Marilyn Monroe

3.3936291239991 (1758)
Posté par talos 01/05/2009 @ 14:14

Tags : marilyn monroe, acteurs, culture

Dernières actualités
Michael Mayer, Iggy Pop, Kasabian, Marilyn Monroe, etc.: La ... - yagg.typepad.com
De Marilyn Monroe à Pressure Drop, en passant Rod Stewart, Everything but the girl, Michael Mayer ou Pedro Almodovar, c'est la playlist Yagg de la semaine. Commentaires des membres de l'équipe ci-dessous. N'hésitez à commenter vous aussi!...
Marilyn Monroe à 24 ans ressurgit en photos - 20minutes.fr
En hommage à l'anniversaire de Marilyn Monroe, qui aurait eu 83 ans ce lundi 1er juin, le site Life.com a réuni dans un diaporama 17 photos inédites de l'actrice. Sur ces clichés en noir et blanc, Marilyn n'est pas encore la star que l'on connaît....
Un chanceux s'offre Carla Bruni-Sarkozy… nue! - Gala
Un inconditionnel de Marilyn Monroe. Lisez plutôt. C'est Carla Bruni, nue sur un lit défait, sublime, sous l'œil expert de la photographe de mode américaine Pamela Hanson. L'ancienne Carla, avant qu'elle ne devienne Sarkozy, dévoilant à demi son corps...
Megan Fox se rêvait en sex-symbol - News de stars
Telle Marilyn Monroe, elle voulait devenir un sex-symbol. Et on peut dire que le pari de la jeune femme de 23 ans est plutôt réussi, considérant qu'elle a été élue la femme la plus sexy du monde par le magazine FHM. « Je trouve que c'est merveilleux...
Les souvenirs de Marilyn Monroe vendus aux enchères - Actustar.com
Des biens provenant de la maison que Marilyn Monroe possédait à Brentwood ainsi que certains de ses vêtements et des photos dédicacées de sa main seront vendus aux plus offrants à la salle des ventes Julien's. Tous ces objets seront auparavant exposés...
Expo fashion : Marilyn Monroe fait main basse sur Jersey - Gala
«Marilyn Monroe c'est l'amour de ma vie» clame haut et fort David Gainsborough Roberts. Il faut dire que ce dernier possède l'une des plus grandes collections de costumes originaux de la blonde, sans parler de ses objets personnels…...
De Funès, c'est chic ! - nouvelobs.com
Et, à la maison, de Funès se livre à des imitations de son partenaire, qui pourraient lui valoir aujourd'hui d'épineux problèmes auprès de la Halde : «Mon père nous mimait la démarche unique de Jean Marais, plus proche de celle de Marilyn Monroe que de...
Vente aux enchères d´effets personnels de Monroe et de Presley - CCTV.com
Des objets ayant appartenus à Elvis Presley et Marilyn Monroe seront vendus aux plus offrant fin juin. Avant la vente, la maison d'enchères Julien's a présenté à la presse la collection. Fin de culturama, merci de votre attention et à bientôt....
Il était une fois - Le Figaro
Avec l'accession de John F. Kennedy à la présidence des Etats-Unis, tandis que Marilyn Monroe passera des bras de Sam Giancana à ceux de « Mister President », Sinatra s'éloignera peu à peu de ses amis gênants. Dans les années 70-80, jusque-là très...

Marilyn Monroe

Marilyn Monroe en 1945

Marilyn Monroe, de son vrai nom Norma Jeane Mortenson, est une actrice et chanteuse américaine née le 1er juin 1926 à Los Angeles, Californie et décédée le 5 août 1962 à Los Angeles. Elle accède au statut de star hollywoodienne au début des années 1950, devenant un sex-symbol dont la puissance ne s'est pas affaiblie encore aujourd'hui.

En dépit de son immense notoriété, sa vie privée fut un échec et sa carrière la laissa insatisfaite tout au long de sa vie. Les causes de sa mort demeurent l'objet de vives spéculations : surdosage de somnifères ou assassinat politique.

Objet de nombreuses "imitations", elle a inspiré de nombreuses actrices et célébrités, comme Jayne Mansfield, Anna Nicole Smith ou encore Madonna. Elton John lui a dédié en 1973 la chanson Candle in the wind.

Marilyn Monroe naît le 1er juin 1926 à l'hôpital général de Los Angeles en Californie, sous le nom de Norma Jeane Mortenson. Le prénom Norma fut choisi par sa mère en référence à l'actrice Norma Talmadge. Plus tard, Marilyn Monroe supprimera le « e » final de « Jeane ». Sur le certificat de naissance apparaissent les noms de sa mère, Gladys Monroe, et du mari de celle-ci à l'époque, Martin Edward Mortensen (cf. "Paternité"). Gladys et Edward vivent déjà séparés au moment de sa naissance ; ils divorceront en août 1928.

Gladys Pearl Monroe, née le 24 mai 1900 au Mexique de parents américains, travaille comme monteuse dans l'industrie cinématographique et a déjà eu deux enfants (un garçon et une fille) d'un premier mariage avec Jack Baker, dont Marilyn adoptera le patronyme en 1938. Elle connaît autant de liaisons sentimentales sans lendemain que de problèmes psychologiques et de santé. Pendant une très longue période, elle ne pourra pas s'occuper de sa fille qui sera confiée, entre autres, à des familles d'accueil, ainsi que de ses deux autres enfants.

Norma Jeane vit ainsi chez Albert et Ida Bolender à Hawthorne (Californie) pendant les sept premières années de sa vie. Dans son autobiographie (cf. "Bibliographie"), Marilyn mentionne qu'elle ne savait pas qui était "cette dame rousse" (sa mère) qui lui rendait visite de temps en temps pendant cette période. En 1933, elle peut vivre quelque temps avec elle à Hollywood mais en 1934, Gladys endure une nouvelle dépression et Norma Jean est placée successivement dans des foyers puis dans un orphelinat. Grace McKee, la meilleure amie de Gladys, demande en 1936 à devenir la tutrice de Marilyn, ce qui sera officialisé en 1937. Norma Jeane va vivre les années suivantes avec Grace et son mari, Ervin Goddard, à Van Nuys (Californie) mais également dans un nouvel orphelinat.

Marilyn a écrit qu'elle avait atteint la puberté vers 12-13 ans. Enfant assez solitaire, c'est durant cette période qu'elle est agressée sexuellement par Ervin Goddard, puis par son cousin germain Jack Monroe . La meilleure période de son enfance, elle l'a passée à cette même époque avec Ana Lower, la tante de Grace.

En 1941, elle retourne chez Grace et fréquente James "Jim" Dougherty, un voisin de cinq ans son aîné, ouvrier dans la première usine de drones radio-commandés, la Radioplane Company créée par l'acteur Reginald Denny. Grace organise leur mariage qui a lieu le 19 juin 1942, soit quelques jours après son seizième anniversaire. Un an plus tard, Jim rejoint les marines et Norma Jeane travaille à l'ignifugation des ailes d'avions et à l'inspection des parachutes dans l'usine de son mari.

Ce qu'a relaté Marilyn de sa vie de femme mariée ne correspond en rien aux affirmations que Jim a faites beaucoup plus tard. Alors qu'elle raconte que la sexualité ne l'intéressait pas à cet âge et qu'elle considérait Jim plutôt comme un grand frère, lui s'étend sur l'initiation dont il a fait profiter sa jeune épouse.

En 1944, elle rencontre pour la première fois sa demi-sœur, Bernice Baker, dans le Tennessee ; son demi-frère, Hermitt Jack, étant mort plus tot dans les années 1920.

La première photo quasi professionnelle de Norma Jeane est prise à l'automne 1944 par le photographe David Conover dans le cadre d'une campagne de l'armée américaine pour illustrer l'implication des femmes dans l'effort de guerre. Tout s'enchaîne ensuite assez rapidement puisque, en quelques mois, elle fait la couverture d'une trentaine de magazines de pin-ups et commence à se faire connaître comme la Mmmmm girl. Elle éclaircit la couleur de sa chevelure et abandonne son travail pour se consacrer à sa carrière de mannequin, notamment auprès de l'agence Blue Book Model. En décembre 1945, elle tourne son premier film test pour l'agence, afin de promouvoir des maillots de bain.

Elle divorce de Jim, avec lequel elle n'a que peu de contacts en raison de l'éloignement, en 1946. Cette même année, pendant quelques mois, elle loge sa mère avant que celle-ci ne reparte dans une institution spécialisée afin d'être soignée.

Norma Jean est remarquée par Howard Hughes qui veut l'engager dans sa société cinématographique, la RKO mais son agent pour le cinéma a plus d'ambition pour la jeune starlette : elle signe donc son premier contrat le 26 juillet 1946 avec la 20th Century Fox (non renouvelé après deux films). La Fox la rebaptise Marilyn Monroe, le prénom Marilyn inspiré par l'actrice Marilyn Miller et le nom Monroe venant de sa mère. Elle gagne 75 USD par semaine pendant six mois. C'est à cette époque que son nom apparaît pour la première fois dans la chronique de la critique Hedda Hopper. En mars et en mai 1947, tournages respectifs de Bagarre pour une blonde et Dangerous Years. En 1947, elle monte également sur scène. et aurait vécu son premier avortement.

Elle obtient un nouveau contrat à la Columbia et tourne dans Les Reines du music-hall (tourné en juillet 1948) dans lequel des critiques remarquent ses qualités de chanteuse. Elle rencontre Johnny Hyde, son nouvel agent à la William Morris Agency, qui va faire beaucoup pour sa carrière. Il devient non seulement la figure paternelle dont elle avait besoin, mais également son amant. Elle joue un tout petit rôle dans La Pêche au trésor des Marx Brothers (février 1949). Sous le nom de Mana Monroe, parce qu'elle a besoin d'argent, elle pose nue sur un calendrier pour le photographe Tom Kelly, photos qui vont faire le tour du monde quelques années plus tard lorsqu'elle sera devenue célèbre (cf. "Nudité dans sa carrière"). Elle apparaît également dans un film important : Quand la ville dort (octobre 1949).

Elle obtient un rôle remarqué dans Ève (mai 1950). En septembre, Photoplay Magazine fait paraître le premier article de fond sur elle : How a star is born? (« Comment naît une vedette ? »), faisant allusion au film A Star Is Born de William A. Wellman (1937). Elle sera à l'écran six fois lors de cette année faste.

En janvier, elle rencontre pour la première fois le dramaturge Arthur Miller. Le 29 mars 1951, elle remet l'Oscar du meilleur son à Thomas T. Moulton pour Ève ; cela sera sa seule apparition à cette remise de prix. En mai 1951, elle signe un nouveau contrat de sept ans avec la Fox, à 500 US$ par semaine avec possibilité d'augmentation. Elle tourne Nid d'amour (juin 1951), Chéri, divorçons (juillet 1951) et Le démon s'éveille la nuit (automne). Fin 1951, elle reçoit plus de courrier que certaines stars établies de la Fox. Certains commentateurs de sa vie mentionnent une tentative de suicide en décembre.

Début 1952, elle tourne Troublez-moi ce soir (son premier grand rôle) puis Chérie, je me sens rajeunir (janvier-février), où elle apparaît pour la première fois en blonde platine, sa nouvelle image et sa future marque de fabrique. Elle rencontre Joe DiMaggio, légende vivante du baseball, qui vient de prendre sa retraite. En mars éclate l'affaire du calendrier qui, loin de ternir sa carrière, ajoutera à sa notoriété (cf. "Nudité dans sa carrière"). 7 avril 1952 : première apparition à la une du magazine Life. Son salaire augmente mais n'atteint toujours pas le niveau des vedettes de la Fox. La presse révèle que sa mère a été patiente dans un hôpital psychiatrique alors que Marilyn avait raconté être orpheline. Pour Le démon s'éveille la nuit qui sort cette année-là, son nom est pour la première fois au-dessus du titre du film. Elle tourne aussi Niagara (juin) puis Les hommes préfèrent les blondes (novembre) pour lequel elle est payée environ 15 000 US$, alors que Jane Russell reçoit dix fois plus. Après ce film, les deux actrices sont invitées à apposer leurs empreintes dans le ciment frais devant le Grauman's Chinese Theatre, juste à côté du trottoir du Walk of Fame d'Hollywood Boulevard.

Elle prend des médicaments pour maintenir sa ligne et tourne Comment épouser un millionnaire en mars 1953. Elle touche maintenant 1 500 US$ par semaine (alors que des vedettes n'ayant pas son aura auprès du public en touchent 5 000, voire 10 000). Elle tourne La Rivière sans retour en août 1953 mais refuse The Girl in Pink Tights, car elle doit y jouer une blonde bête et sexy. Elle enregistre parallèlement plusieurs chansons pour la firme RCA.

Le 14 janvier, elle épouse Joe DiMaggio. Le mois suivant, elle divertit les soldats américains en Corée. C'est l'époque aussi des premiers somnifères. Elle travaille avec Ben Hecht sur son autobiographie dont elle recevra le premier jet en avril (le livre ne paraîtra qu'en 1974 pour la première fois, et très modifié). Elle tourne La Joyeuse Parade (mai 1954) pendant lequel elle a ses premières absences pour maladie. Elle confie à sa coach et amie Natasha Lytess que DiMaggio la bat. 1954 marque aussi sa rencontre avec la famille Strasberg : Lee, créateur de l'Actors Studio et de la "Méthode", Paula sa femme, qui deviendra plus tard un véritable gourou pour Marilyn, et leur fille Susan qui joue avec Marilyn dans Sept ans de réflexion (août 1954). Octobre: divorce avec Joe DiMaggio qui sera officialisé un an plus tard, en octobre 1955; leur union n'aura duré que huit mois.

En janvier, elle fonde la société Marilyn Monroe Productions avec Milton Greene, un photographe de ses amis. Elle suit des cours à l'Actors Studio de Lee Strasberg. En mai, elle rencontre le romancier Arthur Miller. Au 31 décembre, elle signe un nouveau contrat avec la Fox qui lui donne enfin plus de pouvoir : 100 000 US$ par film, 500 US$ par semaine pour frais divers, droits de regard sur le scénario, sur le metteur en scène et sur le chef de la photographie; elle peut de plus jouer dans un nombre égal de films auprès de la concurrence qu'avec la Fox.

En mars 1956, elle adopte officiellement son nom d'artiste en lieu et place de son nom de baptême, Norma Jeane Mortenson. Elle tourne Arrêt d'autobus puis épouse Arthur Miller qui a divorcé de sa femme Mary quelques mois auparavant. Elle tourne la première production de sa société, Le Prince et la Danseuse (août 1956), pendant laquelle elle apprend qu'elle est enceinte ; elle fera une fausse couche puis une deuxième, quelques mois plus tard, en 1957. Cette même année, elle aurait eu une relation sexuelle avec Elvis Presley, de dix ans son cadet, à l'hôtel Beverly Wilshire selon les dires de l'ancien agent du rocker, Byron Raphael, au New York Post. Il aurait gardé le secret depuis 50 ans pour ne pas nuire à leurs carrières respectives.

Marilyn commence à voir presque tous les jours un psychiatre et plusieurs psychanalystes, dont Anna Freud.

Sa santé se détériore : elle prend du poids, boit et devient irascible. Elle refuse plusieurs offres de films mais accepte Certains l'aiment chaud, tourné dès le mois d'août. Un surdosage de somnifères la conduit à l'hôpital en septembre. Marilyn tombe de nouveau enceinte, ce qui se solde par une nouvelle fausse couche.

Elle signe un contrat pour un film dont le tournage ne débutera que l'année suivante.

Elle tourne Le Milliardaire (début 1960) et a une liaison avec Yves Montand. Marilyn voit son psychiatre, le docteur Ralph Greenson, quasiment tous les jours : il exerce une influence déterminante sur sa patiente. Au début de l'année, elle fréquente le président John F. Kennedy, rencontré en 1954 ou 1955. Elle joue dans Les Désaxés (juillet), film écrit pour elle par Arthur Miller. Nouveau séjour à l'hôpital pour surdosage de médicaments. La séparation avec Miller est officialisée.

Le divorce est prononcé en janvier. Marilyn se fait interner dans un hôpital, mais passe par erreur quelques jours dans la section psychiatrique, d'où DiMaggio la fait sortir (malgré leur divorce, ils continuent à passer beaucoup de temps ensemble). Elle fait la connaissance de Robert Kennedy, le frère du président. Elle subit par ailleurs sa sixième opération d'ordre gynécologique (sur plusieurs années), due à des complications diverses. Marilyn rencontre sa demi-sœur, voit beaucoup Frank Sinatra, mène ses premières discussions pour son prochain film et passe le nouvel an avec DiMaggio.

En janvier, elle acquiert une demeure à Brentwood dans les environs de Los Angeles. Elle effectue des allers-retours entre son médecin Greenson et DiMaggio, et fait un coma après l'absorbtion de barbituriques alors qu'un nouveau film se met en place. En mai 1962 ont lieu les premières prises de Something's Got to Give, perturbées par les arrêts maladie successifs de Marilyn. Pour ce film, elle reçoit 100 000 US$, alors qu'il semble que le réalisateur George Cukor et l'acteur Dean Martin toucheront chacun 300 000 US$. La presse étrangère lui décerne le prix de la plus grande vedette de l'écran à Los Angeles quelques semaines auparavant. Marilyn quitte une nouvelle fois le tournage, malgré l'interdiction des studios, pour assister à l'anniversaire de John F. Kennedy à New York au cours duquel elle interprète le célèbre Happy Birthday, Mister Président. Jacqueline Kennedy s'oppose à sa venue à la fête privée de son mari.

Le 1er juin, jour de son 36e anniversaire, elle est de retour sur le plateau où une fête est organisée en fin de journée en son honneur : ce sera sa dernière apparition professionnelle. Le 7, la Fox la renvoie. Des négociations sont immédiatement engagées : le 20, la Fox annonce la reprise du tournage sous peu. Marilyn, dans le cadre d'une campagne de relations publiques pour restaurer son image auprès du grand public, participe à des séances photos avec plusieurs photographes de premier plan et des interviews avec de grands magazines. DiMaggio et elle évoquent un remariage et une date est même arrêtée : le 8 août 1962. D'autres projets de films sont discutés comme I Love Louisa et The Jean Harlow Story. La dernière semaine de sa vie est riche en ordonnances pour des somnifères, prescrites par au moins deux médecins.

Le vendredi 3 août est consacré à de nombreux appels téléphoniques professionnels et privés, et des rencontres avec son psychiatre et avec son amie Pat Newcomb. Le samedi est identique : appels téléphoniques, travail dans le jardin avec le docteur Greenson et balade sur la plage avec l'acteur Peter Lawford, beau-frère des Kennedy. Certains témoignages la décrivent sous l'influence de tranquillisants. À 19h45, elle a encore une conversation téléphonique avec Lawford, où elle semble déprimée et confuse. Il rappelle un peu plus tard mais la ligne est en dérangement. Il passe plusieurs appels à des proches pour la joindre tout de même. Finalement jointe, Eunice Murray, la gouvernante engagée à la demande du docteur Greenson, indique que tout va bien : il est alors 20h30. L'écrivain Donald Spoto, auteur d'une biographie de l'actrice, pense qu'à ce moment Marilyn est déjà morte ou en train de mourir de surdosage.

C'est à partir de cet instant que les versions diffèrent : qui est venu ? Quand ? Pourquoi ? Qui a averti ? Et, surtout, à quel moment Marilyn est-elle morte exactement ? Lorsque la police arrive chez elle à 4h35, le dimanche 5 août 1962, Marilyn, nue sur son lit, est morte. Deux des proches médecins sont pourtant déjà sur place. Le mystère ne fait alors que commencer...

Le 6 août, DiMaggio et la demi-sœur de Marilyn réclament le corps de Marilyn et organisent, le 8 août, des funérailles privées au cimetière Westwood Memorial Park de Los Angeles, auxquelles seules 24 personnes, triées sur le volet, sont conviées.

Marilyn, qui avait tourné dans 30 films, avait 36 ans.

Un quatrième mariage aurait été contracté avec un certain Robert Slatzer, qui a écrit avoir été l'ami et l'amant de Marilyn sur une assez longue période. Selon lui – car il semble que les amis de Marilyn ne l'aient pas connu –, Robert Slatzer, à cette époque journaliste, aurait été uni à l'actrice quelques jours, en octobre 1952. Mais cette union reste vraiment sujette à caution en raison de l'absence de tout document officiel. Slatzer déclarera, plus tard, que le mariage avait été annulé sous la pression des studios américains. Un chèque signé de la main de Marilyn, le 4 octobre 1952, dans une boutique de luxe de Los Angeles, invalide fortement les propos de Slatzer.

Comme Marilyn s'est souvent confiée à des proches, la liste de ses amants a pu être quasiment reconstituée et est devenue pour ainsi dire publique. Parmi les plus connus, on trouve Marlon Brando - qui a toujours refusé de s'exprimer à ce sujet -, Charlie Chaplin Jr. (le fils de Charles Chaplin), Sammy Davis Jr., le photographe André de Dienes, Howard Hughes, Elia Kazan, John F. Kennedy, Robert Kennedy, Yves Montand, Frank Sinatra et Elvis Presley.!Tout cela est sujet à caution mais appartient désormais à la légende.

En mai 1949, alors qu'elle boucle difficilement son budget, Marilyn pose nue pour un calendrier mural (connu sous le nom de calendrier Golden dreams, à savoir les célèbres photographies sur un fond de velours rouge) pour la somme de 50 US$.

La poste américaine, le jugeant pornographique, en interdit la diffusion dans certains États. Une version retouchée est alors apparue avec des vêtements dessinés sur la photo originale.

En 1952, alors qu'elle bénéficie déjà d'une notoriété certaine, la presse en rappelle l'existence et crée un petit scandale dont Marilyn se sort très bien en mettant en avant le besoin dans lequel elle se trouvait financièrement ; en décembre 1953, quelques-unes de ces photos apparaissent dans le premier numéro du magazine Playboy, son éditeur Hugh Hefner ayant racheté les clichés.

Il y a également eu longtemps la rumeur que Marilyn avait joué, pour les mêmes raisons, dans des films érotiques ou pornographiques, dont un blue movie intitulé Apple Knockers and the Coke Bottle (littéralement Les Pommes amortisseurs et la Bouteille de coca). Des photos ont même été présentées dans des magazines érotiques dans le monde entier. En 1982, Playboy a infirmé cette rumeur en précisant que l'actrice de ce film était une ancienne playmate de 1954, Arlene Hunter (aussi orthographiée Arline), une blonde qui ressemblait assez à Marilyn jeune, il est vrai.

En juin 1962, Marilyn Monroe participe à sa dernière séance de tournage. Contactée par le photographe Bert Stern, elle arrive au rendez-vous, dans une magnifique suite d'un grand hôtel de New York, avec quatre heures de retard. Elle pose pendant plus de douze heures. Le résultat est magnifique : plus de 1 500 photos, dont les plus connues sont les « nus » où Marilyn montre une beauté extrêmement moderne. Les photos sont toujours exposées tous les ans aux quatre coins de la planète. La dernière exposition a eu lieu au musée Maillol à Paris en 2006.

Marilyn commence en 1962 le tournage de Something’s Got To Give de George Cukor. Ce tournage est interrompu en juin 1962, Marilyn étant trop épuisée physiquement. Elle est contrainte, ainsi que Dean Martin son partenaire qui prend sa défense, à payer des dommages et intérêts à la Fox pour rupture de contrat. Marilyn organise une campagne publicitaire et obtient le renouvellement du contrat le 1er août 1962. En échange d'honoraires dignes de la vedette qu'elle était, elle s'engage à renvoyer Paula Strasberg, son professeur. Ces conditions remplies, on s'attend à la reprise du tournage de Something's Got To Give le plus vite possible.

Très instable psychologiquement, elle décède brutalement dans la nuit du 4 au 5 août. Les raisons de son décès restent aujourd'hui encore l'objet de polémiques. Le rapport du médecin-légiste de Los Angeles parle de suicide probable, dû à une surdose de barbituriques.

Selon le romancier américain Norman Mailer, Marilyn aurait été victime d'un complot ourdi par le F.B.I. et la C.I.A. dans le but d'accumuler des preuves contre les Kennedy. L'écrivain en fait la première victime d'une série d'assassinats politiques incluant les Kennedy, Malcolm X et Martin Luther King.

Selon Anthony Summers qui enquêta sur sa mort, on s'employa à tous les échelons des intimes et du pouvoir (Robert Kennedy, alors ministre de la Justice, était selon la rumeur l'amant de l'actrice) à faire du suicide volontaire ou involontaire de Marilyn quelque chose d'inéluctable.

D'après Don Wolfe, Marilyn Monroe a été assassinée. Cette version impliquerait Robert Kennedy et tout un ensemble de proches de l'actrice qui se seraient tus pendant des années.

Selon Donald Spoto, l'un de ses biographes les plus fiables, Marilyn est décédée à la suite d'une erreur médicale. On lui aurait administré un lavement à l'hydrate de chloral (le chloral lui permettait de dormir) alors qu'elle avait absorbé, préalablement, du Nembutal. Le mélange de ces deux substances peut, paraît-il, s'avérer fatal.

Cette mort mystérieuse a inspiré dès 1963 la chanson Who killed Norma Jean ? de Norman Rosten et Pete Seeger.

La robe que Marilyn Monroe portait lors de l'anniversaire du président John Fitzgerald Kennedy avait été vendue à 1,3 million de dollars aux enchères en 2006. Cette robe fourreau en gaze de soie rose parsemée de strass est ainsi devenue la robe la plus chère au monde, devançant celle que la princesse Diana portait pour danser avec John Travolta, vendue pour 222 500 dollars en juin 1997.

Marilyn Monroe affiche, plus de 45 ans après sa mort, un revenu annuel estimé par le magazine Forbes à 9 millions de dollars. Elle est de ce fait considérée comme l'icone féminine la plus lucrative au monde.

Pour l'anecdote, les quelque 576 lots vendus aux enchères par la maison Christie's les mercredi 27 et jeudi 28 octobre 1999 à New York avaient été légués par Marilyn à Lee Strasberg dans l'idée qu'il les remettrait à leur cercle d'amis, ce qu'il n'a pas fait : les biens ont été thésaurisés et, à la mort de Lee, transmis à sa deuxième épouse, Anna Strasberg, qui a finalement décidé de les vendre. Le montant total des enchères, estimé entre 10 et 15 millions de dollars, s'est élevé à 13,4 millions de dollars.

L'actrice a également été le sujet d'une célèbre série de sérigraphies réalisée par le « pape » du Pop art, Andy Warhol en 1964. C'est l'une des œuvres de l'artiste les plus reproduites à ce jour. En 1967, l'exposition Hommage to Marilyn Monroe rassemble de nombreux artistes de la tendance "Pop" à la galerie Sydney Janis de New York.

C'est la comédienne Claire Guibert qui a prêté sa voix à Marilyn dans la plupart des versions françaises de ses films mais elle a également été doublée par Mony Dalmès (Les hommes préfèrent les blondes, Comment épouser un millionnaire) et Claude Daltys (Quand la ville dort).

Il s'agit d'une bibliographie incomplète, puisque de nombreux ouvrages en français sont disponibles. Les livres en anglais, comme les éditions épuisées, sont mentionnés en raison de leurs qualités et il peut être assez facile de les trouver sur internet, neufs ou d'occasion.

En haut



Les Désaxés (film)

Les Désaxés (The Misfits) est un film américain de John Huston sorti en 1961.

Reno dans le Nevada, la ville des mariages expéditifs... et aussi celle des divorces rapides.

Le mécanicien sur automobiles Guido conduit Roslyn au tribunal pour le divorce de celle-ci ainsi que son amie et logeuse Isabelle. Guido rencontre son ami le cow-boy Gay, un aventurier dilettante. Le hasard fait que tous se retrouvent dans un bar après l'officialisation du divorce, et que tous ont envie d'« autre chose ». Ils décident d'aller faire un tour et se rendent à la maison de campagne de Guido. Guido et Gay tombent sous le charme de Roslyn et lui demandent de rester quelques jours de plus à Reno avant de retourner chez elle. Ils boivent et ils dansent. Guido essaie même de l'embrasser, sans succès. Gay lui propose de la ramener chez elle mais ils retournent finalement dans la maison de Guido où ils se retrouvent seuls pour leur première nuit.

Ils passent ensemble quelques jours heureux, même si Gay doit accepter l'amour qu'elle porte aux animaux. Il aimerait aussi savoir pourquoi elle est toujours aussi triste.

Quelques jours plus tard, Guido et Isabelle leur rendent visite. Pour aller capturer des chevaux sauvages, Gay et Guido ont besoin d'un troisième homme: ils vont aller le chercher au tout prochain rodéo. Sur le chemin, ils rencontrent le cow-boy Perce à qui ils proposent la chasse aux mustangs. Isabelle les quitte. Après un verre dans un bar, Perce participe au rodéo, mais cela ne se passe pas très bien pour lui puisqu'il se blesse. Un retour au bar devrait remettre les idées en place et tous deviennent plus ou moins saouls et se comportent en conséquence. Perce est aussi tombé amoureux de Roslyn.

Le lendemain, ils vont chasser les quelques chevaux repérés, les attrapent et finalement les relâchent à l'insistance de Roslyn. Elle annonce qu'elle partira le lendemain.

Les Désaxés est le dernier film de Clark Gable, né le 1er février 1901, décédé le 16 novembre 1960, soit quelques jours après la fin du tournage (4 novembre). Il avait 59 ans. Les relations avec Marilyn Monroe furent tendues sur le plateau, au point que certains témoignages rapportent une réflexion malheureusement prémonitoire de Gable au sujet de sa partenaire : « She almost killed me ».

Marilyn a été rendue responsable de la rapide chute de santé de Gable (puis de sa subite mort quelques jours plus tard) en raison de son mode de travail (retards incessants, prises des scènes multipliées à l'envi...), notamment par la dernière femme de Gable, Kay (de plus enceinte à cette époque), ce qui l'a jetée dans une nouvelle phase de dépression. Elle n'alla pas assister à la cérémonie funéraire de la star défunte. Kay l'invita cependant au baptême du fils que Clark ne connaîtrait jamais, ce qui était une manière de montrer que Marilyn n'avait aucune responsabilité quant au décès de son mari. On a ensuite mentionné le fait que Gable avait tenu à jouer toutes ses scènes dans le film, y compris les cascades, qui l'ont beaucoup sollicité et fatigué. Cf. Clark Gable ci-dessus également.

En haut



Something's Got to Give

Something's got to give est un film américain inachevé de George Cukor débuté en 1962. Il appartient aux œuvres cinématographiques inachevées les plus célèbres de l'Histoire du cinéma en raison des problèmes posés par les absences répétées de son icône Marilyn Monroe pendant le tournage puis la disparition tragique de celle-ci qui stoppa net le film.

Nota bene: Les données ci-après se basent sur la rénovation du film produite en 2001 pour la télévision américaine dans le programme "Marilyn Monroe - The final days" (Marilyn Monroe - Les derniers jours).

Dans une salle de tribunal, Nicholas Arden épouse Bianca Russell, après avoir fait valider le décès de sa première femme qui a disparu en mer cinq ans auparavant, délai légal dans ce genre de situation.

Mariés, Nick et Bianca partent en voyage de noces à Honolulu.

Ellen, la première femme de Nick, qui vient d'être retrouvée par un sous-marin américain sur une île après y avoir vécu cinq années, retourne "chez elle". Le chien la reconnaît mais pas ses enfants... alors elle ne leur révèle pas qui elle est en vérité.

Au retour de leur lune de miel, Nick et Bianca rencontrent Ellen qui se présente sous le nom de Miss Ingrid Tic, qui "prend soin des enfants". Évidemment Nick la reconnaît immédiatement mais ne se manifeste pas.

Un blocage qui est aussi nommé par elle par le sympathique euphémisme "That shyness" (Cette timidité).

Nick, depuis la maison, surprend Ellen dans la piscine: elle semble nager nue. Un représentant en assurances vient lui révéler que sa femme semble avoir été retrouvée avec un homme avec qui elle aurait partagé pendant cinq années son exil forcé sur une île et qu'ils se nommaient entre eux Adam et Ève. Avec un homme? Cinq ans? Adam et Ève?

À ce sujet, un Nick jaloux fait la leçon à Ellen mais elle lui rappelle aussi que, en deux jours, il n'a toujours pas parlé à Bianca de son retour.

Nick va ensuite découvrir qu'Adam - Stephen de son vrai nom - est un très beau jeune homme qui a beaucoup de succès avec les femmes. Cela renforce son doute. Au même moment, Ellen va quérir un homme tout à fait commun pour le faire passer pour Adam auprès de Nick. Ellen ne sait pas que Nick sait et une rencontre entre Nick et le faux Adam est organisée. Tout semble être expliqué...

En haut



Claire Guibert

Claire Guibert (de son vrai nom Lucette Renée Guibert) est une actrice française née le 24 septembre 1924 à Paris.

Spécialisée dans le doublage, elle a prêté son timbre de voix unique fait de sensualité et de féminité exacerbée aux plus belles actrices de l'écran : Marilyn Monroe (pratiquement pour tous ses films), Vivien Leigh (dans Autant en emporte le vent), Susan Hayward, Anne Baxter, Rosanna Schiaffino, Sandra Milo, Elsa Martinelli...

En haut



Arthur Miller

Arthur Miller

Arthur Asher Miller (New York, États-Unis, 17 octobre 1915 - Roxbury, États-Unis, 10 février 2005) est un dramaturge, écrivain et essayiste américain.

Miller est une figure importante de la littérature et du cinéma américain du XXe siècle. Il a écrit un nombre important de pièces de théâtre dont les plus connues sont les Sorcières de Salem (The Crucible) et Mort d’un commis voyageur (Death of a Salesman) qui sont toujours abondamment jouées. Miller est aussi connu pour son court mariage avec Marilyn Monroe.

Miller naît dans une famille d’immigrants polonais juifs de la classe moyenne, à Brooklyn (New York, États-Unis). Son père, Isadore Miller, illettré, a du succès dans son métier de tailleur d’habits féminins. Sa mère, Augusta, est institutrice. Arthur a un frère ainé et une petite soeur: Kermit, qu’il admire beaucoup, et Joan. Toute la famille vit à Manhattan, près de Central Park jusqu’en 1929. La Grande Dépression ruina son père, ce qui amena la famille à déménager pour Harlem. L'écriture de Miller fut fortement influencée par cet événement.

Miller est scolarisé à la Public School #24 de Harlem, de 1920 à 1928. Il voit sa première pièce (un mélodrame) jouée au Schubert Theatre en 1923. À la Lincoln High School de Brooklyn, Miller est un élève médiocre mais un athlète confirmé. Il apparait généralement comme un non-intellectuel. Il dit lui-même que : "si j'avais une idéologie, c'est ce que j'avais appris des journaux Hearst".

Il est refusé aux universités de Michigan et Cornell et commence à travailler dans un entrepôt de pièces détachées pour automobiles, où Miller est confronté à l’anti-sémitisme, ce qui influencera aussi ses œuvres.

A cette époque, Miller lit les œuvres de Charles Dickens et de Fedor Dostoïevski. Il économise une grande partie de son salaire pour pouvoir en 1934 postuler de nouveau à l’Université du Michigan où il est cette fois reçu.

A l’Université de Michigan, Miller étudie le journalisme et le théâtre, s’intéressant particulièrement au théâtre classique grec et aux œuvres d’Henrik Ibsen. Pendant les vacances du printemps 1936, il écrit pour l’Avery Hopwood Award (qu’il remporte) sa première vraie pièce : Honors at Dawn. La pièce a comme sujet une grève et l’incapacité du héros de s’exprimer.

En 1938, Miller est diplômé en anglais. Il garde de ses études outre les bases qu’il lui faut pour devenir le dramaturge qu’on connaît, une blessure de football américain qui lui vaudra d’être exempté de service militaire pendant la Seconde Guerre mondiale.

De plus, l’université l’honorera par la suite, en lui décernant un Doctorat honoraire de Humane Letters en 1956.

En 1940, il épouse Mary Slattery. Il en divorcera en 1956.

En 1949, Mort d’un commis voyageur gagne le prix Pulitzer, trois Tony Awards et le New York Drama Critics Circle Award. C’est la première pièce à avoir jamais gagné les trois. Sa pièce suivante, les Sorcières de Salem est jouée pour la première fois à Broadway le 22 janvier 1953.

En juin 1956, en plein maccarthisme, il est convoqué pour s’expliquer devant la Commission des activités non-américaines. Il a en effet été nommé par Elia Kazan comme ayant assisté à des meetings du Parti communiste des États-Unis d'Amérique. Il admet être allé à certaines réunions mais nie être communiste. Il a en effet assisté à 4 ou 5 réunions d'auteurs sponsorisés par le parti communiste en 1947. Il a aussi apporté son soutien à une conférence pour la paix au Waldorf-Astoria de New York. Et il a signé de nombreux appels et pétitions. Il refuse cependant de citer d'autres personnes associées à des groupes gauchistes ou supposés communistes.

Le 31 mai 1957, Miller est déclaré coupable d’outrage au Congrès pour avoir refusé de révéler les noms de membres d’un cercle littéraire suspecté d’affiliation communiste. Sa condamnation sera annulée le 8 août 1958 par la cour d’appel américaine.

C’est aussi en 1958 que Miller publie un recueil de ses pièces, intitulé Collected Plays.

Le 29 juin 1956 il épouse Marilyn Monroe que Kazan lui avait présenté 8 ans auparavant. Le 24 janvier 1961, ils divorcent. C’est un an plus tard, le 17 février 1962, qu’Arthur Miller épouse Inge Morath. Ils s’étaient rencontrés lorsque elle et d’autres photographes de l’agence Magnum faisait un reportage sur The Misfits. Ils auront deux enfants : Rebecca et Daniel. D’après le biographe Martin Gottfried, Daniel est né en 1962 atteint de trisomie 21. Miller l’a placé dans une institution à Roxbury et ne lui a jamais rendu visite (bien que Morath si). Miller ne parle pas de Daniel dans Timebends, son autobiographie de 1987.

Miller est politiquement actif tout au long de sa vie. À la convention démocrate de 1968 il sera même délégué pour Eugene McCarthy.

Miller est l’un des fondateurs du International PEN’s Writers in Prison Comittee. En 1965 il en est élu président, une fonction qu’il occupera 4 ans.

En 1985, il visite la Turquie et y est honoré à l’ambassade américaine. Mais il quitte le pays plus tôt que prévu, en protestation après que son compagnon de voyage Harold Pinter est expulsé pour avoir parlé de la torture.

Le 30 janvier 2002, Inge Morath meurt.

Le 1er mai 2002, Miller reçoit le prix de littérature espagnol Principe de Asturias en tant que maître indiscuté du théâtre moderne. Entre autres lauréats de ce prix, on compte : Doris Lessing, Günter Grass et Carlos Fuentes.

En décembre 2004, Miller (alors âgé de 89 ans) annonce qu’il vit avec Agnes Barley, une artiste de 34 ans, depuis 2002 et qu’ils comptent se marier. Cependant, Miller meurt chez lui le 10 février 2005 d’une insuffisance cardiaque.

Arthur Miller est sans conteste le pionnier du développement d'une nouvelle forme du théâtre américain.

Il a toujours eu une grande admiration pour les dramaturges grecs. Cela se voit beaucoup dans ses pièces, surtout dans ses premières œuvres.

Mais on peut dire que son style est réaliste dans les dialogues, expressioniste dans la présentation.

Henrik Ibsen est considéré comme le père du réalisme en théâtre américan.

Dans « All My Sons » et « Mort d'un commis voyageur », Miller condamne l'idéal américain de prospérité en montrant que peu peuvent le poursuivre sans effectuer de compromis moraux dangereux. « Mort d'un commis voyageur » (Death of a Salesman) est l'histoire tragique d'un commis voyageur qui fait semblant d'avoir réussi dans sa vie à ses amis et à sa famille. Willy Loman (Low man signifie "homme de basse extraction" en anglais) s'est trompé de rêve et s'est soumis aux exigences de la société de consommation. Il a de fréquentes hallucinations mettant en scène son passé, et finit par se faire licencier. Il décide finalement qu'il vaut plus mort que vivant. Il se suicide et espère que l'argent de l'assurance aidera sa femme et ses fils pour un nouveau départ. Il vend la dernière chose qui lui reste: sa vie. Les critiques sont partagés sur la signification de cet acte. Certains le voient comme un acte de lâcheté. D'autres comme le dernier sacrifice sur l'autel du rêve américain. C'est le dernier compromis douteux qu'il fait avec cette valeur pour que sa famille puisse continuer à la suivre.

« A View From the Bridge » questionne les lois sur l'immigration aux États-Unis.

Ensuite, deux pièces d'un acte chacune : « Incident at Vichy » et « The Price », traitent de l'universalité de la responsabilité humaine et de la culpabilité qui souvent accompagne la survie et la réussite.

Il montre comment les gens utilisent la chasse aux sorcières, qui est tout-à-fait louable pour la morale des villageois, surtout pour régler leurs comptes avec leurs ennemis. Les fausses valeurs de la société sont surtout une manière pour eux d'accomplir des actions immorales qu'ils ne pourraient pas accomplir sinon. Il y a cependant une note d'espoir lorsque Miller montre qu'il est toujours possible de refuser l'inacceptable.

« After the Fall » est une pièce très autobiographique. Comme souvent, les questions soulevées sont celles de l'innocence et de la culpabilité. De nombreux critiques considèrent que le personnage principal, Maggie, l'auto-destructive, est modelée sur Marilyn Monroe, mais Arthur Miller l'a toujours nié.

Miller était clairement un dramaturge social, avec une profonde intelligence des faiblesses personnelles de ses personnages.

Une manière de résumer le message qu'il véhicule dans ses pièces serait de dire que : pour arriver à la dignité, permettre de développer leurs talents et éviter la défaite, les individus doivent connaître et s'ajuster à leurs propres limites, plutôt que de tenter de poursuivre des ambitions égoïstes de manière obsessionnelle.

En haut



Certains l'aiment chaud

Image associée au film

Certains l'aiment chaud (Some Like it Hot) est un film américain de Billy Wilder sorti en 1959.

Un corbillard est poursuivi par un véhicule de police. Des tirs s'échangent. Il arrive à s'échapper afin d'aller livrer son précieux chargement d'alcool de contrebande. C'est le Chicago de 1929, en pleine prohibition. La police fait une descente dans le tripot clandestin, dont deux musiciens, Joe le saxophoniste et Jerry le contrebassiste, arrivent à s'enfuir. Le lendemain, ils courent le cachet. Alors qu'ils vont chercher une voiture pour se rendre à leur nouvel engagement, ils sont témoins d'une tuerie entre bandes rivales de la Mafia. Afin d'échapper aux représailles, ils se font enrôler dans un orchestre composé uniquement de femmes et doivent donc se travestir en conséquence. Elles, puisque désormais ils se nomment Joséphine et Daphné, partent en train pour la Floride. Elles font la connaissance de Sugar Kane, la chanteuse de la troupe Sweet Sue and her society syncopators.

Pendant le trajet, une petite sauterie improvisée autour de quelques verres rend sympathiques les deux nouvelles arrivées. Joe alias Joséphine est très attiré par Sugar, qui lui raconte ses déboires amoureux avec les saxophonistes: en Floride, elle souhaite se trouver un millionnaire pour l'épouser.

La Floride, un hôtel de luxe où elles vont se produire et de nombreux millionnaires les accueillent chaleureusement. Daphné éblouit l'un d'entre eux, Osgood Fielding, et se fait inviter à dîner sur son yacht le soir même. Joséphine ourdit d'autres plans et, dans ce but, a subtilisé la valise du directeur et seul homme de la troupe. Ainsi Joséphine peut se transformer en jeune millionnaire pendant que toutes les musiciennes vont à la plage. Sugar y fait la connaissance de Junior, jeune héritier à millions, qui n'est autre que Joe.

Junior lui fixe un rendez-vous... sur le bateau de Osgood.

Le soir, l'orchestre joue et Sugar chante. À la fin du spectacle, elle se dépêche de se rendre au port de plaisance pendant que Joséphine doit se métamorphoser en Junior. Alors que Daphné passe une soirée dansante et chaude avec Osgood, un Junior stratège fait croire à Sugar qu'il est insensible à toute démarche féminine. Elle se fait donc un devoir de lui démontrer le contraire: "Let's throw another log on the fire" lui dit-elle même (– On va mettre le feu à une autre bûche!). Tout ce petit monde rentre chez soi. Une Daphné euphorique annonce à Joséphine qu'elle est fiancée. "Why would a guy wanna marry a guy?" demande celle-ci. "Security!" répond la future mariée (– Pourquoi est-ce qu'un homme épouserait un autre homme? – Pour la sécurité!).

Le lendemain, les meurtriers mafieux de Chicago débarquent à l'hôtel sous couvert d'une conférence des Amis de l'opéra italien. Un commissaire veille (incognito, il lit la Gazette de la police!). Tous discutent de et recherchent les deux témoins échappés. Passant par la réception, Joséphine et Daphné aperçoivent les bandits et prennent peur et leur jambes à leur cou. Comme il pense avant tout à sauver sa peau, Junior alias Joséphine lance un dernier coup de fil à Sugar pour rompre. Une course-poursuite s'engage entre la pègre et les deux travestis qui ont été reconnus. Cela se termine dans un bain de sang, en l'occurrence un règlement de compte entre italiens de différentes factions.

Une remarque que Tony Curtis aurait faite en aparté lors du visionnement de rushes a fait le tour du monde. Exaspéré par les retards incessants de Marilyn Monroe ainsi que son manque de sûreté dans le travail et les nombreuses prises à effectuer, Curtis aurait commenté qu'"embrasser Marilyn Monroe, c'était comme embrasser Hitler." Il a à plusieurs reprises démenti cela, notamment dans un reportage sur le film tourné en 2001 pour les besoins de sa sortie DVD.

Marilyn interprète les chansons suivantes: Running Wild, I'm Through With Love et I Wanna Be Loved By You.

En haut



Marlon Brando

Marlon Brando en 1951 dans Un tramway nommé Désir

Marlon Brando (3 avril 1924 à Omaha - 1er juillet 2004 à Los Angeles) était un acteur et réalisateur américain.

Marlon Brando est sans aucun doute l'un des cinq plus grands acteurs américains du XXème siècle. Il est une figure mythique du septième art à l'instar de Brigitte Bardot, Marilyn Monroe, Greta Garbo, Louise Brooks ou James Dean. Sa présence extraordinaire, sa voix nasillarde, son regard hypnotique en ont fait un des plus grands acteurs hollywoodien. Sa beauté et son allure ont été les standards d'une époque.

Marlon Brando est né dans une famille modeste du Nebraska où il fut élevé avec ses deux sœurs ainées, une mère alcoolique et bohème, l'actrice Dorothy Pennebaker et un père coureur de jupons. Mauvais élève, il est envoyé dans une école militaire où il découvre sa vocation pour le théâtre.

Sa carrière commença sur les planches de Broadway en 1944 avec la pièce I Remember Mama et il connut son premier succès d'estime avec la pièce Truckline Café, mais sa carrière d'acteur fut véritablement lancée par Elia Kazan qui, en 1947, lui offre le rôle de Stanley Kowalski dans Un tramway nommé Désir. À la base, Brando cherchait à joindre Kazan au téléphone pendant trois jours pour refuser le rôle, mais lorsque celui-ci le rappelle, il n'ose pas dire non. C'est lors d'une des représentations de cette pièce que Marlon se casse le nez lors d'une altercation avec un machiniste dans les coulisses du théâtre, il termine pourtant la pièce, le nez cassé et ensanglanté.

Il suit la formation d'acteur de Stella Adler et la méthode de Constantin Stanislavski. Marlon Brando développe une nouvelle façon d'interpréter les rôles, fondée sur l'improvisation et l'oubli du scénario originel pour un approfondissement psychologique du personnage jusqu'à l'excès. Il ne fait pas semblant d'être un autre, mais incarne un personnage, physiquement et mentalement. « Marlon n’a jamais réellement eu besoin d’apprendre à jouer. Il savait », a un jour déclaré Stella Adler, l’une de ses professeurs à l’Actors Studio.

En 1951, Elia Kazan adapte Un tramway nommé Désir au cinéma. Le film est tiré de la pièce de Tennessee Williams et le rôle de Blanche Dubois est campé par Vivien Leigh qui recevra l'Oscar de la meilleure interprétation féminine. Mais le film fait exploser Brando qui se retrouve star hollywoodienne du jour au lendemain (ce n'est que son deuxième film après The Men de Fred Zinnemann en 1950). En plus de son jeu d'acteur révolutionnaire et de sa prestation époustouflante dans le rôle du vulgaire Stanley Kowalski, Marlon Brando crève l'écran et s'impose comme un sex-symbol incontournable, en redéfinissant les critères de beauté masculine pour la seconde moitié du XXe siècle à venir, allant plus loin que Tyrone Power ou Montgomery Clift et étant plus jeune que les Clark Gable, John Wayne et autres Humphrey Bogart qui le précédaient. C'est d'ailleurs ce dernier qui remportera l'Oscar du meilleur acteur en 51 (pour The African Queen), malgré la nomination de Brando. Son rôle dans Viva Zapata ! en 1952 lui vaut un prix d'interprétation à Cannes. C'est son deuxième film tourné avec Kazan et ce ne sera pas le dernier.

En 1953, il tourne L'Équipée sauvage de Laslo Benedek. Encore une fois, son interprétation va avoir un grand retentissement. Le film et le jeu d'acteur de Brando ne sont pas aussi extraordinaires que dans Un tramway nommée Désir mais c'est le personnage qu'il joue à l'écran (celui de Johnny) qui va lancer une mode et avoir un impact considérable sur ce qu'on ne va pas tarder à appeler la culture "rock". En effet James Dean voudra la même moto que celle du film, et on se souvient de la photo d'Elvis Presley mimant à la perfection la posture de Brando sur sa Triumph. Réplique culte du personnage Johnny, chef d'un gang de motards, dans le film : Une fille : "Hey Johnny, what are you rebeling against?" Johnny : "What have you got?" (traduisible à souhait par "qu'est-ce t’as ?" ou bien "Qu'est que tu m’proposes ?") À cette époque, certains critiques lui reprochent sa façon de parler assez nonchalante et son manque d'articulation. Frank Sinatra le surnomme d'ailleurs à cet égard "Mister Mumbles". Mais Brando va les prendre à défaut en jouant un rôle shakespearien dans le Jules César de Joseph Mankiewicz en 1954. On y trouvera une scène culte où Marc Antoine (Brando) fait un réquisitoire plus que saisissant.

C'est Frank Sinatra qui doit jouer le rôle de Terry Malloy dans le prochain film d'Elia Kazan : Sur les quais (1954). Au dernier moment, Brando accepte, bien qu'il eut été en désaccord avec Kazan qui avait dénoncé ses collègues communistes lors de la chasse aux sorcières de McCarthy. La délation est justement le thème central de ce chef-d’œuvre qui vaudra enfin à Brando son premier Oscar du meilleur acteur en 1955. On y trouve plusieurs scènes légendaires dont celle dite « du taxi » où Brando est très convaincant en petite frappe loser. La même année, il incarne Napoléon Bonaparte à l'écran dans le très bon Désirée d'Henry Coster avec Jean Simmons.

Marlon Brando est alors la plus grande star masculine hollywoodienne, il n'a peur de rien et va donc s'essayer à la comédie musicale avec comme partenaire Frank Sinatra. Dans la vie, les deux acteurs se détestent. Le film en question s'intitule Guys And Dolls (Blanches colombes et vilains messieurs), on y voit Sinatra interpréter pour la première fois le tube "The Lady Is A Tramp". Gene Kelly, le plus grand danseur d'Hollywood, était pressenti pour le premier rôle mais c'est finalement Brando qui l'obtint et qui, pour la première et dernière fois, dansa et chanta à l'écran de manière très convaincante pour un néophyte. L'année 56 le voit s'amuser avec Glenn Ford dans The Teahouse Of The August Moon où il se grime en asiatique de manière assez troublante. Il poursuit dans la même veine de manière plus sérieuse avec le très beau Sayonara où il joue le rôle d'un soldat américain dont l'amour avec une japonaise est impossible, au lendemain de la seconde guerre mondiale. En 1958, il interprète son plus grand rôle depuis Sur les quais, dans le chef-d’œuvre d'Edward Dmytryk The Young Lions (Le Bal des maudits) où il joue à merveille le rôle d'un officier allemand, aux côtés des non moins talentueux Dean Martin et Montgomery Clift. L'année suivante il joue dans The Fugitive Kind (L’Homme à la peau de serpent) le rôle d'un musicien solitaire à la veste en peau de serpent, aux côtés de Anna Magnani et Joanne Woodward. Le film, adapté d'une pièce de Tennessee Williams faite spécialement pour Brando, ne connut pas de succès mais contient une très belle performance de l'acteur et a acquis un statut « culte » auprès de ses fans.

En cette année 1960, Brando travaille sur un western avec Sam Peckinpah puis Stanley Kubrick intitulé La Vengeance aux deux visages. Après d'innombrables querelles sur le scénario et la direction, Marlon Brando lui-même finira par réaliser le film en 1961, dans lequel il joue en compagnie de Karl Malden. Après de gros retards pris pendant le tournage et un fort dépassement de budget, les producteurs décidèrent de ne pas lui confier le montage final. Méconnu, le film distille une atmosphère particulière pour un western.

Après cela, malgré une obésité croissante, il a joué dans de nombreux grands succès comme Les Révoltés du Bounty de Lewis Milestone, La Poursuite Impitoyable d'Arthur Penn, Reflets dans un Oeil d'Or de John Huston, Le Parrain de Francis Ford Coppola, Le Dernier Tango à Paris de Bernardo Bertolucci ou Apocalypse Now de Francis Ford Coppola.

Pour son rôle dans Le Parrain, il reçut un nouvel Oscar du meilleur acteur en 1973, qu'il refusa pour marquer son opposition à la façon dont le cinéma américain traitait les Indiens dans les films,.

À partir des années 1980, il se désintéressa peu à peu du cinéma et n'apparut plus que rarement dans des films.

En 1989, il joue le rôle d'un avocat dans Une saison blanche et sèche, un film sur les discriminations en Afrique du Sud. Son salaire sera reversé à des associations luttant contre l'apartheid. Toujours attaché à défendre la cause des Indiens, il tourne en 1997 dans The Brave, un film de Johnny Depp.

En 1990, son fils Christian tue à leur domicile (avec le pistolet familial et d'une balle dans la tête) Dag Drollet, le compagnon de 27 ans de sa demi-sœur Cheyenne, 20 ans (celle-ci étant enceinte). Le litige portant sur des suspicions de violences physiques. Il est condamné à 10 ans de prison (incarcéré de 1991 à 1996). Sa demi-sœur Cheyenne, sombre dans la dépression, faisant deux tentatives de suicide (aux antidépresseurs), et se suicide par pendaison en Polynésie française, en 1995 à l’âge de 25 ans laissant son fils de 5 ans orphelin. Elle sera enterrée avec Dag. Christian, quant à lui se marie en 2004 (quatre mois après la mort de son père Marlon) et il meurt le 27 janvier 2008 d'une pneumonie fulgurante.

Marlon Brando se maria trois fois, eut six enfants et en adopta trois autres. Il est mondialement connu pour ses multiples conquêtes féminines (Marilyn Monroe, Brigitte Bardot, entre autres).

En 2001, il apparaît pour la dernière fois au cinéma dans le film The Score avec Robert de Niro et Edward Norton. On le voit aussi dans le clip de la chanson You Rock My World de Michael Jackson, dont il était un ami proche .

Marlon Brando, acteur au comportement imprévisible, a influencé les acteurs de sa génération comme James Dean, Paul Newman et Steve McQueen ainsi que les meilleurs acteurs de la génération suivante comme Al Pacino, Jack Nicholson, Robert De Niro et Dustin Hoffman.

Connu mondialement par les radioamateurs sous les indicatifs KE6PZH et FO5GJ, Brando est inscrit dans la base de données du FCC sous le nom de Martin Brandeaux. À l'occasion, on pouvait l'entendre avec son indicatif FO5GJ émettant depuis son île privée en Polynésie française. En 1994, au cours d'une entrevue sur CNN avec Larry King, Marlon Brando avait confirmé qu'il s'intéressait toujours au radio amateurisme. En réponse à une question d'un téléspectateur, il avait révélé que le radio amateurisme lui permettait d'avoir l'opportunité « d'être simplement lui-même ».

Il est décédé le 1er juillet 2004 à Los Angeles, en Californie, d'une fibrose pulmonaire. Ses cendres furent dispersées en partie à Tahiti et en partie dans la Vallée de la Mort.

L'American Film Institute l'a classé quatrième acteur de légende.

En haut



Source : Wikipedia