Melvil Poupaud

3.3941860464398 (860)
Posté par rachel 28/04/2009 @ 16:07

Tags : melvil poupaud, acteurs, culture

Dernières actualités
L'Autre Monde de Melvil Poupaud - Toutlecine.com
Louise Bourgoin évoluera dans cet obscur jeu en réseau sous le masque de son avatar, en quête d'un partenaire pour mourir (lire l'article : Louise Bourgoin dans un thriller). Melvil Poupaud donnera la réplique à ce duo d'acteurs....
Jean Dujardin en "Lucky Luke"... les premières images ! - Pure People
Avec son casting de stars - outre Jean Dujardin en lonesome cowboy, nous retrouvons Michaël Youn en Billy The Kid, Alexandra Lamy en Belle Star, Sylvie Testud en Calamity Jane, Melvil Poupaud en Jesse James et Daniel Prévost en Pat Poker -, ce western...
Produzione – Francia Gilles Marchand schiude le porte de L'autre monde - Cineuropa
Ma questo universo solare nasconde un altro mondo molto più cupo e inquietante: quello di Audrey (Louise Bourgoin) e del fratello Vincent (Melvil Poupaud), appassionati di Black Hole, un gioco in rete in cui Audrey, dietro la maschera del suo avatar...
Nowy film twórców "Harry'ego, twojego prawdziwego przyjaciela" - FilmWeb
Jednak za leniwą atmosferą upalnego lata kryje się drugi, mroczniejszy świat – świat Audrey (Louise Bourgoin) i jej brata Vincenta (Melvil Poupaud). To Czarna Dziura – gra sieciowa, w której Audrey przekształca się w Sam poszukującej towarzysza w...
Vuelve el cine galo - Cuba en Noticias
La hora cero, filme de Pascal Thomas del 2007, está basado en la novela Towards Zero de Agatha Christie y se apoyó en la célebre Danielle Darrieux, secundada por François Morel, Laura Smet, Melvil Poupaud, Chiara Mastroianni y Alessandra Martines,...
Efemérides de espectáculos del 28 de mayo - SDP Noticias
Tiene un hijo con Melvil Poupaud. 1976.- Se desintegra el grupo estadunidense The Allman"s Brothers, que fundan los hermanos Duane y Gregg en 1968, pero en 1979 graban "Enlightened rogues", así como los discos "Reach for the sky" (1980) y "Brother son...

Melvil Poupaud

Melvil Poupaud est un acteur français né le 26 janvier 1973 à Paris (France). Melvil est papa d'une petite fille.

Melvil Poupaud fonda avec son frère Yarol Poupaud, guitariste du groupe français Fédération Française de Funk ou FFF, le groupe fusion MUD. Ce groupe est aujourd'hui en pause, après 2 albums.

Il a également sorti un album solo qui s'intitule "Un simple appareil", écrit et composé par lui-même, en 2002.

En haut



Arnaud Desplechin

Arnaud Desplechin, né Arnaud Robert Jean André Marie Desplechin le 31 octobre 1960 à Roubaix (Nord, France), est un cinéaste français.

Arnaud Desplechin est le fils de Robert et de Mado Desplechin, domiciliés à Croix près de Roubaix. Il a un frère, Fabrice Desplechin, diplomate et acteur dans plusieurs de ses films, et deux sœurs : la romancière Marie Desplechin et la scénariste Raphaëlle Desplechin. Il a vécu plusieurs mois avec la comédienne Marianne Denicourt au début des années 1990.

Décidé à faire du cinéma depuis sa jeunesse, Arnaud Desplechin suit les cours de cinéma de l'Université Paris III (dont ceux de Serge Daney et Pascal Kané) puis intègre l'IDHEC à sa deuxième tentative, et en sort diplômé de la section Réalisation et prises de vue en 1984. Il rencontre à l'IDHEC plusieurs de ses futurs collaborateurs dont Pascale Ferran, Noémie Lvovsky et Éric Rochant. Pendant cette période où Desplechin éprouve des difficultés à achever ses films de scolarité, il ne termine que deux courts-métrages, inspirés de l'univers du romancier belge Jean Ray : Le Polichinelle et la Machine à coder, en 1983 puis Le Couronnement du monde, en 1984. Il découvre alors le travail d'un autre passionné de Jean Ray ; le réalisateur Alain Resnais, dont Desplechin dira plus tard qu'il est « le cinéaste qui a touché le plus violemment » au cours de ses études.

Après avoir été diplômé, Desplechin travaille comme directeur de la photographie sur Comme les doigts de la main (1984), French Lovers (1985) et Présence féminine (1987) d'Éric Rochant, ainsi que sur I Fotografia (La Photo) (1986) de Nico Papatakis. Il participe aussi au scénario d’Un Monde sans pitié d'Éric Rochant, en 1989.

En 1990, il commence à travailler sur le moyen-métrage La Vie des morts. Le film réunit plusieurs acteurs appelés à devenir des habitués des films de Desplechin, parmi lesquels Marianne Denicourt, Emmanuelle Devos, Emmanuel Salinger et Thibault de Montalembert, et marque également la première collaboration entre Desplechin et le directeur de la photographie Éric Gautier. L'intrigue tourne autour d'une réunion de famille dans une maison de province, après la tentative de suicide de l'un des cousins. La Vie des morts est présenté pour la première fois au Festival Premiers plans d'Angers en janvier 1991, où il reçoit plusieurs prix, avant d'être sélectionné pour la Semaine de la critique au Festival de Cannes. Le Prix Jean-Vigo du court-métrage lui est décerné la même année.

La même année, Pascal Caucheteux crée sa société Why Not Productions, et finance La Sentinelle, le premier projet de long-métrage de Desplechin. Le film est co-écrit avec Pascale Ferran, Emmanuel Salinger et Noémie Lvovsky. Le jeune cinéaste reprend une partie de l'équipe de La Vie des morts, et collabore pour la première fois avec Mathieu Amalric, Chiara Mastroianni et László Szabó. Son frère Fabrice est également présent dans la distribution. Le film, dont le thème rappelle Muriel, ou le temps d'un retour de Resnais, traite des fantômes d'une guerre passée, ici la Guerre Froide et les conflits européens. Le personnage principal, l'étudiant en médecine Mathias Barillet, joué par Emmanuel Salinger, se retrouve impliqué dans une affaire d'espionnage après avoir rencontré un ancien prisonnier de guerre dans un train, et retrouvé une tête réduite dans ses bagages. Le film est acclamé par la critique et sélectionné dans les festivals. Il est notamment en compétition à Cannes en 1992 et est nommé plusieurs fois aux Césars pour le meilleur premier film, le meilleur scénario original et le meilleur espoir masculin, que remporte Emmanuel Salinger, avant d'obtenir également le Prix Michel-Simon 1993.

Fin 1994, Desplechin démarre le tournage de son deuxième long métrage, co-écrit avec Emmanuel Bourdieu, Comment je me suis disputé... ("ma vie sexuelle"). C'est Mathieu Amalric qui interprète cette fois l'alter ego de Desplechin, un universitaire nommé Paul Dédalus, naviguant entre plusieurs conquêtes : Sylvia (Marianne Denicourt), Esther (Emmanuelle Devos), et Valérie (Jeanne Balibar). La présence du film au Festival de Cannes et aux César en 1996, ainsi que son succès critique assoient Desplechin comme un auteur important des années 1990. Certains journalistes parlent alors de « génération Desplechin » pour décrire le jeune cinéma français.

En 1997, Arnaud Desplechin est à l'initiative, avec Pascale Ferran, du Manifeste des 66 cinéastes appelant à la désobéissance civile contre les lois Debré criminalisant les personnes qui hébergent des sans-papiers.

En 2000, Desplechin co-écrit avec Emmanuel Bourdieu un scénario adapté d'une nouvelle d'Arthur Symons. Esther Kahn est tourné en anglais et s'attache au passage à l'âge adulte, à travers la découverte du théâtre et de l'amour d'une jeune fille anglaise issue d'une famille juive. Summer Phoenix interprète le rôle-titre, aux côtés de Ian Holm et de László Szabó. Fabrice Desplechin et Emmanuelle Devos sont eux aussi présents, aux côtés d'une riche distribution anglo-saxonne. Le film est reçu comme un hommage à l'œuvre de François Truffaut parce qu'il traite d'une éducation, comme L'Enfant sauvage (1969), qu'il est tourné en anglais, comme Fahrenheit 451 (1966) et Les Deux Anglaises et le continent (1971), et aussi parce qu'il utilise des formes filmiques de la Nouvelle Vague et plus particulièrement du cinéma de Truffaut comme les fermetures à l'iris ou les nappes de musique.

Trois ans plus tard, Desplechin prépare un diptyque autour de l'adaptation de Dans la compagnie des hommes d'Edward Bond avec Nicolas Saada. Le premier film doit s'appeler Répétitions de « Dans la compagnie des hommes » et être composé à 70 % de vidéo tournée pendant les répétitions et à 30 % d'images du film lui-même, et le second film En jouant « Dans la compagnie des hommes » et être composé d'images vidéo et d'images argentiques dans les proportions inverses du premier film. Entre la réalisation de chacun des deux films, Desplechin prévoit d'en tourner un troisième, alors titré Rois sans arroi, reine sans arène. Au final, le tournage du troisième film est reporté à 2004, et Desplechin termine successivement, après avoir présenté une version préliminaire de son travail à Cannes en 2003, les films Léo, en jouant "Dans la compagnie des hommes" qui est majoritairement en argentique, puis Unplugged, en jouant "Dans la compagnie des hommes" qui reprend les répétitions tournées en DV. Dans Léo, Sami Bouajila interprète le personnage de Léonard Jurieu, fils adoptif d'un industriel, fabricant d'armes, joué par Jean-Paul Roussillon, qui en décidant de s'affranchir de son père pour mener ses propres affaires va le ruiner. Desplechin mêle la trame d'Edward Bond avec celle de Hamlet, en introduisant notamment dans l'histoire le personnage d'Ophélie, interprétée par Anna Mouglalis. Léo sort dans une seule salle, au Cinéma du Panthéon à Paris, le 28 janvier 2004, après avoir été diffusé sur ARTE la veille. Unplugged ne sera pas visible avant la sortie en DVD du film.

Cette même année, Desplechin achève Rois et Reine, co-écrit avec Roger Bohbot. Le film croise les parcours, burlesque pour l'un et tragique pour l'autre de deux anciens amants, Ismaël, un musicien névrosé joué par Mathieu Amalric, et Nora, interprétée par Emmanuelle Devos, qui passe le film au chevet de son père mourant, repensant au père de son enfant, mort suicidé devant ses yeux des années plus tôt. Le film marque aussi la deuxième collaboration de Desplechin avec Jean-Paul Roussillon, Hippolyte Girardot, et la première avec Catherine Deneuve, qui joue ici une psychiatre s'occupant du cas d'Ismaël. Le film est acclamé par la critique et connaît un important succès public. Rois et Reine reçoit plusieurs nominations et de nombreux prix, dont le Louis-Delluc en 2004, et le César du meilleur acteur pour Mathieu Amalric l'année suivante. Desplechin est violemment pris à partie à la sortie du film par Marianne Denicourt qui l'accuse d'avoir utilisé des éléments de sa vie privée pour écrire Rois et Reine. En 2005, elle publie Mauvais génie, avec la journaliste Judith Perrignon, où elle décrit sa rencontre avec un réalisateur sans scrupules nommé Arnold Duplancher. Elle attaque finalement Desplechin en justice en 2006, pour atteinte à la vie privée, lui réclamant 200 000 euros de dommages-intérêts. Elle est déboutée le 3 avril 2006.

Desplechin commence, en 2007, deux films ayant trait à la famille. Le premier, L'Aimée, voit Desplechin filmer son père, son frère Fabrice et ses neveux dans la maison familiale de Roubaix au moment où elle s'apprête à être vendue. Ils ressassent le souvenir de la grand-mère d'Arnaud Desplechin, morte deux ans après la naissance de son père. C'est la deuxième incursion dans le documentaire du cinéaste après l'expérience autour de Dans la compagnie des hommes. Le film est présenté à la Mostra de Venise en septembre 2007, dans la section Horizons Documentaires, où il reçoit de la province autonome de Trente le prix du meilleur documentaire, avant de sortir le 14 novembre 2007 au Cinéma du Panthéon.

Le second film, Un Conte de Noël, reprend en l'enrichissant le canevas de La Vie des morts, en montrant une réunion de famille à Roubaix, autour de la mère, Junon (Catherine Deneuve), atteinte d'un cancer, que peut seule sauver une greffe de son fils Henri (Mathieu Amalric), « banni » de la famille des années plus tôt par sa soeur Elizabeth (Anne Consigny). La distribution comprend également Melvil Poupaud et plusieurs acteurs récurrents du cinéma de Desplechin dont Jean-Paul Roussillon, Emmanuelle Devos, Hippolyte Girardot et Chiara Mastroianni. Un Conte de Noël a été présenté en compétition au 61e Festival de Cannes.

Desplechin prépare actuellement ???? (film, 2009, un film de fiction d'après Tromperie et La Contrevie de Philip Roth. Le tournage est prévu en 2008 à Prague, Londres et New York avec une distribution internationale.

En haut



Yarol Poupaud

Yarol Poupaud.jpg

Stanislas Poupaud, dit Yarol, est un musicien-producteur français né le 23 décembre 1968 à Neuilly-sur-Seine.

Jouant principalement de la guitare, Yarol est aussi multi-instrumentiste. Guitariste pour FFF ou Adanowsky, bassiste pour Winston McAnuff & The Bazbaz Orchestra, batteur pour MUD ou Adrienne Pauly, clavier pour The Hellboys. Il a aussi produit de nombreux albums et musiques de films.

Yarol commence la guitare à 12 ans.

En 1987, il rencontre Marco Prince (chant) et Nicolas "Niktus" Baby (basse) et forment FFF(Fédération Française de Funk). En 1990, ils se font remarquer aux Transmusicales de Rennes par le chroniqueur, Philippe Conrath. Dans les semaines suivantes, ils signent sur le label Epic, filiale de Sony. En 1991 ils sortent leur premier album Blast Culture enregistré à New York. En 1993, FFF livre un second album, entièrement en anglais. Mars 1996, nouvel album éponyme. FFF remporte la victoire de la musique du meilleur concert 1997 pour son Olympia. Un album live, "Vivants", sort en 1997. En 1999, ils signent chez V2 Records, un sous label de Virgin. Le 29 janvier 2000, ils font leur grand retour sur scène au Stade de France. En mars 2000, sort "Vierges", produit par Yarol. Le groupe se sépare en 2001.

Dernièrement, FFF a débarqué aux Solidays en juillet 2007 dans sa formation initiale pour offrir le meilleur d’un répertoire qui a marqué les années 1990.

De 1995 à 1998, Yarol accompagné de son frère Melvil Poupaud et de Hopi lebel crée le groupe MUD. Ils signent un premier album "Mud" en 1995, puis "Mud Pack" chez Epic, filiale de Sony. Yarol est à la batterie et au chant.

Entre 1996 et 2004, Yarol se lance dans la réalisation d'albums. Ultra Orange, Daran, Melvil Poupaud, Tomawak.

En 2007, il crée avec Nikola Acin le groupe de Country Heartbreak Hotel.

En 2008, il réalise au sein de son label Bonus Tracks Records albums et EP pour The Parisians, The Mantis, Heartbreak Hotel, Bad Mama Dog, Mister Soap and The Smiling Tomatoes et lui-même.

En haut



Le crime est notre affaire (film)

Le crime est notre affaire est une comédie policière française de Pascal Thomas, sortie en 2008, d'après l'œuvre du même nom d'Agatha Christie.

Catherine Frot et André Dussolier reprennent les rôles de la famille Beresford. C'est la seconde fois que le duo se retrouve avec le réalisateur Pascal Thomas, après Mon petit doigt m'a dit....

Le tournage s'est effectué en Savoie.

À l'occasion d'un voyage en train pour rendre visite à sa nièce Prudence et son mari Bélisaire Beresford (Catherine Frot et André Dussolier), la tante belge Babette (Annie Cordy) est témoin d'un assassinat dans le train roulant en sens inverse sur la voie parallèle. Bélisaire ne la prend pas au sérieux tandis que Prudence, qui s'ennuyait dans une existence ronronnante, y croit vraiment. Elle arrive à se faire embaucher comme cuisinière chez la famille Charpentier, dont la propriété jouxte l'endroit où le cadavre a probablement été jeté hors du train. Le père Charpentier (Claude Rich), radin et acariatre, reçoit ses trois fils : Frédéric (Melvil Poupaud), Raphaël (Alexandre Lafaurie) et Augustin (Christian Vadim). Sa fille Emma (Chiara Mastroianni), qui vit sous le même toit, entretient une liaison avec le médecin de famille (Hippolyte Girardot).

Prudence a tôt fait de retrouver le cadavre d'une inconnue, au grand dam de la maisonnée. S'agit-il de la veuve du quatrième fils Charpentier, mort à la guerre ? Et qui l'a tuée ?

En haut



La Fille de 15 ans

La Fille de 15 ans est un film français réalisé par Jacques Doillon, sorti le 13 septembre 1989.

Juliette (Judith Godrèche), quinze ans, est amoureuse de Thomas (Melvil Poupaud), quatorze ans. Willy (Jacques Doillon), le père de Thomas, après une longue absence, décide d'emmener son fils en vacances à Ibiza. Pour Thomas pas question de partir sans Juliette. Peu à peu Willy devient amoureux de Juliette. Pour s'en débarrasser, Juliette décide de le séduire...

En haut



David Rault

David Rault, graphiste, enseignant en typographie, photographe et journaliste, est né le 4 octobre 1973 en France.

Il est actuellement directeur de création au sein d'une agence de branding & de packaging à Istanbul ou il organise également des expositions et travaille à un projet photographique, il vient de terminer la rédaction d'un livre de typographie et participe à l'organisation de plusieurs festivals de cinéma dont le Festival du film américain de Deauville ou le Festival International de Marrakech. Il a également co-signé un scénario de long métrage et réalisé plusieurs court métrages dont Monde Extérieur, avec Kad et Olivier & Melvil Poupaud, sur un scénario co-écrit par Michel Houellebecq.

Après l’école des Beaux-Arts et des études d’anglais et de cinéma, David Rault voyage souvent entre New York et Paris a partir de 1991. Il intègre fin 1995 une société de création de sites Web dont il devient directeur artistique jusqu’en 2000. Durant ces 5 années, il voyage régulièrement entre la France et New York en passant par Tokyo, et il réalisera le graphisme et la structure de plus de 300 sites Web, dont certains primés. Il travaille également à cette époque pour Sony Music et Columbia Tristar (il réalisera notamment les sites Web du film Men in Black ou du label Krypton records).

Il débute en 1999 une collaboration avec la société Le Public Système pour laquelle il prend part à l’organisation de plusieurs festivals de cinéma, collaboration qui se poursuit aujourd’hui; il s’occupe spécifiquement des présentations sur scène et des conférences de presse du Festival du film américain de Deauville, du Festival du film asiatique de Deauville, du Festival International du Film de Marrakech, du Festival du Film Fantastique de Gérardmer Fantastic'Arts et du Festival du film policier de Cognac. Il s’installe à Paris en 2000 et fonde avec Laurent Chrétien la société Symbioz Design, au sein de laquelle il réalisera jusqu'en 2007 des sites Web pour Cut Killer, les éditions Delcourt, Michel Houellebecq, les Nubians, la Fête de la BD, Gus Bofa, Lewis Trondheim, Tribut Savignac, Zoe Kezako, Publicis...

Il devient la même année enseignant en typographie et design graphique à l’école d’Art et de Design (ESAD) d’Amiens, fonction qu’il assurera jusqu’en 2004, rédige des articles hebdomadaires pour le quotidien Libération pendant toute l’année 2000 et des critiques de DVD et de livres pour le site Internet Amazon.fr jusqu’en 2004. C'est également au cours de cette période qu'il est invité à deux reprises au Festival international de la bande dessinée d'Angoulême pour participer à des conférences (dont une table ronde avec l'auteur Scott McCloud en 2000) et qu'il réalise plusieurs portraits photo de personnalités de la bande dessinée comme Jochen Gerner ou Blutch, qui seront publiés dans les revues Dada, Beaux-Arts Magazine ou encore Playboy.

David Rault part s’installer à Istanbul fin 2004 ou entre deux festivals, il exerce la profession de Directeur de Création au sein d'une agence de branding & de packaging et organise des expositions, au nombre desquelles la retrospective Dupuy-Berberian à l’Institut Français d’Istanbul du 8 février au 2 mars 2007. Il vient de terminer la rédaction d'un livre sur la typographie pour les éditions Atelier Perrousseaux (a paraitre début 2009), a co-réalisé 3 court métrages (dont Monde Exterieur en 2002, sur un scénario de Loo Hui Phang et Michel Houellebecq, avec Melvil Poupaud et Kad & Olivier), et il a participé a l'écriture du scénario du film Panorama, coproduit par Arte, avec Loo Hui Phang, qui en assure la réalisation en mai 2006. Apres avoir été selectionné au sein de l'exposition collective "Outdated" a Chicago en aout 2008, il expose son projet photographique "Inventaire" au Festival international de la bande dessinée d'Angoulême en janvier 2009. Il remporte un Bronze Award à Monaco en octobre 2008 lors de la cérémonie des Pentawards, compétition annuelle internationale de design packaging, et devient en avril 2009 directeur de la collection Atelier Perrousseaux (ouvrages sur la typographie et l'imprimé) pour le compte des éditions Adverbum.

En haut



Source : Wikipedia