Réseaux

3.5273799494483 (1187)
Posté par marvin 14/03/2009 @ 03:11

Tags : réseaux, informatique, high-tech

Dernières actualités
TDF propose de financer la construction du réseau de la TMP - Journal du Net
Le médiateur du dossier présentera la semaine prochaine plusieurs scénarios, qui permettraient de se passer des opérateurs mobiles pour construire le réseau de la télévision mobile personnelle. Le médiateur nommé par Nathalie Kosciusko-Morizet pour...
Plus de protection des données privées sur les réseaux sociaux ? - Journal du Net
Un comité consultatif européen estime que les éditeurs de réseaux sociaux sont responsables de la protection des données personnelles de leur utilisateurs. Un comité européen pour la protection des données personnelles vient de rendre publiques ses...
Xavier Pintat veut des réseaux de distribution d'électricité qui ... - Gazette des communes
Le sénateur UMP de Gironde Xavier Pintat a déposé le 20 mai une proposition de loi visant à «sécuriser les réseaux de distribution d'électricité contre les intempéries liées aux changements climatiques». Objectif affiché : ne plus subir de dégâts...
Wi-Fi et Hadopi : les liaisons dangereuses - Le Monde
Mais peu de réponses ont été apportées aux problématiques soulevées par la sécurisation des réseaux publics ou des connexions privées volontairement partagées par des particuliers. Pourtant, ces systèmes fleurissent dans cette France de l'après Hadopi....
Limites de la LME selon l'IREF pour les réseaux de franchise - Espace-franchise.fr
Selon l'IREF, La loi LME est inadaptée aux réseaux de franchise et de partenariat. L'objectif de la réforme LME est de dynamiser la concurrence en mettant fin aux dérives inflationnistes. Pour cela deux éléments majeurs entrent en jeu : l'abaissement...
REDWOOD CITY, Californie, BARCELONE, Espagne et ÉDIMBOURG, Écosse ... - itespresso.fr
Expédiée désormais en masse, la puce de réseau GGL541 de niveau divertissement de Gigle Semiconductor permet aux adaptateurs gigabit de réseaux de lignes électriques de Belkin de fournir un signal réseau sécuritaire et stable partout dans la maison,...
INGENIEUR RESEAUX ET SYSTEME - Programmez!
Vous fiabilisez et assurez la disponibilité des réseaux LAN et WAN. A ce titre, vous intervenez dans la globalité du processus : prise d'appels, étude/commande de nouveaux sites, suivi d'incidents et résolution de problèmes. Vous gérez les différents...
INGENIEUR RESEAU SECURITE - Programmez!
Nous recrutons actuellement, pour renforcer nos équipes du secteur informatique de Nice et de Montpellier deux ingénieurs réseaux/sécurité confirmés. Rattaché au responsable de service, vous interviendrez au sein de l'équipe de support niveau 3,...
Le blog télécoms de Xavier Studer: la guerre des réseaux - TSR.ch
Alors que l'iPhone continue de faire couler beaucoup d'encre, Samsung et Acer ont organisé mercredi à Zurich des conférences de presse pour présenter leurs derniers modèles. Chez Samsung, c'est toujours la course aux performances qui prévaut avec un...
« En cas de canicule, le système électrique sera fortement sous ... - Les Échos
Ceci étant, en matière d'indépendance des gestionnaires de réseaux, le dispositif français fonctionne bien. Il reste néanmoins un point délicat : celui de la communication. Je crois que la Commission de régulation de l'énergie est dans son rôle quand...

Organisation en réseaux

En intelligence économique, l'organisation en réseaux est l'un des 11 facteurs du modèle d'intelligence économique. Elle concerne l'organisation des réseaux humains.

À ces critères, il faudrait ajouter un critère de sécurité, concernant la protection du patrimoine informationnel partagé par le réseau.

La stratégie données en réseau-centré (Net-Centric Data Strategy) du département de la défense des États-Unis repose sur trois éléments clés, dont le premier est la définition de communautés d'intérêt.

En haut



Liste des réseaux et mouvements de la Résistance intérieure française

Parmi les différentes organisations de la Résistance intérieure française, on a coutume de distinguer les réseaux et les mouvements. Un réseau est une organisation créée en vue d'un travail militaire précis (renseignement, sabotage, évasion de prisonniers de guerre et de pilotes tombés chez l'ennemi). Un mouvement a pour premier objectif de sensibiliser et d'organiser la population.

En haut



Réseau informatique

Connecteurs RJ-45 servant à la connexion des réseaux informatiques via Ethernet.

Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec un filet (un réseau est un « petit rets », c'est-à-dire un petit filet), on appelle nœud (node) l'extrémité d'une connexion, qui peut être une intersection de plusieurs connexions (un ordinateur, un routeur, un concentrateur, un commutateur).

Indépendamment de la technologie sous-jacente, on porte généralement une vue matricielle sur ce qu'est un réseau. De façon horizontale, un réseau est une strate de trois couches : les infrastructures, les fonctions de contrôle et de commande, les services rendus à l'utilisateur. De façon verticale, on utilise souvent un découpage géographique : réseau local, réseau d'accès et réseau d'interconnexion.

Plusieurs normes définissent les modalités de fonctionnement des réseaux hertziens, comme par exemple la norme Wi-Fi (IEEE 802.11).

Les courants porteurs en ligne (CPL) permettent quant à eux de transporter des flux d'information sur un réseau électrique local.

Un réseau (ne pas confondre ce terme avec celui qui sert à désigner la couche n°3 dans le modèle OSI de l'ISO ou la couche Réseau dans la pile de protocoles Internet) ou sous réseau peut être composé de plusieurs réseaux ou sous réseaux à base d'équipements matériels. Dans le protocole IP les membres d'un même sous réseau ou réseau possèdent le même identifiant, calculable à partir de l'adresse IP et du masque de sous réseau. L'utilisation d'une architecture comprenant des sous-réseaux permet une gestion du parc informatique plus aisée (un sous-réseau par service ou par salle, par exemple) ou un broadcast sélectif.

Il existe plusieurs façons de catégoriser un réseau informatique.

Les réseaux informatiques peuvent être mis en œuvre en utilisant plusieurs piles de protocoles, ou avec des combinaisons de médias et de couches de protocoles. Une liste des protocoles existants est disponible à Protocole de communication et IEEE 802.

En haut



Réseaux d'antennes

Les ondes qui sortent de 2 arrivent au point d'observation en avance de phase.

Un réseau d'antennes est un ensemble d'antennes séparées et alimentées de façon synchrone. C'est-à-dire que le déphasage du courant entre chaque paire d'antennes est fixe. Nous verrons plus loin qu'un réseau peut comporter des éléments non alimentés directement par une source (éléments parasites) mais qui sont alimentés par le champ produit par le reste des éléments (c'est la cas des antennes Yagi-Uda). Le champ électromagnétique produit par un réseau d'antennes est la somme vectorielle des champs produits par chacun des éléments. En choisissant convenablement l'espacement entre les éléments et la phase du courant qui circule dans chacun, on peut modifier la directivité du réseau grâce à l'interférence constructive dans certaines directions et à l'interférence destructive dans d'autres directions.

Soient deux antennes identiques séparées d'une distance et alimentées en phase (c'est-à-dire, déphasage des courants nul).

Ici, est le nombre d'onde.

Il est facile de constater que pour , le champ électrique est maximal et égal au double du champ produit par chacune de deux antennes. Ceci est logique car pour , les deux émissions ont parcouru la même distance et arrivent en phase. Par contre, le champ émis sera zéro quand le cosinus vaudra zéro. ceci arrive la première fois quand . C'est-à-dire, quand la différence de distance parcourue est égale à la moitié d'une longueur d'onde et que les deux émissions arrivent avec un déphasage de 180°. Quand augmente, la différence de distance parcourue augmente et la phase va vers 360° et pour cette valeur nous aurons un nouveau maximum. Chaque fois que est égal à un multiple impair de l'émission passe par zéro et chaque fois que est égal à un multiple pair de l'émission est maximal. Mais il ne faut pas oublier que ne peut pas augmenter indéfiniment car sa valeur est comprise entre -90° et +90°.

Il ne faut pas oublier, non plus, que l'émission est symétrique autour de l'axe qui passe par les antennes.

Les antennes ont un diagramme d'émission propre. Le champ que nous avons calculé ne tient compte que de l'aspect interférence entre les deux ondes émisse par chacune des antennes. Dans le calcul et la visualisation du résultat final il faut tenir aussi compte du diagramme de radiation des antennes. Par exemple, le calcul que nous venons de faire peut donner un maximum pour , mais si les antennes sont des dipoles alignés avec l'axe des antennes, le résultat final ne sera pas un maximum pour , mais un zéro, car les dipôles n'émettent pas dans cette direction.

À gauche nous avons dessiné le digramme de radiation d'un dipôle . Au centre, le diagramme de radiation dû aux interférences entre les deux antennes. Le diagramme de radiation résultant est à droite et est le résultat de multiplier les deux diagrammes précédents. Les trois dessins sont symétriques autour de l'axe vertical.

Dans la figure suivante nous avons tracé les diagrammes de radiation de quelques cas particuliers. Seul l'aspect interférence à été dessiné. Pour obtenir le diagramme de radiation définitif, il faudrait multiplier ces diagrammes par le diagramme de radiation des émetteurs individuels. Dans le dessin les réseaux d'antennes sont verticaux.

Les diagrammes de gauche montrent l'influence de la longueur totale du réseau. Quand la longueur du réseau augmente, la largeur du lobe principal diminue et les lobes secondaires se font plus nombreux et plus petits. Les diagrammes de droite montrent l'influence d'augmenter le nombre d'antennes en conservant la même largeur du réseau. Quand le nombre d'éléments augmente, l'amplitude des lobes secondaires diminue, mais ne tend pas vers zéro.

Dans le réseau d'antennes à émission transversale le lobe maximal d'émission se situe dans un plan "équatorial" parce que, dans ce plan et loin du réseau, chaque point est situé à la même distance de chacune des antennes.

On peut constater que pour (90°) le déphasage est zéro.

Voici quelques exemples de diagramme de radiation d'un réseau d'antennes à émission longitudinal. les antennes son alignées horizontalement. Comme dans la figure précédente, le dessin ne tient compte que du seul aspect des interférences. Pour obtenir le diagramme final il faudrait multiplier chaque diagramme par le diagramme d'émission de chaque antenne individuelle.

Les réseaux bidimensionnels d'antennes furent très utilisés il y a quelques décades pour faire des émissions directionnelles dirigées horizontalement en ondes courtes. Ces communications servaient à communiquer avec d'autres continents ou avec des navires en mer. Bien entendu, avec l'utilisation des satellites de communication, la communication commerciale par des ondes courtes et les énormes réseaux d'antennes nécessaires sont disparus et nous n'en parlerons pas.

Maintenant un autre type de réseau bidimensionnel d'antennes est utilisée. Ce sont les antennes utilisées surtout dans les radars à balayage (phased arrays en anglais). Comme nous verrons, ce type d'antenne permet d'orienter le faisceau du radar sans déplacer mécaniquement l'antenne.

Les réseaux bidimensionnels d'antennes actuelles sont formés par quelques milliers d'émetteurs individuels disposés en réseau bidimensionnel carré, rectangulaire ou, plus souvent, hexagonal. Pour comprendre le principe de fonctionnement, imaginez un réseau d'émetteurs formant un réseau carré sur l'écran de votre ordinateur.

Si vous êtes placé loin de l'écran, et que tous le émetteurs sont alimentés en phase, pour recevoir toutes le émissions en phase vous devez vous placer dans la perpendiculaire à l'écran qui passe par le réseau. Maintenant changeons la phase de l'alimentation des émetteurs de façon que chaque émetteur soit en avance de phase par rapport a son voisin de droite (la vôtre). Pour recevoir tous les émetteurs en phase et ainsi rester sur l'axe du faisceau vous devrez vous déplacer vers vôtre droite, pour vous éloigner des émetteurs qui émettent avec avance de phase.

De la même façon, si nous voulons que le faisceau principal aille vers le haut, nous devons avancer la phase de chaque émetteur par rapport à son voisin d'en haut.

Un réseau bidimensionnel peut être considéré comme un réseau linéaire dont les émetteurs sont des réseaux linéaires à émission transversale.

Cette fois, est le diamètre du réseau.

Ces formules sont valables quand le faisceau est perpendiculaire au réseau. Si les déphasages donnés font que le faisceau est incliné d'un angle par rapport à la perpendiculaire, le diamètre effectif du réseau se trouve réduit d'un facteur , ce qui a pour effet d'élargir le lobe principal. Ceci limite les angles utiles du réseau bidimensionnel. Pour couvrir la voûte céleste il faut trois émetteurs avec des orientations à 120°.

L'intérêt de ce type de réseau est que, si on équipe chacun des quelques milliers d'émetteurs d'un dispositif individuel qui retarde l'émission (et la réception), on peut changer la direction dans laquelle "tire" l'antenne en quelques microsecondes à la place de secondes ou dixièmes de secondes nécessaires pour orienter mécaniquement une parabole. Évidemment, le retard de chaque dispositif est calculé et contrôlé par ordinateur. Ceci permet au radar (militaire, bien sur) de surveiller et traiter plusieurs cibles simultanément. Les utilisations sont surtout militaires : radars d'avions et navires militaires et des radars de systèmes anti-missiles utilisées dans les versions actuels de la La Guerre des étoiles. Au moins une application civile utilise ce type d'antenne. Il s'agit du réseau de téléphone satellite Iridium. Les antennes de ces satellites concentrent l'émission et réception dans une petite zone sous le satellite. Celui-ci balaye la petite zone sur une étendue beaucoup plus grande plusieurs milliers de fois par seconde.

Un autre intérêt de ce type d'antenne est que, comme il y a des milliers d'émetteurs, chacun n'émet que quelques dix-millièmes de la puissance totale, ce qui fait que les circuits retardateurs travaillent à puissance relativement réduite.

Pour calculer le retard à donner à chaque émetteur, il faut calculer la différence de chemin à parcourir entre les signaux de l'émetteur donné et celles de l'émetteur de référence. Cette distance est la projection du segment qui relie les deux émetteurs sur la droite dirigée vers la direction souhaitée du faisceau. Pour calculer cette projection on peut faire le produit scalaire du vecteur qui va de l'émetteur donné à l'émetteur de référence, par le vecteur unitaire parallèle à la direction souhaitée.

Dans tout ce qui a été dit précédemment, nous avons gardé sous silence l'interaction entre antennes.

L'interaction entre éléments individuels induit des courants dans les autres éléments ce qui modifie l'impédance de l'élément, ce qui peut modifier la phase du courant d'alimentation. Ceci fait que fixer la phase de chaque élément quand les éléments interagissent est extrêmement compliqué. Une façon de contourner le problème est d'alimenter un seul élément. De cette façon la phase du courant des autres éléments est fixée par la seule géométrie du réseau. C'est la solution utilisée dans les antennes Yagi-Uda. Une autre façon d'éviter les interactions est de choisir le type d'antenne individuelle et sa disposition. Ainsi, si on utilise des antennes dipolaires, on peut les disposer alignées, car ces antennes n'émettent pas dans le sens de leur longueur. Une autre possibilité est celle d'utiliser des antennes individuelles qui ne rayonnent pas dans la direction des autres antennes du réseau. C'est la solution utilisée dans les "phased arrays".

Si quelques éléments ne sont pas alimentés (il y a un court-circuit à la place du câble d'alimentation), comme c'est le cas dans les antennes Yagui-Uda les correspondants sont zéro. Ces éléments reçoivent l'injuste nom d'éléments parasites. Dans certaines configurations géométriques, l'impédance mutuelle entre deux antennes peut être zéro. C'est le cas pour des dipôles disposés en croix (dans les antennes à émission ou réception polarisée circulairement). Ces impédances nulles facilitent le calcul et surtout, la réalisation.

En haut



Source : Wikipedia