sur les pentes du mont Ventoux, au profit du jeune Néerlandais Robert Gesink (Rabobank) qui domine l'ascension finale. Seul Cadel Evans parvient à le suivre et remporte l'étape.

Ayant bien résisté sur le mont Ventoux, Lhotellerie renforce son maillot à pois le vendredi dans les monts de Vaucluse. Dans les derniers kilomètres, Carlos Barredo attaque le groupe de tête dans lequel il se trouve et s'impose en solitaire à Sisteron.

Dominateur sur le Ventoux, Gesink perd le maillot jaune dans la descente du col du Tanneron dans l'avant-dernière étape, distancé entre autres par Rinaldo Nocentini et Davide Rebellin. Ce dernier est le nouveau leader du classement général. Sylvain Chavanel remporte l'étape à Cannes.

Dans une septième et dernière étape difficile, Rebellin parvient à contrôler ses poursuivants pour la victoire finale et conserve son maillot jaune. Luis León Sánchez franchit le premier la ligne d'arrivée.

En haut



Tour d'Espagne 2008

Vuelta-a-Espana-2008.png

La 63e édition du Tour d'Espagne s'est élancée de Grenade, en Andalousie, le 30 août 2008 pour se terminer trois semaines plus tard à Madrid. Le parcours de 3 173 kilomètres comptait 21 étapes, dont trois contre-la-montre. L'Espagnol Alberto Contador a remporté l'épreuve, ajoutant un troisième grand tour à son palmarès. Le Belge Greg Van Avermaet s'est imposé au classement par points et le Français David Moncoutié au classement de la montagne.

Seules 16 des 18 équipes ProTour sont présentes sur ce Tour d'Espagne. L'équipe Columbia a retiré sa candidature dès le mois d'avril, préférant se concentrer sur le Tour de Grande-Bretagne, le Tour d'Irlande et le Tour du Missouri en raison de ses intérêts commerciaux. L'équipe Scott-American Beef (ex-Saunier Duval-Scott) a été exclue par les organisateurs en raison du contrôle antidopage positif à l'EPO dont a fait l'objet son leader italien Riccardo Riccò durant le Tour de France.

Trois équipes continentales professionnelles ont été conviées : Andalucia-Cajasur, Xacobeo Galicia et Tinkoff Credit Systems. Les deux premières étaient déjà présentes lors de l'édition précédente. Pour Tinkoff, il s'agit de la première Vuelta, après deux participations consécutives au Tour d'Italie.

L'organisation n'a pas profité de l'absence de Scott-American Beef et Columbia pour inviter une ou plusieurs équipes supplémentaires. Cette Vuelta 2008 met ainsi aux prises 19 équipes pour 171 coureurs, contre 21 équipes pour 189 en 2007.

Des trois coureurs montés sur le podium de l'édition 2007, seul Carlos Sastre est présent cette année. Le vainqueur sortant Denis Menchov a annoncé dès le mois de février son intention de participer au Tour d'Italie et au Tour de France et de ne pas défendre son titre. Samuel Sánchez, troisième en 2007 et récent champion olympique, n'est pas non plus au départ.

Étant lauréat du Tour 2008, Sastre apparaît comme l'un des principaux favoris, tout comme Alberto Contador, vainqueur du Giro 2008 et qui tente de remporter son troisième grand tour. Il a à ses côtés dans l'équipe Astana deux coureurs ayant connu le podium du Tour de France, Levi Leipheimer et Andreas Klöden.

Alejandro Valverde, Damiano Cunego, Ezequiel Mosquera, cinquième de l'édition précédente, Yaroslav Popovych, leader de l'équipe Silence-Lotto en l'absence de Cadel Evans, et Igor Antón, Mikel Astarloza, tous deux chez Euskaltel-Euskadi figurent parmi les coureurs pouvant jouer le classement général. Le jeune espoir Robert Gesink (22 ans) dispute son premier grand tour.

Plusieurs sprinteurs sont présents au départ : Daniele Bennati, vainqueur du classement par points en 2007, Oscar Freire, Tom Boonen, Danilo Napolitano, Koldo Fernández, Greg Van Avermaet, et Erik Zabel.

Les spécialistes des classiques Paolo Bettini, et les deux Gerolsteiner, Davide Rebellin et Stefan Schumacher participent également à cette Vuelta.

La première semaine de course voit six coureurs différents occuper la première place du classement général. L'Italien Filippo Pozzato est le premier porteur du maillot or, grâce à la victoire de sa formation Liquigas dans le contre-la-montre par équipes de Grenade. Alejandro Valverde, victorieux le lendemain, lui succède pour une journée. Les deux étapes suivantes voient les succès des sprinters Tom Boonen et Alessandro Ballan, celui-ci prenant la tête de la course. Le premier contre-la-montre individuel de cette Vuelta est remporté par l'Américain Levi Leipheimer (Astana), qui devient à son tour leader. Parmi les coureurs jouant le classement général, Alberto Contador et Alejandro Valverde sont à moins d'une minute tandis que Robert Gesink, Igor Anton et Yaroslav Popovych perdent plus de deux minutes. Le Français Sylvain Chavanel (Cofidis), deuxième de l'étape, détrône Leipheimer le lendemain à la faveur des bonifications.

Les cyclistes présents dans le tableau ci-dessous correspondent aux leaders des classements annexes. Ils peuvent ne pas correspondre avec le porteur du maillot.

NP : Non-Partant ; A : abandon en cours d'étape ; HD : hors délai ; EX : exclu.

En haut



Tour du Poitou-Charentes

Le Tour du Poitou-Charentes est une course cycliste par étapes française créée en 1987. Elle est ouverte aux équipes professionnelles depuis 1991. Cette épreuve sur route de cinq étapes est classée en catégorie 2.1 depuis 2005. Elle compte quelques coureurs de renommée internationale à son palmarès tels que l'Allemand Jens Voigt, le Danois Kim Andersen, l'Américain Floyd Landis et les Français Christophe Moreau, Thierry Marie, Sylvain Chavanel et Thomas Voeckler.

En haut



Tour de France 2008

Carte des étapes du Tour 2008

La 95e édition du Tour de France a eu lieu du 5 au 27 juillet 2008. La course est partie de Brest. Elle comprenait 21 étapes pour une longueur totale de 3 559,5 km.

Cette édition s'est caractérisée par l'absence de prologue au départ, remplacé par une 1re étape en ligne, et par la suppression des bonifications de temps aussi bien aux sprints intermédiaires qu'à l'arrivée de chaque étape.

La société Amaury Sport Organisation (ASO), qui organise le Tour de France (parmi 11 courses cyclistes dont Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège, Paris-Nice), a décidé en 2008 de retirer ses épreuves de l'UCI ProTour. Les courses concernées ont été versées soit au calendrier de l'UCI Europe Tour (la Flèche wallonne), soit au « calendrier historique » proposé par l'Union cycliste internationale en janvier (Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège). ASO a écarté ces solutions pour le Tour de France qui, comme Paris-Nice, est organisé sous l'égide de la Fédération française de cyclisme. En réaction à ce choix, l'UCI a suspendu la FFC de ses instances.

Le Tour de France 2008 ne figurant dans aucun calendrier de l'UCI, les coureurs n'y marqueront aucun point pour le ProTour. Ce retrait a également des conséquences sur la sélection des équipes et les contrôles antidopage.

En retirant ses épreuves du ProTour, ASO s'est soustraite à l'obligation d'inviter toutes les équipes ProTour à chaque compétition. La société avait déjà pris ses libertés avec le règlement en 2007 en refusant d'inviter l'équipe Unibet.com. En 2008, c'est l'équipe Astana qui fait face au refus d'ASO. En février, la société a annoncé la liste des équipes conviées à ses épreuves, et l'exclusion d'Astana en raison « des dommages causés par cette équipe au Tour de France et au cyclisme en général, tant en 2006 qu'en 2007 ». L'équipe avait en effet quitté le Tour 2007 suite au contrôle anti-dopage positif de son leader Alexandre Vinokourov. De plus, Astana prenait la succession de l'équipe Liberty Seguros/Astana-Würth, dont le dirigeant Manolo Saiz et plusieurs coureurs avaient été impliqués à divers degrés dans l'affaire Puerto.

Cette éviction écarte trois favoris potentiels du Tour : le vainqueur et le troisième de l'édition précédente Alberto Contador et Levi Leipheimer, et Andreas Klöden, deuxième en 2004 et 2006. Le manager d'Astana Johan Bruyneel, arrivé à l'intersaison en provenance de l'équipe Discovery Channel en compagnie de plusieurs coureurs dont Contador et Leipheimer, a déploré cette décision et estimé que « le Tour beaucoup de sa crédibilité en laissant de côté quelques-uns des meilleurs coureurs du monde, qui n'ont jamais été impliqués dans des affaires de dopage ». Il a ajouté qu'Astana dépenserait 460 000 euros en 2008 pour la lutte antidopage et que d'autres protagonistes avaient un passé suspect.

La sélection complète pour le Tour, annoncée en mars, comprend 17 équipes ProTour et trois équipes continentales : Agritubel et Barloworld, déjà présentes en 2007, et Slipstream Chipotle, qui prend le nom de Garmin Chipotle en juin. L'invitation de ces équipes est justifiée par ASO par l'« aspect préférence nationale » pour la première, avec la présence en son sein de Christophe Moreau, pour la seconde par ses résultats convaincants sur le Tour 2007 (deux victoires d'étapes et le maillot à pois). S'agissant de Garmin-Chipotle, les organisateurs ont déclaré que la « philosophie » de l'équipe américaine, fondée sur la lutte antidopage, leur convenait.

Autre conséquence de la sortie du Tour du giron de l'UCI : les contrôles antidopage ne sont pas effectués par cette dernière mais par l'Agence française de lutte contre le dopage. En outre, celle-ci ne bénéficie pas des données du passeport biologique mis en place en début de saison, l'UCI refusant de les communiquer,.

Au départ de Brest, les 3 et 4 juillet, l'AFLD a effectué des prélèvements sanguins sur les 180 coureurs afin de permettre un ciblage des contrôle durant la compétition. Les résultats de ces prélèvement sont remis aux coureurs et transmis à l'UCI en vue d'être intégrés au passeport sanguin des coureurs.

Avant la deuxième étape, 36 coureurs subissent un contrôle sanguin. Tous sont autorisés à prendre le départ.

En l'espace de quelques jours, trois coureurs sont contrôlés positifs à l'EPO. L'Espagnol Manuel Beltran, coureur de l'équipe italienne Liquigas, est contrôlé positif à l'issue de la première étape. Il est mis hors-course par son équipe après la 7e étape et le soir, des perquisitions sont menées dans son hôtel par la police. L'Espagnol Moisés Dueñas est également contrôlé positif à l'EPO à l'issue de l'étape de contre-la-montre disputée à Cholet le 8 juillet. Le coureur de l'équipe Barloworld, premier de son équipe au classement général est mis hors course le 16 juillet par son équipe dès l'annonce de ce résultat. Enfin l'Italien Riccardo Ricco est controlé positif au CERA, une EPO de troisième génération. Le coureur de l'équipe Saunier Duval-Scott, porteur du maillot à pois ainsi que du maillot blanc de meilleur jeune, 9e au classement général, et victorieux des 6e et 9e étapes de montagne, est mis hors course le 17 juillet par son équipe dès l'annonce de ce résultat. Celle-ci a décidé dans la foulée de se retirer de la compétition puis de licencier Ricco et son compatriote Leonardo Piepoli, vainqueur d'étape à Hautacam.

Le Kazakh Dimitri Fofonov a été contrôlé positif à l'heptaminol à l'issue de la 18e étape et exclu quelques heures après l'arrivée de la dernière étape.

Le 9 août est révélé que des traces de glucocorticoïdes ont été retrouvées dans les urines du coureur français Jimmy Casper (Agritubel). Le cycliste en a imputé la faute à un problème de prescription de médicaments lors du renouvellement d'une autorisation à usage thérapeutique. Il est blanchi par la Ligue nationale de cyclisme le 15 septembre.

En septembre, l'AFLD a décidé d'effectuer de nouvelles analyses sur les échantillons de 10 coureurs en utilisant un nouveau test de dépistage de la CERA. Ces contrôles révèlent une positivité au CERA des échantillons de Stefan Schumacher, vainqueur de deux contre la montre, Leonardo Piepoli, vainqueur d'étape, et Bernhard Kohl, vainqueur du maillot à pois et troisième au classement général.

Deux coureurs sont considérés comme les principaux favoris : Cadel Evans et Alejandro Valverde. Deuxième en 2007, Evans est le seul coureur du podium de l'édition précédente au départ à Brest. Il s'est montré régulièrement en forme depuis le début de saison, de sa victoire d'étape à Paris-Nice sur les pentes du mont Ventoux à sa deuxième place au Critérium du Dauphiné Libéré. Le vainqueur sortant Alberto Contador en a fait son favori. Alejandro Valverde a remporté cette saison le Tour de Murcie, Liège-Bastogne-Liège, et, en juin, le Dauphiné Libéré et le championnat d'Espagne.

Plusieurs autres participants sont considérés comme des vainqueurs potentiels. Il s'agit notamment de Denis Menchov (Rabobank), double vainqueur du Tour d'Espagne (2005 et 2007), de Damiano Cunego (Lampre), vainqueur du Tour d'Italie 2004 et de l'Amstel Gold Race 2008, et de Carlos Sastre, leader du Team CSC, et quatrième en 2007. Il compte à ses côtés deux outsiders, les Luxembourgeois Andy et Frank Schleck. Le premier s'est révélé en terminant deuxième du Tour d'Italie 2007 ; le second s'est imposé à l'Alpe d'Huez lors du Tour de France 2006.

Un troisième Luxembourgeois, Kim Kirchen, a des ambitions au classement général après sa septième place en 2007. La formation Euskaltel-Euskadi se présente avec trois coureurs ayant terminé parmi les dix premiers de grands tours en 2007 : Haimar Zubeldia, Samuel Sanchez et Mikel Astarloza. La Barloworld est emmenée par le précédent lauréat du maillot à pois Mauricio Soler. Le jeune Roman Kreuziger (Liquigas) s'est ajouté à la liste des outsiders en gagnant le Tour de Suisse, même s'il déclare s'y présenter pour apprendre. Le leader de l'équipe Saunier Duval et dauphin de Contador sur le dernier Giro Riccardo Riccò dit viser les étapes de Super Besse et de l'Alpe d'Huez plutôt que le classement général.

Le Tour 2008 se caractérise par l'absence de prologue, remplacé par une première étape en ligne entre Brest et Plumelec. Un premier contre-la-montre intervient lors de la 4e étape autour de Cholet (29,5 km). La course se dirige ensuite vers le massif central pour deux étapes de moyenne montagne, la sixième et la septième. Les Pyrénées sont ensuite franchies avec des arrivées à Bagnères-de-Bigorre et Hautacam. Plusieurs étapes de transition mènent les coureurs jusqu'aux Alpes, pour une arrivée au sommet à Prato Nevoso, en Italie, lors de la 15e étape. Deux jours plus tard, l'Alpe d'Huez est le cadre de la dernière arrivée en altitude du Tour 2008.

Les coureurs effectuent un contre-la-montre de 53 kilomètres entre Cérilly et Saint-Amand-Montrond la veille de la traditionnelle arrivée à Paris, sur les Champs-Élysées.

Toutes les régions du Nord et de l'Est de la France sont évitées dans cette édition, et les seules incursions en territoire étranger se font en Italie, lors de l'arrivée à Prato Nevoso, le 20 juillet, et lors du départ de Cuneo, le 22 juillet.

Les points attribués dans les côtes hors-catégorie, 1re et 2e catégories sont doublés lorsqu'il s'agit d'arrivée en altitude.

Le compte rendu détaillé de chaque étape est obtenu en cliquant dans la colonne de gauche, à la ligne appropriée.

En haut



Trophée des Grimpeurs

Le Trophée des Grimpeurs ou la Polymultipliée, dénommée ainsi jusqu'en 1970, est une course cycliste française créée en 1913 à Chanteloup-les-Vignes et qui se déroule aujourd'hui sur les hauteurs des villes d'Argenteuil et Sannois, dans le département du Val-d'Oise.

C'est Louis Roudaire qui y pensa, la réglementa et l'organisa, pour la première fois le 6 avril 1913. L. Roudaire avait fondé, en 1910, une petite revue bimestrielle : Le Cyclotouriste, que la grande guerre stoppa et qui ne revit pas le jour. Louis Roudaire œuvrait aussi au sein de l'Audax Club Parisien et collaborait aussi à L'Auto.

6 avril 1913, Chanteloup-les-Vignes. Dans la première édition, la suggestion d'une catégorie pour les coureurs et une autre pour les amateurs n'ayant pas été retenue, tout le monde partit en même temps. La « poly » fut patronnée par le Touring-Club de France, L'Auto, l'Audax Club Parisien, le Cyclo-Touring Club et l'Union des cyclistes de Paris.

L'itinéraire retenu est formé par un circuit de 10 km environ, dans la région du confluent de l'Oise et de la Seine, passant par Chanteloup, les hauteurs de l'Hautil, la descente sur Maurecourt, puis retour vers Chanteloup par Andrésy. Parcours effectué dix fois, entre 7 heures et midi, marche à pied rigoureusement interdite.

Plus de mille cinq cent francs de prix furent offerts, ainsi que des médailles. Les bicyclettes à boyaux des coureurs, munies de freins à tenailles, moyeux à 2 ou 3 vitesses, jantes et garde-boues en bois, pesaient, en moyenne, 13 kilos. Les autres atteignaient 16 à 17 kg ; ce poids provenait de l'équipement plus solide des machines.

Le vainqueur fut FUSIER, 103 km en 4 heures et 3 minutes, sur cycle Peugeot, dérailleur Armstrong. On ne retrouva à l'arrivée que seize concurrents. Sur leurs machines, on relève : 8 moyeux à 3 vitesses, 3 moyeux à 2 vitesses, 3 systèmes bi-chaîne Marant, 2 systèmes Loubeyre.

Source : extraits de la revue Le Cycliste, mai 1963.

Actuellement, le Trophée des Grimpeurs se court sur une distance de 62,6 km pour l'épreuve Dames et de 137,3 km pour l'épreuve hommes.

Cette course est classée par l’UCI en catégorie 1.1 depuis 2005. Elle est également inscrite comme épreuve comptant pour la Coupe de France de cyclisme hommes et femmes.

Le circuit s'avère très exigeant avec ses 17 ascensions de la côte de l'Ermitage (1 km à 6,2 % avec les 300 derniers mètres à 13 %).

En haut



Source : Wikipedia