Orthez

3.3723247232515 (2710)
Posté par talos 04/05/2009 @ 16:11

Tags : orthez, pyrénées-atlantiques, aquitaine, france

Dernières actualités
Le bilan de la saison - Le Figaro
35 ans que Pau-Orthez se baladait sur les parquets de Pro A, fort de ses 9 titres de champion. La lente dégringolade de l'Elan Béarnais s'est conclue par une relégation retentissante, mélange de casting raté, d'une politique tournée trop vite vers la...
Didier Dobbels nouvel entraîneur de Pau-Orthez - Le Parisien
Didier Dobbels, entraîneur de Bourg-en-Bresse, devrait s'engager avec Pau-Orthez, relégué cette saison en ProB, en remplacement de l'entraîneur Laurent Mopsus. Dobbels, 54 ans, ancien ailier international (61 sélections) qui a porté les couleurs de...
Boris Diaw actionnaire de la JSA Bordeaux - BasketUSA
A l'instar de Tony Parker avec l'ASVEL et de ce que Mike Pietrus a annoncé vouloir bientôt faire avec Pau-Orthez, Boris Diaw a décidé de s'investir dans un club français qui lui est cher. En l'occurence la JSA Bordeaux, club où avait déjà évolué Marc...
Jeunesse et altruisme aux arènes du Pesqué - Sud Ouest
Une soirée à laquelle participeront 25 classes soit 150 à 200 enfants des classes de CM2 des 19 communes composant le secteur du groupement des sapeurs-pompiers d'Orthez. Ce moment sportif « placé sous le signe de la jeunesse et de l'altruisme...
Pau-Orthez: Dobbels en approche - Sports.fr
Claude Bergeaud voulait un entraîneur expérimenté en Pro B pour diriger Pau-Lacq-Orthez, il l'a peut-être déjà trouvé en la personne de Didier Dobbels, indique L'Equipe. En fin de contrat avec la JL Bourg, l'ex-coach de Limoges (2000-01),...
Limoges loupe l'ascenseur - Sports.fr
Le CSP Limoges évoluera au côté de Pau-Lacq-Orthez la saison prochaine, mais en Pro B. A 40 minutes du bonheur, symbolisé par une possible remontée dans l'élite cinq ans après l'avoir quittée en raison d'une crise financière avant-gardiste survenue en...
ProA de Basket: les tops et les flops de la saison - AFP
LES FLOPS = Pau-Orthez. Après Limoges, Antibes ou Paris, un nouveau monument du basket français s'est effondré avec Pau-Orthez, relégué en ProB après 35 ans dans l'élite et neuf titres de champion. A un degré moindre, Besançon, qui les accompagnera en...
Avant-goût de vacances - Sud Ouest
Le premier du 9 au 10 juillet à Orthez pour les 8/10 ans. Au programme initiation à la pêche et activités au lac de Biron et au camping d'Orthez. Le deuxième bivouac aura lieu à Saint-Girons du 20 au 21 juillet pour les enfants à partir de 11 ans....
Pau-Lacq-Orthez: Dobbels nouvel entraîneur - Europe1
En fin de contrat avec la JL Bourg, Didier Dobbels sera le futur entraîneur de Pau-Lacq-Orthez indique le site internet du club relégué en Pro B à l'issue de la saison. L'ex-coach de Limoges (2000-01), également sacré champion de France de Pro A avec...
Toujours pas indemnisé, six mois après Klaus - Sud Ouest
Le responsable de La Roucoulade, élevage de pigeons basé à quelques battements d'ailes d'Orthez, à Sarpourenx, attend toujours l'indemnisation promise par son assurance. « J'ai reçu 10 000 euros le 5 avril dernier et un accord pour 15 000 euros...

Orthez

Carte de localisation de Orthez

Orthez (en gascon béarnais Ortès) est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques et la région Aquitaine. Elle est située au Nord-Ouest du Béarn.

Orthez s'est associé en 1973 avec l'ancienne commune de Sainte-Suzanne pour former Orthez-Sainte-Suzanne, puis cette commune a pris le nom d'Orthez.

Les habitants sont appelés Orthéziens rive droite ou Suzannais rive gauche aval (du nom de l'ancienne commune rattachée). Orthézien-Suzannais n'est pas usité.

La commune est traversée par le gave de Pau et ses affluents, les ruisseaux le Laâ (et ses tributaires, les ruisseaux l'Ozenx et des Moulins), de Rontun et de Caséloupoup. Le Grècq est un petit ruisseau affluent de la rive droite du gave, ses crues soudaines ont été maîtrisées par l'établissement du lac de retenue du Grècq. On trouve parfois l'orthographe fantaisiste l'Y ou le lac de l’Y (« l'i grec »). Des affluents du Luy de Béarn, les ruisseaux de l'Oursau (11,5 km) et du Pas de Salles, sont également présents sur la commune.

Le toponyme Orthez apparaît sous les formes Ortez et Ortesium (respectivement 1193 et 1194, cartulaire de Sauvelade), Orthesium (1220, cartulaire d'Orthez), Ortes (1375, contrats de Luntz), Ortais (XIVe siècle, Jean Froissart), Sent-Per d'Ortes (1391, notaires de Navarrenx) et Hortes (1578, titres de la chambre des comptes de Pau).

La signification de ce nom n'est pas encore élucidée avec certitude. Toutefois, selon Michel Grosclaude le caractère inhabituel de la prononciation pour la phonétique gasconne indique que le nom pourrait dériver d'un nom de personne d'origine aquitanienne (protobasque), on pourrait y voir une prononciation locale du nom latin Fortis, « fort, forte », comme c'est le cas pour le nom ibérique Ortiz. En tout cas, un dérivé du gascon òrt, « jardin », du latin, hortus, est a exclure.

Il ne faut pas confondre la ville d’Orthez avec la vicomté d’Orthe qui recouvrait sous l’ancien régime le territoire de l’actuel canton de Peyrehorade.

Les plus anciens vestiges de la ville d’Orthez ne remontent pas au-delà du XIe siècle. Ce sont deux églises romanes qui se trouvent ; l’une dans le bourg Vieux (nommé aussi autrefois Bourg du Pont) ; l’autre encastrée dans l’église Saint-Pierre.

Autour de chacune de ces églises un groupe de maisons en faisaient deux petits bourgs. Le premier, fortifié, commandait le passage du gave de Pau qui s'est fait, selon les époques, par un gué, en bac ou par un pont. Le second, aux mains d'une famille de marchands, avait une vocation commerciale à l'abri de son église.

La ville est le résultat de la réunion, aux environs de 1260, de ces deux bourgs avec la création d’un conseil municipal. Cette association est symbolisée sur le blason de la ville par la présence d’un pont à tour et des clés de Saint-Pierre.

L’agglomération initiale a été agrandie du bourg Neuf et du faubourg Saint-Gilles dans les années suivantes. Cette rapide expansion de la ville s’explique par le choix du vicomte Gaston VII de Béarn, dans les années 1250, d’y construire un nouveau château où il établit sa résidence principale. C’est au même moment qu’il fit remplacer la palissade en bois qui défendait le bourg Vieux par un véritable rempart et que le Pont-Vieux, véritable porte fortifiée par dessus la rivière, fut construit.

En 1385, on comptait à Orthez 436 feux.

Du XIIIe au XVe siècle, Orthez fut la résidence des vicomtes de Béarn.

Bien qu’en 1460 cette résidence ait été transférée à Pau, plus centrale, Orthez reste durant tout l’ancien régime la ville la plus grande et la plus dynamique du Béarn. Elle reste le lieu du marché où se rendent tous les produits de la région destinés à être exportés vers le port de Bayonne. La ville subira peu de destructions en dehors de deux batailles en 1569 lors des guerres de religion.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, l’économie prospère grâce à la relance du commerce atlantique. Les commerçants font fortune et de nombreuses maisons auparavant en bois et torchis sont reconstruites en pierre. Les toits sont refaits avec des tuiles en terre cuite. Ce sont ces bâtiments que l’on voit encore aujourd’hui dans la partie ancienne de la ville.

La ville s’est peu étendue sous l’Ancien Régime. Le bourg Moncade, relevant du château, est resté longtemps institutionnellement à l’écart de la ville en raison de ses fonctions militaires. Le bourg de Départ, situé au-delà de la rivière, n’a été officiellement réuni à la ville que sous la Révolution.

Le 27 février 1814 vit la bataille d'Orthez avec la victoire des troupes anglo-hispaniques du duc de Wellington sur l'armée napoléonienne du maréchal Soult. Mais cet événement n'eut que peu d'influence sur la ville.

Ce n’est qu’à partir de 1957 et la découverte du gisement du gaz de Lacq que le nombre d'Orthéziens a explosé. Il est passé en quinze ans de 7 200 à 11 000 habitants entraînant la construction de plusieurs banlieues pavillonnaires et d’équipements publics.

Ce blason est relativement récent car le pont d'Orthez comportait à l'origine une seconde tour à droite (le sud). Les clés représentent saint Pierre, patron de l'église d'Orthez. Des surélévations du parapet, près de la tour, ont été arasées après la bataille d'Orthez (1814) sont parfois visibles sur certaines représentations du blason.

C'est Gaston VII de Moncade, retranché derrière les murailles de son château, qui aurait lancé au roi d’Angleterre (sic) ces fières paroles devenues la devise d’Orthez : « Tòca-i si gausas ! » soit « Touches-y si tu l'oses ». pron. figurée : . Toutefois on doit rester prudent, il serait établi que cette relation, fort truculente, ne serait qu’une invention du 18e siècle.

Orthez constitue un espace urbain, ou espace urbain multipolaire, qui est, en France et selon la définition de l'INSEE, un ensemble continu d'aires urbaines et de communes dites multipolarisées, c'est-à-dire dont au moins 40% de la population résidente active travaille dans l'une ou l'autre de ces aires urbaines.

Bien que l'activité soit fortement tournée vers l'agriculture (élevage, viticulture), des ateliers de tissage et de fabrication de meubles participent à l'économie de la commune.

Orthez fait partie de la zone d'appellation d'origine contrôlée (AOC) du Béarn. Depuis 1991, l'AOC béarn-bellocq est attribuée aux vins récoltés sur les communes de Bellocq, Lahontan, Orthez et Salies-de-Béarn.

Orthez a été une ville-pont qui était à la charnière du monde des Tarbelles et celui des Béarnais, de ce fait, s'y est installé un pôle de culture qui a rayonné bien au-delà des frontières l'hexagone actuel.

Orthez est de langue occitane. Le premier témoignage de l'existence d'une culture forte est la publication en 1270 de la Charte des Boucheries d'Orthez, non en latin, mais dans un gascon dont les caractéristiques ont peu varié par rapport à aujourd'hui.

La cour d'Orthez, sous Gaston Fébus était réputée en Europe. Le chroniqueur Jean Froissart vint y séjourner. On considère Gaston Fébus comme un des derniers troubadours occitans.

Jeanne d'Albret fonda à Orthez une université qui se voulait l'égale de celle de Genève. Elle fit venir un des premiers imprimeurs à Orthez pour éditer ses livres, en particulier Les Psaumes traduits « en langue béarnaise » par Arnaut de Salette.

Par la suite, Orthez compta de nombreux penseurs, écrivains, poètes et artistes importants, dont la lignée des Reclus. L'inventeur de l'accumulateur au plomb est l'Orthézien Gaston Planté. On citera aussi le poète Francis Jammes et le pianiste Francis Planté.

La commune dispose de trois écoles élémentaires, trois écoles maternelles, de trois écoles primaires, un groupe scolaire catholique "Notre-Dame Saint-Joseph" et de deux collèges (Daniel Argote et Gaston Fébus). La commune possède une école calandreta (calandreta d'Ortès).

L'Élan Béarnais Pau-Orthez est un club professionnel français de basket-ball appartenant à l'élite du championnat de France et basé à Pau. Il a été fondé en 1931 et évoluait dans la ville d'Orthez. Le club de basket-ball n'était alors qu'une section du club omnisports créé 23 ans auparavant. En fait il ne s'agissait pas d'un club au sens où on l'entend aujourd'hui, mais d'un patronage, créé par des ecclésiastiques pour permettre aux jeunes de la ville d'Orthez de faire du sport. Les « laïcs » de leur côté allant à l'U.S. Orthez.

L'Union sportive Orthez est un club de rugby à XV français évoluant en 2006-2007 en Fédérale 1.

Orthez nautique Canoë Kayak, club de canoë-kayak dont certains membres évoluent en 2006-2007 en Nationale I.

Orthez a été le point de départ le 25 juillet de la 16e étape du Tour de France 2007. Le parcours de 218 kilomètres a relié Orthez à Gourette - Col d'Aubisque.

En haut



Canton d'Orthez

Situation du canton d'Orthez dans le département Pyrénées-Atlantiques

Le canton d'Orthez est une division administrative française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques et la région Aquitaine.

En 1790, le canton comprenait les communes actuelles sans Salles-Mongiscard, mais avec l'ancienne commune de Sainte-Suzanne (rattachée à Orthez depuis 1973), Biron, Laà-Mondrans, Labeyrie, Lacadée, Loubieng, Montestrucq et Ozenx, ces deux dernières ayant fusionné en 1972.

En haut



Gare d'Orthez

La gare d'Orthez est une gare ferroviaire située sur la commune française d'Orthez (département des Pyrénées-Atlantiques), sur la ligne Toulouse - Bayonne.

En haut



Combat d'Orthez

Defaut.svg

La bataille d’Orthez est une des dernières batailles de la guerre d'indépendance espagnole qui eu lieu le 27 février 1814, sur le sol français, entre l'armée du premier empire menée par Nicolas Jean-de-Dieu Soult et les forces alliées, anglaises et portugaises menées par Arthur Wellesley de Wellington.

À consulter, en français, La Bataille d'Orthez (27 février 1814) de Louis Batcave, rééd. Princi Negue, Pau, 2001. À voir sur www.Princi-Negue.oxatis.com.

En haut



Aire urbaine d'Orthez

L'aire urbaine d'Orthez est une aire urbaine française centrée sur la ville d'Orthez.

D'après la définition qu'en donne l'INSEE, l'aire urbaine d'Orthez est composée de 7 communes, situées dans les Pyrénées-Atlantiques. Ses 12 248 habitants font d'elle la 338e aire urbaine de France.

3 communes de l'aire urbaine sont des pôles urbains.

Voici la liste des communes françaises de l'aire urbaine d'Orthez.

En haut



Source : Wikipedia