Racing Santander

3.3394777265591 (651)
Posté par talos 05/03/2009 @ 17:08

Tags : racing santander, espagne, football, sport

Dernières actualités
Foot - Transferts - L'Equipe.fr
... actuellement d'avancer sur deux dossiers en attaque, celui de Steve Savidan (également pisté par Nice, Toulouse, Rennes et Saint-Etienne), et celui de Nikola Zigic, le géant serbe que Valence a prêté au Racing Santander en fin de saison dernière....
Racing Santander - Getafe CF 1-1 (Primera Division) - Yeca
Remplacements : Sortie de Pepe Colsa (Racing Santander - 62eme minute) Entrée de Christian (Racing Santander - 62eme minute) Sortie de Óscar Serrano (Racing Santander - 63eme minute) Entrée de E. Bedia (Racing Santander - 63eme minute) Sortie de Manu...
Malaga : Muniz entraîneur - Ouest-France
Le coach du Racing Santander, Juan Ramon Muniz change de club : il entraînera la saison prochaine Malaga. Juan Ramon Muniz a trouvé un accord avec Santander pour mettre un terme à sa collaboration avant son terme (en 2010) afin de pouvoir signer...
Real Madrid : une recrue estivale déjà revendue ? - Foot Mercato.net
Transféré à la Casa Blanca l'été dernier, l'ancien pensionnaire des Newell's Old Boys avait été immédiatement prêté au Racing Santander. Possédant un physique solide (1,86m, 87 kg), Garay serait un allier de choix pour le Portugais Pepe.... à moins...
Le journal du mercato - Le Figaro
Prêté par FC Valence au Racing Santander la saison dernière, Zigic a inscrit 13 buts en 18 matchs. L'agent du joueur a confirmé l'intérêt du club asémiste pour son client. 16h59 : Selon La Provence, l'OM aurait décidé de faire le forcing pour...
Marcano proche du Real Madrid - FootEspagnol.fr
Outre les Kaka, CR7, Ribéry, Silva, Xabi Alonso ou autre Albiol, Florentino Pérez pourrait présenter incessamment sous peu le jeune défenseur central Espagnol du Racing Santander, Marcano. Disposant jusqu'au 30 juin 2009 d'une clause de rescision de 12...
Liverpool : Benayoun plait à l'Atletico - Maxifoot
L'international israélien a la possibilité de revenir en Espagne, pays dans lequel il a joué entre 2002 et 2005 avec le Racing Santander. Selon le Daily Mail, l'Atletico Madrid et Villarreal seraient sur les rangs pour accueillir Benayoun....
Anciens : Edouard Cissé de retour en France ? - PSGteam.net
Néanmoins, le milieu de terrain formé à Pau ne ferme pas la porte à une nouvelle aventure à l'étranger, et notamment en Espagne où les pistes se multiplient (FC Séville, Atlético Madrid, Racing Santander, Majorque, Deportivo La Corogne)....
Casillas vers Manchester United - Sport Mag
Le 7 février 2009, lors de la 22ème journée de la Liga contre le Racing Santander, Casillas joue son 454ème matchs au Real Madrid. Il égale ainsi le record de Paco Buyo comme gardien ayant disputé le plus de match sous les couleurs du Real Madrid....

Championnat d'Espagne de football

Logo La Liga.png

Le championnat d'Espagne de l'élite est le Primera División. On utilise souvent le terme impropre de « Liga » pour nommer cette compétition, mais Liga signifie seulement championnat en espagnol. L'antichambre de cette élite a pour nom Segunda División.

Avant 1928, la seule épreuve espagnole à caractère national est la Copa del Rey, la Coupe d'Espagne. Sous l'impulsion de José María Acha, l'idée d'un championnat national est énoncée dès avril 1927. Cette compétition reçoit finalement l'agrément de la fédération espagnole le 23 novembre 1928. Afin de constituer la première Primera División de l'histoire, certaines formations sont qualifiées d'office en raison de leurs résultats passés : Athletic Bilbao, FC Barcelone, Real Madrid, Real Sociedad, Real Unión de Irún, Espanyol de Barcelone, CD Europe Barcelone et Atlético de Madrid. Un tournoi éliminatoire mettant aux prises dix clubs est mis en place pour désigner le dixième et dernier membre de la Primera División. Le Real Racing Santander s'impose en finale à l'occasion de ce tournoi face au FC Séville, reversé en Segunda División (D2), créée également en 1928-1929. La première journée du championnat a lieu le 10 février 1929. La Primera reste à dix clubs jusqu'en 1934, puis passe à 12 clubs.

La guerre d'Espagne met le football en veilleuse entre 1936 et 1939, date de reprise du championnat, qui repart avec 12 clubs. 14 clubs en 1941, 16 en 1950, 18 en 1971 puis 20 depuis 1987. Les saisons 1995-1996 et 1996-1997 se disputent exceptionnellement à 22 clubs en raison de recours de clubs ne voulant pas être relégués administrativement en 2ª B, le FC Séville et le Celta Vigo étant respectivement 5e et 13e.

À l'issue de la saison, les quatre premiers au classement se qualifient pour Ligue des Champions de l'UEFA, les troisième et quatrième doivent passer le tour préliminaire. Les cinquième et sixième sont qualifiés pour la Coupe UEFA. Le septième joue la Coupe Intertoto (selon le vainqueur de la Coupe du Roi).

En haut



Racing Santander

Logo

Le Racing Santander (Real Racing Club de Santander, S.A.D. en espagnol) est un club de football espagnol.

Fondé le 14 juin 1913 sous le nom de Santander Racing Club, il devint Real dès 1914.

Il évolue cette saison en Première Division.

Après avoir terminé la saison 2007-2008 en sixième position, le Racing dispute, pour la première fois de son histoire, la Coupe UEFA, en 2008-2009.

En haut



Real Madrid C.F.

Logo

Le Real Madrid C.F. (Real Madrid Club de Fútbol en espagnol) est un club de football espagnol, désigné comme le meilleur club du XXe siècle par la FIFA, 9 fois vainqueur de la C1. La section de football est fondée en 1902. Le club madrilène a toujours évolué en Primera División depuis sa création en 1928-1929. Le club est présidé depuis le 16 janvier 2009 par Vicente Boluda.

Le club a été fondé le 6 mars 1902 sous le nom de Madrid Football Club. C'était une émanation d'un club d'étudiants (parmi eux des étudiants de Oxford et de Cambridge) appelé Football Sky et créé en 1895 à l' Institución Libre de Enseñanza. Ce club s'était scindé en 1900 en deux clubs appelés New Foot-Ball de Madrid et Español de Madrid. En 1902, Español de Madrid s'était lui-même scindé en deux, donnant naissance au Madrid FC. Son premier président fut Juan Padrós Rubio, d'origine catalane. Son frère Carlos Padrós fut aussi ultérieurement président du club.

Le Madrid Foot-Ball Club a adopté la tenue d'un des plus fameux clubs amateurs anglais, Corinthians de Londres, maillot et pantalon blancs. Le club dispute son premier match dès le 9 mars 1902 ; c'est un match d'entraînement entre des joueurs du club. Le 22 mars 1902, le club madrilène reçoit l'un de ses plus précieux renforts : Arthur Johnson, un authentique entraîneur anglais.

La première confrontation face au FC Barcelone remonte au 13 mai 1902 ; c'est un revers pour les Madrilènes (3-1) mais dans la même compétition, ils battent un autre club barcelonais, l'Espanyol Barcelone (3-2), et remportent ainsi le premier trophée du club (Copa de la Gran Peña).

En 1902, le Madrid FC a proposé de créer une compétition pour célébrer le couronnement du roi Alphonse XIII d'Espagne. Cette compétition est devenue la Coupe d'Espagne. Le Madrid FC a remporté pour la première fois cette coupe en 1905.

En janvier 1904, le club absorbe trois clubs madrilènes (Moderno, Amicale et Moncloa). À noter que l'Amicale était le club des Français de Madrid.

Madrid FC de 1902 à 1920, le club reçoit l'onction royale (décret d'Alphonse XIII du 29 juin 1920) et est rebaptisé Real Madrid Club de Fútbol.

Le club fut à l'origine de la création du premier championnat d'Espagne de football en 1928. Il remporte son premier championnat en 1932.

Retour à la dénomination Madrid C.F. à l'arrivée du régime républicain en 1931 et ce jusqu'en 1941; la guerre civile de 1936-1939 va interrompre violemment toute activité sportive. Le stade du Madrid C.F. est utilisé comme camp de prisonniers.

Le 15 septembre 1943, Santiago Bernabéu est nommé à l'unanimité président du club. Peu avant, le Real Madrid C.F. bat le FC Barcelone 11-1 en match de coupe (0-3 à l'aller), ce qui reste comme une victoire unique dans la mémoire collective du madridisme.

Pendant la présidence de Santiago Bernabéu, le Real Madrid C.F. construit son stade (inauguré le 14 décembre 1947 par une victoire du Real sur Belenenses, 3-1) et gagne 16 titres de champion d'Espagne et 6 coupes d'Europe dont 5 consécutives : un record inégalé depuis plus de cinquante ans.

Mais cette période faste du Real Madrid est entâchée par le soutien de Franco, le dictateur espagnol. En effet, l'idéologie franquiste considérant la Castille (région à laquelle appartient Madrid) comme le modèle culturel pour l'Espagne, il se devait que le Real Madrid soit la meilleure équipe d'Espagne. Selon certaines sources, il était prévu qu'Alfredo Di Stéfano signe au Barça, mais Franco serait intervenu pour que ce transfert n'ait pas lieu, et favoriser la venue de Di Stéfano au Real Madrid. Un grand nombre de chroniqueurs sportifs estiment au contraire que cette histoire tient de la rumeur sans fondement.

Le club gagne des titres de champion (10 en 22 ans), et des coupe d'Espagne de football (4). Mais la grande époque du Real n'est plus là. Le club gagnera tout de même 2 coupes UEFA (en 1985 et en 1986) et sera finaliste de la Ligue des champions en 1981. Il la remporte en 1998 grâce a un but de Pedja Mijatovic, actuel directeur sportif du club madrilène.

Les entraîneurs se succèderont à un rythme effréné : Luis Molowny (1977-1979), Boskov (1979-1982), Luis Molowny (1982), Alfredo Di Stéfano (1982-1984), Amancio Amaro (1984-1985), Luis Molowny (1985-1986), Leo Beenhakker (1986-1989), John Toshack (1989-1990), Alfredo Di Stéfano (1990-1991), Radomir Antić (1991-1992), Leo Beenhakker (1992), Benito Floro (1992-1994), Vicente del Bosque (1994), Jorge Valdano (1994-1995), Arsenio Iglesias (1995-1996), Fabio Capello (1996-1997), Jupp Heynckes (1997-1998), Guus Hiddink (1998-1999), John Toshack (1999).

Cette instabilité demeure toujours au sein du club qui a du mal à conserver plus de 2 saisons ses entraîneurs.

Lors des élections à la présidence du club le 16 juillet 2000 (pour lesquelles tous les socios n'ont pas le droit de vote), Florentino Pérez, un homme d'affaires madrilène est élu.

Le Real Madrid C.F. entreprend sous sa direction le développement de ses activités commerciales. Pour certains détracteurs, cette stratégie consiste à recruter les footballeurs les plus médiatiques et les plus talentueux, les fortes sommes investies sur le joueurs étant rentabilisées par la vente d'objets dérivés ou de lucratives tournées internationales aux quatre coins du globe.

Le Real évolue au Stade Santiago Bernabéu (ex-Chamartín). Après de nombreux travaux d'agrandissements, le stade pouvait accueillir plus de 110 000 spectateurs dans les années 1950. Mais places assises obliges, la capacité de l'enceinte est désormais réduite à 80 000 spectateurs.

L'effectif du Real a toujours été constellé de nombreuses stars depuis les années 1950 (on peut citer l'Argentin naturalisé Espagnol Alfredo Di Stéfano, la "star mythique du club", mais aussi les Espagnols Francisco Gento recordman, avec 6 coupes, des victoires en C1, Emilio Butragueño, le Français Raymond Kopa, le Hongrois Ferenc Puskás ou le Mexicain Hugo Sánchez). Mais sous la présidence Pérez, l'effectif devient particulièrement riche en stars, après les transferts de Luis Figo (arrivé en 2000 du FC Barcelone - transféré en août 2005 à l'Inter Milan), Zinédine Zidane (arrivé en 2001 de la Juventus de Turin, en retraite sportive depuis la finale de la Coupe du monde de football 2006 en Allemagne), Ronaldo (arrivé en 2002 de l'Inter Milan - parti en janvier 2007 au Milan AC), David Beckham (arrivé en 2003 de Manchester United - parti en 2007 au Los Angeles Galaxy), Michael Owen (arrivé en 2004 de Liverpool FC - parti en août 2005 à Newcastle United), Robinho (arrivé en 2005 de Santos FC)et desormais a Manchester City et Antonio Cassano (arrivé en 2006 de l'AS Rome - transféré en 2007 à la Sampdoria de Gênes). Raúl fait lui figure d'enfant du cru et incarne le madridisme au plus haut point. Cette équipe du Real Madrid est alors qualifiée de "Galactiques". Avec les plus grands joueurs de la planète, le Real Madrid durant plusieurs années domine le football européen. Malgré un manque de régularité, cette équipe est alors considérée comme la plus forte du monde. Son jeu fluide et technique est impressionnant et les matches du Real Madrid deviennent de véritables attractions.

Néanmoins cette politique de recrutement de superstars du football et de départs de joueurs essentiels de Florentino Pérez finit par être remise en cause du fait de mauvais résultats du club. Le président a semblé en effet avoir plutôt privilégié le côté marketing (comme l'achat de Robinho, perle brésilienne et d'Antonio Cassano, star montante italienne pour encore et toujours renforcer le secteur offensif) au détriment du côté sportif et l'équilibre de l'équipe. Le public exprime désormais régulièrement son mécontentement au Stade Santiago Bernabéu avec des pañoladas (en sortant des mouchoirs blancs).

Le changement régulier d'entraîneurs - 5 depuis le limogeage de Vicente del Bosque en 2003 - affecte d'autant plus une équipe qui a besoin d'une stabilité pour se reconstruire. Un nouveau plan sportif est alors lancé. Finie aussi, semble-t-il, la politique du recrutement de perles sud-américaines (7 joueurs de l'effectif 2005-2006 étant de cette origine dont 5 Brésiliens), les dirigeants voulant se tourner vers un effectif plus européen et encore plus ibérique. L'équipe cherche donc une nouvelle recette magique dans une Espagne où elle est derrière le FC Barcelone de Messi et dans une Europe où elle est en perte de vitesse, les stars des années précédentes ne suffisant plus.

Le 27 février 2006 à l'occasion d'un conseil extraordinaire des dirigeants du club, le président Florentino Pérez remet sa démission. Son principal homme de confiance Fernando Martín lui succède. Fernando Martín démissionne à son tour le 26 avril 2006 pour préparer les élections où il envisage de se présenter. Luís Gómez-Montejano devient alors président du Real Madrid jusqu’à la tenue des prochaines élections, le 2 juillet 2006.

Les socios se sont donc réunis au début du mois de juillet afin de choisir le nouveau président de « la Maison Blanche ». Le 3 juillet dans l'après-midi, c'est finalement Ramón Calderón qui est officiellement intronisé président du Real Madrid, le Monténégrin Predrag Mijatović devenant du même coup le directeur sportif.

Le désir du président est de refaire du Real Madrid un grand club capable de gagner des titres rapidement. C'est dans cette optique qu'il concrétise sa première promesse électorale, le 5 juillet, en faisant venir l'ancien entraineur italien de la Juventus Turin, Fabio Capello, qui de son côté souhaitait quitter son club relégué en Série B (deuxième division du championnat Italien).

La saison semble bien commencer pour le club puisque le 23 août 2006, il remporte son premier trophée, le trophée amical Santiago Bernabéu, aux dépens du club belge d'Anderlecht grâce notamment à deux buts de Ruud van Nistelrooy. Néanmoins, même si le club débute plutôt bien le championnat en figurant parmi le trio de tête après les 5 premières journées, il montre toujours des carences sur la scène européenne avec une nouvelle défaite contre l'Olympique lyonnais (2-0) sur un score qui aurait pu être bien plus large.

Certes les recrues n'ont pas donné l'efficacité attendue et le club est en pleine reconstruction, néanmoins Fabio Capello apparait dépassé et il se murmure déjà de nombreuses rumeurs sur son éventuel remplacement à l'été, le nom de José Mourinho, alors entraineur de Chelsea étant cité.

À la surprise de tous - direction, supporters et médias - le célèbre clasico qui devait matérialiser l'échec des tactiques italiennes, a démontré que Fabio Capello était bel et bien l'homme de la situation. Le Real Madrid, nouvelle version rajeunie, a failli humilier le Barça au Camp Nou devant les dizaines de milliers de Catalans qui ont assisté au choc. Ce n'est que grâce au jeune prodige argentin, Lionel Messi, auteur d'un triplé extraordinaire, que le Barça a pu décrocher le nul (3-3) dans les derniers instants du match. Depuis lors, le Real n'a cessé d'impressionner. A la veille de la 33ème journée, il occupe la troisième place à deux longueurs du Barça, le leader du championnat mais qui souffre, et à une seule du FC Séville après s'être imposé face au Nastic Tarragona (2-0), au Celta Vigo (2-1), à Osasuna (2-0), face à Valence (2-1) et à San Mamés face à Bilbao (4-1). Seule une défaite injuste, marquée par de flagrantes erreurs d'arbitrage, contre le Racing Santander (1-2) risquait de nuire aux efforts de l'équipe. Après sa victoire lors de la 33ème journée face au FC Seville (qui était alors classé deuxième) sur le score de 3-2 (avec notamment un doublé de van Nistelrooy), le club madrilène est l'équipe en forme et met la pression sur le FC Barcelone, premier au classement. Puis le club devient revient à égalité de points avec Barcelone, les deux clubs ayant 66 points chacun, mais le Real est considéré premier par la règle des confrontations directes en vigueur dans la Liga, le Real ayant battu Barcelone au match aller (2-0) et fait match nul (3-3) au match retour au Camp Nou. Lors de la 35ème journée de la Liga, le Real Madrid vient difficilement à bout du Recreativo de Huelva, grâce à un but à la dernière minute du défenseur brésilien Roberto Carlos et conserve sa place de leader. Il gagne ensuite 3-1 face au Deportivo La Corogne grâce à des buts de Raúl, Sergio Ramos et Ruud van Nistelrooy. Le Real conserve sa place de leader avant un déplacement à Saragosse, déplacement qu'il gère bien puisqu'il accroche un match nul décisif sur un doublé de van Nistelrooy (56e, 1-1 ; 89e, 2-2), permettant au club madrilène de rester 1er au classement de la Liga. Le Real réussira péniblement à garder cet avantage lors de la dernière journée le 17 juin 2007. Menés 1-0 à la mi-temps contre Majorque, les Merengues remportent finalement le match 3-1 grâce à José Antonio Reyes qui marque deux fois et Mahamadou Diarra. Le Real remporte ainsi son 30e titre de Champion d'Espagne.

Le 19 juin 2007, le journal espagnol AS confirme que Fabio Capello sera remplacé sur le banc de touche du Real Madrid par l'actuel entraineur allemand de Getafe, Bernd Schuster, après la finale de la Copa del Rey que Schuster dispute avec son club de Getafe contre le FC Séville (score 0-1), le 23 juin. Le technicien italien avait pourtant affirmé la veille son envie de rester au club estimant avoir réussi l'objectif fixé par le président au début de la saison et souhaitant permettre au club de « gagner la Ligue des Champions». Le 28 juin 2007, le Real Madrid décide de limoger Fabio Capello et son successeur Bernd Schuster est présenté officiellement le 9 juillet 2007. Cette fin de saison voit aussi les départs de joueurs comme David Beckham (Los Angeles Galaxy) et Roberto Carlos (Fenerbahçe).

Au début du mois de juillet 2007, le Real Madrid recrute le Portugais Pepe (défenseur central en provenance du FC Porto pour une somme de 30 millions d'euros), l'Allemand Metzelder (venu de Dortmund gratuitement), l'Argentin Saviola (laissé libre par le FC Barcelone) et le gardien polonais Dudek (venu gratuitement de Liverpool). On annonce également le Néerlandais Arjen Robben (Chelsea), l'Espagnol José Antonio Reyes (Arsenal) et le Néerlandais Royston Drenthe (Feyenoord Rotterdam).

Au début du mois d'août, on annonce alors que Reyes a signé finalement à l'Atlético,le rival madrilène des Merengues. Mais le Real ne perd pas de temps puisqu'il est annoncé qu'il aurait fait une offre de 40 millions pour s'offrir les services de deux géants d'Europe : le jeune joueur néerlandais Arjen Robben et le capitaine de l'équipe nationale allemande, Michael Ballack.

Le Real Madrid prolonge les contrats de Sergio Ramos et de Miguel Torres jusqu'en 2013. Le 9 août 2007, le club réussit à recruter le néerlandais Drenthe du Feyenoord Rotterdam pour 14 millions d'euros, puis 3 jours plus tard, il recrute un autre Néerlandais, Wesley Sneijder, pour 27 millions d'euros. Le 22 août, c'est au tour de Arjen Robben (36 millions d'euros) et du défenseur international argentin Gabriel Heinze (12 millions d'euros) de rejoindre la maison Blanche.

Le 26 août, les hommes de Bernd Schuster s'imposent 2-1 lors du Derby face à l'Atlético Madrid grâce à deux réalisations de Raúl (10e but face à l'Atletico Madrid) et Sneijder, qui marqua son premier but avec son nouveau club. Cette victoire marque le renouveau madrilène. Le 3 septembre, les protégés de Schuster font couler le sous-marin jaune de Villareal au Madrigal à Valence. Le jeune prodige Wesley Sneijder marqua un doublé, Raúl, Ruud van Nistelrooy et Guti marquèrent les trois autres buts. Le Real est donc en tête du classement lors cette 2ème journée de Liga.

Le 15 septembre, après la trêve internationale, le Real recevait le promu, Almeria, au stade Santiago Bernabeù. Saviola est préféré à Ruud van Nistelrooy en pointe de l'attaque, choix judicieux car à la 35e minute, l'ancien barcelonais marquait son premier but sous ses nouvelles couleurs. En seconde période, Wesley Sneijder vient marquer son 4e but en 3 matchs à la 68e minute. 5 minutes plus tard, le Real se fait peur avec la réduction du score d'Almeria par l'intermédiaire de Uche, frère de l'autre Uche (qui joue au Recreativo Huelva). Mais finalement, à quelques minutes du terme, Higuain marqua le 3e et dernier but du Real pour clore le match.

Le mercredi 31 octobre 2007, après 10 journées de championnat et une nouvelle victoire contre Valence, le Real est toujours premier avec 25 points, soit quatre de plus que le second, le FC Barcelone.

Lors de cette 10e journée, le Real l'a emporté 5-1 à l'extérieur contre Valence, qui n'avait pas connu une telle défaite à domicile depuis la saison 1932-1933 (Valence avait alors perdu 5-1 contre l'Athletic Bilbao pour ce qui restait, -avant le 31 octobre 2007 - sa plus grosse défaite à domicile en championnat). Le 23 décembre, le Real Madrid s'impose 1 à 0 au Camp Nou face à Barcelone grâce à un magnifique but de Julio Baptista et prend du même coup le large en tête avec 7 points d'avance sur son éternel rival. Suite à une victoire 2-0 contre Levante, le Real finit la première partie de saison en première position avec 7 points d'avance sur les rivaux catalans, et s'offre un nouveau record : le Real est la seul équipe qui, depuis la création du Championnat, a autant de points (47) lors de la fin des matchs allers. Place maintenant aux matchs retours qui commencent en fanfare pour les madrilènes.

En effet, deux matchs plus tard, les merengues restent imbattables. Leurs victoires contre l'Atletico Madrid (0-2) et Villareal (3-2) permettent au Real d'accroître sa domination en tête avec 9 points d'avance sur le 2ème le FC Barcelone. Le 10 fevrier 2008 le Real Madrid atomise Valladolid dans son antre de Bernabeu 7-0 avec un énorme José María Gutiérrez : "Guti". Celui-ci a largement contribué à cette victoire avec ses 5 passes décisives et 2 buts. Le Real Madrid compte désormais 8 points d'avance sur son rivale historique le FC Barcelone. Mais le 16 février les merengues s'incline par 2 buts à 1 face au Betis Seville tandis que le Barça l'emporte 2-1 dans l'antre de Saragosse. Le 24 février, à cause de sa défaite 1 à 0 à domicile face à Getafe ils n'ont plus que 2 points d'avance sur leur dauphin le FC Barcelone qui l'a emporté face au dernier Levante UD 5 buts à 1.

Par la suite, le Real Madrid enchaîna sur deux victoires consécutives contre le Recreativo Huelva (2-3) et l'Espanyol Barcelone (2-1). Il s'ensuivit deux défaites du Real Madrid: sur la pelouse du Deportivo la Corogne (1-0) et sur son terrain de Bernabeu contre le Fc Valence (2-3). Le Real Madrid va rebondir lors de la 30e journée contre le FC Seville à domicile grâce à un très bon Raul et l'emporter 3-1, puis sur la pelouse du Real Majorque (1-1) et deux victoires importantes contre le Real Murcie à domicile (1-0) et chez le Racing Santander (0-2). Avec ces deux victoires et les deux nuls du Fc Barcelone à Valladolid (2-2) et à domicile contre l'Espanyol(0-0) ainsi que la défaite de Villareal contre Almeria (0-1), le Real Madrid est désormais à 10 points de Villareal et 11 du FC Barcelone ce qui semble être un pas de plus vers la conquête d'un second titre de champions d'Espagne consécutif.

Le dimanche 4 mai 2008, le Real Madrid obtient son deuxième titre consécutif de champion d'Espagne en s'imposant dans les dernières minutes à 10 contre 11 face à Osasuna 2 buts à 1.

En remportant le championnat d'Espagne 2007/2008 avec 85 points, le Real Madrid, qui devance Villarreal, son dauphin, de 8 points au classement, a battu le record du nombre de points inscrit dans un championnat à 20 équipes. Cette saison les Madrilènes ont remporté 27 matches soit 71% de victoires pour 4 résultats nuls et 7 défaites.

Anciennement Stade Chamartín, le stade Santiago Bernabéu est situé en plein cœur de Madrid. Cette antre de 80 000 places a été le lieu de nombreux matches internationaux de l'Espagne mais aussi du club résident, le Real Madrid.

Avec une capacité maximale atteinte en 1954 de 120 000, le stade figure parmi les plus célèbres du monde. À cause des normes de sécurité de la FIFA et de l'UEFA, la capacité a de nombreuses fois été revue à la baisse, pour se stabiliser à 80 000 aujourd'hui. En 2007, le stade a fêté ses soixante ans.

Il accueillera en 2010 la finale de la Ligue des Champions.

Le Real détient le record du nombre de Pichichi : 24.

Le Real détient le record du nombre de Zamora : 16.

¡Hala Madrid!, ¡Hala Madrid!

Noble y bélico adalid, caballero del honor.

¡Hala Madrid!, ¡Hala Madrid!

¡Hala Madrid!, ¡Hala Madrid!, ¡Hala Madrid!

¡Hala Madrid!, ¡Hala Madrid!

Noble y bélico adalid, caballero del honor.

¡Hala Madrid!, ¡Hala Madrid!

¡Hala Madrid!, ¡Hala Madrid!, ¡Hala Madrid!

En haut



Arthuro Henrique Bernhardt

Arthuro Henrique Bernhardt dit Arthuro, né le 27 août 1982, est un footballeur brésilien. Il joue au poste d'attaquant avec l'équipe roumaine du FC Steaua Bucarest.

Bien qu'Arthuro soit un footballeur brésilien il possède aussi la nationalité italienne. Il commence le foot au Brésil et plus particulièrement au Criciúma Esporte Clube. En 2000, il rejoint l'Europe et l'Angleterre où il signe à Middlesbrough où pendant trois ans il ne joue aucune rencontre en équipe première.

En 2003, il rejoint l'Espagne pour signer au Racing Santander mais là aussi il ne joue aucune rencontre à cause d'une grosse blessure. L'année suivante, on le retrouve au Real Sporting de Gijón, où il fait ses premiers matchs en D2 espagnole.

En 2005, le Deportivo Alavés le contacte pour jouer en Liga. Il accepte, et joue son premier match en Liga le 27 août 2005 contre le grand FC Barcelone. En raison de quelques conflits au club il est prêté la saison suivante à Córdoba en Liga 2. Malgré une bonne saison à Cordoba, le club ne lève pas l'option d'achat et Alaves le vend alors au FC Steaua Bucarest.

A Bucarest, après avoir participé à deux matchs de qualifications, il découvre la League des Champions le 17 septembre 2008 contre le Bayern Munich (0-1) en étant titulaire. Lors du troisième match de poule il marque contre l'Lyon !Olympique lyonnais pour ouvrir le score mais son équipe s'incline 3-5.

En haut



Source : Wikipedia