Seat

3.4174589455078 (1157)
Posté par woody 26/03/2009 @ 20:10

Tags : seat, auto, loisirs, automobile, economie, seat, finance

Dernières actualités
EssaisEssai Auto-Moto : Seat Exeo ST 2.0 TDI CR 170 - Autonews.fr
La Seat Exeo s'offre une version break baptisée ST, pour Sport Tourer. Peut-être auraient-ils pu l'appeler Exeo Avant, comme l'Audi A4 qu'elle était. Si vous connaissiez l'ancienne Audi A4 née en 2001, alors vous reconnaîtrez rapidement les origines de...
Duhau Automobiles, le nouveau concessionnaire SEAT - Sud Ouest
En janvier 2009, dans le cadre du développement de l'entreprise, ils s'implantent sur la Côte Basque et reprennent la concession SEAT à Biarritz, marque du Groupe Volkswagen, qui couvre l'ensemble du secteur du Pays Basque et du sud des Landes....
Technische fiche Seat Leon 1.9 TDi stylance + kit sport d'origine SEAT - AutoGids.be
Fiscale Pk-Ch fiscaux: 10 Pk-Ch. Polutie norm-Norme de pollution: Euro 4. Dimensions: 4315m / 1768m / 1458m. Inhoud tank-Contenu du reservoir: 55lt. Véhicule en parfait état impeccable, posséde le kit sport d'origine de chez SEAT + spoiler arrière....
Seat Exeo ST : les tarifs sont connus - Webcarnews.com
Seat a annoncé qu'il y'aura un écart de 1 300EUR entre la berline et le break. Ainsi l'offre début à 21 500EUR pour l'essence (1,6L de 102ch), et 24 900EUR pour le diesel (2,0L TDI de 120ch). La version break se différencie de sa soeur berline par la...
Seat Exeo ST - Le break monte au filet - Bluewin
La familiale de Martorell hérite d'un hayon élégant et pratique. A découvrir dès le mois d'août. Notre essai de la version tricorps 2.0 TDI avait mis en évidence ses qualités de finition. Une berline cossue directement issue de l'ancienne Audi A4,...
Seat Leon vs. Lancia Delta - AutoScout24 Magazine
Ancienne génération contre nouvelle génération:construite depuis 2005, la Seat Leon fait désormais office d'ancêtre dans le segment des compactes. Depuis 2008, la Lancia Delta souhaite obtenir une part du gâteau et la défie en duel....
Seat à la relance - L'Equipe.fr
Suite à la énième mise au point de la FIA dans les règlements, un nouveau Championnat commence à Valencia pour Seat Sport. Après des débuts fracassants avec quatre victoires en deux épreuves, les bolides ont été confinés au rôle de figurants à Pau....
Le WTCC fait escale à Brno - AUTOhebdo.fr
Lors de la course 2, Gabriele Tarquini avait ainsi su résister au retour d'Alessandro Zanardi pour imposer sa Seat Leon TDI avec une avance infime. Cette saison, le pilote italien pourrait tirer son épingle du jeu car c'est le seul des pilotes de...
Le savoir-faire du comité régional exporté au Burundi - 20minutes.fr
En seat-ball ou en athlétisme, ils peuvent être très forts, résume Annie Pery. Pour le reste, le matériel fait défaut. Les Ligériens en envoient certes : maillots, ordinateurs, fauteuils... mais déclassés, avec cinq ou six ans de retard....
Volkswagen brille au concours du moteur de l'année 2009 - Xelopolis.com
En parallèle, le bloc 4 cylindres présent sur la Golf et la Seat Ibiza Cupra a raflé le prix du moteur vert de l'année. Il bat les hybrides électriques de Honda et Toyota. En tout, la firme allemande gagne 11 prix sur 12 dans cette catégorie....

Seat

Logo de Seat

SEAT (Sociedad Española de Automóviles de Turismo), créée en 1950 par la volonté du gouvernement espagnol avec l'aide de Fiat et fut gérée par l'Instituto Nacional de Industria. Elle fut maintenue jusqu'en 1982 sous l'égide du géant italien Fiat, et est devenue depuis 1988 la filiale espagnole du groupe allemand Volkswagen AG.

C’est en 1949 que l'État Espagnol demande l’aide de Fiat, déjà présent en Espagne pour la construction d'avions de chasse, pour créer une industrie automobile nationale. SEAT est alors créée officiellement en 1950 grâce à l'association de l’Instituto Nacional de Industria (INI), un pool bancaire et surtout au constructeur italien FIAT. Les premiers bâtiments sont construits à Barcelone, Zona Franca et les outillages des lignes de production, en provenance directe de Fiat Italie d'où sortira, le 13 novembre 1953, le premier modèle SEAT 1400, copie conforme de la Fiat 1400, qui à l’époque ne sera assemblé qu’au rythme de cinq véhicules par jour avant d’atteindre un seuil de production de 10 000 véhicules par an en 1956. Très rapidement, dès 1957, d'autres modèles de l'immense gamme Fiat viendront compléter l'offre Seat, comme la Seat 600 qui sera construite à plus de 800 000 exemplaires jusqu'en 1973.

Au début des années 1970, SEAT devient la première entreprise industrielle espagnole et se place au huitième rang des constructeurs européens, avec une production de 300 000 véhicules par an et des exportations de près de 80 000.

En 1981, suite à un grave différend avec l'État espagnol au sujet de la recapitalisation indispensable de Seat, le constructeur italien FIAT décide de céder sa participation de 37,5 % qu'il détenait dans le capital de SEAT à l’INI. Dès l’année suivante, l’entreprise espagnole, sans ressources et voyant son activité chuter fortement, développe une politique de partenariat avec Volkswagen en signant des accords de coopération industriels et commerciaux avec le constructeur allemand qui lui fera fabriquer, sous licence, des modèles destinés au marché espagnol.

SEAT commercialisera les véhicules de la marque allemande en Espagne, Volkswagen acceptera de délocaliser une partie de sa production dans les usines espagnoles. L'État espagnol sera obligé d'injecter plus de cinq fois le montant de ce qu'il aurait dû investir avec Fiat. Cette politique se solde par une prise de contrôle de SEAT par son partenaire : en 1986, Volkswagen AG acquiert 51 % du capital de SEAT, puis porte cette part à 75 % à la fin de cette même année avant de la filialiser à 100 % en 1990. Le groupe investit alors dans un nouveau site de production, à Martorell, qui est aujourd’hui le plus moderne et le plus productif d’Espagne (la productivité y est de 20 véhicules par jour par employé).

Pourtant, malgré ces atouts et le succès commercial de certains modèles, notamment la Toledo et l'Ibiza, SEAT est une entreprise déficitaire. À la suite d’un prêt de la banque européenne d’investissement et d’aides du gouvernement espagnol en 1993, qui durant deux ans entretiendront un rude conflit avec la commission de l’Union européenne d’une extrême vigilance vis-à-vis des aides publiques, Volkswagen a accepté de lancer un plan d’investissements en vue de redresser la situation de sa filiale.

Cette politique a porté ses fruits dans la mesure où après un léger bénéfice en 1996, le redressement s’est confirmé en 1997, SEAT réalisant un bénéfice net de 430 millions de francs pour un chiffre d’affaires de 30 milliards. Ces bons résultats ont convaincu la maison mère d’investir de nouveau près de 145 milliards de francs sur la période de 1998 à 2002 dans le site espagnol qui représente aujourd’hui près de 30 % du marché domestique espagnol.

Mais ce redressement financier a été de courte durée et VW songe, depuis le rachat de Škoda en République tchèque, à se séparer de son encombrante filiale espagnole. Des rumeurs persistantes ont même circulé en début d'année 2006 concernant une cession des usines Seat à Fiat.

En 2007, Seat a dégagé un bénéfice net de 170 millions d’euros, après avoir accusé une perte de 49 millions d’euros un an plus tôt, sur un chiffre d’affaires de près de 6 milliards d’euros, en hausse de 1,5 %. Le bénéfice opérationnel de 8 millions d’euros annoncé par Volkswagen pour la marque s’est établi à 44 millions d’euros selon les normes comptables espagnoles, après avoir affiché une perte de 92 millions d’euros en 2006.

SEAT a inauguré le 30 octobre dernier le SEAT Design Center, le seul centre intégral du genre en Espagne à se consacrer entièrement à l’industrie automobile.

Le bâtiment qui l’abrite, situé au sein du Centre technique de Seat, se veut le complexe de création le plus moderne du moment dans le secteur automobile et permet à la compagnie de mieux mettre à profit les synergies dans le domaine des activités de Recherche et Développement (R&D) afin de stimuler le design, l’un des principaux signes distinctifs de la marque automobile espagnole. La cérémonie d’inauguration officielle a été présidée par José Montilla, chef du Gouvernement catalan, et a eu lieu en présence d’autres personnalités, parmi lesquelles Josep Huguet, ministre catalan de l’Innovation, des Universités et des Entreprises, et les bourgmestres des communes où se situent les installations de SEAT, en plus d’une forte délégation du monde des affaires et du monde syndical. Le président de SEAT, Erich Schmitt, a souligné l’importance du SEAT Design Center par l’investissement qu’il représente pour le futur de l’entreprise. « Ce centre constitue l’un des nombreux exemples de notre engagement permanent en faveur de la qualité de nos produits. Il constitue aussi un motif de fierté pour l’ensemble du personnel de la compagnie, dans la mesure où il trouve les idées qui deviendront les modèles SEAT de demain, avec lesquels la marque va poursuivre sa croissance durable dans le segment des véhicules sportifs au design affirmé », a déclaré M. Schmitt. L’inauguration de ce bâtiment a eu lieu huit mois seulement après la pose de la première pierre par le Premier ministre espagnol, José Luis Rodríguez Zapatero. Couvrant une superficie totale de 5.600 m2, le nouvel immeuble se signale par son design novateur, fidèle à l’esprit avant-gardiste de la marque, et par sa grande flexibilité d’utilisation.

Le nouveau complexe, qui constitue un énième exemple du constant effort d’investissement consenti par Seat en matière de Recherche et Développement, est un bâtiment conçu par et pour des designers. Ainsi que l’on pouvait s’y attendre, le concept original est l’œuvre du chef du design de SEAT, le Belge Luc Donckerwolke, qui a tenu à faire de cet édifice l’incarnation de la fonctionnalité, appliquant le principe de la protection de l’extérieur et de la transparence à l’intérieur. Le design architectural du bâtiment – un carré à l’intérieur d’un autre carré – remplit son rôle premier, celui de la préservation complète de la confidentialité vis-à-vis de l’extérieur, tout en permettant l’entrée de la lumière grâce à une cour intérieure à ciel ouvert. La lumière est également filtrée par le revêtement métallique de l’édifice, qui comprend un système de lattis d’inspiration typiquement méditerranéenne grâce auquel on peut voir ce qui se passe à l’extérieur, mais pas l’inverse. Clin d’œil au caractère high-tech et industriel du complexe, des matériaux tels que des tôles, du métal et du verre ont été utilisés pour sa construction. Le verre prédomine dans le design intérieur, composé d’une structure diaphane qui assure une interconnexion visuelle propice à des rapports plus étroits et à une meilleure communication entre les membres du personnel dans les processus de création et de production. C’est précisément cette idée qui devait s’exprimer : la mise en abyme du processus de design. Dans cette optique, l’espace a été réparti en quatre zones : les idées (le design), la création (la construction), la présentation physique et la présentation virtuelle du véhicule. Toutes ces activités interagissent grâce au patio, évocateur d’un cloître par sa disposition.

Le SEAT Design Center représente les dernières technologies au service d’une nouvelle philosophie de design qui recherche la pureté des lignes, des matériaux et de l’architecture. Quelque chose qui s’est déjà matérialisé dans le concept-car Seat Tribu Concept, dont le processus créatif a couru parallèlement à celui de la construction du bâtiment lui-même, et qui donne un avant-goût des futurs modèles SEAT. Mais ce nouveau complexe, qui peut accueillir une centaine d’ingénieurs, de designers et de modélistes hautement qualifiés venus du monde entier, ne verra pas seulement la naissance des produits de la marque espagnole : le Groupe Volkswagen dans son intégralité bénéficiera de ses services. La construction de cet édifice est le premier investissement réalisé par la compagnie dans le cadre de sa stratégie à court terme avec en vue l’horizon 2018, date à laquelle les ventes de la marque devraient s’élever à 800.000 unités par an.

Garanties sur le véhicule.

Garantie sur réparation.

Le texte complet de la directive européenne sur les véhicules hors d’usage 2000/53/CE est disponible en plusieurs langues sur le portail Internet de l’Union européenne.

2. La chaîne du recyclage automobile La chaîne de recyclage automobile française est constituée de démolisseurs et des broyeurs. Pour y pendre part, ceux-ci doivent obtenir auprès des autorités un agrément spécial VHU. Les agréments ne sont attribués qu’à des entreprises qui assurent la dépollution, c'est-à-dire l’enlèvement des fluides et de la batterie des VHU, avant toute autre intervention. En tant que centre d’accueil agréé, un démolisseur est autorisé à refuser les VHU incomplets ou ayant subi des transformations. Par contre, un broyeur agrée ne peut pas refuser l’accueil d’un VHU à son possesseur. Conformément à la loi, le broyeur a une obligation de résultat (recycler 85% en 2007 et 95% en 2015 du poids d’un VHU) d’où un risque de déficit financier. Dans cette éventualité, c’est aux constructeurs automobiles concernés de combler ces pertes. C’est une des raisons pour lesquelles ceux-ci s’intéressent en priorité à l’activité du Broyage.

3. La collecte des VHU Soucieux de prendre ses responsabilités dans le traitement des VHU de la marque, SEAT a formalisé sa stratégie, « le Pacte Recyclage VHU », par l’établissement des relations contractuelles avec des entreprises ciblées. Ainsi, l’ensemble des flux de VHU, que ce soit ceux des assurances, des particuliers, des réseaux agrées, des garages indépendants ou d’autres sources, pourront être traités et suivis jusqu’à la destruction, en conformité avec la loi. Pour le flux issu du réseau agrée SEAT, un transfert via des entreprises de démolition automobile a été privilégié. Une plateforme informatique sur Internet (www.autoeco.com) assure les liaisons avec tous les maillons de la chaîne de recyclage des VHU.

Après l’enregistrement des données concernant le véhicule, la batterie est retirée et désactivée/les airbags déclenchés. On procède alors à la vidange de l’ensemble des fluides contenus dans le véhicule (carburant, huiles, liquide de freins, liquide de refroidissement et fluide du système de climatisation).

Le programme des pièces détachées constructeur va au-delà du recyclage. Le programme des pièces détachées constructeur est respectueux de l’environnement ; il limite l’impact environnemental en réduisant les déchets, la production de chaleur excessive et la pollution de l’eau liés à la fabrication de pièces neuves. Ce programme va au-delà du recyclage. Les sous-ensembles et les pièces récupérés, lorsque cela est possible et économiquement viable, ne sont pas mis au broyeur mais remises en état pour être réutilisés. Ce programme de pièces détachées constructeur couvre aujourd’hui plus de 800 références. Il vise surtout le parc roulant plus âgée. Suite au lancement de nouveaux modèles et grâce à l’utilisation de méthodes toujours plus innovantes pour la valorisation des pièces détachées, ce programme ne cesse de s’étoffer.

Recyclage des catalyseurs Le Groupe Volkswagen exploite son propre centre de recyclage de catalyseurs à Kassel en Allemagne. SEAT France, dans le cadre de son programme de recyclage des pièces détachées, vient s’intégrer à ce processus de recyclage de haute performance portant sur la récupération des catalyseurs hors d’usage, défectueux ou rejetés lors de métaux ferreux, mais également les métaux précieux comme le platine, le rhodium et le palladium sont récupérés et réutilisés pour la production de nouveaux catalyseurs. Ce recyclage des métaux précieux contribue à la protection de l’environnement et permet d’assurer la fourniture de ces matières premières au sein du groupe Volkswagen.

5. Informations concernant le démontage des pièces à des fins d’utilisation ou de recyclage Afin de simplifier et d’optimiser le recyclage des véhicules hors d’usage, Å koda et 25 autres constructeurs automobiles internationaux utilisent le logiciel « IDIS » (IDIS est l’acronyme de « International Dismantling Information System » système international d’information pour le désassemblage). IDIS est actuellement disponible en 21 langues et couvre 46 000 sous-ensembles pour plus de 900 modèles de véhicules. Outre cette base de données importante, IDIS contient également des instructions de démontage avec des spécifications sur les matériaux, des indications relatives au poids et diverses informations concernant la valorisation des véhicules hors d’usage. Les centres de traitement peuvent avoir un accès en ligne et peuvent également acquérir le logiciel auprès du consortium IDS. Il est également prévu à l’avenir, dans le cadre de la valorisation des véhicules hors d’usage, de procéder au traitement des airbags et des prétensionneurs de ceintures de sécurité. Pour pouvoir manipuler en toute sécurité les éléments pyrotechniques, il est nécessaire, d’une part, de posséder le savoir-faire nécessaire et, d’autre part, de disposer des outillages appropriés. Pour cette raison, l’industrie automobile a développé un outillage de désactivation des composants pyrotechniques qui permet de déclencher en toute sécurité tous les composants pyrotechniques. Des informations détaillées relatives à la manipulation et au traitement des airbags et des prétensionneurs de ceintures de sécurité ont également été intégrées dans IDIS.

M. Schmitt estime que la marque offre un fort potentiel de croissance en Europe de l’Est et en Amérique latine, notamment, mais aussi en Chine, où le constructeur pourrait s’appuyer sur Volkswagen. Seat ouvrira huit concessions en Russie cette année, portant son réseau à dix établissements, et pourrait prochainement démarrer la production de véhicules au Mexique en utilisant les installations locales du groupe. Afin de mener à bien la stratégie d’expansion de Seat, M. Schmitt cherche à accroître les capacités de production de l’entreprise ; l’usine de Martorell pourrait notamment voir ses capacités portées de 550 000 à 600 000 unités par an.

En haut



Seat Toledo III

Seat Toledo III

La Seat Toledo III est une automobile du segment des routières.

Equipements de caractère sportif tels que phares bi-xénon directionnels auto adaptatifs, pare-chocs couleur carrosserie, essuie-glaces dans les montants de pare brise et calandre nid d’abeille, et opter pour les jantes alliage de 16” ou de 17”.

La capacité du coffre est de 500 litres. Avancez le siège arrière et 101 litres de plus s’ajoute. Les sièges arrière rabattables, vous pouvez bénéficier de 1440 litres. A l’intérieur, vous trouverez plus de 30 modules de rangement : porte lunettes, porte gobelets, porte bouteille, range parapluie, sangle de maintien. Il y en a dans les portières, sous les sièges, dans la console centrale ou bien dans le coffre.

Grâce aux phares bixénon directionnels auto adaptatifs qui suivent le mouvement du volant, elle permet de voir plus loin et d’élargir le champ de vision.

L’équipement de série comprend six coussins gonflables de sécurité (« airbags »), avec un système de désactivation passager dans la boîte à gants. Conducteur et passager avant bénéficient d’une ceinture de sécurité électronique, et les sièges enfant se fixent directement sur le châssis à l’aide du système ISOFIX, monté également de série. Le TCS (système de contrôle de la traction) évite le dérapage des roues motrices, tandis que l’ESP (programme électronique de stabilité) stabilise la voiture en virage. L’EBA (aide au freinage d’urgence) et l’essieu multibras révolutionnaire procurent sécurité et stabilité. Le DSR (Dynamic Steering Response) adapte la sensibilité de la direction aux conditions externes. La Toledo a reçu la récompense à l’EuroNCAP : 5 étoiles qui assurent une sécurité maximum.

En haut



Seat 124

SEAT 124

La SEAT 124 est une automobile produite par le constructeur espagnol Seat entre 1968 et 1980 sous licence Fiat Auto SpA.

Ce modèle sera présenté au début du mois de mai 1968 sous les versions berline classique à 4 portes, puis en 1969 en version Familiale à 5 portes et en 1970 le magnifique coupé. Étroitement dérivé de la Fiat 124 italienne lancée en 1966, Seat créa également sur cette même base la Seat 1430, équipée de moteurs plus puissants, qui correspondait aux Fiat 124 S et ST. La carrosserie ne différait de l'original italien que par le logo Seat rond.

La SEAT 124, comme ce fut le cas avec la Fiat 124 dans les autres pays où elle fut commercialisée, a créé une révolution dans le marché automobile espagnol avec ses dimensions généreuses et sa finition de bon niveau malgré son prix de vente relativement bas et très accessible aux classes moyennes auxquelles elle était destinée. C'était la première voiture de gamme moyenne réellement confortable et agréable pour de longs voyages commercialisé par Seat.

Son moteur, conçu par le grand ingénieur italien Aurelio Lampredi, sera rapidement apprécié pour sa nervosité et ses accélérations spectaculaires. La Seat 124 sera beaucoup utilisée par les taxis, la police, les ambulances, les pompes funèbres, les pompiers et naturellement deviendra la voiture des ministères. La puissance du moteur de base Fiat 124 de 1197 cm3 était de 60 CV, disposait de quatre cylindres et d'un carburateur de double corps et de quatre freins à disques.

La production de la gamme 124 cessera en décembre 1980 et ce sont 888.608 exemplaires du modèle 124 berline plus 23.611 exemplaires du Coupé qui ont été produits en Espagne.

En haut



Seat Ronda

Seat Ronda

LaSEAT Ronda est une automobile du segment C produite par le constructeur espagnol SEAT de 1982 à 1986. Le modèle n'est que l'ancienne Seat Ritmo copie de la Fiat Ritmo, rebaptisé Ronda suite à la rupture des accords technologiques et financiers qui liaient Fiat SpA et l'État espagnol pour la direction de SEAT.

En conséquence, même si elle se présente sous une apparence très légèrement différente, la Seat Ronda maintient sa conception d'origine et tous ses composants comme les moteurs Fiat toujours fabriqués sous licence, et notamment l'ancien 1438 cm3 de 75 cv provenant de l'ancienne Seat 1430 et le 1995 cm3 de la Seat 132.

Plus tard, le modèle d'entrée de gamme bénéficiera d'un petit moteur 1,2 litres qu'elle partagera avec les modèles Malaga et Ibiza. Le moteur diesel restera l'ancien 1714 cm3 Fiat qui équipait la première génération de Ritmo.

SEAT est une société qui a été créée sur le modèle d'une entreprise «nationale» par la volonté du général Franco, avec un objectif politique, motoriser le pays. À sa création, l'État espagnol s'est réservé le contrôle et la majorité des actions, 93 %, et Fiat a été un «partenaire technologique» qui vendait ses modèles de voitures et sa technologie avancée pour les fabriquer et les commercialiser.

Avec l'avènement de la démocratie, l'économie espagnole s'ouvre à la concurrence, accélère son développement et vise l'intégration dans la Communauté Économique Européenne.

L'INI (Instituto Nacional de Industria), héritier des anciennes sociétés "nationales" a décidé de céder la plupart de ses participations et Seat est logiquement proposée à Fiat qui a fortement contribué à sa création et à son succès depuis 30 ans. Fiat a d'ailleurs manifesté un intérêt certain pour l'acquisition de Seat et a signé un contrat préliminaire. Mais quand les Italiens ont découvert avec horreur la situation économique réelle de l'entreprise, Gianni Agnelli, le patron du groupe Fiat SpA voulu impliquer l'État espagnol dans la recapitalisation préalable de la société. Devant le refus des autorités espagnoles de l'époque, Fiat se désengagea et offrit sa participation déjà acquise, 51 % du capital de Seat, à l'INI pour le prix symbolique de 1 peseta par action.

SEAT qui devait devenir le premier partenaire technologique du groupe italien est forcé, si aucun accord avec Fiat ne peut aboutir, de trouver une solution pour survivre. Un accord de coopération léger est signé entre les deux sociétés le 29 mai 1981. Par cet accord, Seat est autorisé à poursuivre la production des modèles en cours s'il procède à un restyling des modèles Panda, 127 et Ritmo, mais pas uniquement limité aux éléments visibles intérieurs et extérieurs, mais également des éléments "significatifs".

Cette nuance est importante car elle accorde implicitement à Seat la possibilité de vendre ses produits restylisés aussi en dehors de l'Espagne dans un réseau commercial indépendant. De plus Seat obtient la garantie du maintien du quota de voitures Seat commercialisées sous le nom Fiat Panda dans le réseau Fiat.

En haut



Source : Wikipedia