Sens

3.4228571428334 (1400)
Posté par rachel 03/04/2009 @ 20:16

Tags : sens, yonne, bourgogne, france, environnement

Dernières actualités
« Sens contre sens et non sens » aux salles d'Anchin - La Voix du Nord
Pour tous les élèves de l'école d'art plastique de la MJC, l'aventure avait un sens. « Sens contre sens et non sens » est une exposition visible jusqu'à aujourd'hui aux salles d'Anchin. Mis en place par les ateliers d'arts plastiques de la MJC de Douai...
La rue Evariste Galois en sens unique du 22 au 26 juin - Lyon Evous
Du lundi 22 au vendredi 26 juin 2009, la rue Evariste Galois dans le 20e sera mise en sens unique depuis la rue de Noisy Le Sec vers et jusqu'à la rue Léon Frapié, pour permettre la réfection du tapis bitumineux. Une déviation sera mise en place par...
Les Capitales ont le sens du spectacle - RDS
Josh Colafemina a joué les héros pour les Capitales. Un simple payant de Josh Colafemina en fin de neuvième manche a permis aux Capitales de Québec de vaincre les Skyhawks de Sussex par la marque de 5-4, dimanche après-midi au Stade municipal....
Les sens en éveil au Marché des terroirs - La Voix du Nord
Il ya les fidèles au rendez-vous depuis plusieurs années et les p'tits nouveaux qui mettent en éveil tous vos sens au Marché des terroirs et de l'artisanat qui a lieu encore aujourd'hui. Parmi les nouveautés, des vins allemands et du vin de glace...
Grippe H1N1 à Toulouse : «Certains ont forcé nos portes pour se ... - 20minutes.fr
Les mesures prises sont raisonnables mais excessives à mon sens. Inutile de les appliquer aux contacts de contacts». Cette réunion a rassuré, mais pas complètement. «Nous, on gardera les petits jusqu'à jeudi. C'est du simple bon sens», ont décidé en...
Delanoë compare le PS aux "dérives de la SFIO" - nouvelobs.com
"Phénomènes de clientélisme", "votes pas forcément clairs" et "paresse intellectuelle" sont pointés par le maire de Paris qui estime que le Parti socialiste a "perdu le sens du désintéressement et de la victoire collective". Le maire de Paris,...
24 Heures du Mans : Les lions ont tordu les anneaux - Ouest-France
Le succès, il l'impute à une tactique parfaite, un gros travail commun entre les équipages, « qui doivent tirer dans le même sens et surtout ne pas se tirer dans les pattes ». Discipline parfaitement respectée. Marc Gené, Espagnol grand teint de 35 ans...
Lecture Hubert Boyer exhume le sens des noms de lieux - Midi Libre
Présenter dans ces colonnes, un ouvrage qui s'appuie au départ sur une recherche toponymique qui concerne les noms de lieux de Canet, un village de 3 000 habitants de la moyenne vallée de l'Hérault, pourrait paraître déplacé....
Jardins : sensuels et métissés - Journal L'Alsace
Le 7 e Festival des jardins métissés fête les « six sens » au parc de Wesserling. Il ouvre cette année sur un florilège d'espaces de vie sensuels et artistiques. Dès l'entrée de ces vastes « Jardins des six sens », la vue et l'odorat sont sollicités...
Les sens cibles - Paris-Art.com
À la frontière entre les arts visuels et le théâtre, entre arts ludiques et expériences scientifiques, "Les Sens Cibles" invitent à un voyage sensoriel inédit et à une promenade artistique dans tous les espaces de la Ferme. Une occasion de la découvrir...

SENS

SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution progressive allant du ralentissement du vieillissement, suivi de son arrêt, jusqu'au rajeunissement. Il s'agit de rester jeune plus longtemps que 80 ans.

Voir aussi : Descriptions techniques.

De Grey a publié des articles dans des journaux de première importance en collaboration avec de très importants biogérontologues tels que Bruce Ames, Leonid Gavrilov, et S. Jay Olshansky, ainsi que d'autres scientifiques comme Gregory Stock. De Grey a aussi reçu le soutien d'autres scientifiques de premier plan : ainsi William Haseltine, le pionnier du séquençage du génome humain, a déclaré au sujet du Prix de la Souris Mathusalem (Methuselah Mouse Prize, voir ci-dessous) : « Il n'y a aucun effort comparable à celui-ci, et il a déjà significativement contribué à la prise de conscience que la médecine régénérative est une réalité très proche, pas une hypothèse ». De Grey envisage d'accroître l'espérance de vie de plusieurs siècles, à l'aide de nouvelles techniques, à développer suffisamment rapidement pour que les nouveaux problèmes (qui pourraient surgir avec les âges toujours plus grands atteints) soient traités à l'avance.

Le projet SENS dispose actuellement d'une réserve de 6 950 000 dollars. Pour le moment, le principal donateur est Peter Thiel, fondateur de PayPal.

En 2003, de Grey a co-fondé (avec David Gobel) le prix de la Souris Mathusalem. Le principe est d'encourager l'exploration de toute technique concrète d'accroissement de l'espérance de vie par l'attribution de récompenses financières aux scientifiques qui repoussent les limites de l'âge chez la souris. En effet De Grey pense que d'importants progrès chez cet animal motiveront de très grands investissements pour transposer chez l'être humain les techniques développées. L'objectif étant l'accès le plus rapide possible à des médecines régénératives pour ceux qui le souhaitent. Le Prix de la Souris Mathusalem dispose actuellement d'une réserve de 4 000 033 dollars.

En haut



Sens

La recherche du sens renvoie à l'art de l'interprétation, on parle également d'herméneutique et de philologie lorsqu'il s'agit par exemple de questionner un texte ancien.

En haut



Sens (Yonne)

Carte de localisation de Sens

Sens est une commune française, située à 120 km au sud-est de Paris dans le département de l'Yonne (89) et la région Bourgogne.

Les habitants de Sens sont appelés les Sénonais.

Située au nord de la Bourgogne, Sens est traversée par l'Yonne et la Vanne.

La cité, nommée Agedincum à l'époque romaine, a conservé son plan à deux rues principales perpendiculaires decumanus et cardo et une partie de son enceinte romaine. Agedincum fut sous l'empire romain la capitale de la Senonia, province de la IVe Lyonnaise.

Le nom actuel de la ville vient de la tribu gauloise des Sénons, dont Brennus fut le chef. On y trouve des vestiges de drains faits par les Romains afin d'élever l'eau d'une source, à la manière d'un puits artésien. Ces travaux étaient destinés à alimenter un aqueduc.

En 732, les Maures débarqués en Camargue remontent toute la vallée du Rhône et pillent la ville de Sens. Cette opération est vue comme une tentative de diversion, afin de diviser les forces franques à affronter, l'année de la bataille de Poitiers.

Au Moyen Âge, la ville avait un rôle important au point de vue religieux. Ses archevêques portent le titre de « primats des Gaules et Germanie » ; leur devise est Campont, d'après les initiales des évêchés qui dépendent de Sens (Chartres, Auxerre, Meaux, Paris, Orléans, Nevers et Troyes). L'hôtel de Sens à Paris était leur résidence officielle à Paris. En 1622, la province ecclésiastique de Sens fut divisée en deux, Chartres, Meaux, et Orléans devenaient suffrageants du nouvel archevêché : Paris.

En 1015, le comté de Sens est rattaché directement à la couronne royale, et Sens devient par la suite le siège d'un important baillage royal.

En 1135, la ville choisit de reconstruire sa cathédrale dans un style innovant. Ce fut la première cathédrale gothique de France. Son style est caractéristique de cette période de transition. À la même époque, la ville bénéficie brièvement d’institutions communales, qui lui sont retirées par Louis VI.

En 1234, Saint Louis y épousa Marguerite de Provence. Le pape Alexandre III y séjourna quelque temps. Thomas Becket y passa une partie de son exil.

En 1474, la ville se voit accorder par le roi Louis XI de France l'autorisation d'avoir un maire et un conseil municipal.

Durant les guerres de religion, Sens est particulièrement agitée. Charles IX y commence son tour de France royal (1564-1566) en mars, accompagné de la Cour et des Grands du royaume : son frère le duc d’Anjou, Henri de Navarre, les cardinaux de Bourbon et de Lorraine.

Aujourd'hui la population repart à la hausse.

La ville est récompensée par la distinction Grand Prix et quatre fleurs au palmarès 2007 du concours des villes et villages fleuris.

En haut



Arrondissement de Sens

Arrondissement de Sens.PNG

L'arrondissement de Sens est une division administrative française, située dans le département de l'Yonne et la région Bourgogne.

Les cantons de Sens-Nord-Est, Sens-Ouest et Sens-Sud-Est sont issus de la réorganisation des anciens cantons de Sens-Nord et Sens-Sud.

Ancien canton de Sens-Nord : Fontaine-la-Gaillarde, Maillot, Malay-le-Grand, Malay-le-Petit, Noé, Passy, Rosoy (commune supprimée), Saint-Clément, Saligny, Sens (fraction de commune), Soucy, Vaumort et Véron.

Ancien canton de Sens-Sud : Collemiers, Cornant, Courtois-sur-Yonne, Égriselles-le-Bocage, Étigny, Gron, Marsangy, Nailly, Paron, Saint-Denis, Saint-Martin-du-Tertre, Sens (fraction de commune) et (à vérifier) Subligny.

En haut



Cathédrale Saint-Étienne de Sens

Cathédrale Saint-Étienne de Sens (vue générale)

La cathédrale Saint-Étienne de Sens, de son vrai titre cathédrale métropolitaine et primatiale Saint-Étienne de Sens est une cathédrale catholique romaine française, située dans la ville de Sens du département de l'Yonne.

Jusqu'en 1622, la province ecclésiastique de Sens se nommait CAMPONT, acronyme correspondant aux évéchés suffragants de Sens : Chartres, Auxerre, Meaux, Paris, Orléans, Nevers et Troyes, témoin de la grandeur passée de cet archevêché.

Elle est souvent considérée comme la première des cathédrales gothiques. C'est vrai pour ce qui concerne la date de début des travaux (1135) et la date de sa consécration (1163). Sa tour ne fut cependant achevée que fort tard (1532-1534). Quant au transept, qui date des années 1490-1515, il constitue un des plus beaux chefs-d'œuvre du gothique flamboyant.

Vers 1135, l'archevêque Henri Sanglier décide de remplacer la cathédrale du Xe siècle, par un édifice grandiose et digne de l'importante métropole sénonaise. Au moment où s'élèvent partout des constructions romanes, Henri Sanglier appelle un architecte novateur qui va proposer une conception révolutionnaire du voûtement, la croisée d'ogives. Naît alors une cathédrale ample, d'un volume simple et continu, constituée d'un vaisseau central et de deux collatéraux. En 1164, le sanctuaire est consacré par le pape Alexandre III, (réfugié à Sens de 1162 à 1165 ). Le chantier ne s'achève à la façade occidentale qu'à la fin du XIIe siècle. En 1268, l'effondrement de la tour sud détruisit la plus grande partie de la façade occidentale, ce qui nécessita une reconstruction. Celle-ci fut longtemps interrompue par la Grande Peste et par la Guerre de Cent Ans, mais l'homogénéité de l'ensemble fut toujours préservé par les différents maîtres d'œuvre. Entre 1490 et 1517, on entreprend la construction, dans un gothique flamboyant, d'un grand transept dont les travaux sont confiés à un important maître d'œuvre parisien, Martin Chambiges. Tristan de Salazar, archevêque de Sens (1475 –1518) fit don de la rose du Jugement dernier (et de la légende de saint Étienne) qui orne le croisillon sud du transept. Vers 1510, à la mémoire de ses parents, il fit ériger une chapelle où il fut inhumé.

Mais la reconstruction de la grandiose tour sud ne se termina qu'en 1532, après quoi on la dota d'un petit campanile achevé en 1534.

Au total l'édification du sanctuaire s'étend sur une période de quatre siècles.

La partie la plus ancienne de la façade occidentale est la tour nord ou Tour de Plomb, appelée ainsi, car recouverte jusqu'en 1845 d'une flèche recouverte de lames de plomb. A sa base, son portail est dédié à Saint Jean Baptiste. Le tympan représente d'une part le baptême du Christ, et d'autre part la décapitation du saint. Cette partie de la façade date de la fin du XIIe siècle et fut notamment financée par le roi Philippe-Auguste (1180-1223).

Le portail central est en grande partie rescapé de l'effondrement de 1268, et fait donc partie de la portion ancienne de la façade (voir photo ). Il présente sur son trumeau une statue de Saint Étienne. Les grandes statues des piédroits ont été fracassées à la Révolution et n'ont jamais été reconstituées. Seule celle de saint Étienne a échappé au massacre, quelqu'un ayant eu la bonne idée de la coiffer d'un bonnet phrygien. Sur les faces latérales de ce trumeau on peut voir de très beaux rinceaux. Les pied-droits du portail montrent les vierges sages et les vierges folles. Deux médaillons situés au dessus du portail dans les écoinçons, terminent cette parabole. A gauche, les vierges sages trouvent les portes du ciel ouvertes, tandis qu'à droite elles restent fermées aux vierges folles .

Au soubassement on peut voir trois étages de bas-reliefs sculptés. Le niveau inférieur refait au XIXe montre des motifs géométriques, le niveau intermédiaire présente à gauche des animaux et êtres fabuleux, et à droite les Vices et les Vertus (partie hélas fort abîmée). Quant à l'étage supérieur gauche, il nous montre les sept Arts libéraux et la Philosophie, tandis qu'à droite sont représentés les travaux des 12 mois de l'année.

Enfin le tympan du portail central, qui fut victime de la catastrophe de 1268 et reconstruit ultérieurement, représente le martyre de Saint Étienne.

Le reste de la partie centrale de la façade y compris la grande fenêtre et les parties supérieures à celle-ci ont été reconstruites après 1268 et datent de la fin du XIIIe et du debut du XIVe siècle, à l'exception du motif du Christ en majesté installé tout en haut et qui est un ajout du XIXe.

On l'appelle aussi Tour de Pierre. Son portail est consacré à la Vierge Marie. Sur son linteau, on peut admirer la représentation de la Dormition et de l'Assomption. Sur le tympan : couronnement de la Vierge par Jésus Christ.

On remarque au troisième étage de la tour un groupe de cinq statues. Elles font partie d'une galerie de dix sculptures représentant dix archevêques de Sens et correpondent à un groupe équivalent, au même niveau, sur la face postérieure de la tour. Elles ont été placées là au XIXe siècle. Ce niveau, correspondant à la partie supérieure du massif de la façade fut reconstruit au début du XIVe. On put s'engager alors dans la reconstruction de la tour proprement dite ou clocher. Mais tout s'arrêta avec la guerre de cent ans et ce n'est qu'au début du XVIe que les travaux reprirent. Le clocher est de ce fait de style gothique flamboyant. L'ouvrage se termine par un petit campanile octogonal de style Renaissance construit dans la foulée (1534).

La façade sud comprenant le superbe portail de Moïse date des années 1490-1500 et est l'œuvre du grand architecte Martin Chambiges, lequel travailla aussi à Senlis, Troyes et Beauvais. Cette façade de style gothique flamboyant donne dans la cour du Palais des Archevêques qui jouxte la cathédrale. Les parties inférieures de la façade datent cependant du XIVe siècle, époque ou sa construction débutée avait été abandonnée (guerre de Cent Ans).

Le portail sud est consacré à la Vierge. Son tympan représente la dormition et le couronnement.

Les voussures du portail et les claveaux sculptés qui les composaient ont été vandalisés à la Révolution. Il en va de même des grandes statues des piédroits dont les niches sont désormais totalement vides. Quelques heures ont suffit aux vandales de l'armée marseillaise qui passait par là, pour saccager toute la statuaire de l'édifice le 7 novembre 1793.

Le portail est surmonté d'une immense verrière haute de 18 mètres et comprenant une superbe rosace à six branches, la rosace du Jugement Dernier (voir plus loin "le transept").

Le premier architecte de la cathédrale ou Maître de Sens fut le premier, semble-t-il, à avoir utilisé la technique des arcs-boutants externes pour soutenir la haute nef de l'édifice. Au milieu du XIIe siècle, cette technique était encore imparfaite, car tout à fait empirique. On ne savait pas avec précision à quel endroit du mur gouttereau de la nef les appliquer, ni quelle courbure leur donner. À Sens, il s'agit d'arcs-boutants simples, à un seul niveau. Le dos ou extrados des chaperons des arcs-boutants primitifs de la cathédrale ne sont pas encore munis d'une rigole d'évacuation des eaux de pluie de la toiture, et ne sont donc pas dotés de gargouilles. Ce système n'apparaîtra pour la première fois que vers 1220-1230, à Notre-Dame de Paris.

L'usage des arcs-boutants sera grandement amélioré à la cathédrale de Soissons avec la mise au point d'arcs-boutants à deux niveaux.

La nef très large (15,25 mètres) (13,5 mètres à Paris) est lumineuse et peu élevée (24,4 mètres). On remarque l'alternance entre piliers forts et piliers faibles, ces derniers étant constitués de simples colonnes cylindriques géminées. A part la première qui est rectangulaire, les travées sont de plan carré et correpondent à une voûte sexpartite. Dans ce type de structure, caractéristique du premier âge gothique, le pilier faible ne soutient qu'un arc doubleau de la nef (plus un des côtés de chaque grande arcade qui le borde, ainsi que les petites ogives des collatéraux), tandis que le pilier fort reçoit en outre deux ogives diagonales, ce qui permet de diviser la voûte d'une travée en 6 parties. La nef compte ainsi quatre travées carrées et une rectangulaire. Les bas-côtés ou collatéraux ont sept travées de plan carré. La nef a une élévation à trois étages : grandes arcades, triforium aveugle et fenêtres hautes.

Au début de la nef à droite, le premier pilier faible a été remplacé par un pilier fort supplémentaire, témoin de l'effondrement de la tour droite (sud). On remarque aussi à cet endroit que les arcs brisés des ogives sont plus aigus, ce qui montre l'évolution des techniques du gothique survenue entre construction et réparation de la nef. Au nord, sur le premier pilier se trouve une petite tête en pierre sculptée et représentant Pierre de Cognières, alias Jean du Cognot .

La première travée du collatéral sud ou chapelle Sainte-Croix, placée sous la tour du clocher, est aussi appelée Chapelle des cloches, car elle se trouve juste sous les deux bourdons de la cathédrale.

Œuvre de l'architecte Martin Chambiges et de style gothique flamboyant, l'élévation du transept ne comporte plus que deux étages : grandes arcades et fenêtres hautes. Le triforium a été supprimé conformément aux règles de l'époque, ce qui visait à accroître la dimension des fenêtres hautes. De plus l'architecte suréleva la voûte qui atteint ici 27 mètres au sud et 27,5 au nord (contre 24,4 ailleurs).

Avec ses deux gigantesques et splendides verrières qui l'illuminent aux deux extrémités, le transept apparaît comme un énorme vaisseau de lumière et apparaît comme l'un des plus beaux chefs-d'œuvre du gothique flamboyant.

Les deux bras du transept sont bordés à l'est d'une vaste absidiole, chapelle ouverte aussi sur la partie correspondante du déambulatoire du chœur. Chacune des absidioles est composée d'une travée carrée et d'une abside semi-circulaire orientée à l'est.

Le bras sud du transept, se termine par une immense verrière de 18 mètres de hauteur. Celle-ci fut offerte par l'archevêque Tristan de Salazar. Ce sont des verriers troyens qui exécutèrent les vitraux de 1500 à 1502. La partie inférieure de la verrière est constituée d'une claire-voie consacrée à la vie et au martyre de saint Étienne. Au dessus et dominant le tout se trouve l'énorme rosace à six branches, représentant le Jugement Dernier et la résurrection des morts. Les fenêtres latérales occidentales du croisillon prolongent le thème de saint Étienne. Les fenêtres latérales orientales nous offrent notamment un bel Arbre de Jessé, ainsi qu'une Vierge à la Licorne. On y trouve aussi la vie de saint Nicolas, une série de scènes bibliques, etc.

La chapelle du bras sud du transept ou chapelle Notre-Dame communique avec le déambulatoire du chœur. Elle renferme un autel surmonté d'une Vierge à l'enfant datée de 1334 (voir photo). On trouve sur le piédestal de la statue trois scènes sculptées : l'Annonciation, la Visitation de la Vierge Marie et la Nativité.

Il est le pendant du bras sud du transept, et tout aussi beau que lui. Il est éclairé par une verrière de quinze mètres de haut composée d'une claire-voie de cinq fenêtres à lancettes géminées, surplombée par la rosace dite du Concert Céleste qui comporte cinq branches. Offerte par le doyen du chapitre Gabriel Gouffier, on doit cette verrière aux maîtres verriers Jean Hympe père et fils. La claire-voie inférieure montre cinq apparition de l'archange Gabriel patron du donateur. Les vitraux du côté est du croisillon racontent l'histoire biblique de Joseph, ainsi que les images de 16 archevêques de la ville ayant pris rang de saints (canonisés). Du côté ouest, on peut voir des scènes de la vie d'Abraham, ainsi que celles des saints protecteurs de la ville. Tous ces splendides vitraux datent du début du XVIe siècle sauf l'un réalisé au siècle suivant.

Le chœur comporte cinq travées droites à voûtes sexpartites, et un rond-point à cinq pans. L'élévation à trois étages est semblable à celle de la nef.

Le chœur est fermé par de superbes grilles dues à Guillaume Doré, serrurier parisien. Elles datent de 1762. Sous la croisée du transept repose la dépouille du maréchal de Muy, ministre de la guerre de Louis XVI, qui désirait être inhumé non loin du dauphin Louis de France, fils de Louis XV qui reposait sous le chœur.

A la révolution la dépouille du dauphin Louis, fils de Louis XV fut retirée du chœur par les révolutionnaire puis jeté en fosse commune. A la restauration, on retrouva ses restes lesquels se trouvent aujourd'hui dans la chapelle Sainte-Colombe, l'une des chapelles latérales du chœur. Celle-ci construite en 1704-1710 est de plan ovale. Le mausolée du dauphin est une œuvre de Guillaume Coustou composé de deux groupes allégoriques : l'Immortalité et la Religion.

Le maître-autel date de 1742 et est l'œuvre de Servandoni. Il est surmonté d'un baldaquin orné de colonnes de marbre rouge. Derrière le maître-autel se trouve l'autel des Saints-Pierre-et-Paul.

Au sud, la chapelle Notre-Dame communique avec le croisillon sud du transept.

Le déambulatoire ouvre sur six chapelles, dont trois sont rayonnantes et donnent sur le rond-point : la chapelle axiale est du XIIIe, les deux autres sont des XVIe et XVIIIe siècles. Les trois autres sont latérales, deux d'entre elles se trouvent au sud et sont du XIVe, la dernière au nord est aussi du XIVe siècle. Au nord, on trouve une série d'arcatures aveugles encore de type roman, présentant de fort beaux chapiteaux et qui datent du XIIe siècle. Sous l'une de ces arcatures : statue de Thomas Beckett.

Leur nom est un un hommage rendu aux deux premiers évêques de Sens, saint Savinien et saint Potentien.

Si autrefois beaucoup de grandes cathédrales avaient deux bourdons, Sens est la seule où ils aient tous deux échappé au creuset révolutionnaire.

Première grande cathédrale gothique de la chrétienté, l'influence de la cathédrale de Sens fut fort importante. Elle le fut particulièrement lors de la reconstruction en style gothique du chœur et du transept oriental de la cathédrale de Cantorbéry, suite à l'incendie de 1174. L'architecte en charge de ces travaux s'appelait d'ailleurs Guillaume de Sens et dirigea le chantier de 1175 à 1179 , date à laquelle il rentra en France, gravement blessé par une chute survenue sur le chantier. Son successeur et élève, un certain anglais nommé William (Guillaume l'Anglais) termina le chœur, le chevet, la chapelle de la Trinité et la chapelle dite de la couronne de Becket. Or cette extrémité orientale conserve toutes les caractéristiques de l'abside de la cathédrale de Sens, non-seulement dans son plan, mais dans sa construction et sa sculpture d’ornement, avec plus de finesse et de légèreté, ce qui s’explique par l'intervalle de quelques années qui sépare la construction des deux édifices. Viollet-le-Duc émettait l'hypothèse que ce Guillaume de Sens aurait été également l'architecte (inconnu) de la cathédrale Saint-Étienne de Sens.

L'architecture de la cathédrale de Sens eut aussi une forte influence sur l'église du Saint-Sépulcre de Jérusalem, ainsi que sur la cathédrale de Nicosie à Chypre.

Statue de Thomas Beckett sous une des arcatures romanes du déambulatoire.

En haut



Source : Wikipedia