Outreau

3.4099216709967 (1149)
Posté par seb 28/02/2009 @ 09:39

Tags : outreau, pas-de-calais, nord-pas-de-calais, france, justice, société, outreau bis

Dernières actualités
Le Festival « L'Europe dans les étoiles » est passé à la Faïencerie - La Voix du Nord
Quatre-vingt-dix choristes des collèges Angellier et Daunou de Boulogne ainsi que de Camus d'Outreau, se sont rassemblés dans la salle de la Faïencerie. L'Association régionale pour l'expansion des rencontres chorales scolaires (ARECS) est à l'origine...
La mort de Christian Godard, acquitté de l'affaire d'Outreau - La Voix du Nord
C'est le message qui est parti hier matin du téléphone portable de Roselyne, « la boulangère » de l'affaire d'Outreau. Comme d'autres, elle avait été arrêtée sur la foi des accusations délirantes de plusieurs enfants et son mari - à l'époque - s'était...
Véronique Courjault condamnée à 8 ans de prison - Le Figaro
Pour ce faire, il invoque dans un même élan Outreau, enfer judiciaire contemporain, et saint Yves, intemporel patron des avocats : «Si je le rencontre, je pourrai affronter son regard», déclare-t-il. Retour au temporel. Me Leclerc parcourt le dossier,...
Sorties réussies pour l'AS Outreau et les Boulonnais du Conti - La Voix du Nord
Le rideau du groupe A est tombé sur la saison 2008-2009 avec les victoires de l'AS Outreau et du Conti et les revers anecdotiques de l'USBCO (B) et de Neufchâtel. AS Outreau - Grande-Synthe (B) 3-2. Les joueurs de Grégory Ledez se sont offert un succès...
Le Conseil supérieur de la magistrature attend sa réforme dans un ... - Le Monde
L'autorité chargée de la discipline et des nominations de magistrats subit les contrecoups de l'audience disciplinaire du juge Fabrice Burgaud en février, et la révélation que l'un des membres du CSM avait participé à un délibéré sur l'affaire Outreau....
La généalogie est une passion qui se communique - La Voix du Nord
L'association porteloise dispose pour les communes du Portel, d'Outreau et d'Equihen, de tous ces documents, sur microfilms, certains depuis 1856, de quoi faciliter les recherches. • > Société généalogique de la Côte d'Opale - médiathèque du Portel,...
Le journalisme français accusé - Le Monde
Il donne en exemple l'affaire de la fausse agression du RER D et celle d'Outreau. Ce faisant, peut-être n'insiste-t-il pas assez sur le fait que les premiers à s'emballer sont souvent les hommes politiques (dans le cas du RER D) ou les institutions (le...
L'AS Outreau respire, le derby à l'USBCO (C) - La Voix du Nord
Bergues-AS Outreau 1-2. Grégory Ledez et sa bande peuvent désormais respirer à pleins poumons. En s'imposant chez l'un de leurs concurrents directs, les Outrelois ont assuré leur pérennité à ce niveau. Tout avait pourtant bien mal commencé pour l'ASOF...
Parents accusés de viols : l'ombre d'Outreau plane - Site internet de La Nouvelle République du Centre Ouest
Le terrible souvenir de l'affaire d'Outreau plane. Au-dessus de la cour d'assises de Châteauroux, où se déroule à huis clos le procès de deux parents castelroussins, accusés de viols sur leurs deux garçons de 10 et 15 ans et sur leur fille de 13 ans....
Le plaider coupable aux assises? - leJDD.fr
On l'a vu à Outreau. Cela facilite l'instruction malgré tout. Mais lorsqu'on est saisi de faits aussi graves que les histoires de moeurs, je ne sais pas s'il faut aller vite. Il faut que le travail des preuves soit fait. Il est indispensable que le...

Affaire d'Outreau

L'affaire d'Outreau part d'une affaire pénale d'abus sexuel sur mineur. Elle débouchera sur une erreur judiciaire. Cette affaire a donné lieu à un procès aux assises de Saint-Omer (Pas-de-Calais) en France du 4 mai au 2 juillet 2004, puis un procès en appel à Paris en novembre 2005.

Elle suscita une émotion dans l'opinion publique et mit en évidence les dysfonctionnements du monde politique, de l'institution judiciaire et des acteurs sociaux, notamment dans la lutte contre la pédophilie annoncée depuis 1996 au plus haut niveau de l'État, et dans les cas d'abus sexuel sur mineur. Une commission d'enquête parlementaire fut mandatée en décembre 2005 pour analyser les causes des dysfonctionnements de la justice dans le déroulement de cette affaire et proposer d'éventuelles réformes sur le fonctionnement de la justice en France. L'impact législatif du travail de cette commission s'est toutefois avéré réduit. De même et s'il en y avait, les responsabilités du monde politique dans les antécédents et le début de l'affaire n'ont guère été évoquées.

L’instruction débute en 2001. Elle se clôt en mai 2003 par une ordonnance de mise en accusation. Elle est confiée au juge d'instruction Fabrice Burgaud par le procureur de la République de Boulogne-sur-Mer, Gérald Lesigne. Sur dénonciations de plusieurs enfants, confirmées par leurs parents, un grand nombre de personnes sont mises en garde à vue puis en examen. Dix-huit d'entre elles — dont les parents des principaux enfants accusateurs — sont écrouées en détention provisoire par décision du juge des libertés et de la détention. Elles y restent en tout entre un et un peu plus de trois ans. L'une d'elles est morte en prison d'une surdose de médicament. Il a été rapporté qu'elle s'était suicidée, mais cette version est contestée. Il pourrait s'agir d'une erreur médicale.

Durant tout ce temps, les enfants, qui avaient été immédiatement séparés de leurs parents, sont placés en familles d’accueil. L’une de ces familles interroge les enfants, ce qui amplifie les révélations qu’ils font devant le juge. La crédibilité de ces dires est validée par les experts psychologues requis par le juge d'instruction qui prétendent attester la validité de leurs déclarations.

En mai et juin 2004, après une enquête de plus de trois ans, s'ouvrit, au palais de justice de Saint-Omer (Pas-de-Calais) le procès dit procès d'Outreau, du nom de la ville d'Outreau où se sont déroulés les faits jugés. L'affaire avait défrayé la chronique à plusieurs reprises au cours de l'instruction - on parlait d'une affaire Dutroux à la française. Dix-sept personnes soupçonnées d'appartenir à un vaste réseau international de proxénétisme d'enfants étaient sur le banc des accusés.

Les débats au cours du procès réduisirent finalement les faits à une sordide mais banale affaire d'inceste. Sept des dix-sept accusés - qui tous sauf quatre avaient toujours clamé leur innocence - furent finalement acquittés et six faiblement condamnés après avoir été longtemps maintenus en détention provisoire, pour certains pendant plus de trois ans sur la seule foi de déclarations mensongères ou inexactes de certains adultes et enfants. Le verdict surprit toutefois l'opinion publique par la condamnation de six personnes, alors même que la plupart des charges à leur encontre semblaient s'être effondrées pendant le procès : ceux-là, continuant de clamer leur innocence, ont fait appel du jugement.

L'audition des enfants eut lieu à huis clos, ce qui a entrainé les protestations des avocats des accusés et attisé le doute.

Le procès en appel des six personnes condamnées en première instance s'est tenu en la Cour d'assises de Paris. Dès les premiers jours l'accusation s'est effondrée, suite aux aveux de la principale accusatrice, Myriam Badaoui. Celle-ci a déclaré le 18 novembre que les six appelants « n'avaient strictement rien fait » et qu'elle avait menti. Son ex-mari, Thierry Delay, a soutenu ses déclarations. Durant l'audience, les expertises psychologiques ont également été remises en cause, tant elles ont paru biaisées et peu sérieuses. Les dénégations de deux enfants qui ont reconnu avoir menti ont également participé à affaiblir l'accusation. Jean-Luc Viaux, expert psychologue, avait déclenché une polémique par ses déclarations sur le tarif des experts, qui serait comparable à celui pratiqué par les femmes de ménage.

Certains enfants mineurs ont encore été entendus à huis clos.

A la fin du procès, l'avocat général a requis l'acquittement pour l'ensemble des accusés. La défense a renoncé à plaider, préférant observer à la place une minute de silence pour François Mourmand, mort en prison par suicide dans les premières années de l'affaire. Fait exceptionnel, le procureur général de Paris, Yves Bot, est venu dans la salle d'audience en fin de séance de la dernière journée du procès sans prévenir la présidente de la cour d'assises, Mme Mondineu-Hederer (voir audition de la commission parlementaire), pour présenter ses excuses aux accusés au nom de la justice, avant même le rendu du verdict - ce qui lui a été reproché par plusieurs magistrats.

Enfin, le jeudi 1er décembre 2005, un verdict d'acquittement général pour l'ensemble des accusés a été rendu par le jury, mettant fin à cinq années de ce qui est souvent qualifié, depuis le premier procès, d'un « naufrage judiciaire », voire d'un Tchernobyl judiciaire.

Quelques heures après le rendu du verdict, le ministre de la justice, Pascal Clément, a donné une conférence de presse, présentant à son tour ses excuses aux acquittés au nom de l'institution judiciaire; annonçant l'ouverture d'une triple enquête des inspections générales des services judiciaires, policiers et sociaux; évoquant enfin la possibilité de sanctions administratives contre certains acteurs de l'affaire au vu des résultats de l'enquête. Plusieurs modifications dans la procédure pénale ont également été annoncées, surtout dans les affaires d'abus sexuel sur mineur.

Le 5 décembre, cinq jours après le verdict de la Cour d'appel, le Président de la République, Jacques Chirac, a publié un communiqué indiquant qu'il avait souhaité écrire à chacune des personnes concernées pour leur exprimer, à titre personnel, toute son émotion et son soulagement, et leur présenter, en tant que garant de l'institution judiciaire, regrets et excuses. Sur les raisons des dysfonctionnements et des éventuelles responsabilités qui ont conduit à cette « catastrophe judiciaire», il a tenu à préciser aux victimes que des enquêtes étaient lancées, que toutes les conséquences en seraient tirées et qu'il y veillerait personnellement.

Suite à l'acquittement général au procès en appel, l'Assemblée nationale décide en décembre 2005, à l'unanimité, de créer une commission d'enquête parlementaire. En janvier 2006, des polémiques naissent quant à la composition de cette commission et au sujet du huis-clos décidé pour les auditions de certaines personnes concernées par l'affaire. Le choix du huis-clos (initialement envisagé) était contesté par les acquittés, et la commission n'eut plus d'hésitations à abandonner le huis-clos lorsque le juge Burgaud rendit aussi publique sa préférence pour des auditions publiques. Mais ce huis-clos pouvait être rétabli pour les personnes interrogées en faisant la demande. Entre le 10 janvier et le 12 avril 2006, la commission d'enquête a entendu 221 personnes pendant plus de 200 heures (juges, prévenus, mais aussi journalistes).

Comme toute commission parlementaire, cette commission a 6 mois pour rendre son rapport. Elle dispose d'un certain nombre de pouvoirs dont celui de contraindre toute personne à venir témoigner devant elle. Elle peut avoir également accès a tous les documents qu'elle souhaite sauf cas particuliers (comme le secret défense).

La commission d'enquête parlementaire sur Outreau (officiellement appelée "commission d'enquête chargée de rechercher les causes de dysfonctionnements de la justice dans l'affaire dite d'Outreau et de formuler des propositions pour éviter leur renouvellement") est présidée par André Vallini et a Philippe Houillon comme rapporteur. Les enregistrements des vidéos de l'ensemble des intervenants de ce procès "invités" par la commission, avocats, juges, experts, procureur, acquittés sont visibles sur le site de l'Assemblée nationale.

Elle est composée de 30 membres (le maximum que peut compter une commission), répartis proportionnellement à la représentation politique de l'Assemblée Nationale.

La commission procède à de nombreuses auditions dont le calendrier a été rendu public.

Le 18 janvier 2006, ceux qu'on nomme les « acquittés d'Outreau » peuvent exprimer leur vision du système judiciaire dans le cadre de l'enquête, suivis le lendemain par leurs avocats. Les auditions de la commission d'enquête parlementaire sont retransmises avec un léger différé pour permettre de bipper les prénoms des enfants, afin de préserver leur anonymat, sur La Chaîne parlementaire puis relatées dans les journaux télévisés des chaines nationales ainsi que dans la presse. La description poignante du calvaire vécu par les accusés à travers l'ensemble de la chaine judiciaire, depuis la garde à vue jusqu'au procès, la destruction de leurs vies et de celle de leurs enfants (l'un des accusés, Alain Marécaux, fait une tentative de suicide quelques jours après son audition par la commission) et les dénonciations incisives de leurs avocats, causent une vive émotion à travers le pays.

D'abord concernant la justice : tous les échelons de l'appareil judiciaire sont mis en cause, surtout les pouvoirs importants du juge d'instruction, le non-respect de la présomption d'innocence, le recours à l'emprisonnement préventif ainsi que l'importance donnée aux expertises psychiatriques, jugée trop grande.

Les acteurs sociaux sont également mis en cause, notamment les experts psychiatriques et les professionnels (assistants sociaux, etc.) ayant recueilli la parole de l'enfant, mais aussi les associations de protection de l'enfance accusées de faire du lobbying et d'exercer une forte pression sur les juges en dressant le spectre du scandale.

Beaucoup de critiques portèrent sur l'écoute de la parole de l'enfant victime, jugée comme abusivement crue sans précautions, telle une parole d'évangile — extrémité qui serait un retour de balancier suite à la prise de conscience de la gravité des abus sexuels sur mineur au cours de la décennie précédente. On peut toutefois remarquer que dans ce type d’affaire, les preuves matérielles sont rares, et les aveux des coupables extrêmement difficiles à obtenir durant l’instruction, étant donné la gravité (aussi bien pour la loi que pour la morale) des faits. Il ne reste donc que les témoignages des victimes, les faits se déroulant généralement en l’absence de tout témoin.

D'autres critiques portent également sur le rôle des services de police, qui ont pu prendre des libertés par rapport à la présomption d'innocence et ont pu avoir un manque de neutralité.

Un des éléments le plus souvent mis en avant par la commission parlementaire semble être le problème de la solitude du juge d'instruction. Les parlementaires ont souligné à plusieurs reprises qu'il paraissait difficile de continuer à laisser le juge d'instruction prendre autant de décisions aussi importantes sans en référer ou au moins en discuter avec qui que ce soit.

Un autre problème ressortant de l'audition du juge Burgaud le 8 février 2006 est celui de l'inexpérience des juges "sortant de l'école". Un parlementaire a ainsi indiqué qu'il lui semblait que, pour des affaires d'importance, un délai de 5 ans d'expérience semblait être un minimum. En l'occurrence, le problème est que, dans la juridiction de Boulogne-sur-Mer, il n'y avait que 3 juges d'instruction dont le plus expérimenté n'avait, à l'époque des faits, qu'un an et demi d'expérience.

La pénurie de moyens, face à une judiciarisation des relations sociales, est également mise en avant : le budget de la justice mettrait la France au 29e rang européen (Commission européenne pour l’efficacité de la justice, octobre 2006).

La procédure inquisitoire de la justice française est largement remise en cause, le rôle assigné au juge d'instruction dans la procédure inquisitoire empêcherait celui-ci de faire preuve d'humanité et d'humilité. Sa position au sein de l’institution ne le placerait pas non plus en position d’instruire à décharge les affaires qui lui sont confiées. On peut toutefois rappeler que plus de deux mille non-lieux ont été rendus en 2005 en France, ce qui tend à montrer qu’effectivement, la pratique courante est d’instruire à charge et à décharge.

D'après une professeur de droit pénal comparé interrogée dans le cadre de la Commission d'enquête, la part des dossiers pénaux traités par les juges d'instruction a de facto régressé depuis une trentaine d'années au profit des procureurs et de leurs adjoints. Le parquet fait de plus en plus mener des enquêtes par la police et ne passe au stade de l'instruction qu'une fois des éléments suffisamment probants — de son point de vue — obtenus. L'institution du juge d'instruction et la procédure inquisitoire qui va avec sont donc en régression, de fait, depuis déjà longtemps.

La déclaration de Marie-Christine Gryson publiée par l'Express du 12 septembre 1996, montre que les lobbies d'experts ont joué un rôle déterminant dans le lancement de la campagne contre la pédophilie et dans ses dysfonctionnements. Seul le Docteur Paul Bensussan, psychiatre, expert national, semble s'être démarqué précocément d'une lecture aussi simpliste. Cité par la défense lors du procès en appel, il a, selon le journal Le Monde, asséné le "coup de grâce" par sa lecture critique des expertises judiciaires.

L'article d'Agoravox du 2 octobre 2006 rappelle également la publication, au printemps 1997, par l'INHES (Institut National des Hautes Etudes de Sécurité), d'un ouvrage intitulé "La pédophilie", de Renaud Filleule et Catherine Montiel, paru dans la Collection Etudes et Recherches, dont l'Humanité du 14 mai 1997 souligne l'appel à "prendre toujours au sérieux la parole d’un enfant", assorti de l'explication: "Les dénonciations sont très souvent vérifiées. Et, s’il y a mensonge, il reste de toute manière l’expression d’un malaise".

Le traitement médiatique des affaires dites de "pédophilie", et des affaires judiciaires en cours fut également montré du doigt : ont été dénoncés pêle-mêle une précipitation des médias, un manque de professionnalisme, une tendance à croire le pire sans vérification, des accusations nominales bafouant parfois la présomption d'innocence, et surtout un abandon des principes journalistiques de base.

Cette affaire soulève donc le problème de l'appréciation des médias sur un dossier sensible, suscitant une émotion particulière dans l'opinion. (Dans le cas d'Outreau le fantasme parisien sur le rôle possible de quelques présumés notables a joué un rôle prépondérant). Les médias plaident pour une réflexion sur l'équilibre qui doit être trouvé entre le droit et le devoir d'informer et le respect de la présomption d'innocence qui a été dilué au cœur du scandale médiatique. Malgré ces bonnes intentions affichées, Antoine Perraud montre que les médias se sont surtout préoccupés de se couvrir mutuellement.

Lors de ce procès, l'ensemble de la réaction sociale face aux affaires d'abus sexuel sur mineur fut remis en question. Comment laisser une place dans le processus de justice à l'opinion publique, alors qu'elle est le plus souvent manipulée par les médias (il suffit de voir les réactions différenciées du début et de la fin de l'affaire) ? Cela est d'autant plus critique que les médias "s'emballent" le plus souvent et ne font pas preuve de modération.

La réponse classique du droit est d'essayer de limiter au maximum toute pression sociale sur les juges (ils ne peuvent donner de conférence de presse, par exemple).

Cependant, il faut souligner, pour ne pas sembler refléter le seul point de vue corporatiste des magistrats que la commission représente le peuple qui a le droit de demander des comptes à tous les agents publics, y compris les magistrats.

La réforme de la justice a légèrement abordé ce point avec la première des lois (voir infra).

Les personnes détenues à tort ont été indemnisées pour cette erreur judiciaire. L'indemnisation portait sur 3 champs, à savoir la faute lourde de l'État, le préjudice matériel et la détention préventive.

Les dysfonctionnements de "l’affaire Outreau" ont marqué l'opinion car ils ont jeté une lumière crue sur la responsabilité d'un juge.

Il y a deux motifs principaux : les détentions provisoires ont été très longues et l'affaire a été très médiatisée. Les pièces du dossier ont été communiquées aux avocats avec énormément de retard, des moyens médiatiques considérables ont été utilisés, et on a pu assister à un basculement médiatique au fur et à mesure du procès.

Le rapport parlementaire proposait de nouveaux butoirs à la limitation de la détention, mais plus l’affaire est complexe, plus la recherche de la vérité est longue. Il est cependant nécessaire de mieux encadrer la détention provisoire.

Certains critères de mise en détention provisoire sont maintenus : éviter la fuite des personnes, éviter de recommencer les infractions, préserver les preuves. Le critère de trouble à l’ordre public est supprimé pour les délits et maintenu pour les crimes tels que la profanation de tombes, un accident grave de la circulation. La détention provisoire ne peut pas résulter du retentissement médiatique.

La présence d'un avocat est rendue obligatoire lors du débat contradictoire pour décider de la détention préventive.

Concernant la publicité du débat contradictoire, le secret de l’instruction est aménagé : auparavant, la demande de publicité émanait de la personne mise en cause et se traduisait par un communiqué de presse. La loi de mars 2007 rend le débat contradictoire public, permettant d'éclairer sur les causes de la détention provisoire. Il est possible de s'opposer à la publicité des débats, par exemple en cas de risque d’entrave à la justice, si la victime le demande (comme c’est le cas pour le procès), ou si la personne poursuivie s'y oppose (risque d’atteinte à la présomption d’innocence).

Alors, le projet de loi contient dix-sept articles dont la mesure la plus important est l’enregistrement audiovisuel obligatoire des gardes à vue dans les affaires criminelles, et encore à l’exclusion des plus graves, c’est-à-dire celles qui concernent le terrorisme et le crime organisé.

Exprimant une claire insatisfaction envers la réforme de la justice en cours, le député Georges Fenech, accompagné de l'avocat Eric Dupont-Moretti et des acquittés d'Outreau Dominique Wiel et Roseline Godard, a annoncé le 21 décembre 2006 la création d'un "Observatoire d'Outreau" destiné à "promouvoir une réforme profonde de la justice et d'alerter les autorités ainsi que l'opinion publique sur les nécessaires changements attendus par le pays". Un comité de soutien à cette initiative compterait notamment d'autres députés, des magistrats et l'acquitté d'Outreau Alain Marecaux.

L'affaire d'Outreau ne semble pas correspondre à un dysfonctionnement isolé de la justice, pas plus qu'à un problème de la seule institution judiciaire.

Le 4 septembre 1996, le premier ministre Alain Juppé avait déclaré : « Il faut parfois mettre entre parenthèses les droits de l'homme pour protéger ceux de l'enfant ». Dans le même article, la future experte de l'affaire d'Outreau, Marie Christine Gryson, affirmant en tant que « psychologue, responsable d’une structure d’accueil aux victimes » à Hazebrouck (Nord) : « nous disposons d’une méthodologie fiable pour déterminer si un enfant dit la vérité ».

Le 14 mai 1997, dans une note intitulée « Pédophilie : un autre instituteur mis en examen », le quotidien l’Humanité faisait état d'une déclaration du ministre de l’Education nationale, François Bayrou, insistant sur la nécessité de « saisir la justice » en cas de soupçons envers un enseignant : « Si dans l’enquête quelqu’un est soupçonné, on suspend sa présence auprès des élèves. Et si quelqu’un est condamné, il est radié ». D'après le site de la famille de Bernard Hanse, le suicide de cet enseignant avait eu lieu le 10 juin 1997 pendant la soirée alors que, d'après une information du journal Le Monde du 13 juin, Ségolène Royal déclarait avoir effectué le 10 juin un « tour par téléphone des inspections académiques » afin d’entreprendre un recensement des cas de pédophilie signalés à la justice.

Dans un entretien de février 2006, Alain Hanse, frère de Bernard Hanse, rappelle que la Circulaire Royal parue en septembre 1997 prévoit que « dès qu'un élève a confié à un membre de l'Education nationale des faits dont il affirme avoir été victime, il appartient à ce fonctionnaire d'aviser immédiatement et directement le procureur de la République, sous la forme écrite et transmise, si besoin est, par télécopie ».

En mai 2002, Florence Rault, avocate au barreau de Paris défendant des enseignants mis en cause dans des affaires d'allégations d'abus sexuels, avait déclaré à ce sujet au quotidien Le Figaro : « Aujour­d'hui, notre société, bouleversée par quelques affaires particuliè­rement atroces, est entrée dans l'ère du soupçon ».

La lutte contre la pédophilie semble donc avoir fait l'objet, depuis les années 1990, d'une certaine surenchère politique, encouragée par des experts et des associations, que les médias ont majoritairement suivie et reprise à leur compte jusqu'aux audiences de première instance de l'affaire d'Outreau, malgré nombre d'alertes.

Un autre élément des antécédents de l'affaire, mis récemment en évidence par des parlementaires, réside sans doute dans une réticence chronique des institutions françaises à aborder dans la clarté la question de la responsabilité et de l'apparence d'impartialité des magistrats et d'autres corps influents de l'État.

Un avis du Conseil supérieur de la magistrature du 11 mars 2004 sur « les mesures qui pourraient être prises pour mieux garantir l’autorité judiciaire contre la mise en cause injustifiée de tel ou tel de ses membres »affirme que « Les demandes répétitives en récusation ou en renvoi peuvent être dirigées contre un même juge ou une même juridiction, de façon quasi obsessionnelle, par un justiciable particulièrement vindicatif, voire déséquilibré ».

Un article du 25 décembre 2006 souligne également, à la lumière du débat parlementaire récent, que la France n'avait jamais mis en application la Charte de 1998 du Conseil de l'Europe sur le statut des juges, notamment son article 5.3 : « Toute personne doit avoir la possibilité de soumettre sans formalisme particulier sa réclamation relative au dysfonctionnement de la justice dans une affaire donnée à un organisme indépendant. Cet organisme a la faculté, si un examen prudent et attentif fait incontestablement apparaître un manquement (...) de la part d'un juge ou d'une juge, d'en saisir l'instance disciplinaire ou à tout le moins de recommander une telle saisine à une autorité ayant normalement compétence, suivant le statut, pour l'effectuer ».

La question de l'organisme indépendant mentionné par la Charte serait réglée, dans les actuels projets de loi, en élargissant les prérogatives du Médiateur de la République qui jusqu'à présent ne pouvait pas intervenir en matière de justice.

En haut



Outreau

Carte de localisation de Outreau

Outreau est un chef-lieu de canton du nord de la France, dans le département du Pas-de-Calais (62), arrondissement de Boulogne-sur-Mer. Il fait partie de la Communauté d'agglomération du Boulonnais.

Les habitants sont appelés outrelois, outreloises.

Ancienne ville sidérurgique (APO = Aciéries Paris Outreau). Un Phénix dominant la mairie est le symbole d'une volonté de renaissance économique.

De 2001 à 2006, la ville a fait l'objet d'une forte exposition médiatique en France en raison d'une affaire judiciaire qui ébranla l'opinion publique et déboucha à une mise en cause du fonctionnement de l'institution judiciaire française et de la réaction des acteurs sociaux face à l'abus sexuel sur mineur.

La statue a été réalisé par Augustin Lesieux, marbrier et scuplteur à Paris. Une première inauguration, en fait une simple remise à la population, a lieu le 4 décembre 1921 par la municipalité socialiste d'Outreau. L'absence des autorités, du clergé, de service religieux et de bénédiction provoquent la protestation des Outrelois. Le 5 février, une seconde inauguration, officielle cette fois, est organisée. Le monument a couté 18 000 francs, dépense couverte par une souscription.

En haut



Canton d'Outreau

Le canton d'Outreau est une division administrative française située dans le département du Pas-de-Calais et la région Nord-Pas-de-Calais.

Ce canton est organisé autour d'Outreau dans l'arrondissement de Boulogne-sur-Mer. Son altitude varie de 0 m (Équihen-Plage) à 96 m (Équihen-Plage) pour une altitude moyenne de 55 m.

Afin de tenir compte de l'évolution démographique, en 1982, le canton de Samer est divisé en deux : le canton de Samer et le nouveau d'Outreau. Ce dernier est alors constitué des communes d'Outreau, de Le Portel et d'Equihen.

Le canton d'Outreau groupe 2 communes et compte 18 156 habitants (recensement de 1999 sans doubles comptes).

En haut



Fabrice Burgaud

Fabrice Burgaud, né le 23 octobre 1971 à Niort (Deux-Sèvres), est un magistrat français qui a instruit l'affaire judiciaire dite d'Outreau.

Il a d'abord intégré l'Institut d'études politiques de Bordeaux, avant de travailler dans une société de conseil. Après l'Institut d'études politiques de Bordeaux, il décide, selon un de ses proches, de « faire du pénal ». Il est reçu à l'École nationale de la magistrature (ENM) en janvier 1996, et en sort en 2000 91e sur 161.

Nommé le 1er septembre 2000 juge d'instruction au tribunal de grande instance de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), il hérite de l'enquête sur l'affaire de pédophilie dite d'Outreau par le hasard du tableau de permanence, quelques mois après son arrivée. Lorsque l'affaire d'Outreau débute, le 22 février 2001, il pense maîtriser le cours des événements.

Avant que le dossier d'Outreau ne devienne un scandale, Fabrice Burgaud est nommé au parquet de Paris, où le procureur général de Paris Yves Bot (Portrait) l'affecte à la section antiterroriste, en juillet 2002. À cette période, Fabrice Burgaud obtient ainsi une mutation à Paris alors que l'affaire d'Outreau n'est pas encore bouclée. C'est son successeur qui signera, le 13 mars 2003, l'ordonnance de mise en accusation devant la cour d'assises. Au Palais de justice de Paris, certains disent découvrir alors les travers du jeune juge d'instruction. « Il a cette rigidité qui s'inscrit dans sa structure mentale et dont il ne se départ pas », affirme un vice-procureur.

En 2004, alors que le scandale d'Outreau éclate, le procureur Bot le fait accompagner par une magistrate spécialisée dans la communication quand il témoigne au procès de Saint-Omer. Alors que le scandale s'amplifie, la même année il est muté à la section de l'exécution des peines. Traqué par les photographes, injurié dans des lettres anonymes, le juge Burgaud est sous protection policière et prend deux avocats. Devant ses interlocuteurs, il a soutenu qu'il n'avait fait que son travail et entendait bien rester dans la magistrature.

Le 8 février 2006, Fabrice Burgaud est auditionné par les parlementaires pour faire le point sur ses actions en tant que juge d'instruction durant l'affaire d'Outreau. L'évènement est relayé par plusieurs chaînes de télévision (entre autres TF1, France 2, LCI et La Chaîne parlementaire) et les radios.

Le juge Burgaud dit dès le début : « Aujourd'hui, peut-être plus que tout autre, je peux sentir leur souffrance , me représenter ce qu'ils ont vécu, l'enfermement, la séparation d'avec des êtres chers, leur honnêteté contestée… Je suis entièrement responsable de mon instruction et je ne souhaite pas éluder ma responsabilité ».

Il a estimé, au risque de choquer, « avoir effectué honnêtement son travail sans aucun parti pris d'aucune sorte ». Il a également insisté, en livrant des détails édifiants, sur la gravité des faits dénoncés, sur le caractère horrible des témoignages des enfants décrivant des sévices épouvantables.

Le magistrat s'est dit choqué d'avoir été présenté comme une machine à appliquer le droit. « Je ne suis pas la personne qu'on a décrite et je n'ai pas tenu certains propos qu'on m'a prêtés. Avec le recul et la connaissance que j'ai aujourd'hui de l'affaire, j'aurais pu instruire autrement. J'ai peut-être commis des erreurs d'appréciation mais quel juge d'instruction n'en commet pas ? » Et d'insister, évoquant au passage la pression médiatique qui a pesé sur lui, le caractère solitaire de la mission du juge et le fait qu'aucun membre de sa hiérarchie ne lui a dit qu'il faisait « fausse route à l'époque de l'instruction ».

Il explique ses études, ses débuts en tant que juge et son enquête, les difficultés qu'il a rencontrées pour trouver des preuves, et précise la nature des témoignages. Il avoue également ses faiblesses et son manque d'expérience pour prendre en charge une affaire d'une telle ampleur, mais n'estime pas être le seul coupable dans ce dysfonctionnement.

L'audition a duré de 16 h 45 à 23 h 56.

Le lendemain, les médias le décrivent comme embarrassé, peu convaincant et écrasé par l'énorme pression et les menaces.

En haut



Ernest Desclèves

Louis Ernest Auguste Desclèves (1er octobre 1888 - 1950) est un homme politique français.

Né à Boulogne-sur-Mer, dans une famille ouvrière de onze enfants il entre au service Compagnie des chemins de fer du Nord comme mécanicien de route au dépôt de Boulogne-sur-Mer, il est l'un des militants socialistes les plus actifs de la région côtière du Pas-de-Calais pendant l'entre-deux-guerres.

Secrétaire de la section du Parti socialiste SFIO d'Outreau, qu'il a fondée en 1917, membre de la commission exécutive fédérale du Pas-de-Calais, Ernest Desclèves jouit d'une grande popularité dans les familles de cheminots qui constituent, avec celles des métallurgistes de l'Aciérie Paris-Outreau, l'essentiel de la population de la commune.

Élu conseiller municipal lors de la consultation de 1919, il parvient à maintenir la totalité des adhérents de sa section dans la « vieille maison » lors de la scission. Il entre alors à la Commission exécutive de la Fédération socialiste du Pas-de-Calais. Choisi comme maire d'Outreau lors des élections de mai 1925, il entre au conseil d'arrondissement en 1928, puis est élu conseiller général du canton de Samer en 1931. Il détient sa charge municipale et son mandat cantonal jusqu'en 1940.

Ses candidatures aux législatives sont loin de rencontrer le même succès : il échoue, en effet, consécutivement, aux élections de 1928, 1932 et 1936 dans la 3e circonscription de Boulogne-sur-Mer, handicapé par le caractère rural de cette circonscription, solidement tenue par la droite ultra-conservatrice.

En haut



Source : Wikipedia