Sandrine Aubert

3.4106709781577 (1237)
Posté par talos 17/03/2009 @ 13:11

Tags : sandrine aubert, ski alpin, ski, sport

Dernières actualités
La vie en vert, par Sandrine Blanchard - Le Monde
"Parler de céréales complètes et de légumineuses il ya trente ans, c'était presque hérétique", se souvient Claude Aubert, ingénieur agronome, cofondateur, en 1979, de l'association Terre vivante. Ces pionniers qui prêchaient dans le désert des années...
Des élèves formés au secourisme - La Voix du Nord
C'est en présence de Daniel Cattiaux, maire de Saint-Aubert, vice président de la communauté, Pierre Lévèque, adjoint aux écoles à Caudry, Christhophe Douchement, responsable de l'association de formation de secouristes du Cambrésis, Sandrine Trioux,...
Equipe de France féminine – Euro 2009 - FFBB
Ce matin, Pauline Krawczyk et ses partenaires ont débuté leur entrainement à Cesis par un réveil musculaire orchestré par le préparateur physique Frédéric Aubert. Ensuite, Pierre Vincent e son staff technique ont pris la direction des opérations pour...
Tir à l'arc Championnat de France - Midi Libre
L'Arc club de Nîmes comptera sur Thomas Aubert, ce week-end à Fontainebleau, à l'occasion de la 3 e étape du championnat de France de D1 par équipe. Le néo-Nîmois est l'un des archers en forme du moment. Il l'a prouvé le week-end dernier en prenant la...
Tir à l'arc Championnat de France de division 1 par équipes - Midi Libre
Le samedi, Thomas Aubert, qui a par ailleurs remporté l'épreuve individuelle, Julien Rossignol, Geoffrey Barthelot et Victor Bresson ont battu le record de France des tirs de qualification (1 960 points) qu'ils avaient déjà battu lors de la précédente...
3/3 pour les Bleues mais dans la difficulté - Basquetebol.org
Côté terrain, ce sont Sandrine GRUDA (impressionnante lors des 2 premiers matchs), Yacine SENE, Caroline AUBERT (qui n'aura donc disputé qu'une seule rencontre) et Fatimatou SACKO qui n'étaient pas couchées sur la feuille de match....
Tir à l'arc Championnat de France par équipe - Midi Libre
Dans le Rhône, Thomas Aubert, Geoffrey Barthelot, Julien Rossignol et Victor Bresson ont pris la deuxième place. Après un sans faute en match de poule contre Neuilly, Arcy et Beuvard puis en demi face à Compiègne, ils ont subi en finale la loi de...
Petite Grèce, grosse forme ? - Basquetebol.org
La réponse est : Caroline KOECHLIN-AUBERT, Jennifer DIGBEU, Emmeline NDONGUE et Elodie BERTAL. Dans le « 5 » de départ : Céline DUMERC, Cathy MELAIN, Sandrine GRUDA, Emilie GOMIS et Endéné MIYEM. Durant les 5 premières minutes, Sandrine GRUDA martyrise...
Communiquez-nous vos infos cambrai@lavoixdunord.fr - La Voix du Nord
À la bibliothèque d'Avesnes-les-Aubert, du mardi 2 au mardi 16 juin : « Les sorcières » ; du mardi 15 au mardi 29 septembre : « Le chocolat avec un atelier cuisine pour les petits et les grands » ; du mardi 10 au mardi 24 novembre : « Ambiances et...
Tous les résultats - Arc Info (Abonnement)
Neuchâtel (Jules Aubert, Romain Meier et Claudio Saraiva). 12. La Chaux-de-Fonds (Panov Konstantin, Paoli Stefano et Robert Julien). /jha-mlh Neuchâtel. Ladies-juniors-seniors: 1. Juergen Reinhard, Uschi Schindler, Ines Kobi et Maureen Grond, 60....

Sandrine Aubert

Sandrine Aubert Semmering 2008.jpg

Sandrine Aubert (née le 6 octobre 1982 à Échirolles en Isère) est une skieuse française. Elle est licenciée au Ski Club des Deux Alpes.

Le 29 novembre 2003, elle débute sur le circuit de Coupe du monde à Park City. Elle remporte sa première victoire en coupe du monde le 7 mars 2009 au slalom d'Ofterschwang en Allemagne. Auparavant elle avait fait le meilleur temps de la manche de slalom dans le super-combiné des championnats du monde de Val d'Isère en 2009.

En haut



Maria Riesch

Maria Riesch 3-00057x2.JPG

Maria Riesch (née le 24 novembre 1984 à Garmisch-Partenkirchen en Bavière) est une skieuse alpine allemande. Révélée très tôt en Coupe du monde, la multiple championne du monde juniors est stoppée dans son progression par de lourdes blessures qui l'écartent régulièrement des pistes en 2005 et 2006. Épargnée depuis, elle est l'une des têtes d'affiche du circuit international et assume le leadership du ski alpin allemand.

Héritière d'une longue tradition de skieuses allemandes polyvalentes telles Martina Ertl ou Hilde Gerg, Maria Riesch s'illustre aussi bien dans les épreuves de vitesse (descente et super G) que dans les épreuves techniques (slalom géant et slalom spécial). Ainsi, et malgré les blessures, elle est la successeur désignée de Katja Seizinger, dernière Allemande vainqueur du gros globe de cristal de la Coupe du monde en 1998.

C'est à trois ans que Maria Riesch commence le ski dans son land natal de Bavière. A cinq ans, la fillette rejoint le club de ski de Partenkirchen. Après s'être distinguée dans les courses régionales pour enfants, elle s'illustre au niveau national junior et pointe, à la fin de la saison 1998-1999 au deuxième rang en Allemagne. Durant cette année, elle est repérée par les entraîneurs de la Fédération allemande de ski (DSV) qui l'invite à participer à de premières courses reconnues par la Fédération internationale de ski (FIS). A 15 ans, l'Allemande fait donc son apparition dans ces courses où la concurrence est internationale. Dès ses débuts, elle se signale par plusieurs top 10 en slalom mais participe également à des slaloms géants et des super G. Début 2000, elle dispute ses premiers championnats nationaux juniors (son meilleur résultat est une 4e place). Elle représente également son pays à l'occasion des Championnats du monde juniors 2000 se tenant au Canada ; la jeune skieuse ne s'y distingue cependant pas parmi les vingt meilleures.

Lors de la saison 2000-2001, en plus des courses FIS, Maria Riesch apparaît occasionnellement en Coupe d'Europe — l'antichambre de la Coupe du monde — après y avoir fait une première apparition début 2000. En février 2001, l'Allemande se signale lors des Championnats du monde juniors de Verbier en Suisse en remportant deux médailles et en prouvant sa polyvalence. En effet, médaillée d'argent du super G puis de bronze de la descente, elle termine également dans les quinze premières dans les épreuves techniques (13e en géant, 14e en slalom). Ces performances lui valent d'être sélectionnée pour la première fois en Coupe du monde. Le 16 février 2001, dans sa ville natale de Garmisch-Partenkirchen, Maria Riesch dispute sa première course parmi l'élite mondiale, un super G, qu'elle termine dans les points grâce à une 20e place. Alors âgée de 16 ans, la skieuse réalise la deuxième meilleure performance allemande de la course devançant notamment les expérimentées Hilde Gerg ou Martina Ertl.

Durant la saison 2001-2002, l'Allemande participe régulièrement aux courses de Coupe d'Europe. Après un début de saison décevant, elle enchaîne les belles performances lors des mois de février et de mars 2002. Huit podiums dans toutes les épreuves dont cinq succès aussi bien en descente qu'en slalom ou en géant lui permettent de remporter largement le classement général de la Coupe d'Europe ainsi que le classement particulier de la descente. Plus encore, Riesch figure dans les dix premières skieuses dans toutes les disciplines. En parallèle à ses performances en Coupe d'Europe, l'Allemande fait de multiples apparitions en Coupe du monde (édition 2001-2002). En douze courses au plus haut niveau lors de la saison, elle inscrit à deux reprises des points en slalom et géant et égale son meilleur résultat (20e place en géant à Maribor). Cette année est également marquée par ses performances à l'occasion des Mondiaux juniors 2002 de Tarvisio en Italie. Deuxième du slalom derrière la Slovaque Veronika Zuzulova, elle y remporte le titre en super G.

A presque 18 ans, Maria Riesch débute la Coupe du monde 2002-2003 avec une place de titulaire dans la nationalmannschaft allemande. Lors des dix premières courses de l'année, la skieuse n'est classée qu'à deux reprises mais a déjà amélioré son meilleur résultat par une 11e place en descente à Lake Louise au Canada. Quelques semaines plus tard, à Lenzerheide, elle obtient un premier podium lors d'un combiné ; sur le podium, l'Allemande côtoie sa compatriote Martina Ertl et la vainqueur Janica Kostelic. Si elle ne retrouve pas le podium, elle confirme par plusieurs top-10 durant une saison au cours de laquelle elle participe aussi bien aux Championnats du monde séniors que juniors. Lors des Mondiaux séniors organisés à Saint-Moritz, les premiers de sa carrière, Riesch obtient comme meilleur résultat une 5e place sur le combiné. En juniors, elle gagne la médaille d'or en combiné et le bronze en géant.

La saison 2003-2004 est celle de la confirmation pour l'Allemande. Outre deux nouveaux titres mondiaux juniors en descente et géant à Maribor, Maria Riesch s'affirme en Coupe du monde par des podiums et de premiers succès. Ainsi, après deux podiums à Saint-Moritz en descente puis en super G à Cortina d'Ampezzo, la skieuse obtient deux victoires en trois courses organisées lors de l'étape autrichienne de Haus im Ennstal. Le premier a lieu le 30 janvier 2004 lors d'une descente aisément remportée devant l'Italienne Isolde Kostner et l'Autrichienne Renate Götschl,. Le second intervient deux jours plus tard en super G, une victoire partagée avec la Française Carole Montillet. Quelques semaines après à Levi en Finlande, Riesch enchaîne deux podiums en slalom dont un succès. Performante dans toutes les disciplines dès sa deuxième saison complète, l'Allemande se place haut dans la hiérarchie du classement général final : 32e l'année passée, elle signe une percée probante en terminant la saison au troisième rang mondial derrière Anja Pärson et Renate Götschl.

À seulement 20 ans, Maria Riesch aborde ambitieuse la Coupe du monde 2004-2005, sa troisième saison parmi l'élite mondiale. Aussi, elle repart rapidement sur des bases solides grâce à un podium obtenu en super G à Saint-Moritz. Toutefois, le 12 janvier 2005, l'Allemande est victime d'une grave chute à l'occasion d'un super G de Coupe du monde disputé à Cortina d'Ampezzo. L'IRM effectuée le jour même révèle une rupture des ligaments croisés du genou droit qui la contraint dès lors de mettre fin à sa saison. Opérée quelques semaines plus tard, la jeune allemande de 20 ans est, pour la première fois de sa carrière, écartée en raison d'une grave blessure. Celle-ci intervient quelques semaines avant les Championnats du monde qu'organisent la ville italienne de Bormio. Indisponible plusieurs mois, la skieuse n'effectue son retour que dix mois plus tard au début de la saison 2005-2006. Pour sa première compétition après cette longue convalescence, marquée par une blessure à l'épaule durant sa préparation en Nouvelle-Zélande, Riesch signe son retour par une 24e place lors du géant à Sölden (Autriche).

Quelques semaines plus tard, l'Allemande retrouve le top-10, à deux reprises, sur une descente et un super G organisés lors de la tournée nord-américaine de la Coupe du monde (9e à Lake Louise puis 10e à Aspen). Cependant, Maria Riesch est de nouveau stoppée dans son élan par une autre grave blessure, le 10 décembre 2005, lors du slalom géant d'Aspen. Quatorzième du premier tracé, elle est gravement atteinte au genou gauche après une chute lors de la seconde manche. Déjà légèrement touchée à ce même genou au mois de septembre, l'espoir allemande est cette-fois victime d'une déchirure du ligament croisé antérieur du genou gauche. Immédiatement rapatriée en Europe, Riesch est opérée avec succès deux jours plus tard à Munich. Pour la deuxième fois en 2005, la skieuse doit se résoudre à mettre fin à sa saison. Après la retraite sur blessure de Hilde Gerg, la délégation allemande est donc privée d'une autre tête d'affiche à deux mois des Jeux olympiques d'hiver de 2006 que ne dispute donc pas Maria Riesch.

Handicapée par les blessures durant deux saisons, Maria Riesch retrouve la Coupe du monde en novembre 2006, près d'un an après l'avoir quittée sur une civière. Malgré une longue période sans compétition, l'Allemande retrouve le succès dès sa quatrième course, lors d'une descente disputée à Lake Louise, son premier podium depuis presque deux ans. La suite de la saison est toutefois moins glorieuse puisqu'elle ne remonte plus sur un podium en 2006-2007. Néanmoins régulière dans le top-15, elle conclut l'année au 14e rang mondial, prometteur après deux années de galère. En février 2007, lors des Championnats du monde d'Are en Suède, elle n'obtient pas non plus de médaille mais se signale par trois top-10 (7e du super combiné, 9e de la descente et 10e du super G).

L'année 2007-2008 de Coupe du monde signe le retour définitif de l'Allemande à son meilleur niveau, celui qui, quatre ans plus tôt, lui avait permis de figurer au troisième rang mondial en fin de saison. En plus de deux victoires (en super G à Cortina d'Ampezzo et en combiné à Whistler), Riesch enlève sept podiums dans toutes les épreuves sauf en géant. Cette polyvalence et la régularité qu'elle affiche lui permettent de lutter pour le classement général de la Coupe du monde. Avec plus de 1000 points inscrits durant l'année, elle termine à la 3e place du classement général derrière l'Américaine Lindsey Vonn et l'Autrichienne Nicole Hosp. Par ailleurs, l'Allemande décroche deux victoires dans les classements par épreuve en super G et combiné, et remporte donc deux « petits » globes de cristal, les premiers de sa carrière.

Maria Riesch manifeste une même régularité à l'occasion de la première partie de la Coupe du monde 2008-2009. Souvent en haut de la hiérarchie, la skieuse allemande enchaîne même quatre victoires consécutives en slalom à La Molina, Semmering, Zagreb et Maribor. Largement en tête du classement du slalom, elle est une prétendante sérieuse à la victoire finale au classement général. Ainsi, la Bavaroise endosse brièvement le dossard rouge de leader de la Coupe du monde après sa victoire dans le slalom de Zagreb. Mais comme l'année précédente, c'est l'Américaine Lindsey Vonn, performante dans toutes les épreuves, qui fait la course en tête et domine le classement général juste avant les Championnats du monde 2009 de Val d'Isère.

Lors de cette compétition, et après une huitième place lors du super G, Maria Riesch chute lors d'un entraînement de descente provoquant de multiples contusions au dos et à la nuque. L'Allemande s'aligne cependant lors du super combiné, avec réussite puisqu'elle termine au pied du podium. Troisième après la descente, la skieuse ne réalise que le septième en slalom, ce qui la fait rétrograder au quatrième rang. Hors du coup en slalom géant, qui sacre sa compatriote Kathrin Hoelzl, Maria Riesch confirme son statut de favorite du slalom en remportant le premier titre mondial de sa carrière le 14 février 2009. Quatrième à l'issue de la première manche, elle signe le meilleur chrono sur le second tracé et profite des chutes successives des trois meilleures femmes de la première manche — Manuela Moelgg, Lindsey Vonn et Sandrine Aubert — pour enlever la médaille d'or. Maria Riesch est la première allemande à inscrire son nom au palmarès de cette épreuve depuis Rosi Mittermaier, doublement sacrée championne olympique et du monde en 1976.

En haut



Coupe du monde de ski alpin 2008-2009

Alpine skiing pictogram.svg

La coupe du monde de ski alpin 2009 est la 43e édition de la coupe du monde de ski alpin, compétition de ski alpin organisée annuellement. Elle se déroule du 25 octobre 2008 au 15 mars 2009 entre-coupée par les Championnats du monde de ski alpin 2009 de Val d'Isère entre le 3 et le 15 février 2009. Cette année, la coupe du monde débute en Autriche dans la station de Sölden, elle fait étape au cours de la saison en Allemagne (Garmisch-Partenkirchen et Ofterschwang) en Autriche (Sölden, Semmering, Altenmarkt-Zauchensee, Kitzbühel et Schladming), au Canada (Lake Louise), en Croatie (Zagreb), aux États-Unis (Aspen et Beaver Creek), en Finlande (Levi), en France (Val d'Isère), en Italie (Val Gardena, Alta Badia, Cortina d'Ampezzo, Bormio, Tarvisio, Sestrières), en Norvège (Kvitfjell ), en Slovénie (Maribor et Kranjska Gora), en Suède (Åre), en Suisse (Adelboden et Wengen) ainsi que deux étapes inédites, l'une en Espagne à La Molina, l'autre en Bulgarie à Bansko. Les finales de la coupe du monde se dérouleront en mars 2009 à Åre en Suède.

En haut



Coupe du monde de ski alpin 2008

La Coupe du monde de ski alpin 2008 a débuté le 27 octobre 2007 par un slalom géant féminin organisé à Sölden en Autriche.

En haut



Frida Hansdotter

Frida Hansdotter Altenmarkt-Zauchensee 2009.jpg

Frida Hansdotter, née le 13 décembre 1985 à Västerås, est une skieuse alpine suédoise s'illustrant dans les disciplines techniques que sont le slalom et le géant. Au cours de sa carrière, elle est notamment montée sur un podium lors d'une épreuve de slalom de Coupe du monde à Ofterschwang le 7 mars 2009 avec une seconde place derrière la Française Sandrine Aubert et devant l'Autrichienne Nicole Hosp.

Frida Hansdotter prend part à sa première épreuve FIS Race le 20 janvier 2001 à Nybroberget. Ce n'est que lors de la saison 2003 qu'elle participe à sa première épreuve de Coupe d'Europe (antichambre de la Coupe du monde) le 25 novembre 2002 lors d'un slalom à Aare. Cette même année, elle effectue le slalom et le géant des Championnats du monde junior 2003 en France où elle abandonne dans les deux épreuves. Elle renoue l'expérience de ces Championnats du monde junior en 2004 à Maribor cette fois-ci où sa meilleure performance est une 32e place en géant.

Le 23 octobre 2004, elle dispute sa première épreuve de Coupe du monde lors du géant de Sölden où elle ne parvient pas à se qualifier en seconde manche. Elle remporte ensuite son premier succès en Coupe d'Europe lors d'un slalom à Leukerbad le 9 janvier 2005. Elle participe également à ses troisièmes Championnats du monde junior en 2005 de Bardonecchia avec comme meilleure performance une 13e place en géant.

Elle reprend lors de la saison 2006 qu'à partir de janvier 2006, saison durant laquelle elle ne participe qu'à quatre épreuves de Coupe du monde (quatre slaloms auxquels elle est éliminée en première manche) et une plus grande présence en Coupe d'Europe. En 2007, elle intègre à part entière l'équipe de Suède en Coupe du monde, elle inscrit enfin ses premiers points avec une 13e place à Levi le 11 novembre 2006 en slalom, performance qu'elle réédite au cours de la saison à Val d'Isère (18e) et Kranjska Gora (19e). Son pays organise les Championnats du monde 2007 à Aare où elle prend part uniquement à l'épreuve du super G avec une 30e place.

Lors de la saison 2008, elle s'aligne en Coupe du monde dans les épreuves de slalom et géant, elle améliore la meilleure performance de sa carrière avec une 7e place au slalom de Aspen puis de Spindleruv Mlyn, elle entre six fois dans les points sur les neuf slaloms de Coupe du monde lui permettant d'être 19e au classement du slalom et quatrième Suédoise derrière Therese Borssen (6e), Maria Pietilae-Holmner (12e) et Anja Pärson (15e). Enfin, elle marque ses premiers points en géant à Panorama avec une 23e place le 24 novembre 2007.

Lors de la saison 2009, elle participe à ses premiers super G et super-combinés en Coupe du monde (donc à quatre disciplines sur les cinq proposées). Elle réalise quelques top-20 avant d'atteindre la 6e place lors du slalom de Zagreb et de Maribor en janvier 2009. Elle représente ensuite la Suède aux Championnats du monde 2009 à Val d'Isère dans quatre épreuves, elle abandonne dans trois épreuves (super G, super-combiné et géant) et termine 15e du slalom. Le mois suivant le 7 mars 2009, elle monte pour la première fois de sa carrière sur un podium en Coupe du monde avec une seconde place au slalom d'Ofterschwang derrière la Française Sandrine Aubert et devant l'Autrichienne Nicole Hosp.

En haut



Championnats du monde de ski alpin 2009, délégations

Il y a en tout 70 nations et 504 skieurs sélectionnés pour ces Championnats du monde.

En haut



Résultats des championnats du monde de ski alpin 2009

Dossard 16, le Suisse Didier Cuche a dominé la course presque de bout en bout. Le vice-champion olympique du super G en 1998 a en effet pointé en tête à chaque intermédiaire accroissant progressivement à chaque fois son avance. Ainsi, hormis l'intervalle séparant le premier du deuxième intermédiaire, le Suisse a réalisé le meilleur temps de chacun des secteurs chronométriques. Aucun autre skieur n'a affiché une telle régularité sur l'ensemble du parcours et n'a su maîtriser autant une piste aussi abrupte et technique. Au final, le premier champion du monde suisse de super G depuis Martin Hangl en 1989 devance d'environ une seconde ses poursuivants directs, l'Italien Peter Fill (dossard 26) et le Norvégien Aksel Lund Svindal (dossard 19). À 34 ans, Didier Cuche remporte le premier titre mondial de sa carrière mais il devient également le plus vieux champion du monde de l'histoire. La piste de Bellevarde présentait une neige accrocheuse en haut avant une fin sur de la glace. Tout d'abord Benjamin Raich (dossard 9) puis Christof Innerhofer (dossard 11) ont signé un temps de référence et prirent chacun la tête de l'épreuve avant le passage de Dider Cuche qui devance de plus d'une seconde l'Italien. Seuls Aksel Lund Svindal dans un premier temps (dossard 19) puis Peter Fill (dossard 26) ont pu se rapprocher du temps du Suisse, Fill fut moins relâché que ce dernier dans les courbes pentues de la Face de Bellevarde, il enlève cependant la première récompense mondiale de sa carrière tandis qu'Aksel Lund Svindal décroche sa quatrième médaille mondiale, la première en super G.

Parmi les favoris de la course, certains ont failli comme l'Autrichien Hermann Maier, leader de la Coupe du monde de la spécialité avant ces mondiaux, qui termine au 18e rang. Bode Miller auteur d'une grosse faute en première parti termine 12e. Plusieurs skieurs sont sortis dans les premiers dossard tels que Manuel Osborne-Paradis, Ted Ligety, Marco Sullivan ou Ambrosi Hoffmann permettant que les informations reviennent rapidement en cabine de départ pour les skieurs suivants. Enfin, Ivica Kostelic ne put prendre le départ en raison d'un dos douloureux.

Partie avec le dossard n°2, la Française Marie Marchand-Arvier a longtemps détenu le meilleur temps avant que l'Américaine Lindsey Vonn (dossard 21) n'améliore de 34 centièmes de seconde la meilleure performance chronométrique. Auparavant, seule l'Autrichienne Andrea Fischbacher avait menacé la position de Marchand-Arvier puisqu'elle n'avait concédé que 6 centièmes de seconde à l'issue du parcours. Lindsey Vonn, leader du classement général de la Coupe du monde avant ces championnats, est la première américaine à inscrire son nom au palmarès du super G. Médaillée d'argent en 2007, elle remporte le premier titre mondial de sa carrière. Marie Marchand-Arvier n'était jamais montée sur un podium de super G en Coupe du monde mais elle connaissait parfaitement la piste grâces à plusieurs séances d'entraînement suivies par la délégation française. Elle est la première française médaillée en super G depuis le titre mondial de Régine Cavagnoud en 2001. Spécialiste du super G, l'Autrichienne Fischbacher, ancienne championne du monde junior de l'épreuve, enlève la première médaille mondiale élite de sa carrière.

Sur une piste souvent glacée notamment sur le haut du parcours, de nombreuses skieuses ont été piégées parmi lesquelles plusieurs favorites. La Suédoise Anja Pärson, tenante du titre, et l'Autrichienne Renate Götschl n'ont pas fini la course tandis que l'Italienne Nadia Fanchini, leader de la spécialité de la Coupe du monde 2008-2009, termine à 2 secondes de la vainqueur. Sur un tracé exigeant et très technique, la moindre erreur a été sanctionnée par la perte de plusieurs dixièmes ; en attestent les écarts importants à l'arrivée puisque seules trois skieuses terminent dans la même seconde, huit dans les deux mêmes secondes.

Les trois premières à l'arrivée l'ont été aux trois points de chronométrage intermédiaire. Ainsi, l'Autrichienne Andrea Fischbacher a réalisé le meilleur haut de parcours, la Française Marchand-Arvier pointait en tête au deuxième temps intermédiaire avant que l'Américaine Vonn ne pointe en tête au troisième et dernier intermédiaire. C'est dans cette partie de la course que la Française Marchand-Arvier a perdu du temps sur la vainqueur puisqu'elle ne réalise que le 12e temps entre le deuxième et le troisième intermédiaire concédant plus de 7 dixièmes de seconde sur Vonn.

Epreuve annulée.

En haut



Fischer sports gmbh

Fischer Sports GmbH.png

Fischer Sports GmbH est une entreprise de fabrication de matériels de sports d'hiver, de tennis et de hockey sur glace. Il s'agit de l'une des plus grosses entreprises du monde dans le secteur de l'équipement sportif concernant les sports d'hiver (ski alpin et ski nordique). L'entreprise a été fondé en 1924 par l'Autrichien Josef Fischer.

Dans le milieu du ski alpin dans les années 2000, les quelques grands sportifs ayant eu pour équipement la marque Fischer se nomment Ivica Kostelic, Mario Matt, Kalle Palander, Sandrine Aubert, Nicole Gius ou Denise Karbon.

En haut



Source : Wikipedia