Michelin

3.3953168044434 (1452)
Posté par rachel 27/02/2009 @ 16:01

Tags : michelin, automobile, economie, environnement, guide michelin, gastronomie, loisirs

Dernières actualités
Les défis de Michelin - L'Equipe.fr
Les modifications du règlement, cette année, concernant les changements de pneumatiques ont contraint Michelin à appréhender la course et la fabrication des pneus d'une manière fort différente. Désormais deux mécaniciens et un seul « pistolet » sont...
24 Heures du Mans: Entrevue avec le directeur technique Michelin - Le Blog Auto
Profitant d'une petite accalmie dans les stands durant les 24 Heures du Mans, nous avons rencontré Serge Grisin, directeur technique de l'activité circuit du manufacturier de pneumatiques Michelin. L'occasion pour nous d'en savoir un peu plus sur ces...
Michelin : quelle image après la énième défaite clermontoise ? - Boursier.com
Michelin : quelle image après la énième défaite clermontoise ? (Boursier.com) -- Dix défaites en finale du championnat de France de rugby, dont trois consécutives! Record inégalé... Inégalable? Unique dans le sport professionnel....
24 Heures du Mans - Michelin vise une 12ème victoire consécutive - Pitstop
Invaincu sur le circuit manceau depuis 1998, Michelin tentera de décrocher une 12ème victoire consécutive qui portera à 18 ses succès en terre sarthoise. Les 24 Heures du Mans, course d'endurance la plus prestigieuse au monde, constitue un véritable...
MICHELIN : Analyse technique modifiée - Le Figaro
Après plusieurs jours de hausse, un long chandelier rouge s'est dessiné la semaine dernière au contact des 46,2 euros. Cette figure suggère que les vendeurs ont repris la main. La tendance court terme pourrait rapidement s'inverser à la baisse....
MICHELIN PARKING PROTECTOR - Autoplus.fr
Le pneumaticien français Michelin propose des protections pour les parties de carrosserie les plus sujettes aux impacts et aux chocs. Accrocher légèrement sa voiture dans un parking ou "tapoter" le véhicule stationné derrière soi, sont des choses qui...
Un Whif et au lit - Le Temps (Abonnement)
Il est issu de l'imagination de Thierry Marx – chef doublement étoilé au Michelin, officiant aux fourneaux du château de Cordeillan-Bages, à Pauillac – et de David Edwards, professeur à Harvard. Ce dernier est le fondateur du Laboratoire,...
Michelin : le dividende détaché aujourd'hui - Boursier.com
(Boursier.com) -- C'est aujourd'hui qu'a été détaché le dividende de Michelin. L'Assemblée générale mixte des actionnaires avait approuvé le 15 mai dernier le versement d'un dividende de 1 Euro par titre, proposé au titre de l'exercice 2008....
Auto : Emanuele Pirro, la vie après Le Mans... - maville.com
Je suis bien occupé par Audi, je représente l'usine, et je travaille pour Michelin. Mais quand les essais ont démarré, je suis allé dans les stands : ce n'était pas ma voiture, ce n'étaient pas mes coéquipiers. Ça m'a fait un peu mal....
Michelin multiplie les licences pour garder le contact avec ses ... - Moto-Net
Fleuron de l'industrie française depuis plus d'un siècle, Michelin fabrique des pneus pour tous types d'engins - motos, autos, poids lourds, vélos, engins agricoles, avions, navettes spatiales, etc. -, tout en publiant des cartes et des guides....

Guide Michelin

Le Guide Michelin (le Guide rouge depuis 2003), est un annuaire touristique fondé par la société des pneumatiques Michelin qui répertorie chaque année les hôtels, les restaurants et les sites touristiques sur lesquels il donne des renseignement et des appréciations.

C'est un des plus anciens et des plus célèbres guides gastronomiques du monde. Il a été vendu, selon son éditeur, à quelque 30 millions d'exemplaires entre 1900 et 2004. Chaque année, ses réalisateurs plus ou moins anonymes décernent les étoiles Michelin, qui donnent lieu à annonces parfois prématurées dans la presse et à débats.

Michelin édite aussi des guides à vocation touristique comme le Guide vert.

Le premier des guides Michelin a été créé en 1900 par André Michelin et son frère Édouard. Publié à l'occasion de l'exposition universelle, c'était un guide publicitaire, offert avec l’achat de pneumatiques. La France comptait alors 2 400 conducteurs, pionniers de l'automobile à qui le guide fournissait des informations précieuses : liste des rares garagistes, des médecins, plan de quelques villes et liste des curiosités.

À partir de 1920, le guide n'est plus donné, mais vendu (la légende dit que M. Michelin avait aperçu dans un garage une pile de guides utilisée comme cale pour un essieu). En contrepartie, les restaurants apparaissent, les informations étant fournies par les clients de Michelin et par les premiers inspecteurs anonymes. Cet ajout des restaurants augmente le nombre de pages, donc le prix de revient du guide. Néanmoins les indications « mérite un détour » ou « vaut le voyage » doivent en bonne logique inciter les automobilistes à consommer du pneu.

En revanche, l'accueil est catastrophique, peu de personnes se montrant enclines à payer ce qu'elles ont toujours reçu gratuitement. Se retrouvant avec des milliers d'invendus, Michelin les fait distribuer gratuitement aux écoles afin de récompenser les élèves les plus méritants lors de la distribution des prix. L'opération se révèle excellente en terme d'image en valorisant ainsi le guide, qui dès l'année suivante trouvera des acheteurs.

En 1926, le macaron apparaît pour désigner les meilleurs restaurants, et en 1931, le classement en 1, 2 et 3 macarons. 1926 sera aussi l'année de la création du Guide régional Michelin, le premier guide touristique Michelin, ancêtre du Guide Vert.

Les "étoiles" du guide rouge (Michelin), bien que très évoquées et entrées dans le langage courant, n'existent pas. Le guide attribue aux bonnes tables des macarons, qui n'ont rien à voir avec les étoiles préfectorales utilisées pour le classement des hôtels.

En 1944 l’État-Major allié craint que la progression des troupes après le débarquement de Normandie ne soit ralentie sur les routes et surtout dans les villes françaises, car toute signalisation y a été détruite ou démontée par l’occupant allemand. Avec l’accord secret de la direction de Michelin à Paris, il choisit de faire imprimer à Washington et distribuer à chaque officier une reproduction de la dernière édition du Guide, celle de 1939, car comportant des centaines de plans de villes, détaillés et actualisés.

En 1998, apparaît le Bib Gourmand, qui récompense un repas soigné à prix modéré.

Avec le temps, le nombre de produits offerts par les guides Michelin s'est étoffé.

C'est le guide Michelin « de référence », consacré aux hébergements, hôtels et restaurants. Imprimé dans le plus grand secret, ou presque, il fait l'objet d'un tirage (chiffre non communiqué) semblant dépasser de façon tout à fait considérable celui des ouvrages concurrents (pour la France : le Guide Pudlo, le Champérard, le Gault/Millau, notamment).

Les guides Michelin concernant la table et l'hébergement sont de plus en plus nombreux et divers.

En 2006, douze guides rouges citaient plus de 45 000 hôtels et restaurants dans toute l'Europe et à New York (depuis 2006). Le guide rouge pour la France a été vendu à quelques 30 millions d'exemplaires depuis sa création, et tire à 500 000 copies tous les ans. Le guide rouge existe pour la France, la Belgique, les Pays-Bas, l'Italie, l'Allemagne, l'Espagne et le Portugal, la Suisse, le Royaume-Uni et l'Irlande et les « Principales villes d'Europe ».

Un nouveau guide rouge est consacré à la ville de Tokyo depuis 2008. Et déjà huit restaurants ont été primés 3 étoiles pour 150 restaurants étoilés. Le premier restaurant chinois primé 3 étoiles du monde entier a été publié dans le guide rouge pour Hong Kong et Macao en décembre 2008.

Nouveau concept de guide Michelin (première parution en 2003). il s'agit d'une sélection d'hôtels et de maisons d'hôtes de charme.

Sélection de restaurants "typiques" et de boutiques, ne concernant que les régions de France. Cette collection a été lancée en 2003, avec le titre Rhône-Alpes.

Les guides Voyager pratique lancés par Michelin au début de ce millénaire, de format moins allongé, plus épais, plus denses que les Guides verts, semblent devoir les remplacer en ce qui concerne diverses grandes nations, régions et cités importantes (Japon, Italie, Toscane, Bretagne, New York, par exemple, parmi les titres déjà parus).

Aujourd’hui, Le guide rouge Michelin est un des guides gastronomiques les plus fameux, et donc les plus critiqués, notamment à travers les ouvrages L'inspecteur se met à table de Pascal Rémy (2004) et Food Business : la face cachée de la gastronomie française , d'Olivier Morteau (2004).

Il est si influent, en raison de ses ventes, que l’octroi d'un macaron ("étoile") entraîne une augmentation notable de la clientèle.

Cela va de pair, pour l'établissement mis en valeur, avec une certaine pression (accueil, service, décor, régularité de la cuisine). Elle est surtout sensible au niveau des deux et trois étoiles, où l'on craint particulièrement la rétrogradation – dont la presse parle souvent en abondance. Les chroniqueurs gastronomes prennent parfois parti contre le guide, en commentant inlassablement les rétrogadations. Ils font ainsi savoir de tous ce qui aurait pu être ignoré du grand public.

Certains chefs refusent ostensiblement de jouer le jeu et ne veulent pas recevoir de macarons. Ou le prétendent.

Dans quelques cas, ce n'est que prudence ou modestie réelle. Dans d'autres, on peut deviner du dépit. Il y a ambigüité quant aux motivations de chefs-restaurateurs faisant hautement savoir aux médias qu'ils renoncent à leur(s) étoiles. Un renoncement à l'occasion discret, comme ce fut le cas lorsqu'Antoine Westermann laissa le Buerehiesel de Strasbourg à son fils, mais qui peut aussi provoquer un tapage médiatique ambigu (Westermann junior, Éric, ex-collaborateur de son père, a obtenu sa première étoile personnelle en 2008).

Des incidents ont émaillé certaines publications. Ainsi en 2005, le restaurant Ostend Queen, installé dans le Casino Kursaal d'Ostende, reçut deux fourchettes et un Bib Gourmand, alors que le restaurant n'était pas encore ouvert. Après avoir admis s'être basé exclusivement sur la réputation de Pierre Wynants (chef du Comme chez soi, un trois étoiles), parrain du restaurant depuis longtemps apprécié dans l'univers gastronomique, Michelin Belgique retira le guide des librairies. Exemple que d'autres guides, de moindre réputation, n'ont pas suivi lorsqu'ils ont commis des erreurs... moins dénoncées, il est vrai, par la presse et les professionnels du métier.

Il y a par exemple, depuis plusieurs années, débat quasi permanent quant à l'attitude changeante du Guide rouge envers Marc Meneau, le chef célèbre de L'Espérance, à Saint-Père-sous-Vézelay (qui disparut même de l'ouvrage lors d'une édition et subit des aller-retour déconcertants entre deux et trois macarons).

Plus fondamentalement, on critiqua le conservatisme et le franco-centrisme du guide, longtemps d'un certain immobilisme dans son respect du classicisme. Cela n'est plus de mise depuis le début de l'actuel millénaire, les responsables de l'ouvrage jouant volontiers sur les « tendances » et valorisant ostensiblement les « saveurs d'ailleurs » (Michelin communique beaucoup aujourd'hui, après avoir joué avec coquetterie une réelle culture du secret).

Des notices rédactionnelles de 2 à 4 lignes suivent les adresses et l'énumération des sigles traditionnels (macarons, couverts). Elles sont pour le moins inégales.

Le grand public porte de plus en plus attention au Bib gourmand qui signale les établissements facturant sagement la qualité, en proposant souvent un répertoire culinaire de type régional. Les deux et trois macarons sont, à l'opposé, généralement réputés très voire horriblement chers, notamment en raison des dépenses ostentatoires liées au décor, la vaisselle, ainsi que du coût des produits rares et du personnel.

En haut



Michelin

En bleu : pays dans lequel Michelin à des sites de production

Michelin est un fabricant français de pneumatiques. C'est une multinationale dont le siège social est à Clermont-Ferrand (Auvergne) en France. Avec 20 % du marché mondial, elle est le leader mondial du pneumatique. Ses ventes nettes en 2005 se sont élevées à 15,6 milliards d'euros. Implantée dans 19 pays, elle emploie 123 975 personnes, dont 31 000 en France.

La société mère, la Compagnie générale des établissements Michelin, est une SCA. Les sociétés du groupe hors France sont chapeautées par une société holding, la Compagnie Financière Michelin, domiciliée à Granges-Paccot dans le canton de Fribourg en Suisse.

Parmi ses nombreuses inventions, il y a le pneu démontable, le pneu ferroviaire (« pneurail »), la carcasse radiale qui équipe tous les pneus contemporains et le pneu dit "vert" qui réduit la consommation de carburant par moindre résistance à l'avancement des véhicules. Michelin publie aussi une série populaire de cartes routières et le fameux guide Michelin. En 2009, la manufacture fête le 100e anniversaire de son Guide Rouge.

Record : le pneumatique le plus gros du monde est le Michelin 59/80R63. Il équipe les tombereaux géants Caterpillar 797B d'excavation minière en Australie. Pesant cinq tonnes et mesurant quatre mètres de diamètre pour 1,48m de largeur, son coût est de 30 000 Euros l'unité. Ils sont gonflés à 6,5 bar de pression.

Au milieu du XIXe siècle, apparaît la maîtrise du caoutchouc, notamment par la vulcanisation.

En 1889, les frères Michelin (André Michelin - centralien - et Édouard Michelin) fondent Michelin et Cie près de la place des Carmes à Clermont-Ferrand sur un terrain de 12 hectares. Cinquante deux personnes travaillent dans l'entreprise. Le siège social est toujours installé sur le même emplacement. En 1891, après avoir aidé un cycliste anglais venu à l'usine dont un des pneus de son vélo, mis au point par un certain Dunlop, avait crevé, les frères Michelin mettent au point le pneu démontable pour bicyclette. Le brevet est déposé le 18 juin. Charles Terrant gagne la course cycliste Paris - Brest sur un vélo à trois roues équipé de pneus Michelin l'année suivante.

En 1898, création du bonhomme Michelin par le dessinateur O’Galop. Le personnage est surmonté par la maxime « Nunc est bibendum » (C'est maintenant qu'il faut boire), transformé par l'auteur en slogan publicitaire : « Le pneu Michelin boit l'obstacle ». En 1899, l'automobile électrique la Jamais Contente, équipé de pneu Michelin, dépasse 100 km/h.

En 1900, le premier guide rouge présentant les restaurants conseillés. En 1901, la première affiche avec le personnage Bibendum, ressemblant peu à sa version actuelle. Le personnage sera rendu plus expressif au fil du temps. En 1907, Ouverture d'une nouvelle usine à Clermont-Ferrand :Cataroux. Michelin installe sa première usine hors de France à Turin . En 1908, le premier pneu jumelé pour poids lourds.

En 1910, BIBENDUM - Revue Mensuelle N°1,le 15 avril 1910, signée Bibendum (Curnonsky ?). Et début de l'intervention de Michelin dans la signalisation routière : apparition des plaques « Merci » à deux faces sur lesquelles étaient indiqués le nom des localités, la désignation et le numéro des routes, et des inscriptions de sécurité telles que « Veuillez ralentir » placées à l’entrée de l’agglomération et un « Merci » à la sortie.

En 1916, la première piste cimentée pour l'aviation est construite à Clermont-Ferrand ; elle permet le décollage par tous les temps des avions Breguet-Michelin produits pour la guerre dans les usines Michelin. La production sera de 57 avions en 1915, 141 en 1916, 264 en 1917 et 1422 en 1918. Les 100 premiers exemplaires produits furent offert et les suivants vendus à prix coutant. En 1918, premier prototype de borne d'angle (borne Michelin), appareil de signalisation routière à quatre faces.

En 1926, publication du guide régional touristique (futur « guide vert ») sur la Bretagne. En 1927, Michelin emploie 10 000 personnes à Clermont-Ferrand. En 1928, La borne d'angle (borne Michelin) prend sa forme définitive. En 1929, mise au point de la micheline, autorail léger dont les roues sont équipées de pneus spéciaux inventés par André Michelin.

En 1931, l'emploi des appareils de signalisation routière Michelin est officiellement approuvé. Il s'agit des bornes Michelin, mais aussi des « murs », « plaques » et « poteaux », réalisés en lave émaillée sur béton armé. En 1933, Pierre Michelin (1903-1937) est nommé cogérant. En 1935, Michelin devient l'actionnaire principal de Citroën et Pierre Michelin en est nommé PDG. En 1936, l'entreprise est touchée à trois reprises par des grèves ouvrières dont deux avec occupation. La C.G.T. passe de 100 à plus de 6000 syndiqués. Elle dépassera les 7000 en 1937. Les ouvriers obtiennent près de 25 % d'augmentation de salaire en juin 1936. En 1937, Pierre Michelin décède suite à un accident. En 1938, Édouard Michelin appelle à ses côtés son gendre Robert Puiseux (1892-1991) et Pierre Boulanger (1885-1950) comme cogérants. En 1940, décès de Édouard Michelin, Robert Puiseux devient gérant.

En 1944, l’Etat-Major Allié craint que la progression des troupes après le débarquement de Normandie ne soit ralentie sur les routes et surtout dans les villes françaises, car toute signalisation y a été détruite ou démontée par l’occupant allemand. Avec l’accord secret de la direction de Michelin à Paris, il choisit de faire imprimer à Washington et distribuer à chaque officier une reproduction de la dernière édition du Guide, celle de 1939, car comportant des centaines de plans de villes, détaillés et actualisés.

En 1946, Michelin dépose le brevet du pneu radial, commercialisé en 1949 sous l'appellation Michelin X. Le succès commercial du pneu radial entraînera une forte expansion du groupe et placera l'entreprise au premier plan. En 1951, Fondation de la Compagnie Générale des Établissements Michelin (CGEM) et de la Manufacture Française des Pneumatiques Michelin (dont Émile Durin (1896-1981) devient cogérant avec Robert Puiseux). Création de la première usine française en dehors de Clermont-Ferrand à Orléans .

En 1996, Michelin invente le PAX System, le pneu indéjantable qui permet de rouler même en cas de crevaison. Ce système a été adopté par Pirelli et Goodyear.

En 1998, le centenaire de Bibendum voit, entre autres célébrations, la création d'un Challenge Bibendum Michelin, organisé chaque année depuis (sauf 1999). D'audience internationale, il est organisée dans différentes villes du Monde, (prochaine édition à Rio de Janeiro du 25 au 29 avril 2009).

En 1999, François Michelin quitte son poste de gérant. Son fils Édouard, centralien âgé de 36 ans et co-gérant depuis 1991, lui succède. En septembre, annonce simultanée de bénéfices semestriels en hausse et d'un plan de restructuration entraînant 7500 suppressions d'emplois qui ouvrira une polémique en France sur les licenciements boursiers.

En 2004, présentation du Tweel, concept révolutionnaire de roue sans air. En 2005, associé à Renault, alors champion de Formule 1, mais annonce son retrait de cette compétition à la fin de la saison 2006, en raison de désaccords avec la FIA.

Le 26 mai 2006, décès accidentel de Édouard Michelin. Michel Rollier, cogérant avec Édouard Michelin, exerce dès lors la direction du groupe. Le 3 octobre 2006, Michelin décide d'installer une nouvelle plateforme de stockage de 70 000 m² à Valenciennes. Le 26 Janvier 2007, Un contrat d'une valeur de 1,7 milliard de dollars est signé entre Michelin et le Pentagone.

L'emblème de l'entreprise, Bibendum, né en 1899, est l'un des plus anciens logos connus. Elle a d'ailleurs été nommée Logo du siècle en 2000 !

L'idée naquit d'Edouard Michelin, un jour où il vit un empilement de pneu formant un bonhomme. Il reprit l'idée de ce personnage dans les premières publicités avec le slogan Nunc est Bibendum, littéralement « maintenant, il faut boire » équivalent latin de notre « à votre santé ». Le Bibendum est devenu une illustration de l'image de Michelin avec le slogan « Le pneu Michelin boit l'obstacle ».

Tout au long de leur histoire, la ville de Clermont-Ferrand et ses environs ont été fortement marqués par les activités industrielles de Michelin. L'entreprise a également été très influente dans l'évolution urbaine et culturelle de la ville. L'entreprise y a employé jusqu'à 30 000 employés dans les années 70, elle y emploie actuellement environ 14 000 salariés.

Le paternalisme de l'entreprise a fortement marqué la physionomie de la ville. Les cités Michelin construites pour héberger les ouvriers ont été restaurées et sont caractéristiques de certains quartiers clermontois. De même, les anciennes rampes d'essai des pneumatiques sont toujours visibles bien qu'elles ne soient plus utilisées.

Les noms de rues et de monuments témoignent également de l'importance de la manufacture : ainsi, le temple du rugby clermontois est le stade Marcel Michelin. Les automobilistes en provenance de l'est de l'agglomération peuvent se diriger vers le centre-ville via l'avenue Édouard Michelin. Les funérailles d'Édouard Michelin en 2006 ont rassemblé prés de 9 000 personnes autour de la cathédrale.

Bien que moins importante aujourd'hui, l'influence de Michelin se fait toujours sentir. Ainsi, Clermont-Ferrand est la première ville à avoir adopté un tramway bidirectionnel sur pneus, et c'est une ancienne coopérative Michelin qui a été réaménagée pour la construction d'une grande salle de musiques actuelles clermontoise, la Coopérative de Mai.

L'entrée de la société dans le monde du sport remonte à 1891 avec la course cycliste Paris-Brest (aller et retour) sur 1200 km. Charles Terron, qui concourait le pneu démontable Michelin, remporta l'épreuve en 71 h et 18 mn de course avec 9 heures d’avance sur le second.

Note : compte tenu du statut du groupe en commandite par action, il n'y a pas de PDG mais un ou plusieurs gérants. Depuis 1996, les gérants sont assistés par un conseil exécutif groupe.

Le fonctionnement de l'entreprise est marqué par un fort paternalisme économique. Durant de nombreuses années Michelin a financé directement la construction des logements ou le transport des employés. Aujourd'hui cela est nettement moins le cas.

Malgré cela travailler chez Michelin reste particulier puisque rentrer dans l'entreprise c'est devenir un « bib ».

À la production, le travail en horaires décalés est généralisé depuis plusieurs décennies. Depuis le passage aux 35 heures, nombreux sont les employés attelés à la production travaillant en 3x8 - 4 équipes, c'est-à-dire en horaires décalés et les week-end.

Le 9 janvier 2009, suite au rejet de son pourvoi en cassation, le groupe Michelin est condamné à payer « plus de 163 000 euros de dommages et intérêts à la veuve d'une victime de l'amiante ».

En haut



Carte Michelin

La carte Michelin est une carte routière créée par la société de pneumatiques Michelin dans les années 1900 à l'intention des automobilistes. La première carte date de 1905 à l'occasion de la coupe automobile Gordon Bennett. À cet effet, la représentation des éléments de la carte est aménagée pour en faciliter la lecture (suppression de certains détails, déplacement d'éléments si ceux-ci sont trop proches).

Pour la France (cartes n° 51 à 90), l'échelle est 1/200 000. Cette échelle est également utilisée dans certains pays européens (Belgique), d'autres pays disposant d'une échelle moins détaillée, généralement 1/400 000.

Il existe aussi une édition de cette carte à l'échelle 1/1 000 000 ; la représentation y est bien plus simplifiée.

Depuis 2000, ViaMichelin propose de consulter les cartes Michelin en ligne.

En haut



Édouard Michelin (1859-1940)

Acte signé par son trisaïeul Jean Michelin, écuyer, Conseiller & secrétaire du Roy, commissaire ordinaire des guerres.

Édouard Michelin (1859-1940) est un industriel français. Son nom est lié, avec celui de son frère André Michelin, à l'application du pneumatique aux cycles, aux motos, avions et à l'automobile.

En 1891, il invente le pneumatique démontable pour les bicyclettes, système qu'il adapte à l'automobile en 1894. C'est le père du célèbre Bibendum Michelin qui décore des millions de véhicules dans le monde et suit chaque année les coureurs du Tour de France. Inventeur avec son frère des guides Michelin, il est à l'origine de la fabrication et de l'implantation des premières bornes kilométriques. Il a couru avec son frère plusieurs courses automobiles, pour montrer la fiabilité des pneumatiques.

L'entreprise a construit pendant la 1re guerre mondiale des centaines d'avions Bréguet-Michelin, qui ont contribué à la victoire en 1918. Avant ces faits d'armes, les frères Michelin avaient doté de nombreux concours de pilotes, de manière à créer une école française de pilotage et en proposant notamment un atterrissage au sommet du Puy-de-Dôme, à 1 465 mètres.

Fait largement méconnu : Michelin, en la personne de Pierre Michelin et de ses successeurs, a sauvé Citroën de la faillite entre 1933 et 1937 et en est resté le gérant jusqu'en 1976. Toutes les voitures mythiques ; Traction avant, 2CV, DS, SM, etc, ainsi que la Croisière jaune en Chine ont donc été réalisées sous le pilotage de Michelin. En 1976, la famille Michelin échange et vend ces titres contre des actions Peugeot, contribuant à créer PSA Peugeot Citroën.

Parti de la 30e place mondiale en 1960, Michelin s'est imposé en 20 ans (1979) comme le n°1 mondial du pneumatique, dépassant tous ses concurrents dont Goodyear, relégué aujourd'hui au 3e rang mondial. Michelin a une règle de base hors de France : obligation faite à tous les cadres expatriés de parler la langue du pays. Ainsi par exemple, tous les cadres expatriés de Nihon Michelin au Japon parlent le japonais.

Aujourd'hui, l'entreprise développée par les frères Michelin emploie plus de 110 000 salariés dans le monde, possède plus de 60 usines dans 28 pays et vend des pneus dans 187 pays au monde. Michelin est leader mondial des pneumatiques pour l'aviation (fournisseur des pneus du Concorde), les engins de chantier, les camions, les tramways, métros et michelines (transport urbain) et n°1 ou n°2 selon les années pour l'automobile.

A l'origine, l'entreprise a été créée en Auvergne à Clermont-Ferrand, où se trouve toujours le siège mondial de l'entreprise.

Le stade Marcel Michelin de Clermont-Ferrand accueille d'ailleurs les grands matches de Rugby à XV du club ASM, ex Association Sportive Michelin devenue Association sportive Montferrandaise puis ASM Clermont Auvergne. Le club, membre du Top 14, a donné de nombreux joueurs à l'équipe de France et l'équipe est aujourd'hui classée parmi les six meilleures équipes nationales.

En haut



Source : Wikipedia