Luc Besson

3.4006211180185 (1288)
Posté par seb 25/02/2009 @ 16:38

Tags : luc besson, réalisateurs, cinéma, culture

Dernières actualités
EuropaCorp : des projets plein les tuyaux - La Tribune.fr
Films, Cité du Cinéma, Multiplex à Marseille, télévision mobile personnelle, séries télévisées, booster l'International...la société de production et de distribution d'œuvres cinématographiques co-fondée par Luc Besson et Pierre-Ange Le Pogam ne manque...
Burqa : les débats se poursuivent, Sarkozy attendu sur le sujet - Les Échos
Au sein du gouvernement, Fadela Amara (Ville) s'y est montrée favorable, mais pas Eric Besson (Immigration). De son côté, Martine Aubry (PS) a estimé que, si une loi interdisait la burqa, « les femmes concernées seraient cloîtrées chez elles »....
Luc Besson enrôle Louis-Lumière - Libération
Pour son projet de Cité européenne du cinéma, il manquait à Luc Besson la présence d'une école de cinéma de référence. C'est désormais chose faite avec la signature, le 28 mai, de l'école Louis-Lumière de Noisy-le-Grand qui, selon sa directrice...
Tony Jaa fait encore des prouesses... dans la suite hallucinante ... - Pure People
En 2004, Luc Besson via sa société EuropaCorp distribuait en France le film d'action Ong-Bak et faisait exploser aux yeux des spectateurs français Tony Jaa, alias le nouveau Bruce Lee, un athlète démentiel qui réalisait des cascades et des combats tout...
Besson ne "veut pas tourner ailleurs" qu'en France - Europe1
Luc Besson a lancé le 11 juin la Cité du cinéma pour rivaliser avec les studios hollywoodiens. Ouverture : "avant Cannes" 2012. Il aura fallu plus de huit ans à Luc Besson pour concrétiser son idée de construire en France un studio de cinéma capable de...
Luc Besson : "le Conseil constitutionnel a fait son travail, mais ... - Numerama
Invité ce matin sur Europe 1 pour présenter son projet de grand studio de cinéma qui verra le jour en 2012 en banlieue parisienne, Luc Besson est revenu sur la loi Hadopi. Il respecte la décision du Conseil constitutionnel, mais estime que l'Hadopi...
Besson et Pinault aident le film - Le Parisien
Luc Besson dit « OK en dix minutes » pour assurer la distribution et s'investir dans l'aventure. Le film est à but non lucratif, mais le producteur ne veut pas perdre d'argent. Le réalisateur du « Grand Bleu » trouve le titre, en référence à « ET...
Pour sauver le marché des DVD et Blue-Ray, le miracle Besson? - Bloob
Il s'appelle Luc Besson!!! L'idée? Sortir en DVD immédiatement et à prix très bas. Ce n'est pas idiot, loin de là. Qu'est-ce qui a jamais prouvé que DVD et diffusion en salles étaient antagonistes? Et voila un film diffusé également gratuitement sur...
Blu-ray : la preuve par trois de Luc Besson - Masculin.com
Parfois adulé, parfois décrié, Luc Besson n'en demeure pas moins un personnage essentiel dans le monde du cinéma français. Si ses dernières réalisations et surtout productions (la série des « Taxi », « Hitman »…) en ont énervé plus d'un,...
En baisse Nahon, le cancre - nouvelobs.com
Un paradigme de film industriel, venu de l'élevage en batterie de Luc Besson. Comme son mentor, le cinéaste reste convaincu que rythme et efficacité ne sont que questions de montage. C'est ainsi que, dédaignant la moindre idée de style et allergique à...

Luc Besson

Luc Besson à l'avant-première de Taken diffusée à l'UGC Ciné Cité La Défense le 27 février 2008.

Luc Besson est un réalisateur, producteur et scénariste français, né le 18 mars 1959 à Paris (France).

En tant que réalisateur, il s'est démarqué avec les films Le Grand Bleu, Nikita et Le Cinquième Élément. En tant que producteur, il est surtout connu pour la série des films Taxi.

Luc Besson passe son enfance auprès de ses parents, instructeurs de plongée sous-marine au Club Méditerranée, entre la Grèce et l'ex-Yougoslavie. Un accident l'empêche de poursuivre la plongée à haut niveau.

Il commence dans le cinéma en multipliant les postes d'assistant réalisateur, avant de réaliser son premier long métrage de science-fiction, Le Dernier Combat en 1983, qui lui permet de signer un contrat avec Gaumont pour réaliser Subway en 1985 qui impose son style et donne à voir un univers graphiquement sophistiqué, très proche de la bande-dessinée. Fort de ce succès, il entreprend la réalisation d'un film qui lui tient à cœur : Le Grand Bleu. Film mal reçu au festival de Cannes 1988, il devient un phénomène de société et fait l'objet de nombreuses analyses qui tentent d'expliquer son succès auprès des jeunes. Son style proche de l'univers de la publicité installe un fossé entre lui et le monde de la critique. Il a été parfois surnommé « Bulles Caisson » (contrepèterie de son nom).

Bien que la critique éreinte régulièrement Besson, le public est au rendez-vous pour ses films suivants : Nikita en 1990 et Léon en 1994 ; Atlantis, en 1991, obtient toutefois un succès moindre. En 1997, il se lance avec Gaumont dans un ambitieux projet de science-fiction : Le Cinquième Élément. Il s'installe à Los Angeles avec la jeune actrice Maïwenn Le Besco et leur fille Shanna. Visant explicitement le marché américain, il place en tête d'affiche Bruce Willis, Milla Jovovich et Maïwenn Le Besco (en diva). Le film devient un des plus gros succès commerciaux d'un film français aux États-Unis (battu depuis par La Marche de l'empereur de Luc Jacquet) et Luc Besson se voit attribuer le César du meilleur réalisateur 1998. En 1999, sa version de Jeanne d'Arc, interprétée par sa nouvelle compagne et épouse: Milla Jovovitch, rassemble 3 millions de spectateurs en salles. L'année suivante, il préside le jury du 53ème Festival de Cannes. Les années 2000 seront essentiellement marquées par ses activités de producteur. Il ne revient à la réalisation qu'en 2005 avec Angel-A puis l'année suivante avec son tout premier film d'animation: Arthur et les Minimoys, adapté de son propre livre pour enfants.

En 2000, Luc Besson fonde sa société de production et de distribution, EuropaCorp, dont l'objectif est de développer un nouveau courant de cinéma grand public en s'appuyant sur des films à succès comme Taxi, Taxi 2, Taxi 3 ou Yamakasi. Il est souvent scénariste des films qu'il produit, privilégiant la distraction et l'action. Cette orientation lui vaut une désaffection, voire un mépris, de la critique et d'une partie de la presse.

Cherchant à s'imposer sur le marché international, il veille néanmoins à conserver le contrôle et la nationalité française de ses films d'un point de vue juridique et fiscal. Au début des années 2000, il est l'initiateur et le moteur de la création de la Cité du cinéma à Saint-Denis, dans la banlieue nord de Paris.

Souvent producteur et désormais à la tête d'un studio très rentable, il n'en continue pas moins de tourner ses propres films : Jeanne d'Arc en 1999, avec Milla Jovovich (le couple divorce cette année-là), puis Angel-A en 2005, film en noir et blanc interprété par Jamel Debbouze et Rie Rasmussen dont l'accueil critique est mitigé et qui n'a pas le succès de ses prédécesseurs auprès du public.

Le 11 septembre 2006, il annonce que Arthur et les minimoys sera son 10e et dernier film. Il décide malgré tout au vu du succès de ce dernier de tourner lui-même la suite.

Le 20 septembre 2006, il annonce qu'il arrête le cinéma et veut se consacrer à l'action citoyenne. Il essaie ainsi de monter une fondation pour aider les jeunes des banlieues.

En septembre 2008, Luc Besson et le publicitaire Christophe Lambert créent l'agence de publicité « Blue », « la première agence française d'advertainment » (mélange entre la publicité - advertising - et le divertissement - entertainment).

Il a quatre filles et un fils de trois unions différentes : Juliette, fille d'Anne Parillaud, Shanna, fille de Maïwenn Le Besco, Thalia, Sateen et Mao, enfants de Virginie Silla.

Réalisation (avec le concours de, entre autres, Alain Chabat, Pitof, Olivier Dahan, Pierre Morel et Louis Leterrier) d'un film promotionnel visant à présenter la candidature de Paris aux JO de 2012 aux membres du comité international olympique, le 6 juillet 2005 à Singapour, jour du choix de la ville organisatrice. Budget : 6 millions d'euros.

En 1996, Kathryn Bigelow, réalisatrice des films Strange Days et Point Break, conclut un accord avec Luc Besson pour développer un projet de film qui s’intitule Compagny Of Angels. Il s’agissait de conter les aventures de Jeanne d’Arc. Besson n'en serait que le producteur exécutif.

Après un gros travail de recherche et d’écriture, Bigelow est licenciée. Elle se serait opposée à l'embauche de Milla Jovovich (compagne du cinéaste) pour interpréter le rôle principal. Dès lors, Luc Besson développe seul le projet dont le titre devient Jeanne d'Arc.

La réalisatrice clame son indignation : « Luc Besson a eu accès au script et à toutes les recherches, idées et préparations, en plus de la logistique » et portera plainte. La date du procès entre Kathryn Bigelow et Luc Besson sera fixée au 16 août 2000. celui-ci n’aura jamais lieu, une entente à l’amiable sera trouvée.

En 2003, le magazine de cinéma Brazil publie une diatribe acerbe à l’encontre de Luc Besson. L’article de Hervé Deplasse Besson m’a tué… mon cinéma est un réquisitoire impitoyable contre le producteur-réalisateur de Taxi 4 et de Bandidas. Le critique accuse notamment Besson de faire « du cinéma pour être riche, mais aussi pour tirer de belles gonzesses qu’il fait jouer dans ses films ».

Luc Besson sera débouté de sa plainte.

Dans un article sur Le Cinquième Élément (1997), les Cahiers du Cinéma définissent le cinéma de Besson comme un cinéma du gimmick et de l'image-choc. Pour certains critiques, en effet, l'un des traits des œuvres de Luc Besson, est leur construction, moins fondée sur une vision cohérente d'un thème (à l'exception, peut-être, de Léon), que sur l'articulation d'images-choc, de répliques marquantes, de situations pittoresques, etc., indépendantes les unes des autres, scandant ses films. Des commentateurs voient dans le travail de Besson une sorte de catalogue de trouvailles.

Le Grand Bleu, Nikita, Léon, Le Cinquième Élément commencent par le même plan : la caméra survole (en plongée) une étendue régulière, puis l'axe de la caméra se redresse. Le titre apparaît au moment où l'axe de la caméra se confond avec la direction du travelling.

Luc Besson a collaboré avec le compositeur Éric Serra dès le court métrage L'Avant-dernier en 1981. Éric Serra participera ensuite à tous ses films, excepté Angel-A.

Éric Serra recevra la Victoire de la meilleure musique de film en 1985 et sera nominé aux Césars pour sa bande son de Subway. L'album devient rapidement disque d'or en France. Serra fait également une petite apparition dans Subway. Il joue Enrico, le bassiste d'Arthur Simms. Jean Reno jouait le batteur.

La bande originale du Grand Bleu s'est vendue à trois millions d'exemplaires dans le monde, dont deux millions en France. L'album contient, pour la première fois, une prestation vocale d'Éric Serra sur le titre My Lady Blue, co-écrit par Luc Besson. Pour son travail sur la bande originale du Grand Bleu, il a reçu une Victoire de la musique, ainsi qu'un César pour la meilleure musique de film en 1988.

Pour la bande originale du documentaire Atlantis, Éric Serra enregistrera un duo avec Vanessa Paradis.

Serra recevra d'autres récompenses : Victoires de la meilleure musique de film pour Nikita, Atlantis et Léon. La bande originale de Nikita aura également droit à un César dans la même catégorie.

En 2000, Serra a collaboré avec Luc Besson en composant la musique d'une série de publicités pour le compte du fournisseur d'accès Internet français Club Internet.

Il rencontre l'acteur Jean Reno sur le tournage du film Les Bidasses aux grandes manœuvres sur lequel il est assistant réalisateur en 1981. Il tourne cinq films avec lui : Le Dernier Combat (1983), Subway (1985), Le Grand Bleu (1988), Nikita (1990) et Léon (1994). Il a fait de l'acteur une star internationale.

Il fonde en 1999, sa société de production EuropaCorp avec Pierre-Ange Le Pogam — ce dernier incarnait le garde du corps d'Isabelle Adjani dans le film Subway.

Aujourd'hui cotée en bourse, sa société a financé plus de cinquante films, dont des blockbusters très rentables : la série de quatre Taxi, Yamakasi, Le Transporteur, mais aussi d'autres films plus intimistes comme : Trois enterrements, Les Filles du botanistes.

Dernièrement EuropaCorp a acquis les droits d'adaptation cinématographique d'Adèle Blanc-Sec, l'héroïne de bande dessinée de Jacques Tardi, créée en 1976. Trois films sont prévus dont le premier dès 2009. EuropaCorp a aussi acquis les droits d'adaptation cinématographique de La Mécanique du cœur, le troisième roman de Mathias Malzieu, pour un film d'animation en 3D.

Intervista est sa maison d'édition, aussi créée à la fin des années 1990. Elle publie la collection « Auteur et découverte d'un film », une collection « fiction jeunesse » et une collection consacrée à la littérature générale, « Les Mues ».

La Cité du cinéma est un projet de Luc Besson. Il a été présenté à la presse le 29 février 2008.

Sur un vaste terrain de 6,5 hectares, situé à Saint-Denis sur le site d'une ancienne centrale électrique, un important projet immobilier mettra à disposition : 10 plateaux de tournage, des bureaux, des restaurants, une école de classe préparatoire à l'entrée des deux grandes écoles de cinéma existantes (Femis et Louis Lumière). Son coût initial estimé est de 130 millions d'euros.

En 1986, il se prend de passion pour Anne Parillaud avec laquelle il a eu une fille, Juliette. Il lui offre un rôle sur mesure dans Nikita en 1990 qui aura un succès mondial et pour lequel elle a eu le César de la meilleure actrice en 1991. C'est lors de cette cérémonie qu'il rencontre la jeune Maïwenn Le Besco âgée de quinze ans.

En 1992, il épouse Maïwenn Le Besco avec qui il a sa deuxième fille, Shanna. Luc Besson a donné à Maïwenn un petit rôle dans Léon (1994), puis celui de la diva dans Le Cinquième Élément (1997). C'est lors de la réalisation de ce film qu'il tombe sous le charme de Milla Jovovich, d'origine ukrainienne, chanteuse et top-modèle.

En 1997, littéralement « ensorcelé », il abandonne Maïwenn pour épouser Milla Jovovich. En 1998, il lui offre le rôle de Jeanne d'Arc dans le film éponyme. Pour l'imposer, il se fâche avec Kathryn Bigelow (voir Le procès de Jeanne d'Arc). Mais le caractère naturellement rebelle de l'actrice fait que leur amour ne résiste pas longtemps et ils divorcent le 12 juin 1999.

Il est aujourd'hui marié depuis août 2004 avec la productrice Virginie Silla, la belle-sœur de Vincent Perez, avec qui il a eu trois enfants.

En janvier 2001, il a été condamné à détruire une partie de sa villa du Cap Bénat dans le département du Var, pour ne pas avoir respecté la loi sur le littoral.

En haut



Jean Reno

Jean Reno au Festival de Cannes en 2002

Jean Reno, de son vrai nom Juan Moreno y Herrera Jiménez ou Juan Moreno y Jederique Jiménez, (né le 30 juillet 1948 à Casablanca) est un acteur français né de parents espagnols.

Jean Réno naît à Casablanca où ses parents, originaires d'Andalousie, son père était de Sanlúcar de Barrameda et sa mère était de Jerez de la Frontera, ont fui le régime de Franco. La famille s'installe ensuite en France en 1960. Après avoir accompli son service militaire en Allemagne, Jean Réno, de retour en France se lance dans une carrière de comédien, montant une compagnie théâtrale avec Didier Flamand. Il fait des apparitions remarquées dans des films tels que Clair de femme de Costa-Gavras (1979) ou Le Dernier Combat de Luc Besson (1983). Sa collaboration avec ce dernier pour Le Grand Bleu, Léon ou encore Nikita lui confèrera une notoriété nationale puis internationale ; c'est à cette occasion qu'il apprend l'anglais, le film étant tourné dans cette langue. Multipliant les registres, il devient ainsi une des valeurs sûres du cinéma hexagonal, tournant avec les plus grands acteurs et réalisateurs français avant d'être sollicité par Hollywood où il devient un des rares acteurs français à connaître une vraie carrière internationale : Mission impossible avec Tom Cruise, Godzilla avec Matthew Broderick, Ronin avec Robert De Niro, La Panthère rose avec Steve Martin ou encore Da Vinci Code avec Tom Hanks.

Il a été nommé trois fois pour le César du meilleur acteur ; deux fois pour un premier rôle grâce à Léon et Les Visiteurs, ainsi qu'une fois pour un second rôle dans Le Grand Bleu.

Fait rare, Jean Réno est également très connu au Japon. On notera aussi que l'acteur a refusé le rôle de l'Agent Smith dans le film Matrix (qui sera finalement joué par Hugo Weaving) et choisit de jouer dans Godzilla.

Il s'est marié en troisièmes noces aux Baux-de-Provence (Bouches-du-Rhône) le 29 juillet 2006 avec Zofia Borucka, mannequin, auteure de chansons et comédienne britannique.

Aujourd'hui, Jean Reno est devenu un emblême pour le cinéma français. D'ailleurs, le président français, Jacques Chirac, le nommera Chevalier de la légion d'honneur lors du défilé du 14 juillet 1999. La cérémonie s'est tenue au mois de novembre 1999. Il est, en outre, la parrain de l'association "Enfance et partage".

Jean Reno a joué dans un téléfilm en 1974 sous le pseudonyme de Jonathan Brun.

En haut



Éric Serra

Éric Serra (9 septembre 1959, Saint-Mandé dans la région parisienne) est un compositeur de musique français.

Né le 9 septembre 1959 à Saint-Mandé, près de Paris, en France de Claude Serra, son père, poète et chansonnier et de sa mère décédée, quand il n'a que sept ans. Son père l'éleve en lui enseignant, entre autres, la musique.

À cinq ans, Éric apprend déjà à jouer de la guitare acoustique et à onze ans, son père lui offre une guitare électrique. Plus tard, il apprend également à jouer de la batterie, de la basse, du synthétiseur et du piano. En tant que guitariste autodidacte, il s'inspire fortement de Ritchie Blackmore, Alvin Lee, Jeff Beck et John McLaughlin. Il imite également ses bassistes préférés en reprenant les exploits de Stanley Clarke et Jaco Pastorius. À l'âge de quinze ans, il formait son premier quatuor nommé FLEP qui reprenait les répertoires de Deep Purple, Led Zeppelin, Jeff Beck et Return To Forever.

Sa carrière professionnelle commence tôt. Déjà à seize ans, il tourne avec le chanteur français Michel Murty. Il participe également à des sessions de studio avec Mory Kanté et Didier Lockwood, entre autres. En 1979, Serra travaille sur un album de Pierre Jolivet lorsqu'il fait la rencontre du jeune cinéaste Luc Besson pour la première fois. À l'époque, Pierre Jolivet et Luc Besson travaillaient ensemble sur quelques projets de court métrage. Les deux cinéastes unirent leurs efforts pour l'Avant Dernier, ainsi que pour les films le Dernier Combat et Subway. Luc Besson fut particulièrement impressionné par le talent musical de Serra et quelques années plus tard, il lui demanda de composer la musique de son court métrage l'Avant Dernier, puis de son premier long métrage le Dernier Combat.

En 1981, Éric Serra rencontre le chanteur Jacques Higelin qui l'invite immédiatement à jouer dans son spectacle le lendemain soir devant plus de 170 000 personnes à la place de la République de Paris. Serra co-composera au cours des années qui suivirent certaines chansons de Jacques Higelin telles que Coup de lune, Manque de classe et Slim Black Boogie. Pendant ce temps, il travaille à la bande originale du film Subway de Luc Besson et continue sa collaboration avec Jacques Higelin jusqu'en 1988. Le travail de Serra pour Subway est recompensé par la Victoire de la meilleure musique de film en 1985 et par un nomination aux Césars dans la même catégorie. La bande sonore originale est également certifiée double disque d'or en France. Il jouait d'ailleurs en petit rôle dans ce film, celui d'Enrico le bassiste, aux côtés de Jean Reno en batteur et du chanteur Arthur Simms. Il commença alors à travailler sur un projet qui deviendra le plus ambitieux de sa carrière : la bande sonore originale du film le Grand Bleu de Luc Besson. Il composa également les musiques du court métrage Ne quittez pas de Sophie Schmit, du film Kamikaze du réalisateur Didier Grousset et celle de la télésérie la Nuit du flingueur en 1984, 1985 et 1986 respectivement.

Partout en Europe et particulièrement en France, le Grand Bleu obtient un très grand succès qui se répercuta également à l'échelle planétaire. La bande originale fut acclamée par la critique de la même façon que le film de Luc Besson. Pour plusieurs, c'est l'œuvre la plus accomplie du duo Luc Besson et Éric Serra. Jusqu'à maintenant, cette bande originale s'est vendue à plus de trois millions de copie dans le monde, dont deux millions exclusivement en France. Cette bande originale contient la première interprétation vocale d'Éric Serra qu'il a composée avec Luc Besson, le titre de cette chanson est My Lady Blue. La bande originale du Grand bleu fut gagnante d'une Victoire et d'un César pour la meilleure musique de film en 1988, en plus d'avoir remporté le Grand Prix de la réalisation audio-visuel de la SACEM la même année. L'album fut certifié or, platine et diamant dans plusieurs pays. En 1989, Éric Serra est nommé Chevalier de l'Ordre des arts et des lettres par le ministre français de la Culture.

Deux années après l'odyssée du Grand Bleu, Éric Serra fonde son propre studio d'enregistrement qu'il baptise The X-Plorer et sa propre compagnie de production et d'édition musicale nommée The X-Plorians. Il y enregistrera toutes ses musiques synthétiques de ses bandes originales et des ses albums. Serra et Besson reviennent à la charge avec Nikita en 1990 et Atlantis en 1991. La bande originale du documentaire Atlantis nous permet d'apprécier deux nouvelles chansons d'Éric Serra dont une en duo avec la chanteuse française Vanessa Paradis. Les titres de ces chansons sont Time To Get You Lovin et Iguana Dance. On peut également savourer une partition essentiellement symphonique, une première pour Serra, parsemée de plages synthétiques, le tout dans une atmosphère résolument planante. Le travail de Luc Besson et d'Éric Serra continue d'être acclamé à travers le monde. Pour le film Nikita, le duo écrit une autre chanson qui obtient la collaboration du chanteur québécois Michel Pagliaro. Le titre de cette chanson est The Dark Side of Time. Serra travaillera plus tard en 1994 sur la bande originale du film Léon, toujours du réalisateur Luc Besson. Les bandes originales de Nikita, Atlantis et Léon se verront toutes décerner la Victoire de la meilleure musique de film au début des années 1990. La bande originale de Nikita aura également droit à un César dans la même catégorie. Pendant cette période, Serra travaille également à la production du premier album du chanteur sénégalais Doudou N'diaye Rose.

En 1995, il accepte de composer la bande originale du tout nouvel épisode de James Bond pour le grand écran intitulé GoldenEye. Malgré le bon travail de Serra, de nombreux fans de James Bond ne furent pas satisfaits de la bande originale et réclamèrent le retour au style de John Barry, compositeur de plusieurs musiques de la série. La contribution de Serra dans l'univers de James Bond nous fit tout de même découvrir une nouvelle interprétation vocale de sa part. Le résultat s'intitule The Experience of Love, et fut écrit en collaboration avec Rupert Hine, son producteur et ami, ainsi que la chanteuse israélienne Noa. L'année suivante, la compagnie Virgin Records offrait une compilation des meilleures pièces d'Éric Serra depuis le début de sa carrière de compositeur de musique de film. Cet album est connu sous différents noms : la Musique des films, Soundtracks, ou encore The Best of Eric Serra. Il contient quelques raretés provenant des bandes originales du Dernier Combat et de Kamikaze qui restent aujourd'hui des objets de collection rares et convoités.

En 1997, Éric Serra et Luc Besson présentent un film de science-fiction mettant en vedette Bruce Willis et Milla Jovovich. Ce film a pour titre Le Cinquième Élément. Serra composa une musique de film à saveur futuriste et très originale. Cette bande originale se vendra à plus de 750 000 copies dans le monde et nous offrit une autre chanson d'Éric Serra : Little Light of Love. Elle est sans doute la plus accomplie d'Éric Serra, qui a atteint une grande maturité lyrique. Elle nous permet également de découvrir le talent d'une jeune chanteuse israélienne du nom de Nourith. Cette chanson est également un prélude au premier album solo d'Éric Serra.

C'est finalement au printemps 1998 que l'album RXRA est mis sur le marché en quatre différentes versions : française, anglaise, japonaise et espagnole. La version française contient trois pièces originales en anglais pour un total de neuf pistes. La version anglaise reprend toutes les pistes de la version française, en anglais cette fois, en plus d'offrir une chanson additionnelle portant le titre de Drumming for You. Les versions japonaise et espagnole, quant à elles, sont identiques à la version anglaise, à l'exception de la chanson Réveillez les somnambules qui est reprise dans les langues respectives. Elle devient ainsi Muyuv Byoo Shao Okose en japonais et Despertad los somnambulos en espagnol. Cet album fut très apprécié des fans de Serra. Plus tard la même année, une édition spéciale dixième anniversaire de la bande originale du Grand Bleu est mise en vente dans un coffret plus élaboré que dans sa première version intégrale datant de 1988. En mars 1999, une seconde édition de la Musique des films paraît avec deux pistes supplémentaires tirées de la bande originale du Cinquième élément, il s'agissait de Little Light of Love et de The Diva Dance.

En 1999, il est recruté par Disney pour assister Phil Collins dans la réalisation des versions françaises des chansons du film d'animation Tarzan. En novembre de la même année, l'équipe de Luc Besson et Éric Serra revient avec un autre long métrage portant sur la vie de l'héroïne française Jeanne d'Arc. Pour Serra, il s'agit de sa première bande originale entièrement symphonique, à peu de chose près. Sur cette bande originale, nous pouvons entendre une nouvelle chanson écrite en collaboration avec la chanteuse Noa. Elle a pour titre My Heart Calling, chantée par Noa elle-même. Pendant cette année, Éric Serra participe également au premier album solo de Nourith, celle qui avait fait les chœurs sur RXRA. La participation de Serra s'est traduite par une chanson ayant pour titre Ela. L'année suivante, Serra collabore à nouveau avec Luc Besson en composant la musique d'une série de publicité pour le compte du fournisseur d'accès Internet français Club Internet.

Puis, en 2001, conjointement avec Sébastien Cortella et Stéphane Brossollet, Éric Serra compose et produit la bande originale du premier film de Richard Berry en tant que réalisateur intitulé L'Art (délicat) de la séduction. Le chanteur français Sacha prête sa voix à une chanson de la bande originale. Serra contribue également à la réalisation de la chanson Pauvres diables de Johnny Hallyday pour la bande originale du film 15 août de Patrick Alessandrin. Il produit aussi un album pour Benjamin Sportès en plus de composer la musique du court métrage Gun! de Stéphane Guénin.

Entre 2002 et 2005, Éric Serra reste toujours très occupé à différents projets collectifs dont quelques bandes originales pour les films Wasabi (avec Julien Schultheis) de Gérard Krawczyk, Rollerball (avec Nicolas Fiszman) de John McTiernan, Décalage horaire de Danièle Thompson et Bulletproof Monk (avec Stéphane Brossollet et Nicolas Fiszman) de Paul Hunter. Il produit et compose pour quelques groupes émergents tels que Harry Morse Project avec Love Bombing et Wild pour l'album intitulé Time.

Les années 2005 et 2006 seront bien remplies pour Éric Serra. Déjà Chevalier, il est élevé en 2005, au rang d'Officier de l'Ordre des arts et des lettres en France. Puis en partenariat avec Recall Group, il fonde une nouvelle étiquette musicale dédiée entièrement à la musique de film nommé Recall Music For Films. Ensuite, il travaille à la compostions de deux nouvelles bandes originales pour les films Bandidas de Joachim Roenning et Espen Sandberg et Arthur et les Minimoys, pour laquelle il remporte la Victoire de la meilleure musique de film, qui marque le retour de sa coopération avec Luc Besson après une interruption de 7 ans.

Serra trouve quand même le temps de donner des concerts de jazz avec son RXRA Group dans des bars européens et clôturer sa tournée au Festival international musique et cinéma d'Auxerre en 2005 et de produire un album pour Clémentine Célarié et ses fils ayant pour titre Family Groove en 2006.

Après s'être accordé un repos bien mérité au début 2007, Éric Serra reprenait la route des bars européens avec son groupe de jazz dont la tournée se termina par un concert grandiose à L'Olympia de Paris accompagné d'un orchestre symphonique de 60 musiciens.

Serra compte toujours réaliser un second album solo mais rien ne presse puisque les projets ne manquent pas: il travaille actuellement à la musique du prochain spectacle du Cirque du Soleil mettant en vedette Criss Angel qui sera présenté à Las Vegas à la fin de l'été 2008. Il est également pressenti pour composer les musiques des prochains films de Luc Besson: Arthur et la vengeance de Maltazard et Arthur et la guerre des deux mondes prévus pour 2009 et 2010 respectivement.

En haut



Le Grand Bleu

Le Grand Bleu est un film dramatique franco-américano-italien réalisé par Luc Besson, sorti en 1988.

Le film est inspiré de la vie de Jacques Mayol et de Enzo Maiorca. Il met en scène une compétition entre deux apnéistes. Jacques et Enzo se connaissent depuis l'enfance dans les années 1960. Ils ont grandi ensemble en Grèce et partagent depuis toujours leur passion pour la mer. Mais à la suite du décès du père de Jacques par accident au cours d'une plongée, ce dernier rentre en France. Vingt ans ont passé, mais la rivalité entre les deux hommes existe toujours. Le championnat du monde d'apnée No Limit à Taormina en Sicile à la fin des années 1980 sera l'occasion pour les deux hommes de se retrouver et d'explorer un monde que personne d'autre qu'eux ne connaît aussi bien.

L'exploitation en France rencontra un des plus gros succès de l'histoire du cinéma français, notamment auprès des adolescents. Le film sera projeté en 70 mm au Kinopanorama.

Partout en Europe et particulièrement en France, Le Grand Bleu obtient un très grand succès qui se répercuta également à l'échelle planétaire. La bande originale fut acclamée par la critique contrairement au film lors de sa sortie qui connut de nombreuses attaques. Pour plusieurs, c'est l'œuvre la plus accomplie du duo Luc Besson et Éric Serra. Jusqu'à maintenant, cette bande originale s'est vendue à plus de trois millions de copies dans le monde, dont deux millions exclusivement en France. Cette bande originale contient la première interprétation vocale d'Éric Serra qu'il a composée avec Luc Besson, le titre de cette chanson est My Lady Blue. La bande originale du Grand bleu fut gagnante d'une Victoire et d'un César pour la meilleure musique de film en 1988, en plus d'avoir remporté le Grand Prix de la réalisation audio-visuel de la SACEM la même année. L'album fut certifié or, platine et diamant dans plusieurs pays.

En haut



EuropaCorp

Logo de EuropaCorp

EuropaCorp est une société française de production et de distribution de film de cinéma qui a été créée en septembre 2000 par Luc Besson et Pierre-Ange Le Pogam. Elle diffuse également ses films en vidéo (diffusion de DVD par le biais du groupement d'intérêt économique Fox Pathé Europa ). De plus, le groupe gère les ventes de droits télévisuels en France, ainsi qu'à l'international.

EuropaCorp a le statut de société anonyme au capital de 192,905 millions d'euros, elle est inscrite au registre du commerce et des sociétés de Paris et son siège social se situe rue du Faubourg-Saint-Honoré, à Paris, avant de déménager au sein de la Cité du cinéma, à Saint-Denis, dont Luc Besson est l'initiateur.

Le Groupe EuropaCorp a pour but la production de longs métrages, ainsi que de la vente internationale des droits d'exploitation et de diffusion des films de son catalogue.

La société a fait dernièrement son introduction en bourse, et à rassemblé près de 7 000 actionnaires individuels, levant près de 70 millions d'euros. Cela permettra d'accélérer sa croissance, et de doubler progressivement le budget de ses films de 25 à 50 millions d'euros.

En haut



Arthur et la Vengeance de Maltazard (film)

Apposez le bandeau sur l’autre page du doublon.

Important : ajoutez une section dans Pages à fusionner en motivant votre proposition.

Pensez à informer le(s) contributeur(s) principal(ux) de la page et les projets associés lorsque cela est possible.

Arthur et la Vengeance de Maltazard est un film français de Luc Besson tourné aux États-Unis et produit par la société EuropaCorp actuellement en tournage et projeté pour 2009. Il s'agit de la suite d'Arthur et les Minimoys et second volet de la trilogie.

En haut



Source : Wikipedia