Louvroil

3.3731343283379 (1072)
Posté par rachel 30/03/2009 @ 16:07

Tags : louvroil, nord, nord-pas-de-calais, france

Dernières actualités
Médecine du travail : la fusion entre Maubeuge, Fourmies et ... - La Voix du Nord
Deux ans qu'un projet de fusion entre les médecines du travail de Maubeuge-Louvroil, Fourmies et Valenciennes est sur les rails. Alors que tout le monde semblait d'accord, quatre membres du conseil d'administration de Valenciennes ont rebroussé chemin....
La salle de musculation rouvrefinalement ses portes lundi - La Voix du Nord
Voilà quinze jours la municipalité de Louvroil fermait la salle de musculation. Des problèmes de gestion, associés à une réunion fortement agitée, avaient abouti à cette décision. Mardi soir, au terme d'une assemblée, il a été décidé de la réouverture...
Actualité Maubeuge - La Voix du Nord
Pharmacie : Maubeuge, Louvroil, Rousies, Ferrière, Mairieux : se présenter au commissariat de Maubeuge. De 19 h à 20 h, pharmacie Mutualiste, 3, rue de la Croix, à Maubeuge. - Jeumont, Marpent, Boussois, Recquignies et Cousolre : se présenter au...
Salem Bouaita : « Je veux prouver que c'est toujours moi le champion » - La Voix du Nord
Demain soir, salle Marcel-Dufour à Louvroil, il sera opposé à l'Espagnol Jorge Perez Cruz. 2008, année terne pour Salem Bouaita. En mai, dominé par le Britannique Rendall Munroe pour le titre de champion d'Europe, le Louvroilien annonce la fin de sa...
Des cigarettes de contrebande saisies à Louvroil - La Voix du Nord
Vendredi, les douanes de Bavay effectuaient un contrôle sur la RN 2, dans la traversée de Louvroil. Ils ont arrêté un ressortissant lituanien au volant d'un véhicule et, en effectuant la fouille de la voiture, ont découvert à l'intérieur quatre gros...
Les benjamins de l'US Maubeuge s'adjugent le challenge J.-L. Robbe - La Voix du Nord
C'est Jean-Louis Robbe qui, ovationné pour sa 56e année au sein de l'USM, a procédé à la remise du trophée aux vainqueurs. > Le classement : 1. US Maubeuge 2. Bavay 3. Fourmies 4. Dompierre 5. US Maubeuge 3 6. Louvroil 7. Le Quesnoy 8. US Maubeuge 2 9....
Actualité Maubeuge - La Voix du Nord
Maubeuge, Louvroil, Rousies, Ferrière, Mairieux : se présenter muni d'une pièce d'identité au commissariat de police, à Maubeuge. Hautmont et environs : suivre les instructions affichées sur la vitrine de votre pharmacie. Jeumont, Marpent, Boussois...
Philippe Pichol, le glacier itinérant, est resté un artisan - La Voix du Nord
La semaine dernière, à la brocante de Louvroil, c'était impeccable. Ça compense par rapport aux mauvais jours. On dépend aussi de l'argent des gens, qui viennent plutôt nous voir en début de mois, quand le salaire est tombé....
Sports Avesnes - La Voix du Nord
Vendredi 5 juin, le Boxing sport de Louvroil organise un gala, salle Marcel-Dufour à Louvroil. Chez les professionnels, Salem Bouaita combattra pour la ceinture de l'Union européenne des super-coqs. Il sera opposé à un Espagnol de 24 ans, originaire de...

Louvroil

Carte de localisation de Louvroil

Les habitants sont appelés les Louvroiliens et Louvroiliennes.

Commune contigüe à Maubeuge au sud-ouest, c'était autrefois, quand Maubeuge était confinée dans son enceinte fortifiée par Vauban, une commune rurale de l'Avesnois. "Louvroil" viendrait de loup, témoignant que son noyau villageois était isolé dans le bocage avesnois.

C'est l'expansion urbaine des deux communes et celle de Hautmont qui les a réunies dans une agglomération.

C'est en 884 qu'apparaît pour la première fois le nom de Louvroil (Loveruva). A partir de 1158 et pendant plus de six siècles, le village fut rattaché à l'abbaye d'Hautmont ; ce n'est qu'en 1789, lors de la Révolution, que les paysans de Louvroil réclamèrent l'abolition des privilèges et la fin de la tutelle hautmontoise.

Au XIXe siècle, la révolution industrielle transforme le petit village agricole en petite ville industrielle : de 812 habitants en 1845, Louvroil passe à 2185 habitants en 1881. Au début du XXe siècle, avec la métallurgie, la canalisation de la Sambre, l'arrivée du chemin de fer et le développement des activités sidérurgiques, la ville connaît une croissance ininterrompue, passant successivement à 4750 habitants en 1906 et à 5251 en 1914.

Durant la Première Guerre mondiale, Louvroil subit les bombardements allemands : le pont Michaux et 150 maisons sont détruits, le centre-ville est durement touché. La guerre terminée, la ville reprend sa croissance pour atteindre rapidement les 8000 habitants.

La Seconde Guerre entraîne l'entrée de la ville dans une période de résistance ; la 27ème compagnie de Francs-Tireurs et Partisans empêche alors les Allemands de détruite le pont Michaux, permettant ainsi aux troupes alliées de foncer sur Mons.

La libération marque le début d'une période de reconstruction cruciale et doublement bénéfique pour la ville. Les industries tournent à plein rendement pour assurer la production de matériaux et la population augmente encore.

Toutefois, la fin des Trente Glorieuses est particulièrement difficile pour la région, et les années 70 et 80 voient de douloureuses restructurations industrielles et une explosion du chômage. La situation catastrophique de l'époque s'est depuis améliorée, mais la ville possède toujours un des taux de chômage les plus élevés de la région, pourtant déjà défavorisée.

Réélue maire aux élections municipales de 2008 avec une progression de 10 %.

En haut



Maubeuge

Port de mons maubeuge inscription.JPG

Maubeuge (Mabuse, en néerlandais) est une commune française, située dans le département du Nord (59) et la région Nord-Pas-de-Calais, principale commune de l'agglomération Maubeuge Val de Sambre.

Ses habitants sont appelés les Maubeugeois.

Maubeuge se situe au sud du département du Nord, entre Valenciennes - Lille à l'ouest, Charleroi - Liège à l'est, Mons - Bruxelles au nord, Laon - Paris au sud. La ville, baignée par la Sambre navigable, est une porte du parc naturel régional de l'Avesnois.

La ville de Maubeuge est la plus importante de l'arrondissement d'Avesnes-sur-Helpe, au cœur d'une agglomération de plus de 120 000 habitants comprenant notamment les communes de Hautmont, Jeumont, Louvroil, Feignies, Rousies, Ferrière-la-Grande et Aulnoye-Aymeries. Il s'agit d'une agglomération transfrontalière puisque le tissu urbain est continu de part et d'autre de la frontière franco-belge, entre les villes de Jeumont (France) et d'Erquelinnes (Belgique).

La frontière belge passant à 7 km au nord de la ville, le bassin houiller tout proche est presque entièrement en territoire belge, dans le Borinage. Maubeuge n'est d'ailleurs pas à proximité immédiate d'une ville française, mais d'une ville belge, Mons, avec laquelle elle partage une politique culturelle commune.

Les premières traces documentées de la ville datent d'environ 256 après Jésus-Christ, lorsque les Francs ont pénétré la région via les vallées de la Sambre et de la Meuse. Ils y tenaient annuellement leurs assises judiciaires, les Mahal, en un lieu appelé Boden, ce qui finit par donner au siège de ces assemblées le nom de Malboden ; une hypothèse sur l'origine du nom de Maubeuge provient d'ailleurs de l'éventuelle transformation à l’ère médiévale de ce terme en Malbodium, lorsque, vers 661, sainte Aldegonde, fondatrice de la ville, y installa un monastère.

La première enceinte du domaine des chanoinesses disparut dans un incendie à la fin du XVIe siècle siècle. En 1339, le comte Guillaume autorisa l’édification de nouveaux remparts plus vastes comprenant six portes et vingt-deux tours sur trois kilomètres. Mais malgré ces prudents aménagements, la ville de Maubeuge fut, jusqu’à son rattachement à la France en 1678, saccagée et pillée plus de vingt fois.

D'abord comprise dans le royaume d’Austrasie que gouvernait la reine Brunehilde, elle fit ensuite partie du comté de Hainaut sous les premiers rois carolingiens. En 843, lors du partage des États de Louis le Débonnaire, elle passa dans le royaume de Francie médiane, puis en 870 fut rattachée au royaume de France par le traité de Mersen. En 925, les Régnier accédèrent au titre de comte de Hainaut, sous la suzeraineté des empereurs d’Allemagne. La province passe aux ducs de Bourgogne de 1425 à 1477, à la maison d’Autriche de 1478 à 1513, et à la maison d’Espagne de 1513 à 1678.

Maubeuge ne fut définitivement rattachée à la France par le traité de Nimègue que le 17 septembre 1678, ratifié par le roi Louis XIV le 3 octobre, et par le roi d’Espagne le 14 novembre. La ville vécut alors une période de calme relatif, Louis XIV ayant chargé Vauban, en 1679, d’en faire une place forte. Pour ce faire, 8 000 ouvriers furent recrutés parmi les paysans de la région ainsi qu'en Italie et travaillèrent pendant huit ans à élever les remparts et les deux portes monumentales d'accès à la ville (portes de Mons et de Paris - cette dernière abattue en 1958). Les cartes de la moitié du XVIIIe siècle (celles de l'Atlas de Trudaine par exemple) nous montrent ainsi Maubeuge comme une ville essentiellement militaire et fortifiée, entourée de quelques cultures et bénéficiant du proche Bois de Beaufort pour son alimentation en bois.

Maubeuge connaîtra ainsi une période plus paisible au cours du XVIIe siècle. Cet intermède dure peu toutefois, et la citadelle ne tarde pas à subir les conséquences des guerres de la Révolution et de l’Empire. En 1793, la ville est ainsi attaquée par les Autrichiens menés par le Prince Frédéric Josias de Saxe-Cobourg-Saalfeld. La victoire de Wattignies, les 15 et 16 octobre, permet cependant de lever le blocus du camp retranché par l’armée du Nord avec Carnot, Jourdan et Duquesnoy.

En 1818, l’économie de la ville redémarre. La Révolution industrielle se concrétise, notamment suite à la canalisation de la Sambre, qui facilite l’approvisionnement en charbon depuis Charleroi. Dès 1837, les hauts-fourneaux et laminoirs se multiplient autour de la rivière, notamment dans le quartier de Sous-le-Bois.

La Première Guerre mondiale va éprouver à nouveau la cité sambrienne. En 1914, Maubeuge résiste sous la direction du Général Fournier, puis est prise. En 1918, elle est délivrée par les Britanniques. Malgré le traumatisme, les destructions matérielles sont relativement mineures alors que le proche bassin minier est quasiment rasé.

La Seconde Guerre mondiale aura en revanche un effet désastreux sur la ville : en mai 1940, les Allemands en incendient le centre historique avec des grenades incendiaires ; détruisant le cœur de Maubeuge à plus de 90 %. Le 2 septembre 1944, la cité est libérée de l’occupant allemand par les Américains, commandés par le général Rose. Kléber Leulier est nommé maire par le gouvernement provisoire.

Commence alors la période de tous les changements : André Lurçat, nommé « architecte en chef du Bassin de la Sambre » par le ministre de la Reconstruction, va entreprendre une redéfinition de la ville sans précédent. L'architecte propose un programme complet de reconstruction, basé sur l’utilisation des ressources premières du territoire pour favoriser la relance économique et la préservation du patrimoine ancien. Il s’oppose ainsi au démantèlement complet des fortifications de Vauban, proposant d’étendre le centre-ville par le Sud en ne supprimant que la partie des remparts située sur la rive droite de la Sambre. Attaché à gommer les disparités sociales intra-urbaines, Lurçat fait table rase des tracés du passé, allant jusqu’à rabaisser le niveau de la ville haute et à remonter celui de la ville basse.

À la fin de la guerre, plusieurs industries renommées viennent s’installer dans la région. Mais dès 1953-54, des difficultés surgissent, qui se précisent dans les années 1960. De 1962 à 1968, le Bassin de la Sambre subit une forte récession. Il semble indispensable de reconvertir les activités et de les diversifier. La création d’une zone industrielle permet d’accueillir l'usine Chausson en 1971, qui constituera Maubeuge Construction Automobile (MCA), filiale de Renault. L’installation de ces ateliers donne un second souffle à l’activité industrielle de Maubeuge.

Malgré cela, le bassin de la Sambre va connaître une terrible période de récession de 1975 à 1990, perdant près d’un quart de ses emplois. La situation économique de la ville, si elle tend à s'améliorer après des années difficiles, reste délicate.

Le 3 août 2008, en début de nuit, une tornade s'est abattue sur Boussières-sur-Sambre, Hautmont, Neuf-Mesnil et Maubeuge, provoquant d'importants dégâts. À Maubeuge, 679 habitations, dans un secteur extrêmement diffus, ont été touchées, dont 463 logements privés et 216 logements de bailleurs sociaux, 112 d'entre eux étant désormais inhabitables. Plus d'un millier d'arbres ont été détruits : remparts, parcs du Tilleul, Paillot, Sainte-Émilie, etc. Le parc zoologique est resté fermé jusqu'au milieu du mois d'août. Une quarantaine de bâtiments communaux ont subi des dégâts, notamment le stade, le clocher de l'église de Sous-le-Bois, les écoles et la salle des fêtes de Sous-le-Bois et le toit de la piscine Pasteur.

La ville de Maubeuge est divisée en différents quartiers, qui possèdent chacun leur propre conseil.

Montplaisir forme avec les quartiers de Douzies et de Sous-le-Bois le Grand Sous-le-Bois. C'est un quartier historiquement ouvrier, ayant vu la création de forges, de faïenceries et d'usines sidérurgiques, alimentées par voie ferroviaire avec le charbon du Borinage et le minerai de fer de Lorraine.

Les lieux-dits du quartier sont évocateurs de son histoire industrielle. La Cité de la Céramique fait ainsi référence à la fabrique de céramiques de Montplaisir, créée en 1882, qui employait 250 ouvriers. Certaines maisons anciennes de Maubeuge sont, encore à l'heure actuelle, embellies par ses carrelages. De la même manière, on suppose aujourd'hui que la rue de la Briqueterie abritait une fabrique grâce à laquelle on construisait ces logements de briques rouges caractéristiques du bassin de la Sambre.

Situé dans le Grand Sous-le-Bois, Douzies est également un quartier ayant connu une forte croissance industrielle aux XIXe et XXe siècles.

À l'heure actuelle, les zones industrielles du Champ de l’Abbesse et de la Petite Savate recensent 36 entreprises. Un pôle universitaire, antenne de la faculté de Valenciennes, est également présent, comportant un IUT informatique et une école d’ingénieurs.

Il s'agit du quartier le plus populaire de la ville, et également du plus important en population. C'est également et surtout un quartier chargé d’histoire, avec un passé industriel fort.

Sous-le-Bois était à l'origine une forêt d'environ 120 hectares, propriété des chanoinesses de Maubeuge. C’est l’apparition de l’industrie, au XIXe siècle, qui change le paysage de manière radicale : entre 1837 et 1852, six hauts fourneaux sont construits, suivis d’une fonderie, de laminoirs pour fabriquer rails et tôle, et d'ateliers pour construire du matériel de chemin de fer. Les matières premières sont importées du Borinage et les produits finis sont transportés vers la région parisienne par voie ferroviaire ou fluviale.

L'afflux de main-d’œuvre, de France et surtout de Belgique où elle était moins coûteuse à l'époque, bâtit, réorganise, densifie et redessine le quartier. Un presbytère, un cimetière, une école, une bibliothèque et un hospice sont construits. La caisse de secours et la caisse d'épargne font leur apparition, favorisant l'accession à la propriété des ouvriers à leur logement. La place de l'Industrie, au nom évocateur, devient le centre d'activité du quartier : l'église, la salle des fêtes, le kiosque à musique y sont construits, et la place est souvent animée par les fêtes populaires, les ducasses et les tournois de jeu de paume.

En 1884, pour accompagner ce développement galopant, est construite la gare de Sous-le-Bois ; c'est à partir de 1906 que la population du faubourg (7 638 habitants) dépasse celle du centre-ville. Trois ans plus tôt, la Société des transports de Maubeuge avait acquis du département la concession du tramway. La ligne Maubeuge/Hautmont par Sous-le-Bois officia jusqu’en 1940, date à laquelle elle fut détruite et jamais reconstruite.

Dans les années 1970, le quartier subit de plein fouet la crise industrielle qui le laisse, encore maintenant, dans une situation difficile. Aujourd'hui, Sous-le-Bois est une zone franche urbaine (ZFU). Le lycée André-Lurçat, construit en 1994, permet d'y maintenir une activité permanente.

La zone de l'Épinette était à l’origine un encart rural composé de champs et de pâtures autour des fermes du Grand Bois et des Sars. L'urbanisation du quartier date de 1965, date à laquelle fut approuvé le plan d'aménagement destiné à désengorger un centre-ville surpeuplé qui avait connu une trop forte poussée démographique.

Le quartier commence avec l'installation du premier supermarché de la région, "La Montagne", devenu plus tard Continent, puis Carrefour. Un habitat collectif et des services se développent rapidement autour. Aujourd'hui, la décadence de l'habitat, le chômage, la délinquance et la désaffection des services, typiques de ce genre de quartier bâti dans les années 1970, ont placé l'Épinette dans le cadre du plan de renouvellement urbain au niveau national.

Le Pont-Allant est un quartier essentiellement résidentiel, où l'habitat collectif est rare. Le lycée Pierre-Forest et le collège Guillaume-Budé y sont présents.

Le faubourg Saint-Quentin devrait son nom aux bénédictins portant le nom de chanoines de Saint-Quentin.

Pilier de l'histoire du quartier, le bâtiment Sculfort fut construit par Gustave Sculfort en 1852. On y fabriquait alors de la quincaillerie et les premières machines-outils. En 1914, 1 200 ouvriers y travaillent. La société, comme beaucoup d'autres, disparut définitivement dans les années 1960. Les bâtiments seront toutefois réutilisés dans les années 1990 pour y installer la Luna (la salle de concerts de la ville) et l'Espace Sculfort, l'un des principaux centres d'expositions.

C'est également au faubourg Saint-Quentin que se trouve le centre hospitalier, qui y fut construit suite à la destruction du précédent lors de la Seconde Guerre mondiale.

De la même manière que pour les Provinces Françaises ou pour les grands ensembles de l'Épinette, ce quartier est une conséquence de la reconstruction d'après-guerre et de l'explosion démographique qui a suivi. L'histoire de ce quartier débute donc en 1960 : alors que de nombreuses entreprises viennent s'implanter dans la région, le centre-ville n’est pas encore achevé. En 1959, le conseil municipal décide donc du démarrage d’un nouveau programme de logements sociaux.

La reconstruction fut menée par l'idée de la mise en avant de Maubeuge en tant que première ville française après la frontière belge. C’est pourquoi les noms des nouveaux quartiers font tous référence à des personnages importants de l'histoire de France : écrivains, rois, ou comme ici, présidents.

C'est le plus petit quartier de Maubeuge, essentiellement résidentiel et enclavé par la voie ferrée au nord et la route d'Avesnes à l'ouest.

Il s'agit, au même titre que les Présidents, d'une zone d'habitation collective construite lors de la poussée démographique des années 1960. Aujourd'hui, c'est l'un des quartiers les plus défavorisés, qui renvoie une image inhumaine à la ville : grands ensembles, immeubles inhospitaliers, quartier enclavé, dortoir déserté par les commerces et services.

L'économie maubeugeoise, comme dans beaucoup de villes du Nord, repose encore essentiellement sur l'activité du secteur secondaire. Le secteur primaire, de par l'urbanisation du territoire communal, n'y est que peu représenté (ferme du Grand Bois).

À partir des années 1970, Maubeuge a dû faire face à une vague de fermetures d'usines, conséquence de la crise industrielle ; la vallée de la Sambre a alors compté près de 20 000 chômeurs pour 100 000 habitants, renvoyant une durable image de ville perdue, pauvre et sinistrée. A l'heure actuelle, le résultat des politiques successives de reconversion tend à faire oublier ce passé douloureux ; toutefois, malgré un rebond économique indubitable, des travaux d'embellissement et un développement culturel volontariste, la ville peine à effacer sa réputation désastreuse, et il n'est pas rare de croiser dans les quartiers des vestiges délabrés de l'ère industrielle.

Par ailleurs, l'agglomération, très orientée vers l'industrie et la sidérurgie, demeure dans une perspective de reconversion limitée dans des secteurs en crise ; en conséquence, la population maubeugeoise comporte une forte dominante ouvrière. Le revenu des ménages y est largement inférieur à la moyenne de la population française (11 319 €/an contre plus de 15 000 € en moyenne pour la province). Le taux de chômage, ayant connu une forte baisse mais toujours à 15,5 %, reste également au-delà des standards nationaux. En 2004, on comptait également 202 RMIstes pour 1 000 allocataires, contre 106 pour la France métropolitaine.

À noter finalement que certaines zones de Maubeuge et de Louvroil ont obtenu le statut de Zone franche urbaine (ZFU) en 2003 jusqu'en décembre 2008.

Dès 1969, en pleine crise industrielle, Maurice Schumann, ministre d’État du général De Gaulle et Pierre Forest, le maire de Maubeuge, avaient prévu la construction d'une usine de construction automobile regroupant 6 000 emplois. À partir de cette époque, l'industrie locale s'est développée autour de l'automobile, tendance qui ne s'est jamais démentie depuis.

Aujourd’hui, l’usine Maubeuge Construction Automobile (MCA) appartient au groupe Renault-Nissan et compte encore plus de 2 500 employés. Une zone d'accueil de fournisseurs a vu le jour aux côtés de l'usine, qui réunit quelques entreprises sous-traitantes de Renault. La zone industrielle de Grévaux-les-Guides, ainsi constituée, représente le principal foyer d'emplois du bassin de la Sambre et le 4e pôle automobile du Nord-Pas-de-Calais .

Le groupe Vallourec a été fondé, entre autres, dans la banlieue maubeugeoise (le nom "Vallourec" étant un concentré de Valenciennes, Louvroil et Recquignies). Aujourd'hui, certaines usines du groupe subsistent dans l'agglomération : Cerec à Recquignies, Interfit à Maubeuge.

Maubeuge a également une tradition industrielle dans la céramique et le verre, dont un des principaux représentants dans l'agglomération est AGC Flat Glass Europe - Usine de Boussois. L'entreprise a notamment réalisé les vitres de certains métros et RER de la région parisienne. Elle assure la fabrication de verre plat par le procédé "Float-Glass" et la fabrication de vitrages pour l'automobile.

La principale surface commerciale de l'agglomération, se situant sur les communes de Louvroil et Hautmont, s'articule autour d'un hypermarché Auchan. Actuellement, le centre commercial s'étend sur plus de 35 000 mètres carrés, supplantant de loin le centre-ville de Maubeuge, qui connaît par ailleurs des difficultés fréquentes pour les villes moyennes : désaffection des habitants, fermetures de petits commerces de proximité, manque de dynamisme du tissu commercial.

Les perspectives de développement des centres des autres communes de l'agglomération apparaissent quant à elles encore plus limitées ; ces dernières doivent en effet subir le développement des centres commerciaux périphériques et l'implantation des hard-discounters (ouvertures en 2006 de deux enseignes Ed à Maubeuge intra-muros, sur un marché déjà occupé notamment par Penny Market et Lidl).

La commune, qui se réclame du concept de "campagne à la ville", a de fait été récompensée à plusieurs reprises au niveau régional. Elle a obtenu trois fleurs et a participé au concours national, pour l'obtention des quatre fleurs. De nombreux espaces naturels entoure le centre-ville : Petit Bois, Parc du Tilleul, Sambre, étang Monier, parc zoologique, etc. Les Floralies du Nord se sont déroulées en 2006, à l'espace Sculfort, réunissant des milliers de visiteurs.

Maubeuge a su préserver et valoriser son patrimoine architectural et naturel riche de 1800 ha de verdure. Le centre ville est enchâssé dans les remparts construits par Vauban. Des compositions florales imaginées par les artistes du groupe MADI sont reproduites en mosaïculture afin de populariser l’art géométrique, objet d’une fondation maubeugeoise.

La ville intra-muros recèle de nombreux sites, édifices, monuments de toutes époques, qui possèdent une réelle valeur patrimoniale et des caractéristiques architecturales singulières.

La ceinture fortifiée sauvée du démantèlement se développe en couronne boisée d’ouest en est sur la rive gauche de la Sambre. Elle est formée de bastions à orillons courbes et à cavalier, parcourus de larges fossés.

Au cours du temps, le corset de pierre a été percé de plusieurs franchissements afin d’ouvrir la ville intra muros vers l’extérieur : la porte de Bavay à l’Ouest (avenue Roosevelt) la porte des Capucins au Nord (rue Casimir-Fournier) la porte de la Croix à l’Est (rue de la Croix). La partie Ouest renferme une partie des installations du parc animalier créé depuis 1957 sous le nom de Zoo de Maubeuge (bastion des Jésuites).

Au Nord, sur la place Vauban s’adosse contre la muraille la porte de Mons, ouvrage en pierre de taille surmonté de combles à la Mansart. Elle s’ouvre depuis trois arcades vers un parcours ludique au cœur des fortifications. La façade exposée vers l’intérieur possède un pont-levis et s’enchâsse dans la muraille surmontée d’un talus. Elle est percée d’une arcade et expose une architecture triomphante d’esprit baroque, ornementée d’armoiries encadré par un trophée d’armes royales daté de 1685. Elle rejoint par une voie étroite et pavée le pont dormant formé de huit voûtes en pierre de taille franchissant un large fossé verdoyant pour découvrir au bord d’une demi-lune, l’ancien corps de garde qui abrite un musée d’histoire militaire. Le parcours aboutit à l’extérieur de l’enceinte sur le carrefour de la Croix de Mons (ancien octroi).

Entre le bastion des Capucins et le bastion de la Croix, se situent la Redoute et Tenaille de l’étang, dont le fossé retenu par un barrage est irrigué par un ruisseau, la 'Pisselotte'.

Au Moyen Âge, l’étang contenait un vivier à poissons dépendant de l’abbaye Sainte-Aldegonde que Vauban utilisa comme inondation défensive. À l’Est, à proximité de la Sambre et du bastion de Falize se révèle un autre site remarquable constitué par les étangs Monier dénommés communément Fausse Sambre. Il s’agit de deux larges fossés séparés par un ouvrage à corne qui, à l’époque de Vauban, étaient destinés à capturer l’eau de la Sambre par un système d’écluses et de digues afin de servir de défense principale. En 1901, afin de modifier l’ancien cours sinueux de la rivière et faciliter la navigation fluviale, un nouveau lit fut ouvert.

Deux bâtiments issus du patrimoine militaire ont subsisté face aux nombreuses destructions d’ouvrages entreprises au cours de temps, soit en raison de leur vétusté ou pour faire face aux besoins de développement de la ville intra-muros (démantèlement des fortifications Sud, de la porte de France, des casernements et ouvrages militaires divers…).

La poudrière située à proximité de la rue de la Croix expose une salle voûtée recouverte à l’extérieur d’une épaisse enveloppe de terre. Le lieu ne possède pas d’affectation particulière, mais accueille de temps à autre une exposition ou une manifestation festive. À l’origine, le plan Vauban comportait trois poudrières disposées et réparties stratégiquement au bord de l’enceinte intérieure.

L’arsenal construit entre 1678 et 1689 développe une longue silhouette sur trois niveaux. Ce bâtiment fait partie des casernements prévus à l’époque pour abriter les troupes de la garnison. Il fut utilisé comme dépôt du temps de l’activité de la manufacture d’armes (1701-1836). L’ouvrage a perdu sa toiture initiale et a fait l’objet de travaux de restauration. Il abrite actuellement le siège d’une trentaine d’associations, dont la bibliothèque municipale, l’école des Beaux-Arts, une salle d’exposition.

Quelques rares édifices religieux provenant des siècles passés ont traversé le temps, malgré les destructions dues aux guerres, le vieillissement du bâti, les disparitions accidentelles ou volontaires. Certains bâtiments du monastère de Sainte Aldegonde sont encore visibles à l'heure actuelle : le Chapitre, qui abrite aujourd'hui le lycée Notre-Dame de Grâce, la chapelle des Sœurs Noires ou le béguinage.

Ce bâtiment issu du XVIe siècle fut la demeure de Jean Gippus, doyen de Chapitre, qui à sa mort en 1562 en fit donation, pour accueillir des femmes de la bourgeoisie déchue, appelées alors Cantuaines. L’intérieur se compose de sept cellules formant béguinage. Les sept cheminées correspondant aux cellules intérieures ont été préservées. Seules l'adjonction de lucarnes à la capucine afin de donner jour aux combles et la suppression d’un auvent au-dessus du portail d’entrée modifient la construction initiale. La bâtisse reçoit actuellement dans la proximité du Théâtre du Manège, des artistes en résidence.

Ce petit édifice constitue l’unique construction qui nous soit parvenue du XVe siècle. Elle était implantée à proximité de l’ancien chapitre et contiguë de l’hôpital militaire détruit en mai 1940. Aujourd’hui elle s’expose seule dans un cadre urbain hétérogène, formé de modes de productions divers (Builduing, Joyeuse 2, Chapitre). La chapelle révèle une façade style baroque et s’orne d'un fronton à enroulement supporté par un jeu de jambages en pierre. Un portail en bois surmonté d’une niche s’inscrit dans l’axe de symétrie de la composition architecturale. La maçonnerie est en brique et la toiture à deux pans couverte en ardoise naturelle. Après sa première vocation, elle fut affectée successivement en dépôt militaire, en société de musique, en bibliothèque municipale et en temple protestant.

Le lieu emprunte son nom au jeune tambour Sthrau tombé en héros lors de la bataille de Wattignies en 1793. À l’origine, elle fut érigée à partir de 1620 par l’ordre des Jésuites, à proximité du collège qu’ils avaient fondé au début XVIIe siècle. Construite entièrement en pierre et en brique, elle élève une haute silhouette, maintenue de part et d’autre des murs gouttereaux par des contreforts établis selon les règles gothiques. La façade en pignon possède un portail en bois surmonté d’un fronton à aileron en pierre pourvu d’une niche. La partie haute est percée d’une vaste ouverture en plein cintre agrémentée d’une composition verrière art déco. Elle fut incendiée lors de la première guerre mondiale. Au début des années 1930 elle fut transformée à l’intérieur par l’architecte Lafitte en salle des fêtes dans le plus pur style Art déco. Elle servit d’église provisoire durant la Seconde Guerre mondiale, jusqu’en 1958 qui voit s’achever la nouvelle église Saint-Pierre-et-Saint-Paul réalisée par André Lurçat. Depuis elle accueille de temps à autre diverses manifestations (expositions, spectacles, débats politiques, concerts, etc.).

Le principal intérêt du bâtiment repose sur la bivalence entre les styles extérieur et intérieur, tout deux, paradoxalement, représentatifs des tendances d'expérimentation architecturale du Nord dans la seconde moitié du XIXe siècle.

À noter que l'église du Tilleul, datée de 1864, a succédé de peu à l'église Saint-Augustin de Victor Baltard, premier édifice religieux à structure entièrement métallique réalisé en 1860 à Paris.

La scène transfrontalière du Manège, très réputée dans la région, accueille des spectacles nombreux et divers, en partenariat avec l'intercommunalité et la ville belge de Mons.

En partenariat avec la commune, elle organise également le Festival des Folies, chaque année au mois de juillet. Cette fête populaire combine spectacle de rue, animations, concerts gratuits, et la venue d'artistes de renommée nationale voire internationale sur la scène de la Luna, la salle de spectacle de la ville. Le dernier soir est donné le concert « phare » du festival, suite à quoi un grand défilé est organisé dans les rues du centre, rendu piétonnier pour l'occasion.

Un clair de lune à Maubeuge (1962), de Jean Chérasse, a été tourné en partie à Maubeuge, suite au succès de la chanson écrite par Pierre Perrin, interprétée notamment par Bourvil et Annie Cordy. Ce film raconte l'histoire d'un chauffeur de taxi qui devient célèbre après avoir composé cette chanson, dont le succès atteint même le Japon.

Le film Avida (2006), réalisé par Benoît Delépine et Gustave Kervern, produit par Mathieu Kassovitz, a été tourné au parc zoologique de Maubeuge.

Après la Seconde Guerre Mondiale, la ville a été marquée par une forte poussée démographique, dont le pic fut atteint entre 1962 et 1968 (+18 %). Cette augmentation sensible, due aux besoins de main-d’œuvre, s'est notamment traduite par l'édification de barres d'habitation imposantes, dont l'exemple type est le quartier des Provinces Françaises, à proximité immédiate du centre ville. Comme tous les grands ensembles de ce type, ce quartier est aujourd'hui soumis à une remise en question, à cause des problèmes de désaffection de services et de délinquance.

La ville compte presque 30 % de jeunes de moins de 19 ans, conséquence d'un solde migratoire qui a été négatif ces dernières années et d'un solde naturel qui, même très positif, ne suffit pas à enrayer la baisse de population entamée dans les années 1980.

Par ailleurs, Maubeuge compte une part importante de familles de plus de 6 personnes (environ 7% des ménages, à mettre en regard avec les 2,5 % de la moyenne nationale).

Malgré le fait qu'elle soit de loin le plus important foyer de population de la région, la ville n'est pas sous-préfecture mais chef-lieu de canton, laissant la fonction à la petite commune d'Avesnes-sur-Helpe. Maubeuge est par ailleurs le siège de la Communauté d'agglomération Maubeuge-Val-de-Sambre, qui comporte plus de 100 000 habitants.

En haut



Roger Degueldre

Roger Degueldre, ou Roger Hercule Gustave Degueldre, était un lieutenant du 1er régiment étranger de parachutistes, déserteur, et créateur des commandos Delta en 1961 de l'Organisation armée secrète (OAS). Il naît le 19 mai 1925 à Louvroil (Nord) à quelques kilomètres de la frontière belge.

Condamné à mort le 28 juin 1962 par la Cour de sûreté de l'État, Roger Degueldre est fusillé au fort d'Ivry (région parisienne), le 6  juillet 1962.

Né dans une famille ouvrière, d'un père cheminot et d'une mère au foyer, il fuit, avec sa famille, l'occupation allemande en 1940 pour se réfugier dans le Sud de la France. En 1942, le jeune Roger Degueldre remonte dans le Nord de la France pour entrer clandestinement dans la zone occupée, et s’engager dans le maquis, auprès des partisans communistes, dans les Francs-tireurs et partisans (FTP) aux côtés de Roger Pannequin, le « commandant Marc » sous l'occupation allemande. Selon certaines sources, il se serait au contraire engagé dans la Légion Wallonie, par admiration pour Léon Degrelle.

À la Libération, il s'engage dans la 10e Division d'infanterie motorisée qui participe à la réduction de la poche de Colmar en janvier 1945, puis à la Légion étrangère (1er régiment étranger de parachutistes), sous l'identité de Roger « Legueldre » né le 18 septembre 1925 à Gruyères (Fribourg) Confédération Helvétique. Par décision ministérielle, il reprend son identité le 28 septembre 1955.

Il gagne ses galons en Indochine en étant décoré de la Médaille militaire pour acte de courage (porte secours au capitaine de Blignières et au sous-lieutenant Boutot sous le feu de l'ennemi) pendant la guerre d'Indochine.

Après la chute de Điện Biên Phủ, il participe au conflit algérien, où il est décoré de la croix de la Valeur militaire.

Pendant la semaine des barricades à Alger (janvier 1960) il est présent avec son régiment, toujours fidèle au Gouvernement français. Engagé dans la défense de l'Algérie française, il est alors soupçonné d’avoir participé au complot avorté de décembre 1960, contre le général de Gaulle peu après sa visite à Alger. Il est muté au 4e régiment étranger de parachutistes. Niant les faits, convaincu de la nécessité de la lutte armée, il passe alors dans la clandestinité le 11 décembre 1960.

En 1961, il est le créateur et responsable des commandos Delta de l'Organisation armée secrète (OAS). Le 15  mars 1962, à 10 h 45 un « commando Delta », pénètre au centre social de Château-Royal dans la commune d'El-Biar, près d'Alger. Dans la salle de réunion étaient rassemblés six dirigeants des centres sociaux qui furent alignés contre un mur de la cour et abattus à l'arme automatique.

Le 7 avril 1962, le lieutenant Roger Degueldre, chef des commandos Delta, est arrêté ; il est ensuite traduit en justice, et condamné à mort. Il est fusillé le 6 juillet 1962 au Fort d'Ivry. Une balle seulement sur les onze du peloton d'exécution l'atteint. Le sous-officier chargé de lui donner le coup de grâce s'y reprendra à six fois avant que Degueldre ne meure.

Cité avec Croix de guerre des TOE, celle-ci porte 2 étoiles de bronze (régiment ou brigade) , 2 étoiles d'argent (division), 2 étoiles de vermeil (corps d'armée) et 2 palmes (armée). En Algérie, il gagne la Croix de la Valeur militaire. Sa condamnation le prive de ses prérogatives en matière de décorations ; toutefois, il a été décoré de la Médaille militaire et a été fait Chevalier de la Légion d'honneur.

Jean-Pax Méfret a composé en son honneur une chanson Lieutenant Degueldre parue en 1968 (sous le pseudo de Jean-Noël Michelet pour la chanson et de Jean-Pax Méfret pour le récit de l'exécution).

En haut



Viavil

Viavil est un projet de transports en commun pour l'agglomération de Maubeuge dans le nord de la France.

Le projet d'aménagement urbain consiste à moderniser les infrastructures et les voies de circulation sur Maubeuge et Louvroil notamment par la création de couloirs de bus. Ce projet est initié pas la SMVS (Syndicat Mixte Val de Sambre) et est représenté par la Semitib, plus connue sous le nom commercial Stibus, mandataire du maître d'ouvrage.

En haut



Communes du Nord

Nord-Position.png

Pour les autres communes, voir Listes des communes de France.

Liste des 652 communes du département du Nord par ordre alphabétique, avec leur code INSEE et leur code postal principal, ainsi que leur appartenance aux structures intercommunales en 2006.

Voir aussi la liste des cantons, les Intercommunalités du Nord (classées par importance de la population), la liste des communautés de communes du Nord (classées par arrondissement) et la liste des anciennes communes du Nord.

En haut



Source : Wikipedia