Steve Mandanda

3.3044247787515 (565)
Posté par marvin 24/03/2009 @ 08:07

Tags : steve mandanda, footballeurs, football, sport

Dernières actualités
A Marseille, Lyon bat Marseille 3-1 (2-0) - nouvelobs.com
Benzema transformait la sanction à contrepied, ne laissant aucune chance à Steve Mandanda (0-1, 31e). Sur un centre de Niang, Lorik Cana ratait l'occasion d'égaliser en ne reprenant pas bien la balle seul face à Lloris (39e)....
Comment Mandanda a repris la main - Le Parisien
Steve Mandanda traversait la première zone de turbulences de sa jeune carrière, jusque-là rectiligne. Ses prestations en championnat, en demi-teinte au Stade-Vélodrome contre le PSG (défaite 4-2) et Lorient (défaite 3-2) avaient fait suite à la défaite...
OM : Taiwo, l'aile et les cuisses - Libération
L'international nigérian est l'un des joueurs les plus utilisés cette année, derrière Steve Mandanda et Hilton. Il est revenu mercredi à Nice, avec un déboulé et un centre pour le but du 2-0 de Brandao. Une action qu'il décrivait ainsi,...
Mandanda : «L'OL, un match très compliqué» - Foot01.com
Pour Steve Mandanda, la réception de Lyon dimanche au Vélodrome est suffisamment importante pour que toute l'équipe ne tombe pas dans l'euphorie après la belle victoire obtenue à Nice. « On est à l'approche de quelque chose d'énorme et tout le monde...
L1 : le classement à l'issue de la 36e journée - Maxifoot
Relégués en deuxième position, les coéquipiers de Steve Mandanda comptent désormais trois points de retard sur les Girondins. L'Olympique Lyonnais consolide sa troisième place avec quatre longueurs d'avance sur le Paris SG, battu samedi....
Le coffre-fort olympien - Football.fr
Face au Gym, positionnés assez haut sur le rectangle vert, les défenseurs marseillais ont parfaitement contenu leurs adversaires directs, ne laissant à leur portier international, Steve Mandanda, le soin de ne réaliser qu'une seule véritable parade,...
Foot - L1 - OM - Mandanda concentré sur l'objectif - L'Equipe.fr
Steve Mandanda a été décisif à maintes reprises cette saison avec l'OM. Celui que Gerets qualifie de «meilleur gardien en Europe», veut l'être encore d'ici la fin de la saison pour gagner le titre. Steve Mandanda parle peu. Sur le terrain et en dehors,...
MARSEILLE/GERETS : «PENSER À DIMANCHE» - Sport365.fr
En deuxième mi-temps, pendant cinq minutes, ils étaient mieux dans le match, il a fallu un grand arrêt de Steve (Mandanda) pour ne pas qu'on encaisse un goal. Même s'il n'a pas beaucoup de travail, il a prouvé que quand on a besoin de lui il est là....
A Villeneuve d'Ascq, Marseille bat Lille 2-1 (0-0) - nouvelobs.com
Michel Bastos manquait son 14e but de la saison en frappant un penalty repoussé par Steve Mandanda, après une faute de bras de Charles Kaboré dans la surface sur un centre de la droite de Florent Balmont (40e). Mais les Lillois parvenaient à ouvrir le...
Mandanda : "Bravo à Carrasso" - Le Phoceen
Le match de samedi soir entre l'OM et Toulouse au Vélodrome va mettre aux prises l'ancien gardien numéro 1 de l'OM Cédric Carrasso à l'actuel gardien numéro 1, celui qui l'a détrôné, Steve Mandanda. Ce dernier a avoué qu'il avait beaucoup de respect...

Steve Mandanda

Steve Mandanda (né le 28 mars 1985 à Kinshasa, Congo) est un footballeur international français d'origine congolaise évoluant au poste de gardien de but à l'Marseille !Olympique de Marseille en Ligue 1. En 2008, il a été élu meilleur gardien de but du championnat de Ligue 1.

International français, il joue actuellement à l'Marseille !Olympique de Marseille. Il a été recruté au Le Havre AC pour suppléer Cédric Carrasso en tant que second gardien, mais ce premier ayant été blessé pour 6 mois en août 2007, Steve Mandanda a été propulsé titulaire pour sa première saison de Ligue 1. Après 6 mois de prestations, il est considéré par beaucoup comme meilleur que Carrasso et comme l'un des tous meilleurs gardiens de L1 faisant de lui le titulaire indiscutable dans les cages marseillaises au détriment de Carrasso.

Révélé récemment au niveau international, il est appelé pour la première fois en équipe de France par Raymond Domenech le 31 janvier 2008 et participe au match de la France A' contre la République Démocratique du Congo le 5 février 2008.

Début mars 2008, l'OM lève l'option d'achat de 2,5M€ et achète Steve pour en faire un titulaire en puissance. Egalement ce mois-ci, le portier marseillais remporte pour la première fois de sa carrière le Trophée joueur du mois UNFP pour ses performances réalisées en février. Il est le quatrième gardien à le remporter après Fabien Barthez, Grégory Coupet et Jérémie Janot. Il est le deuxième olympien à recevoir cette distinction lors de la saison 2007-2008 après Mamadou Niang en décembre.

Il reçoit le 11 mai 2008 le trophée du « meilleur gardien de Ligue 1 » de la saison, devançant le niçois Hugo Lloris.

Le 27 mai 2008, il joue son 1er match en Équipe de france face à l'Équateur. Le lendemain Raymond Domenech le sélectionne pour participer à l'Euro 2008 au détriment de Mickaël Landreau. Mais il ne participa à aucun match, la France se faisant éliminer au 1er tour.

Depuis août 2008, Raymond Domenech l'a titularisé dans les buts de l'Équipe de france pour les matchs de qualification de la Coupe du monde de football de 2010, à la place de Grégory Coupet. Il réalise lors du premier match de préparation face à la Suède plusieurs arrêts, permettant à la France de gagner 3 à 2. Contre l'Autriche, pour le premier match des éliminations de la Coupe du monde de football de 2010, il encaisse 3 buts (3-1 à la fin du match). Le mercredi suivant, il gagne avec la France contre la Serbie (2-1). Après un début de saison tonitruant, il est récompensé du Trophée joueur du mois UNFP en août 2008. En Coupe de la ligue, Boudewijn Zenden est capitaine de l'OM, à sa sortie, il donne le brassard de capitaine à Steve Mandanda.

Début 2009, Raymond Domenech a réaffirmé que Steve Mandanda était le gardien n°1 des Bleus. Pour ce poste il est en concurrence avec Hugo Lloris, le gardien de l'Lyon !Olympique lyonnais. Depuis le 14 mars 2009 il est pere d'un petit garçon Sacha.

En haut



Saison 2008-2009 de l'Olympique de Marseille

Supporters au Stade Armandie lors du match amical OM-Bordeaux

L'Marseille !Olympique de Marseille s'aligne pour la saison 2008-2009 en Ligue 1, en Coupe de France, en Coupe de la Ligue, en Ligue des Champions, puis en Coupe UEFA.

L'effectif professionnel de la saison 2008-2009, entraîné par Éric Gerets et son adjoint Dominique Cuperly, compte 3 joueurs formés au club. 12 joueurs internationaux figurent dans l'équipe, dont 3 français. L'entraîneur des gardiens Laurent Spinosi a sous son aile 4 joueurs dont Steve Mandanda, actuel gardien de l'Équipe de France de football. Lorik Cana, Taye Taiwo et Mamadou Niang sont les joueurs ayant évolué le plus longtemps sous les couleurs de l'OM, avec respectivement 135, 133 et 130 matchs joués jusqu'en mai 2008.

Avant même le début du championnat, l'Olympique de Marseille se démarque médiatiquement des autres équipes. En effet, tous les matches de préparation de l'OM sont diffusés sur Sport+, W9 ou Canal+ Sport en direct. L'équipe commence difficilement sa préparation avec deux défaites et un match nul en trois matches. Lors de leur unique stage à Évian, l'OM s'impose face aux Suisses de Neuchâtel Xamax et dès lors retrouve le goût de la victoire face au vice-champion bordelais, à l'AS Monaco et l'AC Ajaccio. Ce match du 26 juillet 2008 contre l'AC Ajaccio est organisé dans le cadre d'un hommage à Michel Moretti, ancien président de l'ACA, la victoire de l'Olympique de Marseille leur permet d'être les premiers vainqueurs du Challenge Michel Moretti.

Le 31 juillet, le club boucle sa campagne d'abonnement : 42 000 abonnés ont été recensés, ce qui montre l'engouement pour cette nouvelle saison : un sondage CSA/Le Parisien place l'OM comme principal concurrent de l'Olympique lyonnais pour la course au titre.

C'est avec un statut de favori que l'Olympique de Marseille se déplace à Rennes pour la première journée du Championnat de France de football L1 2008-2009. Après cinq minutes de jeu l'OM est mené 1-0 sur un but de Olivier Thomert qui marque le premier but de la saison 2008-2009. Ce but réveille les marseillais qui marquent par trois fois avant la mi-temps: Bakari Koné (12'), Hatem Ben Arfa (14') et Mamadou Niang (27') (1-3). Mais les Bretons revienent à hauteur grâce à un doublé de Thomert (68'), qui réalise le premier doublé de la saison, puis un but malchanceux de Steve Mandanda contre son camp (89'). Alors qu'on file tout droit vers un match nul, Elliot Grandin, rentré un quart d'heure plus tôt, marque (90+2'). L'Olympique de Marseille croit alors avoir fait le plus dur mais juste après le coup d'envoi, Bruno Cheyrou parvient à égaliser à la dernière seconde. L'arbitre siffle et le match se finit sur le score de 4-4.

La pression commence à monter sur les marseillais. Alors que le jeu offensif régale les supporters, la défense fait peur. L'OM se déplace en Norvège pour jouer le SK Brann en tour préliminaire de Ligue des champions. Ronald Zubar remplace Elamin Erbate et la défense est convaincante. L'OM prend une bonne option sur la qualification en gagnant 1-0 sur un but de Benoit Cheyrou.

L'Olympique de Marseille enchaine alors sur une large victoire à domicile contre l'AJ Auxerre devant plus de 50.000 spectateurs (4-0).

Avec 8 buts en deux matchs, l'OM est la meilleure attaque après la deuxième journée. Le samedi 23 août 2008, un bus de supporters de l'Olympique de Marseille, plus précisément de l'association MTP (Marseille Trop Puissant), est impliqué dans un accident sur l'A6 faisant deux morts et 28 blessés dont quatre gravement. Pape Diouf demande d'abord le report du match. Mais après réflexion, il déclare sur le site du club qu'après avoir discuté avec les différents partis impliqués, l'OM jouera contre Le Havre AC pour ces supporters. L'OM s'impose dans la douleur 1-0 grâce à un coup-franc de Boudewijn Zenden.

Encore sous le choc de l'accident du bus de supporters, l'OM reçoit SK Brann pour une qualification en phase de poule de la Ligue des Champions, importante sportivement et économiquement. Bien que largement donné favori, c'est au terme d'un match serré que l'OM vient à bout du SK Brann 2 buts à 1, grâce à un doublé du buteur Mamadou Niang. L'ouverture du score arrive après la mi-temps. Niang profite d'une incompréhension entre un défenseur et le gardien du club norvégien. Brann Bergen revient à la marque d'un but de la tête avant de lâcher prise sur une nouvelle erreur défensive qui permet à Niang, opportuniste, de réaliser un doublé et d'offrir à l'Olympique de Marseille une deuxième qualification consécutive pour les phases de poule de la Ligue des Champions 2008-2009, ce qui est une première dans l'histoire du club (avant 1993, la C1 ne comportait pas de phases de poules).

Le lendemain, le 28 août 2008, à 18 heures, a lieu le tirage au sort de la Ligue des Champions 2008-2009. Marseille a été tiré dans le groupe D avec le Liverpool FC, le PSV Eindhoven et l'Atlético de Madrid.

Le samedi 30 août, l'OM reçoit le FC Sochaux, en étant invaincu. Ben Arfa est forfait pour ce match en raison d'une pubalgie. À la 22e minute, Elamin Erbate se blesse et cède sa place à Lorik Cana au poste de défenseur central. Karim Ziani marque après une action individuelle (38'). Sur un centre de Niang, Bakari Koné marque le deuxième. Alors que l'OM file vers une victoire facile, Sochaux réduit l'écart grâce à un but de Mevlut Erding (2-1). Steve Mandanda sauve plusieurs fois l'OM grâce à des arrêts décisifs jusqu'au coup de sifflet final. Marseille, avec 10 points, reste en tête du classement.

Après la trêve internationale de deux semaines, l'Olympique de Marseille se rend chez les Girondins de Bordeaux quelques jours avant que les deux clubs ne commencent les phases de poule de la Ligue des Champions. Dès la deuxième minute, Bakari Koné ouvre le score sur un centre de Mamadou Niang (1-0). Le match est alors lancé sur de bonnes bases et on va d'un but à l'autre. À la 25è minute, Yoann Gourcuff trouve Marouane Chamakh qui, après avoir fait une une-deux avec Yoan Gouffran, bat Mandanda (1-1). La seconde période sera marquée par de nombreuses actions qui échoueront de peu et par la rentrée en jeu de Mathieu Valbuena après sa longue blessure (82'). Après ce match nul à l'extérieur, l'OM descend à la 2ème place à deux longueurs de l'Olympique lyonnais.

Encore invaincu en match officiel cette année, l'OM entame son parcours européen en recevant un des plus grands clubs d'Europe : Liverpool FC. L'OM commence bien le match en ouvrant le score grâce à Lorik Cana à la 23ème minute (1-0). Mais alors que l'OM domine, Steven Gerrard, sur une passe de Dirk Kuyt, enroule une frappe du pied gauche qui termine dans le but de Steve Mandanda, seulement 3 minutes après l'ouverture du score. Gerrard réussira même un doublé sur penalty quelques minutes plus tard, après une faute de Ronald Zubar sur Ryan Babel (1-2). L'OM subit sa première défaite de la saison en match officiel.

Face à une équipe de Monaco regroupée en défense, Marseille n'arrive pas à marquer et se fait peur à plusieurs reprises. Après ce match nul, Marseille est 2e à 4 points de l'Olympique lyonnais.

C'est dans un climat de doute que l'OM se déplace à Sochaux en 16e de finale de la Coupe de la ligue. Grâce à un but de Mevlut Erding, Sochaux élimine Marseille 1-0.

Marseille se doit de gagner pour rester au contact, et cela passe par un victoire au stade Léon-Bollée au Mans. L'OM ouvre le score grâce à Hatem Ben Arfa à la 6e minute. Le Mans revient rapidement au score (12'). Mamadou Samassa met une tête qui finit sur la ligne ou dans le but... l'arbitre estime qu'il n'y a pas but et on en reste à 1-1. Marseille n'a pas gagné un match depuis le 30 août. Malgré cette mauvaise série, Marseille reste troisième, derrière Toulouse et l'Olympique lyonnais.

Deux matchs de Ligue des champions et le derby contre le Paris-Saint-Germain, c'est ce qui attend l'OM en octobre avec une obligation de résultats pour ne pas se mettre en mauvaise position dans la phase de poule de la Ligue des Champions et ne pas laisser Lyon filer au titre pour une 8e fois.

Le mois d'octobre commence par le match de coupe d'Europe contre l'Atlético de Madrid. Diego Forlan absent, il est remplacé par le Français Florent Sinama-Pongolle à la tête de l'attaque madrilène. Kun Aguero est bien présent et ne met que deux minutes à montrer son talent ; un contrôle parfait et une frappe du pied droit à ras de terre permet à l'Atlético de mener après deux minutes de jeu (1-0). Marseille réagit un quart d'heure plus tard, sur un centre au deuxième poteau de Laurent Bonnart: Mamadou Niang, seul, met une tête au fond des filets (1-1). Quelques minutes plus tard, Taye Taiwo fait une faute à une vingtaine de mètres de ses buts et reçoit un carton jaune. Et sur le coup-franc, l'Atlético reprend l'avantage (2-1). Marseille n'arrivera plus à marquer malgré de nombreuses occasions, et s'incline pour la deuxième fois en deux matchs en Ligue des Champions.

Après le 6-1 de la saison précédente, les supporters marseillais attendent la victoire de leur équipe pour la venue du Stade Malherbe de Caen. En effet, Marseille n'a pas connu la victoire lors de ses 6 derniers matchs (N-D-N-D-N-D). Hatem Ben Arfa libère d'abord le Vélodrome à la deuxième minute d'une belle frappe du gauche (1-0). Mais les Caennais se reprennent, et sur une erreur défensive, Steve Savidan égalise à 1-1 (20'). Niang délivre les supporters d'une tête après une frappe de Ben Arfa sur la transversale (60', 2-1). Le match se termine sur le score de 2-1, ce qui permet à Marseille de se relancer (3e à 3 points du leader lyonnais) et d'être la seule équipe encore invaincue en championnat.

Marseille se déplace à Valenciennes le dimanche 19 octobre en l'occasion de la 9ème journée de ligue 1. Dès la 13ème minute, l'Olympique de Marseille ouvre le score par l'intermédiaire de Bakari Koné, opportuniste après une frappe de Mathieu Valbuena sur la barre. À la 73ème minute, suite à un bon travail de Koné plein axe, Niang trouve Ben Arfa dans la profondeur qui déborde d'un crochet le gardien valenciennois et pousse la balle au fond des filets (2-0). Pujol réduit le score à la 82ème minute pour VA. Kaboré scelle la victoire olympienne dans les arrêts de jeu (90e+3).

Seulement trois jours plus tard, Marseille se déplace au PSV Eindhoven pour la 3ème journée des phases de poule de la Ligue des Champions avec déjà six points de retard sur Liverpool FC et l'Atletico Madrid. Tout comme l'OM, le PSV a perdu ces deux premières rencontres. Danny Koevermans réalise un doublé et permet à Eindhoven de remporter le match 2-0.

Marseille reçoit Paris pour le derby. Diffusé en direct sur canal +, il se déroule le dimanche 26 octobre 2008 à 21h. Guillaume Hoarau ouvre le score de la tête à la 10e minute sur un corner de Jérôme Rothen (0-1). Mamadou Niang égalise à la 21e minute (1-1) avant que Mathieu Valbuena ne donne l'avantage à l'OM juste avant la mi-temps (44', 2-1). La deuxième mi-temps est à sens unique. Peguy Luyindula puis Jérôme Rothen permettent au Paris SG de prendre l'avantage avant que Guillaume Hoarau ne scelle la victoire parisienne, s'offrant un doublé (2-4). Au terme d'un match ouvert, c'est le Paris SG qui s'impose sur le score de 4-2. C'est la première défaite de la saison 2008-2009 de l'Olympique de Marseille en championnat. Plus aucune équipe n'est invaincue en ligue 1 après la défaite de l'Olympique de Marseille.

Marseille doit réagir après les deux revers concédés précédemment. Le déplacement à la Beaujoire contre le FC Nantes, entrainé par Elie Baup doit se solder par une victoire. Mais les attaquants olympiens n'arrivent pas à marquer et c'est Rémi Maréval qui, d'une superbe frappe de plus de trente mètres qui finit dans la lucarne de Steeve Mandanda, ouvre le score pour les nantais (45'; 1-0). Après la mi-temps, Marseille domine et a de nombreuses occasions. Bakari Koné convertit l'une d'entre elles en contre (1-1). Mais les phocéens d'arriveront pas à mettre un deuxième but, même après l'expulsion d'un canari.

Sans avoir compromis leur chance de titre, l'Olympique de Marseille conclut le mois d'octobre par deux défaites et un match nul, dont une défaite en Ligue des Champions, lui laissant une petite chance de qualification en huitième de finale, en cas de trois victoires et de résultats favorables.

L'Olympique de Marseille accueille alors Saint-Étienne qui est proche de la zone de rélégation. Benoit Cheyrou ouvre le score à la 21e minute (1-0). Saint-Étienne ne tarde pas à réagir et Bafetimis Gomis égalise une minute plus tard (1-1). Ben Arfa donne l'avantage à l'Olympique de Marseille à la 38ème minute sur pénalty après une faute de Jérémy Janot sur Bakari Koné. Sur un corner de Ben Arfa, Taiwo trompe Janot d'une tête croisée (71', 3-1). Le match se conclue sur le score de 3-1 qui replace alors Marseille dans le trio de tête et enfonce l'ASSE.

Très mal parti en Ligue des Champions (zéro point en trois matchs), Marseille veut l'emporter à domicile face au PSV sur un score assez large afin d'avoir une différence de buts particulière favorable contre le PSV (0-2 à l'aller) en vue d'une qualification en Coupe UEFA. Bakari Koné ouvre la marque sur un contre. Lancé dans l'axe par Ben Arfa, l'Ivoirien prend de vitesse Eric Addo, passe Andreas Isaksson et pousse dans le but (1-0). Après la mi-temps, Niang double la mise sur un centre de Bakary Koné (2-0).Après une lumineuse ouverture à ras de terre de Ben Arfa au milieu de terrain, Niang déboule dans l'axe et marque (3-0). L'OM se replace à la 3ème place de la poule devant le PSV, prenant une option sur la qualification en Coupe UEFA.

Sur une série de deux victoires consécutives, les phocéens se rendent au Stade des Alpes chez le promu grenoblois, Grenoble Foot 38. Rapidement l'OM ouvre le score par l'intermédaire d'Hatem Ben Arfa (4', 1-0) qui marque là son quatrième but en quatre matchs. Bakari Koné fait passer le score à 2-0 à la 32e minute d'une belle frappe. L'OM gère alors et marque même un troisième but à la 82e minute par Cheyrou. Au terme de cette victoire, l'OM, qui reste sur trois buts marqués lors de chacun des trois matchs de novembre, est deuxième derrière l'Olympique lyonnais.

Face à Toulouse, le 30 novembre, le match se terminera sur un match nul 0-0. Beaucoup d'occasions des deux cotés, aucune n'aura permit à l'une des deux équipes de l'emporter. Ce match était aussi la retrouvaille entre Cédric Carrasso, formé au club et maintenant au TFC, et l'OM.

Le dimanche 6 décembre 2008, Marseille reçoit Nice dans le derby. Grâce à deux buts avant la mi-temps, de Karim Ziani à la 12e minute et Mamadou Niang dans le temps additionnel de la première période sur pénalty, l'OM file tranquillement vers la victoire. Seulement, l'ex-marseillais Habib Bamogo marqua d'un belle frappe juste après la mi-temps et le suspens revenait. Nice forçait alors et touchait la barre à la dernière minute sans parvenir à égaliser. Mamadou Niang s'est blessé durant le match et sera absent six semaines.

Trois jours plus tard, l'Olympique de Marseille reçoit l'Atletico de Madrid. Le match, annoncé difficile à cause de l'affaire Santos, ne l'est finalement pas, Santos Mirassiera, incarcéré en Espagne, est annoncé libéré quelques heures avant le match. Les phocéens ne doivent pas faire moins bien que le PSV Eindhoven contre Liverpool. Marseille n'arrivera pas à marquer mais n'encaissera pas non plus de but. Par contre, le PSV, qui avait pourtant ouvert le score, s'inclina 3-1.

La semaine de l'Olympique de Marseille est très importante. Après son dernier match de Ligue des Champions, le club doit se déplacer à Gerland pour y rencontrer le champion en titre et premier de Ligue 1, l'Olympique lyonnais. Mais, comme quelques jours plus tôt, bien qu'il n'encaisse pas de but, l'OM ne marque pas et souffre de l'absence de son meilleur buteur, Mamadou Niang. Le match nul, pourtant pas un mauvais résultat, laisse l'OM a trois points du leader, alors qu'une victoire lui aurait permis de prendre la tête du championnat.

Le dimanche 21 décembre 2008, Marseille reçoit Nancy, pour ce qui est le dernier match de l'année 2008, le dernier match avant les vacances des joueurs et le mercato d'hiver aussi. Et les marseillais s'inclinent 0-3 au Vélodrome. Gerets dira que « Nancy mérite largement sa victoire ».

Après la trève hivernale, l'OM reprend la compétition dès le 4 janvier contre Besançon en 32e de finale de la Coupe de France. Sur un terrain gelé, l'OM encaisse un but à la 66e minute, le défenseur central marseillais Ronald Zubar lobant son gardien Mandanda marque contre son camp. Par le biais de Taiwo sur pénalty, l'Olympique de Marseille arrive à emmener l'équipe de CFA en prolongation. Lors de celle-ci, aucun but ne sera marqué. Aux pénalties, Mandanda arrête le cinquième pénalty avant que Cheyrou n'inscrive le sien permettant aux phocéens de se qualifier pour le tout suivant.

Après la Coupe, Marseille reprend la course au titre en Ligue 1 le semaine suivante. Handicapée par le mauvais résultat contre Nancy au Vélodrome (3-0), Marseille se déplace à Auxerre qui reste sur une mauvaise série avant la trêve. Sur un terrain un nouvelle fois gelé, Marseille l'emporte 2-0 grâce à des buts de Samassa (43e) et Valbuena (78e), et Mandanda qui préserve son invincibilité.

Une semaine plus tard, le 17 janvier 2009, Marseille reçoit Le Havre, dernier du classement qui espère se relancer avec l'arriver du nouvel entraîneur Frédéric Hantz. Valbuena (26e) et Zubar (60e) permettent aux marseillais de remporter ce match 2-0.

Le 28 janvier 2009, Marseille se déplace à Lyon lors du seizième de finale de Coupe de France. Lyon s'était imposé trois jours auparavant face à Concarneau 6-0. C'est dans un match tendu que les nouvelles recrues Sylvain Wiltord et Brandao font leur début en entrant en cours de match. Koné et Hugo Lloris se percutent en première mi-temps, Koné se fait heurter par le genou de Lloris et tombe. Il sort blessé, son indisponibilité est évaluée entre 3 et 9 semaines.

Avec Brandao et Wiltord titulaires, l'OM débute le mois de février contre Sochaux, alors relégable, au Stade Bonal. Sur une pelouse enneigée, Marseille se fait surprendre et Mevlut Erding ouvre le score à la 24e minute. Ce sera le seul but du match. Cette défaite est un coup d'arrêt pour l'OM. Cependant, l'OM reste quatrième à cinq points du leader, l'Olympique lyonnais.

Le dimanche 8 février 2009 à 21 heures, l'Olympique de Marseille reçoit les Girondins de Bordeaux au Stade Vélodrome pour le choc de la 23e journée entre le second et le quatrième du classement. Dès le début du match, Bordeaux se montre dangereux, Gourcuff décale Chamakh d'une talonnade mais ce dernier n'arrive pas à cadrer. Lors d'un match plein d'engagement, Bordeaux finira à dix après l'exclusion de Diawara à la 86e minute, l'OM se procure de multiples occasions grâce aux deux attaquants arrivés au mercato : Brandao et Wiltord, alignés titulaires en attaque. À la pause, les joueurs rentrent sur le score de 0-0. La deuxième mi-temps repart sur les bases de la première. Sur l'un des nombreux coup-francs, Chamakh trompe son propre gardien, Marseille prend l'avantage à la 57e minute (1-0). Bordeaux prend alors la possession du ballon sans parvenir à marquer. À la 60e minute, Gourcuff d'une tête plongeante rate le cadre, avant que Jussiê trouve le poteau trois minutes plus tard. Mais c'est Marseille qui se montre le plus dangereux. À la 74e minute, Wiltord marque mais son but est refusé pour une faute inexistante sur le gardien. Les phocéens gèrent la fin du match, faisant leur trois remplacements dans les dernières minutes. Marseille l'emporte finalement 1-0, ce qui leur permet de rester dans la course pour la qualification en Ligue des champions.

Le dimanche suivant, une nouvelle fois sur Canal + dans un Stade Louis II presque entièrement acquis à sa cause pour y affronter l'AS Monaco. Grâce à un lob astucieux de Bakari Koné qui effectuait sa rentrée après son choc avec Lloris, et portait un casque, l'OM l'emporte 1-0 et se positionne dans le trio de tête grâce à la contre-performance de Bordeaux qui avait fait match nul contre Grenoble la veille.

Le jeudi 19 février 2009, l'OM reçoit le FC Twente pour son entrée en Coupe de l'UEFA. Sans les recrues Wiltord et Brandao, non qualifiés pour la compétition, et Ziani, blessé, l'OM aligne Mamadou Niang titulaire, c'est le retour de l'ex-strasbougeois qui était blessé depuis plus d'un mois. C'es aussi la première titularisation de l'Anglais Tyron Mears. Malgré cela, l'OM n'arrive pas à marquer, et encaisse même un but en première mi-temps. Ni Hatem Ben Arfa, ni Mamadou Samassa, rentrés en cours de jeu, n'arriveront à débloquer la situation. Avant le match retour, à l'extérieur, l'Olympique de Marseille se met en situation délicate avec une défaite 0-1 à domicile.

Marseille est arrêté dans sa bonne série au Vélodrome contre le Le Mans UC, le match entre les deux équipes se finit sur le score de 0-0.

Une semaine après le match aller, l'Olympique de Marseille se déplace à Twente avec l'obligation de marquer pour se qualifier. Et c'est ce que les phocéens font à la 25e minute sur un coup franc direct de Hatem Ben Arfa. Le score n'évoluera pas jusqu'à la fin du match. La défaite 1-0 à domicile et la victoire 0-1 à l'extérieur mettent les deux équipes à égalité et obligent l'OM a joué deux prolongations supplémentaires de 15 minutes chacune. Rien ne sera marqué et les deux équipes se départageront aux pénalties. Karim Ziani, cinquième tireur, a d'abord l'opportunité de qualifier l'OM pour le tour suivant mais il rate son pénalty. Durant la mort subite, Twente craque avant l'OM. Marseille se qualifie ainsi en 8e de finale de la Coupe de l'UEFA. Leur prochain adversaire est encore une équipe néerlandaise, en effet l'Ajax Amsterdam à battu la Fiorentina (1-0, 1-1).

Marseille se déplace à Caen et l'emporte du plus petit des scores 1-0 grâce à un but de Brandao en seconde mi-temps.

Dernière mise à jour le 21 mars 2009.

La réserve de l'OM entraînée par Michel Flos évolue en CFA2 E au Stade Le Cesne situé à Marseille et d'une capacité de 1 000 places.

En haut



Simon Pouplin

Simon Pouplin est un joueur de football français né le 28 mai 1985 à Cholet évoluant au poste de gardien de but au SC Fribourg.

Formé au Stade Rennais, il signe en 2005 un premier contrat professionnel pour une durée de trois ans.

Isaksson souvent blessé lors de l'exercice 2005-2006, Pouplin assurera un remplaçement plus que convaincant tant en Ligue 1 qu'en Coupe UEFA ce qui lui vaudra une première séléction en équipe de France Espoirs et un billet pour participer au Championnat d'Europe de football Espoirs 2006. Il y sera 3e gardien derrière Steve Mandanda et Jérémy Gavanon.

La saison suivante, l'entraîneur Pierre Dréossi propulse Simon Pouplin en tant que gardien titulaire et engage Christophe Revault afin que Simon puisse apprendre plus rapidement tout en étant en concurrence avec l'ancien gardien toulousain. Cette même saison, il signe une prolongation avec son club formateur jusqu'en 2010.

La saison 2007-2008 sera moins rose pour le gardien rennais ; accumulant blessures et contre-performances il sera l'un des changements principaux au poste de gardien avec l'arrivée de Guy Lacombe lui préférant Patrice Luzi.

Avec l'arrivée de Nicolas Douchez en tant que titulaire pour la saison 2008-2009, Simon est contraint de se trouver un nouveau club pour continuer sa carrière. Il s'engagera au SC Fribourg en Bundesliga 2 pour aider le club à le faire remonter dans la division supérieur.

En haut



Grégory Coupet

Grégory Coupet est un footballeur français né le 31 décembre 1972 au Puy-en-Velay qui évolue au poste de gardien de but.

Formé à l'AS Saint-Étienne, il commence la saison 1995-96 comme troisième gardien puis évince rapidement Robin Huc et Gilbert Ceccarelli. Son club étant en quasi-faillite, il est vendu à l'Olympique lyonnais lors du mercato d'hiver 1996-97 contre le défenseur Jean-Luc Sassus et 9 millions de francs.

Titulaire dès son arrivée à l'Olympique lyonnais, Grégory Coupet grandit avec son club et progresse au fil des saisons grâce à l'ex-gardien international Joël Bats et à ses entraînements spécifiques aux gardiens de but.

Il devient ainsi champion de France en 2002 après avoir connu 3 podiums successifs (troisième en 1999 et 2000, deuxième en 2001) et fait ses débuts en Ligue des Champions, la plus prestigieuse des coupes d'Europe des clubs. Enchaînant les bonnes prestations au sein de l'OL, il devient logiquement international en équipe de France en 2001, avant d'y revenir régulièrement à partir de 2002, mais en tant que troisième gardien, après le gardien titulaire Fabien Barthez, intouchable à ce poste, et Ulrich Ramé.

Mais la hiérarchie des gardiens en équipe de France est remise en cause en février 2005 avec la peu glorieuse affaire du "crachat" de Fabien Barthez (lors d'un match "amical" Wydad-OM, au Maroc, Barthez cracha sur l'arbitre de la rencontre). Suspendu six mois de toutes compétitions, Barthez laisse la voie libre à Grégory Coupet qui fait de plus en plus l'unanimité avec son club. Champion de France une quatrième fois de rang à la fin de la saison 2004-05, Coupet assure l'intérim.

Domenech préfère ne pas se prononcer au cours de la saison, alternant les titularisations entre les deux portiers, et attend mai 2006, soit un mois avant le début de la coupe du monde, pour annoncer sa décision : Barthez sera titulaire en Allemagne, malgré la campagne médiatique pro Coupet. Grégory aura eu la malchance d'appartenir à la même génération que Barthez, un des meilleurs gardiens de l'histoire du football mondial. Entre temps, Coupet a remporté un cinquième championnat de France, et est élu gardien de but de l'équipe type de la saison lors des trophées UNFP.

Coupet réagira assez mal à cette non-titularisation, et vivra une Coupe du Monde douloureuse à titre personnel, comme il le racontera par la suite à l'Équipe Magazine. En effet, lors du stage à Tignes avec l'équipe de France pour préparer le rendez-vous mondial, Coupet craque et part avant de revenir quelques heures plus tard après avoir téléphoné à sa mère. La raison de ce coup de sang : un nouveau "passe-droit" pour son concurrent direct au poste, Barthez se voyant offrir le droit de ne pas participer à l'ascension d'un col, obligatoire pour tous les autres joueurs. Un sentiment d'injustice selon Grégory l'envahit mais il se ravise et vivra finalement la Coupe du Monde depuis le banc des remplaçants avec Landreau.

Il obtient un sixième titre de champion de France avec Lyon, lors de la saison 2006-07, tandis que l'équipe est éliminée en Ligue des champions par l'AS Roma, sans avoir atteint les quarts de finale. Le 5 octobre 2006 en football, Fabien Barthez annonce sa retraite, la voie est rendue libre pour Coupet qui compte bien s'affirmer en tant que n°1 en équipe de France. Il est alors titulaire en éliminatoires de l'Euro 2008 contre la Géorgie (3-0) et l'Italie (3-1). Mais en décembre 2006, Barthez annonce son retour et succède à Landreau au FC Nantes Atlantique. Les journalistes footballistiques trépignent alors à l'idée d'une nouvelle rivalité en équipe de France entre deux portiers mais Barthez décide de raccrocher.

Coupet signe une prolongation de contrat avec l'OL en juin 2007, ce qui le lie désormais au club jusqu'en 2010. Le 2 août 2007, il se blesse aux ligaments croisés à l'entraînement. Il est alors déclaré éloigné des terrains pour au minimum 4 mois. C'est Rémy Vercoutre qui le remplace avec brio après quelques matches dans les cages lyonnaises. En équipe de France c'est Landreau qui prend sa place temporairement.

Il effectue son retour après cinq mois de blessure en coupe de France contre Créteil le 6 janvier 2008. Son retour est difficile émaillé de quelques "bourdes". Il dispute son 500e match sous le maillot lyonnais lors du 1/8 de finale aller de la Ligue des Champions contre Manchester United, le 20 février 2008 à Gerland. Coupet n'atteindra pas une quatrième fois un quart de finale de la Ligue des Champions.

Au terme de la saison 2007-2008, les lyonnais sont champions de France pour la septième fois consécutive et remportent la Coupe de France.

Le 4 juillet 2008 après de longues tractations avec Lyon, Coupet signe officiellement à l'Atlético de Madrid pour 1,5 millions d'euros.. Il est en conccurence directe avec le gardien Leo Franco, au club madrilène depuis 4 ans.

Le 12 août 2008, il est l'un des absents notables de la liste de Raymond Domenech pour le match amical face à la Suède. Le Marseillais Steve Mandanda et le Lyonnais Hugo Lloris, les jeunes valeurs montantes tricolores au poste de gardien de but, lui sont préférés. Le sélectionneur tricolore réitère ses choix en ne retenant pas Grégory Coupet pour les deux matches de qualification à la Coupe du monde de football 2010 contre l'Autriche et la Serbie, les 6 et 10 septembre 2008.

Le 30 Septembre 2008, dans un article du journal "France Football", Grégory Coupet annonce que pour lui "les Bleus, c'est fini". Il mettrait donc fin à une carrière internationale comptant 34 séléctions.

En haut



Cédric Carrasso

Cédric Carrasso est un footballeur français, né le 30 décembre 1981 à Avignon. Il évolue au poste de gardien de but. Son petit frère, Johann Carrasso, est lui aussi gardien de but.

Cédric Carrasso passe son enfance dans le village de Frédéric Mistral à Maillane. Il rentre au centre de formation de l'Olympique de Marseille à l'âge de 13 ans.

Il est prêté au Crystal Palace Football Club en Division One anglaise (l’équivalent du National français) durant la saison 2001-02. Il n’y joue qu’un seul match.

Il remplace la saison suivante Vedran Runje lors de 2 rencontres mais se blesse gravement au genou lors d'un match de gala face à France 98 en 2003. Il ne retrouve les terrains qu’au début de la saison 2004-05 à l'En Avant de Guingamp lors d'un prêt.

Il est titularisé au poste de gardien de but de l'Olympique de Marseille durant la suspension de Fabien Barthez en 2005. Après le départ de ce dernier, l'encadrement technique de l'Olympique de Marseille, satisfait de ses prestations et persuadé qu'il vaut beaucoup mieux qu'un statut de remplaçant, le titularise dans les buts marseillais pour la saison 2006-2007.

Malgré la concurrence de Steve Mandanda qui signe à l'OM lors du mercato d'été 2007, il prolonge son contrat de 2 ans jusqu'en 2011.

Ironie du sort Cédric Carrasso se blesse le 22 août 2007 à l’entraînement, à la Commanderie. Le gardien de l’OM souffre d’une rupture du tendon d'achille gauche. Il est question d’environ six mois d’indisponibilité, selon le staff médical, ce qui laisse la place de numéro 1 à Steve Mandanda.

Il fait son retour dans le groupe Olympien le 19 janvier 2008 (5 mois après sa blessure), lors de la 21ème journée de L1 mais n'est pas titularisé par Éric Gerets. En effet, au vu des prestations impressionnantes de Steve Mandanda ces 5 derniers mois, Cédric a perdu sa place de numéro 1 et n'est désormais qu'un remplacent de luxe. D'ailleurs, Pape Diouf a clairement fait comprendre que l’OM ne le retiendrait pas au prochain mercato si une offre intéressante se présentait.

Le 19 mars, Cédric Carrasso est pour la 1ere fois titularisé depuis son retour de blessure à l'occasion d'un match de coupe de france face à Carquefou, équipe de CFA 2.

Il s'engage le mardi 24 juin avec le Toulouse FC pour 2.5M€ afin de pallier le départ de l'ancien gardien Nicolas Douchez parti au Stade rennais la veille.

Après une très bonne première demi saison avec le TFC, il est appelé pour la première fois en équipe de France par le sélectionneur Raymond Domenech pour le match amical opposant la France à l'Argentine le 11 février 2009 au stade Vélodrome en tant que 3ème gardien.

En haut



Équipe de France espoirs de football

Équipe de France espoirs de Football.jpg

L'équipe de France espoirs de football est une sélection des meilleurs jeunes footballeurs français, constituée sous l'égide de la Fédération française de football. Elle prend part au championnat d'Europe espoirs, organisé tous les deux ans par l'UEFA. L'âge limite pour participer au tournoi est de 21 ans au début de la phase de qualification. Depuis la réforme du tournoi olympique de football en 1992, la formation espoirs remplace l'équipe de France olympique.

L'équipe de France espoirs est créée en 1952, elle rassemble alors les joueurs âgés de moins de 23 ans. En 1976, la limite d'âge pour participer au championnat d'Europe passe de 23 à 21 ans.

L'équipe de France est éliminée lors du tour de qualification du premier championnat d'Europe espoirs ouvert aux moins de 21 ans, disputé en 1978. Elle manque également la qualification lors de l'édition suivante, en 1980. En 1982, les français se qualifient pour le tournoi et sont battus en quart de finale par l'URSS. Le match aller se termine sur le score de 0-0 et les soviétiques s'imposent 4-2 au retour. La France est de nouveau quart de finaliste en 1984. Opposés au futur vainqueur de l'épreuve, l'Angleterre, les espoirs français s'inclinent lourdement au match aller sur le score de 6-1. L'anglais Mark Hateley inscrit quatre buts au cours de la rencontre, et marque de nouveau au match retour, remporté 1-0 par l'Angleterre. Les « Bleuets » atteignent une nouvelle fois les quarts de finale lors de l'édition suivante, en 1986. Ils s'inclinent par deux fois sur le score de 3-1 devant l'Espagne, qui par la suite remporte le tournoi.

Marc Bourrier est nommé sélectionneur en 1988 et reste en poste jusqu'en 1993. Il permet aux « Bleuets » de remporter leur premier trophée, le championnat d'Europe espoirs 1988.

Raymond Domenech succède à Marc Bourrier en 1993 et occupe la fonction de sélectionneur des espoirs jusqu'en 2004. Resté en poste durant onze ans, il a dirigé tous les espoirs français nés entre 1971 et 1981.

Sous sa direction, les « Bleuets » atteignent les demi-finales du championnat d'Europe espoirs 1994. Cette génération, dont les joueurs sont nés en 1971-1972, compte dans ses rangs les futurs champions du monde Christophe Dugarry, Lilian Thuram et Zinedine Zidane. Claude Makelele, bien que né en 1973, est surclassé pour jouer en espoirs. Après un match nul 0-0 ils sont éliminés par l'équipe d'Italie, le futur vainqueur de l'épreuve, lors de la séance de tirs au but.

Les deux équipes se retrouvent au même stade de la compétition au cours de l'édition 1996. La sélection française est composée de joueurs nés en 1973-1974, notamment les futurs champions du monde ou d'Europe Vincent Candela, Robert Pirès et Sylvain Wiltord. Patrick Vieira, né en 1976, les accompagne. l'Italie s'impose de nouveau grâce à un but de Francesco Totti, puis remporte la finale face à l'Espagne. Les espoirs français sont néanmoins qualifiés pour le tournoi de football des Jeux olympiques de 1996. Ils font match nul en quarts de finale avec le Portugal, et sont éliminés durant les prolongations.

En 1998, la France termine 2e de son groupe lors des éliminatoires de l'Euro et manque la qualification pour le tournoi final. La génération 1975-1976 compte plusieurs futurs internationaux, dont Ludovic Giuly, Laurent Robert et Patrick Vieira. Thierry Henry et David Trezeguet, nés en 1977, ainsi que le gardien Michael Landreau, né en 1979, sont surclassés pour évoluer à leurs côtés.

Durant le tour de qualification de l'édition 2000, l'équipe de France termine première de son groupe et est opposée à l'équipe d'Italie en barrage. Les espoirs nés en 1977-1978 comptent dans leurs rangs les futurs champions du monde Henry et Trezeguet, ainsi que Willy Sagnol et Mickaël Silvestre. Nicolas Anelka et Zoumana Camara, nés en 1979, font partie des joueurs surclassés. Les espoirs italiens l'emportent en prolongations lors du match retour, disputé à Tarente, et se qualifient pour la phase finale aux dépens des « Bleuets ».

En 2002, l'équipe de France devance l'Espagne au cours des éliminatoires, et se qualifie face à la Roumanie lors des barrages. Parmi les joueurs nés en 1979-1980 participant à l'édition 2002, figurent notamment les futurs internationaux Jean-Alain Boumsong, Julien Escudé et Sidney Govou. Djibril Cissé et Philippe Mexès, nés respectivement en 1981 et 1982, apparaissent en tant que joueurs surclassés., Vainqueurs de la Suisse en demi-finale, les « Bleuets » sont ensuite opposés à la République tchèque. Après un match nul 0-0 en finale, les espoirs tchèques remportent l'épreuve lors de la séance de tirs au but.

La génération 1981-1982 dispute les éliminatoires de l'Euro 2004. L'équipe est composée des futurs internationaux Djibril Cissé, Patrice Evra et Philippe Mexès. Anthony Le Tallec et Florent Sinama-Pongolle, nés en 1984, font partie des joueurs surclassés., La France termine en tête de son groupe de qualification devant Chypre et est éliminée en barrages par le Portugal. Les espoirs français l'emportent 2-1 au match aller, mais s'inclinent sur le même score au retour, après l'expulsion de Djibril Cissé. Aucun but n'est inscrit en prolongation et le Portugal de Cristiano Ronaldo s'impose finalement aux tirs au but.

Raymond Domenech est nommé sélectionneur de l'équipe de France en juillet 2004, René Girard lui succède alors à la tête des espoirs, qu'il dirige jusqu'en 2008.

Les « Bleuets » de la génération 1983-1984 disputent le championnat d'Europe espoirs 2006. Ils comptent dans leurs rangs les internationaux Rio Mavuba et Jérémy Toulalan, ainsi que Franck Ribery et Bacary Sagna, appelés par la suite en équipe de France A. Jimmy Briand et Steve Mandanda, nés en 1985, intègrent le groupe en tant que joueurs surclassés. L'équipe de France atteint les demi-finales en battant le Portugal, l'Allemagne et la Serbie. Malgré des buts de Julien Faubert et Bryan Bergougnoux, les « Bleuets » sont éliminés par les Pays-Bas sur le score de 3-2 après prolongations. Les néerlandais s'imposent ensuite en finale face à l'Ukraine.

Parmi les joueurs nés à partir de 1984, engagés dans la campagne qualificative pour l'Euro espoirs 2007, figurent notamment Jimmy Briand, Yoan Gouffran et Steve Mandanda. Karim Benzema et Samir Nasri, nés en 1987, intègrent le groupe en tant que joueurs surclassés. Durant les éliminatoires, les français remportent leur groupe en s'imposant face à l'Écosse et la Slovénie. Lors des barrages, disputés en octobre 2006 face à l'équipe d'Israël, ils concèdent un match nul 1-1 à l'aller et sont battus sur le score de 1-0 au retour. Ce revers les empêche de prendre part à l'Euro, ainsi qu'au tournoi de football des JO de Pékin.

Les joueurs nés à partir de 1986 prennent part aux éliminatoires de l'Euro espoirs 2009. La sélection compte dans ses rangs Abou Diaby, Yoann Gourcuff et Hugo Lloris. La qualification pour l'Euro 2009 est hypothéquée par une défaite concédée face au Pays de Galles, et en avril 2008 la FFF annonce le remplacement de René Girard par Erick Mombaerts.

Le nouveau sélectionneur prend ses fonctions en août 2008, alors que la phase de qualification pour l'Euro 2009 n'est pas terminée. Selon le directeur technique national, Gérard Houllier : « l'objectif est de démarrer un nouveau cycle dès le mois d'août pour nous qualifier pour l'Euro 2011. » Finalement, la France se qualifie pour les barrages grâce à des circonstances favorables.

En haut



Source : Wikipedia