Mali

3.411020776838 (1107)
Posté par hal 08/04/2009 @ 09:09

Tags : mali, afrique, international, environnement

Dernières actualités
Mali: l'armée attaque une "base" d'Al-Qaïda, "plusieurs morts" - AFP
BAMAKO (AFP) — L'armée malienne a attaqué mardi une "base" d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dans le nord du pays, près de l'Algérie, faisant "plusieurs morts" dans le camp des combattants islamistes, at-on appris de sources sécuritaires....
Mali : Keshi rassuré - Sport365.fr
Rédaction Football365.fr / FootSud - mardi 16 juin 2009 - 16h16 Les Aigles du Mali accueillent dimanche les Ecureuils du Bénin en match de qualification pour la CAN et la Coupe du monde 2010. Leur sélectionneur, Stephen Keshi est satisfait de l'état...
Enfance: Le PM malien pour plus d'efforts en faveur des enfants - Le Mali en ligne
Le Premier ministre malien, Modibo Sidibé, a appelé mardi, à Bamako, la capitale, son gouvernement et les partenaires au développement à plus d'efforts pour améliorer les indicateurs en faveur de la survie et de la protection de l'enfant, à l'occasion...
De la fanfaronnade à la violence - Libération
Et je ne peux m'empêcher de penser à ceux qui, au Mali ou aux Etats-Unis, ont la même maladie. Moi, je bénéficie de compétences exceptionnelles, de traitements de pointe et d'une prise en charge totale. Petite catastrophe: je viens d'accrocher le drain...
voir les Archives Vous êtes ici » Accueil » Divers » Mali ... - Tout sur l'Algérie
Afin de conforter la détente qui règne désormais sur le terrain, nous avons libéré en deux temps une quinzaine de prisonniers touareg, pris sur le champ de bataille », a déclaré un responsable du ministère malien de l'administration territoriale....
Obsèques du président Bongo Odimba: Le président malien y assistera - Le Mali en ligne
Le président malien, Amadou Toumani Touré, quittera Bamako mardi pour Libreville, la capitale du Gabon, pour assister aux obsèques du président Omar Bongo Odimba, at-on appris lundi de source officielle malienne. Le président Bongo Odimba, 73 ans,...
Justice : DEUXIEME TOURNEE JURIDIQUE DE « AVOCATS SANS FRONTIERES ... - L'Essor
Dans le cadre de l'exécution de son projet "Tours juridiques au Mali : accès au droit et à la justice pour les populations vulnérables, villes de Koulikoro, Ségou et Sikasso", « Avocats sans frontières-Mali » (ASF) organise une série d'activités dans...
Baccalauréat: Début jeudi des épreuves au Mali - Le Mali en ligne
Au moins 53000 candidats vont commencer jeudi au Mali les épreuves du baccalauréat, un diplôme qui permet de poursuivre des études universitaires. Le ministère malien de l'Education nationale chargé de l'organisation des examens affirme que toutes les...
Mali / Processus de privatisation de la SOTELMA : La machine s'est ... - reussirbusiness.com
L'opérateur historique de téléphonie au Mali a enregistré un chiffre d'affaires, de plus de 70 milliards de F CFA en 2007 et un bilan de 176 milliards de F CFA la même année. En outre, le déficit budgétaire, qui était estimé à 12 milliards de F CFA,...
A l'heure dite - L'Express
Agé de 60 ans, Edwin Dyer avait été kidnappé, le 22 janvier dernier, le long de la frontière entre le Mali et le Niger. qui c'est qui a un jour dit que l'islam est une religion d'amour ? Pour que votre commentaire soit publié immédiatement,...

Mali

Drapeau du Mali

Le Mali est un pays d'Afrique de l'Ouest ayant des frontières communes avec la Mauritanie et l'Algérie au nord, le Niger à l'est, le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire au sud, la Guinée au sud-ouest et le Sénégal à l'ouest. Le point le plus haut est le Hombori Tondo (1 155 m) situé dans la partie centrale du pays.

Ancienne colonie française, le Mali (alors République soudanaise) devient indépendant en 1960. Sa capitale est Bamako, forte d'une population de 1 430 000 d'habitants en 2006 .

Le Mali possède une histoire très riche et relativement bien connue. Cinq empires ou royaumes importants s’y sont succédé : l’empire du Ghana, l’empire du Mali, l’empire songhaï, le royaume bambara de Ségou et l'empire peul du Macina.

Suite à l'invasion de la France en 1883, le Mali devient une colonie française sous le nom de Soudan français. Le 4 avril 1959, le Sénégal et le Soudan se regroupent pour former la Fédération du Mali, qui accède à l'indépendance le 20 juin 1960. Deux mois plus tard, le Sénégal se retire de la fédération et proclame son indépendance. Le 22 septembre 1960, le Soudan proclame à son tour son indépendance sous la conduite de Modibo Keïta, tout en conservant le nom de Mali.

En 1968, Modibo Keïta est renversé par un coup d'État conduit par un groupe d'officiers ayant à leur tête Moussa Traoré, qui instaure une dictature. En 1991, celui-ci est renversé à son tour par le général Amadou Toumani Touré qui, après une période de transition, restaure la démocratie avec l'élection d'Alpha Oumar Konaré en 1992. Ce dernier est réélu en 1997.

En 2002, Amadou Toumani Touré, qui a quitté l'armée pour se présenter, est élu président de la République du Mali, et réélu en 2007.

Le Mali est une république avec un parlement unicaméral. Le pouvoir exécutif est représenté par le président et son gouvernement. Le pouvoir législatif par l'Assemblée nationale. La plus haute autorité judiciaire est la Cour suprême.

Les Présidents du Mali Chefs de l'État malien depuis l'indépendance de la France en 1960.

Le Mali, avec ses 1 241 238 kilomètres carrés, est le plus vaste État d'Afrique de l'Ouest après le Niger. Il est enclavé à l’intérieur de l’Afrique occidentale entre le tropique du Cancer et l'Équateur. Il est traversé par deux grands fleuves : le Sénégal et le Niger. La plus grande part de la population vit en zone rurale. La densité, très variable, passe de 90 hab./km² dans le delta central du Niger à moins de 5 hab./km² dans la région saharienne du Nord.

Le pays possède des frontières communes avec la Mauritanie, l'Algérie, le Niger, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, la Guinée et le Sénégal.

Le relief est peu accentué. Les plaines alluviales, très vastes, sont toutefois dominées par quelques plateaux calcaires et de grès (plateaux mandingues et dogon). Le point culminant du Mali est le Mont Hombori.

Le Mali est divisé en huit régions et un district. Ces subdivisions portent le nom de leur ville principale. Les trois régions du nord: Gao, Kidal et Tombouctou représentent les deux tiers de la superficie du pays pour seulement 10 % de sa population. Au sud le pays est divisé entre les régions de Kayes, Koulikoro, Mopti, Ségou, Sikasso et le district de Bamako.

La décentralisation est une réforme majeure en cours. Elle vise à transférer des compétences aux collectivités territoriales afin que les affaires locales soient gérées au plus près des populations.

Cette réforme a pour base une refonte complète du découpage territorial hérité de l'administration coloniale et se distingue par le processus de consultation populaire qui a permis la création des communes sur la base de regroupements volontaires de villages et de fractions suivant des critères bien définis.

Il y a 703 communes au Mali, dont 684 nouvelles communes ont été créées en 1996. Une loi de 1999 confirme cette réorganisation administrative et territoriale du Mali en créant les cercles (regroupement de communes) et les régions (regroupement de cercles) .

L'État malien a créé une direction nationale des collectivités territoriales au sein du Ministère de l'Administration Territoriale et des Collectivités Locales (MATCL) chargée de suivre la mise en œuvre de la décentralisation et le renforcement des capacités des collectivités territoriales. Des dispositifs d'appui technique et d'appui financier sont également en place.

En 2005, la huitième Institution de la République du Mali a été créée. Le Haut Conseil des Collectivités Territoriales assure la représentation nationale des collectivités territoriales. Son avis est requis sur toutes les questions concernant la politique de développement local et régional, la protection de l’environnement et l’amélioration de la qualité de vie des citoyens à l’intérieur des collectivités territoriales.

Le Mali est un pays en voie de développement, avec 65 % de son territoire en région désertique ou semi-désertique. L'activité économique est surtout limitée autour de la région fluviale irriguée par le fleuve Niger. Environ 10 % de la population est nomade et environ 80 % travaillent dans l'agriculture ou la pêche. L'activité industrielle est concentrée autour des activités agricoles. L'immigration constitue une très importante manne de revenu. Le Mali dépend de l'aide étrangère et est très vulnérable aux fluctuations des prix mondiaux pour le coton, son exportation principale. En 1997, le gouvernement a mis en place un programme d'ajustement structurel réclamé par le FMI qui a aidé la croissance, la diversification et les investissements étrangers. Ces réformes économiques et la dévaluation du Franc CFA en janvier 1994 ont soutenu une croissance moyenne de 4 %. Des entreprises multinationales ont développé les opérations de prospection de l'or en 1996-1998, et le gouvernement prévoit que le Mali deviendra un exportateur majeur d'or dans la région sub-saharienne. Il est d'ailleurs actuellement le troisième exportateur mondial, derrière l'Afrique du Sud et le Ghana. L'or est la première source d'exportation du pays, devant le coton et le bétail.

Le produit intérieur brut par habitant était estimé à 380 dollars en 2005 (selon World Development Indicators (WDI) database).

Le Mali est membre de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

Le texte qui précède est une traduction du CIA World Factbook. Les informations concernant la réussite des politiques d'ajustements structurels doivent donc être analysées avec circonspection. Suite à la chute du cours du coton sur le marché en 2005, les paysans maliens produisent aujourd'hui à perte. Les agriculteurs dégagent des marges de plus en plus étroites et sont obligés de contracter des dettes. la CMDT (Compagnie malienne du développement des textiles) achète le kilo de coton 160 francs CFA alors que la production de ce même kilo coûte 190 francs CFA. De plus, en subventionnant leurs paysans, les États-Unis tuent ce marché. Le Mali envisage des alternatives, mais on ne sort pas si facilement de la monoculture.

Quant à la dévaluation du franc CFA, censée favoriser les exportations, elle a surtout divisé par deux la valeur des capitaux nationaux et donc les capacités d'investissement nationales ; les exportations Maliennes de produits transformés sont avant tout bloquées par des barrières administratives, et non du fait de leur prix.

L'or occupe la troisième place dans les recettes d'exportation du Mali après le coton et le bétail sur pied. D'autres produits comme l'arachide (360 000 tonnes produites en 2003) s'exportent fortement.

En ce qui concerne l'immobilier, le Mali est un pays en chantier. Il existe de nombreux projets publics et privés dans le secteur des Bâtiments et travaux publics. La demande en matériaux de construction est en très forte croissance. Aussi, les créneaux suivants offrent d'énormes possibilités d'investissement : fabrique de briques, cimenteries, fabrication de chaux et de peintures, production de plâtre, fabrication de fer à béton et autres, menuiserie métallique ou de bois pour les bâtiments, fabrication d'appareils électriques (ampoules, disjoncteurs, prises, gaines).

Le tourisme, qui a un potentiel moyen, est mal développé.

Le rapport national sur le développement humain 2006 porte sur les relations entre la dégradation de l'environnement et ses effets sur les conditions de vie et de bien-être des populations. Les recommandations touchent principalement la maîtrise des eaux, la diminution de la pression humaine sur les ressources forestières, le contrôle des déchets chimiques toxiques, la lutte contre l'ensablement et la désertification. Il propose notamment de renforcer les capacités de gestion des populations locales et réclame l'application de la réglementation existante.

Le Mali a 12,3 millions d'habitants, dont 50,5 % de femmes. Le taux de malnutrition des enfants de moins de 5 ans demeure préoccupant (13.3% en 2006).

Le taux de mortalité infantile (enfants de moins d’un an) était de 121 ‰ en 2004.

Le Mali a su conserver les éléments importants de ses cultures traditionnelles. Les griots (ou « Djéli ») exercent toujours leurs fonctions de musiciens-poètes transmettant l’histoire du pays et des hommes sur plusieurs générations. Bakary Soumano, chef des griots du Mali de 1994 à 2003, a contribué à réhabiliter les fonctions du griot dans la société moderne.

Les mélodies traditionnelles, autrefois jouées sur la kora, continuent d'alimenter la musique d'aujourd'hui via des interprètes dignes descendants des griots tels Ali Farka Touré, Boubacar Traoré ou Toumani Diabaté. Parmi les non-griots, on peut également citer Salif Keïta, artiste et musicien malinké talentueux.

Parmi les grands écrivains maliens, on peut citer Amadou Hampâté Bâ.

Parmi les cinéastes de renommée internationale, on peut citer Cheick Oumar Sissoko et Souleymane Cissé.

Sont également fériées un certain nombre de fêtes dépendant du calendrier musulman : Korité (fin du Ramadan), Tabaski (commémoration du sacrifice d'Abraham), Maouloud (naissance du prophète), Tamkharit (nouvel an musulman).

En raison de la colonisation, le français est la langue officielle, mais le bambara est bien plus utilisé par tous les groupes (environ 80 % de la population le parle). Quelques autres langues africaines (peul, sénoufo, soninké, tamasheq, songhaï, dogon, dioula, khassonké etc.) sont aussi parlées.

Selon les données du CIA World Factbook de 2006, l'islam est la principale religion pratiquée au Mali (90%) alors que les catholiques et protestants sont très minoritaires, à peu près 1 %. Le reste de la population est animiste (9%). La religion est omniprésente au Mali. Il est rare de trouver un village sans sa mosquée. Mais des cérémonies animistes, pourtant interdites par l'islam orthodoxe, persistent encore dans quelques villages majoritairement musulmans.

L'un des lieux célèbres du christianisme au Mali est la ville de Kita dans la région de Kayes (1re région) où se trouve la cathédrale Notre Dame de Kita où a lieu le pèlerinage catholique annuel au Mali.

La population du Mali est divisée en plusieurs ethnies. Les peuples nomades et semi-sédentaires se trouvent au nord. Les Maures, les Kountas et les Touaregs se partagent environ 10 % de la population. Les premiers sont traditionnellement spécialisés dans le commerce de la gomme arabique tandis que les seconds et les troisièmes sont éleveurs-nomades; ils se déplacent en permanence à la recherche de pâturages frais pour leur bétail.

Plus au sud, on trouve les Bambaras (28%) qui représentent le groupe majoritaire, autour de la capitale Bamako, ainsi que les Malinkés qui leur sont apparentés et les Soninkés, les Peuls, les Sénoufos, les Bwas, les Bozos, les Dogons les Songhai.

Les médias au Mali sont constitués par la presse écrite (en français et quelques journaux en langues nationales), par la radio de proximité, par la télévision, ainsi que par plusieurs services liés (satellite, câble, internet).

Les journaux sont concentrés dans la capitale Bamako ou dans les grandes villes régionales. Le réseau des radios libres croit à grande vitesse et atteignent la grande majorité de la population en diffusant des émissions dans les langues locales. L'accès à internet se développe tant au niveau de l'extension des infrastructures, de la réduction des coûts et de la familiarisation des usagers aux outils les plus courants. On note plusieurs collaborations de sites internet avec des journaux, des radios et des télécentres communautaires.

En haut



Frontière entre le Burkina Faso et le Mali

La frontière terrestre entre le Burkina Faso et le Mali est une frontière terrestre internationale continue longue de 1 000 kilomètres, qui sépare le territoire du Burkina Faso et celui du Mali, en Afrique de l'Ouest. Le tracé de sa portion orientale a fait l'objet d'un contentieux entre les deux pays, qui s'est notamment traduit par des escarmouches frontalières en 1974 et la Guerre de la bande d'Agacher en 1985 ; il a été définitivement établi par un arrêt de la Cour internationale de justice rendu le 22 décembre 1986 qui partagea le territoire disputé de façon presque égale.

En haut



Histoire philatélique et postale du Mali

Continents by colour simpler.png

L'histoire postale du Mali (cf. Histoire postale (Données générales)) est liée à l'histoire postale de l'Empire colonial français. Lors de son accession à l'autonomie, en 1959, le pays constitue une administration postale commune avec le Sénégal au sein de l'éphémère Fédération du Mali avant d'émettre, à la suite de la rupture de cette fédération, ses propres timbres-poste.

Avant 1959, la colonie qui allait devenir le Mali a porté plusieurs noms, modifications visibles sur les timbres utilisés.

De 1894 à 1902, la colonie du Soudan français utilise les émissions générales des colonies françaises (types Alphée Dubois et Groupe) portant le nom de la colonie. En 1903, les timbres au type Groupe portent désormais la mention « SÉNÉGAMBIE ET NIGER », nouveau nom de la colonie.

Tous les timbres ci-dessus de cette colonie avec ses dénominations successives sont devenus peu communs sur lettres, jusqu'en 1920.

De 1944 à 1959, ce sont les émissions communes de l'Afrique occidentale française qui servent au Soudan français.

En 1959 et début 1960 sont émis neuf timbres au nom de l'éphémère Fédération du Mali composée du Sénégal et du Soudan français. Ils représentent les symboles de la Fédération pour le premier, une série sur les poissons et une émission commune avec quelques autres anciennes colonies françaises d'Afrique. Mais rapidement des tensions se font jour entre les deux États de la nouvelle fédération. Le Sénégal fait alors sécession, tandis que l'ancien Soudan conserve pour lui-seul le nom de Mali, ainsi que l'usage des timbres restants de la Fédération. Ces timbres de la défunte fédération restent rares sur lettre, d'autant plus qu'en 1961, le stock restant en sera surchargé « RÉPUBLIQUE DU MALI ».

Les deux premiers timbres définitifs de la République du Mali représentent les présidents Mamadou Konaté et Modibo Keïta, et un troisième commémore l'anniversaire de l'indépendance.

Les timbres du Mali ont représenté des sujets locaux : activités économiques, faune et flore, traditions. Très tôt des sujets internationaux apparaissent : Jeux olympiques, anniversaire de présidents des États-Unis. Dès 1964, la prévention contre l'invasion de criquets fait l'objet d'une émission de trois timbres.

En haut



Source : Wikipedia