Serbie

3.4121274408999 (973)
Posté par marvin 11/03/2009 @ 00:07

Tags : serbie, europe, international

Dernières actualités
Sommet sur l'Europe centrale Ouverture des travaux en Serbie - Lakoom-info
Un sommet sur l'Europe centrale s'est ouvert jeudi dans la ville serbe de Novi Sad (nord) avec la participation de 14 chefs d'Etat, ont rapporté des agences de presse citant un communiqué des services du président serbe Boris Tadic....
Vallée de Preševo : travailleurs serbes et albanais, unissez-vous... - Courrier des Balkans
Dans la Vallée de Preševo, au sud de la Serbie, le syndicalisme n'est pas une mince affaire. Alors que le chômage fait rage, très peu de salariés sont syndiqués. Crise de confiance dans les institutions, peur de perdre son emploi, méconnaissance du...
Djelic: Le nouveau Plan d'action du gouvernement de Serbie fin juillet - Radio Srbija
Suite à la réception du rapport de la Commission européenne, le gouvernement de Serbie élaborera, fin juillet, un nouveau plan d'action pour la période jusqu'à la fin de l'année en cours, pour démontrer clairement aux partenaires européens que Belgrade...
Négociations slovaco-serbes - Radio Slovakia International
Le Président de la République slovaque Ivan Gasparovic a effectué ces jours derniers un voyage officiel en Serbie. Son objectif était, hormis la participation au 16ème sommet des Président des pays de l'Europe centrale, des rencontres bilatérales avec...
Tadic: La Serbie soutient l'intégrité de la Bosnie-Herzégovine, il ... - Radio Srbija
La Serbie est garante du respect des Accords de paix de Dayton et elle soutien pleinement l'intégrité territoriale de la Bosnie-Herzégovine et son ordre constitutionnel, ce qui sous-entend l'existence de la Republika Srpska et de la Fédération de...
Milutinovic, le sorcier irakien - Football.fr
Celui qui utilise systématiquement des ouvrages de psychologie pour élaborer ses tactiques de match, fait d'ailleurs un rapprochement entre son pays d'origine, la Serbie, et l'Irak: "Je sais ce que c'est un pays en guerre, mon pays, la Serbie,...
Les Serbes dans le Nord du Kosovo ne permettent pas aux véhicules ... - Radio Srbija
Les Serbes du Nord du Kosovo-Metohia ont partiellement bloqué, dans la matinée, la route Kosovska Mitrovica – Raska près de Leposavic et Zubin Potok en raison de l'introduction des taxes aux passages administratifs Jarinje et Brnjak....
Ligue mondiale: Les Bleus s'inclinent en Serbie - Sports.fr
Après un premier succès acquis en ouverture de la Ligue mondiale, vendredi à Nis 3 sets à 0, les Français ont cette fois subi la loi de leurs hôtes serbes 3 sets à 1 (25-19, 25-22, 19-25, 25-23). Dimanche à Belgrade, Sasha Starovic a été...
Pujol: "Deux victoires contre l'Argentine" - Sports.fr
Après une victoire et une défaite en Serbie, les hommes de Philippe Blain vont affronter deux fois l'Argentine, vendredi à Lyon et dimanche à Nice. Pierre Pujol et les Bleus ont retrouvé la confiance. (Maxppp) Nickel. Je n'ai plus de douleur,...
Smiljanić aime la pression - uefa.com
En cas de doute sur leurs chances de succès face à la Suède, les joueurs serbes savent vers qui se tourner. Le capitaine Milan Smiljanić est là pour dissiper leurs craintes. La dernière fois que Smiljanić a affronté la Suède, la Serbie se trouvait dans...

Serbie

Drapeau de la Serbie

1 Kosovo inclus 2 population du Kosovo exclue 3 Le domaine .yu est une survivance de l’ancienne Yougoslavie. Le domaine .cs a été réservé pour l’union fédérale mais ne sera probablement jamais utilisé. L’introduction du nouveau domaine .rs date de 2006.

La Serbie (en serbe cyrillique Сpбија et en serbe latin Srbija) est un État de l’Europe du Sud, qui fait partie des Balkans occidentaux et de l’Europe centrale, son régime politique est de type démocratie parlementaire monocamérisme. La Serbie est frontalière de la Bosnie-Herzégovine, de la Croatie, de la Hongrie, de la Roumanie, de la Bulgarie, de l'Ancienne République yougoslave de Macédoine, de l’Albanie et du Monténégro. Sa capitale est la ville de Belgrade.

Les premières traces d’une présence humaine sur le territoire de l’actuelle Serbie remontent à la Préhistoire (culture de Vinča). La région fut ensuite peuplée par les Illyriens et par les Celtes puis elle fut intégrée à l’Empire romain. Après la disparition de l’Empire romain d'Occident, la région resta sous le contrôle de l’Empire romain d'Orient. Des populations slaves, dont les Serbes, s’y installèrent au début du VIIe siècle. Au Moyen Âge, un puissant État serbe se constitua progressivement, qui attint son apogée au XIVe siècle, sous le règne de Stefan Dušan. Aux XIVe et XVe siècles, la Serbie fut progressivement conquise par les Ottomans et le pays resta en leur possession jusqu’au XIXe siècle.

Suite à deux soulèvements contre les Turcs, le premier en 1804, le second en 1815, une Principauté de Serbie fut créée, autonome vis-à-vis de la Sublime Porte en 1830, officiellement indépendante en 1878. La principauté devint Royaume de Serbie en 1882. Après la Première Guerre mondiale, se constitua progressivement un rassemblement de tous les Slaves du sud autour de la monarchie serbe : le Royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes fut proclamé en 1918 et il prit le nom de Royaume de Yougoslavie en 1929. Après la Seconde Guerre mondiale, la Serbie devint une unité fédérale au sein de la République fédérale socialiste de Yougoslavie. Les années 1990 sont marquées par la dissolution progressive de la Yougoslavie. En 2006, la Serbie est redevenue totalement indépendante après que le Monténégro décide de quitter l’éphémère union de Serbie-et-Monténégro.

Le 17 février 2008, le Kosovo, qui était jusqu’alors une province autonome au sein de la République de Serbie sous l'égide des Nations Unies avec sa résolutions 1244, a déclaré unilatéralement son indépendance. Cette indépendance n’a pas été reconnue par Belgrade, la communauté internationale, quant à elle, est très divisée sur la question.

La Serbie est l'État le plus étendu et le plus peuplé des États issus de la Yougoslavie.

La Serbie, en incluant le Kosovo, s’étend sur une superficie de 88 361 km², ce qui la place au 113e rang mondial. Elle possède 2 027 km de frontières, soit 241 km avec la Croatie, 302 km avec la Bosnie-Herzégovine, 203 km avec la République du Monténégro, 221 km avec la République de Macédoine, 115 km avec l’Albanie, 318 km avec la Bulgarie, 476 km avec la Roumanie et 151 km avec la Hongrie ; elle est ainsi, après la Russie, et avec la France, le deuxième pays d’Europe qui compte le plus de pays limitrophes en Europe. Sans le Kosovo, la Serbie couvre une superficie de 77 474 km², ce qui la place au 125e rang mondial.

La Serbie est composée de deux ensembles distincts. Au nord, la Voïvodine (en serbe : Војводина et Vojvodina), se trouve dans la grande plaine pannonienne, qui est géographiquement située en Europe centrale. La Voïvodine est séparée de la Serbie centrale par la Save et le Danube. La plus grande partie de la Serbie centrale et du Kosovo est couverte de montagnes basses ou moyennes. Au centre, à l’ouest et au sud-ouest du pays, ces montagnes appartiennent aux Alpes dinariques ; à l’est, elles appartiennent aux Carpates, aux monts du Grand Balkan et aux Monts Rhodopes. Le mont Midžor, qui s’élève à 2 156 m, est situé dans le massif de la Stara Planina ; c’est le point culminant de l’est de la Serbie. Parmi les montagnes les plus importantes du pays, on peut citer les monts Tara, les monts Zlatibor, les monts Kopaonik et le massif de la Fruška Gora. Le mont Djeravica, quant à lui, situé au Kosovo, s’élève à 2 656 m.

En 2007, les terres arables couvraient une superficie de 3 095 006 ha, soit 30 950 km² (hors Kosovo) ; les forêts couvrent une superficie de 25 625 km², soit 27% du territoire.

Tous les cours d’eau de Serbie appartiennent à trois bassins versants : celui de la mer Noire, celui de la mer Adriatique et celui de la mer Égée. Le plus vaste de ces bassins est celui de la mer Noire, qui couvre une superficie de 81 261 km², soit 92% du territoire du pays. Le bassin, dans son ensemble, est drainé par un seul fleuve, le Danube, qui se jette dans la mer Noire. Le bassin de drainage de la mer Adriatique couvre une superficie de 4 500 km², soit 5 % du territoire de la Serbie. Il comprend la moitié occidentale du Kosovo et il est principalement drainé par une rivière, le Drin blanc, qui rencontre le Drin noir en Albanie pour former le Drin, qui se jette dans la mer Adriatique. Une autre partie, de plus faible étendue, est drainée par la rivière Crni Kamen-Radika, au sud de la région de Gora. Le dernier bassin, celui de la mer Égée couvre une superficie de 2 650 km², soit 3 % du territoire de la Serbie. Il est situé au sud du pays, près des frontières avec la République de Macédoine et la Bulgarie. Ce bassin est drainé par trois rivières : le Lepenac, la Pčinja et la Dragovištica. Les deux premières se jettent dans le Vardar en Macédoine, et la troisième se jette dans la Strouma en Bulgarie. Ces deux rivières se jettent ensuite dans la mer Égée.

Les cours d’eau navigables les plus longs de Serbie sont le Danube (588 km), la Save (206 km), Tisa (168 km) et la Velika Morava (sur 185 km). Parmi les autres rivières importantes du pays, on peut citer la Zapadna Morava (308 km), la Južna Morava (295 km), l’Ibar (272 km), la Drina (220 km) et le Timok (202 km).

Le lac le plus étendu du pays est le réservoir hydroélectrique du Đerdap (en serbe : Ђердапско језеро et Đerdapsko jezero), qui s’étend sur 253 km², suivi du lac Vlasina, qui s’étend sur 16 km².

Le climat de la Serbie peut être décrit comme un climat continental modéré, avec des caractéristiques plus ou moins accusées en fonction de la localisation, du relief, de la présence ou non de rivières, de la végétation ou de l’urbanisation. Le nord du pays possède un climat nettement continental, avec des hivers froids et des étés chauds et humides, tandis que le sud, plus près de la mer Adriatique, connaît des étés chauds et secs et des automnes et des hivers relativement froids, avec d’importantes chutes de neige. C’est ainsi que la Voïvodine possède un climat continental influencé par les masses d’air venues de l’Europe du Nord et de l’Europe de l'Ouest, tandis que le sud et le sud-ouest du pays subissent une influence méditerranéenne, elle-même modérée par les Alpes dinariques et d’autres chaînes de montagnes qui contribuent à rafraîchir les masses d’air chaud. Les hivers sont ainsi particulièrement rudes dans la région du Sandžak en raison des montagnes qui entourent ce plateau.

Pour la période 1961-1990, la température moyenne annuelle a été de 10,9 °C jusqu’à une altitude de 300 m. Les régions situées entre 300 et 500 m ont connu une température moyenne de 10,0 °C et, au-dessus de 1 000 m, une température moyenne de 6,0 °C. Le mois de juillet est le mois le plus chaud de l’année, avec une température moyenne comprise entre 11 et 22°C ; plus précisément, les régions situées à moins de 300 m d’altitude bénéficient d’une température moyenne comprise entre 20,0 et 22°C, tout comme certains secteurs du sud de la Serbie situés à des altitudes entre 400 et 500 m. Au-dessus de 1 000 m d’altitude, les températures moyennes du mois de juillet sont comprises entre 11,0 et 16°C. Les températures les plus basses de la période 1961-1990 ont été mesurées en janvier ; elles étaient comprises entre –35,6°C (à Sjenica) et –21,0 (à Belgrade). Depuis le commencement des mesures, la température la plus élevée enregistrée en Serbie a été de 44,3°C le 22 juillet 1939 à Kraljevo et la température la plus basse a été de –39,5°C ; elle a été mesurée le 13 janvier 1985 à Karajukića Bunari, sur le plateau de Pešter, dans la région du Sandžak.

En moyenne, les précipitations annuelles augmentent avec l’altitude. Dans les régions peu élevées, elles sont comprises entre 540 et 820 mm. Au-dessus de 1 000 m, elles sont comprises entre 700 et 1 000 mm, et, sur certains sommets du sud-ouest de la Serbie, elles peuvent atteindre jusqu’à 1 500 mm. Dans la plus grande partie du pays, le maximum de précipitations se concentre dans les mois les plus chauds de l’année ; en revanche, au sud-ouest du pays, l’automne est la saison la plus arrosée. Le mois de juin est le mois le plus pluvieux, avec 12 ou 13 % du total annuel. Février et octobre sont les mois les plus secs. La neige tombe surtout de novembre à mars, avec un maximum en janvier. Depuis le début des mesures, l’année la plus sèche a été l’an 2000, avec seulement 223,1 mm de précipitations à Kikinda ; 1937 a été l’année la plus pluvieuse, avec un maximum de 1324,5 mm mesuré à Loznica. Un record mensuel de précicipations a été enregistré en juin 1954 à Sremska Mitrovica, avec 308,9 mm ; le 10 octobre 1955, il est tombé 211,1 mm d’eau à Negotin.

L’ensoleillement annuel est compris entre 1 500 et 2 200 heures.

Les régions de Serbie n’ont pas de statut officiel, même si certains districts administratifs leur doivent leur dénomination. Les régions situées dans la plaine pannonienne sont délimitées par les cours d’eau ; d’autres sont délimitées par des montagnes. En fait, définies par la tradition autant que par le relief, elles ne possèdent pas toujours de frontières nettement établies ; elles sont même souvent amenées à se chevaucher. Beaucoup d’entre elles possèdent un nom serbe formé à partir de la structure suivante : po+(nom d’une rivière)+je. C’est ainsi que, au nord de la Serbie centrale, la région de Podunavlje, doit son nom au Danube (en serbe : Дунав et Dunav), la région de Podrinje s’étend le long de la Drina ou encore celle de Pomoravlje le long de la Morava. D’autres portent le nom d’une montagne, comme les régions de Zlatibor ou de Kopaonik.

En 2003, les espaces naturels protégés de Serbie couvrent 5% du territoire du pays. La Serbie comptait 5 parcs nationaux, 120 réserves naturelles, 20 parcs naturels et environ 470 sites naturels protégés. Les cinq parcs nationaux correspondent à la Catégorie II de l’IUCN.

Huit sites de Serbie sont inscrits sur la liste Ramsar pour la conservation des zones humides, dont deux ont été ajoutés en 2007.

Les archéologues ont mis au jour de nombreuses traces d’occupation humaine remontant à la Préhistoire. L’un des sites les plus anciens retrouvés en Serbie est celui de Lepenski Vir, près du Danube, dans l’actuel parc naturel du Đerdap (Djerdap), près des Portes de fer. Dans ses parties les plus anciennes, le village, entièrement planifié, date du mésolithique (vers 8 000 av. J.-C.),. Cette culture aurait atteint son apogée entre 5 300 et 4 800 av. J.-C. Outre les vestiges des habitations et quelques objets usuels, de nombreuses sépultures ont été retrouvées sur le site.

La Serbie abrite d’autres sites préhistoriques. C’est ainsi qu’en 1908, une équipe d’archéologues dirigée par Miloje Vasić a effectué des fouilles à Vinča, près de Belgrade, mettant au jour des vestiges datant de la période néolithique ; compte tenu de l’importance de ces découvertes, le site a donné son nom à une culture qui s’est développée le long du Danube entre 6 000 et 3 000 av. J.-C. : la culture de Vinča,. D’autres découvertes caractéristiques de cette culture ont été effectuées dans de nombreux sites de Serbie, notamment à Divostin (près de Kragujevac), à Potporanj (près de Vršac), à Selevac (près de Smederevska Palanka) et à Pločnik (près de Prokuplje). D’autres vestiges du néolithique appartiennent à la culture de Starčevo (6200 - 5 600 av. J.C.), qui doit son nom à la ville de Starčevo, dans la municipalité de Pančevo.

Parmi les tribus slaves en expansion à partir IV e siècle de notre ère, on trouve les serbes blancs ou aujourd’hui Sorabes qui migrèrent d’abord vers l’ouest à travers la Pologne et la République tchèque actuelles. Leurs descendants vivent aujourd’hui en Lusace, à l’est de l’Allemagne, plus exactement entre l’Elbe et la Saale, dans ce qui était jadis la Grande-Moravie. Cette région, s’appelle la « Serbie blanche », le blanc symbolisant l’ouest chez les Slaves. Au VIIe siècle, à l’époque de l’Empereur byzantin Héraclius, la majeure partie des serbes blancs migra en plusieurs vagues entre 610-641 et, au XIIe siècle, vers la région centrale des Balkans où ils assimilèrent les Grecs, les Valaques et les Illyriens locaux, donnant ainsi naissance au peuple serbe.

Plusieurs principautés serbes furent fondées au IXe siècle mais se disloquèrent à la fin du XIIe siècle. Le processus de christianisation fut engagé par les moines Cyrille et Méthode, qui évangélisèrent tous les peuples slaves de la Grande-Moravie, y compris la Serbie, et qui inventèrent l’alphabet cyrillique à partir des lettres grecques. Les premiers prénoms chrétiens, comme Stefan ou Petar firent alors leur apparition.

Un Empire serbe fut constitué à la fin du XIIe siècle, sous la dynastie des Nemanjić. L’apogée territorial de la Serbie médiévale fut atteint au XIVe siècle, sous le règne de l’empereur Stefan Dušan. Cet empire disparut après la conquête ottomane. En 1371, un des rois de Serbie, Vukašin Mrnjavčević, perdit, contre les Ottomans, la bataille de la Maritza, ce qui entraîna la vassalisation de ses terres et la soumission de son fils Marko Mrnjavčević, dit Marko Mrnjavčević. La Serbie de Lazar s’effondra lors de la bataille de Kosovo Polje en 1389 ; le prince Lazar y perdit la vie. Le pays fut définitivement incorporé à l’Empire ottoman après la chute de Smederevo, en 1459.

Entre 1459 et 1804, la Serbie ottomane subit trois invasions autrichiennes destinées à annexer ces terres à l’Empire d'Autriche.

Une première révolte des Serbes eut lieu entre 1804 et 1813. Elle fut dirigée par Georges Petrović, surnommé Karageorges (« Georges le Noir »). Une seconde révolte eut lieu en 1815, sous la conduite de Miloš Obrenović, qui aboutit à l’autonomie de la Principauté de Serbie, officiellement reconnue par la Sublime Porte en 1830. Après qu’il eut lui-même visité la Serbie autonome, le poète français Alphonse de Lamartine fît découvrir aux romantiques, la culture serbe ; en 1833, il fit graver une inscription sur le site de Ćele Kula (en serbe cyrillique : Ћеле Кула), la « tour aux crânes », élevée par les Ottomans qui y incrustèrent les crânes des soldats serbes morts à la bataille du mont Čegar (19 mai 1809) : « Qu’ils laissent subsister ce monument ! Il apprendra à leurs enfants ce que vaut l’indépendance d’un peuple, en leur montrant à quel prix leurs pères l’ont payée ».

Malgré cela, les Turcs persécutèrent encore les Serbes dans les territoires qu’ils gardaient sous leur contrôle. Les massacres des Ottomans sur les Serbes ont inspiré à Victor Hugo, grand défenseur du peuple serbe, un célèbre discours, Pour la Serbie, écrit en 1876. Ce discours est aujourd’hui considéré comme l’un des actes fondateurs de l’idée européenne.

En 1878, le Congrès de Berlin accorda son indépendance à la Serbie et, en 1882, le prince Milan IV Obrenović devint roi de Serbie sous le nom de Milan Ier.

Cette liberté en Serbie favorisa un foisonnement culturel qui fît de Belgrade, un phare de liberté pour tous les Serbes des Balkans ainsi que pour les Croates et les Slovènes qui souffraient dans l'Empire d'Autriche-Hongrie et qui rêvaient d'une Yougoslavie avec le même régime démocratique à leur tête. Certains milieux réactionnaires à Vienne n'attendaient que l'occasion d'écraser le piémont serbe avant qu'il ne contamine les esprits de tous les Slaves du sud de l'Empire.

La Serbie reçu le surnom de berceau de la Démocratie dans les Balkans modernes. Ce régime de liberté sera en place jusqu'au début de la Première Guerre mondiale en 1914. Lors de la mise en place du régime Yougoslave en 1921, la France poussa Pierre Ier à instaurer un régime plus centralisateur et plus autoritaire dans le but de lutter comme le risque de contamination communiste. La démocratie avait vécu. La constitution de 1903 de Pierre Ier restera la référence de tous les mouvements démocratiques dans la Yougoslavie royaliste d'entre les deux guerres ainsi que dans la Yougoslavie communiste de Tito.

Depuis 1878, la Bosnie-Herzégovine était occupée par l’empire d'Autriche-Hongrie, qui l’annexa en 1908, annexion mal vécue par les populations slaves notamment les Serbes qui refusaient cette occupation et souhaitaient la réunification avec le Royaume de Serbie ou d’autres pays slaves. L’idéal de nombreux de jeunes gens serbes de Bosnie était le mouvement Jeune Italie, qui s’était donné pour but la libération des territoires occupés par les Autrichiens. En 1914, le double assassinat de l’archiduc François-Ferdinand, héritier du trône d’Autriche-Hongrie, et de son épouse Sophie Chotek, duchesse de Hohenberg, à Sarajevo, le 28 juin 1914 par Gavrilo Princip, fut l’événement prétexte qui déclencha la Première Guerre mondiale. En 1915, le royaume fut envahi par les puissances centrales lors de la campagne de Serbie. Mais le pays fut finalement libéré en 1918 par l’armée serbe soutenue par les forces alliées, dont l’armée d’Orient française, menée par le maréchal Louis Franchet d'Espèrey.

Les trois étudiants serbes, Gavrilo Princip, Trifko Grabež et Nedeljko Čabrinović, passèrent à l’action le matin de la fête de Vidovdan. Une première tentative, effectuée par Čabrinović, échoua ; la seconde, effectuée par Gavrilo Princip, eut pour résultat la mort de l’archiduc François-Ferdinand. Les diplomates autrichiens considérèrent l’attentat comme une provocation directe de la Serbie ; selon l’historien Dušan T. Bataković, l’assassinat constituait pour Vienne « le prétexte longtemps attendu d’une guerre avec la Serbie ». Dans l’Autriche-Hongrie de cette époque se développait une forte propagande contre les Serbes, notamment vis-à-vis des Slaves vivant dans l’Empire. Le 23 juillet 1914, bien que l’implication du gouvernement serbe ne fût pas prouvée, l’Autriche lança à la Serbie un ultimatum en 10 points. Belgrade accepta l’ultimatum, à l’exception du sixième point, exigeant l’envoi d’enquêteurs autrichiens dans le pays, ; sur ce point particulier, considérant que « ce serait une violation de la Constitution et de la loi sur la procédure criminelle », la Serbie proposait de s’en remettre à une juridiction pénale internationale ou à l’arbitrage des Grandes puissances. Quelques jours plus tard, l’Autriche-Hongrie affirma qu’une attaque serbe avait eu lieu contre ses troupes près de la ville de Kovin. Le 28 juillet 1914, le ministre autrichien des Affaires étrangères, Leopold Berchtold, déclara la guerre à la Serbie. Le 1er août, l’Empire allemand déclara la guerre à la Russie, qui avait déjà mobilisé ses troupes, puis, le 3 août, à la France, alliée de la Russie. La Première Guerre mondiale avait commencé. Le Royaume du Monténégro, invité à rester neutre, s’engagea aux côtés de la Serbie, le gouvernement de Cetinje déclarant : « Le destin de la Serbie est aussi notre destin ».

Pour la Serbie, les troupes autrichiennes étaient commandées par le Slovène Oskar Potiorek, qui se trouvait dans la voiture de l’archiduc François-Ferdinand au moment de son assassinat. La première attaque autrichienne eut lieu le 12 août 1914, entre la Save et la Drina, dans la région de Šabac. Les forces autrichiennes comptaient trois divisions, soit 220 000 soldats au total, bien entraînés, bien équipés. En face, l’armée serbe, manquant de munitions pour l’artillerie, était commandée par le voïvode Radomir Putnik, un général expérimenté.

Le premier affrontement important entre les deux armées eut lieu du 16 au 20 août 1914, au mont Cer, non loin de la frontière avec la Bosnie-Herzégovine. Les Serbes étaient commandés par le général Stepa Stepanović. Cette victoire serbe contraignit les Austro-Hongrois à se replier de l’autre côté de la Drina ; ce fut la première victoire alliée de la Première Guerre mondiale. Les pertes furent importantes dans les deux camps : les Autrichiens perdirent environ 25 000 hommes et 5 000 soldats furent faits prisionniers ; les Serbes, quant à eux, avaient perdu environ 16 000 soldats. Malgré l’importance des pertes, cette victoire renforça le moral des troupes serbes.

Les Russes insistèrent ensuite pour que la Serbie attaque à son tour les Autrichiens. L’armée serbe passa alors en Syrmie, une région aujourd’hui située dans la province serbe Voïvodine et, à l’époque, appartenant à l’Empire d’Autriche-Hongrie. Une armée serbe arriva le 25 septembre 1914 jusqu’à Pale, en Bosnie-Herzégovine ; Sarajevo fut évacué. En revanche, après la défaite de Glasinac, l’armée serbe, à son tour, dut retraverser la Drina.

La deuxième offensive autrichienne commença le 6 novembre 1914, avec des moyens plus importants que lors de la première attaque. Les Serbes, de leur côté, manquaient de munitions et, notamment, de pièces d’artillerie. Les Serbes durent se replier, abandonnant Belgrade et la vallée de la Kolubara. Le général Potiorek s’empara alors de la capitale serbe et des plans de découpage du pays furent préparés. Dans cette période difficile, le général Živojin Mišić prit le commandement de la Première Armée serbe ; le roi Pierre Ier, malgré son âge, allait sur le front soutenir le moral des soldats.

Des munitions, promises par la France, finirent par arriver, transitant par la Grèce. Le 3 décembre 1914, Mišić donna le signal de la contre-offensive. L’armée austro-hongroise dut reculer et Belgrade fut reprise le 15 décembre. Cette contre-offensive porte le nom de « bataille de la Kolubara », d’après la rivière de la Kolubara, près de laquelle se déroula le combat le plus important de cette campagne militaire. Les Serbes firent prisonniers 333 officiers et plus de 42 000 soldats ; ils s’emparèrent également d’un important matériel militaire autrichien. Tout le territoire du Royaume de Serbie fut libéré. En récompense de son succès dans cette bataille, Živojin Mišić fut élevé au rang de voïvode.

À partir du mois de décembre 1914, la Serbie connut une période d’accalmie. Le pays, qui avait réussi à repousser deux offensives autrichiennes, en retira un grand prestige auprès de ses alliés. En 1915, en France, une « journée serbe » fut célébrée dans les écoles.

En 1915, la conquête de la Serbie était d’un intérêt stratégique majeur pour les Empires centraux. En octobre 1914, l’Empire ottoman avait attaqué la Russie et était devenu l’allié de l’Autriche-Hongrie et de l’Empire allemand. Allemands et Autrichiens souhaitaient établir une liaison terrestre avec Istanbul ; pour réaliser ce projet, ils devaient battre les Serbes. L’écrasement de la Serbie devenait d’autant plus urgent que les Turcs, notamment après la bataille de Sarikamis (22 décembre 1914-17 janvier 1915) et la première offensive de Suez (28 janvier-3 février 1915), étaient en difficulté. L’alliance avec la Bulgarie était une des pièces maîtresse du projet : le 6 septembre 1915, la Bulgarie signa un traité d’alliance avec les Empires centraux qui promirent au tsar Ferdinand Ier la Macédoine ainsi qu’une bonne partie de la Serbie.

La stratégie d’invasion de la Serbie prit forme et la direction des opérations fut confiée à August von Mackensen, qui s’était déjà illustré sur le front russe. Le 5 octobre 1915 l’offensive fut lancée au nord, et les Austro-Allemands prirent Belgrade le 9. Ils progressent alors vers le sud tout en rencontrant une vive résistance de la part des Serbes. Le 14 octobre, les Bulgares passèrent à leur tour à l’offensive. L’aide promise par les alliés anglais et français de la Serbie, en provenance de Salonique, n’arrivait pas. Comme l’armée serbe était attaquée de tous côtés et menacée d’encerclement et de destruction (ce qui était le plan de Mackensen), le général Radomir Putnik donna l’ordre de se replier vers l’Albanie. Son plan était de gagner Durazzo, sur l’Adriatique et, de là, de rejoindre Corfou ; l’armée serbe, réorganisée, devait ensuite se rendre à Salonique, où se trouvaient déjà les Anglais et les Français.

Commence alors un épisode de la campagne de Serbie que la mémoire collective serbe nomme « le Golgotha albanais ». De fait, la traversée de l’Albanie s’effectua dans des conditions particulièrement difficiles. Les montagnes étaient déjà enneigées et les soldats harassés et affamés devaient passer des cols à 2 500 mètres sous des températures extrêmes. Avec les soldats, marchaient également de nombreux réfugiés ; le roi Pierre Ier suivait le convoi. Outre les conditions climatiques difficiles, les Serbes étaient régulièrement attaqués par les clans albanais. En décembre, les troupes serbes finirent par atteindre les rives de l’Adriatique, alors occupées par l’Italie ; puis elles furent évacuées par bateau à Corfou, particulièrement aidées par les soldats français.

D’abord neutre, le Royaume de Yougoslavie est envahi par l’Allemagne nazie en 1941 suite au coup d’État du général Dušan Simović. Un État fasciste satellite de l’Allemagne, l’État indépendant de Croatie englobant la majeur partie de l’actuelle Bosnie-Herzégovine, tandis que la Serbie est sous administration militaire allemande (avec à sa tête le général Milan Nedić). La Serbie était attaquée par les Allemands le 6 avril 1941, bombardement de Belgrade et d’ autres grandes villes serbes. Un double mouvement de résistance s’organisa : celui des tchetniks, très majoritairement serbe, fidèle au roi et au gouvernement exilé à Londres et dirigé par le serbe Draža Mihailović, et celui des partisans communistes, multi-ethnique et dirigés par le croate Josip Broz, dit Tito. Le 16 april 1944 la capitale de la Serbie est bombardée par les Alliés, particulièrement par les Anglais et Américains, provoquant la mort d’environ 4500 civils. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la Yougoslavie fut le seul pays à se libérer sans l’intervention de l’Armée rouge sur son sol. Les Alliés, qui avaient d’abord misé sur Draža Mihailović, l’abandonnèrent après Téhéran et Yalta au profit de Tito, qui prit le pouvoir en 1945.

Une nouvelle Yougoslavie, fédérale et communiste, fut formée: la République socialiste de Serbie en constituant l’une de ses 6 Républiques fédérées. Elle dura 46 ans.

Après la mort de Tito en 1980, alors que le communisme était en perte de vitesse, le nationalisme longtemps contenu et canalisé par le pouvoir central, devint un produit de substitution pratique pour maintenir la légitimité des dirigeants des six républiques fédérées. En « surfant » sur le nationalisme serbe, Slobodan Milošević, alors numéro deux du régime yougoslave, profite de la montée des tensions au Kosovo pour se faire élire président de la Serbie en mai 1989. La Slovénie et la Croatie déclarent leur indépendance le 25 juin 1991, suivies en 1992 par la Bosnie-Herzégovine et la Macédoine. Les populations serbes de Croatie et de Bosnie-Herzégovine refusant de quitter la Yougoslavie, puis demandant leur rattachement à la Serbie, un conflit militaire éclate : les guerres de Yougoslavie (1992-1995). Officiellement, ce sont des affrontements entre Républiques, mais pratiquement, sur le terrain, les militaires de chaque « camp » s’en prennent aux populations civiles du « camp d’en face » et évitent de s’affronter entre eux. Pour la JNA et la Yougoslavie, il s’agit d’une série de sécessions inconstitutionnelles, légitimement réprimées par l’armée fédérale; pour les républiques sécessionnistes il s’agit d’une dissociation constitutionnelle et de guerres de libération des nouveaux états contre l’oppresseur et l’agresseur serbe. Quoi qu’il en soit, sur le terrain cela se traduit par des dizaines de milliers de morts civils, des déplacements de populations et la destruction de plusieurs villes.

Dans la nouvelle Yougoslavie fédérale de 1992, il ne reste que la Serbie et le Monténégro. Mais en Serbie même, la région de Métohie, plus connue sous le nom de "Kosovo-Polje" (Champ des Merles), où la Serbie avait jadis perdu son indépendance contre l’Empire ottoman, était au fil des siècles devenue une enclave musulmane, de langue albanaise, en territoire slave; en 1999, les Serbes ne représentent plus que 10% de la population de cette région autonome, dont la majorité albanaise revendique à son tour l’indépendance. Le régime de Slobodan Milošević (qui avait commencé ici sa métamorphose du communisme vers le nationalisme) intervient brutalement pour supprimer l’autonomie de cette région: la guerre éclate entre les autorités serbes et l’UCK albanophone. La violence et les déplacements de populations sont suivis par l’intervention de l’OTAN lors de la guerre du Kosovo.

En 1999, le Parlement de la République fédérale de Yougoslavie vote en faveur de l'entrée de la RFY dans l'union Russie-Biélorussie.

En octobre 2000, Slobodan Milošević et son régime sont renversés.

Le 4 février 2003, la Yougoslavie restreinte cesse définitivement son existence: le Parlement accepte la création d’une nouvelle fédération aux liens très lâches, limitée aux deux États restants, sous le nom de Serbie-et-Monténégro. Suite à l’indépendance du Monténégro, proclamée le 3 juin 2006, le Parlement serbe adopte dès le 5 juin 2006 une déclaration faisant officiellement de l’État serbe le « successeur » de l’ancien État commun de Serbie-et-Monténégro, ce qui équivaut de facto à proclamer l’indépendance de la Serbie et à reconnaître celle du Monténégro. Le 15 juin 2006, l’ex-ministre fédéral des Affaires étrangères Vuk Drašković, devenu ministre des Affaires étrangères de Serbie, reconnaît officiellement l’indépendance du Monténégro et signe le 22 juin, avec son homologue monténégrin, un protocole d’accord pour l’établissement de relations diplomatiques entre les deux États.

Quant au Kosovo, son statut reste en suspens: occupé par la KFOR, c’est déjà un État albanais sur le terrain, mais officiellement, il fait encore partie de la Serbie. Celle-ci propose une large autonomie, l’UÇK revendique toujours l’indépendance et la réunion avec l’Albanie.

Le 17 février 2008, les kosovars albanophones (environ 90% de la population du Kosovo) proclament unilatéralement l’indépendance du Kosovo. Les Serbes du Kosovo, ainsi que la Serbie, s’opposent farouchement à cette indépendance estimée illégale en raison entre autres de la résolution 1244 du Conseil de sécurité des Nations unies qui soutient « la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Serbie au Kosovo ». En octobre 2008, l'Assemblée générale des Nations-Unies autorise la saisine de la Cour internationale de justice pour trancher la question de la légalité de cette indépendance. La Serbie a sur ce point de vue le soutien d'un grand nombre de pays des Nations-unies en premier lieux, la Russie, la Chine, le Brésil, l'Argentine, la Grèce et l'Espagne tandis qu'une autre partie la communauté internationale guidée par les États-Unis suivis de l'Allemagne, la France, la Grande-Bretagne et l'Italie, a reconnu le nouvel État. Les Serbes du Kosovo, majoritaires au nord de Mitrovica, refusent l'indépendance, sans pour autant réclamer leur rattachement à la Serbie, ce qui équivaudrait à une reconnaissance de jure d'un Kosovo détaché de la Serbie.

Sur un total de 7 498 001 habitants (hors Kosovo), la Serbie comptait 6 212 838 Serbes, soit 82,86% de la population.

La Serbie, de même que les autres États issus de l'ex-Yougoslavie, a hérité des frontières délimitées par le régime titiste, incluant les deux « Provinces autonomes » du Kosovo et de la Voïvodine. La Constitution communiste yougoslave de février 1974 donnait à ces deux provinces une autonomie totale vis-à-vis de la Serbie proprement dite « la centrale », ainsi qu'une une représentation directe, à « égalité de droits », dans les instances fédérales.

Slobodan Milošević a mis fin à cette autonomie, en Voïvodine en 1988 par un coup d'État connu sous le nom de « révolution des yaourts », et, en mars 1989, au Kosovo, par un coup de force militaro-policier, officiellement appelé « suspension de l'autonomie du Kosovo ». La Constitution de la République de Serbie, entrée en vigueur en 1990 alors que Milošević en était le président, entérinait cette double annexion, rétablissant pour le Kosovo l'ancienne appellation, supprimée en 1968 de « Kosovo et Métochie » (en serbe : Косово и Метохија) et Kosovo i Metohija – en serbe, Kosovo signifie le « Pays des merles » et Métochie, mot d'origine grecque, désigne les possessions territoriales de l'Église.

Avant l'adoption de la nouvelle constitution en 2006, les douze élus de la minorité hongroise réclamaient un retour à une plus grande autonomie, refusée par Belgrade et les 108 autres élus de Voïvodine, qui, précisément, alléguaient le projet de nouvelle Constitution pour la Serbie. Et, de fait, la nouvelle constitution fut adoptée par référendum en octobre 2006. De leur côté, une majorité d'Albanais du Kosovo, en application supposée du texte de 1974, réclamait l'indépendance ; proclamée une première fois en octobre 1991 à l'issue d'un référendum parallèle tenu en septembre, elle ne fut pas reconnue par la communauté internationale. La résolution 1244 du 10 juin 1999 reconnaît l'appartenance du Kosovo à la République fédérale de Yougoslavie dont la Serbie est l'État successeur ; par ailleurs, cette résolution présentait le statut de la province comme provisoire. Depuis ce texte, le Kosovo est géré par la MINUK (UNMIK en anglais), administration de l'ONU et, en vertu des accords de Kumanovo, occupée par la KFOR, soit 18 000 hommes venus des pays de l'OTAN.

Le 17 février 2008, le Kosovo a déclaré unilatéralement son indépendance. Cette indépendance n'a pas été reconnue par Belgrade, la communauté internationale, quant à elle, est très divisée sur la question.

Au nord du pays, se trouve la province autonome de Voïvodine (en serbe : Аутономна Покрајина Војводина et Autonomna Pokrajina Vojvodina), qui s'étend sur 21 506 km². Cette province dispose d'un Parlement et d'un gouvernement. Des élections provinciales, destinées à renouveler les membres du Parlement provincial, doivent avoir lieu le 11 mai 2008.

Du point de vue du gouvernement serbe et de la constitution, il existe au sud du pays une seconde province autonome : le Kosovo et Metohija, encore appelé Kosovo et Métochie (en serbe : Косово и Метохија et Kosovo i Metohija), qui couvre une superficie de 10 887 km².

La Serbie centrale (en serbe : Централна Србија et Centralna Srbija), qui s'étend sur 55 968 km², ne dispose d'aucun statut officiel ; elle désigne communément la partie de la République de Serbie qui se trouve en dehors de la Voïvodine et du Kosovo.

La municipalité (au singulier : општина et opština, au pluriel : општине et opštine) constitue l’unité fondamentale de l’autonomie locale. L’ensemble du territoire de la Serbie est divisé en 194 municipalités : 120 pour la Serbie centrale, 29 pour le Kosovo et Métochie, au sud, et 45 pour la Voïvodine, au nord. La municipalité porte généralement le nom de la plus grande ville ou de la plus grande localité du secteur. En revanche, certaines villes importantes comme Belgrade, Novi Sad, Kragujevac et Niš, sont elles-mêmes divisées en plusieurs municipalités. Pour établir une analogie à considérer avec précaution, les municipalités serbes peuvent être comparées aux départements français, sauf dans les grandes villes, où elles ressemblent un peu aux arrondissements des grandes villes françaises (Paris, Lyon, Marseille, par exemple). La municipalité dispose d’une assemblée (en serbe : скупштина општине et skupština opštine), élue pour quatre ans lors des élections locales, ainsi que d’un président (en serbe : председник општине et predsednik opštine), lui aussi élu pour quatre ans par l'assemblée municipale.

Les municipalités serbes sont regroupées à l'intérieur de 29 « districts » (au singulier : округ et okrug, et au pluriel : окрузи et okruzi), 17 en Serbie centrale, 7 en Voïvodine, 5 au Kosovo. La Ville de Belgrade constitue un district à elle seule. Ces districts sont des centres régionaux où s’exerce l’autorité de l’État. Ce sont des divisions administratives qui ne disposent pas d’une assemblée. En revanche, ils abritent diverses institutions étatiques.

La « communauté locale » (en serbe : Месна заједница et Mesna zajednica) est la plus petite unité administrative de la Serbie. Le plus souvent, ces communautés locales coïncident avec une « localité » dont elles portent le nom. Dans les zones rurales, certains villages faiblement peuplés peuvent être regroupés au sein d'une même communauté locale ; dans ce cas, la commauté locale est un peu l'équivalent d'un canton français ; elle porte alors le nom de la localité la plus importante de son secteur. En revanche, dans les zones les plus peuplées, une même localité peut être divisée en plusieurs communautés locales ; c'est notamment le cas dans les villes. Ces communautés sont gouvernées par des « conseils » (en serbe : савети et saveti) élus aux élections locales.

En janvier 2007, la Serbie, dans son ensemble, comptait officiellement 6 168 « localités » (en serbe : насеље et naselje, au pluriel : насеља et naselja), dont 4 252 en Serbie centrale, 467 en Voïvodine et 1 449 au Kosovo et Metohjia. Ces localités sont, pour la plupart d'entre elles, regroupées au sein d'une municipalité. Le plus souvent, elles correspondent à des localités rurales, communément appelées « villages » (en serbe : село et selo, au pluriel : села et sela). Mais un petit nombre d'entre elles sont officiellement définies comme des « localités urbaines » (en serbe : Градска насеља et Gradska naselja), communément appelées « villes » ; en 2007, on en comptait 207 dans toute la Serbie, dont 129 en Serbie centrale, 52 en Voïvodine et 26 au Kosovo. Le statut de localité urbaine n'est pas lié au nombre des habitants ; il a été officiellement obtenu au cours de l'histoire du pays et, plus récemment, par décision administrative. En outre, la loi sur l'organisation territoriale de la Répbulique de Serbie, votée le 28 décembre 2007, définit 24 « villes » ou « cités » (au singulier : Град / Grad ; au pluriel : Градови / Gradovi). Ces cités disposent d’une assemblée et d’un budget particuliers.

En 2008, la population de Priština, au Kosovo, était évaluée à 206 686 habitants.

La République de Serbie est une république démocratique représentative parlementaire, où le Président de la République de Serbie est le chef de l'État et le Premier ministre est le chef du gouvernement. Le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement. Le pouvoir législatif est exercé conjointement par le gouvernement et par l'Assemblée nationale de la République de Serbie. Le pouvoir judiciaire est indépendant du pouvoir exécutif et du pouvoir législatif. Le système politique de la Serbie se caractérise par le multipartisme. Il existe actuellement 342 partis dans le pays.

L'actuel drapeau de la Serbie a été adopté le 2 février 2008 ; c'est un drapeau tricolore conçu selon le modèle des couleurs panslaves mais en en inversant l'ordre : rouge en haut, bleu au milieu, blanc en bas, en trois bandes horizontales de taille identique. L'hymne national serbe, Bože Pravde, a été écrit, en 1872, par Jovan Đorđević, sur une musique de Davorin Jenko ; les paroles ont été légèrement adaptées depuis.

Le Parlement de Serbie, qui représente le pouvoir législatif, est constitué d'une chambre unique, appelée Assemblée nationale de la République de Serbie (en serbe : Народна скупштина Републике Србије et Narodna skupština Republike Srbije). L'Assemblée est composée de 250 députés, élus au suffrage universel direct et à scrutin de liste tous les quatre ans. Le pouvoir exécutif est exercé par le Gouvernement de Serbie (en serbe : Владе Србије et Vlade Srbije), qui se compose du Président du gouvernement, ou « premier ministre » (en serbe : Председник Владе et Predsednik Vlade) et des ministres (Министри). Le chef du gouvernement est proposé au Président de la République par le Parlement. Après sa nomination et après la formation du gouvernement, le Parlement doit leur accorder sa confiance.

Des élections législatives ont eu lieu le 21 janvier 2007. Suite à ces élections, un gouvernement, a été formé le 15 mai 2007 par le Premier ministre Vojislav Koštunica. Le 8 mars 2008, Vojislav Koštunica a annoncé la démission de son gouvernement suite à la crise gouvernementale provoquée par la déclaration d'indépendance du Kosovo,. De nouvelles élections législatives anticipées ont eu lieu le 11 mai 2008, en même temps que les élections locales, déjà prévues à cette date. Elles virent la victoire relative d'une coalition pro-européenne formée par le Président Boris Tadić. Un nouveau Premier ministre issu de cette coalition, Mirko Cvetković, gouverne avec le soutiens du Parti socialiste de Serbie depuis le 7 juillet 2008.

Selon les termes de la constitution serbe de 2006, le Président de la République est élu pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois. Le Président de la République représente la nation. C'est ainsi qu'en 2004 a été créée la Chancellerie nationale du Président de la République (en serbe : Народна канцеларија председника Републике et Narodna kancelarija predsednika Republike), une institution qui permet aux citoyens de communiquer directement avec le chef de l'État. L'actuel président de la République de Serbie est Boris Tadić, qui a été réélu pour un deuxième mandat le 3 février 2008.

Toute l'histoire géopolitique de la Serbie a été guide par ces trois choix, sauf exception des deux conflits mondiaux ou les souverains serbes de Serbie et de la première Yougoslavie monarchiste ont choisi les camps opposés à l'Allemagne et l'Autriche dans un premier temps puis l'opposition aux Troisième Reich.

Aujourd'hui encore ces tendances de fond sont présentes dans la vie politique serbe, avec le Parti démocratique et le Parti radical serbe qui orientent la politique étrangère de la Serbie respectivement vers l'ouest et vers l'est. Le Parti démocratique de Serbie était jusqu'à la crise du Kosovo le parti charnière des coalitions gouvernementales, place qu'il pourrait se faire ravir par le Parti socialiste de Serbie.

L'État serbe a succédé à l'État yougoslave qui siégeait à l'ONU comme membre fondateur depuis le 26 juin 1945 ; la Serbie a en effet hérité des représentations diplomatiques de l'ancienne Yougoslavie. Il a d'abord siégé au titre de République fédérale de Yougoslavie (troisième Yougoslavie), devenue Serbie-et-Monténégro et aujourd'hui en tant que République de Serbie. Cette situation n'est pas unique puisque la Russie a elle aussi hérité du siège de l'ancienne URSS.

Selon les estimations de 2007, l'agriculture représentait 12,3% de l'activité économique de la Serbie, l'industrie 24,2% et les services 63,5%.

Dans le cadre du projet South Stream, près de 30 milliards de m³ de gaz russe et d'Asie centrale devraient être acheminés chaque année en Europe. Gazprom a fait de la Serbie une de ses priorités dans la région. En effet, la Serbie est le pays à la plus grande partie du tracé sur son territoire, soit plus de 400 km sur une longueur totale d'environ 900 km, pour la partie terrestre, pour le tronçon passant à plus de 2 km de profondeur par endroits sous la mer Noire il sera d'environ 900 km. En Serbie, à Banatski Dvor, devrait également être construit un réservoir de gaz souterrain, capable de contenir environ 300 millions de m³, de quoi fournir tous les pays d'Europe de l'Ouest pendant une certaine période en cas de coupure du réseau. L'accord prévoit que le gazoduc serbe aura une capacité de 10 milliards de mètres cubes par an au moins. Pour construire et entretenir l'infrastructure de South Stream en Serbie, les sociétés Srbijagaz (Serbie) et Gazexport, une fililale de Gazprom (Russie), ont prévu de créer une co-entreprise. Une fois le trace terminé, en 2013, l'importance énergétique de la Serbie sera plus importante pour l'UE que l'Ukraine aujourd'hui, alors que l'importance de l'Ukraine sera moindre. La Serbie, dépendant du soutien de Moscou pour le Kosovo, apparaît en effet pour la Russie comme un partenaire beaucoup plus fiable que l'Ukraine, qui, elle, a tendance à se tourner vers les États-Unis. Le Parlement de Serbie a vote le lundi 8 septembre 2008 à 12h, l'adoption du projet South Stream. Le 24 décembre 2008 à Moscou, la Serbie et la Russie ratifient trois accords de partenariat énergétique signés en janvier et Gazprom obtient une part majoritaire dans NIS,.

Plusieurs complexes industriels : sidérurgie, automobile (Zastava, Fiat Kragujevac, Iveco, Fabrika Automobila Priboj, Ikarbus, industrie Utva, construction de tracteurs et de machines agricoles Industrija Motora i Traktora et Rakovica, agro-alimentaire.

La Russie et la Serbie n'ont pas de bannières douanières. Cette politique entre les deux États à été signée entre la Yougoslavie et l'Union soviétique dont les deux pays sont les héritiers. Les accords signés à l'époque sont encore en vigueur jusqu'en 2012. Des pourparlers sont en cours dans le but de prolonger ces accords. Fiat qui profite déjà de la mane à Kragujevac pourrait voir arrive Volkswagen qui envisage lui aussi la construction d'une usine.

La ville serbe de Kragujevac, avec Zastava, est un centre de production automobile aujourd'hui modeste, avec 11 000 voitures produites, contre 220 000 en 1989 du temps de la Yougoslavie socialiste , ce qui en faisait le premier centre automobile du pays devant les usines Renault de Novo Mesto et Volkswagen de Sarajevo. La Yugo était le véhicule le plus produit. En septembre 2008, Fiat a investit 700 millions € et le gouvernement de Serbie 200 millions € dans la rénovation de l'usine Zastava le monstre industriel issu de ses investissement produira 300 000 véhicule (individuel, fiat classe A et B, mais aussi car et camion Iveco) par an à destination de la Serbie pour seulement 10 % le reste de la production sera destiné à l'exportation dans l'UE et surtout en Russie, avec laquelle la Serbie a signé des accords de suppression des taxes de douane.

Vers la fin des années 1980, au début du processus de "transition économique", la situation économique de la Serbie était favorable. Mais elle a été gravement affectée par les sanctions économiques des Nations unies en 1992-1995 et par les dommages causés aux infrastructures et à l'industrie par les raids aériens de l'OTAN en 1999. Ces difficultés ont été encore accentuées par la perte des marchés de la Yougoslavie et du SEV principalement récupérés par des grandes entreprises européennes. Les problèmes économiques actuels s'expriment par un taux de chômage élevé (20% en 2005). Ils peuvent être attribués à un certain manque de réformes économiques.

Après le départ de Slobodan Milošević en octobre 2000, la croissance économique du pays fut importante (6,3% en 2006). Le pays s'attend à un taux de croissance élevé pour les années à venir. Par ses résultats économiques, la Serbie a parfois été surnommée « le tigre balkanique », en référence aux « tigres » de l'Asie de l'Est. Néanmoins, le PIB du pays est toujours bien en-dessous du niveau de 1990. En 2006, il était estimé à 47,77 milliards de dollars américain, soit 5 713 dollars américain par habitant. Le taux de croissance du PIB était de 5,9% en 2005.

La Serbie s'était préparée à adhérer à l'Union européenne, son partenaire commercial le plus important. Elle a un déficit élevé de son commerce extérieur. Sa dette est de 20 milliards de dollars américain (soit 2500 € par habitant), contre 35 milliards pour la Croatie, 30 pour la Slovénie et 64 pour la Hongrie.

La BERD prévoit une croissance de 3,1 % en 2009 pour les pays de la zone balkanique, elle était de 6,2% en 2007 et 6,5% en 2008. Cette diminution est bien entendu due à la crise économique de 2007-2008.

La notion de Culture serbe (en serbe cyrillique et serbe latin : Српска култура et Sprska kultura) se rapporte à la culture de la Serbie et, plus généralement, à celle de tous les Serbes vivant sur le territoire de l'ex-Yougoslavie et ailleurs de le monde (voir Diaspora serbe). Elle a subi une forte influence de la part de la Tradition, notamment dans les arts, dans l'artisanat et dans la musique. Cette culture traditionnel s'est formé aux Moyen Âge, via l'influence de l'Empire byzantin et celle de l'Église orthodoxe. Lors des cinq siècles de la présence ottomane, elle a été préservée dans les traditions familiales (voir Slava) et dans les monastères, tout en continuant de se développer dans les régions contrôlées par les Habsbourgs (voir Confins militaires) et la République de Raguse (voir Monténégro). Au début du XIXe siècle, après le première et le seconde soulèvement serbe contre les Turcs, elle a connu un nouvel essor avec une importante influence de la culture occidentale. Cette occidentalisation ultra-rapide fût grandement dû à l'importante minorité serbe de l'Empire d'Autriche qui modernisa l'appareil d'état aux cours du XIX. Après 1945 pendant la République fédérale socialiste de Yougoslavie, elle a subi l'influence du Titisme via son programme d'Autogestion, le Titisme régime de type socialiste avait la particularité d'être ouvert vers l'extérieur, elle continua donc à recevoir simultanément, l'influence de la culture occidentale, tout en conservant une forte imprégnation de sa culture traditionnelle orthodoxe.

Les chrétiens orthodoxes représentent en Serbie plus de 90% des croyants (sans le Kosovo). On date la conversion des Serbes entre 867 et 870, et c’est dans cette période que l’on constate une explosion des prénoms chrétiens parmi les Serbes sous le règne du souverain Mutimir qui lui portait encore un prénom slave. L'Orthodoxie, en grec Ορθοδοξία, en français, la foi droite (ou christianisme orthodoxe) descende en droite ligne des premières communautés chrétiennes fondées par les apôtres de Jésus dans les provinces orientales de l'Empire romain et comptant quelque 200 millions de fidèles. Elle est organisée en de nombreuses Églises territoriales (et non nationales) qui forment ensemble l'« Église orthodoxe » ou « Communion orthodoxe » fidèle à la théologie des sept conciles du premier millénaire chrétien et au droit canon qui en découle. Jusqu'au schisme de 1054, les Églises d'occident (Église catholique romaine comprise) aussi furent orthodoxes, c'est-à-dire conformes à la théologie et au droit canon des sept conciles du premier millénaire.

Il y a aussi une communauté musulmane d'environ 180.000 personnes principalement concentré au Sandjak. L'identité des musulmans dans le Sandjak est divisée, certains se disent Bosniaques, d'autres Musulmans (nationalité) et certains partiellement comme Serbes ou Montenégrins.

La communauté catholique est représente par la minorité hongroise 293.299 personnes du nord de la voïvodine.

Les premiers Juifs arrivèrent sur le territoire de l'actuelle République de Serbie à l'époque de l'Empire romain. Mais les communautés juives des Balkans ne prirent de l'importance qu'à la fin du XVe siècle, lorsque les Juifs, fuyant l'Inquisition en Espagne et au Portugal, trouvèrent refuge dans les régions contrôlées par les Ottomans et notamment en Serbie, alors en grande partie sous domination turque. Les communautés s'y développèrent jusqu'à la Première Guerre mondiale, mais elles furent presque complètement anéanties dans l'Holocauste de la Seconde Guerre mondiale. La communauté juive de Serbie compte actuellement moins de 800 membres.

La constitution de 2006 fait du serbe la langue officielle de la Serbie (article 10).

Même si les linguistes utilisent encore le terme de serbo-croate pour définir la langue parlée en Serbie, au Monténégro, en Bosnie-Herzégovine et en Croatie, officiellement le serbo-croate n'existe plus, chaque pays nommant sa langue serbe, bosniaque ou croate. Les locuteurs de ces diverses langues se comprennent spontanément, sans traducteur ; la séparation et la définition de ces langues est donc historique et politique. En revanche, d'une langue à l'autre, on peut noter des différences partielles dans le lexique ou la morphologie (certaines conjugaisons ou déclinaisons varient). Il y a surtout une différence d'alphabet : il est cyrillique et latin en Serbie, au Monténégro et dans la République serbe de Bosnie, mais seulement latin en Croatie et dans la Fédération croato-musulmane de Bosnie-Herzégovine. En Serbie proprement dite, le serbe s'écrit ainsi avec deux alphabets, l'alphabet cyrillique et l'alphabet latin. Le cyrillique est utilisé par les journaux de référence comme Politika ; les journaux en alphabet latin sont des journaux plus généralistes et populaires, comme Blic ; il caractérise aussi des journaux d'opposition ou progressistes comme Danas. L'administration serbe, quant à elle, privilégie l'alphabet cyrillique, tout en utilisant aussi l'alphabet latin. Le cyrillique est également l'alphabet officiel du Patriarcat de Serbie.

L'administration de la province de Voïvodine reconnaît officiellement six langues : le serbe, le hongrois, le slovaque, le roumain, le croate et le ruthène pannonien. Toutes ces langues sont utilisées dans le gouvernement provincial. Le serbe est employé dans les tous les gouvernements municipaux de la province. Les langues des minorités sont choisies par telle ou telle muncipalité, au niveau local. Le serbe cyrillique a été retenu par les 45 municipalités de la province, tandis que le le serbe en alphabet latin est officiel dans 23 municipalités sur 45. Le hongrois est langue officielle dans 29 municipalité, le slovaque dans 12, le roumain dans 9 et le ruthène dans 6. Le croate est langue officielle dans une municipalité. Ni le tchèque ni le bunjevac, langues minoritaires, ne sont officiellement reconnus au niveau de la Voïvodine. D'autres langues sont également officiellement reconnues dans les municipalités de Serbie centrale, comme le bosniaque (Sjenica, Tutin, Novi Pazar), le bulgare (Dimitrovgrad, Bosilegrad) et l'albanais (Bujanovac, Medveđa, Preševo).

Sur le territoire de la Serbie, il existe plusieurs site d'installation humaine préhistorique, la vallée de la Morava étant un lieux de passage naturel pour l'homme entre l'Europe et l'Asie Mineure (Turquie). Le site paléolithique le plus célébré en Serbie est celui de Lepenski Vir. Il existe en Serbie plusieurs site datant de l'Empire romain et de l'Empire byzantin, la ville de Sirmium romaine puis byzantine, Gamzigrad sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO et Justiniana Prima sont les sites incontournables.

De tous les monuments serbes du Moyen Âge, les plus nombreux sont les églises et les monastères. Ils sont pour la plupart ornés de fresques, décrivant la vie des souverains serbes ou des scènes de la vie des Saints, notamment ceux de l'Église orthodoxe serbe. Sur le plan architectural, l'œuvre la plus originale de l'art serbe est le monastère de Studenica (1190), qui a servi de modèle pour les monastères de Mileševa, de Sopoćani et de Visoki Dečani. L'une des œuvres majeures de la peinture serbe médivévale est sans doute la Fresque de l'Ange blanc du monastère de Mileševa ; caractéristique de la « période latine » de l'art byzantin, elle a été exécutée par des peintres grecs anonymes, venus de Constantinople, de Nicée et de Thessalonique.

L'Icônographie est un des éléments culturels principaux de l'art dans la Serbie médiévale.

L'influence de l'art des romains d'orient devient après la prise de Constantinople par les croisés en 1202, prépondérante. En effet, les artistes byzantins ont abandonné Constantinople car les croisés faisaient peu état de l'art préférant pillé la ville plutôt que de créer de nouvelle œuvre. Une partie d'entre eux trouva refuge en Serbie où ils étaient très recherchés pour leurs qualités par la noblesse serbe et l'église orthodoxe serbe, l'exil des artistes grecs permis aux artistes serbes d'acquérir leurs techniques. Cette influence grec est perceptible dans les monastères de Église de la Vierge de Leviša et Gračanica tous classés sur la Liste du patrimoine mondial en péril de l'UNESCO en raison des destructions commises par les musulmans kosovars albanais lors des troubles de 2004 au Kosovo.

Le monastère de Visoki Dečani a été construit entre 1330 et 1350 ; il a été réalisé dans le style roman, donc d'influence latine. Ses murs sont couverts de portraits qui décrivent des épisodes du Nouveau Testament. Derrière l'iconostase de l'église, se trouve le sarcophage du roi Stefan Uroš III Dečanski.

Beaucoup d'artistes serbes du XIXe siècle, ont effectué leurs études en France et en Allemagne. Ils ont alors été influencés par le style avant-gardiste. Parmi les artistes du début du XXe siècle, on peut Nadežda Petrović, dont le style est caractéristique du fauvisme et Sava Šumanović, influencé par le cubisme. Le XXe siècle a connu d'autres peintres de premier plan comme Milan Konjović, Marko Čelebonović, Petar Lubarda, Vladimir Velickovic et Mića Popović. Le Musée national de Belgrade possède une importante section consacrée à la peinture yougoslave, et notamment à la peinture serbe ; elle comprend plus de 6 000 œuvres du XVIIe siècle au XXe siècle .

La Serbie est également réputée pour ses peintres naïfs, comme Janko Brašić, Sava Sekulić, Martin Jonaš et Zuzana Halupova. La ville de Jagodina, dans la Serbie centrale possède important Musée d'art naïf ; on peut également signaler le Musée d'art naïf de Kovačica.

Le début de la littérature serbe correspond à l'introduction de l'alphabet cyrillique par les saints Cyrille et Méthode aux IXe siècle. Parmi les textes médiévaux, on retiendra un texte écrit en alphabet glagolitique datant XIe siècle, qui traite des Soins aux blessures, ainsi que un texte politique et religieux du XIIe siècle, l'Évangile de Miroslav (en serbe : Мирослављево Јеванђеље et Miroslavljevo Jevanđelje, qui évoque Miroslav, prince du Hum et frère de Stefan Nemanja. Ce manuscrit, qui date de 1180 et qui est conservé au Musée national de Belgrade, a été inscrit en 2005 sur la liste Mémoire du monde de l'UNESCO,.

Pendant la période turque, du XIXe siècle au XVIIIe siècle, la littérature serbe se caractérise par son lyrisme épique.

Dès le XVIIIe siècle, l'écrivain Dositej Obradović (1742-1811) renonça au slavon, la « langue savante », et choisit d'utiliser le serbe comme langue littéraire. Les Serbes le considèrent comme le premier grand auteur ayant écrit dans la langue de leur pays. Au XIXe siècle, l'écrivain et le linguiste Vuk Stefanović Karadžić modernise la langue serbe et pose ainsi les fondations de la littérature moderne ; il est l'auteur du slogan : « Écris comme tu parles » (en serbe « Пиши као што говориш »).

Parmi les auteurs du XIXe siècle, on peut citer Branko Radičević, Petar II Petrović Njegoš, Đura Jakšić et Jovan Jovanović Zmaj et, parmi ceux du XXe siècle, Ivo Andrić, Miloš Crnjanski, Meša Selimović, Dobrica Ćosić, Danilo Kiš et Milorad Pavić, aujourd'hui Milan Rakić, Jovan Dučić, Desanka Maksimović, Miodrag Pavlović et Vasko Popa.

Les Serbes sont particulièrement amateurs de théâtre. Joakim Vujić est le réformateur du théâtre serbe contemporain. En 1835, il rénove le style Knjažesko-srbski à Kragujevac. Parmi les autres figures du théâtre serbe on peut citer Jovan Sterija Popović, au XIXe siècle, et Branislav Nušić, au XXe siècle. Depuis 1967, se tient à Belgrade le festival du BITEF. Parmi les théâtres les plus importants du pays, on peut signaler le Théâtre national, le Théâtre dramatique yougoslave ou encore l'Atelier 212, tous trois situés à Belgrade. Novi Sad possède également une scène de premier plan, le Théâtre national serbe. Parmi les hommes et femmes de théâtre serbe, on peut citer Bojan Stupica, le fondateur du Théâtre dramatique yougoslave ; en tant qu'architecte, il a dessiné la nouvelle salle de l'Atelier 212. Mira Trailović et Jovan Ćirilov, tous deux dramaturges et metteurs en scène, sont les fondateurs du BITEF. Parmi les auteurs dramatiques contemporains, on peut signaler Dušan Kovačević et Biljana Srbljanović.

Le cinéma serbe est l'un des plus importants d'Europe et il figure assurément parmi les meilleurs en Europe du Sud et en Europe centrale. Avant 1945 il n'a produit que 12 long métrages. Après la Seconde Guerre mondiale, il s'est fait connaître sur la scene internationale, avec les réalisateurs Goran Marković, Aleksandar Petrović, Dušan Makavejev, Slobodan Šijan, Goran Paskaljević. Le réalisateur serbe le plus célèbre est Emir Kusturica, qui a obtenu deux palmes d'or au Festival de Cannes pour les films Papa est en voyage d'affaires en 1985 et Underground en 1995. Pendant le tournage de La vie est un miracle (2004), dans lequel la ligne de chemin de fer du Huit de Šargan (en serbe : Шарганска осмица et Šarganska osmica) joue un rôle essentiel, il a particulièrement apprécié la région de Mokra Gora ; il y a fait bâtir le « village en bois » de Küstendorf ; en janvier 2008, s'y est déroulé le premier Festival international du film de Küstendorf. Depuis 1971, Belgrade accueille un important Festival du film (en serbe : Београдски међународни филмски фестивал et Beogradski međunarodni filmski festival, FEST). L’essentiel de l’industrie du cinéma serbe se trouve à Belgrade.

Parmi les acteurs renommés de la première moitié du XXe siècle, on peut citer Ilija Stanojević (1859-1930), qui, en 1911, réalisa également le premier film muet de Serbie, ou encore Žanka Stokić (1887-1947) et le tragédien Dobrica Milutinović (1880-1956). Parmi les acteurs et actrices de la « nouvelle vague serbe », on peut signaler Miodrag Petrović Čkalja, Pavle Vujisić, Zoran Radmilović, Danilo Bata Stojković, Dragan Nikolić, Milena Dravić, Velimir Bata Živojinović, Ljubiša Samardžić, Mira Banjac, Bora Todorović, Miki Manojlović, Lazar Ristovski et Mirjana Karanović.

L'instrument de musique le plus populaire en Serbie est la gusla, introduit au XIe siècle, les bardes serbes jouaient de la gusla et chantaient les épopées des rois et empereurs serbes disparus. Aujourd'hui plus qu'un instrument de musique, elle est un symbole de la culture et la mémoire serbe. L'autre instrument de musique utilisé au Moyen-âge était la flûte. En Voïvodine et des les confins militaires, les Serbes utilisaient plutôt la tamboura et la cornemuse. Depuis le XXe siècle les instruments les plus utilisés dans la musique populaire sont l'accordéon et la trompette. Le trompettiste le plus populaire de Serbie ainsi que dans tous les Balkans est Boban Marković.

Belgrade accueille chaque année un Festival international de musique (BEMUS) ; consacré essentiellement à la musique savante, il a accueilli des formations internationales, comme l'orchestre philharmonique de Vienne ou les orchastres philharmoniques de Los Angeles, Berlin, Saint-Pétersbourg et Munich ; il a également invité l'Academy of St Martin in the Fields ou le Kronos Quartet et des artistes comme Herbert von Karajan et Zubin Mehta, Mstislav Rostropovich et Mischa Maisky, Sviatoslav Richter et Martha Argerich, Yehudi Menuhin et Maxime Venguerov.

La musique traditionnelle reste populaire en Serbie, comme en témoigne le succès du Festival international de trompette de Guca. Sur la scène internationale, on la retrouve dans les chansons d'Emir Kusturica & The No Smoking Orchestra et de Goran Bregović, qui se servent aussi de musiques serbes folkloriques et de musique tzigane serbe. Dans le domaine du jazz, Bojan Z utilise la même base pour ses chansons. Dans les dernières décennies et dans tous les Balkans, s'est développé un genre musical appelé turbo-folk, qui genre mêle des éléments serbes folkloriques à de la musique orientale et à des éléments de la musique tzigane. En évoluant, il est devenu une sorte de pop à la façon balkanique. La chanteuse Svetlana Ražnatović est une hégérie du turbo folk.

Parmi les groupes de rock célèbres, on peut citer Riblja Čorba, Ekatarina Velika (la « Grande Catherine »), Partibrejkers, Van Gog et Bajaga i instruktori.

La Serbie est également présente sur la scène du Hip-hop international, avec le groupe Beogradski Sindikat ou encore, plus récemment, avec le groupe VIP et avec des rappeurs comme Škabo et Marčelo et, surtout, avec le label Bassivity Music.

Sur le plan de la variété, Marija Šerifović a remporté le Concours Eurovision de la chanson 2007 et à, à ce titre, Belgrade a organisé le Concours Eurovision de la chanson 2008.

Les plats serbes sont en grande partie composés de viandes de porc, volailles, et dans une moindre mesure de bœuf, de légumes et fruits comme le poivron, la tomate, l'oignon, l'ail, la prune, la pastèque, la pomme de terre.

En 2007, 2,2 millions de touristes ont visité la Serbie, soit une augmentation de 15% par rapport à 2006.

Un certain nombre de grandes villes serbes offrent aux touristes de nombreuses possibilités. Belgrade offre les ressources d'une grande capitale internationale, avec de nombreux musées, des édifices, publics ou privés, qui illustrent principalement l'architecture des XIXe et XXe siècles. La capitale serbe est également réputée pour ses festivals, comme le Festival international du film (FEST), le Festival international de théâtre (BITEF), le Festival d'été (BELEF) ou le Festival international de musique (BEMUS). Belgrade est particulièrement réputée pour la qualité de sa vie nocturne, avec des clubs ouverts jusqu'à l'aube un peu partout dans la ville ; le long des rives de la Save et du Danube se succèdent de nombreuses barges (splavovi) qui sont parmi les lieux les plus appréciés des noctambules,,. D'autres villes du pays offrent aussi des ressources en musées, en architecture et en festivals, comme Novi Sad, la capitale de la Voïvodine, avec son Festival EXIT, ou encore la petite ville de Guča qui accueille chaque année un Festival international de trompette. La Serbie possède aussi quelques villes thermales fréquentées, comme Vrnjačka Banja, Sokobanja et Niška Banja.

Outre l'architecture des villes, la Serbie peut également intéresser les amateurs d'histoire et d'architecture. Le site romain de Felix Romuliana, où est né et a été enterré l'empereur Galère, a été inscrit en 2007 sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Le pays conserve surtout un grand nombre de monastères orthodoxes serbes, datant pour la plupart du Moyen Âge. Quelques uns d'entre eux figurent sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, comme le monastère de Sopoćani, près de Novi Pazar, qui a été inscrit en même temps que les ruines de la ville médiévale de Stari Ras, ou le monastère de Studenica. D'autres monastères ou ensembles religieux, appartenant à l'histoire de l'Église orthodoxe serbe, se trouvent au Kosovo. Parmi les édifices dont l'importance a été reconnue internationalement, il convient de citer le monastère de Gračanica, celui de Visoki Dečani ou encore le Patriarcat de Peć et l'église de la Vierge de Leviša, tous inscrits sur la liste du patrimoine mondial. Vu l'instabilité de la région, ces monuments ont été placés sur la liste du patrimoine mondial en péril. D'autres monastères, qui ne sont pas inscrits au patrimoine mondial, offrent un intérêt certain, comme celui de Mileševa, qui abrite une des fresques anciennes les plus célèbres de Serbie, la Fresque de l'Ange blanc.

La Serbie offre aussi un nombre important de sites pour les amateurs de nature, en particuliers les espaces protégés que constituent les cinq parcs nationaux du pays, celui de Đerdap, celui des Monts Kopaonik, celui des Monts Tara, celui des Monts Šar et celui de la Fruška Gora. Les sites Ramsar pour la conservation des zones humides constituent également un lieu d'attraction, comme celui du lac Vlasina. Les monts Golija, ont été désignés comme une réserve de biosphère dans le cadre du programme sur l'homme et la biosphère de l'UNESCO. Outre ces sites, on peut signaler d'autres curiosités, comme la Deliblatska peščara, en Voïvodine, qui constitue la plus vaste zone sablonneuse d'Europe, ou encore le monument naturel de Đavolja varoš (la « ville du Diable »), près de la ville de Kuršumlija.

Les débuts du système éducatif serbe remontent aux XIe et XIIe siècle, avec la création des premiers collèges catholiques à Titel et à Bač), en Voïvodine. L'éducation prit également son essor avec la fondation de nombreux monastères orthodoxes serbes, comme ceux de Sopoćani, de Studenica ou du Patriarcat de Peć. La première université de Serbie a été fondée à Belgrade en 1808, au moment de la première révolte contre les Turcs ; créée sous le nom de Haute école ou Grande école (en serbe : Велика школа et Velika škola), est le précurseur de l'actuelle Université de Belgrade. En revanche, la plus ancienne faculté située à l'intérieur des frontières actuelles de la Serbie a été fondée en 1778 à Sombor, qui faisait alors partie de l'Empire d'Autriche ; elle était connue sous le nom de Norma et constituait le premier collège slave de professeurs en Europe du Sud. L'actuel système éducatif serbe est régi par le Ministère serbe de l'Éducation.

En Serbie, l'instruction commence à l'école maternelle à partir de 3 ans. Puis, à partir de 6 ou 7 ans, vient l’école élémentaire (en serbe : основна школа et osnovna škola), pour une durée de huit ans, école élémentaire qui, grosso modo, correspond à l'école élémentaire et au collège français (jusqu’à la fin de la quatrième). Au terme de ces huit années, une bifurcation s’opère. Certains élèves s’orientent vers le lycée (en serbe : гимназија et gimnazija), où ils suivent des études générales en quatre ans, avec un début de spécialisation entre les langues et les sciences sociales d’une part et les mathématiques et les sciences naturelles d’autre part. À l’issue des études secondaires, d’autres élèves s’orientent vers une école professionnelle (en serbe : стручна школа et stručna škola), qui tout en assurant un enseignement général offrent un enseignement plus spécialisé ; les études dans ces écoles durent elles aussi quatre ans. D’autres, enfin, entrent dans une école « vocationnelle » (en serbe : занатска школа et zanatska škola) ; les études n’y durent que trois ans et elles sont plus spécialisées, notamment dans les domaines du commerce et de l’artisanat.

Les études supérieures s’effectuent dans des écoles supérieures, dans les facultés des universités serbes ou encore dans les diverses Académies d’art. Les « écoles supérieures » (en serbe : виша школа et viša škola) proposent des études supérieures courtes, en deux ans, à peu à la manière des colleges américains. La Serbie possèdent plusieurs universités, parmi lesquelles on peut citer l’université de Belgrade, l’université de Niš, l’université de Kraguejevac et l’université de Novi Sad. Le cursus universitaire s’est récemment adapté au processus de Bologne, qui met en place un système à trois niveaux, licence, master, doctorat. La Serbie possède également de nombreux établissements d’enseignement supérieur privés.

En 2004, la Serbie possédait 42 692 km de routes asphaltées, auxquelles s’ajoutaient 24 860 km de routes bétonnées. Elle dispose également de 3 808 km de voies ferrées, dont 1 196 sont électrifiées (31,4%) ; l’ensemble du réseau ferroviaire est géré par l’entreprise publique des Chemins de fer de Serbie. Le corridor privilégié pour le transport routier et ferroviaire est la vallée de la Morava, qui permet d’éviter les régions les plus montagneuses de la Serbie centrale.

Sur le plan routier, le pays est traversé par les routes européennes E65, E70, E75 et E80, ainsi que par les routes européennes secondaires E662, E761, E763, E771 et E851. Sur la plus grande partie de leur parcours, la route E70, qui, en Serbie, va de Šid à Belgrade, et la route E75, qui, en Serbie, relie Subotica à Vranje en passant par Belgrade et Niš, sont de type autoroutier. En 2006, la Serbie comptait officiellement 1 511 663 voitures, 125 761 camions et 9 268 autobus.

Le transport fluvial est également représenté en Serbie. Outre le Danube, qui parcourt 588 km en Serbie et qui relie l’Europe centrale à la mer Noire, la Save, la Morava et la Tisa, ainsi que d’autres rivières encore, sont totalement ou partiellement navigables. Parmi les voies navigables, on peut encore citer le canal Danube-Tisa-Danube, qui traverse la province autonome de Voïvodine.

La Serbie dispose en outre de deux aéroports internationaux, l’aéroport Nikola-Tesla de Belgrade et l’aéroport Constantin-le-Grand de Niš. En 2007, l’aéroport Nikola-Tesla a transporté 2 512 890 passagers . La compagnie aérienne nationale porte le nom de Jat Airways.

En haut



Histoire de la Serbie

Migrations des serbes entre l'an 50 et 1000 ap JC:       Migration hypothétique du nord caucase vers l'Europe centrale lors des migrations slaves       Migration de la Serbie blanche avec à leur tête le Prince de Serbie Blanche vers 600 après JC       Echange de population entre l'Empire Byzantin et la Grande-Moravie, des serbes s'installent dans la vallée de la Morava (Serbie) à la place des populations valaques qui vont à l'ouest de Prague en 990

C'est d'abord l'installation des Illyriens (1200-500), contemporaine de celle des Doriens en Grèce, et qui apporte la civilisation du fer. Ces tribus, qui parlaient une langue illyrienne, sont une branche de la famille des Indo-Européens. L'Age de fer tardif a laissé des traces de la culture de Hallstatt et de la culture La Tène (illyro-celte).

Durant les siècles précédant J-C, les Celtes se répandirent le long du Danube. Les Scordisques, une des principales tribus celtes, établirent leur capitale à Singidunum aujourd'hui connu sous le nom de Belgrade. Les Celtes ou "peuple du champ des urnes", pénétrèrent sur le sol serbe aux environs de -500, soit en s'imposant militairement (là où les autochtones résistent : la ruine de la "Halstatt-Kultur" de Glasinac), soit pacifiquement par d'intenses relations commerciales (la "Halstatt-Kultur" de Ripač).

La contribution romaine au peuplement des Balkans occidentaux doit également être prise en compte. Dans ses travaux, Edward Gibbon estime à un million le nombre de légionnaires présents dans les Balkans durant la période romaine. Il s'est ainsi opéré une latinisation à grande échelle des terres illyriennes durant les premiers siècles du premier millénaire. Auguste achèva la pacification de l'Illyrie en soumettant définitivement en -35 les Iapodes et en -34 les Dalmates ; en -27 il remit l'Illyrie au Sénat de Rome.

Après l'extension de la conquête romaine jusqu'au Danube, sous Auguste, la province romaine d'Illyrie (Illyricum) fut créée en -9. En 10, cette province fut divisée et le terme Illyrie tomba en désuétude. La région fut totalement pacifiée en 27.

Après le partage de l’Empire Romain par l'empereur Théodose Ier, en 395, les territoires serbes actuels se situèrent dans l'Empire romain d'orient.

L’origine même des Serbes n’est pas établie avec certitude. La racine du nom « Srbi » n’est probablement pas issue des vieux dialectes slaves. Certaines théories ont vu le jour pour l’expliquer, s’appuyant sur les très rares documents écrits de Tacite l'historien romain mentionnant la présence d’un peuple du Caucase, au tout début de notre ère, appelé « Serboï » ou « Serbi ». La plupart de ces théories stipulent que ce peuple proto-serbe n’était pas de souche slave, mais d’origine caucasienne ou sarmate. Il aurait par la suite dominé certaines tribus slaves après une migration vers l’ouest, probablement en Transcarpathie. Mélangés aux Slaves de ces tribus, les proto-Serbes se seraient progressivement « assimilés », pour ne laisser que leur nom à leurs anciens sujets slaves.

Quoi qu’il en soit, ce qui est certain, c’est qu’entre le I er siècle et le IVe siècle de notre ère, les Serbes quittèrent le foyer originel des Slaves pour s’établir en Moravie septentrionale, plus exactement entre l’Elbe et la Saale (Allemagne actuelle), dans une région appelée « Serbie blanche » (le blanc symbolise l’ouest chez les Slaves). Ils y restèrent jusqu’au VIIe siècle, lorsque l’Empereur byzantin Héraclius demanda l’aide des Slaves du nord, notamment des Serbes, pour refouler les Avars hors des territoires de l’Empire byzantin.

Le premier centre du peuplement serbe dans les Balkans fut une région située dans la vallée de la rivière Morava, que leur chef (dont on ne connaît pas le nom) négocia avec Héraclius en reconnaissance de leur importante contribution dans la défaite des Avars. Ultérieurement des échanges de populations eurent lieu : une partie des Serbes restés au nord vinrent rejoindre ceux déjà installés dans les Balkans, tandis que des Valaques de cette région partaient en Moravie septentrionale, dans la région qui devait s'appeler par la suite « Valachie morave » (ouest de l'actuelle République tchèque). La vallée de la rivière Morava fut ensuite la source même de l’expansion serbe dans la péninsule des Balkans.

Militairement mieux organisés que les tribus slaves de la première vague d'invasion, les Serbes dominèrent aussi des régions avoisinantes, notamment la Dioclée (qui prit plus tard le nom de Zeta, et encore bien plus tard Monténégro), la Bosnie, les régions côtières de Paganie (également dénommée Neretva) et Zachlumie (correspondant toutes deux, aujourd'hui, à une certaine partie de la Dalmatie) ainsi que la Travounie (approximativement le sud-ouest de l'actuelle Herzégovine). Les premières tentatives de baptême des Serbes eurent lieu dès cette époque, mais la foi chrétienne fut très lente à s’installer chez eux et de fait, près de deux siècles plus tard, lorsqu'eût lieu le second et principal baptême, la plupart des Serbes étaient encore païens.

Installés principalement dans les plaines et les vallées, les Serbes et les tribus slaves les ayant précédés désignaient les autochtones romanisés par le terme de Valaques (en serbe : Vlah au singulier, Vlaši au pluriel). Ceux-ci descendaient en grande partie des populations illyriennes et thraces, latinisées par Rome quelques siècles auparavant. Essentiellement présents dans les montagnes et sur le littoral, ils furent progressivement slavisés au cours des siècles qui suivirent, et il n'en reste que très peu à l'heure actuelle, surtout dans la Kraïna orientale (région des Portes de Fer). Le terme de Valaque prit chez les Serbes une connotation souvent péjorative, étant utilisé pour désigner les bergers transhumants, qu'ils soient slaves ou réellement valaques. Seuls les autochtones latins du littoral, du fait d'une plus grande imprégnation des traditions romaines, parvinrent à préserver leur autonomie tardivement, jusqu'au Moyen Âge, mais devaient payer un tribu à leurs suzerains slaves. Ils finirent toutefois eux aussi par être assimilés par les Slaves de l'arrière-pays.

Isolés par le compartimentage du relief, les différentes tribus slaves étaient organisées en Joupas (Župa), chacun dirigés par un chef appelé joupan (župan). Sous autorité byzantine, les Serbes s'affranchirent progressivement de cette dernière, avec plus ou moins de succès selon la région, notamment dans la vallée de la Morava, foyer de peuplement des Serbes, connue plus tard sous l'appellation de Rascie. Dans ce fief, le premier souverain serbe attesté fut le prince (knez) Višeslav, arrière petit-fils du chef inconnu qui avait mené les Serbes dans les Balkans, au VIIe siècle. Contemporain de Charlemagne, Višeslav régna vers la fin du VIIIe siècle, et réussit à préserver l'autonomie concédée à son ancêtre par l'empereur Héraclius. Du fait de la rupture entre Byzance et les Bulgares, ses héritiers connurent plus de difficultés, mais réussirent également à sauvegarder leur indépendance. Dans la première moitié du IXe siècle, Vlastimir, arrière petit-fils de Višeslav, fonda sa propre dynastie, la Maison des Vlastimirović. Et ce fut au cours de la seconde moitié du IXe siècle, sous le règne de son fils Mutimir (qui régna jusqu'en 891), que les Serbes reçurent leur premier baptême officiel. À cette époque, l'empereur byzantin était Basile Ier le Macédonien, et le patriarche de Constantinople, Photios Ier, avait accordé sa bénédiction aux frères Cyrille et Méthode dans leur entreprise de christianisation des Slaves de l'Empire byzantin. Le développement du christianisme chez les Serbes fut confié aux centres religieux de Sirmium (aujourd'hui Sremska Mitrovica) et de Split. C'est à partir de cette époque que les souverains serbes commencèrent à porter des prénoms chrétiens, comme Stefan, le plus jeune fils de Mutimir, ou Petar (Pierre), fils de son frère Gojnik.

De 924 à 927, les territoires serbes centraux furent soumis aux Bulgares, mais furent libérés par un descendant de Vlastimir, Časlav Klonimirović, qui tira profit de la mort de l'empereur Siméon pour s'échapper des prisons bulgares. Avec l'aide de Byzance, il restaura l'État serbe, qui engloba, outre la région centrale de Rascie, les territoires de Bosnie, de Travounie et de Paganie. Seules la Dioclée et la Zachoumlie, alliées des Bulgares, demeurèrent indépendantes. Les territoires dominés par Časlav Klonimirović, la Serbie proprement dite, résistèrent à l'assaut des Hongrois sur la Bosnie, avec l'appui de l'empereur byzantin Constantin VII Porphyrogénète. Après la mort en 950 de Časlav Klonimirović au cours d'une bataille, la Serbie ne résista pas aux assauts des Hongrois et des Bulgares. Sa partie occidentale, située à l'ouest de la Drina (la Bosnie), fut réorganisée et placée sous la direction locale d'un ban, qui reconnaissait l'autorité des États alentours (Croatie, Hongrie, Dioclée et Empire byzantin). La Serbie orientale, autrement dit la Rascie, fut placée sous tutelle byzantine, en tant que thème de Serbie (thema Servia).

Peu de temps après, la Dioclée, qui était parvenue à rester plus ou moins autonome du Grand Joupa de Rascie, parvint à consolider son indépendance sous le règne de dirigeants tels que Jean Vladimir (Jovan Vladimir, 960-1016), qui fit de Skadar (actuelle Shkodër en Albanie) la capitale de son Royaume. Mais l'empereur Samuel (Samuil) de Bulgarie annexa la Dioclée et Jean Vladimir fut fait prisonnier. Acceptant d'épouser la fille de Samuel, la princesse Kossara, Jean Vladimir fut autorisé à retourner gouverner la Dioclée, mais en tant que vassal de l'empereur bulgare. Après l'assassinat en 1016 de Jean Vladimir, organisé par l'empereur bulgare Jean Vladislav, la Dioclée fut incorporée par Byzance dans le thème de Serbie. En ce temps, la Dioclée était encore essentiellement dominée par le rite latin, du fait de la subsistance tardive des traditions romaines pratiquées par les autochtones du littoral. Mais progressivement, l'influence de Byzance implanta fortement le rite oriental, jusqu'à ce que les dernières populations pratiquant le rite latin soient subjuguées.

Un Empire succéda à ce premier royaume à la fin du XII e siècle , sous la dynastie des Nemanjić. L'apogée territorial de la Serbie médiévale fut atteinte au XIVe siècle, sous le règne de l'empereur Stefan Dušan. Cet empire allait disparaître sous le coup des invasions ottomanes.

Dans le second quart du XIe siècle, le déclin de Byzance permit aux Serbes de mener plusieurs soulèvements successifs, qui aboutirent en 1037 à la libération de leurs territoires. La Dioclée fut libérée dès 1036 par une révolte menée par le prince serbe Vojislav, originaire de Travounie, après plusieurs tentatives infructueuses, qui l'amenèrent à être fait prisonnier à Constantinople, dont il réussit à s'échapper. Vojislav chassa Theophilos Erotikos, le dernier stratège du thème de Serbie, et gagna le surnom de Stefan (du grec Stephanos, signifiant couronné). Libérant ainsi à la fois la Dioclée, la Rascie ainsi que des portions de la Travounie et de la Zachoumlie, il fonda par la même occasion sa propre lignée, la dynastie des Vojislavjević.

La Dioclée devenait alors l'État serbe le plus puissant, contrant avec succès plusieurs tentatives d'annexion par l'empereur byzantin Constantin IX. Stefan Vojislav finit malgré tout par reconnaître l'autorité de l'empereur byzantin. En 1052, son fils Mihailo Vojislavljević renouvela sa déclaration de vassalité à Byzance, mais prit le titre de grand joupan de Rascie. Désireux d'établir un archevêché autonome dans ses territoires, il chercha appui auprès de Rome et du pape Grégoire VII, qui le couronna en 1077 roi des Slaves et de Dioclée, et ses territoires prirent la dénomination de Royaume de Serbie. Mihailo Vojislavljević se désignait lui même par le titre de roi des Serbes et des Tribales, et après son annexion de territoires croates jusqu'à la ville de Knin, il se désigna également par le titre de roi de Dioclée et de Dalmatie. Malgré ses relations avec Rome, Mihailo ne souhaitait pas que la Dioclée soit contrôlée par les prêtres catholiques. D'un côté, il consolidait ses liens avec Rome pour s'affranchir de l'autorité byzantine mais de l'autre, il renforçait le rite oriental affin d'éviter toute domination latine.

Le fils de Mihailo, Konstantin Bodin Vojislavjević, fut reconnu en tant qu'empereur des Bulgares en 1072, sous le nom de Pierre III. Après la mort de son père, il fut également couronné roi de Serbie en 1082. Il étendit son royaume à la Rascie et à la Bosnie. Le pape Clément III lui accorda la création d'un archevêché de Dioclée en 1089, qui recouvrait également des diocèses de Rascie, de Bosnie et de Travounie. Après sa mort en 1101, la Dioclée déclina du fait de l'absence de souverain puissant.

La Dioclée sur le déclin, ce fut la Rascie qui devint le nouveau centre en vue de l'émancipation des Serbes de la tutelle byzantine. Vukan, anciennement courtisan du roi Bodin, devint joupan de Rascie en 1083, alors que ce territoire faisait partie du Royaume de Serbie dirigé par Bodin. À cette époque, Vukan commença à intégrer à la Rascie des fragments du Kosovo et de la Métochie actuelles. Son territoire s'étendit progressivement vers le Sud-Est, jusqu'à ce qu'il s'empare de la vieille ville impériale de Lipljan en 1093. À la fin du XIe siècle, la Rascie était sans conteste l'État serbe de première importance, à tel point qu'après la mort de Bodin en 1101, Vukan intervint directement dans les affaires intérieures de la Dioclée. Après le décès de Vukan en 1115, la Rascie se trouva affaiblie et l'empereur byzantin Jean II Comnène reconquit le pays au début de son règne. Malgré une brève libération de 1127 à 1129, la Rascie fut sous domination byzantine durant la plus grande partie du XIIe siècle. Byzance avait alors toute latitude pour nommer les joupans à son gré. La Bosnie, qui lui avait échappé en 1138 au profit des Hongrois, revint sous sa tutelle après une victoire décisive sur ces derniers, de même que la Croatie, la Dalmatie et la Dioclée.

En 1163, l'empereur confia le fief de Dubočica à Étienne Nemanja, seigneur d'un domaine princier de Rascie orientale, des environs de la vallée de la Toplica. Il lui octroya par la même occasion le droit de régner comme joupan. Cela lui conférait un avantage certain par rapport à ses trois frères, tous seigneurs d'autres domaines des territoires serbes. Après des bouleversements politiques, le grand joupan de Rascie, Desa, fut chassé en 1165, et ce fut Tihomir, frère de Nemanja, qui lui succéda. Cependant, l'autonomie des territoires de Nemanja lui valu l'opposition de ses frères, qui le capturèrent. Ayant réussi à s'enfuir, Nemanja rassembla ses partisans et chassa ses frères en 1166, se proclamant grand joupan de Rascie. Aidé par Byzance, Tihomir tenta de reconquérir la Rascie, mais échoua et périt en 1168 au cours d'une bataille. Nemanja essaya alors de s'affranchir de la domination byzantine, mais privé de l'aide de la Hongrie, il dut attendre la mort de Manuel Ier, en 1180, pour progressivement libérer la Rascie et rassembler les autres territoires serbes, en particulier la Dalmatie et la Dioclée. À la fin du XIIe siècle, Byzance fut obligée de reconnaître l'indépendance de la Serbie en 1185. Nemanja sera alors le premier représentant, de la dynastie des Nemanjić, au destin glorieux. Sous son règne, la Serbie accroît son son territoire vers le sud, avec Zeta (Monténégro), Pirot et le Kosovo. Il abdiquera en 1196 se retira au Mont Athos (où fondera le monastère de Hilandar avec son fils Saint Sava). Il y mourra trois années plus tard.

Un autre de ses fils, Stefan Ier Nemanjić, lui succéde en tant que joupan. En lutte contre le Patriarche de Constantinople, il fait appel au Pape Honorius III qui le reconnaît comme « Roi de Serbie » en 1217, et le fait courroner par l'un de ses légats. Son frère Saint Sava, qui a fondé l'église serbe autocéphale en 1219, le couronnera une seconde fois, selon le rite orthodoxe en 1221.

Le règne de Stefan Ier Nemanjić prit fin en 1227, et ces successeurs connurent des fortunes diverses, liés aux guerres intestines.

En 1371, un des rois de Serbie, Vukašin Mrnjavčević, perdit, contre les Turcs, la bataille de la Maritza, ce qui entraîna la vassalisation de ses terres et la soumission de son fils Marko Mrnjavčević dit Marko Kraljevic. En 1381 eut lieu la première bataille opposant sur les terres du Prince Lazar Hrebeljanović les Serbes et les Turcs ; elle se déroula à Dubravica et se termina par une victoire serbe. En 1386, Lazar Hrebeljanović lui-même intercepta une seconde armée, conduite par le Sultan Murad Ier en personne ; les troupes s'affrontèrent près de la rivière Toplica, non loin de Plocnik. Ce fut une nouvelle défaite pour les Turcs ottomans. « Murad a peur, il s'enfuit », rapporte un chroniqueur serbe de l'époque. La Serbie de Lazar s'effondra lors de la bataille de Kosovo Polje en 1389 ; le prince Lazar y perdit la vie, ainsi que la quasi-totalité de la noblesse serbe, mais également le sultan Murad, dont la mort déclencha une querelle de succession ottomane qui empêcha les turcs de récolter les fruits de leur victoire pendant des décennies.

Le pays ne fut définitivement annexé par les Ottomans qu'après la chute de Smederevo, en 1459.

Entre 1459 et 1804, la Serbie subit l'occupation de l'Empire ottoman ainsi que trois infructueuses invasions autrichiennes pour chasser les Turcs de Serbie.

En tant que chrétiens, les Serbes avaient le statut de dhimmi, mais dans les faits étaient considérés comme des citoyens de seconde zone, souvent maltraités, si l'excepte la période de règne de Mehmed pacha Sokolović (un janissaire devenu grand vizir) . Ils étaient sujets à une énorme pression du pouvoir ottoman qui se donnait pour mission de les islamiser ; certains se convertirent (voir articleMusulmans (nationalité)), d'autres émigrèrent au nord et à l'ouest, cherchant refuge en Autriche-Hongrie. A Belgrade, une assemblée se réunit. Il fut décidé de demander à l'empereur Léopold Ier du Saint-Empire d'assurer la sécurité de ses alliés serbes. L'empereur accepta d'accueillir sur les terres récemment libérées au nord de Belgrade, sur la rive gauche du Danube, « tous les Serbes qui étaient prêts à se battre contre les Turcs ». Il leur offrit des « avantages et des passe-droit importants ».

Tous ces avantages accordaient quasiment aux Serbes une autonomie au sein même de l'Empire.

Arsenije III Čarnojević, le patriarche de l'Église orthodoxe serbe, satisfait des avantages promis par l'empereur, organisa l'une des plus grandes migrations de l'histoire serbe, entre 1690 et 1694 de 40 000 à plus de 200000 serbes quittèrent rien que le Kosovo, pour trouvé refuge en Voïvodine, Slavonie et krajina, on appelait ces région les frontières militaires (Vojne Krajine), exode plus que massif compte tenu de la population de l'époque. Sachant que les Turcs avaient déjà réprimé durement les Serbes qui s'étaient alliés aux Autrichiens, ils craignaient que le retour des Ottomans au Kosovo, qui était le foyer central de la révolte serbe, ne provoque un massacre général de la population.

Au début du XIXe siècle, la Première révolte serbe (fortement soutenu économiquement et militairement par les riches marchants serbes des krajinas d'Autriche) parvint à libérer des milliers de Serbes durant un temps limité. La Seconde révolte serbe fut un véritable succès et signa le renouveau du royaume de Serbie.

En 1804, Djordje Petrovic, mena l'insurrection contre les Turcs, fut élu Prince héréditaire des Serbes en 1808 mais finit par être battu. En 1815, Miloš Obrenović, dirigea une révolte contre les Turcs et envoya la tête de Kara-Djordje au sultan. Il obtint une large autonomie pour la Serbie. Tout au long du XIXe siècle, les Karadjordjevitch et les Obrenovitch se succédèrent au pouvoir.

Une première révolte des Serbes eut lieu entre 1804 et 1813. Elle fut dirigée par Georges Petrović - surnommé par les Turcs "Kara-Djordje" (Georges le Noir) ; marchand de porcs, il fut élu Prince héréditaire des Serbes en 1808. Karageorges fonda la dynastie des Karađorđević (ou Karageorgévitch). Cette première rébellion se conclut par une reprise en main de la Serbie par la Sublime Porte. Karageorges se réfugia en Autriche en 1813.

De 1815 à 1817, Miloch Obrenovitch, éleveur de porcs illettré, dirigea, à son tour, la révolte contre les Turcs. Il tua Kara-Djordje, rentré en Serbie, et envoya sa tête au sultan ; ceci engendra une querelle permanente entre les deux familles tout au long du XIX e siècle .

Une seconde révolte eut lieu en 1815, sous la conduite de Miloš Obrenović, fondateur de la dynastie des Obrenović (ou Obrénovitch). Cette révolte aboutit à l'autonomie de la Serbie. Miloch Obrenovitch fut élu Prince de Serbie en 1818, et reconnu Prince héréditaire par l'Assemblée Nationale Serbe en 1827.

En 1878, le Congrès de Berlin accorda son indépendance à la Serbie et, en 1882, le prince Milan IV Obrenović devint roi de Serbie sous le nom de Milan Ier de Serbie.

Les Karađorđević finirent par l'emporter sur les Obrenovic, avec l'accession au trône de Pierre Ier de Serbie en 1903.

Cette liberté en Serbie favorisa un foisonnement culturel qui fît de Belgrade,un phare de liberté pour tous les serbes des Balkans ainsi que pour croates et les slovènes qui souffraient dans l'Empire d'Autriche-Hongrie et qui rêvaient d'une Yougoslavie avec le même régime démocratique à leur tête. Certain milieu réactionnaire à Vienne n'attendait que l'occasion d'écraser le piémont serbe avant qu'il ne contamine les esprits de tout les slaves du sud de l'Empire.

La Serbie reçut le surnom de berceau de la Démocratie dans les Balkans moderne. Ce régime de liberté sera en place jusqu'au début de la Première Guerre mondiale en 1914. Lors de la mise en place du régime Yougoslave en 1921, la France poussa Pierre Ier à instaurer un régime plus centralisateur et plus autoritaire dans le but de lutter comme le risque de contamination communiste. La démocratie avait vécu. La constitution de 1903 de pierre restera la référence de tous les mouvements démocratiques dans la Yougoslavie royaliste d'entre les deux guerres ainsi que dans la Yougoslavie communiste de Tito.

En octobre 1912, la Bulgarie, la Serbie, la Grèce et le Monténégro déclarent conjointement la guerre à l'empire ottoman et remportent la victoire. Le 3 décembre 1912, l'empire demande l'armistice, mais les hostilités reprennent brièvement au printemps 1913. L'hégémonie turque en Macédoine s'achève cependant avec ce conflit.

Mais l'alliance des vainqueurs ayant tourné à l'avantage de la Bulgarie chez les macédoniens, elle cesse aussitôt et, à l'instigation de la Serbie, éclate bientôt une seconde guerre balkanique qui oppose alors la Bulgarie à une nouvelle coalition formée de la Serbie, de la Grèce, de la Roumanie et de la Turquie. Le 30 juillet 1913, la Bulgarie, vaincue, doit déposer les armes et ne conservera qu'une petite partie de la Macédoine, que se partagent la Grèce et la Serbie.

L'année suivante, le double assassinat de l'archiduc François-Ferdinand, héritier du trône d'Autriche-Hongrie, et de son épouse Sophie Chotek, duchesse de Hohenberg, à Sarajevo, le 28 juin 1914 par le serbe Gabriel Princip, déclencha la Première Guerre mondiale. En 1915, le royaume fut envahi par les puissances centrales lors de la Campagne de Serbie. Le pays fut finalement libéré en 1918 par les restes de l'armée serbe, fortement soutenus par les forces alliées (dont l'armée d'Orient Française), et il récupéra la Macédoine qui avait été entretemps reconquise par la Bulgarie.

La Serbie faisait partie de la première Yougoslavie, créée en 1918 sous le nom de Royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes, puis rebaptisée en 1929 Royaume de Yougoslavie ; son premier roi fut Alexandre Ier de Yougoslavie.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Royaume de Yougoslavie resta neutre jusqu'en 1941. Cette année-là, désirant venir en aide à l'armée italienne en difficulté en Grèce, l'Allemagne demanda un droit de passage pour ses troupes. Le le régent Paul avait adhéré au pacte tripartite mais un vaste soulèvement populaire eut lieu à Belgrade, orchestré par des militaires serbes ; la régence fut renversée et l'héritier du trône, Pierre II, fut installé au pouvoir ; l'accord avec l'Axe fut dénoncé ce qui provoqua la fureur d'Hitler et l'invasion du Royaume de Yougoslavie par l'Allemagne.

Le roi partit en exil ; le pays capitula et fut aussitôt démantelé.

Un État serbe collaborateur fut instauré avec, à sa tête, le général Milan Nedić.

Un double mouvement de résistance s'organisa ; celui des partisans communistes, d'abord présents en Bosnie-Herzégovine, se développa sous la direction du Croate Josip Broz, dit Tito, tandis qu'une autre résistance, en fait la première résistance armée en Europe, celle des tchetniks, mieux organisée en Serbie, se développa autour de la personnalité de Draža Mihailović, un royaliste serbe, surnommé le "général des Balkans". Les tchetniks participèrent à la libération de la Serbie en 1944, mais après la guerre, ils seront dénigrés comme "fascistes et collaborateurs" par la presse communiste et apparentée. De leur côté, les partisans, jusqu'alors très peu présents en Serbie, participèrent aussi à la libération du pays avec l'appui des Anglais. Victorieux, ils renversent la Monarchie et firent exécuter des milliers de tchetniks, en les accusant de collaboration avec les Nazis. Draža Mihailović fut exécuté. Il avait pourtant participé, avec ses hommes, à la libération d'environ 600 pilotes alliés.

Une nouvelle Yougoslavie, communiste, fut formée en 1945, la Serbie constituant l'une de ses Républiques fédérées.

Après la mort de Tito en 1980, les tensions se firent jour, caractérisée par la montée du nationalisme dans les différentes républiques fédérées, nationalisme longtemps contenu et canalisé par le pouvoir central.

Slobodan Milošević, alors numéro deux du régime yougoslave, profita de la montée des tensions au Kosovo pour se faire élire président de la Serbie en mai 1989.

Il concentra les pouvoirs en Serbie, en supprimant l'autonomie des provinces autonomes de Voïvodine et du Kosovo.

En 1990, les premières élections libres et pluralistes se déroulèrent en Bosnie-Herzégovine, en Macédoine, en Serbie, en Slovénie et en Croatie, suivant en cela le mouvement de démocratisation engagé en Europe de l'Est un an auparavant. Hormis la Serbie, où le Parti radical serbe de Vojislav Šešelj fut minoritaire, toutes les autres Républiques choisirent des Présidents ouvertement nationalistes ou indépendantistes.

Tandis que Slobodan Milošević cherchait à préserver l'unité yougoslave et jouait sur le nationalisme serbe, la Slovénie, gouvernée par Milan Kučan, et la Croatie, gouvernée par Franjo Tuđman, cherchèrent à obtenir leur indépendance.

En réaction, la Slovénie et la Croatie déclarèrent leur indépendance le 25 juin 1991. L'armée fédérale (JNA), intervint contre les deux républiques sécessionnistes. S'ensuivirent la courte guerres en Slovénie et une autre, plus longue et plus meurtrière, en Croatie.

Fin 1991, la Bosnie-Herzégovine et la Macédoine proclamèrent à leur tour leur indépendance, ce qui déclencha une guerre de trois ans en Bosnie-Herzégovine, entre les trois ethnies principales du pays, les Serbes, les Croates et les Bosniaques. Les Serbes bénéficièrent du soutien de la Serbie de Milošević, tandis que les Croates furent appuyés par la Croatie de Tuđman.

En 1999, la guerre larvée au Kosovo éclata au grand jour avec l'intervention de l'OTAN ; ce fut la guerre du Kosovo.

En octobre 2000, Slobodan Milosevic, qui, en septembre, avait été battu aux éléctions à la présidence de la République fédérale de Yougoslavie par Vojislav Kostunica et qui refusait sa défaite, fut renversé, puis, en juin 2001, extradé aux Pays-Bas pour être jugé par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie.

En 2002, la Serbie et le Monténégro parvinrent à un nouvel accord portant sur leur coopération future, comportant, entre autres changements, la fin de la République Fédérale de Yougoslavie.

Le 4 février 2003, le Parlement accepta la création d'une fédération aux liens très lâches, limitée aux deux États restants, sous le nom de Serbie-et-Monténégro. Celle-ci disparut à la suite du référendum du 21 mai 2006, où le Monténégro décida de proclamer son indépendance, que la Serbie dut reconnaitre non sans difficulté.

En haut



Équipe de Serbie de water polo

Serbie

Equipe de Serbie de water polo représente la Serbie au concours de water polo international et elle est dirigée par l'association de water polo de la Serbie. On l'a précédemment connu en tant que l'équipe nationale Yougoslave. Après separation de la Slovénie, Croatie, Bosnie-Herzégovine et Macédoine, il reste que la Serbie et le Monténégro. De 1994 à 2001, l'équipe de Serbie-et-Monténégro a participé sous le nom République fédérale de Yougoslavie et de 2001 à 2006 sous le nom de Serbie-et-Monténégro. Après de l'indépendance du Monténégro en 2006,a été créée l'equipe de la Serbie. En 2006 bien que jouant sous le nom de la Serbie et Monténégro, seuls des joueurs serbes ont participé à la Ligue Mondiale à Athènes et ont été classés premier.

Equipe de Serbie est l'héritière de l'équipe de la République Fédérale socialiste de Yougoslavie (1946-1990), puis de l'équipe de la République fédérale de Yougoslavie (1990-2003) et enfin de l'équipe de Serbie-et-Monténégro (2003-2006).

Les Serbes sont les champions de la Ligue Mondiale de water polo et 2ème en Europe.

En haut



Source : Wikipedia