Société Générale

3.4063355496001 (5114)
Posté par seb 27/03/2009 @ 05:09

Tags : société générale, banques, economie

Dernières actualités
Societe Generale : L'Embedded Value 2008 de SOGECAP s'élève à 2 753 M€ - Trading Sat
(Tradingsat.com) - SOGECAP, filiale d'assurance vie de Société Générale, a publié mercredi soir ses résultats d'Embedded Value et de New Business Value, calculés selon les principes du CFO Forum applicables au 31/12/2008....
La Bourse de Paris s'installe dans le vert avant la décision de la Fed - La Tribune.fr
Egalement dans le vert, BNP Paribas gagne 4,16% à 45,73 euros, porté par un relèvement de recommandation de Société Générale. Accor profite aussi d'une amélioration de sa recommandation par Oddo qui conseille désormais d'acheter la valeur....
Les foncières retrouvent les faveurs des analystes - Le Figaro
C'est pourtant ce que recommandent les analystes de la Société générale. Et ils ne sont pas les seuls. «Après avoir vu leur valeur multipliée par plus trois en quatre ans, les foncières ont été parmi les plus durement sanctionnées en Bourse depuis deux...
Société Générale: transfert à Genève du département de négoce ... - Romandie.com
Zurich/Genève (awp) - La banque française Société Générale (SG) réorganise ses opérations de négoce au sein de l'unité d'affaires Private Banking. Le département boursier du site zurichois sera dissout et trois des quatre personnes concernées perdent...
23/06/09 15:13 Société Générale : SG CIB standardise Centrify ... - Challenges
Centrify Corporation, un important fournisseur de solutions de gestion d'identité, d'audit et de contrôle d'accès basées sur Microsoft Active Directory pour les plateformes non Microsoft, a annoncé que Société Générale Corporate & Investment Banking...
Philippe Dewevre. directeur départemental de la Société Générale - Le Télégramme
Le nouveau directeur départemental de la Société générale vient de prendre ses fonctions à Brest. Philippe Dewevre, 39 ans, occupait auparavant un poste équivalent dans la Manche. Il supervise désormais 18 agences dans le Finistère, une 19e ouvrant en...
Le CAC 40 tente une remontée, la décision de la Fed en point de mire - Capital.fr
Le titre profite d'un relèvement de recommandation de Société générale, qui est passé à l'achat. Le secteur financier est bien orienté après avoir souffert hier : Axa prenait 1,56%, Société générale 1,23%. Parmi les baisses, Sanofi-Aventis subit des...
Tensions chez ANovo - Challenges
Michael Likierman, président de la Générale du Téléphone a pris la tête des actionnaires frondeurs qui s'estiment spoliés par le projet que la direction entend soumettre à l'Assemblée Générale des actionnaires prévue le 30 juin prochain....

Société générale

L'agence centrale de la Société Générale, datant du début du XXe siècle

La Société générale est une des principales banques françaises, et une des plus anciennes. Elle fait partie des trois piliers de l'industrie bancaire française non mutualiste (aussi appelés « les Trois Vieilles ») avec LCL (ex-Crédit lyonnais) et BNP Paribas. Le siège de la Société générale est sis au 29, boulevard Haussmann à Paris, non loin de l'Opéra Garnier.

La dette long terme de la banque est notée AA- par Standard & Poor's (15 février 2008), Aa2 par Moody's (24 janvier 2008) et AA- par Fitch (24 janvier 2008).

La banque a été fondée par un groupe d'industriels (dont Paulin Talabot qui en fut le premier directeur) et de financiers sous le Second Empire, le 4 mai 1864, « pour favoriser le développement du commerce et de l'industrie en France ». Le premier Président de la banque est l’influent industriel Eugène Schneider (1805-1875), suivi par Guillaume Deninger, dit Denière, puis par l’Écossais Edouard Blount. La banque développe alors son réseau de manière importante en France, pour posséder un total de 32 en province en 1870 dont 15 à Paris. L’année suivante, la Société générale ouvre un bureau à Londres.

La banque commence à se constituer une clientèle de PME et de particuliers grâce à son réseau. Le siège parisien suit quant à lui les grandes entreprises. Cette même année 1871, la banque accède au marché des émissions publiques françaises. La France connaît cependant une période de marasme économique entre 1871 et 1893, entraînant la faillite de plusieurs établissements bancaires. La Société générale continue son développement et possède 148 guichets en 1889.

À partir de 1894, la banque se structure comme un grand établissement de crédit moderne. Le groupe ne se contente plus de la collecte des dépôts des entreprises et de particuliers, mais s’oriente de manière importante vers les crédits d'exploitation à court terme destinés aux industriels et négociants, mais aussi vers le placement des titres dans le grand public, les emprunts privés français et enfin les emprunts russes. Cette diversification s’accompagne d’une expansion de l’actionnariat, qui passe de 14 000 en 1895 à 122 000 en 1913, et cela grâce aux bonnes performances du groupe.

Après des années difficiles lors de la Première Guerre mondiale, la Société générale devient la première banque française dans les années 1920. Elle accroît son réseau, notamment en province, qui passe de 260 guichets périodiques en 1910, puis 864 en 1930 et enfin 1 457 en 1933 (y compris ceux de la Sogenal).

L’embellie de la fin des années 1920 sera de courte durée. Les années 1930 sont marquées par un repli des affaires que se soit en France ou à l’international. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, le réseau a diminué au niveau de 1922.

À la sortie de la guerre, la Société générale est nationalisée. La banque profite de la forte croissance de l’après-guerre pour se développer en France. Dans le même temps le groupe continue son expansion internationale, en Afrique, en Italie ou encore au Mexique. À partir de 1966, les groupes bancaires n’ont plus besoin d’autorisation préalable pour ouvrir des agences, ce qui favorise le développement du groupe en France.

Un changement de réglementation en 1966-1967 permet à la Société générale de se diversifier grâce à l’atténuation de la distinction entre banque de détail et banque d’affaire, et par la création d’un marché hypothécaire. Le groupe va tirer profit de cette nouvelle réglementation, en créant de nouvelles filiales spécialisées, notamment dans le crédit-bail avec sa filiale Sogelease.

Au cours des années 1970 et 1980, la banque adopte les nouvelles techniques et évolutions du secteur comme l’informatique, les distributeurs automatiques ou les cartes bleues. Dans le même temps le groupe continue son développement international et rachète des filiales spécialisées pour compléter son offre.

Le 29 juillet 1987, la Société générale fait partie des trois grandes banques privatisées grâce à ses bonnes performances.

En 1988, une tentative d'OPA du groupe de Georges Pébereau conduit à l'affaire de la Société générale.

Le groupe va se développer autour de trois grands pôles : banque de détail, gestions d’actifs (SGAM - Société Générale Asset Management) et banque de financement et d’investissement (SGCIB - SG Corporate & Investment Banking). Ce développement va se traduire par de la croissance externe et interne.

Le 4 février 2008, débute à Paris un important procès pour blanchiment d'argent qui met en cause plusieurs dirigeants de l'enseigne. Affaire du Sentier II : le parquet de Paris a requis le 3 juin 2008 la relaxe de la Société générale et de quatre de ses dirigeants, dont le président Daniel Bouton dans l'affaire du Sentier.

Le groupe pratique une politique de soutien actif et le plus souvent très discret qui s'inscrit dans la durée. Si le parrainage du rugby est connu, d'autres le sont moins, tels celui de la musique, de l'art moderne et contemporain, du handisport (partenaire officiel de la fédération française de handisport) et de la solidarité (insertion professionnelle, enfance défavorisée).

Le 24 janvier 2008, le président de la Société générale, Daniel Bouton, annonce une perte de 7,1 milliards d'euros, dont 4,9 milliards d'euros relatifs à une perte de trading, soit la plus grande perte jamais constatée dans l'histoire bancaire.

On apprend le 6 février 2008 que suite à la perte de 4,9 milliards d'euros enregistrées dans l'affaire Kerviel (du nom du trader Jérome Kerviel mis en cause dans les pertes), la banque va recevoir de la part de l'administration fiscale française un milliard d'euros au titre d'un trop perçu d'impôt sur les sociétés. En effet, lorsqu'un évènement exceptionnel survient avant la clôture définitive de l'exercice précédent, une société doit (c'est une obligation légale) l'imputer sur cet exercice (en l'occurence, 2007).

L'action Société générale a perdu 61% l'an dernier et 20% encore depuis le début de l'année. Les titres concurrents BNP Paribas et Crédit agricole ont légèrement progressé en 2009.

Fin 2008, l'assureur American International Group (AIG) réussit à rendre 12 milliards de dollars qu'il devait à la Société générale, qui lui avait acheté des produits dérivés . Le groupe AIG a pu payer grâce à un renflouement de la Réserve fédérale américaine, suite auquel l'Etat américain est devenu propriétaire à 80% du groupe .

La Société générale a perçu 1,7 milliard d'euros de l'Etat en décembre 2008.

Les plans de stock-options de janvier et mars 2009 ont bénéficié à 4 800 collaborateurs du groupe, en France et à l'étranger. Ces options ne sont pas exerçables avant 2012 et sont soumises à des conditions de performance (progression du cours de l'action et dividendes).

Une attribution de stock-options à quatre dirigeants de la Société générale a été projeté en mars 2009. Ces stock-options concernent Frédéric Oudéa, directeur général, Daniel Bouton, président de la banque, qui devaient recevoir respectivement 150.000 et 70.000 titres, Didier Alix et Séverin Cabannes, directeurs généraux délégués, 50.000 titres. .

Le prix d'exercice étant fixé à 24 euros, proche des bas niveaux actuels du cours de l'action, ce procédé permettrait aux quatre dirigeants d'empocher la différence éventuelle entre ce chiffre et la valeur du titre dans trois ans, délai fixé par la Société générale pour leur exercice.

Cette attribution a suscité l'indignation du Président Nicolas Sarkozy et de l'ensemble du monde politique. Les dirigeants de la Société générale ont dû renoncer temporairement à convertir leurs stock-options. Les dirigeants n'ont pas renoncé à recevoir ces stock-options mais seulement à les convertir en actions tant que la banque bénéficiera de l'appui de l'Etat, qui lui a déjà prêté 1,7 milliard d'euros et lui permet de bénéficier de la Société de financement de l'économie française (SFEF) pour emprunter sur les marchés. Ils pourront les convertir en actions lorsque la banque n'aura plus besoin du soutien de l'Etat.

La Société générale a pris en compte sa responsabilité sociale et environnementale mais ne semble néanmoins pas certifiée respectant la norme ISO 14001.

Le salaire de son dirigeant représente 520 fois le salaire médian français, ce qui ne lui permet pas l'obtention de l'agrément "entreprise solidaire".

En haut



Société générale de banques au Sénégal

La Société générale de banques au Sénégal (SGBS) est une banque sénégalaise.

Elle a été créée le 26 novembre 1962, avec un capital de 500 millions de francs CFA.

Le classement des 200 premières banques africainessituait la société à la 91e place en 2007 (76e l'année précédente). Elle est aujourd'hui la deuxième banque sénégalaise derrière la CBAO.

En haut



Société générale de banques en Côte d’Ivoire

Logo de Société générale de banques en Côte d’Ivoire

La Société Générale de Banques en Côte d’Ivoire (SGBCI) a été fondée en 1962 avec la participation de l’État et de plusieurs partenaires financiers internationaux, elle se situe au 1er rang des banques ivoiriennes et de la zone UEMOA. La SGBCI est la première banque de l'Afrique francophone si l'on considère le critère du total bilan.

C'est le 7 avril 1976 qu'elle rentre en bourse (à la BRVM), elle a été introduite en bourse le 7 avril 1976. Cette valeur se négociait à 8,85 fois son bénéfice net en 2001.

La SGBCI occupe une position dominante depuis de longue date en Côte d’Ivoire, la SGBCI joue un rôle prépondérant dans le financement de l’économie ivoirienne et ouest-africaine.

Le siège social est situé à Abidjan, Le Plateau, 5 et 7 avenue Joseph Anoma - 01 BP 1355 Abidjan 01.

En haut



Source : Wikipedia