Nanterre

3.4194139193824 (1638)
Posté par seb 10/03/2009 @ 12:11

Tags : nanterre, hauts-de-seine, île-de-france, france, environnement, pro b, basket-ball, sport

Dernières actualités
Procès d'une erreur médicale: prison avec sursis requise pour ... - AFP
NANTERRE (AFP) — Le parquet de Nanterre a requis vendredi des peines de prison avec sursis pour "homicide involontaire" contre trois médecins de l'hôpital Ambroise-Paré de Boulogne-Billancourt, accusés d'une erreur de diagnostic fautive et fatale à une...
Le futur stade du Racing accueillera des spectacles - Le Parisien
Le Racing-Métro 92 construira son nouveau stade à Nanterre. Il sera polyvalent, accueillant matchs et spectacles. La fête de la musique du 21 juin 2014 se tiendra-t-elle sur la pelouse du stade flambant neuf du Racing-Métro 92 à Nanterre ?...
L'extension de La Défense ne se fera pas sans Nanterre - Le Parisien
Nanterre veut peser sur l'avenir de l'Ouest parisien. Samedi, lors d'un conseil extraordinaire, les élus ont voté une résolution mêlant exigences et propositions. L'avenir de l'Ouest parisien ne se décidera pas sans Nanterre. Pour réaffirmer sa volonté...
Jacques Mariani en garde à vue - L'Express
Condamné à quinze années de réclusion criminelle pour assassinat, il a été extrait de la centrale de Saint-Maur (Indre) par le Raid et conduit dans les locaux de la direction centrale de la police judiciaire à Nanterre (Hauts-de-Seine)....
Nanterre toujours en colère - Bellaciao
Lettre ouverte de 130 Enseignants-chercheurs de l'Université Paris-Ouest Nanterre, à Valérie Pécresse et à Xavier Darcos. Parce que nous sommes des chercheurs et des professeurs responsables, des humanistes, des parents et des citoyens, nous refusons...
Une société d'hôtesses condamnée pour fichage ethnique - L'Express
La cour d'appel de Versailles a aggravé la peine contre la société Daytona prononcée en première instance par le tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine) en juin 2008, qui était de 5.000 euros d'amende ferme et 15.000 euros avec sursis....
Stuff happens, au Théâtre Nanterre-Amandiers - L'Express
... William Nadylam et Bruno Freyssinet. Quoique brillant, le spectacle porte en lui sa limite : celle d'un exercice de style agréable, mais bien sage. Stuff happens, de David Hare. Théâtre Nanterre-Amandiers, Nanterre (Hauts-de-Seine)....
La cour d'appel de Versailles annonce qu'elle n'a plus d'argent - L'Express
La cour d'appel de Versailles a dans son ressort le tribunal de Nanterre, un des plus importants de France, qui a sous sa juridiction des zones urbaines pauvres à grande délinquance mais aussi le quartier d'affaires de la Défense....
Liliane Bettencourt refuse toute expertise médicale - Europe1
L'actionnaire principale de L'Oréal a de nouveau refusé une expertise médicale demandée par le parquet de Nanterre dans l'enquête sur les dons qu'elle a accordés au photographe François Marie-Banier, selon les informations de Libération....
RER A : un train sur cinq circule ce matin - Le Parisien
L'interconnexion est suspendue avec la SNCF à Nanterre-Préfecture. Sur la branche qui va de Nanterre-Préfecture à Cergy-le-Haut ou Poissy, la SNCF prévoit «une circulation maintenue sur la branche Cergy-le-Haut mais avec des départs et terminus à Paris...

Nanterre

Coucher de soleil sur Nanterre

Nanterre est une commune française située dans le département des Hauts-de-Seine, dont elle est la préfecture, dans la région Île-de-France.

Ses habitants ont d'abord été appelés les Nanterrois, puis les Nanterriens.

Nanterre est une ville de la banlieue ouest de Paris.

Le quartier de La Défense, l'un des principaux quartiers d'affaires d'Europe, s'étend en partie sur Nanterre, le reste étant partagé entre Courbevoie et Puteaux. La ville de Nanterre comprend aussi l'une des plus grandes universités de la région parisienne : l'université de Paris Ouest - Nanterre La Défense.

Située en bord de Seine, cette ville est préfecture des Hauts-de-Seine (92). Anciennement une plaine, elle s'étend de la Seine au mont Valérien et à l'ancienne colline de La Défense.

La présence humaine est attestée sur le site de Nanterre dès l’époque néolithique par les découvertes fortuites d’outils de pierre. Le nom de Nanterre apparaît dans les textes à partir du VIe siècle mais ses racines celtiques « Nemeto-Durum » (ou "montagne sacrée"), révèlent une origine plus ancienne et l’existence d’un habitat important à caractère militaire et cultuel. Latinisé en Nemetodurum puis Nemptodoro, le nom sera francisé en Nantuerre et Nanturra au XIIe siècle.

La découverte de la tombe à char d’un personnage de haut rang établit l’importance du bourg situé sur la voie antique de Paris à la Normandie. Il reste un centre religieux des Parisii après la conquête romaine. En 1993, des fouilles archéologiques ont mis au jour l’ancien village gaulois. De plus, en 2003, a été découvert une importante nécropole gauloise datant de la fin du VIe siècle - début du IIIe siècle avant notre ère, dans ce qui était à l'époque une véritable ville gauloise. Du fait de l'importance gauloise de la ville, une théorie récente présente Nanterre comme étant la Lutèce décrite par Jules César dans sa guerre des Gaules, en lien avec des fouilles effectuées à Nanterre ,.

La « Vie » de Sainte Geneviève, document écrit au début du VIe siècle, mentionne la naissance de Geneviève à Nanterre vers 426 et lui attribue la guérison miraculeuse de la cécité de sa mère avec l’eau du puits situé près de sa maison. Après la mort de sainte Geneviève, Clovis et Clotilde créent l’abbaye de Sainte-Geneviève qu’ils dotent de vastes possessions. Nanterre fait partie des villages dont cette abbaye devient le seigneur. De nombreux sarcophages mérovingiens, mis au jour lors des fouilles archéologiques effectuées sous le parvis de la cathédrale en 1973 puis en 2007, attestent l’importance de Nanterre pendant cette période.

En 1247 le roi Louis IX confirme l’affranchissement des serfs de Nanterre avec l’accord de Thibaud, abbé de Sainte-Geneviève. Les affranchis demeurent sujets de l’abbaye et acquittent les redevances et corvées ordinaires. Les chroniques mentionnent les horreurs de la guerre de Cent Ans au cours de laquelle l’église est plusieurs fois incendiée.

À partir du XVe siècle, on sait avec certitude que le puits miraculeux de sainte Geneviève fait l’objet de pèlerinages importants.

En 1634, un curé-prieur, Paul Beurrier, est chargé par l’abbaye d’ouvrir un séminaire et de redresser la situation temporelle et spirituelle. Il combat la Réforme et obtiendra l’appui d’Anne d’Autriche qui s’est rendue plusieurs fois en pèlerinage au puits de Sainte Geneviève. Il fait construire un collège dont la première pierre est posée par la reine en 1642.

Une autre communauté religieuse, les prêtres du Calvaire, est établie au Mont Valérien.

Le territoire, cultivé en vignes, céréales et légumes, est parsemé de nombreuses réserves à gibiers destinés aux chasses royales. On y exploite de nombreuses carrières souterraines de pierre à bâtir. Nanterre est le principal fournisseur de Paris en charcuterie.

Le collège devient une école militaire. Les Nanterrois rédigent leur cahier de doléances, ils demandent notamment la suppression des droits et privilèges de l’abbaye et des réserves à gibiers.

Le 4 août 1789, l’abolition des privilèges délivre les Nanterrois des droits seigneuriaux de l’abbaye. L’église devient « temple de la raison ». La première municipalité est élue au suffrage censitaire le 7 février 1790. Les biens des moines génovéfains sont vendus comme bien nationaux.

Les Nanterrois ne manifestent pas un grand zèle révolutionnaire. Après les batailles de Valmy et Jemappes, les volontaires se mutinent pour rentrer au pays, leur commandement leur ayant refusé de passer leurs quartiers d’hiver en famille. C’est sous la pression du Comité de vigilance que la municipalité fera arrêter les prêtres du calvaire et les ermites du mont Valérien, suspectés d’activités contre-révolutionnaires.

La Révolution a interrompu les échanges avec Paris privant les Nanterrois de leurs principales ressources. L’économie de guerre, les réquisitions, les levées d’hommes pèsent trop lourdement sur la vie quotidienne. L’arrestation de Robespierre, le 9 thermidor (27 juillet 1794), malgré la vaine tentative de soulèvement des Parisiens par François Hanriot, général commandant la Garde nationale de Paris, est accueillie avec soulagement. François Hanriot, né à Nanterre le 2 décembre 1759, est guillotiné le 10 thermidor (28 juillet 1794).

La ligne Paris - Saint-Germain-en-Laye, première ligne de chemin de fer partant de Paris, est inaugurée le 24 août 1837. La mise à niveau de la voie qui coupe le territoire en deux, nécessite le creusement d’une tranchée, l’édification d’un talus et la construction de ponts.

Une autre ligne reliant Paris à Rouen traverse Nanterre en 1841.

Les Parisiens avides de plaisirs champêtres assistent nombreux aux fêtes de la rosière et se rendent dans l’île fleurie où les attendent les guinguettes accueillantes.

La rapidité des moyens de transport favorise l’établissement d’une nouvelle population. Villas bourgeoises et immeubles de rapport seront édifiés près de la gare.

Pendant la guerre de 1870, les Nanterriens se réfugient à Paris. Les canons de la forteresse du mont Valérien édifiée en 1841, contiennent l’ennemi au-delà de la Seine. Nanterre est gravement endommagé par les échanges de tirs, puis par l’occupation et les réquisitions des Prussiens.

Les premières industries sont dépendantes de l’élevage : suiferie, fabrique de noir animal, fabrique de colle. À la fin du XIXe siècle, les industriels trouvent à Nanterre les espaces dont ils ont besoin sur des terrains à bon marché, à proximité de voies de communication importantes : routes nationales, voies ferrées, fleuve.

Les grands travaux consécutifs à l’extension de Paris nécessitent de grandes quantités de matériaux. Ils offrent de nouveaux débouchés par l’exploitation de nombreuses sablières.

Toutes les branches d’activité seront présentes à Nanterre : Papeteries, industries chimiques, pharmaceutiques, cosmétiques, métallurgie, fonderies, industries alimentaires, construction automobile et ses équipements.

De grandes marques sont nées à Nanterre : biscottes et produits diététiques Heudebert, pâtes alimentaires Milliat frères, automobiles Simca, camions Willème. D’autres grandes marques y ont installé leurs usines de fabrication : Bâches Cauvin et Yvose, encres d’imprimerie Lorilleux, pâtes dentifrice du Docteur Pierre qui deviendra Forvil, parfums Lanvin, Roja, apéritifs Campari, carburateurs Solex, équipements de cycles Huret, accumulateurs Dinin…

Le secteur de l’énergie sera représenté par l’usine de production de gaz d’éclairage, les installations de distribution de courant électrique Ouest-Lumière qui deviendront l’Électricité de France et les dépôts d’hydrocarbures Fina, Shell…

Autour des grandes usines, employant des milliers d’ouvriers, s’établissent de nombreux petits ateliers de sous-traitance et d’outillage, souvent à caractère familial.

Les résidus urbains et industriels sont exploités pour être recyclés selon une organisation structurée. De simples chiffonniers collecteurs revendent à des « semi-grossistes » lesquels revendent à des industriels de la profession, disposant de vastes chantiers de stockages reliés au réseau ferré. Les industries métallurgiques induiront la profession de ferrailleur et la construction automobile celle de casseur.

Dès 1874, le département de la Seine fait construire une vaste maison de répression à l’écart du bourg, au nord du territoire. L’établissement occupe 17 hectares. Il perdra progressivement sa fonction carcérale pour devenir un centre d’accueil des indigents auquel s’adjoindront une maison de retraite et un hôpital. Il est administré jusqu’en 1989 par la Préfecture de police et constitue un cas unique en France.

En 1989, il prend le statut d’un établissement public autonome de la Ville de Paris à caractère sanitaire et social dénommé : « Centre d’accueil et de soins hospitaliers ».

Il est organisé en quatre secteurs fonctionnels : un centre d’accueil, l’hôpital Max Fourestier, une maison de retraite et un centre d’hébergement et d’assistance aux personnes sans abri.

L’État et les administrations acquièrent de vastes terrains : chemins de fer, entrepôts de la régie des tabacs (SEITA), camp militaire de matériel aéronautique (1916).

Pendant la guerre de 1914-1918, 814 Nanterriens sont tués. Nanterre accueille les réfugiés et des industries repliées des zones de combat.

La population nouvelle attirée par les emplois offerts dans l’industrie et confrontée aux difficultés économiques de l’entre-deux-guerres modifie profondément les données sociologiques de la ville.

En 1935, une municipalité est élue sur une liste « Unité d’action anti-fasciste ». Le maire Raymond Barbet est un jeune cheminot communiste. Les Nanterriens rejoindront le Front populaire créé le 14 juillet 1935 et éliront un député communiste aux élections de 1936.

Les usines de Nanterre sont occupées pendant les grandes grèves de 1936-1937 qui aboutissent à la conquête d’importantes avancées sociales.

L'émergence du Front Populaire se traduisit par l'arrivée des communistes aux commandes de la ville.

La guerre à l’Allemagne est déclarée le 9 septembre 1939. Le conseil municipal est dissous le 4 octobre 1939 et Raymond Barbet est arrêté le 19 décembre ; interné, il s’évadera et rejoindra la Résistance. Les dépôts de carburant sont incendiés pour ne pas servir à l’ennemi.

Le 15 juin 1940, Paris est occupée ; l’Armistice est signé le 22 juin. La ville est administrée par une délégation spéciale nommée par le gouvernement de Vichy. La résistance s’organise. Juifs, communistes, antifascistes, résistants sont arrêtés, déportés, fusillés. Le mont Valérien est devenu un haut lieu du martyrologe de la Résistance.

Après la Libération, Raymon Barbet est réélu aux élections municipales de 1945. En 1973 après 38 ans de mandat, Raymond Barbet passe le relais à Yves Saudmont. Quinze ans plus tard le docteur Jacqueline Fraysse prend la relève.

Au lendemain de la guerre la priorité est donnée au logement et aux équipements sociaux, sportifs et culturels. Un Office municipal d’habitations à loyer modéré est créé en 1951. De son côté, l’État fait expérimenter la construction industrielle de 2600 appartements. Aujourd'hui encore, 54% des habitations sont des logements sociaux.

Nanterre connaît un nouvel essor industriel et une croissance démographique importante que ne suit pas le rythme des constructions de logements.

De 60 283 habitants en 1956, la population atteindra 83 528 habitants en 1962.

Les terrains vagues se sont couverts de bidonvilles où loge la main-d’œuvre immigrée, principalement venue du Maghreb ; les conditions de vie pénibles sont aggravées par les opérations de police consécutives à la guerre d'Algérie.

Il faudra attendre le milieu des années 1970 pour que disparaissent ces constructions de fortune.

Le lieu-dit « Les Fontenelles » s’étend sur la trajectoire de la poussée de Paris vers l’Ouest, sujet de très anciens et nombreux projets.

En 1958 l’État crée l’Établissement Public pour l’Aménagement de la Défense (EPAD). Architectes et urbanistes de renommée internationale conçoivent un nouveau quartier selon les tendances modernes d’urbanisme et d’architecture, souvent objets de polémiques.

La densification des tours de bureaux et de logements nécessitera des équipements et des infrastructures importantes.

Les opérations de l’EPAD donneront lieu à de vives réactions de la municipalité qui tient à garder la maîtrise de son territoire et cherchera à faire participer l’aménageur plus largement au financement des équipements collectifs nécessaires, dont elle a la charge.

De vastes chantiers se poursuivent avec l’aménagement de l’axe Seine-Arche.

Le quartier est desservi par la Gare de Nanterre - Université     qui a remplacée l'ancienne halte de La Folie.

Les services préfectoraux s’installent en 1972 dans la tour de la Préfecture des Hauts-de-Seine conçue par l’architecte André Wogenscky ; elle est desservie par une ligne du Réseau express régional. Dans le même secteur seront établis l’Hôtel du département, le Palais de Justice et les Archives départementales. La maison d’arrêt sera bâtie à l’écart, en bordure de la Seine.

Le quartier est desservi par la gare de Nanterre - Préfecture  .

Sainte Geneviève, originaire de Nanterre, devient la sainte patronne du diocèse de Nanterre. Elle est aussi sainte patronne du diocèse de Paris.

Dans les années 1970, s’amorcent les grandes mutations des activités économiques caractérisées par une forte désindustrialisation.

Cependant, la situation géographique de Nanterre et l’organisation de zones d’activités économiques, favorisent le maintien d’emplois industriels et le développement des secteurs du tertiaire, du commerce, des services et de l’informatique. Nanterre compte 86 219 habitants recensés en 1999.

Du village à la cité, Nanterre conserve dans son patrimoine les témoignages de cette longue histoire.

Le quartier est desservi par la gare de Nanterre - Ville  .

Issu d'une longue bataille politique, l'Établissement public d'aménagement Seine-Arche organise la construction des derniers terrains libres de la ville, ce qui en fait l'une des principales opérations urbaines de France par sa taille, son volume et son importance. Sur l'ancien projet d'autoroute A14, démolie puis enterrée, l'aménageur poursuit une extension « douce » de la Défense le long de l'Axe historique ou « grand axe » ; sujet de vives controverses, la Voie Royale pensée au XIXe siècle dans la continuité des Champs-Élysées se poursuit sur la ville de Nanterre, symbolisé par une « coulée verte » de 17 terrasses piétonnes et paysagères. Le long de cet ensemble, des bureaux et des logements seront construits. Ce projet couvre 20 % du territoire de la ville.

Ce projet fait suite a près de 30 ans de débats après des propositions avortées de Paul Chemetov en 1992. Aujourd'hui encore, l'aménagement de l'Axe historique fait débat notamment sur le bien-fondé de cette opération immobilière.

Le 26 mars 2002, Richard Durn s'introduit avec des armes dans l’hôtel de ville de Nanterre. Il tue huit personnes du conseil municipal et en blesse grièvement 14 autres. Le 28 mars, il se suicide en se défenestrant du 4e étage du « Quai des orfèvres », à Paris, alors qu'il était interrogé par deux policiers.

Nanterre accueille de nombreuses entreprises sur son territoire.

Nanterre accueille également le campus de l'université Paris Ouest - Nanterre La Défense.

En haut



Gare de Nanterre - Université

Mi84 nanterreU.jpg

La gare de Nanterre — Université est une gare ferroviaire de la commune française de Nanterre (département des Hauts-de-Seine).

Cette gare située sur l'ancienne ligne Paris - Saint-Germain-en-Laye, s'appelait avant la création du RER « La Folie - Complexe universitaire ».

La gare est desservie par les trains du   parcourant la branche A1 de Saint-Germain-en-Laye, ainsi que par les trains du   sur la branche de Cergy - Le Haut.

Sur la ligne L, la gare joue le rôle de terminus pour certains trains.

Le plan de voies affiché ci-dessus n'est qu'un schéma, il ne prétend pas à une exactitude géographique, en particulier en ce qui concerne les échelles ou les directions.

En haut



Gare de Nanterre - Préfecture

Gare nanterre prefecture quai cergy poissy.jpg

La gare de Nanterre - Préfecture est une gare ferroviaire de la commune française de Nanterre (département des Hauts-de-Seine), ouverte le 1er octobre 1973 sur la ligne Auber - Saint-Germain, embryon du RER A ; elle est aujourd'hui une gare du tronçon central de cette même ligne de RER.

La gare est une gare souterraine située près de la préfecture des Hauts-de-Seine. Elle est desservie par les trains de la ligne A du RER.

Son exploitation revient à la RATP. C'est dans cette gare que s'effectue le changement de conducteur entre la SNCF et la RATP (uniquement pour les trains des branches A3 et A5).

C'est aussi une bifurcation entre les branches Ouest de la ligne qui sont gérées par les 2 réseaux, dont celle de Saint-Germain-en-Laye par la RATP et celles de Poissy et Cergy - Le Haut par la SNCF.

En haut



Gare de Nanterre - Ville

Nanterre-ville RER.jpg

La gare de Nanterre - Ville est une gare ferroviaire de la commune française de Nanterre (département des Hauts-de-Seine).

La gare est desservie par les trains de la ligne A du RER parcourant la branche A1 de Saint-Germain-en-Laye.

En haut



Arrondissement de Nanterre

Département des Hauts-de-Seine - Arrondissement de Nanterre.PNG

L'arrondissement de Nanterre est une division administrative française, située dans le département des Hauts-de-Seine et la région Île-de-France.

En haut



Université de Paris Ouest - Nanterre La Défense

Image:ParisX.Nanterre logo.png

L'université Paris-X, ou université Paris Ouest - Nanterre La Défense, est l'une des treize universités parisiennes, située dans le département des Hauts-de-Seine à proximité du centre d’affaires de La Défense. Les enjeux de l’internationalisation se sont très vite imposés à l’Université de Nanterre La Défense, aussi est-elle aujourd’hui au centre d’un réseau d’échanges avec de nombreux établissements d’enseignement supérieur étrangers, en Europe, mais aussi en Amérique et en Asie. Plus généralement, l'Université Paris X est classée comme l'une des meilleures universités françaises aux côtés de Paris I, Paris II ou de Paris V par Le Nouvel Observateur dans son classement des meilleures formations françaises.

L'université de Nanterre La Défense est notamment héritière de la faculté des lettres et sciences humaines fondée en 1964 afin de désengorger la Sorbonne. Théâtre d'une histoire riche en événements qui ont marqué le monde universitaire à la fin des années 60, l'université de Nanterre La Défense offre à sa communauté universitaire un vaste campus, situé à deux kilomètres du quartier d'affaires de Paris La Défense (moins de 10 minutes en RER) et à cinq kilomètres de Paris (le centre de Paris est à moins de 20 minutes en RER) et à deux pas du TGI de Nanterre, l'un des plus importants de France.

Deuxième campus universitaire de France, l'université de Nanterre La Défense compte 2 000 enseignants-chercheurs, 700 personnels administratifs et techniques et plus de 33 000 étudiants. Avec ses 27 hectares, l'université de Nanterre La Défense constitue une sorte de ville dans la ville. Lieu de vie et de culture avec sa piscine olympique, sa piste d'athlétisme, ses espaces verts et son théâtre, l'Université se veut aussi un lieu où les formations de pointe le disputent aux formations internationales, le tout adossé à une recherche mondialement connue dans les domaines les plus divers.

Le bâtiment G, des Sciences économiques notamment, a été initialement destiné à accueillir Sciences Po Paris. L'effervescence de 1968 a conforté les opposants (enseignants et élèves) à ce transfert dans leur refus de quitter Paris intra muros. Seuls quelques pionniers de l'IEP, dont le professeur Mendras, s'y installèrent.

L'objectif de réaménagement de l'université et de ses environs est financé grâce au projet d'EPA Seine Arche visant à désenclaver l'espace derrière la Défense en détruisant des tronçons de routes ainsi que des voies ferrées et en construisant de nouveaux bureaux. Il bénéficie aussi du projet U3M (universités du 3e millénaire). Durée des travaux d'environ 15 ans.

Avec 268 diplômes préparés et environ 8 000 diplômés chaque année, l'Université regroupe 9 Unités de formation et de recherche, un IUT et un institut. La réforme LMD pour une harmonisation des diplômes au niveau européen est appliquée pour une grande partie des formations proposées. Les étudiants étrangers, notamment les étudiants en programmes d'échanges internationaux (Erasmus, Micefa), bénéficient d'un soutien en Français langue étrangère d'un minimum de six heures par semaine dans le service de "Français pour Etudiants Etrangers" (FETE) de l'UFR de littérature, langages et philosophie (LLPHI).

Ainsi que d'autres centres de recherches] en langues, économie, histoire, droit

L'Université de Nanterre La Défense dispose aussi depuis 1984 des cursus bidisciplinaires reconnus et proposant des formations plus dirigées vers l'international comme la bi-licence (anciennement « bi-deug ») droit/langues étrangères (anglais, allemand et espagnol en particulier) et économie-gestion/langues étrangères. Les bi-licences économie-gestion/langues ou droit/langues sont accessibles après un examen portant sur la langue désirant être étudiée, examen se déroulant à l'université de Nanterre La Défense.

Des masters recherche et professionnels bidisciplinaires sont proposés en droit en partenariat avec des universités étrangères.

Plus généralement, l'Université Paris X est classée comme l'une des meilleures universités françaises aux côtés de Paris I, Paris II ou de Paris V par Le Nouvel Observateur dans son classement des meilleures formations françaises.

De très nombreuses organisations ont été présentes sur le campus au cours de son histoire. Toutefois, comme pour la plupart des élections étudiantes, le taux de participation dépasse rarement 10%.

À partir de 1966, l'université se fait surtout remarquer comme le théâtre du développement des groupes d'extrême gauche. Le mouvement de 1968 démarre ainsi le 22 mars (mouvement du 22-Mars) par l'occupation de la tour administrative. L'université est surnommée Nanterre la rouge.

L'agitation se poursuit, avec notamment plusieurs jours d'émeute en 1970 suite à la tentative de l'Administration d'autoriser la police à pénétrer sur le campus.

Des affrontements opposent régulièrement militants anarcho-communistes et d'extrême droite. Au cours de l'un de ces affrontements, un militant d'extrême droite se tue en traversant une voie ferrée. En novembre 1986, l'université est occupée dans le cadre de la grève nationale contre le projet Devaquet.

En haut



Source : Wikipedia