Nonce Paolini

3.3809782609485 (1840)
Posté par rachel 29/04/2009 @ 16:14

Tags : nonce paolini, groupe tf1, industrie des médias, economie

Dernières actualités
TF1 : fait confiance aux équipes en place pour remplacer Jean ... - Challenges
Le départ de Jean-Claude Dassier à la présidence de l'Olympique de Marseille a entraîné une série d'évolution décidées par Nonce Paolini chez TF1, mais aucune nomination poste pour poste. Catherine Nayl, directrice de l'information de la chaîne,...
Nonce Paolini s'entoure d'une dream team pour relancer les ... - France Soir
Cette nomination permettra-t-elle à Nonce Paolini de retrouver les audiences d'antan ? Pas sûr… Les investisseurs saluent l'arrivée d'Alex Duroux à TF1. Hier matin, quelques heures après la nomination de l'ancien président du directoire du groupe RTL,...
OM : Jean-Claude Dassier devient le nouveau président de l ... - Actualite-Francaise.com
Dans un communiqué, le groupe TF1 présidé par Nonce Paolini précise que le poste de directeur de l'information du groupe TF1 ne sera pas remplacé. Catherine Nayl, directrice de l'information de TF1, Eric Revel, directeur de la rédaction de LCI,...
Nonce Paolini et Patrice Duhamel à la Journée de la création TV - Toutelatele.com
Autour de la table, Patrice Duhamel (France Télévisions), Emmanuelle Guilbart (Lagardère Active), Serge Lagauche (Sénateur), Frédéric Lefebvre (député), Jean-Louis Missika (sociologue), Nonce Paolini (TF1), Jacques Peskine (USPA), Marc de Pontavice...
TF1 : un directeur général pour seconder Nonce Paolini - Challenges
Le président de TF1 Nonce Paolini est désormais flanqué d'un directeur général recruté chez RTL : Axel Duroux rejoint ainsi la filiale de Bouygues pour seconder son président. "Avec sa connaissance des médias marquée par sa réussite à la tête du groupe...
Changement de régime à TF1 - France Info
A 46 ans, Axel Duroux quitte en effet la présidence de RTL pour prendre la direction générale de TF1 où il aura pour tâche de seconder Nonce Paolini. Ancien journaliste à la Cinq, dirigeant de radios, ancien vice-président d'Endemol où il a contribué à...
TF1 : crise Dassier et bras de fer à l'info - Libération
C'est que la réduction générale des coûts annoncée par Nonce Paolini, le patron de TF1, passe mal. «La logique comptable de la direction est en train de saper tout ce qui a fait la réussite et la crédibilité de nos journaux», assène la SDJ....
La Bourse de Paris en légère progression - La Tribune.fr
De son côté, TF1 sur le SBF 120, prend plus de 5% après la nomination d'un directeur général, Axel Duroux de RTL, pour seconder le président Nonce Paolini. A l'opposé, Dexia poursuit son repli entamé hier et perd 3,08% à 5,68 euros....
Nonce Paolini : Le jour où je serai très inquiet, c'est lorsqu'on ... - Le Blog TV News
Nonce Paolini, PDG de TF1, à propos des critiques dont il fait l'objet, sur les audiences et sur ses choix, dit au quotidien La Provence qu'on ne pilote pas une entreprise au gré des nuisances quotidiennes ou des critiques des uns et des autres....
Nonce Paolini - LalettreA.fr (Abonnement)
Nonce Paolini met la pression pour sortir de Metro et tourner la page Le Lay. Le groupe TF1 espère trouver un repreneur de ses 34% avant fin juin. Pour rendre la transaction plus attractive, la chaîne vient d'obtenir du groupe Metro que le nouvel...

Nonce Paolini

Nonce Paolini, né le 1er avril 1949 à Ivry sur Seine, est un dirigeant d'entreprise français.

Après avoir été directeur général délégué du troisième opérateur de téléphonie mobile français Bouygues Telecom, filiale du groupe Bouygues, il est devenu le 22 mai 2007 directeur général du groupe TF1 puis le 31 juillet 2008 président directeur général du groupe TF1 (dont le groupe Bouygues est l'actionnaire principal).

Titulaire d’une maîtrise de lettres et diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (promotion 1972), Nonce Paolini a commencé sa carrière professionnelle au sein de la société publique EDF-GDF en exerçant diverses responsabilités.

En 1988, il entre dans le groupe industriel français Bouygues, où il devient directeur des ressources humaines, puis en 1990, directeur de la communication extérieure du groupe. En juillet 1993, il devient le directeur des relations humaines du groupe TF1 (dont le groupe Bouygues est l'actionnaire principal). De 1999 à 2001, il occupe les fonctions de directeur de la communication interne et directeur général adjoint du groupe qui s'est construit autour de la chaîne de télévision commerciale hertzienne TF1, privatisée en 1987.

En janvier 2002, il rejoint Bouygues Telecom, l'opérateur de télécommunication, filiale du groupe Bouygues, pour en devenir directeur général adjoint. En avril 2004, il devient directeur général délégué et administrateur de Bouygues Telecom.

De juillet 2002 à mars 2005, Nonce Paolini a été président de l’association Médiation Télécom (AMET), organe de médiation entre les clients et les opérateurs de téléphonie fixe et de téléphone mobile.

Le 22 mai 2007, le conseil d'administration du groupe TF1 a officiellement nommé Nonce Paolini à la direction générale du groupe, en remplacement de Patrick Le Lay. Le 20 février 2007, ce dernier avait proposé de « dissocier à compter de mai 2007 » les fonctions de président et de directeur général du groupe afin qu'il puisse demeurer le président du groupe tout en confiant la fonction de directeur général à Nonce Paolini. En raison de l'arrivée de Nonce Paolini, Étienne Mougeotte, jusqu'alors vice-président du groupe TF1, a du quitter en septembre 2007 ses fonctions de directeur des antennes et des programmes du groupe.

Le 31 juillet 2008, Nonce Paolini devient président directeur général du groupe TF1, Patrick Le Lay ayant remis son mandat de président à la disposition du Conseil d'administration, tout en conservant son poste d'administrateur.

Le 14 juillet 2007, Nonce Paolini a été élevé au rang de chevalier de la Légion d'honneur.

Marié avec Catherine Falgayrac, l'une des présentatrices de l'émission Téléshopping sur TF1, Nonce Paolini a eu de deux précédents mariages trois filles et un petit-fils.

Il est originaire du canton de Ghisoni en Corse.

En haut



TF1

Premier logo de TF1 (1974)

Télévision Française 1, plus connue sous son sigle TF1, est la première et la plus ancienne chaîne de télévision généraliste française privée (anciennement publique). Son actionnaire principal est le groupe Bouygues. Le président directeur-général de TF1 est Nonce Paolini.

Unique chaîne de télévision en France pendant 28 ans, la première chaîne a souvent changé de dénomination au cours de sa longue histoire : Radio-PTT Vision avant-guerre, Paris-Télévision pendant l'occupation allemande, Télévision française dès 1944, RDF Télévision française en 1945, RTF Télévision en 1949, première chaîne de la RTF (suite à la création de la deuxième chaîne en 1963), première chaîne de l'ORTF en 1964 et enfin TF1 à l'éclatement de l'Office en 1975, privatisée en 1987.

La première chaîne de télévision française naît le 13 février 1935, date de l’inauguration officielle de la télévision en France qui émet en 60 lignes de 20h15 à 20h30 une conférence de la comédienne Béatrice Bretty depuis un studio de Radio-PTT Vision au 103 rue de Grenelle à Paris. L’émission peut être captée à 100 km autour de Paris. Le 10 novembre, Georges Mandel, ministre des PTT, inaugure la première émission en 180 lignes depuis l’émetteur de la tour Eiffel. Le 18, Suzy Wincker, première speakerine depuis juin, effectue une démonstration pour la presse de 17h30 à 19h30.

Les émissions deviennent régulières à partir du 4 janvier 1937 de 11h à 11h30 et de 20h à 20h30 en semaine et de 17h30 à 19h30 le dimanche. En juillet 1938, un décret définit pour trois ans le standard en 455 lignes VHF (alors que trois standards sont utilisés pour les expérimentations : 441 lignes pour Gramont, 450 lignes pour la Compagnie des compteurs et 455 pour Thomson). En 1939, on ne compte que 200 à 300 récepteurs individuels de télévision, que l'on regarde aussi dans quelques rares lieux publics. Avec l'entrée en guerre de la France la même année, les émissions cessent et l'émetteur de la tour Eiffel est saboté.

À la suite d'un accord signé en 1942 entre la Compagnie des compteurs et la firme allemande Telefunken, la station Fernsehsender Paris (Paris-Télévision) est créée le 7 mai 1943 diffusant en 441 lignes (standard allemand) depuis la tour Eiffel. Cette chaîne, inaugurée le 29 septembre 1943, est dirigée par l’Allemand Kurt Hinzmann et émet en allemand et en français quatre jours sur sept de 10h à midi, trois jours de 15h à 17h et tous les soirs de 20h30 à 22h, diffusant des variétés et du théâtre à destination des hôpitaux et résidents allemands à Paris (environ 1 000 récepteurs dont une centaine pour les téléspectateurs français). La chaîne s’installe au 13-15 rue Cognacq-Jay à Paris dans un ancien cabaret et une ancienne pension de famille achetés en 1942 par l’administration française. Le 16 août 1944, à la veille de la libération de Paris, Fernsehsender Paris (Paris-Télévision) cesse d'émettre.

Les émissions en 441 lignes VHF reprennent depuis les studios de télévision de la rue Cognacq-Jay en octobre 1944. Le 17 décembre 1946, la télévision, maintenant au sein de la Radiodiffusion française (RDF), diffuse son premier bulletin de météorologie et reprend une programmation régulière (douze heures par semaine) en octobre 1947. Le premier évènement retransmis est l'arrivée du Tour de France le 25 juillet 1948, commenté en direct du Parc des Princes par Jacques Sallebert. Le 20 novembre, le ministre de l'information, François Mitterrand, fixe par décret le standard du réseau français à 819 lignes VHF.

Le 4 février 1949, la Radiodiffusion française (RDF) devient la Radiodiffusion-télévision française (RTF) et la première speakerine, Jacqueline Joubert, recrutée par concours, apparaît sur les écrans. Le premier journal télévisé est diffusé le 29 juin sous la direction de Pierre Sabbagh qui est aussi son concepteur. La redevance sur les récepteurs de télévision est instaurée par la loi du 30 juillet.

À partir de la rentrée 1949, la télévision va s’offrir une série de grandes premières : le premier feuilleton destiné à un jeune public (les Découvertes de télévisius) en octobre, le journal télévisé quotidien le 2 octobre, puis biquotidien en novembre, les premières émissions religieuses du dimanche matin le 9 octobre, le 24 décembre, la messe de minuit retransmise en direct de Notre-Dame de Paris, la première émission enfantine avec le Club du jeudi le 26 janvier 1950, la première pièce de théâtre diffusée à la télévision en direct de la Comédie-Française le 24 février avec Le Jeu de l'amour et du hasard réalisé par Claude Barma, et enfin la première retransmission du défilé militaire du 14 juillet en direct des Champs-Élysées. Le 15 décembre 1949, Catherine Langeais devient la troisième speakerine de la télévision, recrutée pour présenter les nouvelles émissions en 819 lignes, tandis que celles en 441 lignes (prévues pour durer jusqu'en 1958) continuent d'être présentées par Jacqueline Joubert et Arlette Accart.

En juillet 1952, la première émission internationale de télévision est organisée par la RTF et la BBC, qui ont réussi à régler le problème de conversion des définitions (405 lignes en Grande-Bretagne, 441 et 819 lignes en France). Le 17 juillet 1952, alors que depuis 1949 l'émetteur 441 lignes se limitait à des films, des kinescopes (émissions filmées) et des directs de plateau, les mêmes programmes peuvent désormais être vus simultanément par tous les téléspectateurs français grâce au « convertisseur de standard » (une caméra 441 lignes reprenant l'image d'un moniteur 819 lignes à tube cathodique spécifique), en particulier les grands directs sportifs. Mais ceci va surtout permettre la retransmission en direct de l’Abbaye de Westminster du couronnement de la souveraine britannique Elisabeth II, véritable déclencheur de l’engouement des Français pour la télévision. Ce 2 juin 1953, tout Paris est devant les quelques écrans privés ou publics ou devant les vitrines des marchands de postes de télévision pour voir ici ce qui se passe au même moment à Londres. Le 31 décembre, l'Assemblée nationale vote un plan de développement de cinq ans pour la télévision. Alors que la France ne compte que 3 794 postes de télévision en 1950, 1 % des ménages français sont équipés en télévision en 1954.

Le journal télévisé est fixé à 20 heures le 1er janvier 1954 et le 13 juin, les 24 heures du Mans sont retransmises pour la première fois à la télévision. La première campagne télévisée pour les élections législatives se déroule du 20 au 30 décembre 1955. Le 3 janvier 1956 marque la fin prématurée de l'exploitation en 441 lignes : l'émetteur, d'une technologie ancienne, n'ayant pu supporter les longues soirées d'élection, est victime d'un incendie. Les 441 lignes devant s'arrêter initialement en 1958, sa coûteuse reconstruction est abandonnée au profit d'une indemnisation des téléspectateurs pour leur permettre l'achat d'un poste 819 lignes. En avril et mai 1956, le président du Conseil Guy Mollet reçoit les caméras de télévision pour la première fois à Matignon lors d’un entretien conduit par Pierre Sabbagh. Le 26 mars 1961, le carré blanc apparaît en bas de l'écran de télévision, signalant les programmes qui sont jugés inappropriés pour le jeune public.

À la suite de la création d'une deuxième chaîne de télévision par la RTF le 21 décembre 1963, l'ancienne chaîne unique devient simplement la première chaîne (tandis que la deuxième chaîne va chercher à séduire des téléspectateurs pour qu’ils s’équipent en récepteurs et antennes compatibles pour son nouveau réseau UHF, en diffusant sur un nouveau standard en couleur dès 1967).

En 1965, l'élection présidentielle fait l'objet d'une campagne télévisée pendant laquelle chaque candidat a droit à deux heures d'antenne, suivie le 5 décembre d’une nuit entière de directs et de commentaires sur les résultats du premier tour.

Le 1er octobre 1968, la première chaîne ouvre ses écrans à la publicité "de marque". Dans la nuit du 21 juillet 1969, des millions de téléspectateurs français assistent en direct aux premiers pas de Neil Armstrong sur la Lune, commentés par Jean-Pierre Chapel.

La télévision touche à présent un immense public : de 6,1 % des ménages équipés en poste de télévision en 1957, on est passé à 13,1 % en 1960, 51,7 % en 1966 après la création de la deuxième chaîne, pour atteindre 70,4 % en 1970. La loi du 3 juillet 1972, modifiant les statuts de l’ORTF crée deux chaînes de télévision distinctes et plafonne les ressources publicitaires à 25 %.

La Société nationale de télévision Télévision française 1, abrégée en TF1, naît le 8 juillet 1974, lorsque le Premier ministre Jacques Chirac présente le projet de loi de réforme de l'audiovisuel. Par la loi du 7 août 1974, l'Office de radiodiffusion télévision française (ORTF) est divisé en sept organismes autonomes dont trois sociétés nationales de programmes : Télévision française 1 (TF1), Antenne 2 (A2), France Régions 3 (FR3), la Société française de production (SFP), Télédiffusion de France (TDF), Radio France, et l'Institut national de l'audiovisuel (INA). Le monopole d'État est maintenu. Chacune des sociétés est placée sous la tutelle du Premier ministre. La loi sera mise en application le 6 janvier 1975, lorsque la première chaîne change d'habillage et de nom pour devenir TF1.

TF1 doit son nom à l'UER. Lorsqu'il s'est agit de trouver un nom à l'ancienne première chaîne de l'ORTF, Jean-Louis Guillaud, son directeur général en 1975, s'est souvenu que l'UER nommait les trois chaînes publiques françaises : Télévision française 1, Télévision française 2 et Télévision française 3. Il s'empressa de faire avaliser cette dénomination par le nouveau Président de la chaine Jean Cazeneuve et de son Directeur de Cabinet Claude Villedieu, forçant ses deux concurrentes à chercher d'autres dénominations. Ce nom avait l'avantage pour la chaîne de la faire passer pour LA Télévision française.

Le 20 décembre 1975 en ouverture du journal, Jean-Claude Bourret annonce le passage de TF1 à la couleur qui prend effet le 1er janvier 1976 avec le passage sur le réseau UHF 625 lignes et la diffusion de ses premières émissions en couleur, soit douze ans après Antenne 2 (en 1967). Sa colorisation entamée le 6 janvier 1975 ne sera achevée tardivement qu'en 1983 avec l’arrêt des émissions en 819 lignes VHF noir et blanc. Durant cet intervalle, TF1 était également reprise en couleur par FR3 (déjà colorisée) depuis le 1er septembre 1975 à midi et l’après-midi jusqu’au démarrage de ses propres émissions à 18h.

Dès 1983, son audience la place derrière Antenne 2 tant pour les programmes de divertissement que pour l'information. Le 14 juillet 1983, Hervé Bourges est nommé président de TF1 par la Haute Autorité de la communication audiovisuelle (HACA) avec pour mission de redresser la situation de la chaîne. Il réussit en partie sa mission en mettant le duo Yves Mourousi - Marie-Laure Augry aux commandes du journal de 13 heures, Marie-France Cubadda ou Bruno Masure au 20 heures et en installant chaque vendredi une grande émission de divertissement populaire de Patrick Sabatier (Porte Bonheur, Le Jeu de la vérité), attirant également Patrick Sébastien ou Stéphane Collaro. Deux émissions emblématiques feront les meilleures audiences de la chaîne : Sept sur sept, le confessionnal politique dominical d'Anne Sinclair et Droit de réponse l'émission de débat polémique de Michel Polac.

En juin 1986, Jacques Chirac, à nouveau premier ministre dans le cadre de la première cohabitation, propose la privatisation d'une des trois chaînes publiques de télévision. Après avoir initialement porté son choix sur FR3, choix rendu impossible à cause de la structure régionale de la chaîne, puis sur Antenne 2 qui était, à l'époque, la première chaîne en termes d'audience et d'image, le gouvernement choisit finalement la première chaîne publique TF1, jugée « ringarde », mais en redressement depuis l'arrivée d'Hervé Bourges. La loi du 30 septembre 1986 autorise la cession par l'État de la chaîne publique en opérant une cession de 50 % de son capital à des acquéreurs choisis après une procédure d'appel aux candidatures, de 10 % aux salariés de la chaîne et des 40 % restants sous la forme d'un appel public à l'épargne.

La Commission nationale de la communication et des libertés (CNCL), qui a succédé à l'HACA, lance donc en septembre 1986 un appel à candidature pour la reprise de la première chaîne auquel répondent le groupe Fininvest de Silvio Berlusconi, le groupe de BTP Bouygues de Francis Bouygues, le groupe de presse Filipacchi, le magnat de la presse Robert Hersant, le groupe de presse Hachette, le magnat de la presse britannique Robert Maxwell, et l'homme d'affaires Bernard Tapie. Robert Hersant et Silvio Berlusconi s'étant alliés pour reprendre la Cinq, Filipacchi ayant abandonné, il ne reste plus en avril 1987 que deux candidats à la reprise : d'un côté le groupe Hachette mené par Jean-Luc Lagardère qui souhaite s'implanter dans la télévision, mais dont le partenaire, Havas, l'a quitté en février; de l'autre, un consortium mené par le groupe Bouygues associé à Pergamon Média Trust Pic, la GMF, la Fnac, les éditions mondiales, la Société générale, Maxwell Média, le groupe Bernard Tapie, Financière Faltas, Indosuez et le Crédit Lyonnais. Les auditions des deux groupes repreneurs par la CNCL sont diffusées en direct sur TF1, et chacun d'eux expose aux membres de la commission le cahier des charges qu'ils comptent mettre en œuvre pour répondre au « mieux-disant culturel » prôné par le ministre de la Communication, François Léotard au sujet de cette privatisation. Entraîné par le très médiatique Bernard Tapie et mieux entouré qu'Hachette, le consortium mené par Francis Bouygues séduit la CNCL qui autorise le 6 avril ce dernier à prendre une participation à hauteur de 50 % dans le capital de la chaîne contre un chèque de 3 milliards de francs remis le 16 avril, et lui attribue le 15 avril une concession d'une durée de dix ans sur le réseau national hertzien. Les 50 % restants du capital sont décomposés en 7.636.000 actions (soit 36,40 % du capital) cédées par offre publique de vente en Bourse, en juillet 1987, à 165 francs l'action, et 2.040.000 offertes à la vente aux salariés et anciens salariés de la chaîne, à 132 francs l'action.

Suite au rachat de la chaîne, Francis Bouygues en devient président et Patrick Le Lay vice-président, et les deux hommes s'engagent par écrit devant la CNCL à respecter la qualité des programmes, avec un cahier des charges ambitieux. Mais les salariés de la chaîne subissent ce changement de statut de leur employeur avec suspicion : nombre de journalistes usent de leur clause de conscience pour la quitter, et la plupart des animateurs-vedettes de TF1 (Patrick Sabatier, Patrick Sébastien, Stéphane Collaro, Marie-France Cubadda) partent sur la Cinq à la rentrée 1987. À commencer par Patrick Sabatier, ils reviennent tous quelques mois plus tard, confortant l'hégémonie de la chaîne. Le quotidien Le Parisien titre alors à sa Une avec une interview des dirigeants de la chaîne disant que « Si Patrick Sabatier frappe à la porte de TF1, je lui ouvrirai ». En 1988, Francis Bouygues confie la présidence à Patrick Le Lay. La chaîne change d'habillage en juillet 1989 et le changement s'est officiellement terminé le 2 février 1990 pour les 15 ans de la chaîne en adoptant un logo rectangulaire reprenant les trois couleurs nationales pour s'affirmer comme LA Télévision Française.

À partir de 1991, TF1 redevient la première chaîne en termes d'audience. Rassemblant 41% des téléspectateurs français, elle n'en compte aujourd'hui, à l'heure du départ de Patrick Poivre d'Arvor (PPDA), plus que 27% , faisant désormais moins que le câble et que la TNT . Malgré cette audience en baisse, TF1 recueille toujours 54% des parts du marché publicitaire.

La concession de diffusion de la société Télévision française 1 SA sur le premier réseau national hertzien est renouvelée pour cinq nouvelles années sans appel d'offre par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) le 26 mars 1996, ce qui conduit l'association « Changez la Une » à déposer en vain un recours devant le Conseil d'État le 4 avril contre cette absence d'appel à candidatures face aux manquements de la chaîne à son cahier des charges depuis 1987. Cette autorisation a été à nouveau renouvelée pour cinq ans par le CSA le 20 novembre 2001 sur le réseau analogique hertzien et une nouvelle autorisation lui a été délivrée le 10 juin 2003 sur la télévision numérique terrestre française.

En mai 2007, Martin Bouygues, propriétaire de la chaîne et parrain de Louis Sarkozy (fils du président Nicolas Sarkozy) place à TF1 Laurent Solly, jusqu'alors directeur adjoint de la campagne présidentielle .

En 2007, Bouygues nomme Nonce Paolini directeur général puis président-directeur général du groupe TF1 à la place de Patrick Le Lay, qui avait déclaré vendre du « temps de cerveau disponible » . Son vice-président Etienne Mougeotte devient alors directeur des rédactions du Figaro . Bouygues tente ensuite de remplacer Robert Namias, directeur des informations de TF1, par Nicolas Beytout, alors au Figaro , en vain. En effet Robert Namias et Patrick Poivre d'Arvor s'y opposent avec succès . Depuis l'arrivée de Paolini, plusieurs présentateurs ont quitté la chaîne: Takis Candilis (fiction), Charles Villeneuve (Sports), Philippe Balland (variétés et jeux), Nicolas Hélias (magazines), etc .

Quelques mois plus tard, le président fraîchement élu, Nicolas Sarkozy, annonce la suppression progressive dès l'année 2009 de la publicité sur les chaînes publiques, répondant ainsi à une vieille revendication de TF1 .

Enfin, PPDA laisse la place en juin 2008 à Laurence Ferrari .

À l'été 2008, Patrick Poivre d'Arvor est remplacé par Laurence Ferrari à la présentation du 20 heures et Robert Namias par Jean-Claude Dassier à la direction de l'information de TF1, c'est alors que les audiences s'effondrent, le style de la présentatrice n'étant pas au goût de son auditoire, une "séniorisation" façon Claire Chazal s'imposant alors pour tenter de partir à la reconquête des classes de téléspectateurs perdues (Le Monde, 16 novembre 2008). Sur les neuf premiers mois de l'année 2008, le recul constant de l'audience de la chaîne se traduit par un recul de 33% de son résultat net (Le Monde, 4 décembre 2008).

Fin 2005, TF1 offre aux internautes la possibilité de voir ou revoir certains de ses programmes via le service TF1Vision.

Dès le commencement de sa diffusion sur la TNT, TF1 diffuse certains de ses programmes au format 16/9, tels que de nombreuses séries ou films.

Le 22 mai 2007, TF1 a diffusé pour la première fois un programme en VM (version multilingue). Tout téléspectateur muni d'un décodeur TNT peut donc choisir de voir le programme en version française (VF) ou en version originale sous-titrée (VOST), ce qui représente une avancée majeure dans l'exploitation de ce mode de diffusion qu'est la TNT.

TF1 a prévu de retransmettre l'intégralité de ses programmes au format 16/9 dès 2008-2009, une décision prise suite à l'arrivée de la TVHD (Télévision à haute définition) en France en 2006. En attendant, les principales émissions de la chaîne (Star Academy, Attention à la marche, La Roue de la fortune…) ont déjà adoptées ce format depuis l'été 2007 sur la TNT et les autres émissions devraient suivre dans les semaines à venir. Reste le très attendu JT de TF1 . À noter que TF1 publicité a annoncé que dès janvier 2008 les publicités seront diffusées en 16/9 et donc l'habillage de la chaîne devrait également subir cette transformation. Enfin les programmes au format 4/3 devraient être découpés lors de leur diffusion dans les années à venir, comme c'est déjà le cas sur la chaîne NRJ12.

Afin de lutter contre le piratage et la diffusion à travers des réseaux de diffusion numérique de vidéos (tel que Dailymotion), TF1 (et WAT sa filiale) a choisi de se doter d'un logo qui utilise une technologie développée par l'INA. Cette technologie permet à l'aide d'empreintes numériques d'identifier très rapidement la provenance de vidéos, elle est déjà utilisée par Canal Plus et par Dailymotion.

Du 6 janvier 1975 au 6 avril 1987, la société de programme Télévision Française 1 (TF1) était une société nationale publique d'État détenue à 100% par ce dernier.

Depuis sa privatisation en avril 1987, la société Télévision Française 1 (TF1) S.A. appartient à 100% au groupe TF1 SA, lui-même filiale à 41,2 % du groupe Bouygues SA, à 1,4 % à la Société générale, à 2,6 % à des salariés, à 54,8 % du public dont 0,6 % en autocontrôle et autodétention.

Le premier siège de la chaîne de 1935 à 1939 se situait au ministère des PTT au 103 rue de Grenelle à Paris.

En 1942, l’administration française achète le music-hall Magic City au 188 rue de l’Université, la Familiale de l’Alma au 13-15 rue Cognacq-Jay et le garage qui les sépare pour y installer Fernsehsender Paris (Paris-Télévision).

Le 13-15 rue Cognacq-Jay dans le VIIe arrondissement de Paris reste le berceau historique de la télévision française de 1946 à 1974 dans lequel restera TF1 après sa création en 1975.

Ensuite TF1 s'installe dans des locaux plus spacieux et plus modernes au pied de la Tour Montparnasse au 17, rue de l'Arrivée dans le XVe arrondissement .

Le siège actuel de la chaîne privée est situé depuis le 1er juin 1992 dans la tour TF1 (appelée IGH), immeuble de 45 000 m² construit par Bouygues au 1 quai du Point du jour à Boulogne-Billancourt dans les Hauts-de-Seine.

TF1 se définit comme la « 1re chaîne généraliste grand public et familiale ».

En 1975, Yves Mourousi présente le journal télévisé de 13 heures avec à ses côtés successivement Claude Pierrard, Michel Denisot et Jean-Pierre Pernaut. Puis la présentation en couple sera instituée en 1981 avec Marie-Laure Augry qui le rejoint aux commandes du journal jusqu'en 1988. C'est enfin Jean-Pierre Pernaut qui leur succède suite à la privatisation, et qui réalise depuis l'audience la plus importante à cet horaire avec un journal-magazine orienté vers l'actualité locale et les traditions catholiques.

Jean-Pierre Pernaut présente le 13 Heures du lundi au vendredi, remplacé pendant ses absences par Jacques Legros. Claire Chazal présente les 13 Heures du week-end, remplacée pendant ses absences par Julien Arnaud.

Le 2 octobre 1949 marque le démarrage officiel du journal télévisé quotidien, puis biquotidien dès novembre 1949. Le journal télévisé est rattaché à la direction de l'information en juin 1956 et Pierre Sabbagh en prend la direction en novembre 1959. Les présentateurs vedettes sont alors Georges de Caunes et Léon Zitrone. Le 20 avril 1963, Édouard Sablier met en place une nouvelle formule du journal télévisé dans laquelle le présentateur ne commente plus toute l’actualité mais laisse des journalistes spécialisés traiter de leur domaine respectif. Le journal télévisé y gagne en objectivité et en précision. Cette formule est à l’antenne jusqu’en juin 1968 où réapparaît le présentateur unique. Suite à la création de deux unités autonomes d'information, Pierre Desgraupes lance Information Première le 3 novembre 1969.

Dès janvier 1975, Roger Gicquel présente tous les soirs à 20 heures TF1 Actualités pendant six ans jusqu'au 18 décembre 1981. Léon Zitrone assure la présentation des journaux du week-end. Jean-Claude Bourret succède à Roger Gicquel, puis en 1984 Bruno Masure, Claude Sérillon, Ladislas de Hoyos et enfin Marie-France Cubadda dès 1985 avec un nouveau générique et un nouveau décor. Après le départ de cette dernière sur la Cinq en septembre 1987, TF1 engage Patrick Poivre d'Arvor, dont c'est le grand retour à la télévision après quatre ans d'absence et sept ans aux commandes du journal d'Antenne 2. En 1991, Claire Chazal, jeune journaliste présentant le journal de la nuit sur Antenne 2, est engagée par TF1 pour présenter les journaux du week-end. Étienne Mougeotte n'aura pas à regretter ses choix car les journaux télévisés de TF1 de 13 heures et de 20 heures sont les plus regardés de la télévision française et européenne depuis quinze ans. Il en va de même des bulletins météorologiques, présentés par Alain Gillot-Pétré, François Fandeux ou Michel Cardoze, qui participèrent à les populariser, puis aujourd'hui par Évelyne Dhéliat, Catherine Laborde et par Sébastien Folin.

Laurence Ferrari présente le 20 Heures du lundi au jeudi depuis le lundi 25 août 2008 en remplacement de Patrick Poivre d'Arvor, elle est remplacée pendant ses absences par Harry Roselmack. Claire Chazal présente le 20 Heures du vendredi au dimanche, remplacée pendant ses absences par Julien Arnaud.

Cette édition à l'horaire variable (entre 22h et 1h du matin selon les époques) fut d'abord présentée par Jean Offredo de 1975 à 1980, puis sera longtemps le fief d'un homme : Joseph Poli. Ce « vieux » présentateur « bonhomme » de Une dernière était devenu le souffre douleur et le complice de Bruno Masure, qui ne manquait pas chaque soir en fin de journal de 20 heures de lancer un calembour à son propos, comme un appel au téléspectateur à ne pas manquer Une dernière dans laquelle l'intéressé renvoyait la pareille au petit plaisantin. Suite à la privatisation en 1987, Jean-Claude Narcy lui succède pour le journal de la nuit à un horaire de plus en plus tardif. Enfin, en 1995, suite à la création de LCI, TF1 remplace cette édition par la diffusion d'un flash de la chaîne d'information plusieurs fois dans la nuit.

Avant les années 1980 il y avait des émissions de divertissement telles que "les Rendez-Vous du dimanche" ou "Stars", deux émissions qui ne sont pas mentionnées dans "la liste des émissions de TF1" et qui sont à rajouter. Les émissions présentées par Patrick Sabatier ont eu un grand succès : Atout Cœur, Avis de recherche dès juillet 1981, Le Jeu de la vérité à partir du 11 janvier 1984, ou Porte Bonheur (1983). Il en est de même de celles de Stéphane Collaro avec Coco-Boy (1982) dans laquelle apparaît en octobre 1983 le Bébête show (émission de satire politique à une heure de grande écoute) et Cocoricocoboy (1984) qui lui succède. Ils sont rejoints par Patrick Sébastien avec son Carnaval en 1984, le Grand Bluff en 1992 et Osons ! en 1995. Les trois animateurs tentent tous l'aventure de la Cinq en 1987 , laissant pendant un an le vendredi soir à Jean-Luc Lahaye, puis retrouvent leur case horaire sur TF1 en 1988.

Avec l'arrivée de Jean-Pierre Foucault dès l'été 1987 et de sa Sacrée Soirée, les animateurs vedettes occupent trois soirées sur la chaîne à 20h45 avec Sébastien le samedi, Foucault le mercredi, Sabatier le vendredi et Collaro tous les jours avant le journal de 20 heures. Il ne manque plus que la venue de Michel Drucker en 1990 tous les lundis avec Stars 90 pour que plus de la moitié des premières parties de soirée de TF1 soit consacrée à la variété. À avoir sûrement abusé du genre, les audiences de ces émissions ont fini par baisser et TF1 les a supprimées les unes après les autres. Le genre est aujourd'hui peu présent sur les grilles de la chaîne et se résume à quelques émissions ponctuelles de Flavie Flament ou à la Star Academy.

TF1 s'est aussi lancée dans la programmation en prime-time d'émissions sur les « plus… » dans différentes catégories (plus belle femme ou plus bel homme du monde, grandes arnaques ou gamelles, etc.) présentées par Christophe Dechavanne ou Arthur : souvent une succession de bêtisiers. En deuxième partie de soirée, des émissions tels que Sans aucun doute, C'est quoi l'amour ?, Confessions Intimes, La Méthode Cauet... Lors de ces rendez-vous populaires le téléspectateur retrouve à l'antenne des amuseurs de circonstance tels que Patrick Bosso, Véronique Genest ou Hélène Ségara.

Avec des concepts comme 1 contre 100, Attention à la marche, À prendre ou à laisser, Le Bigdil, Intervilles, Le Juste Prix, Le maillon faible, L'or à l'appel, Qui veut gagner des millions ?, La Roue de la fortune, Une famille en or ou Zone Rouge, le jeu tient une place de choix dans les programmes de TF1. Fédérateur et populaire, avec souvent de grosses sommes d'argent à gagner, il est l'outil indispensable pour s'assurer les meilleures audiences. Ces programmes sont fréquemment inspirés de formats américains éprouvés.

Du côté des émissions pour la jeunesse, TF1 y a longtemps consacré une part importante de son antenne à commencer par les émissions de Christophe Izard, telles l'Île aux enfants avec Casimir tous les soirs à 18 h de 1975 à 1982, puis le Village dans les nuages de 1982 à 1985 ainsi que La vie des Botes de 1986 à 1987 en collaboration avec Jean Chalopin, les visiteurs du mercredi et les visiteurs de Noël chaque mercredi après-midi. Mais aussi l'émission emblématique de Claude Pierrard, Croque-Vacances, qu'il présentait avec deux marionnettes Isidore et Clémentine. Dans toutes ces émissions, outre les nombreux dessins animés américains (Hanna Barbera) ou japonais, la place laissée aux marionnettes et aux séquences éducatives (bricolage, découverte, jardinage) était prépondérante. TF1 adapta même en 1978 la célèbre émission américaine pour enfants Sésame Street qui devint chez nous 1 rue Sésame et dans laquelle marionnettes et acteurs se partageaient la vedette. Mais dès 1979, le succès de Récré A2 sur la chaîne concurrente met à mal l'audience de ces émissions qui ne cessera de s'éroder. TF1 tente une dernière riposte sans trop de succès avec Vitamine (l'émission qui donne bonne mine) entre 1984 et 1987.

Il faut attendre la privatisation en 1987 et l'arrivée de Dorothée, nommée responsable de l’Unité Jeunesse de TF1, pour que la chaîne domine sans partage pendant dix ans le créneau de l'émission pour la jeunesse avec le Club Dorothée, qui reprend une partie des formules et de l'équipe ayant fonctionné sur Récré A2. Cette émission a lancé véritablement l'implantation des mangas en France en diffusant de nombreuses séries animées (Dragon Ball, Les Chevaliers du Zodiaque, etc.); parallèlement, TF1 diffuse des dessins animés des studios Disney dans Disney Parade et dans le le Disney Club. Suite à de nombreuses critiques virulentes dans la presse contre le Club Dorothée, TF1 finit par destituer Dorothée de son titre de Directrice des Programmes Jeunesse et Familiaux en 1996, pour la remplacer par son adjointe qui vient de la direction de la production ; toutefois, Dorothée continue de présenter son émission jusqu'à sa suppression, en août 1997. Le Club Dorothée est alors remplacé par de brèves émissions animées par des personnages de synthèse. La chaîne a conservé quelques dessins animés japonais (Pokémon), mais a aussi su se fournir aux États-Unis (Power Rangers).

À compter de 2001, les émissions de télé réalité ont profondément bouleversé la programmation des chaînes privées françaises, à commencer par TF1 malgré les déclarations de son président Patrick Le Lay qui affirmait dans Le Monde du 11 mai 2001 vouloir « faire obstacle à l’irruption en France de la télé-poubelle » par « choix éthique ». Attirée par les scores d'audience époustouflants réalisés par sa rivale M6 lors de la diffusion de Loft Story, première émission de télé réalité en France en 2001, TF1 s'est empressée de s'allier avec le spécialiste du genre, la société de production Endemol (créatrice de Loft Story), pour concocter une série d'émissions sur le même principe comme Nice People. Dès lors, la chaîne privée s'est constamment alimentée de ce nouveau type de programmation qui constitue à l'heure actuelle sa première source d'audience avec des émissions phares, telles Star Academy, Koh-Lanta, La Ferme Célébrités, L'Île de la tentation, Greg le millionnaire, Première compagnie, Mon incroyable fiancé ou Je suis une célébrité, sortez-moi de là !ou encore ce que l'on appelle le Loft de TF1 mais avec une petite touche de secret Secret Story qui est d'ailleurs animé par Benjamin Castaldi qui était auparavant animateur du loft sur M6 ...

D'après les services de Médiamétrie, TF1 est la chaîne de télévision française la plus regardée en France, parvenant à réaliser 98 des 100 meilleures audiences de l'année 2006. Pour l'année 2007, TF1 réalise même l'intégralité des 100 meilleures audiences, une première depuis la création de Médiamétrie.

En 2005, sa part d'audience était de 32,3 % (40 % en 1989) pour une part de marché publicitaire de 54 %, loin devant les chaînes hertziennes concurrentes privées (M6 et Canal+) ou publiques (France 2, France 3 et France 5).

En 2004, 89 des 100 meilleures audiences de l'année avaient été réalisées par des programmes diffusés sur TF1 (contre 95 en 2003). En 2005, TF1 remporte 97 des 100 meilleures audiences de l'année, confortant ainsi son hégémonie.

L'agence d'achat d'espaces publicitaires Carat prévoit qu'en 2014 la part d'audience de TF1 descende à 24-28 % et sa part du marché publicitaire à 38-44 %. Seulement, l'agence n'a probablement pas vu arriver l'essor de la TNT, puisque cette dernière grignote peu à peu des parts de marché aux chaînes hertziennes, historiques. Ainsi, à la mi-janvier, TF1 a connu sa plus mauvaise audience hebdomadaire, à 27,5 %. La chaîne était encore à plus de 30 % pour sa moyenne 2007, mais il semble que 2008 marque une année où TF1 devra redoubler d'effort et d'innovation pour maintenir son leadership, mais il faut savoir que sa principale concurrente, France 2, se trouve toujours loin derrière à un peu plus de 18 % de part de marché en 2007, France 3 à 14 % et France 5/Arte à 7 %. Enfin, sa concurrente privée, M6, connaît également une baisse d'audience, et stagne depuis janvier 2008 à 10,5 % de part de marché. Au fil des mois, la part d'audience de TF1 continue de s'effriter. La chaine rencontre des difficultés en soirée et avant soirée au point que sa part d'audience hebdomadaire tombe à 25,3% en mai 2008.

À l'international, TF1 est le programme en français le plus suivi, devançant même TV5MONDE (en part d'audience).

TF1 a conquis une place particulière dans le paysage audiovisuel français, notamment grâce aux personnalités, journalistes et animateurs, qui ont fait la « Une » :Benjamin Castaldi, Léon Zitrone, Yves Mourousi, Roger Gicquel, Guy Lux, Denise Fabre, Michel Polac, Patrick Poivre d'Arvor, Bruno Masure, Anne Sinclair, Igor Barrère, Stéphane Collaro, Jean-Pierre Foucault, Patrick Sabatier, Patrick Sébastien, Christophe Dechavanne, Dorothée, et bien d'autres encore. Les journaux de TF1 restent plébiscités par les français (50 % d'entre eux les considèrent comme les meilleurs contre 25 % pour le deuxième France 2). Selon un sondage Ipsos, la chaîne a pourtant enregistré un recul du niveau de satisfaction des téléspectateurs à 49 %, la plaçant en cinquième position des chaînes hertziennes françaises. Les programmes de divertissement sont avec le cinéma et les fictions françaises, le fer de lance de la chaîne au détriment des émissions culturelles. En 2002, TF1 était la chaîne française diffusant le moins de programmes culturels. Pourtant, l'un de ses plus gros budgets consacrés à une émission, est destiné au magazine-documentaire Ushuaïa Nature diffusé chaque trimestre en première partie de soirée, et TF1 coproduit également de grands documentaires historiques comme Hiroshima diffusé en août 2005 également en première partie de soirée et sans coupure publicitaire.

L’influence dominante de TF1 sur la société française suscite la principale interrogation. À cet égard, TF1 concentre les critiques attribuables au média qu’est la télévision. Dans le cadre du centralisme à la française dont elle est une franche illustration, la chaîne historique a pris une telle place dans la vie de millions de personnes que l’impact de la chaîne sur la vie psychique des téléspectateurs ne laisse que peu de doute quant à la réalité de cette influence. La popularité du journal de 20h a amené certains journalistes à l’appeler "la Grande Messe du JT", témoignant de l’effet hypnotique que possède l’entreprise privée qu’est TF1. Il reste cependant délicat de pouvoir quantifier dans quels aspects la chaîne française modèle le comportement des individus, soumis à la répétition de ce visionnage quotidien. Pour de nombreux observateurs, dont l’artiste Francis Cabrel n’est qu’une représentation, cette influence sur la vie sociale au quotidien est d’une façon générale néfaste.

Une question récurrente concerne le fonctionnement interne de TF1. Au-delà de la vocation populaire de la chaîne qui lui impose des choix en matière de contenu, et bien qu’il soit difficile d’expliquer les mécanismes du show-business, de nombreux observateurs voient à la base une tradition de clanisme chez TF1 qui interviendrait dans l’organisation des émissions. Ceci engendrerait un ostracisme de fait vis-à-vis de tel ou tel personnage public voire politique, faisant par exemple qu’une célébrité comme Élie Semoun sera forcément invitée au détriment d’autres intervenants connus de la vie publique.

Si les relations de TF1 par rapport au monde économique ne font pas de doute au vu du poids de la publicité, ses manifestations dans le fonctionnement de la société restent difficiles à percevoir. L’émission Sans aucun doute dans son souci de ne pas écorner les grandes entreprises témoigne du dilemme que pose le financement de la chaîne par la publicité.

Plus tangibles, les relations de la chaîne par rapport aux hommes du pouvoir politique sont inévitablement regardées à la loupe. Certains voient un système d'échange de bons procédés qui permettrait à TF1 d'asseoir son pouvoir d’influence vis-à-vis des coulisses de l’État ; en échange d'une « publicité » – invitations aux journaux et reportages – pour certains responsables en vue, TF1 s'assurerait que ces derniers favoriseront une législation plus libérale sur l'audiovisuel, ou qu'ils choisiront Bouygues lors de l'attribution de marchés publics. D’autres voient en TF1 une chaîne plus indépendante qu’elle ne l’a été par le passé, et plus détachée de l’État français que ne l’est la nébuleuse France Télévisions.

Cependant, la réforme sur la suppression de la publicité dans le service public audiovisuel français semble avoir été réalisée dans le but de favoriser les chaînes privées, notamment TF1 et M6, suite à leur baisse d'audience après l'apparition de la TNT. Ces chaînes ont d'ailleurs connues de larges progressions en bourse à l'annonce de cette réforme et pourraient voir leurs bénéfices publicitaires augmenter fortement si le service public se voyait retirer toute publicité.

En outre, depuis que Nonce Paolini a pris les commandes de TF1, il mène un changement radical, notamment à propos des animateurs jugés "trop âgés". Ainsi on a pu constater le renvoi de Laurent Cabrol (animateur vedette du Téléshopping) et de Charles Villeneuve. L'année 2008 marque un véritable tournant pour TF1 et la mise en place de la "méthode Paolini". Celui-ci n'hésite pas à se séparer de Patrick Poivre d'Arvor installé au 20 Heures de la chaine depuis plus de vingt ans pour le remplacer par Laurence Ferrari. Cette décision est intervenue alors que Paolini réorganise complètement la direction de l'information de la chaine. D'après Le Canard enchaîné du 11 juin 2008, cette décision ne serait pas uniquement due à une volonté de renouvellement des équipes mais plutôt suite à une décision de Nicolas Sarkozy, ce qui remet en cause la neutralité politique de la chaîne.

La nature de multiples programmes suscite de nombreux commentaires qui révèlent la réprobation autour de TF1. Les jeux, la télé-réalité et les très nombreuses séries, le plus souvent d'origine américaine, sont souvent en ligne de mire dans ces critiques, la chaîne privée faisant le choix de délaisser les émissions à caractère culturel qui font statistiquement moins d’audience : évidemment, Secret Story est bien plus populaire que Questions pour un champion de France 3 par exemple. Des programmes de divertissement font régulièrement l'objet de polémiques comme Y'a que la vérité qui compte (aujourd'hui arrêté) ou Confessions Intimes pour leur caractère racoleur et la mise en scène qu'elles font de la vie privée des personnes y participant.

Les programmes pour la jeunesse sont montrés du doigt pour la part trop faible faite à la dimension éducative au profit de dessins animés souvent considérés comme violents voire ambigus (en particulier de nombreux animés qui étaient en effet à l'origine destinés à un public adolescent ou adulte et qui sont simplement épurés des passages les plus explicites lors de leur diffusion). L’animatrice Dorothée par le passé a notamment été décriée pour le caractère "bêtifiant" de certaines de ses productions.

TF1 cherchant à couvrir toute l’actualité, y compris en reprenant des aspects locaux qui sortent de l’évènementiel, il a fréquemment été reproché à la chaîne son traitement superficiel de l'information, qui privilégierait l'actualité de proximité et le sensationnalisme à l'ouverture internationale et au traitement de fond . On pourra néanmoins noter qu’elle est plus rarement accusée de parisianisme que ses consoeurs, une situation qui reste l’une des tendances lourdes de l’audiovisuel français. En revanche, certains de ses animateurs, notamment Jean-Pierre Pernaud se sont vus reprocher leur poujadisme. Ce tempérament a d'ailleurs valu à l'animateur ainsi qu'à Patrick Le Lay, le 28 novembre 2008, une condamnation par la 17e chambre correctionnelle de Paris pour diffamation lors d'un reportage construit - selon la cour - sur la base d'une enquête incomplète et non objective.

Dans la course au sensationnel, on notera également l'empressement de la journaliste Florence Schaal à annoncer abruptement le 8 août 2008 en direct lors du journal de 20 heures et sans vérification préalable le décès d'un enfant de deux ans et demi, qui venait en réalité d'être retrouvé sain et sauf. Mise à pied par la chaîne, elle fut licenciée pour faute grave le mois suivant. De même, un reportage réalisé sur le monde de l'immobilier a soulevé une controverse, dont l'affaire a été saisie par le CSA.

Plus troublant est cette constante sensation de toujours retrouver « les mêmes têtes » – ce problème n’est pas propre à TF1 - quand un débat de type intellectuel ou politique est organisé de façon formelle, ce qui pose les questions de la représentation des idées sur les chaînes populaires et de la mainmise de certaines célébrités politiques sur le débat public.

Sur un aspect déontologique, on reproche à la chaîne sa politique éditoriale visant à faire du journal télévisé un vecteur d’autopromotion de programmes dont elle a l’exclusivité (football, télé-réalité, formule1) afin d’en garantir l’audience.

D’après de nombreux commentateurs, la chaîne a tendance à soutenir la droite. Lors de la campagne pour les présidentielles de 1995, elle a été accusée de soutenir le candidat Édouard Balladur, alors premier ministre. Elle est aussi accusée de stigmatiser l'immigration par des reportages orientés dans lesquels celle-ci est amalgamée à l'insécurité. Didier Mathus, dans Le Monde, a accusé TF1 d'avoir réalisé des sujets quasi quotidiens sur l'insécurité en France pendant la campagne présidentielle de 2002, et d'avoir ainsi contribué aux résultats du premier tour favorables à la droite et à l'extrême droite.

Un sondage TNS-Sofres de novembre 2006, indique que 37 % des personnes interrogées considèrent TF1 comme une chaîne orientée à droite mais également comme la chaîne répondant le mieux aux besoins des téléspectateurs et incarnant le mieux le service public.

Le journal l'Expansion dans un article du 9 décembre 2008 affirme que les modifications apportées par TF1 à l'article de Wikipédia seraient fréquentes et assez répandues chez certaines grandes entreprises. Ces interventions viseraient à atténuer la portée critique de certaines affirmations, voire à supprimer quelques informations. Les auteurs de l'article insistent sur le fait que l'on ne peut pas dire si ces interventions sont voulues par les dirigeants. La direction de TF1 affirme ne pas être au courant de telles pratiques.

TF1 est diffusée sur le réseau hertzien analogique UHF SECAM couleur depuis le 1er janvier 1976 par 112 émetteurs et 3161 réémetteurs. La chaîne est aussi diffusée en numérique sur le multiplex R6 de la TNT depuis le 31 mars 2005.

TF1 fait aussi partie du bouquet numérique gratuit de la TNT par satellite, dit TNTSAT diffusé (dès juin 2007) sous l'égide du groupe Canal+ via le satellite Astra 1. TF1 devrait rejoindre soit le bouquet technique du Groupement de la TNT via le satellite Atlantic Bird 3 et/ou son propre bouquet sur la même position orbitale, où elle y est déjà diffusée mais en analogie. TF1 devrait aussi être présente en accès gratuit sur le phare de l'Europe, le satellite Hot-Bird. TF1 est aussi diffusée sur le deuxième bouquet satellite français Bis Télévisions.

La chaîne est diffusée partiellement en 16/9 depuis le 2 avril 2008. La chaîne est diffusée en HD sur la TNT et le câble satellite depuis le 30 octobre 2008.

Depuis le 17 novembre 2008, un logo transparent de TF1 est présent en permanence dans le coin supérieur droit de l'écran.

Le Groupe TF1 est doté d'un site principal TF1.fr. À celui-ci est subordonné TF1-VOD (Video On Demand) qui permet aux internautes de voir des programmes en streaming, cependant ce site en payant. Le Groupe est égalament propriétaire du site WAT qui est une plateforme de vidéos comme Dailymotion et Youtube. Le 11 avril 2009, le nom de domaine www.wat.tv est arrivé a expiration et TF1 ayant oublié de renouveler le contrat, le site est désormais indisponible. TF1 est également actionnaire de l'hébergeur de blogs Over-Blog.

En haut



André Béraud

André Béraud est directeur artistique de la fiction de TF1.

André Béraud est diplômé de l'Université McGill de Montréal et du Peter Stark Motion Picture Producing Program de l’école de cinéma-télévision de l’University of Southern California (USC). Il officie ensuite comme Program Associate chez ABC Entertainment lors de la saison 1994-1995 puis passe chez Malofilm et Lux Films. Il arrive en 1999 chez Cirrus Communications à Montréal, l'une des plus grandes société de production audiovisuelle au Québec, en tant que producteur sur les séries dramatiques et les comédies.

En Mars 2008, il est nommé directeur artistique de la fiction à TF1 par Nonce Paolini et Takis Candilis. Il a pour mission de renouveler le genre de la fiction française qui connaît une crise sans précédent. Suite au départ de Takis Candilis, il reporte directement à Laurent Storch, directeur des programmes de TF1.

En haut



L'Île de la tentation

L'Île de la tentation était une émission de télé réalité estivale française diffusée sur TF1 de 2002 au 26 août 2008, inspirée de l'émission américaine Temptation Island (2000) et présentée par Stéphane Bouillaud puis Céline Géraud.

C'est la société de production GLEM, filiale du groupe TF1, qui produisuisait l'émission pour la France. L'émission a été dirigée sous la houlette d'Angela Lorente, la productrice, de 2002 à 2008.

Quatre couples non mariés et sans enfant doivent tester leur amour face à la tentation de vingt-deux beaux célibataires (onze hommes et onze femmes) pendant un séjour de douze jours : les tentateurs(trices). Des célibataires sont donc éliminés tous les jours. Des rendez-vous romantiques avec les célibataires ont lieu tous les jours. Mais dans les couples, chacun découvre une sélection de séquences concernant le séjour de son partenaire lors du rituel nocturne quotidien dit du "feu de camp". Au bout des douze jours, dans un ultime "feu de camp", chaque couple doit alors décider s'il reste uni ou non à l'issue de l'émission.

L'émission est devenue culte avec le couple sulfureux, Brandon et Diana, lors de la saison 1.

La plage des 4 femmes et des tentateurs se nommait Esmeralda et la plage des 4 hommes et des tentatrices se nommait Diamante K.

Les saisons 1, 2 et 3 (2002, 2003 et 2004) ont été présentées par Stéphane Bouillaud. Céline Géraud a présenté les saisons 4, 5, 6 et 7 (2005, 2006, 2007 et 2008).

La voix off était celle de Mustapha Kherraz de la saison 1 à la saison 7.

Tentateurs : Yannick, Eebra, Moise, Marc, Slyder, Lionel, Fabrice, Stéphane, Ugo, Philippe, Karim, Pierre-Antoine, Mark (dit Tai-Tai).

Tentatrices : Emmanuelle, Nolwenn, Ginie, Anniurka, Erika, Veronika, Sophie, Nadia, Maéva, Anais, Elodie.

L'émission se déroule à Koh Samui, au sud de la Thaïlande.

Tentateurs : Fred, Yohann, Nicolas, Sébastien, Yoni, Stephan, Frédéric, Benoit, Emmanuel, Erwann, Alexandre.

Cette saison s'est déroulée à Tulum au Mexique.

Tentateurs : Steve, Paul, Mickael, Matheo, Florent, Patrick, Mehdi, Olumide, Diego, Dorian.

Tentatrices : Erika, Julie, Shane, Johanna, Nadège, Géraldine, Angéline, Emma, Sandra, Estelle.

Tentateurs : Khalid, Cyril, Ademola, Mathieu, Stéphane, Mikael, Ali-Ismael, Cyprien, Christophe, Daniel, Emmanuel.

Tentatrices : Maéva, Sophie, Annabelle, Linda, Isabelle, Milena, Virginie, Louise, Magdalen, Joann, Aurélie, Ariela.

Fin : Nicolas et marion repartis précipitamment avant la fin de l'aventure, Nicolas a demandé Marion en mariage. Samir et Gwenn se sont séparés. Laurence et François sont repartis ensemble. Roberto et Lalie sont repartis ensemble.

Ce cinquième couple est arrivé après quelques jours, lorsque Bérangère et Daniel ont décidé d'arrêter l'aventure, étant persuadés de leur amour. Du côté des autres couples, la situation a rapidement tourné au règlement de compte. Les trois hommes ont vite succombé au charme des tentatrices, s'imaginant un avenir radieux avec elles. Du côté des filles, le comportement des hommes a provoqué un rapprochement avec les célibataires.

Après douze jours d'aventure, le résultat des couples peut être considéré comme catastrophique. Trois sur cinq repartent séparément : Mélanie et Vincent, Emeline et Harry, Sandra et Eric. Quatre mois après l'aventure, Emeline a néanmoins fini par pardonner le comportement d'Harry et ils se sont réconciliés. Mélanie et Vincent ne se voient plus, tandis que Sandra et Eric sont toujours amis. Quant à Bérangère et Daniel, ils coulent toujours le parfait amour. Par contre, Jennifer et Jöel se sont récemment séparés. Les aventures avec les tentatrices se sont soldées par des échecs pour les hommes qui les ont approchées. La relation entre Vincent et Shanice la célibataire s'est vite terminée.

Tentateurs : Jimmy, Benjamin, Jamel, Baghdad, Joffrey, John, Laurent, Pietro, Thomas, Zlatko, Cédric.

Tentatrices : Sophie, Stéphanie, Maeva, Lisa, Laetitia, Julia, Ines, Esla, Aurore, Maude, Chris.

Au dernier feu de camp, c'est le règlement de comptes...

Anthony et Lise repartent séparément. L'histoire entre Anthony et la tentatrice Julia ne mènera à rien.

Des révélations après la diffusion de la série montrait que Lise et Anthony n'étaient pas ensemble (Anthony est en fait un strip-teaser, de même que sa véritable petite copine, qui ne faisait pas partie de l'aventure).

Benjamin et Fiona repartent séparément eux aussi. L'histoire entre Benjamin et la tentatrice Stéphanie sera vite terminée. Olivier et Carine repartent ensemble, après avoir longuement discuté. Lindsay et Joanna repartent eux aussi ensemble, et plus amoureux que jamais.

La saison débute le 8 juillet 2008 à Yucatán au Mexique.

Puis sont arrivés les couples Dany et Pierre, Mylis et Nathan.

Le couple Lindsay-Léonard sera forcé de quitter l'aventure au bout de 5 jours, ils repartiront séparément. Ils seront remplacés par Dany et Pierre. Le couple Mylis-Nathan arrive 6 jours après le début des épisodes, après le départ de Manu et Alexandra (c'est Manu qui a décidé d'arrêter l'aventure, Alexandra suivant son intention.).

Tentateurs : Andy, Tito, Boris, Gabson, William, Thibault, Grégory, Elie, Dan, Rayan, Disco.

Tentatrices : Agnes, Carla, Eliane, Émilie, Floriane, Gaëlle, Yvana, Laurence, Milena, Tiffany, Yuki.

A l'issu de l'épisode final (enregistrement en avril), diffusé le 26 août 2008, les 4 couples restants sont tous repartis... ensemble mais 4 mois plus tard on sait que Pierre et Dany se sont séparés.

En janvier 2008, la Cour d'appel de Paris a confirmé la requalification en contrat de travail de la prestation de candidats de l'édition 2003 de l'émission.

Malgré des audiences assez satisfaisantes, Nonce Paolini a confirmé au Parisien l'arrêt de l'émission. Il n'y aura donc pas de huitième saison en 2009.

En haut



Groupe TF1

Logo du Groupe TF1

Le Groupe TF1 SA est un groupe audiovisuel français qui s'est construit autour de la chaîne de télévision commerciale hertzienne TF1 privatisée en 1987.

Le capital de TF1 SA est détenu par le groupe Bouygues (43 %), le public (32,2  %), J.-P. Morgan (10,06 %), Putnam Investmet Management (4,95 %), Sanford C. Bernstein (4,70 %), les salariés du groupe (3,70 %) et 0,06 % en autocontrôle...

TF1 SA est cotée à la bourse de Paris.

TF1 et TMC ont été agréées par le CSA pour faire partie de l'offre de télévision numérique terrestre française gratuite en France. Eurosport France, LCI et TF6 ont été agréées pour l'offre payante.

TF1 Publicité commercialise sous la marque "TF1 Network" les espaces publicitaires des activités Internet du groupe mais aussi de nombreux sites Internet gravitant autour du groupe.

Le groupe TF1 a en projet la création d'un nouveau bouquet satellite gratuit reprenant ses chaînes, les dix-huit chaînes gratuites de la TNT et des chaînes du groupe AB, afin de permettre à tous les français de recevoir la télévision en numérique.

En mai 2006, le groupe TF1 créa une licence de marque de téléphonie mobile en partenariat avec Bouygues Telecom qui porte le nom de TF1 Mobile. TF1 Mobile visait un public âgé de plus de 25 ans.

En haut



Patrick Le Lay

Patrick Le Lay, né le 7 juin 1942 à Saint-Brieuc, a été un dirigeant d'entreprise français et ancien président-directeur général de TF1.

Il a étudié à l'École spéciale des travaux publics avant d'intégrer l'univers du BTP. C'est en tant que responsable de la diversification du groupe Bouygues qu'il prépara le dossier de candidature à la privatisation de TF1 en 1987, selon la volonté de Francis Bouygues. Il est également ancien élève du CPA (Centre de Perfectionnement aux Affaires), l'executive MBA d'HEC. Président-directeur général de la chaîne de télévision française TF1 depuis le 23 février 1988, il est à compter du 22 mai 2007 président du Conseil d'administration de la chaîne, laissant la direction générale à Nonce Paolini,. Le 31 juillet 2008, il démissionne de son poste de président du conseil d'administration de TF1, Nonce Paolini lui succède.

Patrick Le Lay préside désormais le fond d'investissement Serendipity dont les actionnaires principaux sont Artemis, holding de la famille Pinault, et Bouygues (propriétaire de TF1).

Breton affirmé, il est à l'origine de la création de la chaîne régionale bretonne TV Breizh, filiale du groupe TF1.

Il a été fait chevalier de l'ordre de la Légion d'honneur en janvier 2003. En 2001, Michel-Constant Verspieren avait révélé dans le livre L’Impasse maçonnique que Le Lay était un haut-gradé franc-maçon.

Il a remporté en novembre 2007 à New York, l'Emmy Award du meilleur directeur de télévision.

Patrick Le Lay est particulièrement réputé pour ses analyses perçues comme franches (ou brutales), incisives (ou cyniques) et sujettes à polémique, de même que par sa propension à cautionner les raccourcis pris par certains de ses journalistes. Le dernier raccourci employé par Jean-Pierre Pernaut lui valut une condamnation prononcée par la 17ème chambre correctionnelle de Paris, en même temps que celle de l'animateur du 13 heures (le 28 novembre 2008), pour diffamation envers le mouvement TFP (Tradition, Famille, Propriété).

Une polémique fit rage en juillet 2004 à la suite de la publication de ses propos recueillis dans Les Dirigeants français et le changement par la société de conseil EIM, qui y présentait les réponses de dirigeants tels que Patrick Le Lay, Michel Bon (ex-France Télécom), Robert Louis-Dreyfus (LD Com), Michel Pébereau (BNP Paribas), Henri de Castries (Axa), à des questions portant sur les nouveaux défis des entreprises françaises face au changement.

La polémique fut relayée notamment par Les Guignols de l'info et plus globalement par les opposants au leadership de TF1 sur l'audiovisuel français. Ceux-ci reprirent les propos sous la forme raccourcie « Notre boulot, c'est de vendre à Coca-Cola du temps de cerveau humain disponible », mettant en parallèle TF1 et les world companies.

L'autre « coup de gueule » de Patrick Le Lay fut prononcé en août 2005 quand, dans le magazine Bretons, il a accusé la France d'avoir organisé un génocide culturel (ethnocide) en Bretagne, et qu'il a affirmé « Je ne suis pas français, je suis breton ».

Dans le documentaire de Maurice Dugowson Télévision (Histoires secrètes), Jack Lang confie que l'idée de créer une présidence commune entre Antenne 2 et FR3 lui est venue lors d'une conversation avec Patrick Le Lay. Ce dernier qualifiera cette proposition de "mauvaise idée"... Remarque légérement teintée de mauvaise foi et de cynisme sachant que cette ingénieuse idée à remis d'aplomb un service public à la derive au début des années 1990 (sans toutefois inquiéter le leadership de TF1).

En haut



Source : Wikipedia