Montreuil

3.5336179295727 (937)
Posté par talos 01/03/2009 @ 17:44

Tags : montreuil, seine-saint-denis, île-de-france, france, environnement

Dernières actualités
Athlé - Montreuil - L'Equipe.fr
Dwain Chambers a remporté ce jeudi le 100 m du meeting de Montreuil. Pognon termine quatrième, une place derrière Martial Mbandjock. Dwain Chambers a confirmé son rôle d'attraction de la soirée au meeting de Montreuil. Invité par la maire verte de la...
Montreuil-Tamgho: "Je peux faire beaucoup plus que 17m40" - Sports.fr
Quatrième, avec un bond à 17,01 m, du concours du triple saut du meeting de Montreuil, jeudi soir, le Français Teddy Tamgho a affiché ses ambitions pour les prochaines semaines au micro de Canal plus sport. "Ce soir, j'étais à la recherche de bonnes...
Athlé - Montreuil - L'Equipe.fr
C'est ce jeudi qu'a lieu la première étape de la Ligue Pro avec le meeting de Montreuil. La réunion accueille quelques belles affiches avec notamment le Français Teddy Tamgho, qui sera opposé à la triplette cubaine Giralt-Copello-Betanzos au triple...
Montreuil : Diniz s'impose sur 5000m - Ouest-France
Yohann Diniz a remporté jeudi le 5000 mètres marche du meeting de Montreuil en signant un temps de 18'54''86. Le Français devance Tunisien Atem Ghoula (19'27''56) et le Français Cédric Houssaye (20'19''11). Yohann Diniz va beaucoup mieux....
Téléfilm à Montreuil : silence, on tourne jusqu'en juillet - maville.com
Depuis dimanche, la routine du centre-ville de Montreuil est toute chamboulée. Une équipe de tournage composée de quatre-vingts personnes, comédiens compris, plus les figurants, cela se remarque. L'équipe de Gérard Mordillat est à Montreuil jusqu'au...
Bolt sans forcer - Sport 24
A Montreuil, les athlètes tricolores sont passés tout près des performances requises pour les Mondiaux de Berlin. A signaler le retour gagnant du Britannique Dwain Chambers sur 100 mètres après deux ans de suspension. Usain Bolt a couru jeudi son...
Baala fera sa rentrée mi-juillet - L'Equipe.fr
Il devrait faire sa rentrée en compétition à la mi-juillet, a annoncé ce jeudi à Montreuil son agent, Alain Blondel. Le double champion d'Europe du 1500 ma enchaîné les blessures. Le 24 mai, il s'est d'abord fait une entorse à la cheville gauche à...
Paroles libres - l'Humanité
Le festival TaParole qui aura lieu du 12 au 14 juin à Montreuil, mise une nouvelle fois sur la chanson française. Après avoir investi la salle de la Guillotine et le Studio-théâtre de Montreuil, les organisateurs ont posé leurs bagages à la Parole...
Actualité Montreuil - La Voix du Nord
Elle ne manque pas les communes qui ont honoré les mamans dimanche dernier. Écuires et Bernieulles (ci-contre et ci-dessous) ont aussi sacrifié à une tradition qui tend à se développer. Ces fêtes permettent d'honorer celles qui oeuvrent au quotidien...
Une trentaine d'éleveurs s'étaient donné rendez-vous à Montreuil - Web-agri
Ils s'étaient donné rendez-vous à Montreuil au siège de FranceAgrimer où se déroule ce 11 juin le conseil de direction « filières laitières ». La trentaine d'éleveurs venus de toute la France souhaitent aussi que les règles de sous-réalisation...

Montreuil (Seine-Saint-Denis)

Montreuil (Seine-Saint-Denis)#Héraldique

Montreuil est une commune française située dans la région Île-de-France. Elle est par ailleurs la quatrième ville la plus peuplée de la région Île-de-France et première du département de la Seine-Saint-Denis. Ses habitants sont appelés les Montreuillois(es).

La commune est fréquemment désignée, dans le langage courant, sous la dénomination d'usage Montreuil-sous-Bois (même au sein des administrations). Toutefois, l'appellation officielle reste Montreuil (source : Code officiel géographique de l'INSEE).

La ville est située dans la banlieue Est de Paris, au sud du département de la Seine-Saint-Denis. Elle est limitrophe des départements de Paris et du Val-de-Marne.

Les communes limitrophes sont : Bagnolet (93), Romainville (93), Noisy-le-Sec (93), Rosny-sous-Bois (93), Saint-Mandé (94), Vincennes (94), Fontenay-Sous-Bois (94) et Paris (75).

Située à 7,5 km de Paris Notre-Dame, la commune couvre un territoire d'une superficie de 892 ha.

Le village du Moyen Âge s'est initialement implanté dans un talweg marquant le changement de direction du plateau de Montreuil (bifurcation vers le Sud). C'est là que se situe actuellement le centre-ville et la mairie. Le plateau des Malassis culmine à Montreuil en trois petites buttes. Sa pente joue un rôle important dans la division de la ville en Haut-Montreuil et Bas-Montreuil.

Le relief de la ville s'accentue à mesure que l'on s'éloigne de Paris. Son point le plus bas est situé à 50 mètres (rue de Lagny) et son point le plus haut à 117 mètres (rue de Nanteuil). Cette topographie explique la présence à Montreuil de deux châteaux d'eau, rue Lenain de Tillemont et rue de la Montagne pierreuse.

Sous la couche calcaire qui constitue le Haut-Montreuil, une couche de marnes riches en gypse est accessible à ciel ouvert, ce qui a facilité le creusement de carrières pour l'exploitation du gypse.

La sècheresse de 2003 a causé des dégâts sur un nombre important d'habitations de la ville et une parution dans le Journal Officiel du 1er février 2005 reconnaissait à Montreuil l'état de catastrophe naturelle.

Trois voies à grande circulation permettent d'accéder à Montreuil : le périphérique à l'Ouest, l'A3 au Nord et l'A 86 à l'est.

Environ 120km de voies routières desservent la ville.

La ville dispose par ailleurs d'un système original de transport à la demande : les « Taco ». Ceux-ci peuvent être réservés par téléphone ou courriel, hélés dans la rue tels des taxis ou attendus à une des dix bornes que compte la ville. Ce système, qui coûte 1,5 euro par voyage aux habitants est critiqué pour son manque d'efficacité et le coût important qu'il représente pour la collectivité.

La ville dispose d'un réseau de pistes cyclables, comprenant notamment un certain nombre de contre-sens cyclables. Ses voies de bus sont accessibles aux vélos.

La ville dispose d'un Plan Local de Déplacements (PLD) et d'un Plan de déplacement des employés (PDE) (outil conçu pour rationaliser et améliorer les déplacements de son personnel, du domicile au travail et lors des déplacements professionnels).

On divise habituellement la ville en deux zones : le Bas-Montreuil au sud-ouest et le Haut-Montreuil au nord et à l'est. Cette distinction correspond à la topographie de la ville, en partie située sur une butte qui se prolonge sur le territoire de Romainville.

Ces divisions subjectives ne recoupent que partiellement le découpage territorial proposé par la municipalité : 5 secteurs (ayant chacun leur antenne de secteur), eux-mêmes divisés en plusieurs quartiers, 14 au total.

D'azur au chevron d'or surmonté d'une fleur de lys du même et accompagné de trois branches de pêcher d'argent fruitées aussi d'or.

Elles font référence aux murs à pêches et à l'histoire de ville, autrefois domaine royal.

Le nom de Montreuil viendrait de Monasteriolum (petit monastère en latin). L'existence d'un tel lieu-dit est attestée dans une ordonnance du roi mérovingien Thierry IV du 6 mars 722, confirmant une donation faite par un comte des biens qu'il possède à Monasteriola. Ce document est probablement un faux, mais il témoigne de l'existence d'un village à Montreuil à cette époque.

Au fil des siècles, ce village prend de l'importance et devient au XIIe siècle un lieu de prédilection pour le haut clergé et les puissants seigneurs. Ce développement s'organise autour de la construction de l'église Saint-Pierre-Saint-Paul qui devient le lieu de culte du roi et la Cour en résidence à Vincennes. Le roi Charles V et sa première femme Jeanne de Bourbon y sont baptisés. À l'époque Montreuil englobait les futurs emplacements de Bagnolet et de Vincennes.

Comme dans la plupart des alentours de Paris, les cultures maraîchères y étaient particulièrement importantes. Sur les coteaux, les Montreuillois produisaient du raisin et surtout des pêches : aux alentours du XVIIe siècle, l'invention des murs à pêches a permis d'augmenter la production en protégeant les arbres du froid. Les pêches de Montreuil sont devenues fameuses et ont approvisionné les tables des souverains de l'Europe jusqu'au début du XXe siècle.

Dès 1360, les sources de la ville de Montreuil alimentent en eau le château de Vincennes, en échange les Montreuillois sont exemptés d'impôts, de taille et de corvées. Ces privilèges favorisent le développement de la ville mais entraînent son déclin au XVIe siècle lorsque les rois de France délaissent Vincennes pour d'autres résidences.

Plusieurs conflits au cours du XVIIIe siècle poussent les habitants à constituer leur paroisse en municipalité. Mais la famine, la peste et la destruction des récoltes augmentent la misère déjà existante. Le baron de Buzenval profite de la détresse des paysans pour racheter leurs terres à un prix dérisoire.

La ville subit plutôt qu'elle ne participe à la Révolution, puis traverse la Terreur et les troubles de la fin du XVIIIe siècle.

Le XIXe siècle voit s'établir des industries à Montreuil, des usines de transformation du bois et des peaux, de fabrication de jouets et des briqueteries et plâtreries qui exploitent le gypse du sous-sol montreuillois. En 1871 nombreux sont les Montreuillois qui se battent aux côtés des Communards.

En 1876 le Montreuillois Émile Reynaud invente le praxinoscope. En 1896, un autre Montreuillois, Georges Méliès, construit à Montreuil les premiers studios de cinéma au monde ("Star film"). Les frères Lumière et Charles Pathé ("Albatros"), en 1904, y ont également eu des ateliers cinématographiques. On y tournera quelques uns des grands succès du début du siècle: Christophe Colomb, Incendie du théâtre de Chicago, A la conquête du pôle de Méliès, Gribiche de Jacques Feyder, Un chapeau de paille d'Italie de René Clair et le site verra les débuts de grands acteurs comme Charles Vanel. Le cinéma prospérera dans la ville jusqu'à la fin du muet à l'arrivée du parlant.

Montreuil fut la première ville de la région parisienne à être libérée le 19 août 1944, par plusieurs centaines de militants, après de violents combats contre l'armée d'occupation allemande.

Entre les années 1950 et 1970, des logements sociaux sous la forme d'immeubles collectifs sont construits en masse pour faire face à la demande. La ville concentre une très importante communauté malienne. Elle connaîtra, de manière moins accentuée, les problèmes sociaux connus du département. Au tournant du siècle, Montreuil subit un phénomène de gentrification et attire une nouvelle catégorie de jeunes citadins aisés, rejetés de la capitale par la spéculation financière, qui rénovent de vieux bâtiments du Bas-Montreuil, changeant peu à peu la composition sociologique de la ville.

Montreuil est une ville comprenant 70% de quartiers composés de cités HLM, toutes construites à la fin des années 1960, début 1970. Le parc immobilier HLM renaît aujourd'hui, avec la construction de quelques bâtiments, dotés d'une architecture plus humaine et moins systématique. 20% de la ville sont représentés par les résidences et pavillons, 5% par les complexes sportifs et parcs et 5% pour des usines désaffectées et ateliers vides.

Montreuil a obtenu en 2004 sa seconde fleur par le Conseil national des Villes et villages fleuris de France.

Jusu'au début des années 2000, la population de Montreuil se caractérisait par un mélange ethnique important, incorporant notamment une forte proportion de Maliens.

L'enquete d'Anaïs Collet, chercheur en sociologie de l'Université Lyon II , a mis en valeur le fait que le Bas-Montreuil s'est peuplé dès les années 80 d'intermittents des arts vivants, peintres ou sculpteurs, puis de techniciens, producteurs, scénaristes ou réalisateurs, arrivés de façon continue depuis la fin des années 80 puis des autres catégories socio professionnelles intellectuelles qui ont imprimé leur marque . L'arrivée de Clémentine Autain à Montreuil en Octobre 2007 a été percu par la presse comme l’illustration de la gentrification de la ville.

Montreuil est une ville de jeunes adultes actifs, d'apres les chiffres révélés par les enquetes INSEE : une majorité des habitants est née entre 1968 et 1987. .

Alain Chamfort parle de Montreuil comme étant "le XXIe arrondissement de Paris!" .

On dit souvent que Montreuil est "la 2e ville malienne après Bamako". Cette affirmation serait cependant erronée. La population malienne reste très importante, bien que les estimations chiffrées varient : un peu plus de 2 000 selon l'INSEE en 1999, 6 000 selon la mairie, 10 % d'après un article de l'Express.

Montreuil appartient à l'unité urbaine et à l'aire urbaine de Paris (1999).

D'importantes réflexions sont menées depuis les élections municipales de 2008 en vue de la création d'une communauté d'agglomération dans le centre du département et qui pourrait regrouper dix villes : Bagnolet, Les Lilas, Le Pré-Saint-Gervais, Romainville, Pantin, Noisy-le-Sec, Montreuil, Bobigny, Bondy et Rosny-sous-Bois, soit près de 440 000 habitants, ce qui en ferait la plus grosse intercommunalité d'Île-de-France. La nouvelle communauté d'agglomération pourrait être créée au 1er janvier 2010. Cette réflexion succède à un projet avorté en 2005, qui aurait pu réunir Bagnolet, Le Pré-Saint-Gervais, Les Lilas et Romainville.

Environ 3 000 entreprises sont implantées sur la commune de Montreuil.

Elles comptent près de 30 000 salariés, dans près de 350 secteurs d'activités différents.

Montreuil accueille certaines activités liées à la nouvelle consommation : les boutiques bio les Nouveaux Robinsons, ou encore le siège du label de commerce équitable Max Havelaar-France. Depuis 2005, l'Agence française pour le développement et la promotion de l'agriculture biologique s'y est installée, et en juillet 2007, les offices agricoles (blé, lait, viande…), qui représentent 2 000 salariés, s'y sont installés également après leur réforme.

Par ailleurs, la présence de l'ancien siège pour la région parisienne de l'URSSAF (éclaté depuis dans chaque département) justifie que la ville compte plus de 1 300 salariés de la Sécurité Sociale.

Le groupe BNP-Paribas disposant de plusieurs immeubles dans le sud de la commune pour son administration informatique mondiale compte plus de 5000 employés. Cependant, une majorité des personnes y sont consultants extérieurs.

La société Ubisoft a pour siege social Montreuil, ainsi que le Comité National de Liaison de Centres de Santé, l'Office National des Fruits et Légumes, Spring Technologies et de nombreuses compagnies du secteur de la création.

La présence d'un important centre de formation AFPA explique entre autres que le secteur de la formation permanente propose plus de 950 emplois sur place.

De même, la présence du siège de la CGT motive la présence de plus de 300 salariés du secteur syndical.

Montreuil se déclare par ailleurs zone hors AGCS.

La ville compte 11 lieux de cultes musulman, mosquées et salles de prière.

En haut



Porte de Montreuil

Avant la mise en service du métro, la porte de Montreuil était desservie par des transports publics plus lents, plus inconfortables et de capacité limitée.On voit ici un omnibus pour la place du Châtelet

La porte de Montreuil est une est l'une des 17 portes percées dans l'enceinte de Thiers au milieu du XIXe siècle pour protéger Paris, en France.

Cette enceinte, détruite après la Première Guerre mondiale, bénéficiait d'un espace inconstructible, la Zone, qui a été urbanisé dans l'Entre-deux-guerres, notamment par la construction des HBM de la Ville de Paris.

La porte de Montreuil sépare le 20e arrondissement de Paris de la ville de Montreuil (Seine-Saint-Denis).

Elle est desservie par le Boulevard périphérique et les Boulevards des Maréchaux.

La porte de Montreuil est desservie depuis 1933 par la ligne 9 du métro à la station Porte de Montreuil, ainsi que par plusieurs lignes de bus dont le PC, qui fait le tour de Paris.

En haut



Cercle athlétique de Montreuil

Le Cercle athlétique de Montreuil était un club français de football fondé en 1920. Il formait la section football du Cercle athlétique de Montreuil 93 jusqu'en 1972.

Six fois champion de Paris entre 1934 et 1972, le CAM découvre le Championnat de France Amateurs dès sa deuxième édition en 1949-1950.

En Coupe de France le CA Montreuil signa quelques beaux parcours : huitième de finaliste en 1942 et 1950 et seizième de finaliste en 1952, 1962 et 1964.

Après un dernier titre de champion de Paris gagné en mai 1972, le club fusionne en juin 1972 avec le Paris FC suite au divorce entre le Paris FC et le Paris SG, fournissant au PFC la base amateur obligatoire réglementairement à tous clubs pour exister.

En haut



Montreuil (Pas-de-Calais)

Carte de localisation de Montreuil

Montreuil, parfois appelée Montreuil-sur-Mer, est une commune française, située dans le département du Pas-de-Calais et la région Nord-Pas-de-Calais.

Ses habitants sont appelés les Montreuillois.

Installée sur un promontoire dominant la Canche, non loin d'Étaples, Montreuil jouit d'une position géographique privilégiée. La ville est isolée des plateaux voisins par les vallons d'Écuires et de La Madelaine. Cette position naturelle de commandement lui donne une vocation défensive inévitable.

Bien que situé à plus de 10 km de la mer, Montreuil fut pendant longtemps un port maritime de première importance. Les bateaux naviguaient jusqu'au port sur la Canche qui ne permet plus aujourd'hui que la navigation de barques de pêche et des kayaks. Cette particularité explique le nom usuel de Montreuil-sur-Mer. Ce fut même en 987 lors de l'accession au trône de France de Hugues Capet, le seul port de mer du domaine royal.

Montreuil est cité pour la première fois en 898 dans les Annales de Saint-Bertin et de Saint-Vaast. La ville, déjà fortifiée, devrait son nom à un « petit monastère » (monasterolium). On sait que quelque temps plus tard, après 913, les moines de Landévennec (Finistère) y trouvèrent refuge après la destruction de leur monastère par les Vikings.

Le comte Helgaud semblait l'avoir déjà dotée d'une enceinte et d'un château comtal. C'est à cette époque que commence alors la carrière militaire de la ville qui verra se succéder au cours de six siècles de guerres médiévales de nombreuses constructions.

En 980, Montreuil est rattaché au domaine royal.

En 988, Hugues Capet fait de Montreuil le seul port de mer de la monarchie française, héritier de l'opulent et mystérieux Quentovic.

En 1188, Philippe Auguste accorde une charte communale.

Au début du XIIIe siècle, Philippe Auguste afin de protéger cette façade maritime de premier plan édifie un puissant château royal dont il reste aujourd'hui des éléments significatifs.

Les nombreuses reliques, si pieusement vénérées au Moyen Âge et que détenaient ses nombreux lieux de cultes, attiraient les pèlerins et conféraient à la ville un caractère de sainteté. La population va dépasser les 10 000 habitants (pour moins de 3 000 en 1999).

La ville exportait alors ses draps dont la renommée rivalisait jusqu'en Italie avec ceux de Flandre ou d'Artois (on disait du montreuil comme on dit aujourd'hui du tulle).

En 1435, Montreuil passe dans les possessions des Bourguignons par le traité d'Arras.

En 1467, une catastrophe naturelle provoque l'effondrement d'au moins six édifices religieux. On ne sait pas aujourd'hui s'il s'agit d'un tremblement de terre ou un effondrement de couches souterraines.

À la fin du Moyen Âge, l'ensablement de la Canche entraîne le déclin de la ville. Le commerce maritime périclite, la ville se retranche sur elle-même.

En juin 1537, les troupes de Charles Quint et d'Henri VIII mettent le siège au pied de Montreuil. Contrainte de se rendre, la ville est en grande partie détruite.

La peste frappe la ville en 1596.

En 1567, Charles IX ordonne alors l'édification d'une citadelle sur l'emplacement de l'ancien château du XIIIe siècle. Vers 1670, Vauban perfectionna l'œuvre de ses prédécesseurs en remaniant la citadelle et en y ajoutant une poudrière et un arsenal.

Au XVIIIe siècle, malgré l'ensablement de la Canche et le déclin du port, la prospérité de la ville lui permet de se parer de nombreux hôtels particuliers.

Montreuil changea de dénomination pendant un peu plus d'un an (de fin 1793 à début 1795), pour s'appeler Montagne-sur-Mer. La ville reprendra son ancien nom le 5 février 1795 suite à une pétition du conseil général à la Convention justifiée par les difficultés qui résultent de ce changement.

Le flanc droit du Camp de Boulogne est installé à Montreuil en 1803 et redonne à la ville un peu d'animation. Les maréchaux Soult et Ney y ont leur quartier général. Au XIXe siècle, la quête du progrès provoque la destruction d'une partie des bas-remparts afin de permettre le passage de la ligne de chemin de fer Arras-Étaples mise en service le 5 août 1878.

Montreuil tombe alors pour plus d'un siècle dans une léthargie que seule devait troubler, pendant la Première Guerre mondiale, la présence dans ses murs, du grand quartier général britannique sous le commandement du maréchal Douglas Haig.

La devise de Montreuil est fidelissima picardorum natio qui signifie « La très fidèle nation des Picards » et aurait été attribuée à la ville par Henri IV en 1606 lors de sa visite de la ville.

Blasonnement : d'or aux deux fasces d'azur, au chef du même chargé de trois fleurs de lys aussi d'or.

Le nom officiel de la ville est Montreuil, mais le nom usuel, tel qu'affiché sur les panneaux en entrée et en sortie de la commune est Montreuil-sur-Mer.

Le nom de Jean Valjean vient d'une ferme appelée Val près de Bois-Jean.

On dénombre une quarantaine d'hôtels particuliers construits entre 1730 et la fin du XIXe. Certains quartiers étaient privilégiés par les bâtisseurs, au point d'être comparés par Victor Hugo à un « petit faubourg Saint-Germain ».

Construite au XIIe siècle, l'abbatiale Saint-Saulve occupe l'emplacement d'un monastère plus ancien dédié à saint Walloy, fondé par les moines bretons de Landévennec au Xe siècle.

Dans ses dispositions initiales, l'édifice présentait un plan caractéristique des églises de pèlerinage avec chœur à déambulatoire et chapelles rayonnantes.

Reconstruite après la catastrophe naturelle de 1467, l'église est incendiée lors du siège de 1537 et perd définitivement son chœur, son transept et l'étage de ses fenêtres hautes.

Dernier vestige de l'édifice du XIIe siècle, le bloc de façade est constitué d'une tour massive coiffée d'un clocher à lanternon au XVIIIe siècle.

Son portail sculpté a été exécuté après 1467.

L'Hôtel Dieu fut fondé vers 1200 par le sire Gauthier de Maintenay avec pour mission d'accueillir les pèlerins et les malades. Un premier lieu de culte est érigé vers 1370 puis réédifié vers 1428. En 1467 une catastrophe naturelle provoque l'effondrement de la chapelle. Elle sera réédifiée en 1472.

En 1537, la toiture est refaite suite aux dégâts réalisés par les troupes des Impériaux qui annexent la ville.

Les bâtiments se dégradent et la chapelle est reconstruite intégralement entre 1871 et 1874 par l'architecte hesdinois Clovis Normand, qui lui donne ce style gothique flamboyant qu'on lui connaît aujourd'hui.

La chapelle de l'Hôtel-Dieu est dotée de superbes vitraux du XIXe ainsi que de belles boiseries du XVIIIe siècle. Elle est inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 2000.

Cette église est aujourd'hui disparue. Elle était cependant la principale paroisse de la ville avant 1789. En 1467, une catastrophe naturelle cause son effondrement. C'est l'abbé de Saint-Saulve, Guillaume de la Pasture, qui pose la première pierre du nouvel édifice le 3 juillet 1486. La Révolution et la diminution de la population montreuilloise sonnent le glas de cette église paroissiale. Notre-Dame-en-Darnétal est désaffectée avant d'être rasée en 1806.

600 costumes, musique originale, cavalerie, pyrotechnie. Imaginé et mis en scène d'après l'œuvre de Victor Hugo et présenté par les habitants de Montreuil et des alentours.

Festival d'opéra, théâtre et musique, les Malins Plaisirs ont été fondés en 1989 par Vincent Tavernier avec pour axe artistique l’exploration du “goût français”, ce qui entraîne l’étude d’un répertoire très vaste, tant du point de vue chronologique que de celui des formes.

Le festival a lieu au mois d’août. Festival de création, il rassemble en résidence une cinquantaine de jeunes artistes professionnels - metteurs en scène, chefs d’orchestre, chanteurs, comédiens, musiciens, auteurs, décorateurs, costumiers - pour réaliser et accueillir plusieurs productions principales, mais aussi de nombreuses œuvres de salon ou de chambre. Puisque le goût français est au cœur du festival, d’autres manifestations invitent le spectateur à le découvrir dans la journée : les Muses Buissonnières marient les plaisirs dans les environs de Montreuil - promenades, visites spectacle et gastronomie s’y font écho - et l’École du goût propose à chacun de partir à la découverte par l’observation, la discussion ou la dégustation. Enfin lors de la Nuit des Malins Plaisirs, artistes, associations montreuilloises et spectateurs se retrouvent dans les rues de la cité, illuminée aux bougies...

Le festival a produit des auteurs aussi divers que Carmontelle, Chabrier, Rosenthal, Regnard, Offenbach, Musset, Labiche, Favart, Hanoteau, Anouilh, Crébillon, Aboulker, Françaix, Giraudoux et confié des commandes à Coralie Fayolle, Antoine Bonne, Guillaume de Calan, Thierry Machuel ou Bernard Thomas.

En haut



Source : Wikipedia