Orsay

3.4127456819675 (1679)
Posté par hal 25/02/2009 @ 18:13

Tags : orsay, essonne, île-de-france, france, environnement

Dernières actualités
Orsay a voté sur les réformes de Valérie Pécresse - Libération
Suivant l'exemple de l'université Paris-13, un vote a été organisé à l'université Paris-11 Orsay (photo, une assemblée à Orsay) sur les réformes en cours. Le résultat est là aussi d'une grande clarté et montre l'ampleur du refus de la politique...
Iran : le Quai d'Orsay ne déconseille pas la destination mais la ... - Le Point
Dans ses recommandations aux voyageurs, le Quai d'Orsay ne déconseille pas pour l'heure les voyages en Iran mais avertit les touristes quant à la prise de photos de bâtiments officiels, pouvant entraîner, dans le pire des cas, l'emprisonnement des...
Lellouche au Quai d'Orsay : la contradiction turque de Sarkozy - Rue89
Pauvre Quai d'Orsay ! Passés inaperçus dans le remue-ménage du remaniement ministériel, les changements intervenus au ministère des Affaires étrangères brouillent un peu plus le message d'une maison passablement décrédébilisée....
De la difficulté de faire coexister droits de l'Homme et diplomatie - Le Matin Online
Son ex-ministre de tutelle Bernard Kouchner, défenseur de l'ingérence humanitaire, avait lui-même jugé en 2008, après seulement 18 mois d'expérience de ce secrétariat au Quai d'Orsay qu'il était une "erreur". "J'ai eu tort de demander un secrétariat...
Le Quai d'Orsay serre la bourse de RFI - Bakchich (Satire)
Voici pour la version officielle, signée Christine Ockrent et Alain de Pouzilhac, mais balayée par un rapport confidentiel qui pointe la pingrerie du Quai d'Orsay.. Six semaines de grève passées, c'est le record de l'audiovisuel public depuis Mai 68 !...
Un tarif à 6 euros pour les 60 ans des Bateaux-Mouches - CTendance
Durant des croisières d'1h15, les passagers peuvent admirer les plus grands monuments de Paris comme Notre-Dame de Paris, le Musée d'Orsay. Côté tarifs, tout au long de l'année les adultes s'acquittent de 10 euros pour embarquer à bord d'un des bateaux...
Les eurodéputés français réunis au Quai d'Orsay pour évoquer la ... - EurActiv France
Les députés européens nouvellement élus ont été conviés, lundi 22 juin, à une rencontre au Quai d'Orsay. Près de la moitié s'y sont rendus, selon plusieurs participants. L'occasion pour cette quarantaine d'eurodéputés de rencontrer les ministres dont...
L'ambassadeur d'Iran à Paris convoqué au Quai d'Orsay - nouvelobs.com
"L'ambassadeur d'Iran s'étant déclaré indisponible, c'est le premier conseiller qui a été reçu au ministère", écrit laconiquement le Quai d'Orsay dans un communiqué. Plus tôt dans la journée, la représentation diplomatique iranienne avait dénoncé les...
Sarkozy demande à Israël un gel total de la colonisation - Le Figaro
«Nous n'acceptons pas les subterfuges israéliens consistant à déguiser leurs constructions sous le prétexte de permettre une croissance naturelle des colonies», insiste-t-on au Quai d'Orsay. Côté israélien, on voulait croire mercredi que, sur ce litige...
Somalie : le président décrète l'état d'urgence - nouvelobs.com
Le Quai d'Orsay se déclare "très préoccupé" par la situation sécuritaire en Somalie et réaffirme son soutien au gouvernement. Depuis début mai, des insurgés islamistes tentent de renverser le président. Le président somalien Cheikh Sharif Ahmed a...

Orsay

Position d'Orsay en Essonne.

L'hôtel de ville.

Orsay (prononcer ) est une commune française située à vingt-deux kilomètres au sud-ouest de Paris dans le département de l'Essonne et la région Île-de-France. Elle est le chef-lieu du canton.

Place forte de la vallée de Chevreuse dès le VIIIe siècle, village agricole possession de personnages influents et généreux, Orsay se développa dès le XIXe siècle avec l'arrivée du chemin de fer et de donateurs qui permirent l'édification d'un centre hospitalier encore en activité aujourd'hui. Siège de l'Université Paris XI, la commune est devenue une cité pavillonnaire de l'agglomération parisienne facilement accessible, à l'environnement préservé au cœur d'un pôle d'excellence scientifique avec sur son territoire les locaux des écoles Supélec et SupOptique et des laboratoires du CNRS et de l'Institut Curie.

Ses habitants sont appelés les Orcéens.

Orsay est située dans la région naturelle du Hurepoix, dans la vallée de la rivière l'Yvette aussi appelée Vallée de Chevreuse sur un terrain sablonneux et argileux dont on a extrait des pierres meulières et du grès. Elle occupe une superficie de 776 hectares dans un rectangle de 2,9 kilomètres de long et 4,6 kilomètres de large, entre la vallée et les plateaux de Saclay et de Courtabœuf, dont cent hectares d'espaces verts, quatre cent trois hectares de construction, deux cent trente-neuf hectares d'espaces agricoles. L'institut géographique national donne les coordonnées géographiques 48°41'56" N et 02°11'18" E au point central de son territoire. Sur le plateau de Saclay coule le ruisseau de Corbeville, canalisé en rigoles jusqu'à l'étang de Saclay. Six passerelles, sept ponts dont un pour la RN 118 et un viaduc pour la Ligne B du RER d'Île-de-France permettent de franchir l'Yvette.

La commune était traversée par l'ancienne ligne de chemin de fer Paris-Chartres État qui est devenue la RN 188. Un viaduc permet son passage au dessus de la commune. Elle est traversée d'est en ouest par la RER B, anciennement ligne de Sceaux, qui enjambe la vallée et l'Yvette par un viaduc en pierre de taille et pierre meulière. Deux gares desservent la commune, la Gare du Guichet et la Gare d'Orsay - Ville. Elle est coupée du nord au sud par la RN 118, axe majeur de circulation entre l'autoroute A 10 et la capitale. Une partie du tronçon de l'ancienne RN 446 de Versailles à Nangis passe encore par le centre-ville. La route départementale 988 traverse la totalité de la commune d'est en ouest, elle serpente à travers la vallée de Palaiseau à Limours.

Orsay est située à vingt-deux kilomètres au sud-ouest de Paris-Notre-Dame, point zéro des routes de France, vingt et un kilomètres au nord-ouest d'Évry, cinq kilomètres au sud-ouest de Palaiseau, dix kilomètres au nord-est de Montlhéry, douze kilomètres au sud-ouest de Versailles, treize kilomètres au nord-ouest d'Arpajon, vingt-trois kilomètres au nord-est de Dourdan, vingt-quatre kilomètres au nord-ouest de Corbeil-Essonnes, vingt-sept kilomètres au nord-ouest de La Ferté-Alais, trente kilomètres au nord d'Étampes et trente-neuf kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt.

La rivière l'Yvette traverse le territoire de la commune d'ouest en est. Elle la sépare de Palaiseau au nord-est. Un ruisseau coule dans le bois de la Grille Noire. Plusieurs lacs naturels sont disposés sur la commune en bordure de rivière. D'amont en aval : le lac de La Pacaterie, le lac du Mail, le lac de la Clarté-Dieu, les lacs du Temple de la Gloire et enfin le lac de Lozère. Sur le plateau de Saclay coule le ruisseau de Corbeville, canalisé en rigoles jusqu'à l'étang de Saclay.

Le territoire de la commune s'étale du plateau de Saclay au plateau de Courtabœuf, en passant par la vallée de l'Yvette. Au point le plus bas, il atteint 51 mètres. Sur le plateau de Saclay, l'altitude culmine à 160 mètres, approximativement la même que sur la plateau de Courtabœuf en face.

Au nord-ouest, au nord et au nord-est sur le plateau de Saclay, la commune est limitrophe de Gif-sur-Yvette, Saclay et Palaiseau, à l'est et au sud-est, dans la vallée et sur le plateau de Courtabœuf se trouve Villebon-sur-Yvette, au sud et au sud-ouest, la commune des Ulis créée en 1977 sur d'anciens terrains d'Orsay entre autres, et à l'ouest dans la vallée, la faculté se partage sur Orsay et Bures-sur-Yvette.

Orsay, située en Île-de-France, bénéficie d'un climat océanique. En moyenne, la température relevée s'établit à 11,2°C avec une maximale de 14,8°C et une minimale de 7,1°C. La température réelle maximale intervient en août avec 24°C et la minimale en janvier avec 1°C. Elle se distingue de Paris par un écart constant de température de -2°, qui s'explique notamment par la différence de densité urbaine entre la capitale et sa banlieue. L'influence du climat continental engendre des records extrêmes avec -15,8°C relevés le 17 janvier 1985 et 38,2°C le 1er juillet 1952. L'ensoleillement est comparable aux régions du nord de la Loire avec 1 798 heures en moyenne sur l'année, et les précipitations sont également réparties avec une moyenne de cinquante millimètres par mois et un total de 615,4 millimètres de pluie. Le record de précipitations a été établi le 17 juin 1970 avec 78,9 millimètres tombés en vingt-quatre heures.

Elle dispose aussi de connexion ferroviaire par le RER B : direction Saint-Rémy-lès-Chevreuse, stations « le Guichet » et « Orsay-ville » ; le RER C : correspondance à Massy-Palaiseau vers Saint-Rémy-lès-Chevreuse et la Gare de Massy-TGV : correspondance à Massy-Palaiseau par le RER B direction Saint-Rémy-lès-Chevreuse.

L'aéroport Paris-Orly est accessible par l'Orlyval et une correspondance à Antony avec le RER B, direction Saint-Rémy-lès-Chevreuse. L'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle est relié directement par le RER B direction Saint-Rémy-lès-Chevreuse.

Le Noctilien N122 (stations Place de la République ou Mairie d'Orsay) entre 0h30 et 5h30, les autobus Daniel Meyer DM10A et DM10S (station « Orsay-RER ») Les Cars d'Orsay 006-002, 006-03, 006-005, 006-007 et 006-008 et TransEssonne 91.02, 91.06 et 91.08 desservent la commune.

Orsay est découpé en différents quartiers dont le centre-ville, Le Guichet avec sa gare, Mondétour, récemment urbanisé sur le plateau de Courtabœuf, Les Terrasses au bord de l'Yvette, Le Petit Madagascar, Corbeville, Launay, La Troche, commun à Palaiseau, Les Planches et le Domaine du Bois Persan, un quartier autogéré excentré.

Le nom d'Orsay viendrait du propriétaire d'une villa romaine nommé Orcius. En 1080, le nom Orceacum apparut, puis Villula Orceacus au XIe siècle, Orcei au XIIe siècle, Orceiacus au XIIIe siècle puis Ourcet et Orsay.

En 1993, la mise au jour de vestiges gallo-romains du Ier siècle et du IIe siècle, dont une résidence, des poteries, des monnaies, des verreries et des outils atteste de la présence sur le site d'habitants. La ville était originellement nommée "Ourcet". En 754, le roi Pépin le Bref donnait le territoire de la commune à l'Abbaye de Saint-Germain-des-Prés, en 999, le nom du village était mentionné dans un manuscrit de moine bénédictin relatant une bataille entre le comte de Corbeil et le comte de Blois dans la plaine. En 1080, de part l'évêque de Paris Godfrey de Boulogne, le territoire revenait aux moines de Longpont qui entamèrent en 1089 puis en 1151 la construction de l'église Saint Martin et d'une léproserie.

En 1424, le château-fort fut pris par les Anglais. Plus tard, la famille Raguier, dont sont issus Jacques Raguier, évêque de Troyes (1483-1518) et Antoine Raguier, évêque de Lisieux (1474-1482) acheta le domaine et construisit le château. Par mariage et héritage, la seigneurie revint en 1675 à Charles Boucher, conseiller au Parlement et Prévôt des marchands de Paris qui présidait les travaux d'assainissement du quai de la Grenouillère, devenu par arrêté du roi Louis XIV le quai d'Orsay.

En 1741, Pierre Grimod du Fort, fermier général et intendant des Postes acheta le domaine, il réaménagea la ville, restructura le centre. Son fils, Pierre Gaspard Marie Grimod d'Orsay poursuivit les travaux et fut titré comte d'Orsay. En 1790, la Révolution permit à Orsay de devenir une commune, dans le district de Palaiseau et le département de Seine-et-Oise et à Madame Hulot d'acquérir le château. En 1801, elle fit bâtir en l'honneur de son gendre, le général Moreau le Temple de la Gloire pour célébrer sa victoire à Hohenlinden et la paix retrouvée en Europe.

À partir de 1815, la cité se modernisa sous l'impulsion de notables, Jean-Louis Archangé permit la création d'un hospice et d'une école en 1832, Mme Courtépée finança la création de l'orphelinat de Sainte Suzanne en 1878. En 1854, la Ligne de Sceaux fut prolongé jusque Orsay-Le Guichet, puis en 1867 jusque Limours via Orsay-Ville. Elle aboutit en 1895 au cœur de Paris à proximité du jardin du Luxembourg. L'urbanisation et le progrès permirent à la commune de bâtir un hôtel de ville en 1873 et de disposer dès 1875 de l'eau courante dans tous les logements et de l'éclairage public au gaz en 1881.

Le XXe siècle apporta des changements dans la commune. En 1924, les terrains de Mondétour furent lotis, en 1938, l'électrification de la ligne de chemin de fer permit de rallier Paris en trente minutes, en 1955, l'Université de Paris acheta les terrains du château de Launay et s'installa en 1958, elle fut rejointe en 1957 puis 1965 par l'Institut Curie. Le 1er janvier 1968, après le démembrement de la Seine-et-Oise, Orsay fut intégrée au nouveau département français de l'Essonne et abandonna son ancien code postal, le 78471. En 1973 fut conclu le jumelage avec la ville allemande de Kempen et en 1980 avec la ville anglaise d'Ely. En 1977, la ville nouvelle des Ulis est créée à laquelle Orsay dut céder des terrains à proximité de Mondétour. Le 17 février 1997, la commune céda deux hectares de terrains à la ville voisine des Ulis et perdit alors quatorze habitants.

Depuis les débuts du recensement des personnes et non des « feux », la commune a connu une relative stagnation de la population jusqu'à la moitié du XIXe siècle et l'arrivée du chemin de fer venant de Paris. La guerre de 1870 fit perdre près de 10 % de la population à la commune, mais elle connut ensuite une croissance soutenue de cent à cent-cinquante personnes entre chaque recensement. Le XXe siècle confirma cette croissance, qui permit de compenser les pertes des Première et Seconde Guerre mondiale. Les années 1960, avec l'urbanisation du quartier de Mondétour pour accueillir les rapatriés d'Algérie ou la construction de grands ensembles pour loger les parisiens chassés par les restructuration de la capitale entraîna un doublement de la population entre 1954 et 1968. Depuis, la population orcéenne croît plus raisonnablement au rythme de l'avancée de l'urbanisation dans la vallée et sur le plateau de Saclay et a dépassé au cours des années 1990 les 16 000 habitants. En 1999, 5,9 % de la population était étrangère, 9,6 % des foyers étaient composés de familles monoparentales.

Orsay est le chef-lieu du canton d'Orsay dans l'arrondissement de Palaiseau représenté par le conseiller général David Ros (PS). Elle est rattachée à la cinquième circonscription de l'Essonne représentée par le député et conseiller régional Pierre Lasbordes (UMP). Trente-trois élus siègent au conseil municipal. Depuis le 9 mars 2008 la répartition est la suivante : vingt-cinq sièges pour la liste divers gauche-MoDem et huit pour la liste divers droite. Le maire, pour la période 2008-2014 est David Ros PS qui succède, à l'issue de l'élection municipale du 9 mars 2008 à Marie-Hélène Aubry (P.Rad) en poste depuis 1995. En 2006, la commune disposait d'un budget de 36 700 000 € dont 19 600 000 € de fonctionnement et 11 000 000 € d'équipement, 1 400 000 € sont consacrés au remboursement des emprunts et 2 000 000 € à l'autofinancement. Le nombre de logements sociaux s'élèvait à 930 soit 5,1 % du parc d'habitation en 2005, et 24 % si l'on inclus les chambres de résidence universitaire (ce qui explique une opération de réhabilitation des logements étudiants). La commune est rattachée à la juridiction d'instance de Palaiseau, de grande instance et de commerce d'Évry, à la cour d'appel de Paris. Les taux d'impositions en 2007 s'élevaient à 15,20 % pour la taxe d'habitation, 21,64 % et 79,15 % pour la taxe foncière (bâti et non bâti), 15,69 % pour la taxe professionnelle et 8,89 % pour la taxe d'enlèvement des ordures ménagères, communes à toutes les communes membres de la CAPS.

La ville adhère aux syndicats intercommunaux CAPS pour la sauvegarde de l'environnement et les objectifs scientifiques et d'enseignement, au SIAHVY pour l'aménagement de la rivière, au SIOM pour le traitement des ordures ménagères.

La vie politique d'Orsay est atypique avec une proportion de familles bourgeoises qui tend à voter à droite et une forte proportion d'étudiants et chercheurs qui ont tendance à voter à gauche. Ces dernières années, il semble que cette dernière part du vote ait pris l'avantage lors des derniers scrutins, situation accentuée par une présence croissante de bourgeois-bohèmes. Les élections municipales de 2008 se sont jouées sur un tour, à 86 voix d'écart, avec seulement deux listes. C'est celle du candidat du PS David Ros qui l'a emporté face à Marie-Hélène Aubry (successivement UDF, UMP et aujourd'hui PR) qui occupait le poste depuis 1995.

La ville d'Orsay, au cœur de la « Vallée de la Science » accueille en centre ville et dans le parc de deux cents hectares la présidence, les services généraux de l'Université de Paris XI, et concentre une forte communauté d'étudiants (13 000 étudiants, 1 700 enseignants, 2 100 doctorants, 1 800 personnels administratifs et techniciens), à travers les cinq UFR (Sciences et STAPS), les trois IUT (Chimie, Informatique et Mesures physiques), l'IFIPS, les soixante laboratoires, les 500 000 m² de locaux et les résidences universitaires du CROUS.

La faculté et l'hôpital sont par ailleurs liés dans la recherche et la thérapie avec l'utilisation conjointe du troisième centre mondial de protonthérapie de l'Institut Curie depuis 1991. Le CNRS est aussi présent avec l'implantation de l'Institut de physique nucléaire, le Laboratoire de l'accélérateur linéaire, le Centre de spectrométrie nucléaire et de spectrométrie de masse. SupOptique dispose de locaux sur la commune, tout comme Supélec.

Enfin, l'hôpital est doté d'un Institut de formation en soins infirmiers sur le site du Grand-Mesnil.

La commune accueille sur son territoire le Centre Hospitalier d'Orsay inauguré en 1836, d'une capacité de 431 lits, avec des services spécialisés en médecine générale, Cardiologie, gastro-entérologie, hépatologie, neurologie, chirurgie, pédiatrie et néonatalogie, gynécologie et obstétrique, psychiatrie. La maternité d'Orsay réalise en moyenne 1 068 accouchements par an. L'hôpital est aussi équipé d'un centre d'analyse, d'un centre de radiographie et d'imagerie médicale par IRM. En outre, un centre de protonthérapie est installé sur le campus de l'université, en partenariat avec l'hôpital. Enfin, l'hôpital d'Orsay est le centre de base des SMUR et SAMU pour le nord-ouest essonnien.

Elle accueille aussi plus de cent quarante médecins dans toutes les spécialités, certains exercant dans le cadre de l'hôpital, d'autres en médecine de ville, six pharmacies et deux résidences adaptées aux personnes âgées pour un total de cent treize logements en centre-ville.

La commune dispose d'un commissariat de police, d'une caserne de gendarmerie, d'un centre de la CPAM, d'une office notariale neuf avocats rattachés au barreau d'Évry.

La commune propose différentes installations culturelles, la plupart regroupées en centre-ville dont le cinéma « Les Trois Jacques », l'auditorium et la salle de spectacle Jacques Tati, le centre d'exposition de la Grande Bouvêche, la MJC Jacques Tati, la maison de quartier Pierre Mendès France, la maison des associations, la bibliothèque et discothèque Georges Brassens et l'Office de tourisme de la Vallée de Chevreuse.

Différentes manifestations nationales sont relayées sur la commune : la Fête de la Musique, la Fête de la Science, la Fête de l'Internet. La fête de la commune se déroule traditionnellement le deuxième dimanche de mai. Un groupe de Scouts et Guides de France est présent à Orsay et participe à l'animation culturelle et sportive de la commune. Une télévision associative disponible sur Internet organisée par les jeunes du collège Alain Fournier complète le journal municipal pour relater les évènements de la commune.

Orsay dispose de nombreuses infrastructures sportives dont : le stade de la Terrasse avec trois terrains de rugby, quatre terrains de football, une piste d'athlétisme, un plateau d'évolution, des jardin et pas de tir à l'arc, sept courts de tennis dont un couvert, les gymnases Marie-Thérèse Eyquem (plateau d'évolution et deux salles spécialisées gymnastique aux agrès et arts martiaux), du Guichet, Jean-Charles Blondin et de Mondétour, les tennis de Mondétour et de l'ATO, la piscine olympique trois bassins dont deux couverts et une fosse de plongeon, un studio de danse de 160 m² et le Centre Municipal d'Initiation aux sports offrant des stages.

L'Orsay Rugby Club est l'un des plus actifs du département et évolue en Championnat de France de 2e division fédérale.

En centre-ville, un marché se tient les mardi et vendredi matin, un marché biologique le dimanche matin. À Mondétour, marchés les jeudi et dimanche matin.

Les associations Amnesty international et la Ligue des Droits de l'Homme sont présentes dans la ville.

Un Lions Club et un Rotary Club agissent socialement et économiquement sur le territoire de la commune.

La commune propose une paroisse catholique qui dépend du diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes avec l'église principale Saint-Martin-Saint-Laurent, la chapelle de la Clarté-Dieu et la chapelle Notre-Dame-de-la-Plaine à Mondétour, une paroisse évangélique portugaise et protestante évangélique et une pagode bouddhiste Khuông Viêt.

L'Église saint-Martin et saint-Laurent.

La chapelle de la Clarté-Dieu par Xavier Arsène-Henry.

Le journal gratuit ParuVendu dispose de locaux dans la commune. L'hebdomadaire Le Républicain diffuse une édition pour le Nord-Essonne qui traîte en partie des informations du secteur. La chaîne de télévision régionale Télif, qui a repris les programmes de Téléssonne diffuse des informations locales sur le réseau câblé, satellite et ADSL.

Bien que principalement résidentielle, la commune accueille 784 entreprises, pour la plupart des commerces de proximité ou de jeunes organisations, au sein de la pépinière d'entreprises et du Parc-Club. Le centre-ville est particulièrement dense en commerces, services et cabinets médicaux,. La commune dispose en outre de deux bureaux de Poste, d'agences de chaque banque nationale et sociétés d'assurance, d'un centre de CPAM.

L'implantation de l'Université Paris XI sur la commune et les organisations associées comme les grandes écoles (IFIPS, SupOptique, Supélec), les centres de recherche d'entreprises (Institut Curie, Thales, Hewlett-Packard ou anciennement Pfizer) et du Centre hospitalier permettent à la commune de percevoir des revenus importants de taxe professionnelle et de bénéficier d'un fort dynamisme économique. La présence de deux gares du RER B permet en outre à la population active de rallier rapidement les centres économiques de la région. À Orsay, le Centre d'essai des propulseurs est classifié au Répertoire du registre des émissions polluantes pour ses rejets importants de dioxyde de carbone et de déchets industriels parmi lesquels des hydrocarbures.

Ainsi, la commune gère un budget de 36 700 000 € (en 2006), le taux de chômage en 2005 s'établissait à 5,4 % et le revenu par ménage en 2004 à 27 009 € par an. 60,6 % des Orcéens sont propriétaires de leur logement, des maisons individuelles dans 56,3 % des cas. Située au cœur de la vallée de la science, 25,4 % de la population est diplômée au-delà de bac+2 ou 22,9 % sont encore étudiants. Cette présence de nombreux étudiants se retrouve dans la pyramide des âges avec un taux de 33,9 % de la population entre vingt et trente-neuf ans. Avec un prix moyen au mètre carré de 4 290 euros, Orsay est la commune la plus chère du département à la fin 2007. Depuis novembre 2005, la commune est au cœur de l'opération d'Intérêt National de Massy Palaiseau Saclay Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

La commune située à l'entrée de la verdoyante vallée de Chevreuse valorise et conserve les espaces verts. Elles disposent de nombreux bois (la Troche, Croix de Bures, la Grille Noire, la Bouvêche, la Cyprenne, le bois Persan et le bois des Rames), de trois parcs paysagers (East Cambridgeshire, Grande Bouvêche et parc botanique de Launay), de trois lacs (lac du Mail, lac de Lozère et lac du Temple de la Gloire). Elle s'est vue décerner deux fleurs au concours des villes et villages fleuris. En outre, la commune fait partie des sites pilotes "Gaz Naturel pour Vehicule" et dispose ainsi de cinq véhicules utilitaires roulant au gaz et trois véhicules électriques. Elle encourage les circulations douces avec sept kilomètres de pistes cyclables et un centre ville piétonnier.

La porte de la Grande Bouvêche.

Le Temple de la Gloire (1801).

Les armes d'Orsay se blasonnent : D'azur à la fasce d'or accompagnée en chef d'un croissant accosté de deux étoiles et en pointe d'un poisson, le tout d'argent.

Ce blason a pour origines les armes du premier comte d'Orsay, Pierre Gaspard Marie Grimod d'Orsay, décrites ainsi : Sur le tout d'azur à la fasce d'argent accompagné en chef d'un croissant d'or entre deux étoiles du même et en pointe d'un poisson nageant sur une mer d'argent.

La commune s'est en outre dotée d'un logotype.

En haut



Canton d'Orsay

Le canton d'Orsay est une division administrative française située dans le département de l'Essonne et la région Île-de-France.

Ce canton est organisé autour d'Orsay dans l'arrondissement de Palaiseau. Son altitude varie de 51 m (Orsay) à 163 m (Bures-sur-Yvette) pour une altitude moyenne de 84 m.

Le canton d'Orsay fut créé par le décret n°67-589 du 20 juillet 1967, il regroupait à l'époque les communes d'Orsay, Bures-sur-Yvette et Gif-sur-Yvette.

Le canton d'Orsay groupe deux communes et compte 26 310 habitants.

En haut



Église Saint-Martin-Saint-Laurent (Orsay)

Église Saint-Martin-Saint-Laurent (Orsay) (vue générale)

L'Église Saint-Martin-Saint-Laurent est une église paroissiale de confession catholique, dédiée à l'évêque Martin de Tours et au martyr Laurent de Rome, située dans la commune française d'Orsay et le département de l'Essonne.

La paroisse fondée au XIe siècle, octroyée aux moines de l'Abbaye Notre-Dame de Longpont. Ils construisirent en 1151 un prieuré.

À la place, en 1200 fut élevé la nef, le chœur et le clocher dans un style gothique. Durant les guerres de religion, l'église fut pillée en 1591. La nef fut incendiée en 1652 par les soldats lors de la Fronde. En 1656, elle fut reconstruite dans un style néoroman.

En 1776, Pierre Gaspard Marie Grimod d'Orsay fit reconstruire la façade dans un style néoclassique imitant les temples grecs et romains et une chapelle sépulcrale pour son épouse. Au XIXe siècle, de part et d'autres de la nef furent élevées quatre chapelles et un baptistère, la chapelle de la Vierge en 1843, la chapelle Sainte-Marthe en 1865, la chapelle du Sacré-Cœur et la chapelle Saint-Joseph en 1894. Fut aussi installé en 1840 un orgue.

Le 27 avril 1944, les cloches furent inscrites aux monuments historiques. En 1988 fut ajouté un nouvel orgue.

L'église mélange différents styles architecturaux. Le chœur placé entre les piliers de soutien du clocher est bâti dans un style gothique, la nef fut reconstruite dans un style néoroman, la façade élevée au XVIIIe siècle dans un style néoclassique et les chapelles collatérales ainsi que le baptistère ont été construits dans un style troubadour, enfin, l'orgue et les fresque datent de la deuxième moitié du XXe siècle.

La façade est orientée plein ouest, la nef est couverte par une voûte en berceau, au nord se trouve le baptistère avec les fonts baptismaux et une pietà, suivit par les chapelles dédiées au Sacré-Cœur et à Saint Joseph. Au sud, les deux chapelles sont dédiées à Marie de Nazareth et Marthe de Béthanie. Trois statues représentent Saint Martin, Saint Laurent et Saint Fiacre.

Seules les cloches en bronze datant de 1562 et 1757 sont classées au monuments historiques au titre des objets depuis le 27 avril 1944.

En haut



Jardin d'Orsay

Le jardin abrite un des monuments aux morts de la ville de Limoges

Le jardin d'Orsay est un jardin public de la ville de Limoges.

Il est situé entre la place des Carmes, la place Winston Churchill et le tribunal, à l'ouest du centre-ville.

Contrairement à une idée reçue, son nom n'a pas la même origine que celui du musée d'Orsay à Paris ou de la ville d'Orsay, mais vient de l'intendant qui le créa au début du XVIIIe siècle.

Le jardin se situe à l'emplacement de l'amphithéâtre gallo-romain d'Augustoritum, aujourd'hui disparu une partie des fondations de ce dernier sont toutefois visible près de l'entrée sud du parc. Une stèle dans le parc rend hommage à Camille Vardelle, tué lors des évènements ouvriers de 1905. Henri Coutheillas est le sculpteur qui a réalisé Le chêne et le roseau situé dans le jardin.

En haut



Source : Wikipedia