Matchs

3.4522160665309 (1444)
Posté par talos 17/03/2009 @ 16:17

Tags : matchs, football, sport

Dernières actualités
Federer - Soderling : un match pour l'Histoire - nouvelobs.com
Personne n'avait vraiment le coeur à la cuisiner sur ce match catastrophique. Ni sur la légitimité de sa place de N°1 mondiale. Dinara, dont ce rang est contesté parce qu'elle n'a pas encore remporté un tournoi du Grand Chelem, voulait prouver qu'elle...
Federer, le match de sa vie - nouvelobs.com
Deux matchs grandioses. Comme nous l'a fait remarquer Nicolas, notre confrère de Challenges, deux demies en 5 sets, on n'avait plus vu ça depuis 1970. C'est une encyclopédie Nicolas. Par contre le score évidemment, il s'en souvenait pas,...
LES AUTRES MATCHS - Le Parisien
Antony enregistre son huitième succès de la saison grâce aux frères Camara. Une frappe lointaine de Sekou et une tête décroisée d'Hamassily ont fait la différence. « Je retiens la volonté de bien finir des garçons », note Eric Michel. Buts....
TOP 14 / PERPIGNAN : LES CLÉS D'UN SUCCÈS - Sport365.fr
Et même lorsque certains matchs étaient particulièrement mal embarqués, comme à Toulon, contre le Stade Français et même en finale, les hommes de Jacques Brunel n'ont jamais lâché. « On a tout connu cette saison, avoue l'entraîneur en chef....
Les matchs amicaux face au Nigeria (0-1) et la Turquie (1-0) ont ... - Site internet de La Nouvelle République du Centre Ouest
Après la défaite contre le Nigeria et la victoire contre la Turquie (1-0 pour les deux matchs), de bons éléments se sont distingués, comme Malouda et Gignac mais il ya des déceptions. Les éliminatoires du Mondial 2010 reprennent pour les Bleus le 12...
Le Mans : Reprise le 30 juin - Ouest-France
Deux stages et six matchs amicaux sont au programme. Le club du Mans a dévoilé une partie de son programme d'avant-saison. Les joueurs professionnels débuteront l'entraînement le 30 juin avant de partir pour deux stages, du 6 au 10 juillet dans les...
Actu : La liste des matchs amicaux - Le Meilleur du PSG
Une fois ces deux matchs joués, les parisiens traverseront donc la Manche pour y jouer l'Emirates Cup. Les 1er et le 2 août, le PSG aura l'occasion de prouver sa valeur face à quelques grosses écuries européennes : les Glasgow Rangers puis l'Atletico...
Organiser de vrais matchs de football sur Facebook - Blog d'AdmiNet (Communiqué de presse)
Dans le cadre de la politique régionale, en associant ses partenaires et les acteurs régionaux publics et privés, ARTESI Ile-de-France favorise l'émergence de la société de l'information en Ile-de-France et contribue à l'appropriation des technologies...
Transferts : Aulas alimente les rumeurs et se place pour Cissokho ... - Maxifoot
Selon le quotidien L'Equipe de ce lundi, l'OL aurait des vues sur le buteur de Toulouse, André-Pierre Gignac (23 ans, 38 matchs et 24 buts en L1 en 2008/09). Le président Jean-Michel Aulas aurait rencontré le meilleur buteur de la saison en marge du...
CLERMONT / JULIEN BONNAIRE : - Sport365.fr
Tant qu'on fera des fautes comme ça, on ne pourra pas gagner ces matchs. On a fait une bonne entame après un bon échauffement. On était bien en place. Ça a basculé sur deux ou trois détails qui les remettent dans le coup et qui leur laissent...

Liste des matchs de l'équipe de France de football par adversaire

Cette liste présente les matchs de l'équipe de France de football depuis sa création en 1904 par adversaire rencontré.

En haut



Liste des matchs de l'équipe de Pologne de football par adversaire

Cette liste présente les matchs de l'équipe de Pologne de football depuis sa création en 1919 par adversaire rencontré.

En haut



Liste des matchs de l'équipe de Russie de football par adversaire

Cette liste présente les matchs internationaux des équipes de l'Empire russe (1911-1914), de la RSFSR (1923), d'URSS (1924-1991), de la CEI (1992) et de Russie (depuis 1992) de football par adversaire rencontré.

En haut



Liste des matchs de l'équipe d'Iran de football par adversaire

Cette liste présente les matchs de l'équipe d'Iran de football depuis sa création par adversaire rencontré.

En haut



Liste des matchs de l'équipe d'Espagne de football par adversaire

Cette liste présente les matchs de l'équipe d'Espagne de football depuis sa création en 1920 par adversaire rencontré.

En haut



Liste des matchs de l'équipe de Turquie de football

Cette liste présente les matchs de l'équipe nationale de Turquie depuis sa création en 1923 jusqu'à aujourd'hui.

En haut



Liste des matchs de l'équipe d'Arménie de futsal par adversaire

Cette liste présente les matchs de l'équipe d'Arménie de futsal par adversaire rencontré.

En haut



50 buts en 50 matchs

Maurice Richard premier joueur de l'histoire à inscrire 50 buts en 50 matchs.

Au hockey sur glace, le terme 50 buts en 50 matchs indique le fait de marquer au minimum 50 buts lors des 50 premiers matches d'une saison. Ce terme est propre à la Ligue nationale de hockey, peu de ligues jouant plus de 50 matchs au cours d'une saison, et désigne un exploit qui est considéré comme la marque des grands buteurs.

Par comparaison, le meilleur marqueur de la saison 2005-06, Jonathan Cheechoo a marqué 56 buts (pour 82 parties) et dans la saison 2003-04 le meilleur buteur ne marqua que 41 buts. Cependant, les années de la Seconde Guerre mondiale et les années 1980 furent les plus prolifiques de l'histoire de la LNH.

La LNH définit officiellement les « 50 buts en 50 parties » : un joueur doit les inscrire pendant les 50 premières parties de son équipe et non pas pendant ses 50 matchs à lui (s'il manque des matchs en raison de blessures). Suivant la définition officielle de la LNH, l'exploit a été réalisé 8 fois par 5 différents joueurs.

Cette section présente la liste des joueurs ayant inscrits « 50 buts en 50 matchs ».

Maurice Richard des Canadiens de Montréal est le premier joueur de l'histoire à marquer 50 buts en 50 matchs, stupéfiant le monde du hockey lors de la saison 1944-45. Alors que la saison compte 50 matchs, Richard va aborder le dernier match du 18 mars 1945 avec 49 buts inscrits, s'étant vu refusé un but la veille au Forum de Montréal par l'arbitre et ancien joueur, King Clancy. Richard va inscrire le 50e but de la saison contre le gardien des Bruins de Boston, Harvey Bennett, avec seulement moins de 3 minutes de jeu dans le temps réglementaire. Il faut attendre par la suite 16 saisons pour voir un autre joueur inscrire 50 buts lors d'une saison : Bernie Geoffrion en inscrit 50 en 70 matchs de la saison 1960-61.

Beaucoup (comme le journaliste du journal The Gazette Red Fischer) pensaient qu'il serait impossible de copier l'exploit de Richard. Pourtant, lors de la saison 1980-81, Mike Bossy des Islanders de New York devint le second joueur de l'histoire à inscrire 50 buts en 50 parties. La saison dure 80 parties et Mike Bossy marque son 50e buts lors de son 50e match et finit la saison avec 68 buts en 79 matchs.

Alors que les gens étaient encore émerveillés de ce que Bossy venait d'accomplir, Wayne Gretzky des Oilers d'Edmonton « démolit » la marque des « 50 en 50 ». Gretzky ne se contente pas alors de marquer son cinquantième but lors du cinquantième match, comme l'a réalisé Bossy l'année précédente, mais il l'inscrit beaucoup plus tôt dans la saison. Le 27 décembre 1981, il inscrit 4 buts pour porter son total de points à 45 lors d'une victoire 10-3 contre les Kings de Los Angeles. C'est alors le trente-huitième match de son équipe. Lors du match suivant, les Flyers de Philadelphie sont battus 7 buts à 5 et parmi les 7 buts, 5 sont inscrits par le prodige âgé de 20 ans. Le dernier but de la victoire pour les Oilers est inscrit par Gretzky alors que le gardien de but des Flyers Pete Peeters est sorti du jeu pour donner un attaquant de plus à son équipe. Il inscrit ainsi 50 buts en 39 matchs seulement. Ce cinquantième but arrive avant que quiconque n'en ait marqué 30.

En 1983-84, les Oilers sont toujours aussi impressionnants et décrochent un nouveau record en inscrivant 446 buts au cours de la saison régulière soit une moyenne de 5,58 buts par matchs, un record dans l'histoire de la ligue. Gretzky contribue grandement à cet apport offensif inscrivant au minimum un point lors des 51 premiers matchs de la saison. En réalité il inscrit une moyenne de 3 points par matchs sur ces 51 rencontres : 61 buts et 92 aides pour un total de 163 points. Encore une fois, il inscrit donc 50 buts en moins de 50 matchs - il met 42 matchs pour marquer 50 buts - et finit meilleur pointeur de la saison régulière avec 205 points.

Lors de la saison 1984-85, Gretzky inscrit son 50e but au cours de son 49e match et il dépasse pour la troisième fois de sa carrière, la barre symbolique des 200 points avec un total de 208 réalisations et avec un nouveau record de 135 passes décisives. Il s'agit d'une année entièrement dominée par le joueur canadien avec le plus haut total plus-moins, le plus grand nombre de buts, de passes, de points, de buts en infériorité numérique, de tirs sur le gardien et également de matchs consécutifs avec au minimum un point. Le 19 décembre 1984, Wayne Gretzky devient le dix-huitième joueur de l'histoire de la LNH à dépasser la barre symbolique des 1 000 points en carrière lors d'un match contre les Kings de Los Angeles. Avec seulement 424 matchs joués, il est tout de même le joueur le plus rapide de l'histoire à dépasser le millier.

En 1988-89, Mario Lemieux des Penguins de Pittsburgh connaît ce qui va devenir sa plus belle saison personnelle : il devient le quatrième joueur de l'histoire, après Richard, Bossy et Gretzky, à inscrire 50 buts en 50 matchs. Il réalise cet exploit au cours du 46e match de son équipe, son 44e de la saison, exploit qu'il avait manqué de peu d'accomplir la saison précédente avec son 50e but pour son 51e match. Le 31 décembre, il réalise un exploit unique dans le monde de la LNH : il inscrit huit points au total mais surtout devient le premier joueur à inscrire un but dans les cinq configurations possibles au cours du même match – à égalité de force, en supériorité numérique, en infériorité numérique, sur un tir de fusillade et enfin dans le but vide des Devils du New Jersey. Cet exploit est depuis appelé quinella et est souvent référencé comme « 5 buts, 5 différentes façons de marquer». Il finit la saison avec 85 buts et 114 aides (à égalité avec Gretzky) ce qui donne un total de 199 points, le plus haut total atteint par un joueur depuis le début de la LNH, mis à part Gretzky qui a dépassé la marque des 200 points à quatre reprises.

Brett Hull réalise la performance d'inscrire 50 buts en 50 matchs à deux reprises dans sa carrière LNH et à chaque fois alors qu'il joue pour les Blues de Saint Louis. Il le fait la première fois lors de la 1990-91 en inscrivant son second but du match contre le gardien recrue Dave Gagnon le 25 janvier 1991, au cours du 49e match des Blues, match contre les Red Wings de Détroit. Hull termina la saison avec 86 réalisations, troisièmes plus haut total de buts dans la LNH jusque là, juste derrière les records de 92 et 87 de Gretzky. Il remporte également cette année là le trophée Hart du meilleur joueur de la saison.

La seconde saison de Hull avec 50 buts en 50 matchs est la saison suivante. Le 28 janvier 1992, Hull inscrit son 50e but contre le gardien Kelly Hrudey à l'occasion du 50e match des Blues contre les Kings de Los Angeles. Il répond alors à un but de Gretzky, lors d'une partie nulle 3 buts partout. Il finit la saison avec un total de 70 buts.

Même si la LNH définit clairement « 50 buts en 50 matchs », certains joueurs ont, au cours de la carrière, réussit à inscrire 50 buts au plus tard lors de leur cinquantième match, le joueur en question ayant pu rater des matchs de son équipe en raison de blessures par exemple. Les joueurs suivants ont inscrit 50 buts en ayant joué 50 matchs ou moins, mais la LNH ne les reconnaît pas puisqu'elle considère les 50 parties de l'équipe.

En haut



Wayne Gretzky

Statue de Wayne Gretzky devant la patinoire des Oilers, le Rexall Place.

Wayne Douglas Gretzky, O.C. (né le 26 janvier 1961 à Brantford ville de l'Ontario au Canada) est un ancien joueur professionnel canadien de hockey sur glace. Il a joué la quasi totalité de sa carrière professionnelle dans la Ligue nationale de hockey. Il est généralement considéré comme le meilleur joueur de l'histoire du hockey sur glace et c'est le seul joueur dont le numéro (99) a été retiré pour l'ensemble des équipes de la Ligue nationale de hockey : aucun autre joueur ne peut porter de maillot avec le numéro 99 dans le dos. Il détient ainsi la majorité des records de la LNH que ce soit au niveau des buts, des passes décisives, des points, du nombre de coup du chapeau mais également de l'ensemble des trophées amassés tout le long de sa carrière. En 20 ans de carrière dans la LNH, il totalise 2 857 points dont 894 buts. Sur l'ensemble de sa carrière en saison régulière, il connaît une moyenne de 1,92 points par matchs. Depuis le 8 août 2005, il est l'entraîneur des Coyotes de Phoenix de la LNH.

Wayne Gretzky apprend très tôt les rudiments du hockey et ce, dans la cour familiale où son père Walter Gretzky a aménagé une petite patinoire.

À sa première année avec le club de hockey de Brantford, il ne marque qu'un seul but. Toutefois, il progresse rapidement en inscrivant plus de buts d'année en année : à sa seconde saison, il inscrit 27 buts, puis les années suivantes, il marque 104 puis 196 buts. Finalement à sa dernière année dans le club, il inscrit 378 buts en seulement 85 rencontres. Il n'a alors que dix ans.

Gretzky part jouer à Toronto à l'âge de 14 ans pour essayer de voir autre chose que le championnat de sa ville natale mais également pour essayer de connaître un environnement de jeu : il est en effet souvent critiqué par les autres joueurs et même leurs parents. Ses parents doivent déclencher une procédure pour qu'il ait le droit de jouer dans un autre championnat que celui de l'Ontario et finalement, il parvient à jouer pour les Toronto Nationals. Il participe au repêchage Midget Draft de 1977 et est le troisième joueur choisi après Tom McCarthy choisi par les Generals d'Oshawa et Steve Peters sélectionné par les Flyers de Niagara Falls. Sa nouvelle équipe est alors celle des Greyhounds de Sault Ste. Marie, même si son père avait annoncé qu'il ne souhaitait pas qu'il y joue. Il fait ses débuts dans l'Association de hockey de l'Ontario – aujourd'hui Ontario Hockey League – à l'âge de 16 ans. À cette époque, le joueur préféré de Wayne est le robuste et prolifique Gordie Howe au numéro 9 et le jeune joueur désire porter ce numéro. Un de ses coéquipiers l'arborant déjà, il décide alors de porter le maillot numéro 99.

La même année, il rejoint l'équipe canadienne au championnat du monde junior 1978 qui a lieu au Canada dans différentes villes du Québec. Âgé de 16 ans, il devient le plus jeune joueur à participer à un championnat du monde junior et malgré la troisième place décrochée dans la poule finale, il termine le tournoi avec le titre du meilleur pointeur - 17 points - et est élu dans l'équipe type du tournoi en étant sacré meilleur attaquant.

Par la suite, il rejoint les Racers d'Indianapolis de l'Association mondiale de hockey (également connue sous l'acronyme AMH) pour la saison AMH 1978-1979. Il signe alors son premier contrat professionnel alors qu'il n'a que 17 ans le 12 juin 1978,. Contrairement à l'autre ligue majeure d'Amérique du Nord, la Ligue nationale de hockey, qui a fixé un âge minimum pour l'entrée des joueurs dans la ligue, l'AMH n'impose rien aux clubs. Nelson Skalbania, directeur général des Racers, parvient à faire signer le jeune joueur pour un montant de 1,75 million de dollars américain pour sept saisons. Gretzky ne joue que huit matchs avec les Racers inscrivant 6 points dont son premier but professionnel contre Dave Dryden, gardien des Oilers d'Edmonton.

Le directeur général des Racers se rendant compte qu'il a trop dépensé pour le jeune Gretzky et la franchise perdant alors de l'argent à chaque match — près de 40 000 dollars par match — il décide de revendre rapidement le jeune joueur et lui laisse le choix de la destination entre les Oilers et les Jets de Winnipeg. Sur les conseils de son agent, Gretzky décide de choisir les Oilers et les rejoint en compagnie d'Eddie Mio et de Peter Driscoll. Il signe son nouveau contrat avec Peter Pocklington le 2 novembre 1978 pour un montant de 700 000 dollars,.

Au cours de la saison, une sélection des meilleurs joueurs de l'AMH est mise en place pour jouer le match des Étoiles. Il s'agit alors d'une série de trois rencontres contre l'équipe du Dynamo Moscou, trois matchs tournant à l'avantage des joueurs nord-américains. Sous la direction de Jacques Demers, il joue sur la même ligne que Gordie Howe et son fils, Mark. Le jour de ses 18 ans, Gretzky signe ce qui est à l'époque le plus gros contrat de l'histoire du hockey professionnel avec les Oilers : pour 3 millions de dollars canadien, il s'engage pour les dix saisons à venir avec une option pour dix saisons de plus avec l'équipe de l'Alberta,.

À l'issue de sa première saison professionnelle, il termine au troisième rang pour le total des points mais également pour le total des buts ; il totalise ainsi 110 points et 46 buts derrière Réal Cloutier meilleur buteur et pointeur avec 75 buts et 129 points totalisés. Alors que la première équipe avec qui il a débuté la saison a arrêté ses activités quelques temps après son départ, l'équipe des Oilers dirigée par Glen Sather accède aux séries éliminatoires de l'AMH et même à la finale du Trophée mondial Avco. L'équipe perd en finale 4 matchs à 2 contre les Jets, champions en titre alors que le jeune Gretzky finit meilleur pointeur de l'équipe et de toute l'AMH. Il remporte logiquement le titre de la meilleure recrue de l'année et est au final le dernier joueur de l'histoire de l'AMH à recevoir le trophée récompensant cet honneur, le trophée Lou Kaplan.

Le bilan de la saison n'est pas bon pour l'AMH, qui ne parvient pas à attirer uniformément les fans, et se voit contrainte d'arrêter ses activités. Quatre de ses équipes, les Oilers d'Edmonton, les Jets de Winnipeg, les Nordiques de Québec et les Whalers de la Nouvelle-Angleterre rejoignent la LNH, alors que les Stingers de Cincinnati et les Bulls de Birmingham reçoivent une somme d'argent en guise de dédommagement pour la fermeture de l'AMH et l'arrêt de leurs activités. Avant son arrivé dans la LNH, quelques journalistes doutent alors que Gretzky puisse dominer la LNH comme il a dominé l'AMH, le niveau du jeu y est généralement reconnu comme supérieur,.

Avant le début de la saison 1979-80, un repêchage d'expansion se tient, la LNH refusant que les équipes de l'AMH joignent ses rangs avec l'alignement qu'ils avaient dans la ligue rivale ; en effet, les dirigeants de la LNH voulaient permettre aux équipes qui jadis avaient perdu des joueurs aux mains d'un club de l'AMH de pouvoir les récupérer, car elles détenaient toujours les droits sur ces joueurs au sein de la LNH (elles ne pouvaient cependant pas utiliser ces droits pour contraindre ces joueurs à revenir à elles pendant l'existence de la ligue rivale, en vertu d'un jugement de la cour donnant raison à l'AMH). Une première séance tenue au début du mois de juin 1979, permit aux 17 équipes établies de récupérer leur effectif perdu. Tous les joueurs restant de l'AMH étaient sujets à cette séance, ceux des Bulls et des Stingers inclus, à condition qu'un club de la LNH ne détienne des droits sur ces joueurs. Chacune des quatre nouvelles franchies ont alors le droit de protéger jusqu'à quatre joueurs de leur alignement de l'AMH, les choix des Oilers étant Dave Dryden, Eddie Mio, Bengt-Åke Gustafsson et Wayne Gretzky,.

Gretzky débute sa première saison dans l'autre ligue majeure d'Amérique du Nord en 1979-80, le 10 octobre 1979 contre les Blackhawks de Chicago. Il inscrit son premier point de sa carrière dans la LNH sur une passe décisive pour un but de Kevin Lowe, le premier but de l'histoire de la franchise dans la nouvelle ligue,. Malgré ce premier point pour Gretzky, l'équipe perd au final son premier match de la LNH 4 buts à 2. Lors du troisième match de l'équipe, quatre jours plus tard, il inscrit le premier but de sa carrière. Ce but est le quatrième de son équipe et lui permet en trompant le gardien des Canucks de Vancouver Glen Hanlon de donner le point du match nul aux Oilers,. Le 15 février 1980, il réalise sept passes décisives contre les Capitals de Washington, le plus haut total au cours d'un match pour un joueur dans sa première année dans la LNH.

Il termine la saison second meilleur marqueur derrière Marcel Dionne, qui le devance à deux buts près, avec le même nombre de points marqués (137). C'est alors le troisième plus haut total de points atteint par un joueur, en l'occurrence par deux joueurs, après les 152 puis les 145 points de Phil Esposito des Bruins de Boston en 1970-71 et en 1973-74. Il se permet également de remporter le trophée Hart du Most Valuable Player de la LNH,. Il remporte également le trophée Lady Byng du joueur considéré comme ayant le plus fair-play, le joueur avec le meilleur esprit sportif tout en conservant des performances remarquables dans la Ligue nationale de hockey.

Bien qu'étant devenu le plus jeune joueur de l'histoire à inscrire 50 buts, il ne reçoit pas le trophée Calder, trophée récompensant le meilleur rookie de la saison, la LNH prenant en compte sa saison dans l'AMH comme sa première saison professionnelle. C'est donc Raymond Bourque, joueur des Bruins qui remporte le trophée. Malgré ses chiffres et honneurs, il n'est sélectionné que dans la seconde équipe d'étoiles de la saison, laissant les places d'attaquants de la première équipe à Charlie Simmer, Marcel Dionne et Guy Lafleur.

Il début sa seconde saison dans la LNH sur les chapeaux de roue et dépasse une nouvelle fois la barre des cinquante buts dans la saison. En outre, Gretzky réalise 109 passes pour le plus haut total de passes décisives sur une saison régulière, record détenu jusque là par l'ancien défenseur des Bruins, Bobby Orr. Il totalise ainsi 164 points, soit douze de plus que pour le plus haut total jamais atteint par un joueur de la LNH, Esposito. Le 18 février 1981, il inscrit pour la première fois de sa carrière cinq buts lors du même match contre les Blues de Saint-Louis.

Pour la seconde fois en deux saisons, les Oilers sont qualifiés pour les séries mais après avoir éliminé les Canadiens de Montréal en trois matchs secs, Gretzky est ses coéquipiers vont jouer et perdre contre les futurs vainqueurs de la Coupe Stanley, les Islanders de New York. Cette dernière est alors menée par le meilleur buteur de la saison, Mike Bossy (68 buts) mais compte également dans ses rangs les futurs membres du temple de la renommée Bryan Trottier, Denis Potvin et Billy Smith. Les Islanders, champions en titre, vont éliminer les Oilers pour la première fois sur le score de 4 buts à 2 puis tranquillement remporter une seconde Coupe Stanley.

À titre personnel, Gretzky remporte pour la première fois le trophée Art Ross en tant meilleur pointeur de la saison, éclipsant les totaux précédents de points mais il remporte également un second trophée, en gagnant logiquement le trophée Hart en tant que MVP de la saison. Il est également sélectionné dans la première équipe d'étoiles de la LNH, la première d'une longue série.

Au cours de sa troisième saison dans la LNH, la saison 1981-82, il réalise une performance rare : inscrire 50 buts en 50 matchs. Ce record, établi pour la toute première fois par Maurice Richard pendant la saison 1944-45 a seulement été égalé 35 ans plus tard par Mike Bossy au cours de la saison précédente.

Gretzky ne se contente pas alors de marquer son cinquantième but lors du cinquantième match, comme l'a réalisé Bossy l'année précédente, mais il l'inscrit beaucoup plus tôt dans la saison. Le 27 décembre 1981, il inscrit 4 buts pour porter son total de points à 45 lors d'une victoire 10-3 contre les Kings de Los Angeles. C'est alors le trente-huitième match de son équipe. Lors du match suivant, les Flyers de Philadelphie sont battus 7 buts à 5 et parmi les 7 buts, 5 sont inscrits par le prodige âgé de 20 ans. Le dernier but de la victoire pour les Oilers est inscrit par Gretzky alors que le gardien de but des Flyers Pete Peeters est sorti du jeu pour donner un attaquant de plus à son équipe. Ce cinquantième but arrive avant que quiconque n'en ait marqué 30.

Un peu plus tard dans la saison, le 24 février 1982, il inscrit 4 buts lors d'une victoire 6-3 contre les Sabres de Buffalo pour battre le record du plus grand nombre de buts marqués en une saison, record de 76 buts qui appartenait alors à Esposito et datait de 1970-71,. Il termine la saison avec les records de 92 buts, 120 aides et 212 points en 80 parties. Il devient alors le premier joueur et unique à ce jourde l'histoire de la LNH à franchir la barre symbolique des 200 points en une saison. Cette saison-là, il devint le premier joueur de hockey ainsi que le premier canadien à être élu athlète de l'année par l’Associated Press. Il est également élu sportif de l'année 1982 par le magazine Sports Illustrated. À 10 reprises, il réalise un coup du chapeau en inscrivant au minimum trois buts.

Premiers de la division Smythe, les Oilers vont perdre dès le premier tour des séries contre les Kings 3 matchs à 2 alors que dans l'autre conférence, les Islanders continuent leur dynastie en remportant leur troisième Coupe Stanley. Gretzky remporte tout de même les honneurs de la LNH avec un second titre Art Ross de meilleur pointeur, un troisième Hart de MVP, son premier trophée Lester B. Pearson et le meilleur ratio +/- de la ligue. Le trophée Pearson récompense le meilleur joueur de la LNH selon le vote de ses pairs par le vote de l'Association des joueurs de la LNH.

Gretzky va poursuivre sur sa lancée et avec 424 buts inscrits, les Oilers finissent à la première place au nombre de but de la saison 1982-83 même s'ils finissent derrière les Bruins de Boston pour le nombre de points inscrits au total. Gretzky n'est alors plus l'unique frappe offensive de son équipe : Mark Messier, Glenn Anderson et Jari Kurri inscrivent chacun plus de 100 points au cours de la saison régulière avec un total de 106 pour Messier et de 104 pour les deux autres joueurs.

Au cours de la saison, pour le 35e Match des Étoiles de la LNH, quatre joueurs de l'équipe sont sélectionnés : Messier, Kurri, Gretzky et le défenseur Paul Coffey. Autant pour Kurri, c'est la première sélection pour un match des Étoiles, autant pour Gretzky, il s'agit de sa cinquième participation en autant de saisons dans la LNH. Le match a lieu le 8 février 1983 dans la patinoire des Islanders de New York : la Nassau Veterans Memorial Coliseum. Gretzky va remporter son premier titre de MVP de la soirée en inscrivant 4 buts lors du troisième tiers-temps avec deux passes de Kurri. C'est le plus grand total de but inscrit au cours d'une période d'un match des Étoiles par un joueur,.

À l'issue de la saison, Gretzky compte 196 points dont 125 aides, décrochant un nouveau record pour le nombre de passes en une saison. Il termine à 72 points devant Peter Šťastný, joueur des Nordiques de Québec et second pointeur de la saison. Les Oilers vont écraser tout le monde sur leur passage battant successivement les Jets de Winnipeg 3 matchs à 0, les Flames de Calgary 4-1 puis les Blackhawks de Chicago 4-0. Ils retrouvent en finale la terrible équipe des Islanders d'Al Arbour qui a dû jouer six matchs de plus pour atteindre la finale. Malgré tout, l'équipe triple championne de la Coupe Stanley va gagner une nouvelle bague de champion en remportant sans aucun partage les quatre matchs nécessaires à la victoire. Lors de cette série, les Oilers apprennent ce que cela coûte de gagner et de se battre réellement sur la glace pour la victoire à la vue de l'engagement des Islanders. Gretzky en profite tout de même pour décrocher deux nouveaux records avec ses 26 passes décisives et ses 38 points lors des séries.

Il est tout de même une nouvelle fois mis en avant par la LNH lors de la cérémonie de remise des trophées, remportant le triplé « classique » des trophées Hart, Art Ross et Pearson.

La consécration viendra pour Gretzky et les Oilers lors de la saison 1983-84. À l'aube de cette nouvelle saison dans la LNH, il est désigné capitaine de sa formation en remplacement de Lee Fogolin. Les Oilers sont toujours aussi impressionnants et décrochent un nouveau record en inscrivant 446 buts au cours de la saison régulière soit une moyenne de 5,58 buts par matchs, un record dans l'histoire de la ligue. Gretzky contribue grandement à cet apport offensif inscrivant au minimum un point lors des 51 premiers matchs de la saison. En réalité il inscrit une moyenne de 3 points par matchs sur ces 51 rencontres : 61 buts et 92 aides pour un total de 163 points. Encore une fois, il inscrit donc 50 buts en moins de 50 matchs - il met 42 matchs pour marquer 50 buts - et finit meilleur pointeur de la saison régulière avec 205 points. Coffey est l'autre homme fort de la saison : le défenseur finit second meilleur pointeur de l'équipe et de la LNH. Pour la première fois depuis que la franchise a rejoint la LNH, elle remporte le titre de meilleure équipe de la saison régulière avec quinze points d'avance sur la deuxième meilleure équipe.

Lors des séries, les Oilers vont battre une nouvelle fois les Jets lors du premier tour 3-1, puis les Flames 4-3, pour enfin éliminer en finale de conférence les North Stars du Minnesota en quatre matchs. L'opposition en finale est la même que l'année précédente : les Islanders de New York. Ces derniers restent alors sur neuf matchs de finales consécutivement gagnés avec le 4-0 infligé aux Oilers l'année précédente et le même sort pour les Canucks de Vancouver encore avant. Le format de série appliqué à l'époque prévoit alors deux matchs sur la glace des Islanders puis les trois suivants chez les Oilers pour finalement revenir jouer les deux matchs restants à Uniondale, le cas échéant. À la surprise générale, les Oilers remportent le premier match de la finale sur le plus petit score possible suite à un but de Kevin McClelland et un blanchissage du gardien des Oilers, Grant Fuhr. Les Islanders vont se réveiller pour le second match en remportant la rencontre 6 buts à 1. Les deux matchs suivants, joués en Alberta, vont tous les deux se conclure sur la marque de 7 buts à 2 pour les joueurs locaux. Les Oilers ont alors l'occasion de remporter leur première Coupe Stanley le soir du 19 mai 1984, même s'ils ne peuvent compter sur Fuhr, blessé au cours du troisième match de la série. Andy Moog le remplace pour la finale et les Oilers vont faire tomber les Islanders en cinq matchs en remportant ce dernier match 5 buts à 2. Gretzky va inscrire 35 points lors des séries et même s'il voit son coéquipier, Mark Messier remporter le trophée du meilleur joueur des séries, le trophée Conn Smythe, Gretzky remporte tout de même les honneurs qui lui semblent revenir de droit chaque année : les trophées Hart, Art Ross et Pearson. Il est également le joueur avec le meilleur ratio +/- de la saison et est sélectionné dans la première équipe d'étoiles de la saison.

Au cours de l'été 1984, le 25 juin 1984, Gretzky reçoit l'honneur d'être désigné Officiers de l’ordre du Canada. Alors qu'il est admis en 1984, son investiture n'est concrète que le 28 janvier 1998 : l'investiture se déroulant systématiquement au cours de la saison LNH, elle n'est concrète qu'une fois sa carrière terminée.

Champions en titre, les Oilers vont terminer la saison 1984-85 à la seconde place du classement général juste 4 points derrière les Flyers de Philadelphie. L'équipe inscrit ainsi moins de but que les années passées avec « seulement » 401 buts. Gretzky dépasse pour la troisième fois de sa carrière, la barre symbolique des 200 points avec un total de 208 réalisations et avec un nouveau record de 135 passes décisives. Gretkzy et Kurri finissent la saison aux deux premières places des meilleurs pointeurs de la LNH, Kurri inscrivant le même nombre de points que le total de passes décisives de Gretzky. Il s'agit d'une année entièrement dominée par le joueur canadien avec le plus haut total plus-moins, le plus grand nombre de buts, de passes, de points, de buts en infériorité numérique, de tirs sur le gardien et également de matchs consécutifs avec au minimum un point. Le 19 décembre 1984, Wayne Gretzky devient le dix-huitième joueur de l'histoire de la LNH à dépasser la barre symbolique des 1 000 points en carrière lors d'un match contre les Kings de Los Angeles. Avec seulement 424 matchs joués, il est tout de même le joueur le plus rapide de l'histoire à dépasser le millier.

De nombreux records sont battus par les Oilers durant les séries éliminatoires. Ils passent les deux premiers tours des séries sans perdre un seul match que ce soit contre les Kings de Los Angeles – 3 matchs à 0 – ou contre les Jets – 4-0. Ils battent par la suite les Blackhawks de Chicago pour la finale de la conférence et inscrivent un total record de 44 buts au cours de cette série, Kurri étant auteur de 12 de ces buts,. Les Oilers retrouvent alors en finale de la Coupe Stanley les vainqueurs de la saison régulière, les Flyers de Mike Keenan menés en attaque par Tim Kerr et Brian Propp et avec le jeune Pelle Lindbergh dans les buts. Le premier match est joué chez les Flyers dans la patinoire du Wachovia Spectrum et Lindbergh, futur vainqueur du trophée Vézina pour le meilleur gardien de la saison et premier gardien européen à remporter ce titre, va contrarier l'attaque Oilers en faisant gagner le match à son équipe 4 buts à 1. Cette victoire est alors l'unique victoire de l'équipe de Pennsylvanie, les Oilers remportant le match suivant dans le Spectrum 3 buts à 1 et les trois matchs d'après, matchs joués à Edmonton, sur les scores de 4-3, 5-3 et 8-3 pour une seconde Coupe Stanley. Au cours des 18 matchs des séries, Gretzky réalise 30 passes décisives et totalise 47 points pour décrocher deux nouveaux records de la LNH. Lors de la série contre Chicago, il réalise 14 passes décisives, égalisant le record de Rick Middleton établi avec les Bruins de Boston en 1982-83.

À l'issue de la saison, il est largement mis en avant lors de la cérémonie des remises des trophées de la LNH : il remporte ainsi son sixième trophée Hart, son cinquième Art Ross, son quatrième Pearson, son second trophée plus-moins et son premier trophée Conn Smythe du meilleur joueur des séries.

La saison 1985-86 va être une saison contrastée pour les Oilers et Wayne Gretzky.

D'un côté, les Oilers vont reprendre la première place de la saison régulière aux Flyers en finissant neuf points devant ces derniers. La franchise est la première de l'histoire de la LNH à recevoir le trophée du Président, nouveau trophée de la ligue pour récompenser l'équipe finissant à la première place du classement. Avec 426 buts inscrits, les Oilers atteignent leur second plus haut total de buts marqués depuis leur début et Gretzky est auteur de « seulement » 52 de ces buts. Il décroche tout de même de nouveaux records avec 215 points et une marque de 163 passes décisives. Le 11 décembre 1985 et le 14 février 1986, contre les Blachakws et contre les Nordiques de Québec, il réédite sa performance de février 1980 en réalisant à chaque fois sept passes décisives. Logiquement, les autres joueurs de l'équipe profitent largement de ses passes décisives et le défenseur Paul Coffey finit second pointeur de l'équipe dépassant Jari Kurri de sept points. Avec 48 buts, Coffey bat le record de 46 réalisations par Bobby Orr en 1974-75 pour le plus grand nombre de buts inscrits par un défenseur en une saison,. Seul Mario Lemieux, qui joue alors sa seconde saison dans la LNH, vient perturber la domination des Oilers à la tête du classement des pointeurs de la saison régulière : il inscrit alors 141 points. Gretzky réussit également à inscrire au minimum 1 point lors de 77 des 80 matchs de la saison régulière.

De l'autre, la déception lors des séries est énorme pour les double-champions en titre : ils sont éliminés au second tour par les Flames de Calgary. Alors que les Oilers écartent facilement les Canucks de Vancouver 3 matchs à 0 lors du premier tour, l'équipe des Flames va leur poser des problèmes. Même s'ils ont totalisé 30 points de moins que les Oilers lors de la saison régulière, les Flames ont lourdement fait chuter l'équipe d'Edmonton lors de leur dernière confrontation de la saison avec une victoire pour Calgary 9 buts à 3. Pour la série entre Flames et Oilers les deux équipes vont jouer six matchs avec trois victoires de chaque côté et finalement, un septième match décisif a lieu le 30 avril 1986 sur la glace d'Edmonton. Alors qu'il ne reste que la moitié de la dernière période dans le temps réglementaire, le rookie des Oilers Steve Smith va tromper son propre gardien, Grant Fuhr : en tentant de dégager le palet au travers de l'enclave de son gardien, Smith va envoyer le palet contre le patin du Fuhr et finalement, le but, crédité par la suite à Perry Berezan, va donner la victoire du match et surtout provoquer l'élimination des Oilers. La saison laisse un goût amer pour Gretzky puisqu'il ne remporte que deux trophées : les trophées Hart et Art Ross, Lemieux remportant le trophée Pearson alors qu'il n'est que dans sa seconde saison dans la LNH.

Suite à cette saison en demi-teinte pour les Oilers, l'équipe aborde la saison 1986-87 comme revanchards. Gretzky n'est alors âgé que de 25 ans mais il inscrit tout de même le 22 novembre 1986 le 500e but de sa carrière lors de son 574e match, match joué contre les Canucks de Vancouver. Il est alors le treizième joueur de l'histoire de la ligue à atteindre cette marque et le joueur avec le moins grand nombre de matchs joués pour 500 buts : 575 matchs. De plus, au cours de la saison, il porte son total de coup du chapeau à 41, un record pour la LNH. Les Oilers sont une nouvelle fois menés par Gretzky, Kurri et Messier, les trois joueurs dépassant une nouvelle fois la barre des 100 points, avec encore une fois Lemieux au milieu des joueurs d'Edmonton. L'équipe termine à la première place de la ligue remportant un second trophée du Président et étant favoris pour les séries. Au cours de celles-ci, le 9 avril 1987, Gretzky inscrit le 177e point de sa carrière, dépassant le total de Jean Béliveau pour le plus grand nombre de points pour un joueur au cas des séries. Il inscrit ainsi un point sur une passe pour le premier but de son équipe lors de la victoire 13-3 pour le second match de la série contre les Kings de Los Angeles.

Les Oilers vont passer tous les tours des séries pour retourner une nouvelle fois en finale de la Coupe Stanley après un an d'absence. avant la finale, ils ne perdent que deux matchs en tout et pour tout : un contre les Kings de Los Angeles au premier tour puis un contre les Red Wings de Détroit en finale de conférence, entre temps les Jets de Winnipeg sont écrasés par l'équipe de Gretzky en 4 matchs à sens unique. L'équipe est opposée en finale par les Flyers de Philadelphie, équipe guidée par Ron Hextall dans les buts et des joueurs comme Kerr et Peter Zezel en attaque.

Les Oilers remportent les deux premiers matchs dont le second en prolongation grâce à un but de Kurri sur une passe de Gretzky. Le premier match joué dans le Spectrum de Philadelphie est remporté par l'équipe locale mais les Oilers remportent le match suivant et ont alors la possibilité de remporter leur troisième Coupe Stanley dans leur patinoire devant leur public. Mike Keenan, l'entraîneur des Flyers, décide alors de motiver ses troupes en amenant la Coupe Stanley directement dans leur vestiaire. Les résultats sont présents puisque l'équipe des Flyers remporte les deux matchs suivants 4-3 puis 3-2 et les deux équipes doivent alors se confronter lors d'un septième match pour déterminer le vainqueur. L'équipe des Oilers remporte la victoire 3-1 au bout d'un match très disputé. Gretzky finit meilleur pointeur des séries avec 34 points mais cela ne suffit pas pour remporter le titre de MVP des séries. Le trophée Conn Smythe est alors remis pour la quatrième fois de son histoire à un joueur de l'équipe perdante : Ron Hextall. Gretzky remporte tout de même les trophées Art Ross, Hart et Pearson ainsi que le meilleur ratio plus-moins de la LNH.

Au cours de la saison, il participe à deux compétitions internationales jouées par l'équipe du Canada : le Rendez-Vous '87 et la Coupe Canada. La première compétition se joue au cours du mois de février 1987 et remplace le traditionnel matchs des Étoiles. L'équipe du Canada est alors opposée à l'équipe d'URSS lors du Carnaval de Québec. L'équipe soviétique fut payée 80 000 $ alors que les joueurs nord-américains versèrent leurs gains à un fond de pension pour les joueurs (350 000 $). Les deux matchs eurent lieu au milieu d'une fête de cinq jours (à partir du 9 février 1987). Les deux équipes vont remporter chacune un match et Gretzky va inscrire quatre passes décisives au total lors des deux matchs.

L'édition 1987 est la quatrième de la Coupe Canada et Gretkzy est alors associé à Mario Lemieux. Gretzky inscrit un total de 21 points en seulement 9 matchs, matchs joués en août et septembre 1987. La finale de la Coupe est alors une revanche pour les Canadiens avec la victoire obtenue 2 matchs à 1. Lors des deux derniers matchs de la Coupe, Gretzky réalise à chaque fois la passe décisive pour les buts victorieux inscrits par Lemieux. Gretzky et Lemieux finissent aux deux premières places des meilleurs pointeurs des séries et les deux joueurs sont élus dans l'équipe type de la saison,.

Suite aux titres de champion de la Coupe Stanley et vainqueur de la Coupe Stanley, Gretzky démarre la saison 1987-88 sur la même lignée que les années précédentes avec sa 1 000e passe décisive le soir du 4 novembre 1987 contre les Rangers de New York. 50 passes plus tard, le 1er mars 1988, il devient le meilleur passeur de toute l'histoire de la LNH. Malgré ses 109 passes décisives sur la saison et pour la première fois depuis 1979-80, le joueur recevant le trophée Art Ross du meilleur pointeur n'est pas Gretzky : Mario Lemieux finit avec 19 points de plus que le joueur des Oilers pour un total de 168 points, alors que son équipe finit à la dernière place de leur division,. Les Oilers sont également au niveau collectif dépassés par les Flames de Calgary et également par les Canadiens de Montréal au classement général de la saison régulière.

Malgré cette saison en demi-teinte, les Oilers vont une nouvelle fois dominer les séries avec des victoires 4-1 contre les Jets, 4-0 contre les Flames et 4-1 contre les Red Wings pour une nouvelle finale de la Coupe Stanley. Au cours des trois séries avec la finale, les Oilers inscrivent une moyenne de 4,71 buts par matchs ne laissant que peu de chances à leurs adversaires. L'équipe tentant de faire chuter les Oilers est celle des Bruins de Boston guidée par Bourque. Ces derniers ne font pas le poids et perdent les trois premiers matchs sur un total cumulé de 12 buts à 6. Le quatrième match de la série se joue dans le Boston Garden mais une coupure de courant au cours de la seconde période, alors que le score est de 3 buts partout, contraint l'arrêt du match. John Ziegler, président de la LNH, décide alors de faire jouer un nouveau match deux jours plus tard dans la patinoire des Oilers. C'est la seconde fois de l'histoire de la LNH, qu'un match des séries ne va pas jusqu'à sa conclusion,. Les Oilers remportent leur quatrième Coupe Stanley et Gretzky est l'homme des séries. Ainsi, il réalise 31 passes décisives au cours des séries et rien que lors de la série contre les Bruins, il inscrit 13 points. Il remporte logiquement le trophée Conn Smythe même s'il s'agit du seul trophée qu'il remporte - Lemieux remporte les trophées habituels du joueur des Oilers : les trophées Art Ross, Hart et Pearson.

Au milieu de l'été 1988, Gretzky se marie avec Janet Jones et alors que les fans des Oilers espèrent voir leur vedette revenir à Edmonton. Mais ils sont déçus quand début août, des rumeurs annoncent que Peter Pocklington, le propriétaire de l'équipe, connaît des difficultés financières. Nelson Skalbania, qui a vendu Gretzky à Pocklington dix ans plus tôt met en place des montages financiers pour faire signer Gretzky aux Jets de Winnipeg. Mais dans le même temps, Bruce McNall, le nouveau propriétaire des Kings de Los Angeles offre une somme de 15 millions de dollars américains pour faire un échange avec les Oilers.

Le 9 août 1988, Gretzky fait ses adieux aux fans des Oilers alors que l'échange voit Gretzky, Marty McSorley et Mike Krushelnyski prendre le chemin de Los Angeles en retour de trois futurs choix de première ronde – Jason Miller en 1989, Martin Ručinský en 1991 et Nick Stajduhar en 1993 – mais également de Martin Gélinas et de Jimmy Carson ainsi que de 15 millions de . La venue de McSorley aux Kings est dû à la volonté de Gretzky de continuer à jouer avec lui. Ainsi alors que Gretzky et le président des Kings, Bruce McNall, finalisent le contrat, ce dernier reçoit un coup de téléphone de son homologue canadien qui s'inquiétait de l'affaire. Gretzky suggère de demander McSorley en plus et devant l'insistance du président des Kings, Pocklington ne prend pas le temps de consulter l'entraîneur des Oilers Glen Sather et donne son accord pour ajouter McSorley au marché. Les Canadiens furent tellement vexés par cet échange, qu'ils essayèrent de le faire annuler par Nelson Riis – membre du Nouveau Parti démocratique.

La première saison de Gretzky avec les Kings permet de populariser le hockey dans une ville qui n'a alors pas forcément l'habitude de suivre le hockey. Bruce McNall en plus d'avoir fait venir au sein de l'équipe La Merveille, décide également de changer les couleurs de l'équipe. Les Kings abandonnent ainsi les tenues bleu et or pour reprendre celles des Raiders de Los Angeles : le noir et l'argent. Gretzky est alors associé à Bernie Nicholls en attaque et ce dernier finit second buteur de la saison.

Dans une patinoire de plus en plus souvent remplie, le Great Western Forum, Gretzky franchit petit à petit les paliers : il inscrit son premier but lors de son premier match et pour son premier tir le 6 octobre 1988 contre les Red Wings, le 23 novembre 1988 il inscrit le 600e but de sa carrière et le 18 février 1989, contre les Nordiques de Québec, il inscrit sept points – dont son 1 800e – en deux buts et cinq passes décisives. Il mène son équipe aux séries en totalisant 168 points au cours de la saison régulière. Malgré ce total important, il n'est encore une fois que le second meilleur pointeur de la saison, Lemieux manquant d'un point de dépasser la barre symbolique des 200 points sur une saison.

Le sort veut que les adversaires de la première ronde soient l'ancienne équipe de la nouvelle vedette de la Californie : les Oilers. Alors que ces derniers mènent la série 3 matchs à 1, les Kings vont passer ce tour en remportant les trois matchs suivants avant de perdre au tour suivant par les Flames de Calgary 4 matchs à 0, les Flames étant au final les champions de la Coupe cette année-là. Même s'il ne remporte pas le trophée Art Ross du meilleur pointeur, il reçoit son neuvième trophée Hart du meilleur joueur de sa carrière.

Le 15 octobre 1989, au début de la saison, encore une fois contre les Oilers, il inscrit son 1 851e point de sa carrière en réalisant une passe décisive pour Nicholls. La passe permet l'égalisant de l'équipe contre son ancienne équipe et il inscrit en prolongation le but de la victoire pour son équipe. Il devient alors le meilleur pointeur de l'histoire de la LNH dépassant le record de son idole Gordie Howe. Depuis le début de la saison, il est le nouveau capitaine de l'équipe, prenant la place de Dave Taylor mais son équipe ne parvient que de justesse à se qualifier pour les séries avec une quatrième place dans la division Smythe derrière les Flames, les Oilers et les Jets. À titre personnel, Gretzky reprend ses droits sur le titre meilleur pointeur, Lemieux manquant une trentaine de matchs de la saison sur blessures. Le joueur des Kings finit avec 142 points, 13 réalisations de plus que son ancien coéquipier, Mark Messier.

En série, les Kings sont opposés à leurs tombeurs de la saison passé : les joueurs de Calgary. Gretzky et les siens parviennent à battre les Flames en six matchs pour retrouver les Oilers au second tour. Même si ces derniers ont eu un peu de mal à se débarrasser des Jets au premier tour – sept matchs seront nécessaires, ils ne vont faire qu'une bouchée des Kings en remportant les quatre matchs de la série 7-0, 6-1, 5-4 et 6-5. Les Oilers remportent cette année leur quatrième Coupe Stanley alors que pour la première fois depuis des années, ils ne sont pas favoris.

En décembre 1990, l'Associated Press nomme Gretzky athlète masculin de la décennie. Avec 307 votes, il dépasse largement les autres sportifs du classement : le joueur de football américain, Joe Montana quarterback des 49ers de San Francisco avec 85 votes ou encore le joueur de basket-ball des Lakers de Los Angeles Magic Johnson, 59 vois ainsi que Carl Lewis – athlète américain, Nolan Ryan – joueur de baseball et Larry Bird – basketteur.

Il mène au cours de cette saison, les Kings au premier titre de division de leur histoire avec 102 points atteints, le second plus haut total après les 105 points de la saison 1974-75. C'est la première fois en dix ans qu'une autre équipe qu'une équipe de l'Alberta – les Flames de Calgary et les Oilers d'Edmonton – remporte la première place de la division. Avec 46 victoires au cours de la saison, ils connaissent leur meilleur total de leur histoire. L'équipe termine à la seconde place du classement de la LNH, 4 points derrière les Blackhawks de Chicago. À titre personnel, Gretzky réalise 122 passes décisives pour le record de l'équipe et 163 points, le plus haut total de la saison.

Lors des séries, alors qu'ils sont favoris pour la Coupe, l'équipe a du mal à éliminer au premier tour les Canucks de Vancouver, six matchs sont nécessaires. Elle va chuter au second tour contre les inévitables Oilers avec quatre des six matchs joués allant en prolongation. Gretzky reçoit le trophée Art Ross du meilleur pointeur, son neuvième ainsi que le trophée Byng du joueur le plus fair-play.

Au cours de la saison, il a encore une fois dépassé des sommets : le 26 octobre 1990, il devient le seul joueur de l'histoire de la LNH à dépasser les 2 000 points en carrière, le 3 janvier 1991, il devient le septième joueur de l'histoire à dépasser les 700 buts et il passe à la première place des buteurs lors des séries en dépassant Jari Kurri avec 93 buts.

Gretzky finit la saison suivante avec encore une fois plus de 100 points, la treizième fois de sa carrière mais l'équipe perd la première place de la division aux profits des Canucks. Lemieux reprend également la place de meilleur pointeur de la saison et Kevin Stevens vient même s'insérer entre les deux joueurs Canadiens, avec deux points de plus que La Merveille. L'équipe est éliminée dès le premier tour des séries par les Oilers en six matchs et Gretzky ne remporte que le trophée Byng pour son comportement exemplaire sur la glace.

Il manque en grande partie la saison 1992-93 en raison de douleurs dans le dos ; ainsi, pour la première fois depuis le début de sa carrière professionnelle, il finit une saison avec moins de 100 points. Il ne joue cette année que 45 matchs pour 65 points et pour la première fois, il n'est pas le meilleur pointeur de son équipe. Ce rôle revient alors à Luc Robitaille, Robitaille qui porte également le titre de capitaine en l'absence de Gretzky. Il revient tout de même à temps pour pour les séries et inscrit 40 points au total.

Sous la direction de Barry Melrose, les Kings vont passer au premier tour les Jets de Winnipeg en six matchs, les Canucks également en six matchs et lors de la finale de conférence contre les Maple Leafs de Toronto, il réussit un coup du chapeau au cours du match n°7, propulsant les Kings en finale de la Coupe Stanley. Il porte alors son total à 8 coups du chapeau, un record dans la LNH. Après une victoire dans le premier match, les Kings sont débordés et perdent 4 matchs à 1 contre les Canadiens de Montréal dont trois défaites en prolongation pour le 24e titre de champion des Canadiens. Patrick Roy, le gardien des Canadiens remporte le trophée de MVP des séries et pour une des seules fois de sa carrière, Gretzky ne remporte pas le moindre trophée cette saison.

Par la suite, les Kings connaîtront des saisons de plus en plus dures avec de nombreux mouvements. Ainsi, dès la saison 1993-94, les Kings ne sont pas qualifiés pour les séries et ce malgré encore une fois la première place des pointeurs pour Gretzky et un nouveau record. Le 23 mars 1994, il inscrit le 802e but de sa carrière conte le gardien de but des Canucks de Vancouver Kirk McLean. Il devient alors le meilleur buteur de toute l'histoire de la LNH dépassant le record de son idole de toujours : Gordie Howe. Il finit à la première place des pointeurs 10 points devant Sergei Fedorov et il remporte son dixième et dernier titre Art Ross de sa carrière,. À l'issue de la saison, Gretzky reçoit le trophée Art Ross, le trophée Byng pour son comportement sur le terrain mais également le trophée Lester Patrick pour son engagement pour le hockey sur glace aux États-Unis.

Lors de la saison suivante, Gretzky dépasse la barre de 2 500 points le soir du 17 avril 1995 contre les Flames alors qu'encore une fois son équipe rate les séries. Il ne joue que 48 matchs dans sa saison et Jaromír Jágr remporte le titre de meilleur pointeur de la ligue, le jeune tchèque profite alors des blessures des deux joueurs Canadiens qui dominaient le trophée Art Ross depuis 1981,. La saison 1995-96 est la dernière saison que Gretzky joue avec les Kings et il ne finit même pas la saison sous les couleurs de la franchise de Los Angeles.

Le 27 février 1996, Gretzky rejoint les Blues de Saint-Louis alors qu'encore une fois les Kings sont en mauvaise posture pour espérer se qualifier pour les séries. Gretzky demande donc à être échangé pour une franchise ayant des chances de se qualifier. Blues et Rangers de New York sont sur le coup mais finalement les Blues vont accéder aux demandes salariales du joueur canadien avec un engagement jusqu'à la fin de la saison. Il rejoint les Blues en échange de Patrice Tardif, de Roman Vopat, de Craig Johnson et de plusieurs choix futurs de repêchages. À peine arrivée dans sa nouvelle équipe, il prend le rôle de capitaine à Shayne Corson et en 31 matchs de saison régulière et des séries, il inscrit 37 points. L'équipe est qualifiée en prenant la cinquième place de la conférence mais lors de la première ronde contre les Maple Leafs de Toronto, le gardien de l'équipe et déjà coéquipier de Gretzky par le passé Grant Fuhr est obligé de tirer un trait sur la fin de la saison suite à une blessure au genou. Les Blues passent tout de même le premier tour en battant 4 matchs à 2 les Maple Leafs avec une bonne relève assurée dans les buts par Jon Casey. L'équipe perd au second tour contre les Red Wings de Détroit, meilleure équipe de la saison régulière,.

Le 21 juillet 1996, il signe en tant qu'agent libre avec les Rangers de New York pour deux saisons et rejoint son ancien coéquipier sous le maillot d'Edmonton, Mark Messier.

À 35 ans, il est un des joueurs les plus âgés de l'équipe 1996-97. Gretzky est nommé à titre de meilleur joueur de la LNH au cours de la saison 1996-97. Il finit sa carrière chez les « blue shirts » en compagnie de Mark Messier et de Brian Leetch. Il aide les Rangers à se rendre jusqu'en finale de la conférence de l'Est en 1997. Malheureusement, ils perdent contre les Flyers de Philadelphie. Il joue trois saisons avec cette équipe.

Il prend sa retraite le 18 avril 1999, soir où il dispute un match avec les Rangers de New York contre les Penguins de Pittsburgh. C'est la dernière fois qu'un maillot marqué du 99 est porté sur une patinoire de la LNH et ce soir-là, les Rangers, malgré une passe de Gretzky pour Brian Leetch, perdent le match. Au cours de ce match, il utilise 51 crosses, un pour chacune de ses présences sur la glace. Par la suite, il en donne un à chacun de ses coéquipiers et dirigeants de l'équipe. La dernière crosse que Gretzky a utilisé dans sa carrière est maintenant exposée au Temple de la Renommée du hockey. Le 6 février 2000, lors du 50e match des Étoiles de la LNH à Toronto, son maillot est retiré pour toutes les franchises de la LNH.

Après avoir pris sa retraite, Wayne achète une partie des Coyotes de Phoenix et en devient le co-propriétaire. Depuis le début de la saison 2005, il en est aussi l'entraîneur. Il est admis au temple de la renommée de la Fédération internationale de hockey sur glace en 2000.

Il devient aussi une des personnes les plus influentes de l'organisation de Hockey Canada, avec laquelle il gagne les Jeux olympiques d'hiver de 2002 et la Coupe du monde de hockey sur glace 2004 comme directeur-exécutif des équipes KL.

Témoignant sa reconnaissance pour ses exploits extraordinaires, le commissionnaire de la LNH, Gary Bettman décrète que le numéro 99 est maintenant retiré par toutes les équipes de la Ligue nationale de hockey.

En février 2006, suite à la découverte d'un réseau de paris illégaux où Rick Tocchet, son assistant, est impliqué ainsi que la femme de Gretzky, madame Janet Jones, les soupçons se portent sur Wayne Gretzky. Il est blanchi des accusations quelques jours plus tard par la police de Phoenix.

Il dirige l'équipe canadienne masculine de hockey aux Jeux olympiques de Turin. L'équipe est éliminée en quart de finale par la Russie.

Son frère cadet Brent a aussi joué dans la LNH, avec le Lightning de Tampa Bay. Les Gretzky ont été la paire de frères ayant cumulé le plus grand total de points de l'histoire de la LNH, l'apport de l'aîné ayant été des plus déterminants dans l'établissement de ce record. Il a aussi un autre frère, Keith, qui fut repêché par les Sabres de Buffalo mais n'a jamais évolué au sein de la LNH.

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Au cours de sa carrière en club, Gretzky aura joué une saison dans l'Association mondiale de hockey et vingt autres dans la Ligue nationale de hockey. Il joue pendant dix saisons avec les Oilers d'Edmonton, les conduisant à quatre reprises à la conquête de la Coupe Stanley. Il passe huit autres saisons avec les Kings de Los Angeles mais connaît alors moins de succès. Il est le seul joueur de l'histoire de la LNH à avoir dépasser la barre des 200 points en carrière et figure en première position de la quasi-totalité des classements des meilleurs joueurs de l'histoire de la LNH, ayant largement dépassé les 1 000 points en carrière, étant le seul joueur de l'histoire avec plus de 2 000 points – il termine sa carrière avec 2 857 points – mais il a également dépassé les 500 buts puisqu'ayant inscrit un total de 894 buts. Sur l'ensemble de sa carrière en saison régulière, il connaît une moyenne de 1,92 points par matchs.

Depuis 2005-06, Gretzky est l'entraîneur en chef des Coyotes de Phoenix de la LNH mais il ne parvient pas pour autant à avoir autant de succès avec son équipe que le succès qu'il avait en tant que joueur. Il est ainsi toujours à la recherche de sa première qualification pour les séries.

À sa retraite, il possède (ou partage) 61 records dans la Ligue nationale de hockey décomposés en 34 records pour la saison régulière, 15 pour les séries éliminatoires, 6 pour l'ensemble de la saison et 6 pour les matchs des Étoiles. Depuis sa retraite, certains records ne sont plus d'actualité (deux records) mais il a également gagné un nouveau record : celui du nombre de points par match.

Avec 1,921 points par matchs pour Gretzky le jour de sa retraite, seul Mario Lemieux et sa moyenne de 2,005 points par matchs, alors retiré du milieu de hockey était devant. Mais en décembre 2000, Lemieux revient au jeu et fait chuter sa moyenne jusqu'en janvier 2006. Le jour de sa nouvelle retraite, Lemieux n'a plus qu'une moyenne de 1,883 points par match, donnant un nouveau record à Gretzky.

En plus des 61 records officiels, il possède un certain nombre de records non reconnus par la guide officiel de la LNH. Cette section présente uniquement les records reconnus par la LNH.

Au total, il aura joué 1 487 matchs soit 20 saisons entières dans la LNH.

Au total, Gretzky aura joué 208 matchs des séries de la Coupe Stanley de la LNH.

Au total, Gretzky aura joué 1 487 matchs de saison régulière et 208 matchs des séries soit un total de 1 695 matchs.

Au total, Gretzky aura participé à 18 matchs des Étoiles.

En haut



Tournoi des six nations 2006, détail des matchs

Le tournoi des six nations 2006 s'est déroulé en février et mars 2006.

Voici la liste détaillée des compositions des équipes ayant participé à la tournoi des six nations 2006, le détail des statistiques match par match.

Remplaçants : Rory Best, Simon Best, Donncha O'Callaghan, Jonny O'Connor, Eoin Reddan, David Humphreys, Andrew Trimble.

Le XV gallois contre l'Angleterre : Gareth Thomas (capitaine) - Mark Jones, Hal Luscombe, Matthew Watkins, Shane Williams - Stephen Jones (o) - Dwayne Peel (m) - Colin Charvis, Michael Owen, Martyn Williams - Ian Gough, Robert Sidoli - Dafydd Jones, T Rhys Thomas, Adam Jones.

Le XV italien contre l'Angleterre : Stoica - Canavosio(<=>Picone 60è), Canale, Mi. Bergamasco, L. Nitoglia - Pez, Griffen - Parisse, Ma. Bergamasco, Sole (<=>Persico 56è); Bortolami (cap), Dellapè (<=>Del Fava 56è); Nieto (<=>Castrogiovanni 65è), Ongaro (<=>Festuccia 65è), Perugini (<=>Lo Cicero 66è).

Le XV anglais contre l'Italie : Voyce - Cueto , Noon, Tindall(<=>Simpson-Daniel 77è), Cohen - (o) Hodgson - (m) Ellis(<=>Dawson 54è) - Moody , Corry (cap.), Joe Worsley(<=>Dallaglio 66è) - Danny Grewcock(<=>Shaw 70è), Steve Borthwick - Matthew Stevens, Steve Thompson(<=>Mears 62è), Andrew Sheridan.

Le XV gallois contre les Ecossais : G.Thomas (capitaine) - M.Jones, Luscombe (<=>L.Byrne 72è), Watkins (<=>N.Robinson 75è), S.Williams - S.Jones (o) - Peel (<=>M.Phillips 70è)(m) - Charvis(<=>Delve 67è), Michael Owen, M.Williams - Gough, Sidoli - D.Jones, T Rhys Thomas (<=>M.Davies 77è) , A.Jones (<=>G.Jenkins 70è) .

Le XV écossais contre le Pays de Galles : Southwell - Paterson, MacDougall (<=>Webster 67è), Henderson , S.Lamont - Parks (<=>Ross 61è) (o) - Blair (<=>Cusiter 61è) (m) - Hogg (<=>Petrie 54è), White (cap), Taylor - Kellock (<=>MacLeod 67è), Murray - Douglas, Lawson (<=>Ford 55è), Kerr (<=>C. Smith 55è).

Stoica - Canavosio, Canale, Mi. Bergamasco, L. Nitoglia - Pez (o), Griffen (m)- Parisse, Ma. Bergamasco, Sole ; Bortolami (cap), Dellapè ; Nieto , Ongaro, Perugini Remplaçants: Festuccia, Lo Cicero, Castrogiovanni, Bernabo, Zanni, Picone, Galon.

Victoire des Français grâce à cinq essais marqués et une deuxième période convaincante.

Josh Lewsey, Mark Cueto, Jamie Noon, Mike Tindall, Ben Cohen, Charlie Hodgson, Harry Ellis, Andrew Sheridan, Steve Thompson, Julian White, Steve Borthwick, Danny Grewcock, Joe Worsley, Lewis Moody, Martin Corry (capt).

Hugo Southwell (Edinburgh Gunners), Chris Paterson (Edinburgh), Marcus Di Rollo (Edinburgh), Andrew Henderson (Glasgow Warriors), Sean Lamont (Northampton Saints), Dan Parks (Glasgow), Mike Blair (Edinburgh), Gavin Kerr (Leeds Tykes), Dougie Hall (Edinburgh), Bruce Douglas (Border Reivers), Scott MacLeod (Borders), Alastair Kellock (Edinburgh), Jason White (Sale Sharks, capt), Simon Taylor (Edinburgh), Allister Hogg (Edinburgh).

Geordan Murphy; Shane Horgan, Brian O'Driscoll, Gordon D'Arcy, Andrew Trimble; Ronan O'Gara, Peter Stringer; Marcus Horan, Jerry Flannery, John Hayes; Malcolm O'Kelly, Donncha O'Callaghan; Simon Easterby, David Wallace, Denis Leamy.

Remplaçants: R Best, S Best, M O'Driscoll, O'Connor, Reddan, Humphreys, Dempsey.

Lee Byrne (Scarlets); Mark Jones (Scarlets), Hal Luscombe (Dragons), Matthew Watkins (Scarlets), Dafydd James (Scarlets); Stephen Jones (Clermont Auvergne), Dwayne Peel (Scarlets); Duncan Jones (Ospreys), T Rhys Thomas (Blues), Adam Jones (Ospreys), Ian Gough (Dragons), Robert Sidoli (Blues), Colin Charvis (Newcastle), Martyn Williams (Blues), Michael Owen (Dragons, capt).

15 Lee Byrne, 14 Mark Jones, 13 Hal Luscombe, 12 Matthew Watkins, 11 Shane Williams, 10 Stephen Jones, 9 Dwayne Peel, 8 Michael Owen (rugby) (capitaine), 7 Martyn Williams, 6 Colin Charvis, 5 Robert Sidoli, 4 Ian Gough, 3 Adam Jones, 2 T Rhys Thomas, 1 Duncan Jones.

Remplaçants: 16 Mefin Davies, 17 Gethin Jenkins, 18 Jonathan Thomas, 19 Alix Popham, 20 Michael Phillips, 21 Nicky Robinson, 22 Gavin Henson.

15 Ezio Galon, 14 Pablo Canavosio, 13 Gonzalo Canale, 12 Mirco Bergamasco, 11 Ludovico Nitoglia, 10 Ramiro Pez, 9 Paul Griffen, 1 Salvatore Perugini, 2 Fabio Ongaro, 3 Carlos Nieto, 4 Santiago Dellapè, 5 Marco Bortolami (capitaine), 6 Sergio Parisse, 7 Maurizio Zaffiri, 8 Josh Sole.

Remplaçants: 16 Carlo Festuccia, 17 Andrea Lo Cicero, 18 Martin Castrogiovanni, 19 Carlo Del Fava, 20 Alessandro Zanni, 21 Simon Picone, 22 Cristian Stoica.

15 Thomas Castaignède, 14 Aurélien Rougerie, 13 Florian Fritz, 12 Damien Traille, 11 Christophe Dominici, 10 Frédéric Michalak, 9 Dimitri Yachvili, 8 Thomas Lièvremont, 7 Olivier Magne, 6 Yannick Nyanga, 5 Jérôme Thion, 4 Fabien Pelous (capitaine), 3 Pieter de Villiers, 2 Raphaël Ibañez, 1 Sylvain Marconnet.

Remplaçants: 16 Dimitri Szarzewski, 17 Olivier Milloud, 18 Lionel Nallet, 19 Julien Bonnaire, 20 Jean-Baptiste Elissalde, 21 Ludovic Valbon, 22 Cédric Heymans.

15 Josh Lewsey, 14 Mark Cueto, 13 Jamie Noon, 12 Mike Tindall, 11 Ben Cohen, 10 Charlie Hodgson, 9 Matt Dawson, 8 Martin Corry (capitaine), 7 Lewis Moody, 6 Joe Worsley, 5 Danny Grewcock, 4 Steve Borthwick, 3 Julian White, 2 Steve Thompson, 1 Matthew Stevens.

Remplaçants: 16 Lee Mears, 17 Andrew Sheridan, 18 Simon Shaw, 19 Lawrence Dallaglio, 20 Harry Ellis, 21 Andy Goode, 22 Tom Voyce.

15 Geordan Murphy, 14 Shane Horgan, 13 Brian O'Driscoll (capitaine), 12 Gordon D'Arcy, 11 Andrew Trimble, 10 Ronan O'Gara, 9 Peter Stringer, 8 Denis Leamy, 7 David Wallace, 6 Simon Easterby, 5 Paul O'Connell, 4 Malcolm O'Kelly, 3 John Hayes, 2 Jerry Flannery, 1 Marcus Horan.

Remplaçants : 16 Rory Best, 17 Simon Best, 18 Donncha O'Callaghan, 19 Jonny O'Connor, 20 Eoin Reddan, 20 David Humphreys, 21 Girvan Dempsey.

15 Hugo Southwell, 14 Chris Paterson, 13 Marcus Di Rollo, 12 Andrew Henderson, 11 Sean Lamont, 10 Dan Parks, 9 Mike Blair, 8 Simon Taylor, 7 Allister Hogg, 6 Jason White (capitaine), 5 Scott Murray, 4 Nathan Hines, 3 Bruce Douglas, 2 Dougie Hall, 1 Gavin Kerr.

Remplaçants : 16 Scott Lawson, 17 Craig Smith, 18 Alastair Kellock, 19 Jon Petrie, 20 Chris Cusiter, 21 Gordon Ross, 22 Simon Webster.

Byrne (Scarlets); James (Scarlets), Luscombe (Dragons), Watkins (Scarlets), S. Williams (Ospreys); S. Jones (Clermont Auvergne), M Phillips (Blues); Duncan Jones (Ospreys), R. Thomas (Blues), A. Jones (Ospreys), Gough (Dragons), Sidoli (Blues), Owen (Dragons, capt), M. Williams (Blues), Popham (Scarlets).

Remplaçants: M. Davies (Gloucester), Jenkins (Blues), J. Thomas (Ospreys), Dafydd Jones (Scarlets), A. Williams (Bath), N. Robinson (Blues), Henson (Ospreys).

Thomas Castaignède; Aurélien Rougerie, Florian Fritz, Damien Traille, Christophe Dominici; Frédéric Michalak, Dimitri Yachvili; Sylvain Marconnet, Raphaël Ibañez, Pieter de Villiers; Fabien Pelous, Jérôme Thion; Yannick Nyanga, Julien Bonnaire, Thomas Lièvremont.

Remplaçants: Dimitri Szarzewski, Olivier Milloud, Lionel Nallet, Olivier Magne, Jean-Baptiste Elissalde, Ludovic Valbon, Cédric Heymans.

Victoire du XV de France à l'issue d'un match très serré, grâce à une combinaison de Frédérik Michalak et Florian Fritz et un essai de ce dernier à six minutes de la fin du match.

Stoica (Montpellier); Canavosio (Calvisano), Canale (Clermont Auvergne), Mi Bergamasco (Stade Français), Nitoglia (Calvisano); Pez (Perpignan), Griffen (Calvisano); Parisse (Stade Français), Zaffiri (Calvisano), Sole (Viadana) ; Dellape (Agen), Bortolami (Narbonne, capt); Perugini (Calvisano), Ongaro (Treviso), Castrogiovanni (Calvisano).

Remplaçants: Festuccia (Gran Parma), Lo Cicero (L'Aquila), Del Fava (Bourgoin), Zanni (Calvisano), Picone (Treviso), Wakarua (Gran Parma), Galon (Parma).

Hugo Southwell, Chris Paterson, Marcus Di Rollo, Andrew Henderson, Sean Lamont, Gordon Ross, Chris Cusiter, Gavin Kerr, Scott Lawson, Bruce Douglas, Nathan Hines, Scott Murray, Jason White (capitaine), Simon Taylor, Allister Hogg.

Voyce - Cueto , Noon, Abbott, Cohen - (o) Goode, (m) Ellis - Moody, Corry (cap), Worsley - Shaw, Borthwick - White, Mears, Sheridan.

15 Geordan Murphy, 14 Shane Horgan, 13 Brian O'Driscoll (capitaine), 12 Gordon D'Arcy, 11 Andrew Trimble, 10 Ronan O'Gara, 9 Peter Stringer, 8 Denis Leamy, 7 David Wallace, 6 Simon Easterby, 5 Paul O'Connell, 4 Malcolm O'Kelly, 3 John Hayes, 2 Jerry Flannery, 1 Marcus Horan.

Remplaçants: 16 Rory Best, 17 Simon Best, 18 Donncha O'Callaghan, 19 Jonny O'Connor, 20 Eoin Reddan, 20 David Humphreys, 21 Girvan Dempsey.

En haut



Tournoi des candidats

Au jeu d'échecs, le tournoi des candidats est l'étape finale de la sélection du challenger pour le championnat du monde.

Créé par la Fédération internationale des échecs (FIDE) en 1950, le tournoi des candidats survient après le tournoi zonal et le tournoi interzonal et sert de qualification pour le championnat du monde : le vainqueur du tournoi des candidats est désigné pour rencontrer le champion en titre en match individuel. Le cycle complet du championnat du monde se déroule sur trois ans.

Jusqu’en 1962, le tournoi se déroulait en toutes rondes, chaque joueur rencontrant tous les autres candidats. Mais le grand maître américain Bobby Fischer a dénoncé ce système, car les joueurs soviétiques jouaient des nulles de salon entre eux pour être au meilleur de leur forme contre les non-soviétiques. Depuis 1965, le tournoi est donc à élimination directe avec une seule exception : le tournoi des candidats de Montpellier en 1985.

En 1993, un schisme eut lieu entre la Fédération internationale des échecs et la Professional Chess Association quant au mode de désignation du champion du monde, ce qui aboutit à une situation où l'on se retrouvait avec deux champions du monde : un champion FIDE, et en parallèle, un champion du monde dit « classique » désigné par la PCA.

Entre 1995 et 2005, le tournoi des candidats de la FIDE fut supprimé, le champion du monde étant désigné par un tournoi à élimination directe de 128 joueurs. En 2002, la société Braingames qui sponsorisait le championnat dit « classique » désigna le challenger de Vladimir Kramnik, en choisissant le vainqueur du tournoi de Dortmund 2002 : Péter Lékó. Ce dernier rencontra Kramnik en 2005 pour le titre et « perdit  » 7-7 (en cas d’égalité, le champion garde son titre).

En 2006, la FIDE renoua avec la tradition en recréant un tournoi des candidats qui désignera quatre des participants au prochain championnat du monde, auquel s’ajoutent les quatre premiers du Championnat du monde de la Fédération internationale des échecs 2005.

Elle a lieu à Moscou en septembre-octobre, le vainqueur est le premier à obtenir 5 victoires, avec un maximum de 24 parties. Le match va jusqu'à son terme, Karpov obtenant 3 victoires contre 2 à Kortchnoï et 19 nulles.

Fischer étant déchu de son titre, Karpov est désigné comme le champion du monde par la FIDE.

La FIDE a confié l'organisation d'un tournoi à 16 joueurs au Cercle Alekhine de Montpellier devenu depuis La Diagonale du Sud, pour désigner un candidat qui rencontrera le perdant du championnat du monde 1985.

À Montpellier, trois joueurs Arthur Youssoupov, Rafael Vaganian et Andrei Sokolov finirent avec 9/15. Jan Timman et Mikhail Tal, tous les deux avec 8,5/15 durent se départager. C’est Timman qui se qualifia.

La FIDE organise 7 huitièmes de finale, et l’ex champion du monde Anatoli Karpov est qualifié directement pour les quarts.

Ils furent tous disputés à Saint-John.

La FIDE donne à Anatoli Karpov le privilège d’entrer en Quarts de finale.

Ils eurent tous lieu à Bruxelles.

La FIDE modifie les règles. Après la sortie de la FIDE de Kasparov, Karpov est champion du monde FIDE « officiel ». Le champion sortant entre en demi-finale du tournoi des candidats.

Les huitièmes de finale se déroulèrent à Wijk aan Zee.

Les quarts de finales furent disputés à Sanghi Nagar.

Les demi-finales eurent aussi lieu à Sanghi Nagar.

L’organisation concurrente à la FIDE, la Professional Chess Association (PCA), conduite par Garry Kasparov, organise en parallèle son propre tournoi des candidats en 1994. En 1993 est organisé un grand tournoi où les 7 premiers seront qualifiés pour le tournoi des candidats, plus le vice-champion du monde PCA, Nigel Short.

Tous se jouèrent à New York.

En 2002 le sponsor Braingames organise la désignation du challenger du champion du monde classique Vladimir Kramnik. Le tournoi a lieu à Dortmund, en deux groupes de quatre, les deux premiers étants qualifiés pour les demi-finales.

La FIDE organise un tournoi des candidats pour la qualification au championnat du monde en juin 2007. Les quatre premiers du précédent championnat du monde FIDE rejoignent ces candidats lors du championnat du monde 2007 à Mexico. Les matchs se déroulent en 6 parties. En cas de match nul, les joueurs disputent 4 parties rapides de départage.

Aronian, Lékó, Grichtchouk et Gelfand rejoignent donc Anand, Kramnik, Svidler et Morozevitch pour le championnat du monde 2007 à Mexico.

En haut



Source : Wikipedia