Rezé

3.3738769868561 (1447)
Posté par rachel 24/03/2009 @ 20:07

Tags : rezé, loire-atlantique, pays-de-la-loire, france, environnement

Dernières actualités
Royal et Aubry font meeting commun à Rezé - nouvelobs.com
La première secrétaire et son ancienne rivale seront présentes ce soir toutes les deux à Rezé, près de Nantes, pour mobiliser un électorat socialiste en baisse dans les sondages. Un unique meeting commun pour les Européennes minutieusement préparé....
Ce qu'il faut savoir sur la philo, à quelques heures du bac… - Ouest-France
C'est ce que nous explique Cyril Hunault, professeur de philo au lycée Notre-Dame, à Rezé (44). Une année de philo, c'est suffisant pour maîtriser la discipline ? C'est suffisant pour satisfaire aux exigences des épreuves du bac, pas pour devenir...
Bartolone: le meeting de Rezé sera celui du rassemblement - AFP
PARIS (AFP) — Le meeting PS de Rezé réunissant Martine Aubry et son ex-rivale pour la direction du parti Ségolène Royal, doit démontrer que "le temps des socialistes inaudibles parce que divisés, c'est terminé", a estimé mercredi le député fabiusien...
La résidence du Parc - ESSEClive
La Rèze est aussi le lieu de plusieurs évènements pendant l'année. Par exemple, c'est sur le parking de la Rèze que se fait l'arrivée des listes BDE. Tes coloc deviendront vite tes amis, au point même de te remettre en colocation avec eux l'année...
Meurtre "dénoncé" à Rezé : vérifications en cours - PresseOcean.fr
Selon le récit délivré, "un homme avait été tué à Rezé, mercredi soir, et son corps balancé en Loire". D'emblée, les policiers ont cherché à savoir si l'histoire était crédible. Ils y ont travaillé pendant toute la nuit. Et ce matin, les enquêteurs ont...
Aubry dans le shaker du PS - Le Point
Le meeting de Rezé, fin mai, devait relancer la machine. Enfin, espèrent les socialistes, le PS sera uni, donc conquérant. Mais les retrouvailles entre Martine Aubry et Ségolène Royal tournent court. D'abord, la rencontre arrive tard dans la campagne....
La France remporte le tournoi de Rezé - FFBB
L'Equipe de France juniors féminines a remporté ce dimanche son premier tournoi de prépration à Rezé. Les joueuses de Jérôme Fournier ont remporter leurs quatre matches du week-end et dominé en finale l'Australie 76-64. Points des Françaises : Basque...
Football : L. Delanoë et J. Lemaître de retour à Vertou - maville.com
À Rezé, aucun mouvement n'est encore officiel alors que Saint-Sébastien perd son capitaine depuis 3 ans, Jean-Philippe Goujon. Ce pur produit du GSSS (10 saisons) rejoint La Roche VF. À Orvault Sports arrivent Reagan Manda, ancien du centre de...
Unis pour Villa el Salvador - PresseOcean.fr
C'était l'ordre du jour de la rencontre organisée ce week-end à Rezé. Le maire Gilles Retière a accueilli ses homologues ou représentants venus de quatre villes étrangères : Amstelveen au Pays-Bas, Tübingen en Allemagne, Santa Coloma de Gramenet en...

Rezé

Situation de la commune de Rezé dans le département de Loire-Atlantique

Le centre de Rezé, avec la Maison radieuse, vu depuis Chantenay.

Rezé est une commune française, située dans le département de la Loire-Atlantique et la région Pays de la Loire.

C'est une commune de Bretagne, située dans le Pays nantais (pays historique). Elle a probablement donné son nom au Pays de Retz. Elle est nommée Ratiatum au Moyen Âge, Rezay à l’âge classique, Rezae en gallo (langue romane de Haute-Bretagne) et Reudied en breton moderne.

Rezé est entourée des communes de Nantes, Vertou, Les Sorinières, Pont-Saint-Martin et Bouguenais. Elle est limitée au Nord par la Loire, à l'Est par la Sèvre Nantaise et par l'Ilette, à l'Ouest par la Jaguère et au Sud par le boulevard périphérique de Nantes.

La ville est créée à l'époque romaine, la cité de Rezé étant connue sous les noms de Portus Ratiatus (port de Rezé) ou Ratiatum Pictonum Portus (port picton de Rezé). Peuplé par les Ambilâtres, peuple gaulois armoricain, Rezé était un port important sur la rive sud de la Loire et un lieu de rencontres et de commerce entre les diverses tribus celtes de la région (Vénètes, Namnètes, Ambilatres, Andécaves et Pictons).

Le pays des Ambilâtres, disputé entre Pictons, Namnètes et Vénètes fut rattaché par les romains au moment de la conquête des Gaules en remerciement de l'aide apportée par les Pictons dans le combat mené contre les Vénètes, peuple le plus puissant de l'Ouest de la Gaule. Cette cité portuaire est par la suite indiquée par Ptolémée, et par Strabon comme située à l'extrémité du territoire des Pictons, elle deviendra possession de l'Aquitaine et du Poitou lors de l'effondrement de l'Empire.

Au VIesiècle, Adelfius, successeur d'Hilaire, « évêque de l’Église des Pictons » réside dans la basilique des Champs Saint-Martin de Rezé. Le bourg de Rezé, Raciate Vicus, devient le refuge, sous protection franque, de l’évêque des Pictons quand Poitiers est soumise aux Wisigoths qui ont adopté l’hérésie arienne.

Au IXesiècle, face aux razzias Vikings, le Bas-Poitou s'organise en fief militaire sous le nom de comté d'Herbauges afin de protéger la côte poitevine (Bouin vient d'être détruite par les Normands). Rezé devient la capitale du comté d'Herbauges.

Vers le milieu du IXe, après plusieurs victoires des troupes bretonnes, commandées par Nominoé, sur les Francs et les Normands, une partie de la population franque du Pays de Retz, les Paydrets, est rattachée à la Bretagne puis au Comté de Nantes, nouvelle capitale du royaume breton.

En 851, le traité d'Angers entre Charles le Chauve et Nominoé officialise définitivement l'intégration de Rezé et des terres du Sud-Loire au royaume de Bretagne. Le destin de Rezé et sa région devient donc intimement lié à celui de Nantes à partir du IX ème siècle : appartenance de la Ville à l'Evêché de Nantes, au Pays de Retz (seigneurie crée par les Ducs de Bretagne au Sud-Ouest de la Loire), et du Royaume puis du Duché, puis de la Province de Bretagne.

En 1790, Rezé et l'ensemble du Pays de Retz sont intégrés au département de la Loire-Inférieure devenu plus tard Loire-Atlantique.

En haut, figurent les armoiries des sires de Rezay au xiiie siècle. Le bâteau d'or rappelle le passé maritime de la ville. Les hermines symbolisent l'appartenance à la Bretagne.

Devise : Respecte ton passé, assure ton avenir.

Source : Yann Vince, Rezé, histoire municipale, éditions Hérault, 1997.

Depuis les élections municipales de mars 1977, le conseil municipal a toujours été pourvu dès le premier tour de scrutin.

La ville s'était dotée d'un nouveau logotype s'inspirant largement de la "Main ouverte", sculpture de Le Corbusier, mais la fondation défendant l'héritage de l'architecte ayant fait savoir qu'elle ne souhaitait pas voir cette œuvre intégrée dans l'identité visuelle de la ville, la mairie fut contrainte de modifier le logo. L'actuel logo présente donc une vision plus élancée de la main, qui peut également représenter un bateau, présent sur le blason de la ville, ou un oiseau. La vague bleue symbolise la Loire tandis que le fond orange évoque les toits en tuiles, élément distinctif de la ville, par rapport à Nantes notamment.

Rezé conserve quelques menhirs et plusieurs moulins à vent.

L'ancien village de pêcheurs Trentemoult a gardé tout son charme et a été le cadre de tournage en 1991 de La Reine blanche, film de Jean-Loup Hubert et en 2004 de La Demoiselle d'honneur, de Claude Chabrol.

Rezé est desservie par plusieurs lignes de bus du réseau de transport en commun de l'agglomération nantaise géré par la Semitan ainsi que par deux des trois lignes du tramway nantais. Ainsi, la station Gare de Pont-Rousseau, terminus sud de la ligne 2, se trouve sur le territoire de la commune, de même que six stations de la ligne 3 : Pont-Rousseau - Martyrs ; 8 Mai ; Balinière, Château de Rezé - Place François Mitterrand ; Espace Diderot et Trocardière.

En haut



Canton de Rezé

Localisation du Canton de Rezé

Le canton de Rezé est une division administrative française, située dans le département de Loire-Atlantique et la région Pays de la Loire.

En haut



Cité Radieuse de Rezé

L'école maternelle Le Corbusier, sur le toit de la cité radieuse de Rezé

La Cité Radieuse de Rezé, située sur la commune de Rezé (Loire-Atlantique) au sud de l'agglomération nantaise, rue Théodore Brosseaud, est une résidence sous forme de barre sur pilotis où Le Corbusier a tenté d'appliquer ses principes d'architecture pour une nouvelle forme de cité, un village vertical.

Édifiée entre 1953 et 1955 , cette barre est l'une des cinq unités d'habitation construites par Le Corbusier au cours de sa carrière. Elle n'est pas identique mais sur le modèle et le même principe que la première unité construite : la Cité radieuse de Marseille.

En haut



Henri de Monti de Rezé

Henri de Monti de Rezé est un homme politique français né le 19 octobre 1874 à Paris, décédé le 20 décembre 1965 à Montjean.

Il est élu en 1906 député de Mayenne sous l'étiquette Action libérale jusqu'en 1910. Il est réélu en 1914 en tant que non inscrit, puis son mandat est renouvelé sous l'étiquette des Indépendants jusqu'en 1924.

Il devient sénateur de la Mayenne le 14 juin 1925, réélu en 1933, son mandant prend fin le 31 décembre 1941.

En haut



Margouillats de Rezé

Les Margouillats de Rezé sont un club français de football américain basé à Rezé (44).

En haut



Pays de Retz

Drapeau du Pays de Retz

Le Pays de Retz ou Pays de Rais (variantes : Rays, Raiz, Paeï de Rais ou Paeï de Raezaé en gallo et poitevin, Bro Raez en breton) est un pays s'étendant au sud du département de la Loire-Atlantique dans la région Pays de la Loire.

Le Pays de Retz est un pays traditionnel de la Bretagne historique.

Les habitants du Pays de Retz sont appelés les Paydrets. Durant la guerre de Vendée, ils étaient appelés les moutons noirs.

Bordé à l'ouest par l'océan Atlantique avec la Baie de Bourgneuf, au sud par le Marais breton et la Vendée, à l'est par le lac de Grand-Lieu et au nord par la Loire.

Son nom vient de pagus ratiatensis, « pays de Rezé » en latin, car cette dernière dénommée Portus Ratiatus (port de Rezé), en était sa capitale portuaire originelle.

Les sites archéologiques datant du mésolithique découvert sur la côte du Pays de Retz ont donné le nom de retzien à une culture intermédiaire entre les cultures dites du groupe de Bertheaume et du téviecien, propres au massif armoricain, et les cultures néolithiques des bassins parisien (rubané et VSG) et aquitain (NACA).

Dans l'Antiquité, le pays de Retz faisait probablement partie du territoire des Ambilâtres, peuple allié et voisin des Namnètes. La présence de monnaies namnètes, vénètes et pictonnes atteste de la fonction de carrefour du Pays-de-Retz lors de l'Antiquité. Après la conquête romaine, il est rattaché à la civitas des Pictons pour leur participation à la victoire romaine aux dépens des Vénètes, et à la province d'Aquitaine seconde. La région est marquée par des implantations de garnisons bretonnes-insulaires dès le IIe siècle (comme l'atteste la toponymie sur la côte et l'estuaire de la Loire), passe officiellement du Poitou à la Bretagne en 851 lors du traité d'Angers entre le royaume de Bretagne et le royaume de Francie occidentale.

Au VIe siècle, la conquête du royaume des Wisigoths par les Francs (bataille de Vouillé en 507) mit un terme à la période antique. Le pays de Retz était une une viguerie de l'Herbauges en Aquitaine, qui s'étendait sur tout le sud de la Loire jusqu'au Lay (sud de l'actuelle Vendée), qui dépendait du pays d'Herbauges.

Jusqu'au milieu du IXe siècle le pays de Rais reste directement lié au duc d'Aquitaine, dont la partie nord est divisée en plusieurs « pagus », Herbauges, Tiffauges et Mauges. Rezé fut la capitale du comté d’Herbauges, constitué sur le Bas-Poitou afin de lutter plus efficacement contre les razzias normandes.

Au IXe siècle, le royaume breton de Nominoé progresse vers l'Est et le Sud. De 843 à 851, batailles et traités entre rois de Francie ou empereurs germaniques et rois de Bretagne consacrent les victoires de Nominoé et de son fils Erispoé. En 843, Lambert bat Rainald, comte d’Herbauges, envoyé par Charles le Chauve. Le commandement d'Herbauges est confié à Begon qui est également tué ; une troisième défaite vient parachever la victoire bretonne sur les Francs quand Lambert en 844 défait et tue Hervé et Bernard, sur les bords de la Maine, affluent de la Sèvre et qui sert de limite Est au Pays de Rais. Le traité de 846 entre Charles le Chauve et Nominoé, confirmé par celui d'Angers en 851 entre Charles le Chauve et Erispoé donnent le « Ratense » ou Pays de Retz à la Bretagne.

Ravagées par les Normands, les terres du Sud-Loire (Nord de l'actuelle Vendée, Pays de Retz, Mauges) connaissent une âpre lutte entre Bretons, Angevins et Poitevins. En ce qui concerne le Pays de Retz, le traité d’Angers est confirmé en 943 et 973. Le comte d’Anjou Foulque Nerra sort principal bénéficiaire de l’affrontement entre comtes de Poitiers et d’Anjou : conquête des Mauges, sud de Saumur et Loudun. Le comté de Poitiers récupére une grande partie des pays d’Herbauges et Tiffauges, mais perd la totalité des Mauges au profit de l'Anjou. À l’extrémité sud du Pays-de-Retz et au nord-ouest du Bas-Poitou, la Bretagne et le Poitou s'accordent pour former des marches communes avec les paroisses situées entre les défenses (et châteaux) de la Bretagne (Machecoul, Clisson) et celles du Poitou (Palluau, Montaigu), il en est de même entre Bretagne et Anjou dans la région des Mauges.

En 1317, les diocèses de Nantes et de Poitiers s'accordent sur la division des évêchés et des paroisses qui rejoignent soit le diocèse de Nantes, soit le diocèse de Luçon. Le Pays de Retz est intégralement rattaché au diocèse de Nantes. Lors du rattachement de la Bretagne à la France (1532) l'ensemble des paroisses formant la Marche Bretagne-Poitou et Bretagne-Anjou sont rattachées au diocèse de Nantes.

Sur le plan religieux, la période du Moyen Âge, est très riche en édification d'un grand nombre de monuments cultuels. Le Pays de Retz se couvre d'édifices religieux (abbayes, églises, prieurés) édifiés par des ordres religieux provenant essentiellement de la province ecclésiastique de Tours (Touraine, Bretagne, Anjou, Maine). Ce maillage religieux fut en grande partie réalisée par plusieurs congrégations religieuses.

Au XIIesiècle, l'église de Saint-Léger-les-Vignes et les dîmes de la paroisse sont confiées à la protection de l'abbaye de Saint-Florent d'Angers.

La paroisse de Saint-Père-en-Retz appartient aux bénédictins de l’abbaye de Marmoutier. L'église du Pellerin est également sous la dépendance et la protection des moines de l’abbaye de Marmoutier située en Touraine.

En 1038, est fondé aux Moutiers-en-Retz, pour les bénédictines de l'abbaye du Ronceray d'Angers, un prieuré consacré à Notre-Dame du Ronceray, d'Angers. Ce fut la première église de Moutiers-en-Retz.

Des moines venus de l'abbaye Stavelot-Malmédy (située dans les Ardennes) s'établissent dès le VIIe siècle à Sainte-Pazanne, au bord du Tenu, en un lieu qui prend le nom d'Ardennes. Ils y fondent "le prieuré d'Ardennes" de Sainte-Pazanne.

Les moines de l'abbaye de Noirmoutier (fondé par saint Philibert en 675), décident de s'installer à "Déas", en l'an 800 hameau qui prend par la suite le nom de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu. Ils y construisent l'église de la nouvelle abbatiale en 815 (qui reste l'une des plus ancienne de France) et y déposent les reliques du saint en 836.

Le Pays de Retz est également marqué par la construction de nombreux châteaux défensifs qui défendent la Bretagne au Sud contre le royaume de France ou l'Aquitaine anglaise (qui englobait le Poitou actuel), le plus important étant celui de Machecoul, alors capitale du Pays-de-Retz.

Le Pays de Retz appartient à la maison de Laval ; il est érigé en duché-pairie en 1581 en faveur de la maison de Gondi, qui l'avait jusque-là possédé à titre de baronnie, puis de comté, et il passe en 1676 dans la maison de Villeroy.

En 1790, la Bretagne est divisée en 5 départements, le Pays de Retz est intégré à la Loire-Inférieure devenue Loire-Atlantique.

La création des départements de la Loire-Atlantique et de la Vendée recoupe approximativement les limites des duchés de Bretagne et du Poitou, à quelques communes près : les paroisses de Saint-André-Treize-Voies, Bouin, La Bernardière et La Bruffière faisaient parties du diocèse de Nantes et furent rattachées au diocèse de Luçon, inversement la commune poitevine de Remouillé fut intégrée au département de la Loire-Inférieure.

Au départ, cette insurrection ne diffère guère des autres insurrections qui se développent en France au printemps et à l'été 1793. La différence, c'est que, partout ailleurs, les troupes viennent à bout des émeutes. En Vendée, au contraire, une colonne armée de soldats de métier est défaite le 19 mars au Pont-Charrault, entraînant la région d'un affrontement limité vers une guerre civile.

En 1793, le Pays de Retz rejoint la Vendée militaire. Les villes portuaires comme Paimbœuf et Pornic restèrent, elles, plus favorables aux idées républicaines. Le Pays de Retz fit partie de la Vendée militaire. Charette y fut l'un de ses principaux protagonistes en menant une véritable "guérilla" contre les troupes républicaines.

Le dimanche 10 mars, « la protestation s'étend. La Loire-Inférieure se soulève massivement, acculant les Nantais à l'impuissance devant la multiplicité des interventions nécessaires ». Durant la première semaine, les sites de la protestation sont extrêmement éparpillés. Le 11 mars, Machecoul est envahi par des attroupements de protestataires venus des communes voisines, qui se livrent à des massacres, et ce jusqu'en avril. Parmi les habitants emprisonnés, puis massacrés, on compte des prêtres jureurs. Le nombre des morts est évalué, selon les auteurs, entre une centaine et 800 ; Jean-Clément Martin en a recensé, pour sa part, au moins 160. Parmi les émeutiers se trouvent Charette, qui ne fait rien pour arrêter les massacres, Souchu, son ancien procureur fiscal, leur chef, et l'abbé Prioul, qui célèbre une messe à côté des cadavres.

Ailleurs, dans le pays de Retz, d'autres bandes se choisissent des chefs roturiers : le chirurgien Jean-Baptiste Joly, ancien sergent de l'armée royale, le marchand d'œufs Louis Guérin, le colporteur Pajot, ou encore le perruquier Gaston Bourdic.

Le 12, la garde nationale tire sur les manifestants pour dégager les abords de Paimbœuf, menacé par des paysans venus de 32 communes proches de la petite ville.

Fin mars 1793, la « Vendée militaire » reconstitue approximativement l'ancien territoire du Comté d'Herbauges du IXesiècle et comprend : le département de la Vendée, la moitié méridionale de la Loire-Inférieure (Pays de Retz, Saint-Sébastien-sur-Loire, Vertou, Clisson) et la région des Mauges du Maine-et-Loire. Le nord-ouest des Deux-Sèvres tombe à son tour en mai.

Deux jours plus tôt, le 10 juin, Charette, qui a fini par s'imposer sur les troupes contre-révolutionnaires en Pays de Retz, s'empare de Machecoul, gardée par 1 300 hommes, à la tête d'environ 15 000 hommes ; les républicains laissent sur le terrain 200 tués et une dizaine de canons. Cette réussite ouvre la route de Nantes.

Dès l'été 1793, les républicains reprennent le dessus. Les troupes royalistes subissent des défaites et commencent pour elles la Virée de Galerne. En 1795, un accord de paix est conclu à La Jaunaye, près de Nantes, le 17 février 1795 : l’amnistie est accordée aux rebelles, leurs biens leur sont restitués, ils bénéficient d'indemnités en cas de vente ou d'incendie, même s'ils sont portés sur la liste des émigrés, ainsi que du remboursement des bons et des assignats, les Vendéens sont dispensés de levées militaires et leurs armes leur sont laissées, les troupes républicaines se retirent, enfin, la liberté de culte leur est accordée. Charette signe ce traité qui permet la pacification.

Suite à la reprise de la guerre en 1795, en rapport avec le débarquement des émigrés à Quiberon, Charette (nommé le 8 juillet « général de l'Armée catholique et royale » par le comte de Provence (futur Louis XVIII) depuis Vérone) reprend la lutte, fin juin, mais ne parvient à réunir que 4 000 paysans autour de lui. Pour le combattre, Hoche organise des colonnes mobiles de 50 à 60 cavaliers qu’il fait marcher la nuit. Le 30 septembre, l'annonce que le comte d'Artois va débarquer le 12 octobre sur le continent permet à Charette de réunir 15 000 hommes, mais les départs et les désertions se multiplient après l'abandon du projet, le 12 octobre. Tandis que Charette, harcelé par les républicains, doit fuir. Poursuivis, les derniers chefs vendéens sont capturés et fusillés, Charette est exécuté à Nantes fin mars 1796.

Le Pays de Retz sort exsangue et ruiné de cette guerre civile dont il garde longtemps les stigmates.

Le Pays de Retz est proche de la base de sous-marins allemands de Saint-Nazaire. La Wehrmacht résiste dans la poche de Saint-Nazaire jusqu’à l’armistice. Les 30 000 soldats allemands tiendront jusqu'au 11 mai 1945 au milieu de 130 000 civils de part et d’autre de l’estuaire de la Loire.

Le blason de la famille de Rais reprend la composition héraldique de la bannière historique, (d'or à la croix de sable). Ce blason devient une source d'inspiration pour la composition de nombre de blasons de communes du Pays de Retz, en reprenant le blason en totalité ou simplement les couleurs qui le composent or et sable : Bourgneuf-en-Retz Fresnay-en-Retz, La Plaine-sur-Mer, Saint-Brévin-les-Pins, Saint-Étienne-de-Mer-Morte.

Créé et dessiné en mai 2000 à l'initiative du Cercle culturel celtique de Pornic par Romuald Renaud (dont les modalités strictes de conception de ce travail et les précisions historiques en rapport ont été confirmées exactes par l'Institut Culturel de Bretagne, la Société Bretonne de Vexillologie, le Conseil Héraldique de Bretagne et le président d'honneur de la société des historiens du Pays de Retz), ce nouvel emblème a reçu l'aval du Syndicat mixte du Pays de Retz Atlantique qui a financé ses premières phases de production.

Fabriqué dès lors en différents formats à des centaines d'exemplaires ainsi que sous forme de plusieurs milliers d'autocollants, il a déjà été adopté par de nombreuses collectivités, entreprises diverses, restaurants, hôtels, associations culturelles, sportives et autres, musées, ports et bateaux de plaisance, établissements privés ou publics... Toutefois, depuis sa création, certains déplorent l'absence de référence poitevine pour ce drapeau. Depuis la fin juin 2006, à la demande du Musée du Pays de Retz dans le cadre promotionnel des 40 ans de sa création et avec l'accord et le soutien du président du Conseil Général de Loire-Atlantique Patrick Mareschal ; il flotte aux côtés du nouveau drapeau "logo" du département sur les 35 km de l'axe départemental RD-213 "route bleue", de Bourgneuf-en-Retz à Saint-Brévin-les-Pins.

Cet outil de communication concourt pleinement à permettre sur et en dehors de son territoire, une promotion touristique, culturelle et économique localisable, identifiable et qualitative du Pays de Retz en "Sud Bretagne".

La présence armoriée du Retz indique l'importance de son rang et sa place à part entière dans l'histoire de la Bretagne. Définitivement intégré au royaume de Bretagne lors du traité d'Angers en 851 avec les pays de Nantes et de Rennes, il fait partie du XIe au XVIe siècle des marches communes Bretagne-Poitou. Jouissant de la dignité de doyenneté des baronnies de Bretagne, il est après l'union du duché de Bretagne au royaume de France, érigé en vicomté, en comté puis en duché et siège aux Etats de Bretagne jusqu'en 1789.

La croix noire rappelle la paroisse et la ville de Sainte-Croix, qui laisse place au nom de Machecoul, cité fortifiée et capitale historique du Pays de Retz, en devenant l'un de ses quartiers. Elle rappelle également le drapeau le plus ancien commun à tous les pays de Bretagne, adopté en 1188 lors de la troisième croisade.

Les cinq mouchetures d'hermine précisent que le Pays de Retz fait partie de l'évêché de Nantes qui est l'un des cinq évêchés de langue gallo et française. Elles précisent également qu'il fait partie du département de la Loire-Atlantique (anciennement Loire-Inférieure) qui est l'un des cinq départements issus du découpage de la province de Bretagne en 1790. C'est également un hommage héraldique rappelant le fait peu connu suivant : en 1237, le duc de Bretagne Pierre de Dreux dit "Mauclerc" à qui l'on doit l'apparition des mouchetures d'hermine dans les armoiries de Bretagne, après avoir abdiqué de son titre de duc, devint par mariage seigneur de Machecoul, capitale historique du Pays de Retz.

L'association du canton armorié du Retz avec les mouchetures d'hermine (pratique adoptée dès le XVIe siècle, notamment par les ports et la marine du duché puis de la province) est empruntée au drapeau toujours en vigueur de la ville et du Pays de Nantes, qui fut l'une des capitales de la Bretagne historique.

Le dialecte traditionnel du Pays de Retz, encore parlé de nos jours mais bien souvent mêlé au français est un parler intermédiaire entre le gallo parlé au nord de la Loire et le bas-poitevin du fait de la position de transition qu'occupe le Pays de Retz entre la Bretagne gallèse et le Poitou.

Il faut également noter que le breton a été parlé dans l'Ouest du Pays de Retz : il aurait été introduit lors des immigrations bretonnes du IIIe au VIe siècle. Puis dans le mouvement général de reflux de cette langue vers la pointe de la Bretagne à partir du IXe siècle, la pratique de cette langue dans le Pays de Retz se serait retirée. Le breton n'apparaît plus, de manière certaine, dans le paysage des langues vernaculaires paydrètes depuis le XVe siècle.

Quelques éléments de toponymie témoignent de sa présence : Gourmelon, le Rohy, le Coquer, le Ménigou, Coëtargant etc...en sont des preuves attestées.

En haut



Source : Wikipedia