Ludivine Sagnier

3.3438985736894 (631)
Posté par talos 26/03/2009 @ 20:09

Tags : ludivine sagnier, acteurs, culture

Dernières actualités
Parce que l'amour existe encore... - Fugues
Julie, Alice et Ismaël, respectivement Ludivine Sagnier, Clotilde Hesme et Louis Garrel (photo ci-dessus), s'aiment avec légèreté, humour et sincérité. Jusqu'à ce qu'un drame ne brise cette harmonie. Ismaël va tenter de reprendre un goût à la vie....
Kristin Scott Thomas : le drame du Vel' d'Hiv va bouleverser sa vie... - Pure People
Nous vous avions annoncé sa participation aux côtés de Ludivine Sagnier dans Une femme parfaite d'Alain Corneau. Elle va également tourner devant la caméra de Gilles Paquet Brenner, le réalisateur des Jolies Choses pour l'adaptation du roman Elle...
Une aventure - TV8.ch
Cette rencontre entre Gabrielle, jeune somnambule oisive, et Julien, voisin qui travaille de nuit (rencontre à l'écran et à la ville pour Ludivine Sagnier et Nicolas Devauchelle, qui passeront plus tard par la case bébé pour ensuite se séparer),...
Audiences TV : Un village Français battu par Alice Nevers sur TF1 - Télé 7
... l'émission anglaise Cauchemar en cuisine avec le terrifiant chef de cuisine Gordon Ramsay qui a rassemblé 567 000 personnes (2,4 % PDA). Sur Arte, le film Une aventure avec Ludivine Sagnier et Nicolas Duvauchelle a réuni 497 000 cinéphiles (2,2...
Actualité Hazebrouck - La Voix du Nord
Rue des Viviers à Bailleul - Un secret de Claude Miller avec Patrick Bruel, Ludivine Sagnier, Cécile De France, Mathieu Amalric : à 20 h 30. Rue du Lion-d'Orà Saint-Omer - Anges et Démons de Ron Howards avec Tom Hanks, Ewan Mc Gregor : à 16 h 30,...
Une aventure - TéléObs.com
Gabrielle (Ludivine Sagnier) est somnambule. La nuit, elle déambule dans les rues, sans rien voir, et mutile son corps. Pour elle, l'amour n'est rien d'autre qu'une dépendance à l'autre, au regard de l'autre. Elle a une liaison avec Louis (excellent...
Les chansons d'amour - TéléObs.com
On reconnaîtra une certaine audace au réalisateur qui traite en comédie musicale des événements graves, et qui sait choisir des interprètes aussi exquis que Ludivine Sagnier, Chiara Mastroianni, Clotilde Hesme, Brigitte Roüan et Grégoire...
Fanny Ardant - Citizenside
Les années 2000 lui offrent des rôles importants, dans Nessuna notizia da Dio (2001), le thriller-comédie 8 Femmes de François Ozon, avec Catherine Deneuve, Virginie Ledoyen, Emmanuelle Béart, Isabelle Huppert et Ludivine Sagnier, Callas Forever de...
Sunshine filters through the blockbuster storm clouds - East Anglian Daily Times
Then Thursday night I watched a cracking French film A Girl Cut In Two starring the gorgeous Ludivine Sagnier. This was a new film. It has been released in the summer, suddenly it became clear. I should stop expecting to be spoon-fed by my local...

Ludivine Sagnier

Au Festival du Film de Toronto en 2007

Ludivine Sagnier est une actrice française, née le 3 juillet 1979 à la Celle-Saint-Cloud dans les Yvelines.

Durant huit ans, Ludivine Sagnier prend des cours de théâtre à Sèvres avant d'accéder en 1994 au Conservatoire national d'Art dramatique de Versailles. Elle y remportera les premiers prix aux concours classique et moderne.

À neuf ans, elle apparaît dans le film Les Maris, les femmes, les amants puis enchaînera les rôles avant de devenir une actrice importante de la nouvelle génération.

Elle deviendra l'actrice fétiche de François Ozon avec qui elle tourne trois films qui la révèleront au grand public, collaborant avec les plus grands réalisateurs : Alain Resnais, Yvan Attal, Claude Miller et plus récemment avec Christophe Honoré dans Les Chansons d'amour et Claude Chabrol dans La Fille coupée en deux.

Elle a été la compagne du comédien Nicolas Duvauchelle, rencontré sur le tournage d'Une aventure, en 2005 avec qui elle a eu une petite fille.

Elle est maintenant la compagne du réalisateur Kim Chapiron (Sheïtan), avec qui elle a une petite fille née le 11 janvier 2009.

En haut



Les Chansons d'amour (bande originale)

Les Chansons d'amour est l'album de la bande originale du film éponyme de Christophe Honoré, sorti en mai 2007 sur le label Naïve. L'album est constitué des quatorze chansons qui ponctuent le film. Les chansons sont chacune interprétées par les acteurs du film eux-même, et dans leur grande majorité par les personnages principaux du film que sont Ismaël (Louis Garrel), Julie (Ludivine Sagnier), Alice (Clotilde Hesme), Jeanne (Chiara Mastroianni) et Erwann (Grégoire Leprince-Ringuet).

Les chansons sont des compositions originales de Alex Beaupain, compositeur des musiques et chansons de précédents films de Christophe Honoré, comme Dans Paris (2006) ou 17 fois Cécile Cassard (2002), et ami d'adolescence du réalisateur. Le scénario du film s'est construit autour de quatre chansons du premier album du compositeur, « Garçon d'honneur », et de dix autres qui « appartenaient déjà à son répertoire ou bien qu'il a spécialement écrites pour notre histoire qui part de faits très personnels », affirmera Christophe Honoré. Les chansons ont toutes été enregistrées avant le tournage, et l'album est réalisé et arrangé par Frédéric Lo.

En haut



Les Chansons d'amour

Place de la Bastille.

Les Chansons d’amour est un film musical français de Christophe Honoré, sorti en France le 23 mai 2007 et sélectionné en compétition officielle lors du Festival de Cannes 2007. Ce film a été nommé dans quatre catégories pour les Césars du cinéma 2008 et a remporté le César de la meilleure musique de film.

Julie (Ludivine Sagnier), Ismaël (Louis Garrel) et Alice (Clotilde Hesme), la collègue de travail d'Ismaël, forment un ménage à trois. Un évènement tragique va se produire dans la vie d'Ismaël.

C'est à la suite de Dans Paris que Christophe Honoré a pu « proposer vite un autre projet ». Honoré a demandé à Alex Beaupain, qu'il « connait depuis qu' a vingt ans », s'il pouvait se servir de ses chansons, dont quatre étaient issues de son album Garçon d'honneur (Au ciel : dans le film Les yeux au ciel, Pourquoi viens-tu si tard ? ; Se taire : dans le film Il faut se taire ; La beauté d'un geste qui, dans le film, se nomme As-tu déjà aimé ?). Ces chansons ont été intégrées « dans un scénario qui racontait une histoire assez douloureuse » qui était commune à Honoré et Beaupain, un travail d'adaptation a été effectué sur les textes, et de nouvelles chansons ont été écrites. Honoré avoue « n' jamais su mettre le sentiment (amoureux) au cœur d'une histoire », d'où le fait que « les personnages se mettent à chanter dès qu'ils sont dans un état amoureux », étant dans « l'incapacité de l'exprimer autrement ». L'histoire est construite sur une structure musicale avec des lieux « comme l'appartement des parents » qui revient comme un refrain, explique Honoré, avec « une tonalité changée selon ce qui s'est passé dans le couplet précédent ». Il en va de même pour les personnages secondaires qui « viennent relancer la fiction et d'autres finissent par en être évacués ».

Chiara Mastroianni est la première actrice à être retenue pour le film. « J'avais envie de travailler avec elle depuis longtemps , j'ai eu l'impression de trouver mon double féminin », a déclaré Honoré à son sujet. Elle joue le rôle de la sœur de Julie. Puis Ludivine Sagnier, bien qu'à l'époque de la rencontre avec Honoré, celui-ci n'avait toujours pas trouvé son personnage masculin et donc ne pouvait pas vraiment s'engager, elle joue le rôle de Julie. Clotilde Hesme, avec qui Honoré avait déjà travaillé au théâtre, bien avant qu'elle ne soit dans le film Les Amants réguliers de Philippe Garrel dans lequel elle formait un couple avec Louis Garrel, « j'avais envie de la faire jouer sur un registre pétillant » déclara Honoré à propos de Hesme, elle joue le rôle d'Alice. Puis Louis Garrel, pour le rôle d'Ismaël, Honoré a « failli ne pas le prendre », il « croyait qu'il ne savait pas chanter », il avait donc recherché d'autres comédiens. Louis Garrel a alors demandé s'il pouvait lire le scénario, il laissait des messages sur le répondeur d'Honoré : « Tu sais, je chante un peu, moi aussi… », c'est alors qu'Honoré lui a envoyé une chanson de Beaupain en lui proposant de la répéter, puis il l'a chantée en leur demandant de se « retourner pour qu'il puisse chanter sans voir (Beaupain et Honoré) », selon Honoré « la peur faisait trembler sa voix, mais ça a été une évidence ». Le dernier rôle attribué, Erwann, a été à Grégoire Leprince-Ringuet, Honoré se souvenait de sa voix dans Les Égarés d'André Téchiné, il avait été repéré par Téchiné dans une chorale. Avec le personnage interprété par Leprince-Ringuet, Honoré voulait « représenter un jeune qui ne doute pas de son homosexualité mais qui n'a pas eu d'aventure. Erwann n'est pas tourmenté par sa sexualité mais par des sentiments ».

Les premières lectures du scénario se sont déroulées début novembre 2006. Les playbacks, qui étaient nécessaires pour le tournage, ont été enregistrés juste avant noël 2006, le tournage débutant au mois de janvier 2007.

Le tournage du film s'est déroulé en janvier et février 2007, dans le 10e arrondissement de Paris pour les scènes autour du domicile de Julie et Ismaël. Du nord au sud de l'arrondissement, sont reconnaissables la station de métro La Chapelle, la façade de la gare de Paris-Est, le boulevard de Strasbourg et les rues adjacentes.

Les scènes extérieures à proximité de l'appartement des parents de Julie sont tournées près de la place de la Bastille. Le quartier du Montparnasse accueille les scènes au cimetière et celles des rues animées dans lesquelles Ismaël erre au cours d'une séquence.

À proximité des lieux de tournage du 10e arrondissement, dans la rue d'Enghien, se trouvait alors le quartier général de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. À la faveur d'une scène de nuit, on voit d'ailleurs Isamël passer devant le lieu, laissant apercevoir une affiche de campagne de Nicolas Sarkozy, à laquelle le personnage réagit. Une scène du film présente également Alice et Ismaël travaillant un article sur le vol du scooter du fils de Nicolas Sarkozy en janvier 2007.

La structure du film en trois parties, Le départ puis L'absence et enfin Le retour, n'était pas prévue dans le scénario, mais elle a été intégrée au montage. Cette structure fait écho à la structure des Parapluies de Cherbourg de Jacques Demy.

L'hebdomadaire Télérama lui accorde sa note maximale, bravo, «  s'amuse ici à chambouler les codes du cinéma et les combinaisons de la chair . L'élan, la pirouette, le ping-pong verbal animent la plupart des chansons du film en dialogues vifs et espiègles à deux ou trois pour des jeux tour à tour galants, cruels, vicieux ou mélancoliques » pour conclure « Voilà un film intemporel et très actuel à la fois, traversé par la mort, mais qui refuse tout ce qui lui est associé, de la peur à la résignation . Il compte large. Comme un film populaire ».

Le mensuel Première remarque « la grâce d'un film où chaque personnage possède sa partition », et souligne la « prestation exceptionnelle de Louis Garrel, histrion et matamore fracassé, tête de proue d'un clan de comédiens (...) inspirés ». Les inrocks affirment que « Les Chansons d’amour de Christophe Honoré dit la vérité : ne t’en va pas je t’aime, j’ai besoin de toi, le temps perdu ne se rattrape plus, il nous faut continuer à vivre, je ne peux vivre sans toi, ne me parle plus d’amour, j’ai besoin d’un peu d’amour, aujourd’hui j’ai rencontré l’homme de ma vie… ».

Le film a engrangé un peu plus de 100 000 dollars US aux États-Unis en 14 semaines d'exploitation, sur en moyenne 3 écrans par semaine, soit à peu près 2 400 dollars US par pellicule.

Le film rend un hommage explicite aux Parapluies de Cherbourg de Jacques Demy : les deux films sont structurés en trois parties aux titres identiques, et Christophe Honoré utilise le même procédé de déplacement des acteurs sur une plateforme mobile non visible à l'écran.

La bande originale des Chansons d'amour a été composée par Alex Beaupain, réalisée et arrangée par Frédéric Lo. L'idée et la construction du scénario du film par Christophe Honoré se sont faites autour de quatre titres de l'album Garçon d'honneur de Beaupain, publié en 2005. Alex Beaupain a remporté le César de la meilleure musique écrite pour un film avec cette bande originale.

En haut



Antoine Bibiloni

Antoine Bibiloni est un acteur francais d'origine polonaise et italo-espagnole.

Il commence a jouer sur scène à l'age de 16 ans suite à sa rencontre avec le directeur du Théâtre Opéra d'Avignon.

Il fait sa première apparition au cinéma dans La Californie , film de Jacques Fieschi ( scenariste de Claude Sautet , Maurice Pialat, Anne Fontaine...) présenté au Festival de Cannes 2006. Il a pour partenaire Nathalie Baye ,Roschdy Zem , Ludivine Sagnier et Mylène Demongeot. Il a tourné pour la télévision aussi ( Femmes de Loi,Rien dans les poches).

Il remonte sur les planches suite à sa rencontre avec Krzysztof Warlikowski . Il interprète le jeune Oreste dans l'opéra de Gluck , Iphigenie en Tauride, sur la scène de l'Opéra Garnier.

Il a reçu le Prix Paris Jeune Talent 2007.

En haut



Benjamin Tribes

Benjamin Tribes est un acteur, réalisateur, scénariste principalement connu pour son rôle dans La Philo selon Philippe et quelques apparitions dans certaines sitcom pour TF1 et M6. Il commence à jouer la comédie enfant dans des séries comme Michel mène l'enquête (où il joue le frère jumeau de Dorothée Pousséo), La Saga d'Archibald (encore avec Dorothée Pousséo, Daniel Gélin, Franck Dubosc), La famille Fontaine (avec la toute jeune Ludivine Sagnier). Suivront des rôles de jeune adulte dans des téléfilms (Madame le proviseur, Fred et son orchestre avec Michel Leeb) .

En 1999 et 2000 il réalise deux court métrages (Coup de Bang et La Nuit des Cabotins) dans lesquels participera Jérémy Wulc (qui interprétait Fabien Roussel dans La Philo).

En 2003 il monte Novecento, tiré du roman éponyme d'Alessandro Barrico, ou il sera seul en scène. Il jouera dans Jean contre les cow-boys et L'Ex-Femme de ma vie au théâtre. Il crée en 2004 On s'voyait déjà, comédie jouée au théâtre Michel Galabru avec Grégory Sauvion, Christophe Lemoine, Dorothée Pousséo, Arthur Dupont, Ethel Houbiers et Sabine Cormy. La pièce sera reprise au Mélo d'Amélie de 2005 à 2006.

En haut



Bernadette Robert

Bernadette Robert est une actrice française.

Elle débute dans le cinéma en 1967, aux côtés de Frederick Stafford dans le rôle de la petite Juliette dans l'Homme qui valait des milliards de Michel Boisrond et interpréte, la même année, dans le feuilleton les Oiseaux rares (1e diffusion en 1969), la petite sœur cadette des jeunes comédiennes Claude Jade et Dominique Labourier.

Dans la première version des Huit Femmes, Bernadette Robert joue la petite Catherine (en 2001 : Ludivine Sagnier). Bernadette Robert joue les rôles du deuxième plan dans le Souffle au cœur de Louis Malle, dans Salut l'artiste d'Yves Robert et dans l'Incorrigible de Philippe de Broca. Rôles principaux : Bernadette aux côtes de Peter Ustinov, Bernadette Lafont et Catherine Alric dans Nous maigrirons ensemble (1979) et en 2003 dans le rôle de Blanche aux côtés de Michel Serrault et Robin Renucci dans le Furet de Jean-Pierre Mocky.

En haut



Source : Wikipedia