Rosny-sous-Bois

3.4276410998695 (1382)
Posté par hal 12/04/2009 @ 09:07

Tags : rosny-sous-bois, seine-saint-denis, île-de-france, france, environnement

Dernières actualités
ROSNY-SOUS-BOIS (Seine-Saint-Denis), 19 juin 2009 (AFP) - Voile ... - La Croix
Le problème du port du niqab, ou voile intégral, est de savoir "ce qui relève de la liberté" des femmes et "ce qui leur est imposé et qui doit être combattu", a déclaré vendredi à Rosny-sous-Bois Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur et des...
Des techniques sans tranchées respectueuses des ouvrages - Environnement Online
C'est à l'occasion du 2ème Forum du forage dirigé, qui s'est déroulé mi-juin à Rosny-sous-Bois dans le cadre du salon Villes sans tranchées, que le projet de guide a été dévoilé par la FSTT. Les recommandations doivent permettre « d'assurer la sécurité...
Sans tranchée, mais pas sans exposant - France BTP
« Ville Sans Tranchée », le salon bisannuel sur les techniques et procédés de pose et réhabilitation de canalisations sans tranchée se tient les 16, 17 et 18 juin 2009 à Rosny sous Bois (93). Malgré un environnement économique peu favorable,...
Un superlogiciel pour traquer la délinquance - Le Figaro
La gestion centralisée du nouveau Périclès serait assurée par la gendarmerie, à Rosny-sous-Bois. Crédits photo : Le Figaro Mis au point par la gendarmerie, cet outil permettra aux enquêteurs de puiser rapidement dans un vaste ensemble de données,...
Asseyez-vous - Le Monde
Dernier exemple en date, l'exposition de sièges, chez Domus, le premier centre commercial voué à l'équipement de la maison, installé depuis 2006 à Rosny-sous-Bois, en région parisienne. Plus de 150 chaises de créateurs contemporains, originaires de...
Toutes les tendances de la maison sont chez Domus. - AC Franchise
Créé en 2006 à Rosny sous bois en Seine Saint Denis, il héberge toutes les grandes marques du monde de la décoration, du meuble, des arts de la table, de l'aménagement de la maison. D'Alinea à la Compagnie du Lit en passant par la franchise Carré blanc...
Une employée de Rosny victime du crash - Le Parisien
L'émotion était palpable hier chez les employés de la mairie de Rosny-sous-Bois. L'une des leurs figure au nombre des passagers de l'avion A-330 disparu lundi au-dessus de l'océan Atlantique. Sonia Elmalem, 45 ans, avait quitté l'an passé les services...
Douze propositions pour sécuriser les travaux de voierie - Batiactu
Douze propositions pour améliorer la sécurité des travaux à proximité d'ouvrages enterrés : c'est ce qu'a préconisé le comité français pour les travaux sans tranchée (FSTT) à l'occasion du salon «Ville sans tranchée» qui s'est tenu à Rosny-sous-Bois...
L'AJBF et la ville de Rosny font découvrir le Palais de justice de ... - Coordination des Berbères de France
Tout au long de l'année 2008/2009, des avocats et des juristes de l'association ont travaillé avec quatre écoles primaires de Rosny sous Bois, sur le thème de l'éducation à la citoyenneté. Ils ont animé et sensibilisé les classes de CM1 et CM2 sur la...

Rosny-sous-Bois

Carte de localisation de Rosny-sous-Bois

Rosny-sous-Bois est une ville de France, dans la banlieue Est de Paris. Les habitants de Rosny-sous-Bois s'appellent les Rosnéens.

Le lieu est connu sous divers noms selon l'époque : Redomatum, Rodoniacum en 1163 ; Rooneio, Roonio, Rodonio au XIIIe siècle ; Rosny en 1344 ; Rooniaco au XVe siècle ; Rôni en 1740.

L'existence d'un village mérovingien est attestée par des fouilles menées à côté de l'église Sainte-Geneviève.

Selon un manuscrit de 1291, Les Miracula sanctae Genovefae post mortem relatent qu’en 866, les religieux qui rapportent les reliques de sainte Geneviève de Marizy (Aisne), où la châsse de la sainte avait été abritée en 861 pour la soustraire aux Normands, s’arrêtent à Rosny-sous-Bois.

Les carrières de gypse sont exploitées dès au moins 1640 dans le secteur de la rue Rochebrune. Cette exploitation cessera dans la seconde moitié du XXe siècle, mais laissa des séquelles qui on fait s'effondrer plusieurs habitations qui se trouvaient au-dessus. L'ancienne carrière à récemment été transformée en parc municipal.

Afin de satisfaire aux besoins de logements de la commune, en pleine expansion, un office public d'habitations à bon marché est créé par décret, à la demande de la ville, le 9 mai 1926. Sa première réalisation sera un ensemble de 6 bâtiments de 6 étages, l'actuelle résidence du Général-Leclerc, inaugurée en 1933.

En juillet 1964, quelques dizaines de familles gitanes s'installent sur les contreforts de la Redoute de la Boissière. Petit-à-petit, elle s'y sédentariseront et le campement deviendra plus important et moins précaire, engendrant des relations plus ou moins tendues avec le voisinage.

De nos jours, la ville souffre d'une trop grande concentration de logements sociaux, avec une cité en centre ville, quatre dans le quartier du parc municipal et une avenue Victor Hugo, près de la nationale. Toutefois la ville est plutôt calme dans son ensemble.

La ville est située à l'est de Paris, à 5 km environ de la porte de Bagnolet. Elle s'étend sur un fond d'une vallée et sur les flancs de deux plateaux dont celui d'Avron.

Sur l'un des flancs du coteau, une petite rivière, le ru du Moleret, prend sa source à Rosny, puis devient la Molette avant de se jeter dans le Rouillon à Dugny. En raison de l'urbanisation du secteur, cette rivière a été busée et n'apparaît plus au niveau du sol.

Le territoire est également drainé, vers la Marne, par l'ancien ru de la Fontaine du Vaisseau.

Historiquement la ville s'est développée par ses cultures maraîchaires et par l'exploitation du gypse.

Il reste une entrée des carrières de gypse dans le parc Jean Decesari. L'exploitation des carrières a pris fin au début des années 90.

La ville possède depuis les années soixante dix le plus grand centre commercial du département, le centre commercial Rosny 2.

Rosny 2 est le premier centre commercial de l'est parisien en taille et en chiffre d'affaires. Il comprend notamment un hypermarché Carrefour, un grand magasin Galeries Lafayette et 190 commerces. Il a été inauguré en 1973 et rénové en 1997 L'accès s'effectue par le RER à la station Rosny-Bois-Perrier, par de nombreuses lignes de bus (le 143, le 116, le 118, le 121 et le 102) ainsi qu'au nord par l'A1/A3, à l’ouest par l'A3/A86 et au sud via l'A4/A86.

Il abrite depuis 1997 un multiplexe de 15 salles, l'UGC Ciné-Cité Rosny, 4e plus grand cinéma français en terme d'affluence, avec 2 308 000 entrées en 2004.

Depuis 2006 le nouveau centre commercial Domus a été ouvert à Rosny.Il fait partie des plus grands centres commerciaux d'Europe dédié à l'équipement de la maison.

La ligne Paris-Mulhouse fut ouverte dès 1852, et une première gare desservit Rosny en 1856. Dans les dernières années du XIXe siècle, Rosny était desservi par une petite vingtaine de trains dans chaque sens, mettant la commune à 25 minutes de Paris.

Ces lignes furent transformées en lignes d'autobus entre 1935 et 1937.

L'INSEE indique que, selon le recensement de 2005, le nombre de logements s'est accru de 6,6 % depuis 1999, passant de 16 531 à 17 618, avec une croissance significative du nombre de logements occupés par leurs propriétaires (43 % à 47 %) . En 1999, 4 124 foyers étaient logés dans un immeuble HLM . Il est prévu à densifier la population et à la faire monter jusqu'à 60 000 habitants.

Le conseil municipal est composé de trente-neuf conseillers municipaux (dont onze sont adjoints au maire), proportionnellement au nombre d’habitants. Le conseil municipal élu en mars 2008 est composé comme suit : 5 conseillers appartiennent au Parti Socialiste, 2 au parti communiste, 1 au Mouvement Démocrate, et 31 appartiennent à l'U.R.A.M.(UMP,NC et SE).

Après le nouveau recensement de l'INSEE, le Conseil Municipal devrait compter 43 membres à partir de 2014.

Pour les échéances électorales de 2007 Rosny-sous-Bois fait partie des 82 communes de plus de 3500 habitants ayant utilisé les machines à voter.

À cause des manquements aux règles de financement de sa campagne aux élections législatives de 2007 Claude Pernès a été déclaré inéligible aux élections législatives par le Conseil constitutionnel pour une durée d'un an à compter du 17 avril 2008. En effet, Pernès a essayé de contourner la législation en finançant une partie des dépenses en dehors la comptabilité obligatoire. Il excuse sa faute par un manque de connaissances de la législation, après un quart de siècle de participation active aux campagnes électorales.

D'importantes réflexions sont menées depuis les élections municipales de 2008 en vue de la création d'une communauté d'agglomération dans le centre du département et qui pourrait regrouper dix villes : Bagnolet, Les Lilas, Le Pré-Saint-Gervais, Romainville, Pantin, Noisy-le-Sec, Montreuil, Bobigny, Bondy et Rosny-sous-Bois, soit près de 440 000 habitants, ce qui en ferait la plus grosse intercommunalité d'Île-de-France. La nouvelle communauté d'agglomération pourrait être créée au 1er janvier 2010. Or, en début 2009 le maire a changé d'avis et envisage maintenant une coopération avec Montfermeil, politiquement plus proche. Ce projet avorté succède à un autre projet avorté en 2005, qui aurait pu réunir Bagnolet, Le Pré-Saint-Gervais, Les Lilas et Romainville.

Yanzhou en République populaire de Chine et de Cotonou au Bénin.

L'enseignement public de Rosny-sous-Bois dépend du Rectorat de Créteil et de l'Inspection départementale de l’Éducation nationale (6e circonscription) rue de La Boissière.

Chaque année, l'inspection départementale et les chefs d'établissements organisent des classes de découverte, en hiver (classe de neige) et au printemps (classe de campagne ou de mer).

La commune abrite un centre médico-social municipal Paul-Schmierer, regroupant cinq médecins généralistes et dix-huit médecins spécialisés, et la clinique Hoffmann. Rosny-sous-Bois compte trente-et-un médecins généralistes, soixante-neuf médecins spécialisés, et treize infirmiers et infirmières. Treize pharmacies et trois laboratoires d'analyses médicales sont à la disposition des habitants.

Culte israélite : la synagogue, rue Lavoisier.

En haut



Canton de Rosny-sous-Bois

Le canton de Rosny-sous-Bois est une division administrative française située dans le département de la Seine-Saint-Denis et la région Île-de-France.

En haut



Gare de Rosny-sous-Bois

Passerelle gare rosny.jpg

Rosny-sous-Bois est l'une des deux gares ferroviaires de la ligne Paris - Mulhouse qui desservent la commune française de Rosny-sous-Bois.

Elle n'assure qu'un service transilien.

La première gare de Rosny-sous-Bois a été inaugurée par la Compagnie des chemins de fer de l'Est en 1856.

Depuis le 30 août 1999, la gare est desservie par les trains de la ligne E du RER parcourant la branche E4 à destination de Villiers-sur-Marne et Tournan (en soirée).

En haut



Autoroute française A3

Autoroute A3, sortie Bondy nord.jpg

L'autoroute A3, tronçon de 17 km de la route européenne 15, traverse la Seine-Saint-Denis en partant de Paris à la Porte de Bagnolet, et rejoint l'A1 sur les territoires des communes d'Aulnay-sous-Bois et Gonesse, à environ 3 km en amont de la sortie desservant l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Elle permet notamment la desserte des communes de Montreuil-sous-Bois, Rosny-sous-Bois et Bondy.

Deux courts tronçons autoroutiers de moins de 3 km, numérotés A186 et A103, bifurquent de l'A3.

La première tranche de l'A3 a été ouverte à la circulation en 1969, entre la Porte de Bagnolet et Bondy.

Après l'inauguration en février 2007 de la couverture d'un tronçon de 670 m entre Bagnolet et Montreuil, un chantier pour une couverture d'une section de 220 m à hauteur de Romainville a commencé en juillet 2008. Ces chantiers ont pour but de réduire les importantes nuisances sonores de l'autoroute dans des secteurs fortement urbanisés. Ces travaux sont financés par le Conseil général de la Seine-Saint-Denis et le Conseil régional d'Île-de-France.

L’A3 est aussi E15 sur l'ensemble de son parcours.

En haut



Rosny-Rail

Le guichet

Rosny-Rail est un musée ferroviaire installé en gare de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Il s'agit d'une antenne de la Cité du train de Mulhouse et géré par une équipe de bénévoles.

Le musée s’articule autour de différents thèmes : l'histoire du chemin de fer, la voie, la signalisation, le matériel roulant, etc. Une douzaine d'espaces ont été aménagés selon un découpage thématique et chronologique des grandes fonctions ferroviaires de la fin du XIXe siècle jusqu'à nos jours.

En plus de la simple visite, les visiteurs peuvent s’essayer à la conduite d'un train sur un réseau miniature grâce à une cabine de conduite reconstituée, et effectuer une petite balade à bord d'une draisine à moteur ou à bras.

L’entrée du musée est la reconstitution d’un hall de gare rurale des années 1930, avec son guichet en bois et sa bagagerie. La salle d’attente possède un poêle à charbon. On y trouve également une balance pour les colis, des malles et des valises prêtes à être expédiées ainsi que des affiches.

Après la bagagerie, c’est la voie qui est évoquée à l’aide de coupons de rail récupérés dans la gare à la suite de travaux d’entretien. Sont présentés également de nombreux outils de cantonnier datant pour la plupart du début du XXe siècle.

Pour pouvoir être exploitées en toute sécurité, de tout temps les lignes ferroviaires ont été équipées de signaux tout comme le sont les routes.

Le musée en possède une grande collection, la plupart de type mécanique. Des panneaux explicatifs présentent le rôle de chacun d'entre eux. Néanmoins, les plus imposants et insolites sont exposés à l’extérieur du musée comme ce carré à damier de la compagnie PLM qui date des années 1860.

Le musée présente un poste d'aiguillage de type Vignier en provenance de la région de Moulins-sur-Allier, construit par la compagnie PLM. Il a été entièrement démonté puis remonté sur place au musée.

Pour initier les visiteurs à la conduite des trains, une cabine de conduite d'une ancienne rame de banlieue a été reconstituée. Elle permet de piloter un train sur un réseau miniature.

Du matériel roulant est conservé à l’extérieur, que les bénévoles s’efforcent de préserver.

Ce locotracteur électrique, construit en 1930 par la compagnie AEG, a été utilisé jusqu’en 1990 pour la manœuvre de wagons de fret dans des entrepôts industriels de La Plaine Saint-Denis au nord de Paris.

La vraie particularité de cet engin vient du fait qu’il fonctionnait avec des moteurs électriques alors que la plupart des locotracteurs fonctionnent avec des moteurs diesel.

La forme particulière de ses capots n’est pas sans rappeler celle des locomotives « Boîtes à sel » mises en service par la compagnie Paris-Orléans vers 1900 sur le tronçon reliant les gares d'Austerlitz et d'Orsay.

Sous chaque capot, se trouvaient les batteries (4 tonnes en tout) permettant d’alimenter les moteurs de traction.

Cet engin a été récupéré par l'association Rosny-Rail en 1997 et est actuellement en attente de restauration. Il existe un autre engin du même type ayant été sauvegardé par le Chemin de Fer touristique de la Vallée de l’Eure (CFVE) à Pacy-sur-Eure.

Cette draisine est issue de l’assemblage d’un châssis d’une draisine de 1950 avec une caisse (cabine) d’une draisine de 1965.

Le pupitre de conduite est positionné au centre de la cabine de façon à ce que le conducteur puisse voir dans les deux sens de marche.

Ces engins étaient utilisées pour transporter les ouvriers de la voie avec leur outils. Celle-ci a effectué sa carrière sur la région de Paris-Est ; elle était affectée au dépôt de Noisy-Le-Sec jusqu’aux milieu des années 1990. Elle fut retirée du service actif en raison de sa vitesse limitée à 60 km/h et de sa plate-forme arrière trop étroite.

Elle aussi a été récupérée en 1997 alors qu’elle était destinée à être exposée comme monument (familièrement : pot de fleur) dans la cour de son dépôt d’attache.

La draisine à bras surnommée « Lorry » a été importée par les armées américaines et britanniques lors de la « Grande Guerre », afin de transporter les officiers sur les lignes proches du front.

Ces engins ont été par la suite utilisés pour l’inspection des voies et le transport des équipes de cantonniers avec leur petit matériel. Ils furent retirés du service à cause de l’arrivée des draisines à moteur dans les années 1930.

Le châssis de cette draisine a été retrouvé en gare de Questembert, dans le Morbihan. Rapatrié à Noisy-Le-Sec, les membres du Club Ferroviaire Noiséen ont entrepris la reconstruction du châssis en bois et du système de propulsion avec l’aide du service mécanique du triage de Noisy-le-Sec. Après quinze jours de travail, l'engin était prêt pour sa première expédition de 30 km en Côte d’Or, de Recey-sur-Ource à Châtillon-sur-Seine.

Ce Lorry a effectué plusieurs sorties avec l’autorisation des services compétents de la SNCF sur des lignes fermées à tout trafic, notamment sur la Petite Ceinture de Paris.

Le 24 août 1997, il a participé à un concours de vitesse sur rail, organisé à Laupen (Suisse) par l'association « Futurebike », une association ayant pour but de promouvoir les engins motorisés par la force musculaire. Seul inscrit dans la catégorie « Engin historique », cette draisine a atteint sur 200 m une vitesse moyenne de 26,770 km/h (record toujours invaincu à ce jour).

En haut



Neuilly-Plaisance

Carte de localisation de Neuilly-Plaisance

Neuilly-Plaisance est une commune française, située dans le département de la Seine-Saint-Denis et la région Île-de-France.

Les habitants de Neuilly-Plaisance sont des Nocéen(ne)s.

La ville est édifiée sur la rive nord de la Marne, sur le flanc sud-est du plateau d'Avron, à 14 km à l'Est de Paris.

Avant la Révolution, l'emplacement actuel de la commune était occupé par le parc du château d'Avron (situé à Rosny-sous-Bois).

La commune de Neuilly-Plaisance fut créée en 1892 à partir du territoire de Neuilly-sur-Marne.

Jusqu’à la loi du 10 juillet 1964, la commune fait partie du département de la Seine-et-Oise. Le redécoupage des anciens départements de la Seine et de la Seine-et-Oise fait que la commune appartient désormais à la Seine-Saint-Denis après un transfert administratif effectif le 1er janvier 1968.

La commune est desservie par la station Neuilly-Plaisance de la ligne A du RER, et les bus 114, 116 et 127.

En haut



Source : Wikipedia