Slovaquie

3.3574074074244 (1080)
Posté par woody 11/03/2009 @ 23:11

Tags : slovaquie, europe, international, environnement

Dernières actualités
Lille : Vittek avec la Slovaquie - Ouest-France
Robert Vittek a été sélectionné avec l'équipe nationale de Slovaquie. Le buteur lillois disputera un match des qualifications pour la Coupe du Monde 2010 le 6 juin prochain contre San Marin. Robert Vittek affrontera le 6 juin prochain l'équipe...
Le Président de la Slovaquie en Autriche - Radio Slovakia International
Le Président de la République slovaque, Ivan Gasparovic, a participé en compagnie de son homologue autrichien, Hanz Fischer, aux festivités organisées à Eisenstadt, en Autriche, à l'occasion du 200ème anniversaire du décès du compositeur Joseph Haydn....
Premier cas de grippe A(H1N1) en Slovaquie - nouvelobs.com
AP | 28.05.2009 | 20:08 La Slovaquie a annoncé jeudi son premier cas confirmé de grippe A(H1N1) chez un homme de 37 ans rentré le 22 mai d'un voyage aux Etats-Unis. Le ministre de la Santé Richard Rasi a précisé que ce citoyen slovaque avait été...
Six mois ferme pour le patron qui voulait délocaliser sauvagement - nouvelobs.com
L'anglais, âgé de 60 ans, avait été surpris le 2 février, en train de préparer le déménagement de l'usine, spécialisée dans la fabrication de petites pièces pour l'automobile, vers la Slovaquie. Un employé avait remarqué la présence de quatre camions...
La Slovaquie se réserve le droit de relancer un vieux réacteur ... - Romandie.com
PRAGUE - La Slovaquie se réserve le droit de relancer un vieux réacteur nucléaire de type soviétique de la centrale de Jaslovske Bohunice, arrêté depuis fin 2008 conformément aux engagements pris par le pays avant son adhésion à l'UE en 2004....
L'Europe de l'Est perd de son attractivité au profit des pays ... - Le Monde
La Slovaquie, la Pologne et la Hongrie ont également chuté. A l'inverse, l'Egypte est passée en deux ans de la 13 e à la 6 e place et la Tunisie du 26 e au 17 e rang. L'écart entre les coûts de production et de main-d'oeuvre des pays de l'Est et ceux...
Un téléphone unique européen : le 116 000 - nouvelobs.com
La France, la Belgique, l'Italie, la Pologne et la Slovaquie ont rejoint lundi les cinq premiers pays - Grèce, Hongrie, Portugal, Pays-Bas et Roumanie - à utiliser ce numéro de téléphone européen pour les disparitions d'enfants....
01/06/09 AUTO SPORT ACADEMY - FFSA
L'Auto Sport Academy organise une journée de sélections pour les pays de l'Est (Pologne, Slovaquie, Ukraine, République Tchèque, Hongrie…) le 24 juin prochain en Pologne sur le circuit de Poznan. Cette journée de sélection a pu voir le jour grâce à la...
Réactions de la Slovaquie au rapport du Conseil de l'Europe à ... - Radio Slovakia International
Mardi dernier, la Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI) a appelé dans son rapport sur la Slovaquie le gouvernement du premier ministre Robert Fico à lutter contre le racisme politique et introduire des mesures effectives pour...

Slovaquie

Drapeau de la Slovaquie

La Slovaquie est un pays situé en Europe centrale « au cœur de l'Europe » . Les pays frontaliers sont la Pologne au nord, l'Ukraine à l'est, la Hongrie au sud, l'Autriche à l'ouest et la République tchèque au nord-ouest. Elle a fait au XXe siècle partie de la Tchécoslovaquie.

Slavisé au VIe siècle, le pays a constitué le cœur de la Grande-Moravie au IXe siècle et une province de la Hongrie du XIe au XXe siècle. Au sein de l'empire austro-hongrois, elle reste rattachée à la Hongrie alors que les Tchèques - ex-Royaume de Bohême - sont pour leur part sous la houlette autrichienne.

Suite au traité de Saint-Germain-en-Laye de 1919 mettant fin à la première guerre mondiale , la Slovaquie, la Tchéquie (et jusqu'en 1938 la Ruthénie) ont constitué de novembre 1918 au 31 décembre 1992 la Tchécoslovaquie. Cette union politique, prônée à Versailles, accordée par le traité de Saint-Germain-en-Laye, demantelée par l'Allemagne Nazie et reconstituée en 1945 est partiellement artificielle : la Tchéquie , ancienne possession Autrichienne, était un pays plus développé et industrialisé et sa population largement athée tandis que la Slovaquie, ancienne possession Hongroise, était plus rurale et profondément catholique.

Certes, les deux langues étaient très similaires (et comprises mutuellement grâce à la télévision d'État bilingue). L'autonomie slovaque et ruthène reste longtemps un rêve, exception faite des années 1938 - 1939, quand les Slovaques profitent du chaos suite aux accords de Munich pour proclamer l'autonomie du pays.

En effet, en 1939, un État indépendant slovaque dirigé par Mgr Tiso est créé suite à pression de la part de Hitler qui menace de donner la Slovaquie aux Hongrois. L'État sera largement inféodé au Troisième Reich après l'avoir été à Prague.

Le pays est redevenu indépendant au 1er janvier 1993, trois ans après la « Révolution de velours » de 1989 qui mit fin au régime totalitaire communiste imposé par le « coup de Prague » de février 1948, le « Printemps de Prague » de 1968 ayant été interrompu brutalement en août de cette année par l'Union soviétique et ses alliés.

La Slovaquie fait partie de l'Union européenne depuis le 1er mai 2004. L' euro est sa monnaie depuis le 1er Janvier 2009.

100 000 av. J.-C. Les empreintes du crâne d’une femme de Néandertal ont été retrouvées dans la colline de travertin de Gánovce (près de la ville de Poprad) dans la région de Spiš. L'original (le moulage) de la boîte crânienne de la femme de Néandertal est déposé au musée national de Prague.

22 000 av. J.-C. L'époque de la préhistoire semble correspondre avec le culte de la fécondité et du maintien de la famille. Une belle statue représentant une femme taillée dans une défense de mammouth, la Vénus de Moravany, est découverte et déposée au musée du château de Bratislava. Il y aura aussi la Venus d'Oborin représentant le culte de la fécondité.

XVIe siècle av. J.-C. une ville en pierre est construite à Mišia Hôrka près de Spišsky Štvrtok, ville qui vit un apogée et une chute rapide.

Ve siècle – Ier siècle av. J.-C. les Celtes vivent sur le territoire slovaque. Ils construisent des places fortes, fondent le fer et frappent des pièces. Ils sont le premier peuple que l'on peut nommer dans la région. Les Celtes vont donner à l'outillage une telle forme qu'elle ne subira presque aucun changement au cours des siècles (haches, lances, chaînes – fers, couteaux…). De plus, ils fabriquaient déjà de la céramique au tour de potier tournant, de la faïence utilitaire avec un mélange de graphite et de terre cuite en noir, ainsi que le monnayage des monnaies celtiques d'or, d'argent et de bronze.

En 179 ou 180, les soldats des légions romaines campent près de la rivière Vah et sculptent sur la roche du château de Trenčin – à cette époque-là Laugaritio – une inscription célébrant leur victoire sur les Marcomans.

Ve siècle, les premiers Slaves traversent les cols des Carpates et se répandent sur le territoire de l'actuelle Slovaquie.

De 623 à 658, le marchand franc Samo devient le rassembleur du peuple slave en formant son unité. Il crée et dirige l'empire de Samo. Ce sera la première formation d'État des slaves de l'Ouest.

863, les moines byzantins de Salonique, saints Cyrille et Méthode, viennent en Grande-Moravie avec pour mission l'évangélisation et l'alphabétisation des Slaves. Ils introduisent l'alphabet glagolitique. Le duc de la Grande-Moravie, le prince Rastislav, invite le pape et l'empereur byzantin Michel III à recevoir ces confesseurs.

En 907, les Hongrois battent l'armée Bavaroise sur les rives du Danube sous le château de Brezalauspurc (le château de Bratislava). L'empire de Grande-Moravie n'existait probablement plus.

En 1000, le royaume de Hongrie est établi avec à sa tête Étienne Ier, l'actuelle Slovaquie en fait partie.

En 1238, Trnava en tant que première cité slovaque obtient les privilèges de ville. Ils sont décernés par Béla IV de Hongrie.

De 1241 à 1242, les Mongols envahissent la Hongrie. Pour reconstruire le pays détruit, le roi Béla IV invite des colons Allemands.

En 1526, l'armée hongroise essuie une défaite foudroyante le 29 août à la bataille de Mohács contre les Turcs, bataille où tombe le roi Louis II de Hongrie. Le parlement hongrois proclame Presbourg (l'actuelle Bratislava) capitale de la Hongrie. Sa soeur Anne Jagellon ayant été mariée à l' archiduc Ferdinand, la Slovaquie est intégrée au patrinoine de la Maison de Habsbourg.

Entre 1604 et 1711, la Hongrie se débat en vain dans une série de six insurrections de la classe noble - parfois soutenues par la France - contre les Habsbourg.

En 1635, le cardinal Peter Pazmany crée une université catholique à Trnava (en 1777, une partie de cette université est transportée à Buda, le reste va à Presbourg en 1786).

En 1683, l'armée impériale suos les ordres du duc de Lorraine Charles V et l'armée du roi polonais Jean III Sobieski battent les Turcs lors de la Bataille de Vienne et arrête définitivement l'expansion de l'Empire Ottoman.

De 1740 à 1780, l' impératrice Marie-Thérèse gouverne la Hongrie ainsi que la Slovaquie. Son fils Joseph II continuera les réformes entamées qui apporteront des changements sociaux radicaux.

De 1805 à 1809, la Slovaquie n'échappe pas aux durs moments des guerres napoléoniennes. Le traité de Presbourg est signé le 26 décembre 1805, après la défaite autrichienne lors de la bataille d'Austerlitz.

La deuxième codification du slovaque littéraire par Ľudovít Štúr, publiée en 1843 est plus fructueuse que la première de 1787 d'Anton Bernolák. Elle devient la base du slovaque littéraire d'aujourd'hui.

Lors du Printemps des Peuples de 1848/1849, un corps d'engagés slovaques organise le premier soulèvement armé slovaque. Les trois attaques de ce corps aux côtés de l'empereur ne réussissent pas à donner à la nation slovaque la liberté souhaitée.

L'assemblée nationale slovaque propose un Mémorandum de la nation slovaque, dans la ville de Martin en 1861. Deux ans plus tard, également à Martin, ils établissent la « Matica slovenska » première institution nationale dont le but était de renforcer l'éducation et la culture des Slovaques.

En 1867, le compromis créant l'Autriche-Hongrie laisse la Solvaquie sous la férule Hongroise.

À Černova,lieu de naissance du prêtre et politicien Andrej Hlinka (1864-1938), petit village près de la ville de Ružomberok alors Rosenberg, le 27 octobre 1907, les gendarmes ouvrent le feu contre les villageois qui protestent contre le clergé hongrois et la consécration d'une église. Le bilan de cette fusillade est de 14 morts et 70 blessés. Le Norvégien Bjornstjerne Bjornson et l'Anglais Seton Watson publieront des informations concernant ces faits ce qui amènera les forces progressistes à se mobiliser.

En 1918, la Slovaquie fait partie de la Première République tchécoslovaque, fondée le 28 octobre de la même année à Prague. L'adhésion des Slovaques au nouvel État est approuvée par l'assemblée nationale le 30 octobre dans la ville de Martin. Bratislava y sera seulement rattachée à partir du 1er janvier 1919. Tomáš Garrigue Masaryk, le général Milan Rastislav Štefánik et Edvard Beneš par leur activité politique œuvrent à la création de ce nouvel état d'Europe.

Le 14 mars 1939, à Bratislava, l'indépendance de la République Slovaque est proclamée. L'évêque catholique Jozef Tiso devient président de l'État slovaque, état créé par la volonté de l’Allemagne nazie à partir du démembrement de la Tchécoslovaquie, la Tchéquie devenant un protectorat Allemand..

Le 29 août 1944, le Soulèvement national Slovaque est proclamé dans la ville de Banska Bystrica. Après l'occupation des lieux de soulèvement par l'armée Allemande, dans le centre de la Slovaquie, les soldats et les partisans slovaques trouvent refuge dans les montagnes. La libération du pays de l'occupation nazie commencera avec l'entrée de l'Armée rouge en Slovaquie le 6 octobre 1944 dans la région du col de Dukla. Bratislava sera libérée le 4 avril 1945 par la même armée.

Aux élections de l'automne 1947, même si les communistes slovaques ne gagnent pas, contrairement à leurs collègues tchèques, la Slovaquie tombe dans les mains de l'autorité pro-soviétique après le putsch communiste de février 1948.

En 1968, des politiciens slovaques emmenés par Alexander Dubček participent activement au Printemps de Prague. La démocratisation prometteuse de l'État et de la société est violemment arrêtée en août 1968 par l'occupation du pays par les armées du Pacte de Varsovie.

La Révolution de velours, en novembre 1989, apporte des changements politiques radicaux. Les communistes perdent leur pouvoir et la route est ouverte à la démocratie et à la pluralité. Les habitants de Bratislava et d'autres villes et villages slovaques participent activement aux manifestations massives.

1er janvier 1993 : la Slovaquie est un État indépendant et souverain. Le nouvel État Slovaque devient membre de l'ONU dès le 19 janvier. Le 15 février, l'Assemblée nationale de la République Slovaque élit Michel Kovač comme premier président de cet État démocratique.

Le 29 mars 2004, la Slovaquie devient membre de l'OTAN et le 1er mai, membre de l'Union européenne.

Le 1 janvier 2009, la Slovaquie devient le 16° membre de la zone euro.

La Slovaquie est une république parlementaire ayant à sa tête un président, élu tous les cinq ans par le peuple slovaque en deux tours d'élections. Le candidat devient président en obtenant plus de 50% des voix. Le pouvoir exécutif est exercé principalement par le chef du gouvernement, le Premier ministre, qui est habituellement le chef du parti ou de la coalition majoritaire au parlement, nommé par le président. Le reste du gouvernement est nommé par le président sur recommandation du premier ministre.

Le pouvoir législatif est constitué par le Conseil national de la République slovaque (Národná rada Slovenskej republiky), parlement monocaméral comprenant 150 membres. Les délégués sont élus pour un mandat de quatre ans à la proportionnelle.

La plus haute juridiction est la Cour constitutionnelle (Ústavný súd), qui décide des questions constitutionnelles. Ses 13 membres sont nommés par le Président, à partir d'une liste de candidats sélectionnés par le Parlement.

La Slovaquie a adhéré à l'Union européenne le 1er mai 2004.

La capitale est Bratislava (l'ancienne Presbourg) et compte 430 000 habitants. Les autres villes principales sont Košice (Cassovie), Prešov, Nitra, Žilina, Banská Bystrica, Trnava et Martin.

Le paysage slovaque est très contrasté dans son relief. Les Carpathes (qui commencent à Bratislava) s'étendent sur la majorité de la moitié nord du pays. Parmi cet arc montagneux on distingue les hauts sommets des Tatras (Tatry), qui sont une destination très populaire pour le ski et contiennent de nombreux lacs et vallées ainsi que le plus haut point de la Slovaquie, le Gerlachovský štít (2 655 m), et le Kriváň, symbole du pays.

Les plaines se trouvent au sud-ouest (le long du Danube) et au sud-est. Les plus grandes rivières slovaques, outre le Danube (Dunaj) dont elles sont des affluents, sont le Váh et le Hron, ainsi que la Morava qui forme la frontière avec l'Autriche.

Le climat slovaque est un climat continental accentué avec un rythme régulier des saisons. Le mois de janvier est le plus froid (moyenne -2°C) et le plus chaud (+ 21°C en moyenne). Dans la région de Bratislava, le climat est plus doux en hiver et plus chaud en été.

On peut aussi noter l’existence de 79 districts (okres), appelés à disparaître, à terme, avec la montée en puissance des régions.

La majorité des habitants de Slovaquie sont des Slovaques (85,5 %). Cependant, le pays compte une forte minorité magyarophone (de langue hongroise) dans le Sud et l'Est (10 % de la population nationale). Les autres ethnies sont les Roms (Tsiganes), les Tchèques, les Ruthènes, les Ukrainiens, les Allemands et les Polonais.

La devise officielle de la Slovaquie est l'euro depuis le 1er janvier 2009.

L'ancienne devise était la couronne slovaque (Slovenská Koruna) qui fut en circulation de 1993 à fin 2008. Le cours de change définitivement adopté est de 30,1260 couronnes slovaques pour un euro.

Les faces des pièces slovaques en euro ont été adoptées par la Banque centrale slovaque en décembre 2005 (voir Pièces en euro de la Slovaquie).

Le gouvernement slovaque avait demandé à l'Union européenne de mettre en circulation des billets de 1 et de 2 euro afin de ne pas créer dans la population le sentiment d'une hausse des prix. La pièce de monnaie ayant la valeur la plus élevée, celle de 10 couronnes, vaut environ 30 cents, et le billet ayant la valeur la plus basse, celui de 20 couronnes, vaut donc moins d'un euro, celui de 50 couronnes moins de 2 euro.

Une curiosité touristique rare et intéressante de la Slovaquie orientale (près de Košice) est le grand nombre d'églises rurales en bois, qui évoquent les stavkirke de Norvège.

La Slovaquie et la Slovénie sont souvent confondues bien que n'étant pas frontalières. Le nom de Slovenská republika (République slovaque), les drapeaux, la position géographique, peut en effet prêter à confusion dans de nombreuses langues. Chaque année, un poids considérable de courrier mal acheminé est à réexpédier vers la Slovénie (600 kg en 2004).

En haut



Viticulture en Slovaquie

La cave du vigneron, le Tokaj slovaque

La Slovaquie est un pays de l'Europe centrale et ses conditions microclimatiques sont comparables à celles des ses voisins, producteurs de vins : la Hongrie et l'Autriche.

La viticulture est concentrée dans le sud du pays, en particulier sur les versants sud, sud-ouest et sud-est des Carpates, qui occupent deux tiers du territoire slovaque.

La Slovaquie possède une tradition vitivinicole ancestrale qui commence au 1er millénaire avant J.-C.

La seconde moitié du Moyen Âge peut être considérée comme une période particulièrement bénéfique pour le développement de la viticulture, le seul événement désastreux pour la région ayant été l'invasion des Tatars en XIIe siècle.

De nombreux écrivains au cours des siècles, en particulier Autrichiens et Hongrois, rapportent l’appréciation de la production locale de la Slovaquie pour la qualité de ses raisins et de ses vins blancs.

Au XXe siècle, le secteur viticole slovaque a été durement marqué par plus de 40 ans de «socialisme réel»: la collectivisation des vignobles et de la production de vin, qui provenait à 80 % des grandes fermes d’État, a favorisé pendant cette période le rendement au détriment de la qualité.

En 1989, la Slovaquie produisait un tiers de plus de vin qu’elle n’en consommait et les surplus étaient exportés vers l’Union soviétique ou le nord du territoire tchèque.

Après «La Révolution de velours» de 1989, un programme de restitution des terres aux anciens propriétaires est instauré, dont la mise en œuvre laborieuse n’est pas encore achevée. Nombre de propriétaires ont disparu et leurs descendants, s’ils n’ont pas quitté le pays, sont trop nombreux pour que les parcelles atteignent une taille suffisante pour une production viable.

En conséquence, la superficie de terres plantées de vignes, de 30 000 hectares en 1990, a très fortement diminué dans les années 90 ; elle serait passée à 22 430 hectares en 2006 selon l’Institut Central des Tests et Contrôles agricoles ou même 16 772 ha selon l’Office national slovaque des statistiques, avec un rendement/ha très faible.

Après avoir obtenu son indépendance en 1993, la Slovaquie a pris la décision d’appliquer une politique protectionniste sur les vins à l’importation, afin d’encourager une progression qualitative de la production locale et permettre aux vignerons slovaques de vendre toute leur production en Slovaquie à bas prix, sans concurrence étrangère.

C’est au moment de l’adhésion de la Slovaquie à l’UE (1er mai 2004) que les producteurs ont dû rapidement affronter une concurrence internationale importante.

Le marché des vins slovaques se développe dynamiquement, mais la situation actuelle est assez contradictoire. D'une part, sont produits des vins dont la qualité s'améliore progressivement, d'autre part, la production de la matière première est en crise.

Les vins de table restent décisifs pour l'économie des grands producteurs. Toutefois, il existe déjà quelques producteurs de petite taille, orientés entièrement vers la production des vins de haute qualité.

L'amélioration de la qualité se traduit entre autre par le nombre en augmentation de distinctions attribuées aux producteurs slovaques lors des concours internationaux.

Le consommateur slovaque moyen décide de son achat en fonction du prix, néanmoins la part des vins de qualité augmente dans la consommation générale de vins et cette tendance devrait continuer, ouvrant les nouvelles niches de marché aux vignerons slovaques et aussi étrangères.

La Slovaquie a adopté des mesures afin d'aligner sa législation en matière de viticulture sur l'acquis communautaire. En particulier, la Slovaquie a adopté, selon un modèle allemand, la loi n°182/2005 sur la viticulture (cf. ).

Selon la loi, le timbre indiquant le numéro de contrôle de l'Etat («ŠKČ – štátne kontrolné číslo»Štátne kontrolné číslo, délivré par l'Institut central de contrôle et d’essai pour l’agriculture (ÚKSÚP) doit être présent sur les bouteilles de vins bénéficiant d’une attribution spéciale, les vins originaires de la part de région Tokaj situé en Slovaquie et les vins originaires de terroirs viticoles classés.

Les vins de qualité sont obligatoirement produits dans une région déterminée et habituellement à partir d’un seul cépage. Ils ne sont pas soumis à des contrôles spécifiques, en dehors des contrôles sur les lieux de production. Les vins de qualité nécessitent d’être identifiés plus strictement avec la région d’origine.

Le vignoble slovaque est divisé en six régions. Chaque région est caractérisée par des conditions naturelles spécifiques et par une histoire particulière. La carte ci-dessous permet de se faire une idée de la répartition géographique de chacune de ces régions.

Le climat, plutôt continental, se distingue de celui de l'Europe occidentale par une amplitude saisonnière plus accentuée : l'écart entre les températures hivernales et estivales est de l'ordre de 20ºC.

En comparaison avec la région méditerranéenne, l'Europe centrale est moins gâtée sur le plan de l'ensoleillement d'été.

Le substrat géologique des régions viticoles slovaques est très varié. On peut trouver des calcaires, des granits, des roches volcaniques ainsi que des sédiments fluviaux et éoliens. Cette diversité énorme, dont est en plus amplifiée par une grande variabilité microclimatique, représente un grand potentiel en matière de la typicité, du «terroir», des vins slovaques.

Les conditions thermiques et climatiques de la Slovaquie sont plutôt favorables aux cépages blancs. Ils sont plantés sur près de 75% de la superficie du vignoble, répartis en cépages courants, aromatiques et «mondiaux». Parmi les premiers les plus répandus sont le Valtelin vert et le Riesling italien, qui couvrent à eux seuls presque 50% de l'ensemble du vignoble. Les autres cépages courants importants sont le Müller-Thurgau, le Pinot blanc, et le Riesling du Rhin.

Les cépages aromatiques, de plus en plus recherchés, sont notamment le Muscat Ottonel, le Traminer, et l'Irsay Oliver.

Parmi les cépages mondiaux on cultive le Chardonnay et le Sauvignon.

Les cépages rouges les plus répandus sont la Frankovka et le le St. Laurent (Svätovavrinecké). Le Cabernet-Sauvignon est de plus en plus demandé par les consommateurs et pour cette raison il fait le plus souvent objet de plantations nouvelles.

Le vin de Tokaj est un produit à part. C'est l'unique « Appellation d'origine Contrôlée » par excellence, car les vignobles dans le Tokaj slovaque sont rigoureusement délimités et le vin est composé de trois cépages, dont les proportions doivent être scrupuleusement respectées : le Furmint (70%), la Lipovina (25%) et le Muscat jaune (5%).

Le vin de Tokaj était un problème international important entre la Hongrie et la Slovaquie pendant plusieurs années après la Deuxième Guerre mondiale. Bien que la Slovaquie ait légitimement droit à l'appellation Tokaj (la région viticole de Tokaj se trouve en Hongrie et en Slovaquie, mais après la Première Guerre mondiale le bassin traditionnel de production a été coupé par la frontière politique), la Hongrie s’opposerait à l'utilisation de l'appellation Tokaj par les vignerons slovaques produisant «le vin Tokaj» dans la partie slovaque de la région viticole de Tokaj.

En 1993, un accord est conclu entre la Hongrie et l'Union européenne, cette dernière s'est engagée de ne reconnaître que le vin de Tokaj hongrois. Pour cette raison la Slovaquie ne pouvait pas exporter ses vins de Tokaj dans les états membres. Bien que depuis 1996 l'Union européenne ait invité à plusieurs reprises la Hongrie à résoudre le problème avec la Slovaquie sur ce point, la situation n'a guère évolué jusqu'à 2004.

Enfin, le 16 juin 2004 un premier accord a été conclu entre la Hongrie et la Slovaquie sur la production des vin blancs de Tokaj dont la Hongrie avec la Slovaquie ont ensemble les droits de la production du vin Tokaj, mais seulement La Hongrie a droit de la commercialisation au sein de l'Union européenne.

Un vin slovaque de haute qualité, c'est avant tout un vin produit à partir d'un seul cépage. Si on met à par le vin de Tokaj, un vin de sélection avec attribut ne peut à ce jour qu'être issu d'un seul cépage.

En haut



Équipe de Slovaquie de handball masculin

L'équipe de Slovaquie de handball représente la Fédération de Slovaquie de handball lors des compétitions internationales, notamment aux tournois olympiques et aux championnats du monde.

Cette formation particpe au Championnat d'Europe de handball masculin 2006.

En haut



Fédération de Slovaquie de football

Football Slovaquie federation.svg

La Fédération de Slovaquie de football (Slovenský futbalový zväz (sk) SFZ) est une association regroupant les clubs de football de Slovaquie et organisant les compétitions nationales et les matchs internationaux de la sélection de Slovaquie.

La fédération nationale de Slovaquie est fondée en 1993. Elle est affiliée à la FIFA depuis 1994 et est membre de l'UEFA depuis 1994.

En haut



Source : Wikipedia