Peugeot

3.3626206196083 (1969)
Posté par rachel 28/02/2009 @ 19:40

Tags : peugeot, auto, loisirs, finance, economie, environnement, moto, scooter

Dernières actualités
Auto - 24h du Mans - L'Equipe.fr
Un prototype «maison» prendra le départ et une Peugeot 908... portera les couleurs de l'écurie sarthoise. Contre toute attente, Henri Pescarolo fait rouler une voiture Diesel ! Explications . « Henri Pescarolo, nous sommes à quelques jours des 24...
PEUGEOT : Plus forte hausse du CAC40 … - Zonebourse.com
Peugeot a par ailleurs estimé qu'il accusera des pertes cette année et qu'il consommera du cash. Les mois suivants cette publication, le marché automobile s'est plutôt stabilisé entre les mois d'avril et mai : -7% pour avril et +12% pour mai....
Le Bluetooth de série sur la nouvelle Peugeot 5008. - Planet Sans Fil
Les premières photos et caractéristiques du nouveau monospace Peugeot, le 5008, viennent d'être dévoilées plus le plus grand bonheur des amateurs de voiture. Un monospace axé sur la « famille » et qui recèle des petits détails plutôt judicieux....
Peugeot : le premier discours de Philippe Varin en dit long - Boursier.com
(Boursier.com) -- Le premier discours du nouveau Président de PSA Peugeot Citroën, Philippe Varin, mercredi lors de l'Assemblée Générale a clairement été orienté en faveur d´un accroissement de la dimension internationale du groupe, confirmant les...
Peugeot : bon démarrage commercial pour le crossover 3008 en France - Boursier.com
(Boursier.com) -- Peugeot a annoncé que son nouveau crossover 3008 a déjà enregistré 4.000 commandes en France à l'issue du mois de mai, son premier mois de commercialisation. Peugeot constate que ce résultat est significativement supérieur à ses...
Essai. Peugeot 3008 : pour les déçus du monospace - Le Parisien
Dans le sillage du Nissan Qashqai, qui fait un tabac en Europe, Peugeot lance son premier crossover, le 3008. Une excellente alternative pour les automobilistes lassés des berlines, fatigués des breaks, déçus des monospaces et allergiques aux vrais 4x4...
Laurent Carbonaro part à la faute - FFSA
Gênés par la Peugeot 207 WRC de Laurent Carbonaro, sortie de la route dans la spéciale, Cédric Chérain (Subaru Impreza) et Bob Colsoul (Mitsubishi Lancer Evo10) se voient attribuer un temps forfaitaire. Au classement général provisoire,...
Forte hausse à mi-séance, Renault et Peugeot s'envolent - Les Échos
Peugeot et Renault dominent le marché, alors que General Motors devrait officiellement déposer le bilan aujourd'hui. Les marchés d'actions européens s'inscrivent en forte hausse à mi-séance, profitant à la fois de la progression de Wall Street vendredi...
Peugeot ne va pas se précipiter dans les bras du premier venu - Le Monde
Et Thierry Peugeot, figure de proue de la famille qui contrôle le groupe français du même nom, semble plus ouvert à l'éventualité d'une fusion ou d'une alliance. C'est ce qu'il a indiqué dans un entretien accordé aux Echos le 2 juin, le jour même où le...
Une de plus pour Mourey - Journal L'Alsace
Steve Mourey (Peugeot 206 1600) 20'49''9 ; 2. Etienne Bouhot (Opel Astra Kit-Car) à 11''9; 3. Marc Barbe (Renault Clio R3) 15''3;…; 7. Patrick Gagnière (Ford Escort Cosworth) à 37''2; 12. Philippe Wehrle (Renault Clio Rsi) 1'04''9 ; 15....

Peugeot 306

Peugeot 306

La Peugeot 306 est une automobile compacte du constructeur Peugeot, commercialisée de 1993 à 2002 (2003 pour les breaks).

Remplaçante de la Peugeot 309, elle est vendue en 5 portes dès février 1993, ainsi qu'en 3 portes dès l'automne 1993. Elle sera ensuite disponible en 4 portes et cabriolet en 1994, puis en break en 1997, jusqu'à l'arrêt de la production en 2001 (2002 pour le break et le cabriolet). La 306 hérite de la plate-forme et de beaucoup d'organes de la Citroën ZX. Curieusement, la filiation Talbot fait encore son apparition sur cette voiture : les tôles comportent un T inscrit dans un cercle embouti à côté du lion Peugeot. La 306 a en effet été fabriquée en premier à Poissy, fief de Talbot. L'usine britannique de Ryton a aussi produit le modèle par la suite. La conception et la production du cabriolet fut pour sa part confiée à Pininfarina, faisant de la 306 la dernière décapotable Peugeot assemblée en Italie, en juxtant pour l'occasion une chaine d'assemblage consacrée à Ferrari ! Les motorisations disponibles en essence sont de cylindrées 1.1, 1.4, 1.6, 1.8, et 2.0 l. Le moteur 1.1 est apparu sur certaines versions bas de gamme. Les versions 16 soupapes apparaissent en 1993 sur les 2.0 l et 1997 sur les 1.8 l. Il y a également des versions au GPL. Côté diesel, on trouve deux versions atmosphériques (1 868 et 1 905 cm³), ainsi qu'un turbo-diesel à échangeur de 1.9 l de cylindrée, tous issus de la famille XUD. En 1999, le 1.9 l turbo-diesel sera remplacé par un 2.0 l turbo-diesel HDI à injection directe à rampes communes.

La 306 a été longtemps une vedette des ventes Peugeot. La longévité de la fabrication a vu logiquement s'étoffer l'équipement, et la fabrication a suivi l'évolution des techniques. Les moteurs à essence étaient à injection et catalysés dès l'origine, alors que les catalyseurs sont apparus sur les versions diesel lors du restylage d'avril 1997. L'antiblocage de roue à 3 capteurs ABS et le coussin gonflable de sécurité (« Airbag ») se sont généralisés dans l'équipement de série au fil des années. L'évolution des composants et des services associés aux véhicules a vu l'intervalle entre vidanges passer de 7 500 km sur les premiers modèles à 30 000 sur les plus récents, le remplacement de courroie de distribution de 80 000 km ou 5 ans sur les premiers diesel à 160 000 km ou 10 ans sur les HDI. La 306 illustre bien son rôle de charnière des années 95 : première à ne recourir à aucun carburateur ou allumeur encore courants à sa naissance, elle termine sa carrière avec un accélérateur à potentiomètre, un calculateur de gestion moteur et un calculateur de caisse sur ses dernières versions. Au final, le peu de pièces communes entre une version de début de fabrication en 1993 et un des derniers modèles de 2002 pourrait conduire à penser qu'il s'agit de modèles différents. Les versions restylées ont inauguré le capteur de pluie Valeo pour la commande automatique des essuie-glace.

Au niveau du châssis, la 306 a toujours fait figure de référence : en effet, son comportement est très sain, les suspensions sont bien équilibrées et le tout est homogène. La tendance au sous-virage des voitures à traction est contrée par l'utilisation d'un essieu arrière auto-directionnel fixé sur des cales élastiques, qui incline légèrement les roues vers l'intérieur des virages serrés mais qui entraîne du survirage sur chaussée humide. De plus, cette voiture vire avec très peu de roulis, ce qui augmente l'agrément en conduite appuyée. La compacité et le centre de gravité bas contribuent à une maniabilité qui a fait de la S16 une vraie voiture de sport au point de donner des idées aux conducteurs des autres modèles moins bien dotés, la D Turbo a par exemple donné une apparence flatteuse aux versions diesel. Le freinage est aussi un point fort des 306, avec des équipements adaptés aux performances de chaque modèle : gros tambours à l'arrière sur les breaks et Société, disques à l'arrière sur les S16 et HDI, disques ventilés à l'avant sur les Turbo diesel et essence performantes, la banque d'organes Peugeot a joué à plein, le moteur Turbo Diesel s'est par exemple retrouvé aussi sous le capot des 405, 406, Xsara, Xantia et même jusqu'au 806/Evasion.

Les différentes finitions disponibles sont les suivantes : XA (société 2 places), XR, XT, XS (finition sport), XSI, S16, puis Equinoxe, Symbio, Cashmere (depuis le restylage d'avril 1997), avant de revenir aux XR, XT, XT Pack de 1999 à 2002. On trouve également des intérieurs "Rolland Garros" (tons verts), "Eden Park" (cuir beige avec appuie-tête en forme de ballons de rugby) et de nombreuses séries spéciales aux complexes variations d'équipement.

Le côté sportif est assuré par la S16 (aussi appelée GTI en Belgique, Espagne et Suisse, et GTI6 au Royaume-Uni), possédant au départ un 2.0 l 16v, avec un système d'admission à caractéristiques acoustiques variable (ACAV). En 1993, Peugeot sort la 306 Le Mans, édition limitée de la S16 à quelques 400 exemplaires à peine, pour fêter les victoires de Peugeot aux 24 heures du Mans. Une nouvelle version de la S16 est développée pour le restylage et commercialisée dès octobre 1996. Elle est munie d'un nouveau bloc 2.0 l 16v développant 167 ch, ainsi qu'une boîte 6 vitesses. La S16 boîte 6 est proposée en deux finitions : Confort (bon marché, plus légère) et Premium (mieux équipée : climatisation automatique, rétroviseurs motorisés, lève-vitres électriques). A noter que la Peugeot 306 S16 servira de base à la 306 Maxi, destinée au rallye.

La Peugeot 306 Cabriolet est une automobile du constructeur PSA commercialisée de mars 1994 à 2002.

Commercialisée depuis le 11 mars 1994, ce cabriolet a su tirer parti de sa ligne élégante, de ses qualités dynamiques et de ses places arrière, étriquées mais existantes, pour s'attirer une belle notoriété. Sur le marché français, quelque 77 500 exemplaires de 306 Cabriolet ont trouvé acquéreurs au cours de sa carrière, tandis que le rythme de production était encore, en juin 2002, de 16 unités par jour, un beau score pour une auto alors à l'aube de la retraite !Si les ventes du cabriolet 306 n'ont représenté "que" 2,7 % des ventes totales de 306, la présence de ce modèle sur le marché de l'occasion n'est pas négligeable, par rapport au volume de 306 en vente.Un état de fait à ne pas perdre de vue à l'heure du choix car, si les 306 Cabriolet conservent des cotes élevées, l'offre est assez large pour ne pas jeter votre dévolu sur le premier modèle que vous trouverez… Enfin, dans le cadre d'une utilisation quotidienne, privilégiez les (rares) exemplaires dotés d'un hard-top, accessoire qui s'échangeait en option contre 12 000 F (1 830 €), mais qui coûte, en post-équipement, la bagatelle de 2 715 € !

Affichant 15 cm en longueur de plus que les berlines 3 et 5 portes, mais 8 cm de moins que la 4 portes, le cabriolet Peugeot306 revendique pourtant une habitabilité en net retrait aux places arrière et un volume de coffre inférieur, à plus forte raison lorsque la capote est ouverte. En contrepartie, le dessin ne souffre d’aucune lacune, le couvre-capote affleurant n'ayant pas la moindre incidence sur la beauté de l'ensemble. On doit ce coup de crayon irréprochable, à l'équipe de style Pinifarina, qui s'est illustrée trois ans plus tard avec le magnifique coupé 406.Cabriolet 5 places dérivé d'une berline compacte de grande série, le cabriolet 306 rivalise à armes sensiblement égales avec les Volkswagen Golf Cabriolet et Renault Mégane Cabriolet,tout en n'offrant pas une habitabilité sensiblement supérieure à celle d’une Fiat Punto Cabriolet ! La planche de bord est strictement identique à celle de la berline. On retrouve donc ses qualités, notamment en ce qui concerne l'ergonomie soignée, mais aussi ses défauts, avec un style vieillot, des plastiques pas très valorisants et une qualité d'assemblage perfectible. Un dernier reproche encore plus sensible sur le cabriolet, dont la structure est moins rigide que sur la berline, occasionnant un vieillissement prématuré des fixations de garnitures intérieures, surtout lorsque la voiture est menée de manière musclée…

L'équipement était convaincant dès le lancement et s'est amélioré au fil des années, pour contrer la concurrence de rivales plus récentes. La climatisation et les jantes alliage ne faisaient pas partie de la dotation de série. La 306 Cabriolet a toujours été commercialisée en finition unique, doublée depuis 1995 (millésime 1996) d'une série "limitée" Roland Garros, récurrente chaque année à l'occasion des internationaux parisiens de tennis. Les places arrière, officiellement au nombre de deux, conviendront en appoint à deux adultes. Ceux-ci ne sont d'ailleurs pas épargnés par les remous d'air lorsque la voiture est décapotée, et ne profitent que d'une garde au toit très moyenne quand la capote est fermée, ou quand le hard-top est en place. La capote impose quelques précautions dans sa manipulation, d'une part à cause du coût de la vitre plastifiée arrière et d'autre part à cause d'un ajustement peu évident, d'autant que l'étanchéité arrière repose exclusivement sur la tension de la capote. À cet égard, mieux vaut orienter ses recherches vers un modèle doté de la capote électrique : en série sur les 2.0e (121 et 133 ch) et sur les Roland Garros (toutes motorisations confondues), en option sur les 1.6e et 1.8e, de toutes puissances et toutes générations. Enfin, le manque d'épaisseur de la capote ne permet pas une isolation optimale, et les bruits d'air à haute vitesse deviennent rapidement contraignants.

À l’épreuve de la route, les berlines 306 ont toujours fait figure de références. Revendiquant une rigidité moindre, en raison de l'absence d'arceau (parfaitement esthétique, mais au détriment de l'efficacité…), le cabriolet 306 affiche des prestations dynamiques en retrait par rapport à ses homologues couvertes. Si ce cabriolet satisfait pleinement à rythme coulé, il avoue plus rapidement ses limites que les berlines et breaks quand le conducteur hausse le ton. En revanche, côté confort de suspensions, il n'y a toujours rien à redire… Au final, pour une adéquation optimale entre les performances mécaniques et le potentiel du châssis, mieux vaut éviter les motorisations les plus puissantes. Le 1.6e de 100 ch, seul survivant depuis septembre 2000, s'avère d'ailleurs parfaitement en accord avec les caractéristiques dynamiques de la voiture.

Au chapitre de la sécurité, les premiers cabriolets 306 affichaient une dotation minimaliste, mais l'ABS figurait dès le début sur la liste des options. Au fil des millésimes, la dotation s'est sensiblement enrichie, restant à chaque fois au goût du jour et supportant la comparaison avec ses principales rivales. Toutefois, l'antipatinage ou le contrôle électronique de trajectoire (ESP) n'ont jamais été disponibles.Sur le plan des performances, l'offre de base constituée du 1.6e de 90 ch assurait déjà des prestations honorables, avec 13 secondes pour atteindre 100 km/h et une vitesse maximale de 180 km/h. Le 1.8e de 103 ch se montrait plus convaincant, notamment par sa souplesse, ses performances ne constituant pas un progrès sensible. En haut de l'échelle, le 2.0e de 121 ch se montrait plus efficace en accélérations, autorisant une vitesse de pointe permettant de tenir des bonnes moyennes sur autoroute… allemande !Le restylage du printemps 1997 s'est accompagné d'une nouvelle définition de l'offre mécanique. Les 1.8e et 2.0e sont passés en multisoupapes, délivrant respectivement 112 et 133 ch. Le 1.6e est, pour sa part, resté en 8 soupapes, mais la gestion électronique revue a porté la puissance à 100 ch, offrant des performances convaincantes pour des valeurs de consommations qui demeurent raisonnables.

Peu de faiblesses récurrentes sérieuses ont affecté le cabriolet 306. On note principalement, comme sur les autres modèles Peugeot équipés de ce moteur, la piètre endurance de la courroie de distribution des premiers 1.8e 16v, construits début 1997. Les séries concernées ont, en principe, toutes été rappelées pour une correction en garantie.Les autres mécaniques font globalement preuve d'une bonne fiabilité, seuls les 1.6e (modèles 96 et 97) et les 1.8e (modèles 94 à 97) pouvant manifester des à-coups, qui se résorbent par reprogrammation du calculateur d'injection.Les cabriolets 306 ont aussi connu quelques soucis sur les équipements électriques : commandes de lève-vitres notamment, mais aussi de connecteurs de capote électrique, pour laquelle la pompe hydraulique et le vérin principal étaient aussi à mettre en cause. Selon l'usage qui lui a été réservée, la capote peut également occasionner de mauvaises surprises en matière d'étanchéité. Lors de l'achat, vérifiez méticuleusement son fonctionnement et son bon ajustement.

La Peugeot 306 Maxi est une voiture de compétition, destinée au rallye, et basée sur la 306 S16. Elle marqua le vrai retour de Peugeot au premier plan des rallyes, après l'ère des groupes B et de la mythique 205 T16.

La 306 Maxi fut la reine des Kit-cars avant l'arrivée de la Xsara. Aux mains de Gilles Panizzi et François Delecour, elle gagna plusieurs rallyes de championnat de France et permit à Panizzi de remporter deux titres de Champion de France des rallyes en 1996 et 1997. Elle fut plus évoluée et plus compétitive que la Maxi Mégane, avant de céder sa place en championnat de France à la Xsara Kit-car de l'autre constructeur du groupe PSA. La Peugeot 306 Maxi fit aussi quelques apparitions officielles en championnat du monde des rallyes, de 1996 à 1998, sur les rallyes asphaltes, où elle termina à plusieurs reprises dans le top 6, avec comme meilleur résultat, la deuxième place obtenue par François Delecour au Tour de Corse 1998, face à des World Rally Cars plus puissantes, dotées d'une transmission intégrale, mais aussi plus lourdes. La 306 Maxi fut conçue exclusivement pour les rallyes asphalte mais un pilote privé portugais, Adruzilo Lopes, engaga une version modifiée pour la terre au rallye du Portugal, remportant sa classe (A7) en 1998. La 306 Maxi connaitra ses derniers succès internationaux en 2004, en permettant au pilote privé italien, Luca Pedersoli, de terminer deuxième du championnat d'Europe des rallyes 2004, en offrant une certaine résistance aux Super 1600 moins puissantes, mais beaucoup plus récentes.

Aujourd'hui, si la 306 Maxi n'est plus homologuée pour participer aux grands rallyes internationaux, elle continue à faire le bonheur de pilotes privés dans le championnat de France des rallyes, mais également dans les épreuves régionales et nationales...

En haut



Peugeot 308

Peugeot 308

La Peugeot 308 est une automobile qui a succédé à la Peugeot 307 depuis le 20 septembre 2007. Elle a été officiellement présentée à la presse le 5 juin 2007.

La Peugeot 308 a été officiellement présentée à la presse le 27 juin à Guebwiller, à proximité de deux sites de production européens. La commercialisation a débuté le 20 septembre 2007 avec un objectif de ventes de 350 000 en année pleine, contre un maximum de 580 000 réalisé par une 307 qui avait moins de concurrence face à elle.. La 308 5 portes est fabriquée en France à Sochaux et à Mulhouse.

Légèrement plus basse que la 307 (de 12 mm), elle reprend l'architecture semi-haute de la 307 qui avait fait son succès. Sa longueur s’est, elle, accrue de 6,5 cm (soit 4,276 m). Au lancement, six motorisations sont proposées : 3 essence et 3 diesel. Côté essence, on retrouve le 1.4 VTi 95, le 1.6 à distribution à calage variable développé avec BMW est disponible en version VTi 120, ou turbocompressé THP 150 ch. L’offre diesel se constitue du 1.6 HDi FAP 90 ou 110, et du 2.0 HDi FAP 136. La gamme dispose de la nouvelle boîte de vitesses pilotée à six rapports sur le 1.6 HDi FAP 110, d'une boîte automatique à 6 rapports sur le 2.0 HDi FAP 136 et une boîte classique à 5 vitesses sur le 1.6 HDi FAP (et non FAP) 90, les 1.6 HDi FAP 110 et 2.0 HDi 136 sont quant à eux muni des boîtes de vitesses manuelle à 6 vitesses. Le Cx est de 0,29. La finition a été soignée et l'équipement propose des innovations : Alerte de Franchissement Involontaire de Ligne (AFIL), projecteurs bi-Xénon directionnels, système RT4 de guidage satellite à disque dur et écran escamotable de 7’’, l'aide au stationnement avant ou bien le réglage lombaire des sièges avant (inclus dans le pack Confort, de série à partir de la finition Premium Pack).

La version 3 portes est commercialisée depuis décembre 2007 en même temps que les finitions Confort et Confort Pack et des deux moteurs d'entrée de gamme et elle est fabriquée à Mulhouse. Les moteurs HDi sont équipés de série d'un FAP pour les motorisations 1.6 110 et le 2.0 HDi FAP 136; pour le HDi 90ch cela reste une option à 500€.

Le style de la 308 reprend les codes stylistiques du concept car 907 avec son regard félin, ses lignes dynamiques et son bec plongeant vers l'avant directement inspiré de la F1. Ce design peut venir du fait qu'au moment de l'étude de la 907, Peugeot travaillait en parallèle sur la 308. Pour ce qui est de la qualité des matériaux et de la finition de sa 308, Peugeot a pris pour cible les constructeurs Allemands (notamment Audi qui est réputé en termes de finition et de qualité et surtout son A3 qui est dans le même segment que la 308). La 308 est classé voiture n°1 en termes de qualité tous segments et toutes marques confondues en France (source du test : l'Auto - Journal).

En haut



Peugeot

Logo de Peugeot

Peugeot est un constructeur automobile français fondé par Armand Peugeot, de la famille Peugeot en 1896. Le siège est à Paris et les bureaux d'étude et de recherche à Vélizy, La Garenne-Colombes, Poissy et Sochaux/Montbéliard (25).

La marque Peugeot appartient au groupe PSA Peugeot Citroën qui englobe également Citroën rachetée à Michelin en 1974. Jean-Martin Folz (X1966) en était le PDG qui a succédé à Jacques Calvet du 1er octobre 1997, à octobre 2006. Depuis le 8 novembre 2006, Christian Streiff a pris la direction du groupe PSA Peugeot Citroën.

Peugeot a vendu 1,96 million de véhicules (en baisse de 1,8 %) en 2006, dont 1,233 millions en Europe de l'Ouest (-1,7 %), 491 000 hors Europe et Iran (+10,7 %) et 236 000 (-20 %) véhicules CKD en Iran. Avec 308 000 ventes en 2006, la Peugeot 207 a connu un démarrage satisfaisant et devrait atteindre 500 000 en année pleine.

L'entreprise Peugeot entre dans l'ère industrielle en 1810 sous l'impulsion de l'empereur Napoléon Ier qui avait besoin de vêtir les soldats de sa Grande Armée : ces meuniers d'origine deviennent des transformateurs de coton à Audincourt à côté de Sochaux en Franche-Comté, puis se lancent dans la sidérurgie en mettant en œuvre une fonderie.

Cette fonderie laisse la place à une fabrication de lames de scies. En 1842, l'entreprise s'associe à quatre Anglais originaires de Lancaster installés dans la région de Saint-Étienne, les frères Jackson, et à partir de 1846, produisent sous la raison sociale " Peugeot aînés et Jackson frères " des scies à ruban, des outils, des buscs et des baleines de parapluies.

En 1848 après la révolution qui provoqua une crise économique, la firme prend le nom de " Peugeot Frères " et fabrique des montures d'acier pour les crinolines, accessoires de mode lancée par l'impératrice Eugénie.

Les premières automobiles à quatre vitesses et de 8 ch Peugeot Type 2 puis Peugeot Type 3 ne sont construites qu'à partir de 1890, et roulent à 25 km/h. Le moteur à essence de cette époque est construit à partir de la licence de Daimler, abandonné ensuite pour utiliser un moteur Peugeot. L'entreprise fabriquait également, à l'origine, les fameux moulins à poivre ainsi que des moulins à café (1876 à 1935), des bicyclettes (activité indépendante depuis mars 1926), de l'électroménager (filiale désormais dénommée PSP pour « Peugeot Salières Poivrières », détenue à 15 % par le groupe), et de l'outillage électrique (disparue en 1989, l'activité a été relancée en 2005 par PSP). La Société Anonyme des Automobiles Peugeot est créée en 1896 par Armand Peugeot (centralien).

Implantée dans de nombreux sites industriels en France et dans le monde, la marque est fermement associée à la ville de Sochaux, près de Montbéliard en Franche-Comté, en France, où se trouve son plus gros site industriel qui regroupe des activités de recherche et développement et de fabrication d'automobile en série. L'usine de Sochaux est restée, jusque dans les années 1960, la seule unité terminale de production automobile de la marque, avant la construction du site de Sausheim en Alsace, puis dans les années 1970, l'acquisition de l'outil industriel de Chrysler en Europe.

Le « lion » symbole de l'entreprise est utilisé depuis 1847 mais ne fut déposé en tant que logo qu'en 1858. Il symbolisait à l'origine les trois qualités des lames de scies Peugeot : « vitesse de coupe, dureté des dents et souplesse de la lame ». Cette renommée sidérurgique de qualité ne se déperdra pas au fil des années. Une publicité de Peugeot dans le magazine Scientific American mentionnait d'ailleurs dans les années 1960 que le véhicule automobile le plus ancien en état de marche aux États-Unis était une Peugeot de 1898.

Il faudra attendre 1948 et la Peugeot 203 pour voir disparaître la flèche sous-jacente. Le lion héraldique fait son apparition sur la 203. Il se redresse sur ses pattes arrière pour adopter la posture familière du lion héraldique des armes de Franche-Comté, berceau de l'entreprise. Il subira sept modifications successives jusqu'à la version actuelle datant de 2002 et baptisé Blue Brand.

Le 20 juin 2008, la 50 millionième Peugeot est sortie des chaines de montage de Sochaux. Il s’agissait d’une 308 SW. La carrosserie de cette voiture était décorée des photographies des salariés du Site avec leur Peugeot dans les moments importants de leur vie. Après les cérémonies d’usage, la voiture a rejoint directement le musée de l’aventure Peugeot pour inaugurer les festivités du 20e anniversaire de l’ouverture du musée.

Tous les détails sur l'histoire du logo se trouvent sur le site international de la marque Peugeot .

On compte de nombreuses initiatives associatives : arbre de Noël (1918), service médico-social (1926), club de football avec 10 sections et construction du stade des Forges (1928), société de jardinage (1929), scoutisme (1929), société de pêche (1930), orchestre d'harmonie (1930), colonies de vacances (1933), piscine (1935), et Orphéon (1935).

Peugeot a également œuvré pour l'apprentissage avec la création de l'École d'apprentissage de Beaulieu (1919) (ville intégrée aujourd'hui à la ville de Mandeure), l'École d'apprentissage de Sochaux (1930), le cours de contremaîtres (1932), l'école de techniciens de garage (1936), et l'école de perfectionnement (1937).

Le premier chiffre est lié à la position du modèle dans la gamme, le dernier à sa génération. Sur le plan marketing, cette idée toute simple fait économiser à Peugeot des millions en publicité : lorsqu'une voiture se nomme Peugeot 204, on sait d'emblée qu'elle succède à la Peugeot 203, et se situe dans la gamme plus près de la Peugeot 104 que de la Peugeot 404. Il existe néanmoins des exceptions, comme la 309, antérieure aux 306 et 307. On note également un "saut + 2" lorsque la série 60y est directement passée de la 605 à la 607. Peut-être dans un souci de marketing : la 605 n'avait guère brillé et il convenait sans doute que la nouvelle berline haut de gamme signée Peugeot marque quelque distance vis-à-vis de celle-ci... Exit donc la 606 ! Remarquons également que Peugeot semble - du moins pour le moment - délaisser la série 50y : série assez maigre il est vrai (504 et 505).

Peugeot a déposé dans le domaine automobile les désignations x0y pour ses modèles. C'est ainsi que la Porsche 901 sera commercialisée sous le nom de Porsche 911 à la demande de Peugeot. En revanche le Boeing 707 n'est pas concerné d'une part parce que ce n'est pas une voiture, et d'autre part parce que Boeing a déposé de son côté les noms de modèles d'avion en 7x7 (on remarquera toutefois qu'Intel n'a pas été autorisée à déposer les nombres 80386, 386, 486, 586 et 686 malgré sa volonté de le faire au début).

On retrouve souvent l'anecdote comme quoi il s'agissait initialement d'intégrer le trou de la manivelle de démarrage moteur au numéro du modèle. Pourtant cette astuce n'a pas été utilisée sur les premiers modèles à zéro central (Peugeot 301, Peugeot 401, Peugeot 601), mais seulement sur quelques modèles qui ont suivi, les Peugeot 302 et Peugeot 402 par exemple. Bien plus récemment, le zéro central sert de bouton d'ouverture du coffre sur les Peugeot 307 CC, Peugeot 407 et Peugeot 607.

La multiplicité des modèles a décidé Peugeot à introduire un double zéro sur certains de ses modèles futurs en lieu et place du zéro central unique, afin d'augmenter le nombre de désignations disponibles tout en gardant un air de famille dans les désignations de la gamme. Dans un premier temps il semble que ce double zéro ne serve qu'aux modèles « spéciaux » qui cohabiteront avec les modèles ayant un simple zéro (Peugeot 107 et Peugeot 1007 par exemple).

Notons également que, selon nos informations, la Peugeot 81 n'est pas un monospace d'avant-guerre qui aurait perdu son zéro.

En 1988 le musée de l'Aventure Peugeot est fondé par la famille Peugeot sur son site industriel historique de Sochaux en Franche-Comté avec plus de 100 000 visiteurs par an, 450 véhicules dont une centaine d'exposés, 300 cycles et motocycles dont une cinquantaine d'exposés, 3 000 objets estampillés à la marque, 45 000 m² d'exposition dont 10 000 m² ouverts au public et plus de 5 km d'archives.

Dès 1931, Peugeot remporte le rallye Monte-Carlo. Dans les années 1960, la Peugeot 404 gagne le Rallye East African. La Peugeot 504 fera de même plus tard.

Peugeot a dominé le championnat du monde des rallyes avec la Peugeot 205 Turbo 16 Groupe B, qui remportera les titres mondiaux constructeurs et pilotes en 1985 (Timo Salonen) et 1986 (Juha Kankkunen). La marque se retire avec la suppression de la catégorie des Groupe B.

Peugeot est revenu en rallye dans le championnat WRC à la fin 1998. La marque remportera trois fois le championnat constructeur 2000, 2001 et 2002 et 2 fois le championnat pilotes en 2000 et 2002 avec Marcus Grönholm. En 2004, la 206 WRC cède la place à la 307 WRC qui ne parvient pas à faire aussi bien. À la fin 2004, Peugeot annonce son retrait de la compétition à l'issue de la saison 2005.

Peugeot est un habitué du rallye-raid depuis longtemps, et plusieurs voitures s'y sont illustrées, telles la 404 ou la 504.

En 1987, lorsque le Groupe B disparaît, c'est au tour de la 205 du directeur de Peugeot Talbot Sport Jean Todt de venir écrire l'histoire de la marque en Afrique. En plus d'autres épreuves, Peugeot va remporter le Paris-Dakar à quatre reprises. En 1987, victoire de la Peugeot 205 Turbo 16 Grand-Raid de Ari Vatanen et Bernard Giroux. En 1988, c'est celle de Juha Kankkunen et Juha Piironen qui s'impose. Puis en 1989, c'est avec la Peugeot 405 Turbo 16 que Peugeot réalise le doublé (1re place pour Ari Vatanen / Bruno Berglund), et en 1990 le triplé (1re place pour Ari Vatanen / Bernard Giroux).

C'est alors au tour de la petite sœur de Citroën, la Citroën ZX Rallye-Raid, de représenter PSA Peugeot Citroën.

Dès 1938, le constructeur au lion a remporté une victoire de catégorie aux 24 Heures du Mans avec la Peugeot 402, 5e au classement général.

Par la suite, les moteurs Peugeot seront régulièrement présents, en catégorie LMP2, et en LMP1 notamment en fournissant un V6 bi-turbo à l'écurie Henri Pescarolo Sport de 2000 à 2003.

Lors de l'édition 2005, Peugeot a annoncé son nouveau défi technologique : gagner les 24 Heures du Mans 2007 avec une voiture propulsée par un moteur HDI, équipé du filtre à particules (FAP), la 908. Au final, l'équipe place une de ses deux voitures à la deuxième place, juste derrière l'une des trois Audi R10. Elle remporte par ailleurs le titre Le Mans Series 2007. En 2008, les 908 terminent deuxième, troisième et cinquième des 24 Heures du Mans.

Dès 1894, Peugeot a remporté avec un quadricycle à moteur la course Paris-Rouen. En 1912, le constructeur gagne le Grand Prix de France à la moyenne de 110,26 km/h avec Georges Boillot. En 1913, Boillot sur Peugeot est battu d'un cheveu par un véhicule Renault au Grand Prix de l'Automobile Club de Dieppe.

Peugeot a également gagné trois fois les 500 miles d'Indianapolis, en 1913 avec Jules Goux, en 1916 avec Dario Resta et 1919 avec Howdy Wilcox.

Peugeot a aussi été présent sans grand succès en tant que motoriste en Formule 1, de 1994 à 2000, équipant notamment les équipes McLaren (1994), Jordan (1995-1997), et Prost Grand Prix (1998 à 2000). Comble de malchance, le meilleur résultat obtenu en F1, lors de la première saison avec Jordan, en 1995 au GP du Canada (Jordan Peugeot 2e et 3e) a été totalement occulté par le fait qu'il s'agissait aussi ce jour là de la première victoire de Jean Alesi, un français, sur Ferrari. Manque de chance aussi, l'écurie Jordan gagne son premier GP dans l'année qui suit le départ de Peugeot comme motoriste. Au final, les moteurs Peugeot auront obtenu 14 podiums en F1, dont 5 deuxièmes places.

À Pikes Peak, la Peugeot 205 Turbo 16 de Ari Vatanen échoue de peu en 1987, mais le Finlandais l'emporte en 1988 au volant de la Peugeot 405 Turbo 16. Sur cette même voiture, c'est Robby Unser qui gagnera en 1989.

Peugeot a aussi été présent dans les championnats de voitures de tourisme, remportant plusieurs titres dans les années 1990 en championnat de France puis un titre en Allemagne. Peugeot fut également présent dans d'autres pays par le biais d'importateurs (Royaume-Uni, Danemark, Brésil,...), avec plus ou moins de succès.

Si la marque Peugeot est connue pour ses « moulins » (terme argotique pour désigner les moteurs) automobiles, la firme s'est également démarquée depuis plus de cent soixante ans dans la fabrication de moulins ménagers : moulin à café, moulins à sel et à poivre, à noix de muscade... (devenus des objets collectors très recherchés) exposés et vendus au Musée de l'Aventure Peugeot de Sochaux en Franche-Comté. Peugeot à l'heure du repas : de nombreux restaurants de par le monde proposent sur leur table un poivrier Peugeot. (Voir Moulin à café Peugeot) Quelques photos.... Ces moulins sont de particulièrement bonne qualité et ne souffrent jamais de problèmes mécaniques.

Après avoir abandonné la production de vélos et vélomoteurs, Peugeot reste un fabricant réputé de scooters sur ses sites de Dannemarie (300 salariés) et Mandeure (800 salariés). La marque a développé des scooters de forte cylindrée (125 cm³ et plus), en complément des ses modèles d'entrée de gamme (Ludix), dont Peugeot a annoncé à partir de 2008 la délocalisation en Chine.; Les scooters Peugeot sont particulièrement répandus en Suisse et en France.

En 1930, Peugeot absorbe Automoto qui avait été une entreprise pionnière dans le domaine des motos et scooters.

Il est exceptionnel de voir circuler des motos de la marque ailleurs qu'en France. Les cyclomoteurs de 50 cm³ sont très répandus en France pour plusieurs raisons : caractère national du marché, prix légèrement inférieurs à ceux de la concurrence, équipement des motos en moteurs AM6 de Minarelli, comme celles de bien d'autres constructeurs, ce qui facilite les réparations et abaisse leurs prix. Le prix des occasions est nettement plus bas que chez la plupart des constructeurs, ce qui provoque un effet dynamisant pour le marché. Avant les célèbres XP6 et XPS, apparues en 1997 (?), les motos de 50 cm³ portaient le nom de XP qui datent de 1986 (moto automatique ?) et TLX de 1982. D'autres modèles de plus fortes cylindrées existaient aussi, mais il ne reste aujourd'hui plus que la XPS CT 125 (de 125 cm³), équipée d'un moteur Honda. Débridées et/ou modifiées légèrement, les motos de 50 cm³ atteignent les 90 km/h.

Les XP6 et XPS ont un profil de cross ; les XR6 et XR7 ont un profil sportif, mais coûtent plus cher et sont moins nombreuses.

En 1928 Jean-Pierre Peugeot (1896-1966) prend la direction de Peugeot et invente le sponsoring en devenant président du club de football qu'il vient de créer : le Football Club Sochaux-Montbéliard.

GEFCO (Groupage Express Franche-Comté), prestataire logistique européen, est la filiale transport de Peugeot créée en 1954. Au départ, GEFCO fut dédié à la distribution des pièces de rechange et des voitures vers les concessions.

En haut



Peugeot 407

Peugeot 407

La Peugeot 407 est un modèle de voiture Peugeot du segment M2 qui a remplacé la 406, elle est produite dans l'usine PSA de Rennes. Annoncée et présentée à la presse en décembre 2003, elle est commercialisée depuis Avril 2004.

Le coupé a été présenté au Salon automobile de Francfort en septembre 2005.

La 407, tant en berline qu'en coupé, a reçu 5 étoiles sur 5 aux tests de l'EuroNCAP.

Anecdote : pendant un temps, certains journalistes ont cru que la voiture prendrait le nom de Peugeot 506 ou 507.

En juillet 2008, la Peugeot 407 a eu droit à son restylage : au niveau du pare-chocs arrière avec l'apparition d'un diffuseur, ainsi qu'un nouveau dessin des feux. Sur la face avant, seul la grille de calandre change avec des chromes plus présents. A l'intérieur les matériaux changent avec une console centrale noir laqué. Le nouveau système de navigation Wip Nav équipé du bluetooth est de série à partir du second niveau de finition (Premium). Evolution du 2.0L Hdi 136ch qui voit sa puissance passer à 140ch tout en diminuant sa consommation.

La Peugeot 407 Elixir est un prototype présenté par Peugeot au Salon automobile de Francfort 2003.

La Peugeot 407 fut l'héroïne du film Taxi 4, succédant à la Peugeot 406 des trois premiers volets.

En haut



Source : Wikipedia