Lubumbashi

3.3713450291709 (684)
Posté par woody 05/03/2009 @ 22:12

Tags : lubumbashi, haut-katanga, république démocratique du congo, afrique, international

Dernières actualités
RDC : Lubumbashi, examen de l'avant projet de loi sur les micros ... - Agence de presse D.I.A.
Un atelier s'est ouvert lundi dernier à Lubumbashi en vue d'examiner l'avant projet de loi sur les micros finances. Les participants ont 3 jours pour se pencher, entres autres, sur les conditions d'accès aux micros finances et déterminer qui peut en...
Maman Sifa récolte 250 tonnes de maïs dans sa concession de Lubumbashi - Digitalcongo.net
Tenez, les employés de la ferme tenue par Maman Sifa, la mère du chef de l'Etat ont procédé en week-end, à la récolte du maïs dans sa concession de la commune annexe de Lubumbashi. Plusieurs tonnes de maïs ont été récoltées dans cette ferme de soixante...
La deuxième édition du Forum social africain se tient à Lubumbashi ... - Digitalcongo.net
Le Forum Social Congolais organise sa deuxième édition du 26 au 29 juin 2009 à Lubumbashi, dans la province du Katanga. Ce Forum Social Congolais se tient dans un contexte international marqué par des graves crises sociales, économiques et alimentaires...
Boxe : Championnat du monde en août à Lubumbashi - Digitalcongo.net
Lubumbashi, chef-lieu de la province du Katanga, abritera au mois d'août le championnat du monde de boxe initié par l'Ecurie Dalicom International. A l'initiative du promoteur de boxe Dalida Kasamba, propriétaire et fondateur de l'Ecurie Dalicom...
Mazembe prend part à la Cecafa à partir du 30 juin au Soudan - Digitalcongo.net
Cette compétition qui porte le nom du président rwandais Paul Kagame, son parrain, permettra aux corbeaux de Lubumbashi de parachever leur préparation pour la phase des groupes de la Ligue des champions d'Afrique qui commence le 19 juillet prochain....
Un lion offert au jardin zoologique de Kinshasa traîne encore à ... - Digitalcongo.net
Le jardin zoologique de Lubumbashi a gracieusement mis à la disposition du jardin zoologique de Kinshasa un lion que malheureusement faute de moyens de transport on n'arrive pas à faire parvenir dans la capitale. Le jardin zoologique de Lubumbashi,...
Des familles de Lubumbashi obligées d'abandonner leurs morts - AngolaPress
Lubumbashi - Des familles pauvres de Lubumbashi abandonnent le corps des leurs à la morgue, faute de moyens pour s'acquitter des frais d'inhumation. Résultat, c'est la ville de quelque 1,3 million d'habitants qui se charge de trouver une dernière...
Lubumbashi : réhabilitation des bâtiments de l'aéroport de la Luano - mediacongo.net
Selon le commandant de la RVA Lubumbashi, le gros des travaux consiste en la construction des trois grandes salles d'attente de type moderne ainsi que de nouvelles latrines répondant aux normes internationales de l'aviation civile, rapporte la radio...
Lubumbashi : des tradipraticiens motards qui vont vers les malades - Syfia Grands Lacs
(Syfia Grands Lacs/Rd Congo) Depuis peu, des tradipraticiens, ouest-africains ou congolais, circulent à moto à Lubumbashi, pour soigner à peu de frais les malades dans la rue ou à domicile. S'ils soulagent certains maux, ils ne peuvent pourtant pas...
Lubumbashi : condamnation du prévenu Tshimanga Flory à la peine ... - Digitalcongo.net
Le tribunal militaire de la garnison de Lubumbashi siégeant en matière répressive mercredi dernier, a condamné le prévenu Tshimanga Flory à la peine capitale pour avoir donné la mort à un sujet chinois Luo Hong Hu par balle en date du 24 septembre 2008...

Lubumbashi

Blason de Lubumbashi

Lubumbashi est la deuxième ville la plus peuplée de la République démocratique du Congo, après Kinshasa. Elle est la capitale de la province du Katanga (anciennement Shaba). Elle est désignée par capitale du cuivre.

Fondée en 1910 par les Belges sous le nom d'Élisabethville (d'après Élisabeth de Belgique), la ville fut renommée Lubumbashi en 1965. Elle fut aussi la capitale de l'éphémère État autoproclamé du Katanga (1960-1963), né sous l'impulsion de Moïse Tshombe.

Elle est le siège de plusieurs grandes sociétés congolaises dont la Société nationale des chemins de fer du Congo, la Gécamines et le groupe George Forrest.

La prison de Kasapa est situé à Lubumbashi.

Elle reçut ses premières armoiries le 20 décembre 1954.

Signification : Les croisettes monétaires katangaises rouges évoquent la richesse minière en cuivre du Katanga. Dans le même ordre d'idées, le chevron rouge pourrait symboliser une coulée de cuivre, à moins qu'il n'évoque l'extraction du minerai, comme pourrait le suggérer la devise qui signifie « des profondeurs vers les sommets ». Aujourd'hui, on pourrait aussi y voir le profil du terril, élément du paysage caractéristique de la ville. Tout ceci n'est toutefois qu'hypothétique. Quant au « E » couronné, il constitue une marque d'hommage à la Reine Elisabeth.

C'est avec cet écu que les « croisettes monétaires katangaises » firent leur entrée parmi les figures héraldiques. Cet objet en cuivre, qui servait de monnaie aux indigènes du Haut-Katanga jusqu'à l'arrivée des européens, se présente comme une petite croix légèrement pattée et aux extrémités arrondies, de 20 cm environ de côté. Cependant, en la représentant comme une petite croix grecque, les héraldistes officiels belges, mal informés, commirent une regrettable erreur. Au Katanga, elle est en effet traditionnellement représentée comme une croix de Saint André. Les armoiries civiques (voir celles de l'État de Moïse Tshombé du Katanga) ou personnelles ultérieures respecteront mieux la tradition.

L'actuelle ville portait le nom de Elisabethville avant de devenir Lubumbashi. En 1909, le prince héritier Albert visite la mine de l'Étoile, et sa région sans sa jeune compagne souffrante. C'est à cette période que l'on commence à parler de Elisabethmine et de Elisabethville (probablement en mémoire de la princesse). Il fut décidé de donner à la ville le prénom de sa jeune épouse. La ville conserva ce nom (bien que transformé en « E'ville » par les habitants) jusqu'au 3 octobre 1966.

Lubumbashi tire son origine du nom de la rivière au bord de laquelle elle avait été fondée. À l'occasion de la politique et philosophie de retour à l'authenticité prônée par le Président Mobutu, la ville - jadis Elisabethville - portera le nom de Lubumbashi en 1965.

La ville n’existe pas comme telle durant le XIXe siècle, bien que le site de Lubumbashi ait été occupé avant la colonisation.

À cause de sa situation géologique, à croire le rapport de Jules Cornet qui laisse entrevoir la grande richesse du sous-sol, l’actuelle région de Katanga reçoit des visiteurs – prospecteurs de partout l’Europe. Dès le début des années 1900, une société est constituée à Bruxelles pour assurer la mise en valeur des richesses du sol et du sous-sol. C'est l'Union minière du Haut Katanga (UMHK), actuel Gecamines. L’exploitation de la mine de l’Étoile commence. Le minerai de cuivre y est présent en grande quantité.

Pour des raisons propre à l’entreprise, elle décide d'installer une fonderie laquelle s'installera près des chutes de la Lubumbashi (qui lui fournit de l'eau en très grande quantité, les chutes étant de surcroît une source d'énergie possible). La fameuse cheminée se construit. De cette fonderie, sortent des lingots de cuivre.

La nécessité d'être avec un connaisseur se fait sentir. Le major ingénieur Emile Wangermee connaît bien le pays et se voit directement attribuer la mission de créer la nouvelle ville. Il choisit l'endroit : près de la mine de l'Étoile et près de l'Union minière du Haut Katanga. Il est considéré comme le fondateur de la ville.

Le personnel de la mine logeait dans les environs immédiats, dans des paillotes. À une quinzaine de kilomètres de là, se développent, dans des huttes, les services administratifs, la poste, les finances, la justice. L'atmosphère qui y règne est celle du Far West.

En 1909, la ville est créée sur papier : un quadrilatère de 20 kilomètres carrés de forêts. Il faudra défricher, araser des termitières, avec les moyens du bord.

Note : Cette section est chronologique.

L'UMHK a besoin de beaucoup de main-d'œuvre. Des travailleurs forcés sont déportés de Rhodésie, d´Angola et du Kasai (Balubas). Le rail apporte une foule d'aventuriers venus de Rhodésie et d'Afrique du Sud. Australiens, Grecs, Italiens, Portugais, Asiatiques, Anglais et Sud-Africains arrivent : la population s'agrandit.

En 2005, la ville possède 143 écoles primaires, avec 119 184 élèves (presque autant de filles que de garçons). Le taux de scolarisation au niveau primaire est de 70 % à 90 % de 7 à 14 ans, et est plus faible dans les quartiers dits d'auto-construction et dans les villages citadins.

En 1998, les 92 écoles secondaires comptent 37 754 élèves, dont deux fois plus de garçons que de filles. Ses écoles sont surtout des lycées, collèges, instituts d'enseignement général et rarement des écoles techniques ou centres de formation professionnelle. Entre 60 % et 90 % de la population de 15 à 21 ans fréquentent ces écoles.

L'enseignement supérieur est dispensé par 6 institutions, comptant 6 900 étudiants.

En 1910, il y avait 300 Européens et 1 000 Africains à Elisabethville. Désormais, la ville s'organise, prend de l'ampleur.

En haut



Aéroport international de Lubumbashi

L' aéroport international de Lubumbashi est un aéroport situé à Lubumbashi, en République démocratique du Congo (code AITA : FBM ; code OACI : FZQA).

En haut



Liste des communes de Lubumbashi

La ville de Lubumbashi en République démocratique du Congo compte 7 communes pour une superficie totale de 747 km².

En haut



Lubumbashi (commune)

La commune de Lubumbashi est une commune du centre de la ville de Lubumbashi en République démocratique du Congo. Elle a été progressivement réduite en superficie suite à la scission de Kamalondo au début du XXe siècle et de Kampemba en 1972.

En haut



Université de Lubumbashi

Blason de l’Université de Lubumbashi

L’Université de Lubumbashi (UNILU) est une université publique de la République démocratique du Congo, basée dans la ville de Lubumbashi. Créée en 1955, l’université s’appellera succèssivement : Université officielle du Congo et du Rwanda-Urundi, Université d’État d’Élisabethville, Université officielle du Congo, Université nationale du Congo / Campus de Lubumbashi, Université nationale du Zaïre / Campus de Lubumbashi et finalement Université de Lubumbashi. Elle compte près de 21 000 étudiants dans 10 facultés, 2 écoles supérieures et 1 institut supérieur. Son recteur est Kaumba Lufunda.

L’université est créée en 1955 comme Université officielle du Congo et du Rwanda-Urundi par l'Université de Liège (Belgique), et est ouverte en 1956.

En 1960, celle-ci est remplacée par l’Université d’État d’Élisabethville, pour devenir l’Université officielle du Congo en 1963.

En 1971, suite au regroupement des universités et instituts supérieurs en Université nationale du Congo, le site devient l’Université nationale du Congo / Campus de Lubumbashi et en 1972, Université nationale du Zaïre / Campus de Lubumbashi (UNAZA/Lubumbashi).

En 1981, suite à l’ordonnance-loi n˚ 25/81 portant sur la création d’établissements publics autonomes d’enseignement, créé l’Université de Lubumbashi.

En haut



Stade Municipal de Lubumbashi

Le Stade Municipal de Lubumbashi est un stade de football situé à Lubumbashi pouvant accueillir 35 000 personnes, il est le 3e plus grand stade du Congo-Kinshasa après le Stade des Martyrs et le Stade Tata Raphaël. C'est là que joue le TP Mazembe.

En haut



Kenya (Lubumbashi)

Kenya est une commune du sud de la ville de Lubumbashi en République démocratique du Congo. Elle fut la première extension créée en 1929 en extension du quartier Albert.

En haut



Katanga

Localisation du Katanga (en bleu foncé) à l'intérieur de la République démocratique du Congo

Le Katanga est la province la plus méridionale de la République démocratique du Congo, dont la capitale est Lubumbashi (anciennement Élisabethville). Sa superficie est de 518 000 km², sa population d'environ 8,2 millions habitants. Le plateau du Katanga accueille de nombreuses fermes d'élevage et d'agriculture. L'est (Manono) et le sud (Lubumbashi, Kolwezi) de la province renferment de très riches gisements de cobalt, cuivre, fer, radium, uranium, et diamant.

Selon les légendes les premiers habitants seraient des pygmées. Depuis le XVIIe siècle, le territoire était contrôlé par les ethnies Luba et Lunda. Les habitants utilisaient des croisettes de cuivre comme monnaie depuis le Xe siècle. C'est une monnaie d'échange à peine moins précieuse que l'ivoire. La fonte du cuivre était réservée à une secte masculine appelée "les mangeurs de cuivre". Le symbole par excellence du Katanga est le cuivre. Sa représentation la plus ancienne est la croisette de ce métal. La production de cuivre était saisonnière (saison sèche pour la récolte de la malachite puis, en octobre, fonte dans un four en terre). La quantité de cuivre extraite de cette façon est estimée à +/- 15 tonnes par an. La coulée était faite dans un moule de sable en forme de croix. Puis, on l'étirait en fil de cuivre de différentes épaisseurs.

À la fin du XIXe siècle, un commerçant de Tanzanie, M'Siri, fonda un éphémère royaume qui durera jusqu'à sa mort, lors de la prise de possession du territoire par les Belges en 1891. M’siri s'était livré à la traite des esclaves et échangeait ses sujets à des commerçants souaheli, arabes, portugais ou Mbundu contre des fusils.

Sous le contrôle belge à partir de 1884, les ressources minérales furent intensément exploitées par des entreprises européennes et belges en particulier (essentiellement l'Union minière du Haut Katanga). Comme la traite des noirs avait dépeuplé la région, l’administation coloniale déporta des dizaines de milliers de Lubas (du Nord Katanga ou du Kasai), d’Angolais, de Rhodésiens, de Ruandais comme travailleurs forcés pour les mines (le travail forcé fut abandonné quelques années après la Seconde Guerre mondiale). La province connut l’arrivée de quelques dizaines de milliers de colons. Avec la construction du Chemin de fer BCK reliant la province jusqu'à Port-Francqui le Katanga connut un développement spécifique et devint un gros pilier de l’économie congolaise.

À la suite de l'indépendance de la République démocratique du Congo en juin 1960, le Katanga fit sécession du gouvernement de Patrice Lumumba en juillet et déclara son indépendance sous l'impulsion de Moïse Tshombe et des milieux d'affaires pro-occidentaux.

Lumumba fut destitué en septembre 1960 lors d'un coup d'État orchestré par Joseph Mobutu. Tshombe fait alors appel à des mercenaires, dont Tony de Saint-Paul, ex sous-lieutenant de l'armée française, et Bob Denard; de fin 1960 à janvier 1963, ils seront les "affreux".

Les forces militaires sous l'égide des Nations unies menèrent une campagne de deux ans pour réintégrer le Katanga au Congo, conclue par un plan de conciliation national en janvier 1963.

En 1966 le gouvernement congolais nationalisa l'Union Minière du Haut Katanga, sous le nom de Gécamines. En 1971, le Katanga prit le nom de Shaba (cuivre en swahili). Au cours des années 1970, plusieurs insurrections furent matées par le gouvernement central Zaïrois avec l'aide de pays étrangers. En 1978 par exemple, le 13 mai, 4 000 rebelles venus d’Angola occupèrent la ville de Kolwezi, le principal centre minier de la province. L'armée nationale fut incapable de tenir le choc. Quelque 700 Africains et 280 Européens trouvèrent la mort lors de cette invasion. Le Zaïre demanda l'aide des États-Unis d'Amérique, de la France,du Maroc et de la Belgique pour restaurer l'ordre. Les 2 800 ressortissants européens restant furent sauvés par le 2e régiment étranger de parachutistes conduit par le colonel Erulin. Cependant il y a toujours la rumeur à Kolwezi que ce sont les services secrets zaïrois qui ont tiré sur les européens afin de faire intervenir les armées belge et française.

En 1993 après l’effondrement du bloc soviétique, la communauté internationale fait pression sur Mobutu afin qu’il démocratise le pays. À la suite d’une large consultation nationale initiée par le Président, une Conférence nationale dite souveraine fut organisée.A l'issue de cette conférence présidée par Mgr Laurent Mossengo, Étienne Tshisekedi, un luba du Kasai, est élu premier ministre. Cette élection provoqua des affrontements meurtriers entre les Katangais "d'origine" et les Kasaiens vivant au Katanga. Du côté katangais, l'inspirateur du mouvement fût le Gouverneur Gabriel Kyungu wa Kumwanza (un Luba du Katanga). Cette situation engendra des déplacement massifs des Kasaiens et la perte de leurs emplois. Pendant une longue période,les deux communautés sont demeurées dans un antagonisme qui fût fustigé par la société civile et notamment la Conférence épiscopale de l'église catholique du Katanga.

La province reprit le nom de Katanga en 1997, après la chute et l'exil de Mobutu.

La population du Katanga est de 8 167 240 en 2003, avec 49,7 % d'hommes et 50,3 % de femmes, et un taux de croissance de 3,9 % par an. 61,5 % des habitants ont moins de 20 ans et 52 % moins de 15 ans.

Les différentes ethnies de la province sont le plus souvent mélangées, à cause des différentes migrations au cours des derniers siècles (conquêtes, industralisation). Les groupes dominants sont les Lubas, les Arunds (regroupant les Lundas, les Tchokwés, les Luenas, les Ndembos, les Minungus), les Sangas, les Bembas et les Lambas. Les minorités ethniques sont les Bambote, les Bayazi, les Ndembos, les Batabwas, les Kalwenas et les Hembas.

Suite à un accord conclu en 1975 avec le régime du président Mobutu, le Shaba accueillit, sur un espace étendu de 100.000 km², le développement du programme balistique de la société civile allemande OTRAG. Dès 1977, les essais de tirs commencèrent mais sans résultats tangibles. En 1978, une dernière fusée fut tirée mais elle s'écrasa au sol après quelques secondes de vol, un épisode qui devait marquer la fin de ce programme tant par l'absence de succès que par les pressions politiques exercées par l'URSS et les autres voisins africains.

En haut



Annexe (commune)

Annexe est une commune essentiellement rurale de la ville de Lubumbashi en République démocratique du Congo. Elle entoure entièrement les autres communes du centre urbain de la ville. Elle fut créée en 1957 pour répondre à l'urbanisation croissante de Lubumbashi.

En haut



Brasseries du Katanga

Les Brasseries du Katanga ou Brasseries Simba sont une entreprise brassicole établie à Lubumbashi, Katanga, en République démocratique du Congo.

En kiswahili, Simba signifie lion, et Tembo signifie éléphant.

Simba existe au moins depuis 1937 (retrouvé sur base d'un vieux calendrier), peut-être encore avant ? On peut en tout cas dire que les Brasseries du Katanga, anciennes filiales du groupe brassicole belge Interbrew, existent depuis 1925. Comme son nom l'indique, plusieurs brasseries. On en retrouvait à Elisabethville (actuellement Lubumbashi), Likasi, Kamina, Kolwezi et Kinshasa. Aujourd'hui, Brasimba appartient au groupe Casteel-Bgi. Ce dernier est actif dans la boisson alcoolisée ou non.

En haut



Katuba

Katuba est une commune du sud-ouest de la ville de Lubumbashi en République démocratique du Congo. Elle fut créée en 1950 pour répondre à l'urbanisation croissante de la ville.

En haut



Kampemba

Kampemba est une commune de l'est de la ville de Lubumbashi en République démocratique du Congo. Elle est née en 1972 de la scission de la commune de Lubumbashi dont elle constituait la partie orientale.

En haut



Source : Wikipedia