Philippines

3.377748167903 (1501)
Posté par talos 02/03/2009 @ 21:59

Tags : philippines, asie, international, environnement

Dernières actualités
APRES LA CHINE et LA RUSSIE, LES PHILIPPINES A L'HONNEUR DE ... - Agence Bretagne Presse
Il réside aux Philippines, à Manille où il est arrivé il ya 30 ans en compagnie de son épouse native de ce pays et qu'il a rencontrée en Egypte. C'est donc aux Philippines qu'il a créé Supply Oilfield Services, entreprise spécialisée dans les services...
Interface Tourism se lance sur l'hôtellerie - Pros du Tourisme
Interface Tourism a déjà fait ses preuves depuis plusieurs années sur la représentation marketing des destinations : Australie, Abu Dhabi, Philippines, Taïwan, Sri Lanka, Kenya, Sénégal, Montenegro, Caraïbes, Mexique, Pennsylvanie, et tout récemment...
Fête des pères tragique aux Philippines - nouvelobs.com
AP | 22.06.2009 | 07:03 Un garçonnet de six ans a tué accidentellement son père, un soldat âgé de 46 ans qui était rentré en permission pour la fête des pères après avoir combattu les rebelles islamistes dans le sud de l'archipel des Philippines....
Huit morts dans une tempête tropicale aux Philippines - 7sur7
Au moins huit personnes ont été tuées et 12 sont portées disparues après le passage de la tempête tropicale Nangka dans le centre et le nord des Philippines, selon un nouveau bilan établi jeudi par les autorités. Un précédent bilan faisait état de cinq...
Philippines: premier décès dû à la grippe porcine - Romandie.com
MANILLE - Un premier patient contaminé par le virus de la grippe porcine, une femme âgée de 49 ans, est décédé aux Philippines, ont annoncé lundi les autorités sanitaires. Cette femme, décédée d'un "infarctus du myocarde" et qui souffrait de problèmes...
Grippe porcine: plus de 55.000 cas, 238 morts selon un nouveau ... - AFP
... dont 15 décès), en Chine (+ 167 à 906 cas), au Mexique (+ 223 à 7.847 cas, dont 115 décès), en Nouvelle Zélande (+ 128 à 386 cas), aux Philippines (+ 101 à 445 cas, dont un décès), en Thaïlande (+ 185 à 774 cas), au Royaume Uni (+ 399 à 2.905 cas,...
GRIPPE A : LE VIRUS PROGRESSE EN AFRIQUE - 56.000 CAS dans le monde - santé log - communauté des professionnels de santé
Presque autant que les pays d'Asie qui subissent à la fois une diffusion géographique avec de premiers cas recensés au Laos et des diffusions locales importantes en Thaïlande (+ cas), aux Philippines (+ 101 cas), en Chine (+167 cas) et au Japon (+43...
Arabie: arrestation de 67 travestis(HRW) - Le Figaro
Selon le vice-consul de l'ambassade des Philippines, Roussel Reyes, ils risquent des peines de prison ainsi que des coups de fouet pour travestissement et pour avoir enfreint la loi en matière de consommation d'alcool. "Aucune norme légale écrite et...
LIBAN • Une mappemonde magique pour promouvoir la tolérance - Courrier International
Avec l'illustratrice Maya Tawil, elle présente aujourd'hui une série, en arabe, intitulée Mimi et la mappemonde magique ; les trois premiers tomes emmènent le lecteur aux îles Philippines, au Sri Lanka et en Ethiopie. Mimi est une petite fille...
Philippines: l'otage italien du CICR toujours en vie, selon l'armée - AFP
MANILLE (AFP) — L'employé italien de la Croix-Rouge détenu depuis près de cinq mois par un groupe islamiste dans le sud des Philippines est toujours vivant, a affirmé dimanche l'armée au lendemain d'accrochages meurtriers avec les insurgés....

Philippines

Armoiries des Philippines

La République des Philippines est une nation constituée d'un archipel de 7 107 îles se situant à l'ouest de l'océan Pacifique à environ 1 000 kilomètres au sud-est du continent asiatique. C'est l'un des deux seuls pays à dominante catholique en Asie (avec le Timor Oriental) et l'un des plus occidentalisés. L'Espagne et les États-Unis, qui ont tous deux colonisé le pays, ont chacun eu une grosse influence sur la culture philippine qui est un mélange unique d'Orient et d'Occident.

L'archipel philippin se situe entre 116° 40' et 126° 34' de longitude est, 4° 40' et 21° 10' de latitude nord. Il est bordé à l'est par la mer des Philippines, à l'ouest par la mer de Chine, et au sud par la mer de Célèbes. Au sud se trouvent l'île de Célèbes et l'archipel des Moluques, qui appartiennent à l'Indonésie, au sud-ouest l'île de Bornéo, partagée entre la Malaisie et l'Indonésie, au nord Taïwan et à 500 km à l'est les îles Palaos.

Un document pourrait renverser les théories admises pour l'histoire des Philippines. Il s’agit d’une plaque de cuivre découverte en 1990 dans la baie de Laguna près de Manille, et qu'on a baptisée "Laguna copperplate". Écrite dans un alphabet similaire à celui des inscriptions javanaises de la même époque, dans un mélange de sanscrit, de vieux-javanais, de vieux-malais et de vieux-tagalog, elle porte la date de 822 de l'ère Saka, soit 900 après J.-C.

L'archipel de Sulu dans le sud des Philippines se trouve sur une route maritime qui va de la Chine aux Moluques. Le commerce avec les marchands chinois fait sa prospérité. Le royaume de Sulu est sans doute fondé à la fin du XIVe siècle.

Ferdinand Magellan (Fernão Magalhaes), explorateur portugais voyageant pour le compte de l'Espagne, est le premier Européen à arriver aux Philippines, le 16 mars 1521. Les îles ont été nommées ainsi en l'honneur de l'Infant d'Espagne, le futur Philippe II d'Espagne, par Lopez de Villalobos peu après leur découverte. L'archipel est entré dans l'Empire colonial espagnol à partir de 1565.

En 1578, l'Espagne lance une expédition contre le sultanat de Sulu. Sulu réplique en pillant les villes côtières des Visayas et Luzon, contrôlées par les Espagnols. Le gouvernement colonial envoie au moins cinq expéditions punitives contre Sulu. En 1638, il occupe la capitale, Jolo, et y laisse une garnison. En 1646, cette garnison est rappelée à Manille et Sulu est abandonnée.

En 1611 (soit moins d'un siècle après le débarquement de Magellan), la première université du pays, mais aussi d'Asie, est fondée : c'est Santo Tomas, qui demeure l'une des grandes références manilènes actuelles.

À défaut de disposer d'or et d'épices, le pays a été considéré comme une tête de pont pour l'évangélisation de la Chine et du Japon. Le premier saint philippin, Lorenzo Ruiz, est d'ailleurs un Indio emmené avec lui par saint François-Xavier. Si l'objectif religieux a échoué suite aux réactions, négatives pour le moins, des empires Chinois et Japonais envers la présence chrétienne, l'Église a été rapidement investie aux Philippines, par les monarques espagnols, de pouvoirs étendus (justice, ordre public, collecte des impôts). C'est ce que les historiens philippins évoquent par le vocable de friocracy - le règne des frères (au sens des ordres religieux).

De fait, jusqu'au début du XIXe siècle, l'autorité officielle dans l'archipel a été exercée depuis le lointain Mexique, où résidait le vice-roi chargé des Philippines. Éloignement de Mexico, éloignement de Madrid : l'influence de l'Église n'en a été que plus forte, avec un certain nombre de conséquences encore visibles aujourd'hui : un chapelet d'édifices religieux uniques en Asie (et dans le monde, si l'on songe à l'architecture typique des églises philippines) ; une économie dominée par l'importance de la propriété immobilière (lorsque les ordres se sont séparés de leurs biens après l'indépendance de 1898, ils les ont vendus à quelques grandes familles blanches ou métisses toujours puissantes) ; une culture à la fois relativement non-violente et conservatrice sur le plan du contrôle des naissances, notamment. Le professeur Teodoro A. Agoncillo, auteur d'une History of the Filipino people (8e éd. 1990) parle à ce sujet d'un phénomène d' "amalgamation of Church and State". La mainmise des pouvoirs religieux est finement décrite et analysée dans les romans de José Rizal (1861-1896).

Dans les années 1840, l'intérêt des puissances coloniales pour Sulu s'accroît. Le gouvernement colonial espagnol occupe de nouveau Jolo en 1851. Le sultanat s'étendait sur l'archipel de Sulu et la côte nord-est de Bornéo (soit l'est de l'actuel Sabah en Malaisie). En 1877, le sultan, qui s'était réfugié sur une autre île, donne ses possessions de Bornéo en bail à la British North Borneo Chartered Company. Après une longue résistance, Sulu accepte de devenir vassal de l'Espagne en 1878. L'Espagne évacue Sulu en 1899.

À la fin du XIXe siècle s'est développé un mouvement de libération, dont l'un des personnages clés fut le poète et écrivain José Rizal. Chirurgien ophtalmologue formé en Europe, il nourrit son projet révolutionnaire d'une conception inspirée par ses lectures de don Quichotte. Surnommé le Don Quichotte des Philippines, il est exécuté par les autorités espagnoles en 1896. Il devient aussitôt un martyr national, ce qui renforce la résistance au régime colonial.

Les États-Unis encouragent le mouvement d'indépendance et se décident à intervenir militairement aux Philippines à l'appel d'Aguinaldo (guerre hispano-américaine). Le 10 décembre 1898, le traité de Paris met fin au conflit. L'Espagne cependant n'accorde pas l'indépendance aux Philippines mais les vend aux États-Unis pour 20 millions de dollars. La colonisation dès lors se poursuit sous le joug d'un nouveau maître. C'est pourquoi, dès le 4 février 1899, une nouvelle guerre oppose les indépendantistes philippins aux États-Unis (guerre américano-philippine). Commence une période intensive de déshispanisation au profit d'une anglicisation de la culture. En 1935, les États-Unis accordent aux Philippines un statut de semi-autonomie destiné à accompagner le pays vers son indépendance. À partir de cette date, un président élu les représente au niveau international. Le premier est Quezon, qui a donné son nom à l'une des villes de la banlieue de Manille.

En 1937, sur proposition du National Language Institute, le président Quezon fait du tagalog, le dialecte parlé autour de la capitale et de la rivière Pasig, la langue nationale. On note à ce sujet que cinquante ans plus tard, la Constitution de 1987 (article XIV, section 6) précise que la langue nationale est le philippin, notion plus large que le tagalog. L'anglais a néanmoins sa place : "for purposes of communication and instruction, the official languages are Filipino and English" (article XIV, section 7).

En 1942, lors de la Seconde Guerre mondiale, le pays passe sous occupation japonaise, les mouvements de résistance sont très actifs et la répression japonaise, féroce. Les forces d'occupations commettent de nombreuses atrocités dont la marche de la mort de Bataan (environ 20 000 morts) et le massacre de Manille en février 1945, où plus de 100 000 civils trouvent la mort. Le général Douglas Mac Arthur, qui ne réussit pas à repousser l'invasion initiale et doit fuir en Australie en abandonnant ses hommes, prend sa revanche en 1944/1945 et libère l'archipel. Le pays obtient son indépendance le 4 juillet 1946.

À l'issue de la guerre, les Philippines sont malgré tout l'un des pays le plus développé d'Asie. Par la suite, le développement prend du retard à cause d'une faible croissance économique, d'une démographie galopante et d'un fort taux de corruption. Actuellement, la croissance y est modérée par rapport aux pays voisins du Sud-Est asiatique, essentiellement portée par les contributions d'une importante population de travailleurs émigrés, les OFW - Oversea Filipino Workers (souvent installés à Hong-Kong, à Singapour, dans les pays du Golfe Persique, mais aussi aux États-Unis et en Europe, notamment en Italie) - ainsi que par les investissements directs étrangers. Ces investissements ont lieu dans les secteurs des technologies de l'information et de la communication (NTIC) mais aussi dans les secteurs qui demandent une main-d'œuvre à faible coût.

Le sud du pays, en particulier l'île de Mindanao, connaît une crise politique due à des mouvements séparatistes musulmans comme Abu Sayyaf et le Front Moro de libération islamique, s'opposant depuis les années 1970 au pouvoir de Manille, très proche de l'Église catholique.

Les Philippines obtiennent une indépendance presque totale en 1934 (24 mars) par le Tydings-McDuffy Act. Le premier président est élu en 1935 (indépendance totale).

Le système politique philippin est calqué sur le modèle politique américain. Il s'agit d'une république où le Président joue le rôle de chef d'État, chef du gouvernement et commandant en chef des forces armées. Le président est élu par un vote populaire, pour un mandat de 6 ans, au cours duquel il ou elle nomme les différents ministres.

Le pouvoir législatif est détenu par le Congrès, parlement bicaméral, constitué du Sénat et de la Chambre des représentants. Les membres des deux chambres sont élus par vote populaire. Il y a 24 sénateurs qui siègent 6 ans au Sénat, ainsi que 250 représentants qui siègent pendant trois ans à la Chambre des représentants.

La branches judiciaire du gouvernement est constituée d'une Cour Suprême. Cette Cour de dernier ressort est composée de 15 juges : 14 juges dits Associate Justices et un juge président dit Chief Justice. Ces juges sont tous nommés par le président de la République philippine.

La République des Philippines est membre fondateur de l'ASEAN (Association of Southeast Asian Nations). C'est également un participant actif de l'APEC (Coopération économique pour l'Asie-Pacifique), un membre du G-24 et l'un des 51 États fondateurs des Nations unies le 24 octobre 1945.

Les Philippines sont pour le moment en conflit avec Taïwan, la Chine, le Viêt Nam et la Malaisie à propos des îles Spratley, riches en hydrocarbures, ainsi qu'avec la Malaisie à propos de l'État de Sabah. Le fait que le sultan de Sulu ait reçu ce territoire en 1703 du sultan de Brunei est à l'origine de la revendication actuelle des Philippines.

¹ Les noms en italiques sont des acronymes, contenant le nom des villes ou des provinces (voir Acronymes aux Philippines).

Les Philippines sont constituées d'un archipel de 7 107 îles, avec une surface totale d'environ 300 000 km². Les îles sont divisées en trois groupes: Luçon (Régions I à V + NCR & CAR), les Visayas (VI à VIII), et Mindanao (IX à XIII + ARMM). Le port de Manille, sur l'île de Luçon, est la capitale et la deuxième plus grande ville après Quezon City.

Le climat local est chaud, humide et tropical. La moyenne annuelle de température est d'environ 26,5°. Les Philippines connaissent généralement trois saisons: Tag-init ou Tag-araw (la saison chaude, ou l'été de mars à mai), Tag-ulan (la saison des pluies de juin à novembre) et Tag-lamig (la saison froide de décembre à février). L'archipel n'est pas épargné par les typhons et les tempêtes tropicales : fin novembre 2004, l'un de ces épisodes pluvieux a touché le nord du pays et fait quelque 500 morts et disparus ; le 1er décembre 2006, des coulées de boue consécutives aux pluies du typhon Durian ont enseveli un millier de personnes au pied du volcan Mayon.

La plupart des îles montagneuses sont recouvertes de forêts tropicales et sont d'origine volcanique. Le point le plus haut est le mont Apo sur Mindanao qui culmine à 2 954 m. De nombreux volcans, comme le Pinatubo, sont actifs. Le pays est aussi soumis aux typhons du Pacifique de l'ouest à raison d'une vingtaine par an.

Agricole : 70 % de la population en dépend. Principales cultures: tabac, produits du cocotier (1er exportateurs mondial), ananas, riz (16e producteur mondial), maïs (13e producteur mondial), chanvre de Manille, canne à sucre (11e producteur mondial), café (14e producteur mondial) et bois tropicaux (à Mindanao) destinés au Japon. Depuis les années 2000, et en raison d'une démographie trop forte, les Philippines ne sont plus auto-suffisantes en matière de production de riz : elles doivent donc en importer désormais de pays d'Asie voisins, comme le Viêt Nam par exemple.

Minerais : Le chrome, l'or, le cuivre et le minerai de fer sont les principales ressources naturelles des Philippines.

Les Philippines font partie de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique (APEC).

Le pays est à grande majorité catholique. Les Philippins sont très religieux et les services du dimanche et du vendredi sont très suivis. La Semaine Sainte donne lieu à de grandes parades et à de réelles crucifixions, pourtant condamnées par l'Église. Certaines personnes se font en effet attacher à des croix lors du Vendredi Saint afin de commémorer la crucifixion du Christ, et restent ainsi toute la journée. C'est un geste volontaire, exécuté souvent par les même personnes qui y voient une manière de pénitence.

Les Philippines ont deux langues officielles : l'anglais et le filipino, ce dernier étant basé sur le tagalog. Environ 180 langues et dialectes restent usités dans l'ensemble du pays, toutes étant des langues austronésiennes. 12 comptent plus d'un million de locuteurs, regroupant 94 % de la population. Chacune de ses langues possède sa propre aire géographique mais, au cours du XIXe siècle, la promotion du filipino (donc du tagalog) et la forte émigration vers l'île principale de Mindanao de populations d'autres îles de l'archipel à quelque peu modifié cette répartition traditionnelle.

L'espagnol, malgré la longue colonisation, n'est parlé que par environ 3 millions de personnes. Avant la colonisation, il n'existait pas de langue commune dans l'archipel des Philippines. Mais l'espagnol restera parlé que par les colonisateurs et une élite philippine restreinte (qui permettra néanmoins l'émergence d'une littérature philippine en langue espagnole à la fin du XIXe siècle). Bien qu'une des deux langues officielles de la constitution de 1935, elle sera supplantée par l'anglais. Il n'est plus parlé que par 3 millions de personnes (moitié moins qu'à la fin de la Seconde guerre mondiale) mais reste une langue auxiliaire, tout comme l'arabe dans les régions du sud.

L'anglais, avec le filipino, est utilisé dans l'enseignement, dans l'administration centrale, dans le monde des affaires et dans de nombreux médias.

Le filipino progresse mais on estime qu'au moins la moitié de la population ne le maitrise pas, obligeant le pays suivant les régions à pratiquer le bi ou le trilinguisme.

Tout au long de l'histoire du peuple philippin, aucune identité culturelle nationale n'est pourtant apparue. Cela est en partie dû au nombre impressionnant de langues parlées dans le pays, que l'on estime aujourd'hui à 80, ainsi qu'aux très nombreux dialectes qui en découlent. L'isolement relatif entre populations voisines, que ce soit de village à village, ou d'île en île, a également contribué à cette absence d'identité unifiée.

Après l'arrivée des Espagnols, les missionnaires catholiques engagent des indigènes comme traducteurs, créant ainsi une classe de la population bilingue, connue sous le nom de ladinos. Ces personnes, notamment le traducteur et poète Gaspar Aquino de Belen, commencent alors à écrire des poèmes en alphabet latin mais principalement en langue Tagalog. Pasyon est d'ailleurs une célèbre narration poétique de la passion, mort et résurrection du Christ commencée par Gaspar Aquino de Belen. Par la suite, les ballades espagnoles de chevalerie, fournissent un modèle pour la littérature laïque philippine. Des pièces de théâtre écrites en vers, ou komedya, font l'objet de représentations en langue régionale, permettant ainsi un accès à la littérature pour une majorité du peuple, alors illettrée. Ces komedya sont également diffusées sous forme écrite dans les langues régionales, en utilisant toujours l'alphabet latin.

En outre, la littérature classique (José Rizal, Pedro Paterno) et les documents historiques (Hymne national, Constitución Política de Malolos), sont écrits en langue espagnole, qui ne cesse définitivement d'être une langue officielle qu'en 1973. L'écrivain philippin Claro M. Recto continuera d'écrire en espagnol jusqu'en 1946.

Les Philippines sont également la patrie de nombreux héros. On considère que Lapu-Lapu de Mactan fut le premier qui commença a repousser l'agression européenne et il est à l'origine de la mort de Ferdinand Magellan. José Rizal (né le 19 juin 1861, dans la ville de Calamba, Laguna), fait figure de héros national. José Rizal était un homme extrêmement cultivé parlant quelques 22 langues différentes. Poète, écrivain, médecin ophtalmologue (il fit une partie de ses études à Barcelone avant de s'installer à Paris, Heidelberg et à Berlin). Il joua un rôle essentiel dans le processus d'indépendance, s'inspirant de Don Quichotte dont il était un fidèle lecteur pour construire son projet politique et mener sa lutte contre le colonisateur. Jugé pour rébellion, il est exécuté le 30 décembre 1896. En hommage le 30 décembre est aujourd'hui un jour férié aux Philippines. Plus récemment, le premier président de l'Assemblée générale de l'ONU, Carlos Peña Rómulo est une autre figure importante de l'histoire des Philippines.

Les églises baroques des Philippines et la ville historique de Vigan sont des sites historiques classés au patrimoine mondial de l'humanité, tout comme les rizières de Banaue de la Cordillère, que certains considèrent comme la huitième Merveille du monde. Malheureusement, pendant la Seconde Guerre mondiale, une grande partie du centre historique de la ville de Manille (Intramuros) fut détruite, avant d'être reconstruite après guerre.

En haut



Luçon (Philippines)

Luçon (anglais et tagalog : Luzon), est le nom de la plus grande et principale île des Philippines et l'un des trois grands groupes d'îles du pays, les deux autres étant Visayas et Mindanao. Luçon a une superficie de 104 688 kilomètres carrés, ce qui en fait la quinzième plus grande île du monde et la cinquième île la plus peuplée au monde. Elle abrite la capitale du pays, Manille ainsi que la ville la plus peuplée, Quezon City.

L'île, montagneuse, est bordée à l'ouest par la mer de Chine méridionale, à l'est par la mer des Philippines et au nord par le Détroit de Luçon.

Les terrasses irriguées qui s'étagent dans la cordillère centrale de Luçon ont deux mille ans. En repiquant le riz, les paysans font les mêmes gestes que les pionniers qui, jadis, découpèrent la montagne en espaliers.

Luçon possède un aéroport (Clark Field, code AITA : CRK).

La production de riz suffit au besoin du pays : pour avoir jusqu'à trois récoltes par an, on le cultive en effet désormais en plaine avec force engrais et pesticides.

Lors de l'expansion du Japon Showa, au cours de la Seconde Guerre mondiale, Luçon fut le théâtre de la Bataille des Philippines.

En haut



Philippines aux Jeux olympiques d'été de 2008

Les Philippines participent aux Jeux olympiques d'été de 2008 à Pékin.

En haut



Subdivisions des Philippines

Les Philippines sont divisées en une hiérarchie d’unités locales de gouvernement (Local Government Units, LGU), la province (lalawigan en filipino) étant la subdivision de base. En 2002, il y a 79 provinces dans le pays, regroupées en 17 régions (rehiyon). Les provinces sont subdivisées en villes et municipalités, qui elles-mêmes sont composées de barangays. Le barangay est la plus petite LGU.

Les régions sont généralement organisées de manière à regrouper des provinces ayant les mêmes caractéristiques culturelles et ethnologiques.

Les provinces sont regroupées en régions pour des raisons de commodité administrative. La plupart des administrations gouvernementales possèdent des bureaux au niveau régional, habituellement dans la ville ayant le statut de capitale régionale.

Les régions elles-mêmes ne possèdent pas d'organe gouvernant distinct, à l'exception de la Région Autonome Musulmane de Mindanao et de la Région administrative de la Cordillère, qui sont autonomes.

En 2002, les Philippines comptent 17 régions. Les régions sont géographiquement combinées en trois groupes d'îles : Luçon, les Visayas, et Mindanao.

¹ Ces noms sont en lettres capitales, car ce sont des acronymes, contenant les noms des provinces ou villes constitutives.

En haut



Mer des Philippines

Carte de la mer des Philippines

La mer des Philippines est une partie de l'océan Pacifique bordée par les Philippines et Taiwan à l'ouest, le Japon au nord, les îles Mariannes à l'est et Palaos au sud.

Le fond de la mer des Philippines est constitué par la plaque des Philippines qui passe, à l'ouest, sous la plaque Euroasiatique qui a formé l'archipel des Philippines. Entre les deux plaques se trouve la fosse des Philippines (10 540 mètres de profondeur).

À l'est, la plaque du Pacifique passe sous la plaque des Philippines, et entre les deux se trouve la fosse des Mariannes (10 911 mètres de profondeur).

Du 19 au 20 juin 1944, la mer des Philippines a été le théâtre de la bataille de la mer des Philippines, une bataille navale et aérienne de la Guerre du Pacifique pendant la Seconde Guerre mondiale, et qui a opposé la Marine impériale japonaise et la Marine des États-Unis.

En haut



Source : Wikipedia