Samoa

3.3767942583673 (2508)
Posté par talos 21/04/2009 @ 14:12

Tags : samoa, océanie, international

Dernières actualités
La Chambre de commerce du Samoa s'inquiète - 24H dans le Pacifique
Les prix grimpent au Samoa et le marché noir s'active. [Getty Images: Ian Waldie] La communauté des affaires affirme que les efforts du gouvernement de ce petit État indépendant polynésien pour rassembler de nouveaux revenus ont une incidence négative...
Voyage en accéléré autour de la Terre - Courrier International
De là, le visiteur passera au parc national de Korup au Cameroun, puis à l'Antarctique, aux îles Samoa dans le Pacifique, à l'île Saint-Laurent au large de l'Alaska et dans les îles frisonnes de la mer du Nord. Engagé par Petri & Tiemann, l'architecte...
Le « Samoa » écrase déjà ses prix - Var-Matin
Philippe Moussu et son fils Didier, qui gèrent l'enseigne de plage « Samoa » à l'entrée de Saint-Aygulf, n'hésitent pas à le faire savoir en arborant sur la façade de leur établissement une pancarte stipulant qu'ici les prix sont en chute libre....
Les Bleuets prendront-ils leur revanche? - les Dessous du Sport
Mardi dernier, les Bleuets ont battu les Samoa (16-6) en match de classement du Mondial des moins de 20 ans au Japon. Demain, ils affronteront le Pays de Galles pour la 5e place du tournoi. L'an passé, la rencontre entre les deux formations,...
Juniors néo-zélandais battent Samoa 17-16 - Le Parisien
L'équipe junior de Nouvelle-Zélande a battu les Samoa 17 à 16 (mi-temps : 14-0) dans le cadre de la Coupe des Nations du Pacifique, samedi à Apia, la capitale des Samoa. La Coupe des Nations du Pacifique réunit les trois îles du Pacifique, Fidji,...
Mondial (- 20 ans): Les Bleuets joueront la 5e place - Europe1
Vainqueurs (16-6) des Samoa grâce à l'essai de leur capitaine le 3e ligne clermontois Alexandre Lapandry, et aux 11 points de l'ouvreur de l'Usap, Gilles Bosch, les Bleuets affronteront dimanche le Pays de Galles pour cette 5e place....
La 5e place en jeu - L'Equipe.fr
GN France - Samoa, mercredi au Level 5 stadium de Fukuoka (19 heures locales, 11 heures, heure française). Arbitre : M. Bolabiu (FID) France : Namy (Brive) - Fall (Bayonne), Doumayrou (Montpellier), Tranier (Biarritz), Sinzelle (Toulon) - (o) Bosch...
France - Samoa, rugby - viaFrance
Emmenés par leur sélectionneur Michael Jones, le XV samoan débarque au Stade de France pour une confrontation musclée face à l'équipe de France de Marc Lièvremont. Ce test-match arrive à point nommé pour les Bleus qui se serviront de cette rencontre...

Samoa

Armoiries des Samoa

1 le samoan est utilisé par 86 % de la population.

Les Samoa (Samoa allemandes de 1900 à 1914, Samoa occidentales jusqu'en 1997) constituent un État indépendant de Polynésie, comprenant quatre îles habitées et cinq îlots inhabités, dans le sud de l'océan Pacifique. Cet État constitue la partie occidentale de l'archipel des Samoa, la partie orientale étant sous administration américaine : le changement de nom en juillet 1997 (et la disparition du nom samoan de I Sisifo, c’est-à-dire « occidentales », « au couchant ») manifeste la volonté de voir un jour l'archipel entier réuni.

Les Samoans constituent, par ordre d'importance, la deuxième population polynésienne après les Māori de Nouvelle-Zélande.

Peuplées depuis 3 000 ans environ par un peuple polynésien, les Samoa ont été occupées aux alentours de l'an 1000 avant J.-C.

Elles furent conquises par les Tonga, et devinrent une province de l'Empire Tu’i Tonga, jusqu'à ce que les Samoans se révoltent avec succès au XIIIe siècle et obtiennent leur indépendance de l'empire.

Le Hollandais Jacob Roggeveen fut le premier Européen à identifier l'archipel en 1722. L'explorateur français Louis-Antoine de Bougainville nomma l'archipel les îles du Navigateur en 1768.

En 1889, fut signé le Traité de Berlin, garantissant l'indépendance politique des Samoa. Le régime établi était alors une monarchie.

En 1899, les Samoa furent divisées en deux parties : les Samoa occidentales (intégrées à la Nouvelle-Guinée allemande) et les Samoa orientales (sous contrôle américain). Cette division persiste encore aujourd'hui.

En 1914, la Nouvelle-Zélande prit le contrôle des Samoa occidentales. Elle le garda ensuite sous mandat de la Société des Nations puis sous mandat de l'Organisation des Nations unies jusqu'en 1961.

Les Samoa occidentales obtinrent leur indépendance le 1er janvier 1962 suite à un référendum.

Le pays devint membre du Commonwealth en 1970 et des Nations unies en 1976.

Les Samoa forment une monarchie constitutionnelle indépendante. La constitution de 1960, qui prit formellement effet à l'indépendance du pays, est basée sur la démocratie parlementaire du Royaume-Uni, modifiée pour prendre en compte les coutumes des Samoa. Les deux grands chefs samoans lors de l'indépendance se virent désignés conjointement pour le titre de chef de l'État. Après la mort de Tupua Tamasese Mea'ole, en 1963, Malietoa Tanumafili II fut seul à occuper ce poste jusqu'à son décès, survenu le 11 mai 2007. Le 16 juin de cette même année, le Parlement élit Tupua Tamasese Tupuola Tufuga Efi comme O le Ao O le Malo (chef d'État). Contrairement à ses prédecesseurs, Tupuola Tufuga Efi n'est pas chef d'État à vie, puisqu'il a été élu avec un mandat de cinq ans. Il en ira de même pour ses successeurs.

Les Samoa sont divisées en onze districts : A'ana, Aiga-i-le-Tai, Atua, Fa'asaleleaga, Gaga'emauga, Gagaifomauga, Palauli, Satupa'itea, Tuamasaga, Va'a-o-Fonoti et Vaisigano.

Les Samoa sont situées tout près de la ligne internationale de changement de date, environ à mi-chemin entre Hawaii et la Nouvelle-Zélande, au sud des Kiribati (îles de la Ligne). Les îles situées à l’est du 171e degré de longitude ouest forment les Samoa américaines et celles à l’ouest les Samoa occidentales. Les Samoa comprennent les deux grandes îles d'Upolu et de Savai'i ainsi que sept îlots. Presque les trois quarts de la population habitent sur l'île principale d'Upolu, où se trouve également la capitale, Apia.

Les quatre îles habitées des Samoa occidentales se nomment Savai’i, Upolu, Apolima et Manono.

Les cinq îles inhabitées se nomment Fanuatapu, Namu’a, Nuutele, Nuulua et Nuusafee.

Autrefois baptisées archipel des Navigateurs, les îles formant les Samoa sont d’origine corallienne ou volcanique. La présence de coulées de lave volcanique rend plusieurs des îles de l'archipel inhabitables.

Les Samoa (occidentales) sont assez montagneuses et le sommet le plus élevé de l'archipel est le Mauga Silisili (1 858 m), sur l’île de Savai’i.

Le climat est tropical avec une saison des pluies commençant en novembre et se terminant en avril. La faune des Samoa est assez restreinte, on n’y trouve que peu d'animaux : serpents, lézards et oiseaux. La flore des Samoa est en revanche très riche, la forêt recouvrant les îles est luxuriante. Plusieurs plantes et animaux des Samoa sont endémiques (on ne les retrouve nulle part ailleurs sur la planète). Il est donc de la responsabilité de l’État de les conserver. C’est pourquoi les Samoa se sont dotées de la Faatotoe le Muli o le Ola (stratégie de la biodiversité des Samoa).

Les cyclones sont fréquents et dévastateurs pour l’agriculture des Samoa. C’est la raison principale pour laquelle les Samoa, dont l’économie dépend majoritairement de l’agriculture, ont encore besoin de l'aide internationale.

La température moyenne annuelle est de 22 °C.

Les principales exportations des Samoa sont le coprah, le cacao, la banane et le café.

L'agriculture emploie les deux tiers de la population des Samoa et fournit 90 % des revenus d'exportation. Les principaux pays où les produits sont exportés sont l'Australie, les États-Unis et le Japon.

Le tourisme est un secteur en expansion, comptant pour 25 % du PIB, avec 88 000 touristes, en 2001.

Seul pays du Pacifique à avoir été classé par l'ONU dans la catégorie des pays les moins avancés, cette situation lui permet de recevoir de l'aide internationale (52 millions en 1992, 41 % du PNB). Les importations de pétrole engouffrent 99 % des revenus des exportations.

Apia, avec une population de 33 000 habitants (en 1995), est la capitale et le centre commercial des Samoa. 50 % de la population des Samoa habitent ou travaillent à l'étranger. La plupart partent pour la Nouvelle-Zélande, l'Australie ou vers les Samoa américaines, première étape avant une seconde migration vers les États-Unis.

Les Samoans sont à 99,7 % chrétiens.

Le fa'asamoa pourrait se traduire par la manière samoane. C'est une sorte de code de conduite qui touche surtout les comportements envers autrui et implique un grand respect des autorités en place : aînés, policiers, parents, etc.

Le fa'asamoa se manifeste également dans le système judiciaire des Samoa qui est séparé en deux. Le premier est un système de type occidental et repose sur une force policière ainsi que sur des tribunaux administrés par le gouvernement central. Le deuxième est de type traditionnel et relève de la juridiction de chaque village.

En dépit des siècles d'influence européenne, Samoa maintient ses coutumes historiques, ses systèmes sociaux et sa langue dont on pensait qu'elle est la plus ancienne forme de discours polynésien encore en existence (hypothèse contestée par les linguistes modernes).

Le rugby est extrêmement populaire aux Samoa. De nombreux joueurs du championnat néo-zélandais sont Samoans, même certains des All Blacks d'origine samoane, comme Tana Umaga. Depuis peu, l'équipe des Samoa s'associe parfois avec d'autres archipels (Fidji, Tonga, Îles Cook) pour former les "Pacific Warriors," sorte de Barbarians des archipels océaniens. Autre sport important aux Samoa, le kirikiti est une sorte de dérivé du cricket qui se joue avec une balle en caoutchouc. Il n'y a pas de compétition officielle mais c'est sans doute le sport le plus populaire, qui se pratique généralement en fin d'après-midi de manière parfaitement amicale.

Les Samoas sont reconnues par le CIO depuis 1983. Jamais un Samoan n'est monté sur un podium olympique. On note également la pratique minoritaire du football.

En haut



Équipe des Samoa de rugby à XV

Samoa Rugby.jpg

L'équipe des Samoa de Rugby à XV rassemble les meilleurs joueurs des îles des Samoa. Elle est appelée Manu Samoa, d'après le nom d’un ancien chef samoan. Les Samoans jouent en maillot bleu, short blanc, bas bleu. Avant chaque rencontre, ils pratiquent une danse samoane appelée Siva tau.

Le rugby à XV est pratiqué dans 120 clubs par environ 5 000 joueurs adultes et 10 000 juniors, alors que la population n'est que de 175 000 habitants.

Samoa a fourni un grand nombre de très bons joueurs, bien que sa population soit peu nombreuse par rapport aux autres grandes nations de rugby. Un grand nombre de joueurs s'est expatrié pour faire une carrière professionnelle, certains ont choisi de jouer alors pour l'équipe du pays d'accueil. L'équipe de Samoa a perdu ainsi la possibilité de faire jouer plusieurs joueurs talentueux mais elle a aussi eu des difficulté pour se préparer avant les grandes compétitions. Malgré ces difficultés, Samoa est parvenue déjà deux fois en quart de finale de la coupe du monde de rugby.

Le rugby à XV fut introduit à Samoa en 1920 et la fédération samoane de rugby fut créée en 1924.

L'équipe de Samoa a joué son premier match international contre l'équipe de Fidji le 18 août 1924 , Samoa a perdu 0-6. Le match retour fut gagné par Samoa sur le score de 9-3.

Samoa a effectué ses premiers matchs à l'extérieur en 1954, chez ses voisins de Fidji et Tonga. L'équipe a fait sa première tournée en Nouvelle-Zélande vingt ans plus tard, remportant un des huit matchs joués.

Le tournoi annuel du Tri-nations du Pacifique fut établi en 1982 entre les équipes de Samoa, Tonga et Fidji, l'équipe de Samoa a remporté la première édition.

L'équipe du Pays de Galles fut la première équipe européenne à jouer contre Samoa, mais les samoans restèrent isolés et ne furent pas invités à la première coupe du monde de rugby 1987.

Pour sa première participation à la coupe du monde en 1991, Samoa fit sensation en se qualifiant pour les quarts de finale, après avoir battu le pays de Galles et l'équipe d'Argentine.

Samoa remporta le tournoi de Hong Kong de rugby à VII en 1993. Elle réussi à nouveau à se qualifier pour un quart de finale de la coupe du monde de rugby 1995 après avoir battu l'Argentine et l'Italie. Samoa fut éliminée par les futurs champions du monde, les Springboks par 14-42.

Avec l'avènement du professionnalisme en 1995, c'est la Manu Samoa Rugby Limited qui prit en charge l'équipe de Samoa.

Lors de la coupe du monde de rugby 1999, Samoa finit deuxième de sa poule et fut éliminée par l'Écosse en match de barrage.

Samoa participa à la coupe du monde de rugby 2003, finissant troisième de sa poule au premier tour.

Bryan Williams fut le premier samoan qui choisit de défendre les couleurs de la Nouvelle-Zélande, il mit son expérience au profit de Samoa en étant entraîneur de l'équipe nationale qui fit un très bon parcours en 1991. De nombreux joueurs d'origine samoane ont suivi l'exemple de Williams en poursuivant leur carrière en Nouvelle-Zélande, le plus célèbre étant Tana Umaga. Lors de test matchs disputés en 2005, les All Blacks comptaient de nombreux joueurs samoans, jusqu'à neuf lors d'un match contre l'Écosse !

Malgré l’hémorragie de talents vers l'étranger, Samoa essaie de préparer une équipe compétitive pour disputer la coupe du monde de rugby 2007, sous la conduite de son nouvel entraîneur, Michael Jones, qui est à la fois samoan et ancien All Black.

En haut



Samoa en coupe du monde de rugby 1999

L'équipe de Samoa a été éliminée en match de barrage pour la qualification en quart de finale de la Coupe du monde de rugby 1999 par l'équipe d'Écosse.

Les joueurs suivants ont joué pendant cette coupe du monde 1999. Les noms en gras indiquent les joueurs qui ont joué le plus souvent titulaires.

En haut



Frontière entre la France et les Samoa

La frontière entre la France et les Samoa concerne la limite maritime entre l'archipel français de Wallis-et-Futuna et l'archipel des Samoa.

La frontière est purement formelle et aucun accord n'a été signé pour délimiter les zones maritimes sous souveraineté de ces deux pays.

En haut



Samoa en coupe du monde de rugby 1995

L'équipe de Samoa a été battue en quart de finale de la Coupe du monde de rugby 1995 par l'équipe d'Afrique du Sud.

C'est la meilleure performance des Samoas en Coupe du monde.

Les joueurs suivants ont joué pendant cette coupe du monde 1995. Les noms en gras indiquent les joueurs qui étaient le plus souvent titulaires.

En haut



Samoa aux Jeux olympiques d'été de 2008

Les Samoa participent aux Jeux olympiques d'été de 2008 à Pékin. Il s'agit de leur 7e participation à des Jeux d'été.

En haut



Samoa Joe

SamoaJoe.jpg

Avant ses débuts à la TNA, Samoa Joe était réputé pour ses performances à la Ring of Honor, détenant le ROH World Championship pendant 21 mois, un record pour ce titre. Il sera resté sur une série de 18 mois sans défaites à la TNA dans laquelle il n’aura jamais perdu un match par tombé ou soumission. Sa famille a fondé une troupe de danse polynesienne aux États-Unis appelée Tiare Productions. Il fit ses débuts à la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques d'été de 1984 à l’âge de 5 ans. Il devint champion de judo en Californie et fut joueur de football américain à la Ocean View High School.

Il débuta sa carrière dans le catch en septembre 1999 dans la West Coast Dojo, entraîné par Cincinnati Red, avec Johnny Hemp et occasionelement John Delayo.

En décembre 1999, il se lance dans son premier match, contre "Uncle" Jess Hansen juste trois mois après avoir commencé à s’entraîner. Il signe ensuite un contrat avec l’ancien territoire de développement de la World Wrestling Federation, la Ultimate Pro Wrestling, où il perd contre John Cena. Après avoir perdu ces trois matches contre John Cena il quitta à la UPW avec rage, il se dirigeait vers le Japon. Il alla lutter pour la ZERO ONE de Shinya Hashimoto. Pendant ce temps, Joe commence aussi à catcher pour la fédérations sud-californienne Pro Wrestling Guerrilla.

De retour aux États-Unis, Samoa Joe rejoint la fédération de la côte est Ring of Honor en 2002. Il fait ses débuts à "Glory by Honor" alors que Christopher Daniels lui fait affronter Low-Ki.

Il devient rapidement ROH Champion, en battant Xavier pour la ceinture à Philadelphie, Pennsylvanie le 22 mars 2003. Pro Wrestling Illustrated a officiellement désigné à cette période le titre de la ROH comme un "titre mondial" après que Joe l’a défendu contre le catcheur anglais Zebra Kid à une représentation conjointe ROH/Frontier Wrestling Alliance intitulé Frontiers of Honor, au Royaume-Uni le 17 mai 2003. C’est aussi pendant cet évènement que Joe développé sa prise "Olé Olé Kick".

Après avoir perdu le ROH World Championship face à Austin Aries, il devient le cinquième Pure Champion de la fédération, battant son protégé Jay Lethal pour le titre le 16 mai 2005 à Manhattan Mayhem à New York. Il détenait le titre pendant trois mois avant de le perdre contre Nigel McGuinness le 27 août lors de Dragon Gate Invasion à Williamsville, New York.

Le 31 janvier 2005, Joe annonce qu’il ne catchera plus à plein temps pour la ROH après le 4 mars.

Il a gagné rapidement le titre X-Division après une feud contre AJ Styles et Christopher Daniels.

Il débute une feud contre Kurt Angle, nouvellement arrivé à la TNA. Il perdra par soumission pour la première fois depuis son arrivée à la TNA aux mains de Kurt Angle et de son Ankle Lock. Il obtiendra une revanche et battra Kurt Angle.

Il a eu une rivalité avec Kurt Angle et Christian Cage. Il est actuellement en rivalité avec les superstars de la TNA. Une rivalité vient de débuter entre lui et Kevin Nash qui l’a abandonné pendant son match par équipes à Final Resolution 2008 contre les champions de la fédération, AJ Styles et Tomko.

Il bat Kurt Angle pour le titre TNA World Heavyweight Championship à TNA Lockdown 2008. Il conserve son titre face à Kaz et Scott Steiner dans un Triple Threat Match à TNA Sacrifice. Il conserve son titre à TNA Slammiversary dans le King Of The Mountain Match face à Robbert Roode, Booker T, Christian cage et Rhyno. Il se fait voler son titre à TNA Victory Road contre Booker T.Il aura sa revanche à TNA Hard Justice dans un Steel Cage Weapons Match. Finalement, à TNA No Surrender, il conserve son titre dans un Three Ways To Glory Match en battant Kurt Angle et Christian Cage grace à une aide de Jeff Jarrett.A Bound For Glory, il perd sa ceinture contre Sting avec une aide de Kevin Nash.

En haut



Samoa en coupe du monde de rugby 1991

L'équipe de Samoa a été battue en quart de finale de la Coupe du monde de rugby 1991 par l'équipe d'Écosse.

C'est la meilleure performance des Samoas en Coupe du monde.

Les joueurs suivants ont joué pendant cette coupe du monde 1991. Les noms en gras indiquent les joueurs qui étaient le plus souvent titulaires.

En haut



Politique des Samoa

Armoiries des Samoa

Cet article fait partie de la série sur la politique des Samoa, sous-série sur la politique.

Les Samoa forment une monarchie constitutionnelle indépendante. La constitution de 1960, qui prit formellement effet à l'indépendance du pays en 1962, est fondée sur la démocratie parlementaire du Royaume-Uni, modifiée pour prendre en compte les coutumes des Samoa.

La tête de l'État est constituée d'une institution originale appelée "O le Ao O le Malo". Celle-ci se composait en 1962 de deux membres nommés à vie, en l'occurrence des deux tama'aiga, Malietoa Tanumafili II et Tupua Tamasese Mea'ole. Il fut décidé à l'indépendance que ni l'un ni l'autre ne serait remplacé à leur mort par un nouveau chef d'État à vie; ainsi, les futurs dirigeants seraient élus par le Fono (Parlement) pour une durée de cinq ans. Après la mort de Tupua Tamasese Mea'ole, en 1963, Malietoa Tanumafili II fut seul à occuper ce poste jusqu'à son décès, survenu le 11 mai 2007. Le 16 juin de cette même année, le Parlement élit Tupua Tamasese Tupuola Tufuga Efi comme O le Ao O le Malo, avec un mandat de cinq ans.

Le système parlementaire est monocaméral constitué d'une Assemblée Législative appelée également ''grand fono. Elle se compose de 49 membres élus pour un mandat de 5 ans. La constitution de 1960 avait prévu que sur ces 49 parlementaires, 47 étaient désignés par consensus par les matai (chefs de famille), membres des fono des 11 districts du pays, les deux autres étant élus au suffrage universel par les "non-Samoans" (Européens, métis, Chinois et quelques Salomonais) installés dans l'archipel de longue date. En 1990, une réforme de la loi électorale élargit le collège électoral à l'ensemble de la population adulte de plus de 21 ans, tout en conservant le système de double scrutin et le monopole des matai quant à la possibilité de se présenter aux élections. L'archipel compte aujourd'hui un peu plus de 25 000 matai, dont 5% de femmes.

L'exécutif est au main d'un gouvernement composé du premier ministre nommé par le "O le Ao o le Malo" sur proposition du Parlement, et d'un nombre de ministres ne pouvant excédé le nombre de huit.

Le système judiciaire est fondé sur le système britannique (Common law). La Cour Suprême est la plus haute juridiction du pays. Son juge principal est nommé par le chef de l'État sur les recommandations du premier ministre.

Le constitution de 1960 avait reconnu le droit à tout matai de créer un autre titre de matai soit en faveur de l'un de ses parents, soit par adoption à condition de donner au bénéficiaire une terre, le titre étant fondé avant tout sur du foncier. Très vite, ces créations ex-nihilo se multiplièrent en particulier durant l'année précédent les élections au Parlement. En effet, seuls les matai pouvant voter, tout candidat à la législature avait tout intérêt à créer un maximum de titres pour accroître son électorat. Entre 1962 et 1978, ce fut en tout plus de 2 000 titres de matai qui furent ainsi créés, organisant de facto un système fondé sur le clientélisme et le marchandage politique.

Quelques rares matai prirent conscience que des évolutions étaient nécessaires. En 1969, Letele Tanaolevalo proposa une reforme électorale en ouvrant le droit de vote à tout adulte mâle agé de plus de 21 ans, sans pour autant remettre en cause le monopole des matai quant au droit de se présenter ni le système de double collège électoral. La proposition fut rejeté par 45 voix "contre" et 4 "pour". Le pouvoir politique était alors concentré aux mains des grandes dynasties samoanes, les clivages étant plus liés à leur rivalité qu'à un débat d'idées. C'est ainsi qu'à Fiame Fauminua Mata'afa Munilnu'u II succéda en 1970 au poste de Premier Ministre Tupua Tamasese Lealofi IV, lequel rendit le poste à son prédécesseur en 1973 pour le reprendre de 1975 à 1976, date à laquelle, il laissa sa place à son neveu Tupua Tamasese Tupuola Tufuga Efi. Ce jeu des chaises musicales devait toutefois prendre fin en 1979 avec la création par un matai du nom de Va'ai Kolone, du premier parti politique samoan le "Human Right Protection Party". En réaction, le premier ministre en poste à cette époque Tupua Tamasese Tupuola Tufuga Efi décida à son tour de créer son propre parti politique, le "Christian Democratic Party".

Les élections de janvier 1982 virent la victoire du HRPP et Va'ai Kolone devenir Premier Ministre. Accusé de fraude électorale, il dut démissionner au bout de six mois perdant du même coup son siège de Parlementaire. Tupua Tamasese Tupuola Tufuga Efi en profita pour retourner à sa cause quelques membres du HRPP avant de se faire nommer à son tour premier ministre. Néanmoins lui non plus ne demeura pas longtemps en poste puisqu'en décembre 1982, il fut renversé suite à des désaccords sur le vote du budget 1983. Cela permit à Tofilau Eti Alesana, co-fondateur du HRPP, d'être élu Premier Ministre. Il demeura à ce poste jusqu'à la fin de la législature en janvier 1985, date à laquelle le HRPP perdit les élections. Cette défaite fut largement dû à la brouille qui l'opposa à son compère Va'ai Kolone qui peu avant les élections avait décidé de rejoindre le CDP. Ce dernier se fit du reste élire Premier Ministre et nomma comme vice Premier Ministre le fondateur du CDP, Tupua Tamasese Tupuola Tufuga Efi.

Les élections générales de 1988 virent après la victoire du HRPP, le retour aux affaires de Tofilau Eti Alesana. Profitant d'une majorité confortable, il décida de proposer par référendum une réforme de la loi électorale en généralisant le suffrage universel. L'un de ses arguments reposaient notamment sur l'instabilité du système en vigueur qui était souvent agité par des querelles personnelles. Il y avait également derrière cette réforme une dose de calcul électoral, Tofilau Eti espérant bien que l'ouverture des listes électorales aux non matai avantagerait son parti réputé plus progressiste. L'opposition, quant à elle, estimait qu'un tel changement risquait d'altérer le fa'a samoa, le mode de vie traditionnel.

Le référendum fut organisé fin 1990, le "oui" l'emportant à une large majorité. Désormais, tout adulte de plus de 21 ans et quelque soit son sexe pouvait voter aux élections, les matai gardant néanmoins leur monopole quant au droit de se présenter.

Profitant d'une nouvelle victoire électorale en 1991, Tofilau Eti Alesana décida d'amender la constitution en allongeant la législature à 5 ans. Après les élections de 1996, de nouveau remportée parle HRPP, celle-ci fut une nouvelle fois amendée pour cette fois-ci changer le nom du pays en « Samoa ». Ce changement fut mal vécu dans le territoire voisin des Samoa américaines car perçu comme une réduction de leur propre identité. Souffrant de problèmes de santé, Tofilau Eti laissa sa place en novembre 1998 au numéro deux du parti Tuilaepa Sailele Malielegaoi, bien que conservant jusqu'à son décès le 19 mars 1999, un poste de ministre sans portefeuille.

Ce règne sans partage du HRPP n'empêcha pas la corruption et le système clientéliste de perdurer. C'est ainsi qu'en 1999, pour le 20e anniversaire de la création du HRPP, Luagalau Levaula Kamu, ministre des travaux publics du gouvernement Malielegaoi, fut assassiné en pleine cérémonie commémorative. Son assassin, Eletise Leafa Vitale, n'était autre que le fils de Leafa Vitale, lui-même ancien ministre des travaux publics et prédécesseur à ce poste de Luagalau Levaula Kamu. Il avait été remercié de son portefeuille de Ministre quelques mois plus tôt suite à un scandale de détournement de fonds publics que sa victime avait justement dénoncé. L'enquête confirma que Leafa Vitale était bien le commanditaire du meurtre. Il s'avéra également que Toi Akuso, membre du HRPP et ancien Ministre des postes, était également impliqué dans le complot (voir lien externe).

Les dernières élections législatives ont eu lieu en mars 2001; le HRPP, conduit par Tuilaepa Sailele Malielegaoi, a remporté 31 des 49 sièges. Le Parti Samoan du Développement National (Samoa National Development Party, SNDP) 11 sièges. Les 7 autres sièges proviennent d'autres partis politiques (Samoan Progressive Conservative Party, Samoa All Peoples Party, Samoa Liberal Party).

En haut



Source : Wikipedia