Sébastien Chabal

3.3992297817693 (1558)
Posté par seb 04/05/2009 @ 04:12

Tags : sébastien chabal, rugbymen, rugby, sport

Dernières actualités
Bleus : Chabal est parti - Ouest-France
Sébastien Chabal, victime d'une élongation au mollet gauche, a quitté ses partenaires, mardi pour rallier la France. Après les départs de Mathieu Bastareaud, Yannick Jauzion et Louis Picamoles, Sébastien Chabal a, à son tour, quitté les Bleus, mardi....
Bleus : Chabal touché au mollet gauche - Ouest-France
Le deuxième ligne de l'équipe de France, Sébastien Chabal, a ressenti une douleur au mollet gauche après le deuxième test-match face à la Nouvelle-Zélande, samedi. Sébastien Chabal va passer une IRM lundi pour déterminer la nature de sa blessure au...
Chabal y revient... - Sports.fr
Il aurait pu débuter ce second test comme remplaçant, voire même ne pas faire partie du groupe et pourtant Sébastien Chabal sera titulaire samedi, à Wellington, où "The Caveman" retrouvera les Blacks sur son chemin. Deux ans après une tournée au cours...
Chabal : « Ca a été la guerre » - RMC.fr
Sébastien Chabal est revenu sur la courte défaite des Bleus face à la Nouvelle-Zélande (14-10). Le Français pense que l'arbitrage a servi les Blacks. Sébastien Chabal (deuxième-ligne XV de France) : « C'était un match compliqué, ils nous avaient...
Sébastien Loeb, sportif préféré des Français - nouvelobs.com
Franck Ribéry, lui aussi en perte d'une place, remporte la troisième marche du podium, juste devant Sébastien Chabal. A noter, la très belle progression dans le classement pour Gaël Monfils, qui après un bon Roland-Garros passe de la 19ème à la 5ème...
Rugby - Racing Métro 92 : Chabal, Nallet, Steyn et les autres… - France Soir
Rugbyman français le plus médiatisé depuis Serge Blanco, Sébastien Chabal est certes un excellent joueur mais il est aussi un puissant coup de projecteur sur le Racing-Métro, dont il défendra les couleurs dès la saison prochaine. « Chabal a été recruté...
Quand le vin et le rugby s'unissent - Sud Ouest
Sébastien Chabal représente la volonté, la force, une certaine sérénité aussi. C'est une image très porteuse », souligne Michel Delpon, le patron de Producta SA. Ça fait maintenant un an que Chabal a signé un contrat avec la société implantée à Lormont...
XV de France. Chabal et Trinh-Duc ont stigmatisé les jets de ... - LaDépêche.fr
... leurs crottes (de mouton), ce qui est de bonne guerre à la veille de la revanche de Wellington: «Alors que nous allions juste saluer et remercier nos supporters, a indiqué Sébastien Chabal, nous avons reçu des projectiles d'une partie du public....
Sébastien Chabal, "j'avoue, je suis mauvais perdant" - L'Express
Le rugbyman préféré des Français quitte l'Angleterre pour jouer au Racing-Métro, à Colombes (Hauts-de-Seine). D'ores et déjà, multipliant les contrats publicitaires, il investit, pour le compte des pansements Urgo, les devantures des pharmacies....
XV de France-Maso: "Chabal se motive plus facilement au coup d ... - Europe1
Jo Maso, le manager de l'équipe de France a justifié la titularisation de Sébastien Chabal en deuxième-ligne samedi à Wellington. "Sébastien, il a plus de mal à entrer dans les rencontres. Il est facile pour lui de se motiver dans les vestiaires avant...

Sébastien Chabal

Sébastien Chabal en Championnat d'Angleterre.

Sébastien Chabal, né le 8 décembre 1977 à Valence (Drôme), est un joueur de rugby à XV international français. Il évolue au poste de troisième ligne centre au sein du club anglais des Sale Sharks, après avoir quitté le CS Bourgoin-Jallieu où il joue au poste de troisième ligne aile de 1998 à 2004. Il a évolué à plusieurs postes en équipe de France (en troisième ligne aile, en numéro 8 ou en deuxième ligne) sans jamais s'imposer durablement. Sébastien Chabal est devenu l'un des sportifs les plus populaires de France à tel point que les journalistes ont pu parler d'une « Chabalmania ».

En près de dix ans au plus haut niveau, Sébastien Chabal s'est construit un palmarès honorable avec un titre de champion d'Angleterre, un Challenge européen, un Tournoi des six nations et deux quatrièmes places en Coupe du monde. En gérant au mieux son image publique – un « look » de vigoureux homme des cavernes avec barbe fournie et cheveux longs – il conclut de nombreux contrats publicitaires qui font de lui, à partir de 2007, le rugbyman français le mieux payé.

Né le 8 décembre 1977 à Valence, Sébastien Chabal grandit à Beaumont-lès-Valence (Drôme) au sein d'une famille modeste. Son père travaille dans un garage, sa mère est ouvrière en bijouterie. Passionné de mécanique, il passe le brevet d'études professionnelles dans la discipline et devient ensuite tourneur-fraiseur dans l'usine Salmson à Crest. Lorsqu'il joue au rugby au sein du club amateur de Beauvallon, il continue son métier car le rugby n'est encore pour lui qu'une activité de loisir. Il abandonne définitivement ce premier emploi lorsqu'il rejoint le club du Valence sportif et qu'il embrasse la carrière de joueur de rugby professionnel.

Lorsqu'il joue à Bourgoin, il se marie à Annick, déjà maman d'une fille née en 1994 dont il devient le beau-père,. En 2005, il devient le père d'une fille prénommée Lily-Rose,.

Sébastien Chabal s'essaie au rugby à l'âge de neuf ans, mais cette première expérience est un échec : elle ne dure que deux mois. Il y revient plus tard à l'âge de seize ans en suivant deux de ses amis au club de rugby de Beauvallon, à quelques kilomètres de Valence. Il s'y découvre une passion à la fois pour le jeu mais aussi pour la convivialité des troisièmes mi-temps.

Très vite, il rejoint le club du Valence sportif, puis celui de CS Bourgoin-Jallieu en 1998 où il joue au poste de troisième ligne aile. Le poste de numéro 8 est occupé par Pierre Raschi. Avec le club berjallien, il découvre le plus haut niveau du rugby français et européen ainsi que la sélection française. Il côtoie la génération dorée issue du centre de formation du club (Lionel Nallet, Julien Bonnaire, Olivier Milloud, Pascal Papé, Benjamin Boyet...) et même s'il ne remporte pas de trophée, il participe à une demi-finale du Championnat de France de rugby à XV lors de la saison 2003-2004. Il atteint également quatre finales qu'il perd toutes avec son club : la finale du Challenge européen en 1999, la finale du trophée Du Manoir en 1999, la finale de la Coupe de la ligue en 2003 et la celle du Challenge Sud-Radio la même année.

Lors de la saison 2002-2003, Sébastien Chabal et Bourgoin jouent contre les Sale Sharks en poule de Coupe d'Europe ; le 11 octobre 2002, Sale est défait à domicile 18-24, Jason Robinson écope d'un carton jaune pour la première fois de sa carrière professionnelle suite à un plaquage de Sébastien Chabal,. Sale est défait largement au retour lors de la sixième et dernière journée. Bourgoin termine deuxième de la poule, devancé pour la qualification au bénéfice des essais par le Biarritz Olympique.

En saison 2003-2004, Sébastien Chabal et Bourgoin jouent contre le Munster et Gloucester en poule de Coupe d'Europe. Le 6 décembre 2003, Bourgoin perd son premier match à domicile 17-18 contre la province irlandaise : Sébastien Chabal inscrit le seul essai de la rencontre mais Ronan O'Gara donne la victoire au Munster en inscrivant six pénalités. Une semaine après, Bourgoin subit une lourde défaite 49-13 à Gloucester et le joueur inscrit une nouvelle fois le seul essai de son équipe. Bourgoin perd au total cinq des six matchs de la campagne européenne dont une lourde défaite à domicile contre Gloucester. Le club termine troisième de sa poule et est éliminé de la compétition. Au mois de janvier, le manager Philippe Saint-André est renvoyé pour avoir postulé au poste de sélectionneur du pays de Galles laissé libre par Steve Hansen. Le projet ambitieux du club français initié avec Laurent Seigne sous la direction de Pierre Martinet et Patrick Sébastien n'est plus qu'un souvenir.

Après six années sous le maillot berjallien, Sébastien Chabal souhaite changer d'horizon et poursuivre sa carrière dans un autre club : son désir est de rejoindre le Stade toulousain mais le club de la ville rose ne lui fait aucune proposition. Finalement, il choisit de partir jouer pour le club anglais des Sale Sharks où il rejoint Philippe Saint-André, son ancien manager à Bourgoin.

En 2004, Sébastien Chabal signe pour deux ans dans le club de la banlieue de Manchester et rejoint donc Philippe Saint-André, devenu directeur sportif du club anglais au mois de mars 2004. L'entraîneur loue alors la qualité défensive du joueur, aussitôt confirmée par Jason Robinson qui a déjà subi ses plaquages destructeurs en Heineken Cup en 2002. Alors qu'il a toujours joué à l'aile avec Bourgoin, Saint-André le repositionne au centre de la troisième ligne au poste de numéro 8 dès le tout premier match du championnat.

La saison 2004-2005 marque le retour au sommet des Sharks sous la houlette du technicien français. Lors des deux premières rencontres, Sale et Sébastien Chabal l'emportent contre les Leicester Tigers et les London Wasps, les deux équipes favorites pour le titre. Le club anglais remporte le Challenge européen en battant la Section paloise sur un score large de 27-3. Il s'agit du premier titre remporté par Sébastien Chabal. Les Sharks clôturent la saison à la troisième place du championnat et obtiennent leur ticket pour la Coupe d'Europe. Les Sharks s'inclinent en demi-finale contre les London Wasps 43-22, malgré un essai de l'ancien berjallien. Sébastien Chabal s'est imposé dans son nouveau club au poste de numéro 8.

Quart de finaliste de la Coupe d'Europe de rugby à XV lors de la saison 2005-2006, il devient champion d'Angleterre 2005-2006 avec ses coéquipiers Jason Robinson, Mark Cueto, Mark Taylor, Charlie Hodgson, Magnus Lund, Lionel Faure et Sébastien Bruno. Les Sale Sharks prennent leur revanche en demi-finale contre les London Wasps 22-12, avant de battre en finale un autre favori, les Tigres de Leicester 45-20,. Son contrat initial arrivant à échéance, il prolonge son aventure avec le club anglais et refuse une proposition du Stade toulousain.

Lors de la saison 2006-2007, Sébastien Chabal et Sale jouent contre le Stade français en poule de Coupe d'Europe ; lors de la double confrontation du mois de décembre 2006, il se fait remarquer devant les caméras de télévision en inscrivant un essai remarquable de 50 mètres sur une interception d'une passe d'Agustín Pichot. Cette belle prestation joue en sa faveur puisqu'il est alors retenu lors du tournoi des six nations 2007. Sa fin de saison ne lui apporte aucun nouveau titre : Sale est éliminé de la H-cup dès la phase de poules et le club anglais rate les play-offs de la Guinness Premiership en terminant seulement dixième de la phase régulière.

La saison de championnat suivante marque un progrès, avec notamment des victoires à domicile contre les meilleures écuries. Une défaite à domicile lors de la dernière journée de la phase régulière prive toutefois Sale de phase finale : le club termine cinquième, mais se qualifie pour la grande Coupe d'Europe. Cette même année le club anglais fait un bon parcours en Challenge européen. En quart de finale contre le CA Brive, Chabal marque le premier des six essais anglais et se blesse au genou sur une charge en force qui échoue aux abords de la ligne d'essai. Cette blessure l'écarte des terrains pendant un mois et il manque la demi-finale que son club perd contre Bath Rugby. Sébastien Chabal signe en décembre 2007 un nouveau contrat de deux ans avec le club anglais.

La phase de poule de Coupe d'Europe de rugby à XV 2008-2009 oppose Sale au Munster et à l'ASM Clermont ; le parcours des Irlandais prive Sébastien Chabal de phase finale et de couverture médiatique,. À l'automne et pour la fin de la saison, Saint-André le repositionne au poste de deuxième ligne. Lors de la phase régulière de championnat, Sale est encore en course pour une place en demi-finale à l'avant-dernière journée lors de laquelle le joueur marque un essai important qui apporte le bonus offensif au club, assurant du même coup une place européenne pour les Sharks,. Mais malgré une victoire bonifiée lors de la dernière journée, le club échoue aux portes des play-off à la cinquième place du classement ce qui met un terme à la saison de Chabal. Philippe Saint-André est annoncé partant, avec Jason Robinson comme successeur. Sa famille revenue en France depuis septembre 2008, le joueur souhaite les rejoindre et ainsi, revenir jouer en France,.

Après cinq années, Sébastien Chabal est un joueur respecté et apprécié à Sale en particulier, et dans le championnat anglais en général. Fin avril, il officialise son transfert pour trois années au Racing Métro 92. Le club francilien, qui évoluera en Top-14 lors de la saison 2009-2010, entreprend en effet une politique de recrutement audacieuse avec, outre Chabal, les signatures de Lionel Nallet ou du Sud-africain François Steyn.

Il honore sa première cape internationale en équipe de France le 4 mars 2000 contre l'équipe d'Écosse après avoir été retenu dans le groupe des 23 joueurs quelques jours plus tôt par le sélectionneur Bernard Laporte. Sébastien Chabal, vingt-deux ans, compte alors seulement quelques dizaines de matchs au plus haut niveau en Championnat de France de rugby à XV et cette première sélection pour le Tournoi est sans lendemain. Il est rappelé plus d'un an après, en juin 2001, pour disputer les trois test matchs contre l'Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande lors de la tournée d'été du XV de France. Il fait également partie de la tournée d'automne en novembre 2001 pendant laquelle il joue la rencontre contre les Fidji. Bernard Laporte ne fait pas appel à lui pour le Tournoi des six nations 2002 quelques mois après. Chabal fait de nouveau son retour dans la sélection nationale pour la tournée estivale de juin 2002 contre l'Argentine et l'Australie. Il reste alors dans le groupe de Bernard Laporte pour les rencontres de novembre 2002 et pour le Tournoi 2003. Il n'est pas titularisé par le sélectionneur mais rentre en cours de match contre l'Angleterre, l'Écosse et l'Irlande.

Il est retenu en Australie pour la Coupe du monde 2003 et joue la « petite finale » pour la troisième place face aux All Blacks. Malgré la défaite sans appel 40-13 des Français, les Bleus font jeu égal pendant les cinquante premières minutes grâce à une très bonne défense dans laquelle Chabal joue les premiers rôles. Pendant la compétition, ne comprenant pas pourquoi Bernard Laporte ne le titularise pas, il critique frontalement le sélectionneur à ce sujet ce qui lui vaut une nouvelle mise à l'écart de l'équipe nationale pendant près de deux ans. Il n'est donc pas retenu pour participer au Tournoi des six nations 2004 et il ne prend pas non plus part aux deux tournées en juin et novembre, marquant une année 2004 sans aucune sélection. La troisième ligne en place est formée par Olivier Magne, Serge Betsen et Imanol Harinordoquy qui, ensemble, remportent le grand chelem 2002 et 2004. Chabal fait un nouveau retour sous le maillot bleu pour deux rencontres du Tournoi 2005 puis deux autres lors de la tournée d'automne, sans réussir toutefois à devenir un titulaire indiscutable au sein de l'équipe. Il disparaît à nouveau des projets du sélectionneur et n'obtient aucune sélection en 2006.

Il revient en 2007, d'abord lors du Tournoi des six nations 2007, puis pour la tournée d'été. Lors des test matchs contre les All Blacks, il marque les esprits avec un remarquable plaquage sur Chris Masoe, et, porteur du ballon, d'un tampon sur Ali Williams à qui il brise la mâchoire,. En juin 2007, Sébastien Chabal est finalement sélectionné par Bernard Laporte pour la Coupe du monde 2007 au poste de deuxième ligne, alors que son poste habituel avec les Sale Sharks est troisième ligne centre. Le sélectionneur justifie ce choix quelque peu inattendu lors de la conférence de presse qui suit l'annonce des 30 joueurs retenus : « En troisième ligne, il manque un peu de rugby comparé à un Harinordoquy. En deuxième ligne, il pourra se concentrer sur ce qu'il aime : le combat, les rucks ». Chabal confirme aussitôt les attentes de Bernard Laporte lors des deux matchs de préparation contre l'Angleterre au mois d'août. Il marque notamment un superbe essai après avoir évité deux joueurs anglais et résisté au plaquage d'un troisième avant d'aplatir dans l'en-but. Pour sa deuxième participation à une Coupe du monde, il est le remplaçant de Fabien Pelous et ne rentre qu'en milieu de seconde mi-temps pour le match d'ouverture contre l'Argentine. Il devient titulaire pour le second match contre la Namibie au cours duquel il marque deux essais, dont un à l'issue d'une charge spectaculaire au travers de la défense adverse. Il participe ensuite à la victoire importante contre l'Irlande qui assure la qualification de la France pour les quarts de finale. Pour les deux rencontres suivantes de la phase finale,, il redevient le remplaçant de Fabien Pelous afin de jouer le rôle d'impact player qui lui sied et amener de la puissance en seconde mi-temps. Après l'euphorie de la victoire contre les All Blacks, survient l'élimination en demi-finale contre le XV de la Rose : Chabal quitte le terrain en pleurs. Après le match, il est convoqué devant la commission de discipline pour avoir effectué un plaquage dangereux sur Simon Shaw. Mais aucune sanction disciplinaire n'est prise et il peut participer au match pour la troisième place face à l'Argentine.

Après l'aventure du mondial, Chabal fait une nouvelle pause forcée avec l'équipe nationale. Le nouveau sélectionneur Marc Lièvremont décide de ne pas le retenir pour le Tournoi des six nations 2008. Il le rappelle par contre pour la tournée estivale dans l'hémisphère sud en juin 2008 et celle de novembre au cours de laquelle il dispute les rencontres contre les Australiens et une sélection des îles du Pacifique. Marc Lièvremont, agréablement surpris par l'état d'esprit de Chabal et par ses performances en deuxième ligne, le conserve pour un stage de préparation début 2009 et pour le tournoi des six nations 2009. Lors du premier match contre l'Irlande, il est critiqué pour être trop souvent disponible au large et absent dans le combat au près. Lors de la lourde défaite contre l'Angleterre, placé en troisième ligne aile, il cristallise l'essentiel des critiques à l'encontre de l'équipe. Cependant, Lièvremont prend sa défense en s'estimant responsable de la mauvaise prestation du joueur pour l'avoir repositionné en troisième ligne. Le sélectionneur lui garde donc toute sa confiance et le reconduit, cette fois en deuxième ligne, pour le dernier match du tournoi que les Français revanchards remportent largement 50-8 contre les Italiens.

Son style de jeu et son physique atypique lui valent de nombreux surnoms. À l'époque où il évolue à Bourgoin-Jallieu, il est surnommé « Cartouche » en raison de son talent pour administrer des plaquages particulièrement puissants, appelés familièrement des « cartouches ». Dans le championnat anglais, ses coéquipiers de Sale le surnomment « Sea Bass » (loup de mer) en référence également à son diminutif « Sébas ». Lors de la tournée d'été de juin 2007, les médias néo-zélandais reprennent les propos d'Andrew Sheridan, son coéquipier à Sale, et l'appellent « Caveman » (« l'homme des cavernes »), en hommage à sa bravoure et à son apparence (barbe et cheveux longs). Les journalistes anglais le surnomment The French Beast.

L'Anesthésiste et même Attila, sont également employés. Interrogé sur la question de son apparence, Sébastien Chabal déclare n'avoir jamais cherché à se donner un style particulier : « Lorsque je suis arrivé à Sale, je parlais peu anglais, je n'étais pas à l'aise pour aller chez le coiffeur… Comme en plus je n'avais pas le courage de me raser le matin… Voilà, mon look n'est pas du tout un calcul, c'est venu comme ça ! ».

Sébastien Chabal est l'un des sportifs les plus populaires de France depuis la préparation de la Coupe du monde de rugby à XV 2007. Il cherche donc à profiter de sa popularité pour augmenter significativement ses revenus en signant des contrats publicitaires. Il s'attache les services de Carine Rossigneux début 2007 avec laquelle il multiplie les opérations publicitaires pour des entreprises privées. Il passe notamment plusieurs contrats pour représenter un parfum masculin de la marque Caron, pour vanter les automobiles Seat, la mutuelle Smatis et les vins XXL. En 2008, il signe un contrat avec le groupe Poweo pour lequel il est représenté dans un clip animé en train de se recharger en énergie en mettant ses doigts dans une prise électrique. La vidéo fait très vite scandale auprès des internautes qui la considèrent comme un très mauvais exemple à donner aux enfants. Sous la pression du Bureau de Vérification de la Publicité, Poweo stoppe sa diffusion et la retire de tous les sites le 15 octobre, une semaine seulement après sa parution,.

La professionnalisation du rugby à XV entamée en 1995 avec Jonah Lomu s'est poursuivie et même accentuée dans les années 2000. Les sportifs voient alors leur statut évoluer et le monde du rugby à XV basculer vers un business de plus en plus important. Jonny Wilkinson est recruté par Adidas. Sébastien Chabal s'est d'ailleurs engagé en 2006 pour quatre ans avec l'équipementier Puma.

En parallèle à ces contrats publicitaires, le joueur tente également de profiter de sa popularité en lançant sa propre marque de vêtements. Ruckfield, nom inspiré du mot anglais ruck désignant la mêlée ouverte, est une ligne de vêtements masculins commercialisée en partenariat avec le groupe Norprotex. Il lance la vente officielle de sa marque aux Galeries Lafayette à Paris le 7 mars 2009 et déclare que cette opération n'est pas anodine mais s'insère dans un possible projet de reconversion : «  Et oui on commence à préparer l’après-rugby. J’ai eu 31 ans il y a quelques mois donc c’est peut-être une idée de reconversion ».

Grâce à tous ces contrats, Sébastien Chabal devient le rugbyman français le mieux payé. En 2007, ses revenus atteignent un total de 620 000 euros avec 300 000 euros de salaire, 120 000 euros de primes obtenues avec l'équipe de France et 200 000 euros provenant des contrats publicitaires. Il devance Fabien Pelous (600 000 euros) mais reste loin derrière les cinquante sportifs français les plus rémunérés, tous à plus de deux millions d'euros. Un an plus tard, il reste le numéro un du rugby français avec 1,5 millions d'euros de revenus en 2008, devant Frédéric Michalak (600 000 euros) mais il n'est toujours pas présent parmi le top 50 des sportifs français où l'entrée est fixée à 2,4 millions d'euros.

En février 2009, Clint Eastwood rencontre son agent pour discuter de ses disponibilités en vue de le faire tourner dans son prochain film, The Human Factor, aux côtés de Morgan Freeman et Matt Damon,. Le réalisateur américain envisage de tourner une grande fresque consacrée à la fin de l'apartheid en Afrique du Sud dans laquelle il veut inclure le succès des Springboks lors de la Coupe du monde 1995. Dans ses plans, Sébastien Chabal doit y incarner un des joueurs de rugby de l'équipe championne du monde, mais l'idée n'aboutit pas en raison du calendrier trop chargé du joueur. En revanche, celui-ci tente une autre expérience avec le monde du cinéma en s'engageant à prêter sa voix au yéti d'un dessin animé dont la réalisation aura lieu en 2010.

Ses différentes prestations rugbystiques lui valent également de nombreux témoignages de la part de ses admirateurs. Ainsi, les vidéos présentant ses plaquages laissant les commentateurs anglophones incrédules – et ses adversaires du moment plutôt mal en point – fleurissent-elles sur Internet. Une chanson a même été créée en son honneur. Lors du match Australie-Fidji le 23 septembre 2007, deux spectateurs portant barbes noires et cheveux longs postiches, un string et un drapeau occitan pénètrent sur la pelouse du stade de la Mosson de Montpellier sous les acclamations des 32 000 spectateurs. Ils sont condamnés quelques jours après à trois mois d'interdiction de stade. Toute cette effervescence du public autour du joueur, communément appelée la « Chabalmania », surprend quelque peu l'intéressé puisqu'il déclare : « Normalement, un sportif est reconnu quand il gagne un trophée, un titre, une compétition, une médaille... quelque chose, quoi ! Moi, je n'ai rien de tout cela. ». Son statut d'homme public s'accompagne d'une sollicitation forte de la part des médias qui profitent de la moindre occasion pour obtenir quelques mots de l'intéressé. Celui-ci n'aime pas beaucoup les interviews et use parfois de répliques cinglantes pour couper court aux questions des journalistes comme pendant la Coupe du monde 2007, lorsqu'il répond à un journaliste lui demandant la permission de lui poser une question en anglais : « No. We are in France, we speak french. ».

Le 1er avril 2008, pour le traditionnel canular des médias, Chabal est annoncé partant en fin de saison. Selon l'information, il devrait quitter son club de Sale pour signer un contrat de 15 millions de dollars pour trois ans dans le club de football américain des New England Patriots en NFL, ce qui correspondrait au cinquième salaire de la compétition.

Dans un tout autre domaine, sa notoriété lui ouvre les portes des Enfoirés 2009, édition à laquelle il est invité et à laquelle il participe au même titre que les autres artistes sur scène,. De la même façon, la notoriété du joueur grandissant, la figure de Sébastien Chabal fait plusieurs apparitions remarquées dans l'émission satirique Les Guignols de l'info, diffusée sur la chaîne française Canal+. À l'occasion de la Coupe du monde 2007, la marionnette du joueur y est présentée avec le masque et la camisole de force d'Hannibal Lecter, en référence au personnage littéraire et cinématographique adepte du cannibalisme. Plus tard, sa marionnette conserve les habitudes d'un être sanguinaire ou adopte les caractéristiques du personnage de BD Obélix.

En une dizaine d'années, Sébastien Chabal s'est construit un palmarès honorable avec un titre de champion d'Angleterre, un Tournoi des six nations, un Challenge européen et deux quatrièmes places en Coupe du monde.

Depuis 1998, Sébastien Chabal a disputé 44 matchs en compétition européenne de club (Challenge européen ou Coupe d'Europe) au cours desquels il a marqué 13 essais, tous inscrits depuis 2003. Il a notamment participé à cinq Coupes d'Europe. Il a toujours évolué au plus haut niveau en championnat national, tant en France qu'en Angleterre, avec un statut de titulaire.

Depuis 2000, Sébastien Chabal a disputé 47 matchs avec l'équipe de France au cours desquels il a marqué 6 essais. Il a notamment participé à cinq Tournois des six nations (2000, 2003, 2005, 2007 et 2009) et deux Coupes du monde (2003 et 2007).

Suivi des modifications de l'article depuis la proposition.

En haut



La France dans la Coupe du monde de rugby 2007

Corleto courant vers l'essai

L’équipe de France de rugby à XV faisait partie des favoris pour la victoire finale lors de la Coupe du monde de rugby 2007 qu’elle disputait sur son territoire. Après avoir été battue en demi-finale par l'Angleterre (14-9) puis par l'Argentine lors de la finale pour la troisième place (34-10), elle termine quatrième.

Au mois de juin, l’équipe de France dispute deux matches en Nouvelle-Zélande, qu’elle perd très largement (11-42, 10-61), et s’attire les critiques pour n’avoir pas envoyé ses meilleurs joueurs. De fait, une bonne partie d’entre eux étaient mobilisés par les demi-finales et finale du Top 14 qui se déroulaient au même moment, et seuls quatre hommes, évoluant en Angleterre ou à Perpignan, absent de la phase finale du championnat, seront finalement sélectionnés pour la Coupe du monde (Raphaël Ibañez, Sébastien Chabal, Nicolas Mas et Sébastien Bruno).

La liste des 30 joueurs retenus est annoncée dès le 14 juin 2007, ce qui est très tôt par rapport aux autres équipes. Bernard Laporte a expliqué qu’il souhaitait mobiliser les joueurs très vite et éviter les incertitudes qui auraient pour risque de les fragiliser psychologiquement .

«Cela a été difficile. C’est un crève-cœur de nommer 30 noms alors que sur la saison, il y en a qui ont fait tellement d’efforts…» déclare Jo Maso, manager général de l’équipe de France .

Comme toujours, les choix ont donné lieu à débats et polémiques. Laporte parle de « logique » et de « complémentarité » pour les justifier. La répartition entre 17 avants pour seulement 13 arrières est motivée par l’intensité prévue des contacts dans le combat et la conquête, qui nécessitera l’injection de « sang frais » dans ce secteur du jeu en cours de match. De ce fait, certains arrières sont choisis en fonction de leur capacité à occuper différents postes. C’est pourquoi un seul arrière de métier, Clément Poitrenaud, est retenu, le staff expliquant que ce poste pouvait être occupé également par deux ailiers, Christophe Dominici et Cédric Heymans. Cette polyvalence autorise les sélectionneurs à retenir deux autres ailiers, Aurélien Rougerie et Vincent Clerc. Dans le même ordre d’idée, David Skrela, retenu comme ouvreur, peut aussi jouer centre, tandis que Frédéric Michalak peut évoluer à la mêlée et à l’ouverture.

La sélection de Sébastien Chabal en deuxième ligne, lui qui évolue depuis toujours troisième ligne, fait couler beaucoup d’encre. D’abord parce qu’il est difficile de changer ainsi de poste sans l’avoir jamais fait en club, ensuite parce qu’elle se fait au détriment de Pascal Papé, pourtant nommé capitaine du XV de France pour la difficile tournée en Nouvelle-Zélande du début juin, et régulièrement retenu depuis trois ans. Chabal peut couvrir la deuxième et la troisième ligne. Outre Papé, Thomas Castaignède, Dimitri Yachvili et Florian Fritz font partie des grands absents de la liste. Castaignède paye un physique jugé frêle, Yachvili une fin de saison en demi-teinte, et Fritz son manque de forme.

Une « liste cachée », mal nommée puisqu’elle fut rendue publique elle aussi, contenait les noms de onze joueurs susceptibles d’être appelés en cas de blessure.

Deux blessures graves vont venir modifier la donne. Tout d’abord, le troisième ligne centre de Clermont Elvis Vermeulen se blesse au dos lors de la finale du Top 14 avec son club. La hernie discale qui est diagnostiquée le contraint à renoncer, et le 18 juin, Thierry Dusautoir est appelé pour le suppléer.

Pascal Papé prend très mal la chose. Déjà déçu d’avoir été écarté de la liste de départ, il doit en plus accepter de n’être même pas appelé comme remplaçant, alors qu’il aurait logiquement pu s’attendre à ce que Sébastien Chabal soit replacé en troisième ligne, lui-même prenant la place ainsi libérée en deuxième ligne. Il déclare au Progrès de Lyon : « J'ai vraiment pris une grande claque dans la gueule. Je suis tombé des nues… J'ai l'impression d'avoir été pris pour un con ! ».

D’autre part, Sylvain Marconnet s’était donné une fracture du tibia en faisant du ski en famille début mars, mais avait quand même été inclus, le staff comptant sur un rétablissement possible de son meilleur pilier. Ce genre de blessure nécessitant environ 5 à 6 mois de convalescence, Marconnet aurait pu être sur pied début septembre. Mais malgré tous ses efforts, une fracture de fatigue survenue mi-août le contraint finalement au forfait. Nicolas Mas, qui avait été appelé en renfort le 6 août pour préparer cette absence possible et permettre les entraînements en mêlée, intègre officiellement la liste des 30 le 20 août.

Les joueurs français s’installent au Centre national du rugby de Linas-Marcoussis à partir du 30 juin, pour onze semaines de préparation intense, notamment au plan physique.

Ils disputent trois rencontres amicales qui se soldent par trois victoires (21-15, 22-9, contre l’Angleterre et 34-7 contre le Pays de Galles). Lors du dernier match, les sélectionneurs titularisent l’ailier de Toulouse Cédric Heymans au poste d’arrière.

La France dispute quatre matches préliminaires dans la Poule D.

L'équipe de France l'emporte largement face à une équipe de Namibie réduite à quatorze joueurs dès la 19e minute de jeu (expulsion de Nieuwenhuis pour brutalité).

La France joue sans Fabien Pelous qui s'est blessé lors du match contre la Namibie. Elle l'emporte après avoir dominé pendant la majeure partie du match, grâce à deux essais de Vincent Clerc, consécutifs à deux passes au pied de Frédéric Michalak et Jean-Baptiste Elissalde, et cinq pénalités marquées par Jean-Baptiste Elissalde.

Le 6 octobre 2007, la France affronte les All Blacks en quart de finale à Cardiff. La France était donnée comme outsider et le nombre de supporters français atteignait les 7 000 dans le stade contre 25 000 supporters néo-zélandais.

Une polémique concernant les maillots éclate pendant la semaine précédant la rencontre. Vainqueur du tirage au sort, les Français obtiennent le droit de jouer dans leur maillot, bleu foncé. Or, lors de leur match précédent, les Néo-Zélandais avaient utilisé leur deuxième maillot, gris et noir, qui s'était confondu avec celui marine et blanc de leurs adversaires, les Écossais, et la confusion risquait de se reproduire. Les Néo-Zélandais refusent dans un premier temps tout arrangement, et demandent même à ce que les Bleus jouent en blanc, couleur de leur tenue de rechange, ce qu'ils refusent. Après plusieurs jours de tractations, il est décidé que la France évoluera en maillot bleu, short blanc, bas blancs, et les Néo-Zélandais en maillot gris, short et bas noirs.

Bernard Laporte choisit de titulariser Damien Traille à l'arrière, poste que le centre de Biarritz n'a presque jamais occupé de sa carrière, et à l'ouverture le jeune Lionel Beauxis, 21 ans, malgré sa faible expérience. Il compte utiliser leur très long jeu au pied afin de maintenir les All Blacks dans leur camp au maximum et de trouver des touches lointaines pour limiter les possibilités de relance, point fort notamment de leurs ailiers Rokocoko et Sivivatu.

Le match se déroule en présence du Président de la République française Nicolas Sarkozy, du Premier ministre français François Fillon et du Premier ministre néo-zélandais Mme Helen Clark.

Avec 16 sélections, le capitaine des Bleus Raphaël Ibañez devient le joueur français le plus capé en phase finale de Coupe du monde, détrônant Fabien Galthié et Abdelatif Benazzi (15).

Après les hymnes, les Néo-Zélandais entament leur haka, le classique ka mate, mené par le pilier Carl Hayman. Au lieu de rester à distance, les Français viennent les défier sur la ligne médiane, à moins d'un mètre, les yeux dans les yeux. Les joueurs français alignés portent trois types de T-shirts, rouges, blancs et bleus, qui forment un gigantesque drapeau français, manière de marquer leur territoire face aux All Blacks. « On voulait montrer qu'on était fiers des couleurs de notre pays » (Raphaël Ibañez après le match).

Cinq minutes après le coup d'envoi, Serge Betsen, le meilleur plaqueur de l'équipe, est sonné après un plaquage sur Joe Rokocoko. Il est remplacé par Imanol Harinordoquy, qui glisse en no 8, tandis que Julien Bonnaire remplace Betsen en position de troisième ligne aile. Les All Blacks dominent et prennent le score par un essai de McAlister (17'), transformé par Daniel Carter et deux pénalités du même Carter (13', 30'). Les Français Beauxis et Elissalde manquent chacun une pénalité. À la mi-temps, le score est de 3-13, après une pénalité de Beauxis, 40', 3-13).

Luke McAlister est expulsé pour 10 minutes suite à une obstruction (coup d'épaule volontaire sur Yannick Jauzion) à la 45e minute. Outre la pénalité réussie par Beauxis suite à cette faute (6-13, 45'), les Bleus profitent de cette supériorité pour inscrire un premier essai de mouvement par Thierry Dusautoir, transformé par Jean-Baptiste Ellissalde (13-13, 54'). Les Néo-Zélandais reprennent l'avantage par un essai Rodney So'oialo (13-18, 63'). McAlister manque la transformation.

L'essai marqué par Yannick Jauzion à la 68e minute, transformé par Elissalde, a suscité une polémique parmi les Néo-Zélandais, visant principalement l'arbitre Wayne Barnes. La percée de Frédéric Michalak aboutissant à l'essai de Jauzion s'est déroulée alors que le demi d'ouverture français a bénéficié d'une passe en-avant du centre Damien Traille, non sifflée par Wayne Barnes. Cet essai controversé permet à la France de remporter le match.

Pour la première fois de leur histoire les All Blacks ne font pas partie du dernier carré d'une Coupe du Monde.

La possession de balle en faveur des Néo-Zélandais atteint 73%/27%. La France a effectué 197 plaquages, soit environ un tiers de plus que la moyenne constatée en match international. 19 ont été ratés, soit un taux de réussite de plus de 90%. Le meilleur plaqueur du match est Thierry Dusautoir (33). A l'inverse, les All Blacks n'ont plaqué que 47 fois, dont 11 plaquages ratés, soit 76% de réussite.

Les Français ont été sanctionnés par deux pénalités, toutes en première mi-temps, contre huit concédées par les All-Blacks.

Les Français ont gagné 9 mêlées contre 5, avec une seule introduction perdue. En touche, ils ont perdu six de leurs propres lancers, contre un seul aux All Blacks.

La France l'emporte pour la première fois depuis le 18 novembre 2000 contre les All Blacks (42-33 à Marseille).

Dans le cadre de la coupe du monde de rugby, c'est la 4e confrontation entre les deux équipes. Les compositions des deux équipes sont inchangées par rapport aux quarts de finale, y compris les remplaçants. Depuis 1999, les oppositions entre équipes de France et d'Angleterre ont donné un bilan équilibré avec sept victoires et sept défaites, toutefois la France a gagné 5 de leurs 6 dernières oppositions (voir France-Angleterre en rugby à XV). Lors de la précédente coupe du monde, en 2003, les deux équipes s'étaient aussi rencontrées en demi-finale et les Anglais avaient gagné sur le score de 24 à 7. Les Anglais marquent le seul essai du match après 79 secondes de jeu sur une erreur de l'arrière français, Damien Traille. Les Français prennent ensuite l'avantage au score grâce à des pénalités réussies par Lionel Beauxis (9-5). Jonny Wilkinson réussit ensuite deux pénalités et un drop, permettant au XV de la rose de l'emporter sur le score de 14 à 9 et de se qualifier pour la finale.

Les Argentins confirment leur supériorité face aux Français en remportant la petite finale, après avoir aussi battu le XV de France lors du match d'ouverture de la coupe du monde (17 à 12). Ils dominent la rencontre en marquant cinq essais, contre un seul pour les Français. Ces derniers enregistrent leur 3e défaite et terminent cette coupe du monde à la quatrième place. Les Argentins confirment leurs progrès et leur nouveau statut d'équipe majeure dans le monde du rugby à XV, qui ne les a toujours pas intégrés à une grande compétition annuelle (Tournoi des six nations, Tri-nations).

En haut



Tournoi des six nations 2007

England-Scotland-3-2-07-CC-1.jpg

Le tournoi des six nations 2007 s'est déroulé en février et mars 2007. La France l'emporte comme l'année précédente devant l'Irlande qui gagne la triple couronne comme lot de consolation.

C'est la huitième édition du Tournoi des six nations qui oppose six équipes depuis que l'Italie a rejoint la compétition en 2000.

Contrairement à bien d'autres compétitions de rugby à XV, le tournoi des 6 nations n'a pas adopté de système de points bonus. Les vainqueurs reçoivent deux points, un pour un match nul, aucun pour une défaite.

La compétition 2007 se déroule comme chaque année : sur cinq journées en février et mars, les six nations participantes affrontent toutes les autres, avec un total de quinze matchs ; trois équipes ont l'avantage de jouer à domicile, mais cet avantage change à chaque édition. Si une équipe gagne ses cinq matchs, elle remporte le Grand Chelem en plus du titre de champion.

L'équipe d'Irlande était favorite du tournoi, étant une des seules équipes ayant un bilan favorable lors de ses test matchs d'automne. Cependant, après avoir pourtant bien démarré à Cardiff (19-9), les Irlandais perdent 20-17 face à la France lors de leur tout premier match à Croke Park. L'Angleterre et la France restaient alors les seules équipes capables de remporter le Grand Chelem.

La troisième journée vit l'équipe d'Italie remporter sa toute première victoire à l'extérieur de son histoire (8 ans dans le tournoi), en inscrivant trois essais transformés en six minutes, puis préserver le score à 37-17. Le même jour, la défaite de l'Angleterre à Croke Park 43-13 est le pire résultat jamais obtenu par l'Angleterre dans le tournoi, tant au nombre de points pris, qu'au nombre de différence de points (30 points).

La quatrième journée est marquée par la victoire des Irlandais en Écosse, ce qui leur permet de remporter la triple couronne, et la deuxième victoire de l'Italie dans ce tournoi (sa meilleure performance dans un Tournoi des six nations). La défaite des Français à Twickenham ne leur permet plus de réaliser un Grand Chelem.

Le vainqueur du tournoi sera désigné lors de la cinquième journée car trois équipes sont à égalité au classement provisoire avec six points, la France devançant l'Irlande et l'Angleterre à la différence de points (+42 contre +38 et +13).

Lors de la dernière journée, l'Irlande joue le premier match contre l'Italie et le gagne par 51 à 24 (+27), leur différence de points passe donc à +65. Pour gagner le tournoi, la France doit donc battre l'Écosse de 24 points et l'Angleterre battre le Pays de Galles de 52 points. Le second match est celui de la France contre l'Écosse, à la mi-temps, l'équipe de France gagne de seulement 6 points (20-14) et à la 79ème minute le score de 39-19 laisse la victoire à l'Irlande à 4 points près avant qu'Elvis Vermeulen ne marque un essai qui sera transformé et qui permet aux français de passer devant les irlandais (+69 contre +65). L'Angleterre doit donc remonter 56 points, mais le Pays de Galles qui n'avait pas encore gagné de match, se réveille et gagne. L'Angleterre perdant, abandonne donc la victoire finale dans le tournoi à l'équipe de France.

Le match voit une domination des Français, concrétisée à la marque par cinq essais, dont deux de Sébastien Chabal qui fait son retour dans le XV de France. Christophe Dominici marque son 22e essai en équipe de France et se rapproche de Christian Darrouy au palmarès des meilleurs marqueurs d'essais français.

Jonny Wilkinson a été rappelé en sélection nationale, quatre ans après son drop victorieux dans la dernière minute des prolongations de la finale de coupe du monde 2003. Entre blessures de l'épaule, du bras droit, des ligaments, son retour - dont l'entraineur émettait des doutes quand à ses réelles chances de réussite, est parfaitement réussi : Il transforme deux essais, inscrit un drop, cinq pénalités, et un essai, portant donc à 27 son total de points dans la rencontre. Alors qu'il avait annoncé sa retraite internationale en 2005, Jason Robinson revient dans la sélection anglaise et inscrit 2 essais.

Victoire à l'extérieur des Irlandais qui marquent trois essais alors que les Gallois doivent se contenter de 3 pénalités.

Deux changements sont effectués dans l'équipe de la Rose, par rapport au 1er match, avec les rentrées de l'arrière Iain Balshaw et du flanker Nick Easter. Il y a six changements dans l'équipe d'Italie avec les entrées de Kaine Robertson (14), Alessandro Troncon (9), Maurizio Zaffiri (7), Martin Castrogiovanni (3), Carlo Festuccia (2) et Andrea Lo Cicero (1).

Le match est d'une qualité moyenne, plutôt dominé par les Italiens en deuxième mi-temps. Une fois de plus la marque côté anglais est assurée par ses deux anciens : Jonny Wilkinson et Jason Robinson.

Quatre changements sont effectués côté gallois avec la rentrée de trois Jones (Mark, Adam et Duncan) et de Robert Sidoli. Il y a trois changements dans l'équipe d'Écosse avec la titularisation de Rob Dewey, Scott Murray et de Phil Godman.

Malgré une nette domination, les Écossais ne marquent pas d'essais, leur succès est obtenu pas sept pénalités réussies de Chris Paterson.

Cinq changements sont effectués dans le XV de France par rapport au 1er match avec la rentrée de Sylvain Marconnet, Pascal Papé, Imanol Harinordoquy, David Marty et Vincent Clerc qui prennent la place respectivement de Olivier Milloud, Jérôme Thion, Julien Bonnaire, Florian Fritz et Cédric Heymans.

Il y a deux changement dans le XV irlandais, Brian O'Driscoll et Peter Stringer sont tous les deux blessés et sont remplacés par Geordan Murphy (Shane Horgan passant au centre) et Isaac Boss.

Match très disputé entre deux équipes très proches l’une de l’autre, les Français l'emportent en marquant deux essais contre un aux Irlandais, dont un en fin de match par Vincent Clerc qui donne la victoire aux Bleus.

Première victoire de l'Italie à l'extérieur dans le cadre du tournoi des six nations. L'Italie marque quatre essais dont trois au cours des 6 premières minutes de jeu à la suite d'interceptions.

Pour son premier match contre les Anglais à Croke Park, l'Irlande bat l'Angleterre en battant le record d'écart de points entre les deux équipes (+30).

Les Gallois mènent au score (14-3), avec deux essais de Popham et Shanklin, puis sont dépassés par les Français qui marquent deux essais dont un par Christophe Dominici auteur d'une percée entre plusieurs Gallois.

Dominici rejoint Christian Darrouy au classement des meilleurs marqueurs d'essais français (voir Équipe de France de rugby à XV).

L'Irlande remporte la triple couronne, tous les points irlandais sont marqués par Ronan O'Gara qui est l'auteur du seul essai du match.

Pour la première fois de son histoire, l'équipe d'Italie remporte deux victoires dans le tournoi. Son succès est acquis en fin de match grâce à un essai de Bergamasco, les Gallois ont la possibilité d'égaliser avec une pénalité mais ils choisissent de faire une pénal-touche et n'ont pas le temps de jouer la touche avant la fin du match.

L'Angleterre l'emporte à l'issue d'un match très disputé, les Anglais marquent les deux seuls essais du match.

L'équipe anglaise est largement remaniée après sa défaite en Irlande, avec notamment la rentrée de Mike Catt (35 ans) qui prend les galons de capitaine.

Les Irlandais commencent le match de manière très convaincante, offrant un festival de jeu offensif face auquel les Italiens ont le plus grand mal à défendre. L'Italie évite de sombrer en première mi-temps grâce à de nombreux points au pied, mais ne fait que retarder l'échéance. Au retour des vestiaires, l'Irlande reprend rapidement l'ascendant pour enchaîner les points et avoir jusqu'à 29 points d'écart. Une réaction italienne en toute fin de rencontre permet aux Azzurri de rendre la défaite moins écrasante.

Grâce à un essai marqué à la dernière minute de jeu, les Français l'emportent par 27 points d'écart. Ils devaient gagner par plus de 23 points d'écart pour dépasser l'Irlande au classement et espérer remporter le Tournoi, avant le dernier match qui oppose un peu plus tard l'Angleterre au Pays de Galles. Les Français remportent le Tournoi devant l'Irlande à la suite de la défaite des Anglais à Cardiff.

Les Gallois dominent au début du match, puis se font remonter à la marque (18-18), ils reprennent l'avantage en fin de match grâce à deux pénalités et un drop de James Hook. Le Pays de Galles remporte son premier succès du Tournoi et les Anglais terminent à la 3e place.

En haut



Philippe Saint-André

Sébastien Chabal et Sale en Championnat d'Angleterre.

Philippe Saint-André, né le 19 avril 1967 à Romans-sur-Isère, est un joueur et un entraîneur de rugby à XV. International français, il évolue au poste de trois-quarts aile. Il est actuellement manager du club anglais des Sharks de Sale et prendra en main les destinées du RC Toulon à partir de la saison 2009-2010.

Son frère Raphaël, trois-quarts centre, a joué à ses côtés à Montferrand.

Surnommé affectueusement le Goret, cet ancien ailier reste longtemps fidèle à son club de l'ASM Clermont Auvergne avec qui il dispute en 1994 la finale du championnat de France, battu par le Stade toulousain. En 1996, il rejoint le championnat anglais à Gloucester RFC, club dont il prendra ensuite la charge en tant qu'entraîneur.

Avec le XV de France, il obtient 68 sélections dont 34 en tant que capitaine. C'est sous sa direction que le XV de France réalise l'un de ses plus beaux exploits en triomphant deux fois en Nouvelle-Zélande en test-match lors de la tournée de juin 1994. Il est à l'heure actuelle, avec 32 essais, le deuxième marqueur d'essais de l'histoire de l'équipe de France. Il est aussi le meilleur marqueur des éditions 1993 et 1995 du tournoi des cinq nations, et inscrit un total de 152 points avec l'équipe de France.

Philippe Saint-André a entraîné Gloucester, il en devient même directeur de rugby; il en fait l'un des meilleurs clubs d'Angleterre. Il rejoint le club français de Bourgoin-Jallieu avec Laurent Seigne sous la direction de Pierre Martinet et Patrick Sébastien. Débarqué en 2004 après avoir fait acte de candidature au poste de sélectionneur du pays de Galles, il retourne en Angleterre, prenant en main le club des Sale Sharks.

Philippe Saint-André signe en 2004 dans le club de la banlieue de Manchester, les Sale Sharks; il devient directeur sportif du club anglais au mois de mars 2004. Il est rejoint par Sébastien Chabal, son ancien joueur au CS Bourgoin-Jallieu. La saison 2004-2005 marque le retour au sommet des Sharks sous la houlette du technicien français. Le club anglais remporte le Challenge européen en battant la Section paloise sur un score large de 27-3. Les Sharks clôturent la saison à la troisième place du championnat et obtiennent leur ticket pour la Coupe d'Europe.

Quart de finaliste de la Coupe d'Europe de rugby à XV lors de la saison 2005-2006, Philippe Saint-André devient champion d'Angleterre 2005-2006 en dirigeant notamment Jason Robinson, Mark Cueto, Mark Taylor, Charlie Hodgson, Magnus Lund, Lionel Faure et Sébastien Bruno.

Lors de la saison 2006-2007, Philippe Saint-André et Sale jouent contre le Stade français en poule de Coupe d'Europe. La fin de saison ne lui apporte aucun nouveau titre : Sale est éliminé de la H-cup dès les phases de poule et le club anglais rate les play-off de la Guinness Premiership en terminant seulement dixième de la phase régulière.

La saison de championnat suivante est meilleure, avec notamment des victoires à domicile contre les meilleures écuries. Mais une défaite à domicile lors de la dernière journée de la phase régulière prive Sale de phase finale, le club de Philippe Saint-André termine cinquième et se contente d'une place dans la grande coupe d'Europe.

La phase de poule de Coupe d'Europe de rugby à XV 2008-2009 oppose Sale au Munster et à l'ASM Clermont; le parcours des Irlandais prive Philippe Saint-André de phase finale. Lors de la phase régulière de championnat, Sale se comporte honorablement sans se mêler à la lutte pour le titre. Philippe Saint-André est annoncé partant, avec Jason Robinson comme successeur. Sébastien Chabal et d'autres joueurs de Sale pourraient rejoindre Philippe Saint-André en France.

En haut



Chris Masoe

Chris Masoe, né le 1er mai 1979 à Savai'i (Samoa), est un joueur de rugby à XV, international néo-zélandais. Il évolue au poste de troisième ligne au sein du Castres olympique depuis le 1er novembre 2008 (1,83 m pour 106 kg).

Lors de la la tournée de l'Equipe de France de rugby en Nouvelle-Zélande en 2007, il fut la victime malheureuse d'un terrible plaquage de Sébastien Chabal qui fit le tour des écrans de télévision du monde entier. Sous l'effet de la puissance du plaquage, sa tête heurta violemment le sol, ce qui eu pour conséquence de le mettre KO. On le vit alors se relever difficilement en titubant.

Il a joué avec l’équipe de Nouvelle-Zélande de rugby à VII (2001-2002).

Il a disputé son premier test match avec les All-Blacks le 5 novembre 2005, contre l'équipe du Pays de Galles.

En haut



Sale Sharks

Logo

Les Sale Sharks est un club de Rugby à XV anglais qui évolue dans le championnat anglais de première division, la Guinness Premiership. La ville de Sale est située dans la banlieue de Manchester, mais le club joue à Stockport, dans le stade de Edgeley Park qu'il partage avec le club de football local de Stockport County F.C.

Le club, fondé en 1861, est l'un des plus vieux club du rugby anglais. Il a été tout au long de son histoire, un des principaux club du nord de l'Angleterre. Le club a fourni de nombreux joueurs internationaux, notamment pendant les années 30, la période la plus faste du club, avec des joueurs du calibre de Hal Sever (Angleterre), Claude Davey, Wilfred Wooller (Pays de Galles) et Ken Fyfe (Écosse).

Pendant les années 1990, en dépit d’un jeu attrayant fourni par l’équipe dirigée par Paul Turner, puis par son successeur John Mitchell, le club lutta pour rester dans l’élite et s’adapter aux réalités commerciales et financières du rugby professionnel. Malgré la présence de 20.000 supporters à Twickenham pour la finale de la Pilkington Cup (Coupe d’Angleterre) en 1997, le club ne réussit pas à fidéliser son public et l’attrait du club diminue inexorablement à tel point que la relégation en division inférieure semble de plus en plus probable. Mais l’arrivée d’un homme d’affaires local, Brian Kennedy, qui reprend le club à la fin de la saison 1999-2000, donna un nouveau souffle au club ainsi qu’une situation financière saine.

En ce qui concerne la direction, Peter Deakin est recruté chez l’équipe de rugby à XIII des Warrington Wolves, en tant que directeur général, pour mettre en application les méthodes qu’il avait déjà utilisé, avec réussite, chez les Bradford Bulls et aux Saracens. Cette arrivée eut un impact positif immédiat sur le club, malheureusement la maladie emporta Deakin en février 2003. Les arrivées de Kennedy et Deakin ne furent pas suivis d’un succès immédiat. En 2000 et 2001 le club lutte dans le dernier quart du classement de la Premiership.

Pour la saison 2001-02, deux anciens joueurs du club, Jim Mallinder et Steve Diamond, sont recrutés pour co-entrainer l’équipe. Sur le terrain de nombreux joueurs sont recrutés pour élever le niveau de l’équipe. Le capitaine de l’Écosse, Bryan Redpath, est rejoint par Stuart Pinkerton, Barry Stewart, Graeme Bond, Jason White et Andrew Sheridan. De même le joueur de XIII, Apollo Perelini, ainsi que Jason Robinson, l’un des meilleur joueur anglais, rejoignent également le club Ces choix furent une réussite puisque l’équipe termine seconde du championnat et se qualifie pour la première fois de son histoire en Coupe d’Europe. Dans le même temps elle remporte le Bouclier Européen (l’actuel Challenge Européen ) en battant Pontypridd en finale.

Lors de la saison 2002-03, Brian Kennedy reprend le club de football de Stockport et met alors la main sur son stade, Edgeley Park, que les deux équipes se partagent. Les Sharks quittent donc leur ancienne enceinte de Heywood Road pour un stade de plus de 10 000 places. Le club s’active aussi dans la formation, leur équipe junior, The Jets, a sorti de nombreux joueurs de talent comme Steve Hanley, Mark Cueto, Dean Schofield, Chris Jones, Andy Titterrell et Charlie Hodgson. Le club clôture la saison en quatrième position, ce qui lui ouvre les portes de la Coupe d’Europe pour la seconde année consécutive.

Après une saison 2003-04 décevante, où l’équipe finit septième du championnat et perd en finale de la Coupe d’Angleterre, Jim Mallinder et Steve Diamond quittent le club. Ils sont remplacés par l’ancien entraîneur de Gloucester et de Bourgoin, le Français Philippe Saint-André.

La saison 2004-05, marque le retour au sommet des Sharks sous la houlette de Philippe Saint-André et d’une équipe de plus en plus internationale, avec les arrivées des Français Sébastien Chabal et Sébastien Bruno ainsi que du néo-zélandais Robert Todd. Le club remporte pour la seconde fois le Challenge européen en battant la Section paloise sur un score large de 27-3. Le club clôture la saison à la troisième place du championnat et gagne son ticket pour la Coupe d’Europe. En cette fin de saison deux figures emblématiques annoncent leur retraite : Bryan Redpath et Jos Baxendell.

La saison 2005-06 est marqué par une présence encore plus importante de joueurs français, avec les arrivées de Valentin Courrent, Lionel Faure et Daniel Larrechea.

Quart-de-finaliste de la Coupe d'Europe de rugby à XV lors de la saison 2005-2006, Sale champion d'Angleterre 2005-2006. Sale compte dans son effectif Jason Robinson, Mark Cueto, Mark Taylor, Charlie Hodgson, Magnus Lund, Lionel Faure et Sébastien Bruno.

Lors de la saison 2006-2007, Sale joue contre le Stade français en poule de Coupe d'Europe; lors de la double confrontation du mois de décembre 2006, Sébastien Chabal se fait remarquer devant les caméras de la télévision inscrivant un essai remarquable: un essai de 50 mètres sur une interception d'une passe d'Augustin Pichot. Sébastien Chabal est alors retenu lors du tournoi des six nations 2007, Sale est tout de même éliminé lors des matchs de poule. Sale termine seulement dixième du classement de la phase régulière du championnat 2006-2007.

La saison 2007-2008 de championnat est meilleure, avec des victoires à domicile contre les meilleures écuries. Une défaite à domicile lors de la dernière journée de la phase régulière prive Sale de phase finale, le club de Sébastien Chabal termine cinquième et européen (la grande Coupe d'Europe).

La phase de poule de Coupe d'Europe de rugby à XV 2007-2008 oppose Sale au Munster et à l'ASM Clermont; le parcours des Irlandais prive Sébastien Chabal de phase finale et de couverture médiatique. Lors de la phase régulière de championnat, Sale se comporte honorablement sans se mêler à la lutte pour le titre. Philippe Saint-André est annoncé partant, avec Jason Robinson comme successeur. Sébastien Chabal pourrait revenir en France,.

On accède à l'article qui traite d'une édition particulière en cliquant sur le score de la finale.

En haut



Source : Wikipedia