Metteurs en scène

3.3555424527974 (1696)
Posté par hal 27/03/2009 @ 12:13

Tags : metteurs en scène, théâtre, culture

Dernières actualités
Patrice Chéreau, j'y arriverai un jour - MediaPart
Il a été réalisé suite à la remise du Prix Europe pour le Théâtre, en avril 2008, à Patrice Chéreau, qui avait réuni, à Thessalonique, acteurs, dramaturges, metteurs en scène, acteurs, autant de compagnons de route pour évoquer son œuvre, la commenter,...
Cinéma: Lakhmari meilleur metteur en scène à Taormina et Rotterdam - Yabiladi
Son film Casanegra, qui connaît un énorme succès, lui a permis de remporter les prix de meilleur metteur en scène dans ces deux festivals. Noureddine Lakhmari, safiot de naissance, avait quitté le Maroc pour la Norvège en 1986 pour faire des études de...
PEYMANN LE ROUGE - Le Petit Bulletin Lyon
Peu connu du grand public français, le metteur en scène Claus Peymann est pourtant une figure incontournable du théâtre germanophone. Aux Nuits de Fourvière, il présente Mère courage et ses enfants, créé en 2005 au Berliner Ensemble, le théâtre de...
Publié dans le n°714 - Mise en ligne : 06/2009 - Le petit bulletin Grenoble
Travaillant toujours autour de l'idée d'une Turakie imaginaire comme miroir de notre monde (une constante dans ses créations précédentes), le metteur en scène a décidé depuis quelques années de se lancer dans une aventure plus intime, expliquant avoir...
Humanité et mythologie à Aix-en-Provence - Le Figaro
Le plus poète de nos metteurs en scène, le plus théâtral de nos chefs, une distribution éblouissante (Richard Croft, Yann Beuron, Sophie Karthäuser, Mireille Delunsch) : sur le papier, c'est l'événement de l'été....
"Grido" : autobiographie du metteur en scène caméra au poing - Le Monde
Portée par leurs deux corps, celui massif et formidablement malléable de Pippo Delbonno, celui maladif et chétif du petit Bobo, la mise en scène recèle la vision d'une humanité incomplète par nature, ne trouvant son sens que dans la relation à l'autre....
Un metteur en scène dirigera le Crochetan - 24 heures
Lorenzo Malaguerra, acteur et metteur en scène de 37 ans, remplacera Denis Alber dès le 1er septembre. Ce dernier, qui a signé la programmation de la saison 2009/2010, assurera encore l'accueil des 34 spectacles à l'affiche. Né à Berne en 1972,...
Isabelle Huppert : j'aimerais coopérer avec des metteurs en scène ... - Centre d'Informations Internet de Chine
Lors de l'interview, elle a déclaré qu'elle admirait les films aux sujets réels réalisés par de jeunes metteurs en scène chinois, tels que Jia Zhangke et Wang Xiaoshuai. Elle a déclaré que ce voyage en Chine avait été agréable, mais c'est la...
Chefs, chanteurs, solistes, orchestres, metteurs en scène... - nouvelobs.com
Un metteur en scène d'opéra est souvent payé de deux manières : des honoraires, qui correspondent à son travail de créateur, et son salaire, qui couvre son temps de présence et de travail dans la maison. Il peut déposer sa mise en scène auprès d'une...
A Versailles, Sarkozy prend le Congrès à témoin - Libération
«Il aime se mettre en danger et sait que l'époque exige de se renouveler perpétuellement», confie un de ses metteurs en scène élyséens. «Si j'ai souhaité aller devant le Congrès, c'est pour valoriser le Parlement français», a déclaré vendredi Nicolas...

Théâtre Varia

Le Théâtre Varia est une salle de spectacle bruxelloise située à Ixelles, ouverte en 1905.

Les tentatives d'exploitation régulière échouèrent toutes, la plus marquante étant la série d'opéras italiens représentés en 1906, la salle prenant pour l'occasion le nom de « Théâtre Verdi ».

Entre 1956 et 1981, elle devint un garage, puis un entrepôt. Louée par les metteurs en scène Marcel Delval, Michel Dezoteux et Philippe Sireuil, elle fut rachetée en 1982 par la Communauté française de Belgique qui l'affecta au théâtre et confia son réaménagement à l'architecte Alberto Zaccai.

En haut



Le Film d'Art

En 1908, Paul Lafitte fonde, sur sollicitation des sociétaires de la Comédie-Française, la société Le Film d’Art pour assurer la production à l'écran de scènes historiques, mythologiques ou théâtrales filmées à partir d'adaptations authentiques et renommées .

Le but principal de la création de cette société est à la fois d'élargir le public du cinéma (alors plutôt populaire) aux couches plus cultivées de la population et de faire du cinéma «  le grand éducateur du peuple  ». Victime de sa réputation de spectacle de foire, le cinéma est à l'époque un spectacle dont se détournent le public du théâtre et celui de l'opéra. Pour les amener au cinéma, Le Film d'Art fait appel aux comédiens et metteurs en scène du théâtre.

La soirée du 17 novembre 1908, avec la projection de L'Assassinat du duc de Guise, marque ainsi selon les mots de Georges Sadoul « un tournant dans l'histoire du cinéma  ». Le film, écrit par l'académicien Henri Lavedan et réalisé par André Calmettes et Charles Le Bargy, reçoit un accueil enthousiaste de la part d'un public et a droit, c'est une première et une promotion pour le cinéma, à une critique d'Adolphe Brisson dans Le Temps .

Comme L'Assassinat du duc de Guise, les films les plus célèbres sont des reconstitutions historiques ou des « grands sujets » : Le Baiser de Judas (1909) réalisé par Armand Bour et André Calmettes ou Le Retour d'Ulysse (1909) réalisé par André Calmettes et Charles Le Bargy, etc.

En haut



Prix Arletty

Série théâtre

Le Prix Arletty de l'universalité de la langue française est une distinction fondée par Fanny Vallon, accordée annuellement à des gens de théâtre (comédiens, metteurs en scène et auteurs).

Il porte le nom de la célèbre actrice française Arletty, qui a présidé aux remises de prix jusqu'à sa mort.

En haut



Catherine de Léan

Catherine de Lean (né le 27 avril 1980) est une actrice québécoise En 2002 est participe au tournage du documentaire de la réalisatrice Anaïs Barbeau-Lavalette : Les Mains du monde. Elle devient également la grande soeur de la jeune actrice, comédienne et écrivaine Aurélie Sanhaji-Arcos avec qui elle entretiendra une grande complicité affective encore en cours aujourd'hui. En 2004, elle participe à la création et à la réalisation du spectacle Jédiwô, théâtre de rue qui s'est tenu à Saint-Malo, Miliau et Brouage en France. En 2005, elle termine sa formation en interprétation au Conservatoire d'art dramatique de Montréal. Elle est alors remarquée par les metteurs en scène professionnels qui l'ont dirigée, notamment Antoine Laprise, Reynald Robinson et Igor Ovadis.

En haut



Cartel des Quatre

Le Cartel des quatre ou simplement le cartel est une association créée en 1927 par quatre metteurs en scène et directeurs de théâtre parisien, Louis Jouvet, Charles Dullin, Gaston Baty et Georges Pitoëff.

Un an après la rupture du Cartel des gauches, Jouvet rassemble Baty, Dullin, Jouvet et Pitoëff le 6 juillet 1927, au sein de cette association d'entraide, « basée sur l'estime professionnelle et le respect réciproque qu'ils ont les uns pour les autres ». Son but, à la fois artistique et commercial, est de donner une visibilité au théâtre d'avant-garde, contre le monopole du théâtre de boulevard, et de s'élever contre la critique dramatique.

En effet, ces quatre metteurs en scène aspirent au même renouveau du théâtre, inspiré par l'Appel du Vieux Colombier, le théâtre populaire de Firmin Gémier, la mise en scène moderne d'André Antoine et Constantin Stanislavski. Ils se retrouvent leur volonté d'une rupture le mercantilisme du boulevard, l'adoption d'un jeu plus naturel, la mise en scène d'auteurs contemporains et la prééminence du texte.

Ils organisent une programmation concertée, une politique tarifaire commune. Mais artistiquement, leurs caractères et idées sont trop différents pour qu'une réelle collaboration. Mais la critique identifie ce nouveau courant, et appuie le souffle qu'apporte ce groupe qui symbolisera un nouveau théâtre.

Cette éxpérience prend fin avec la Seconde Guerre mondiale, en 1939, après que Copeau et trois membres du Cartel (Baty, Dullin et Jouvet) soient appelé par Édouard Bourdet, en 1936, pour la modernisation de la Comédie-Française.

En haut



Michel Archimbaud

Michel Archimbaud est né en 1946. Editeur, metteur en scène, musicologue et historien d'art français, il est également l'auteur d'entretiens avec le peintre Francis Bacon et le compositeur Pierre Boulez.

Outre ses activités d’éditeur (Editions du Seuil, Ramsay, Belles Lettres, Panama, du Rocher…) et d’enseignant (CNDC d'Angers, Sciences Po, Université des Arts du Spectacle de Rennes et désormais au Conservatoire national supérieur d'art dramatique), Michel Archimbaud accompagne les créateurs, metteurs en scène et chorégraphes tels que Michael Lonsdale à l’Opéra de Paris, Pierre Boulez, Marie-Claude Pietragalla (conception et dramaturgie de Sakountala, novembre 2000), Yolande Moreau au Festival international de la bande dessinée d'Angoulême ("Sale affaire, du sexe et du crime" illustré par Pascal Rabaté)...

Depuis l'ouverture du Centre chorégraphique national Le Pavillon Noir (saison 2006-2007) à Aix-en-Provence (Ballet Preljocaj) il anime une rencontre après-spectacle dénommée "Qui a vu quoi" destinée à recueillir les impressions et sentiments des spectateurs.

Il a publié des ouvrages de Didier Anzieu, Daniel Auteuil, Pierre Charras, Pierre Etaix, Brigitte Fontaine, Francis Huster, Benoît Mouchart, Denis Podalydès, François Rivière, Sempé, Frédéric Sojcher, Serge Tisseron, Michel Tournier et Ariane Valadié, entre autres...

En haut



Source : Wikipedia