Saut à ski

3.3575677461839 (1513)
Posté par woody 16/03/2009 @ 22:14

Tags : saut à ski, ski, sport

Dernières actualités
Preview de la version d'un Salon - Puissance-Nintendo
Dans ce Dream Ski Cross, on swingue la WiiMote pour avancer, pour tourner, il suffit de tilter à droite ou à gauche. L'occasion nous sera offerte de faire de grands sauts pendant lesquels notre personnage peut faire des figures, il faudra pour ce faire...
Publié le samedi 06 juin 2009 à 06h00 - Nord Eclair.fr
Au programme : - samedi 13, mini fête foraine à partir de 10 h, modélisme nautique à partir de 15 h, baptême de voile et de canoé-kayak, sortie nature Eden 62, saut à l'élastique, baptême en roller ski marché aux puces nocturne à partir de 16 h vers 20...
Un nouveau trailer pour Mario et Sonic - Puissance-Nintendo
... sous fore de cinématiques du ski, du skeleton, du snow ou du patinage de vitesse comme on le savait déjà mais aussi, et là c'est inédit, du Hockey sur glace et du saut à ski ainsi qu'un nouveau personnage avec la version mécanique de Sonic....
Sabrina Guérin confiante de participer aux olympiques - Courrier Laval
(Photo: Courtoisie) Malgré une fin de saison décevante, Sabrina Guérin est confiante d'être au départ du saut en ski aux Jeux olympiques de Vancouver à l'hiver 2010. L'athlète de 24 ans occupe le troisième rang au Canada. Même si la jeune skieuse de...
L'année 2000 - Le Reflet du Lac
Quatrième triomphe de suite pour Nicolas Fontaine au classement cumulatif de la Coupe du monde de saut à ski acrobatique. Mario Durocher signe avec les Tigres de Victoriaville et Judes Vallée prend da place avec les Cantonniers de Magog....
L'année 1990 - Le Reflet du Lac
Nicolas Fontaine est sacré champion canadien en saut à ski acrobatique à l'âge de 19 ans. La Ville de Magog embauche André Rainville comme directeur général. Le ministre de l'Industrie, du Commerce et de la Technologie, Gérald Tremblay (aujourd'hui...
Evasion Tonique - Loisirs.ch
Pendant la belle saison, les amateurs de sensations fortes, sans être forcément extrêmes, sont servis : canoë-kayak, spéléologie, équitation, escalade, pêche, sans oublier une croisière en bateau sur le Doubs jusqu'au célèbre Saut-du-Doubs et sa chute...
JO-2018 - Angela Merkel derrière la candidature de Munich - Le Point
Le dossier de Munich repose sur des infrastructures déjà en place à 70 % sur des sites prestigieux comme Garmisch-Partenkirchen, qui a organisé les Jeux olympiques de 1936 et qui serait la ville hôte des épreuves de neige (ski alpin, biathlon, saut,...
Shaun White : World Stage - Puissance-Nintendo
La figure variera en fonction de l'angle de saut, ce qui veut dire qu'on ne contrôle pas forcément les figures qu'on réalise. Mais l'essentiel est qu'on s'y croit, et de ce point de vue là, Shaun White Snowboarding : World Stage ne déçoit pas !...
Jeux olympiques d'hiver de 2010 à Vancouver - Aquadesign
Une nouvelle épreuve appelée Skicross, une variante du ski acrobatique, sera disputée durant ces jeux d'hiver. Les rencontres porteront sur une quinzaine de disciplines telles que le ski acrobatique, le ski alpin, le ski de fond, le saut à ski,...

Saut à ski

Saut à ski en 1905

Le saut à ski (ou saut à skis) est un sport d’hiver dans lequel les skieurs descendent une pente sur une rampe pour décoller (le tremplin), essayant d’aller aussi loin que possible. En addition à la longueur les juges donnent des points pour le style en vol et l'atterrissage du sauteur. Les skis utilisés sont longs et larges.

Les origines se trouvent en Norvège où la première compétition se tint en 1862. La première grande compétition eut lieu sur le mont Husebybakken à Oslo en 1879. Holmenkollen est aujourd'hui considéré comme la Mecque du ski nordique. Le saut à ski a fait son apparition aux Jeux olympiques, dès la première édition de 1924. Le saut à ski a été pratiqué couramment dès l'apparition du ski dit « norvégien » en Europe continentale à la fin du XIXe siècle et n'est aucunement une discipline récente ou artificielle.

Le skieur s'élance du haut d'un tremplin enneigé ou revêtu de matière synthétique, et atteint une grande vitesse dépassant les 90 km/h pour les gros tremplins. À cet instant, il doit donner une impulsion afin d'aller le plus loin possible dans les airs. Cette impulsion est d'une importance capitale, car contrairement aux croyances, le nez du tremplin ne remonte pas. Une fois en l'air, le sauteur, qui a le talon libre, se penche de façon à placer son corps entre ses skis et cherche à obtenir une portance optimale sur l'air. Il se redresse au moment de l'atterrissage, et pour que ses notes de style restent optimales, il doit alors effectuer une « fente » avec les pieds en position dite de « télémark ».

À l'heure actuelle, tous les sauteurs sont très légers et ont un indice de masse corporelle faible (le contrôle du BMI a été installé sur le circuit international pour lutter contre l'anorexie). En 2008, tous les sauteurs d'un niveau international ont des détentes sèches d'environ 60 à 70 cm pour des BMI égal à 18,5.(P/T2) soit environ 1M84 pour 63 kilos.

La technique actuelle dite technique en V consiste comme son nom l'indique, une fois en l'air, à mettre les skis en V et non plus parallèlement.

La technique en « V » est apparue grâce à un sauteur suédois du nom de Boklöv qui avait des problèmes sérieux de myopie et n'était pas particulièrement doué pour ce sport. Son entraîneur et lui-même ont développé la technique du « V » qui donnait une meilleur portance sur l'air à Boklöv, lui permettant ainsi de combler ses faiblesses. Cette technique permet en effet un gain de 10% comparée à la technique précédente avec les skis parallèles. Boudée par les juges et les autres sauteurs à ses débuts, cette technique a très vite fait ses preuves et d'autres sauteurs ont commencé à l'adopter.

La totalité des sauteurs de haut niveau utilisent cette technique de vol, à un degré plus ou moins prononcé. Certains accentuent trop leur « V », au point de croiser leurs skis à l'arrière (on parle de technique « en X »), ce qui diminue à nouveau légèrement la portance.

Le skieur marque 60 points lorsqu'il retombe à la hauteur du point K, distance de référence comparable au « par » d'un parcours de golf. Chaque mètre au-delà du point K est valorisé par l'ajout de 1,8 point, alors que chaque mètre en-dessous est pénalisé par le retrait de 1,8 point, chaque demi-mètre en plus ou en moins rapportant 0,9 point.

Cinq juges placés au bord de la piste donnent une note comprise entre 0 et 20. La meilleure et la moins bonne sont ôtées du total, qui est ajouté aux points attribués pour la distance de saut du sauteur.

Les cas les plus fréquents de déductions sont les mouvements en vol (-1 point), l'absence de télémark (-2 points) et la chute (-5 points minimum).

Lors de la première compétition en 1879, le record était de 23 mètres. Il faudra attendre 1936 pour voir un saut à plus de 100 mètres et 1957 pour les 150 mètres. En 1994, Toni Nieminen devint le premier sauteur à sauter au delà des mythiques 200 mètres. Le 20 mars 2005, Bjørn Einar Romøren sauta à 239 mètres sur le tremplin de Planica en Slovénie.

Comme dans toutes les disciplines de ski, la Fédération internationale de ski organise une coupe du monde tout au long de l'hiver. Elle compte une trentaine de concours et se dispute en Europe, en Amérique du Nord et au Japon.

Depuis 1994, il existe également une coupe du monde de saut à ski en été, qui se déroule généralement sur des tremplins de même type que les tremplins hivernaux, sur lesquels un revêtement synthétique remplace la neige présente sur la piste d'élan et la piste de réception.

Cette compétition existe depuis 1954 et a lieu annuellement. Elle se dispute sur deux tremplins en Allemagne (Oberstdorf et Garmisch) et deux en Autriche (Innsbruck et Bischofshofen). Les scores réalisés lors de ces quatre concours sont additionnés pour déterminer le vainqueur. C'est la plus prestigieuse compétition de ce sport, bien qu'il n'y ait pas de médailles comme lors d'un championnat du monde.

Les Championnats du monde de ski nordique ont lieu tous les deux ans depuis 1937. Quatre épreuves s'y déroulent : deux individuelles (tremplin normal et grand tremplin) et deux par équipes (une sur chaque tremplin).

Il existe également un championnat du monde de vol à ski qui a lieu tous les deux ans en alternance avec les championnats du monde de ski nordique.

Le saut à ski est une discipline olympique depuis les débuts des JO d'hiver. Trois épreuves s'y déroulent : deux individuelles (tremplin normal et grand tremplin) et une par équipe (grand tremplin).

La Coupe continentale est une compétition de niveau inférieur à la Coupe du monde de saut à ski.

En l'absence de Coupe du monde de saut à ski féminin, la Coupe continentale féminine de saut à ski, représente l'élite de ce sport.

Constatant de nombreux problèmes de poids allant jusqu'à l'anorexie chez certains sauteurs, la Fédération internationale de ski a introduit en septembre 2004 un nouveau règlement drastique : la longueur des skis, capitale pour obtenir de la portance, est désormais déterminée en fonction d'un indice de masse corporelle, la norme IMC, afin d'éviter que des sauteurs trop maigres puissent profiter de cet avantage. Le déficit d'image était trop grand avec parfois l'impression d'une meute de fous volants efflanqués, envoyés dans les nuages l'estomac vide et noué. Depuis l'introduction de cette règle, les sauteurs musclés et explosifs à la table, capable de produire une poussée forte, ont repris l'avantage en saut à ski, faisant naître avec elle cette fois le risque d'un dopage plus traditionnel.

En haut



Saut à ski aux Jeux olympiques de 1972

Ski jumping pictogram.svg

Les épreuves de saut à ski aux Jeux olympiques de 1972.

En haut



Coupe du monde de saut à ski 2006

Le coupe du monde de saut à ski 2006 se tient du 25 novembre 2005 au 19 mars 2006.

En haut



Grand Prix d'été de saut à ski

Le Grand Prix d'été de saut à ski est une compétition annuelle organisée par la FIS depuis 1994. Elle se déroule du mois d'août au mois d'octobre.

En haut



Saut à ski aux Jeux olympiques de 1988

Les épreuves de saut à ski aux Jeux olympiques de 1988.

En haut



Saut à ski aux Jeux olympiques de 1980

Les épreuves de saut à ski aux Jeux olympiques de 1980.

En haut



Coupe du monde de saut à ski 2005

Le coupe du monde de saut à ski 2005 s'est tenue du 28 novembre 2004 au 20 mars 2005.

En haut



Saut à ski aux Jeux olympiques de 1956

Les épreuves de saut à ski aux Jeux olympiques de 1956.

En haut



Saut à ski aux Jeux olympiques de 1998

Les épreuves de saut à ski aux Jeux olympiques de 1998.

En haut



Coupe du monde de saut à ski 2002

La Coupe du monde de saut à ski 2002 est un championnat de saut à ski sanctionné par la Fédération internationale de ski et tenu en 2002.

En haut



Saut à ski aux Jeux olympiques de 2006

Les épreuves de saut à ski aux Jeux olympiques d'hiver de 2006 se sont tenues entre le 11 février et le 20 février 2006.

En haut



Saut à ski aux Jeux olympiques de 2002

Les épreuves de saut à ski aux Jeux olympiques de 2002.

En haut



Coupe du monde de saut à ski

La coupe du monde de saut à ski est une compétition annuelle organisée par la FIS depuis 1979. Elle se déroule comme la saison de coupe du monde de ski alpin de novembre à avril. Le point fort de la saison est la tournée des quatre tremplins qui se déroulent pendant les fêtes de fin d'année.

En haut



Saut à ski aux Jeux olympiques de 1968

Ski jumping pictogram.svg

Les épreuves de saut à ski aux Jeux olympiques de 1968.

En haut



Coupe continentale de saut à ski

La Coupe continentale est l'équivalent de la 2e division de la Coupe du monde de saut à ski. Apparue lors de l'hiver 1991/1992, elle a révélé de nombreux talents.

Il existe depuis l'hiver 2004/2005 une Coupe continentale féminine de saut à ski, qui en l'absence de Coupe du monde de saut à ski féminin représente l'élite de ce sport.

En haut



Source : Wikipedia