Logement

3.4001713796216 (1167)
Posté par seb 28/02/2009 @ 10:38

Tags : logement, société, education

Dernières actualités
Le Parti communiste demande une commission d'enquête sur les ... - La Vie Immo
Six mois, presque jour pour jour, après la mise en vente du pôle logement d'Icade, filiale foncière de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), des parlementaires communistes et républicains ont déposé cette semaine à l'Assemblée nationale et au...
Conseil : le logement au sens large au centre du débat - La Voix du Nord
Les élus condéens se sont réunis mardi soir autour du maire, Daniel Bois, pour débattre notamment de l'offre de logement et de l'arrivée prévue de Valway (lire ci-dessous). > Comptes administratif et de gestion.- Pour l'exercice 2008,...
« Nous ne voulons pas leur donner l'habitude de l'assistanat » - 20minutes.fr
Que comptez-vous faire pour faciliter l'accession au logement des jeunes ? Si l'Etat participe, ce que nous lui avons demandé, notre objectif est de doubler le nombre de kits « Jeunes insertion logement » dans le département, pour en compter environ...
La commune doit trouver des terrainspour faire des logements et ... - La Voix du Nord
Avec 3 200 habitants (cent de plus par rapport à 1999), et seulement soixante-dix habitations construites depuis le dernier recensement, pour le maire, Bernard Éthuin « la bataille, c'est le logement ». Néanmoins, la municipalité profite surtout de...
Vietnam : des facilités d'achats de logements pour sa diaspora - Batiactu
L'assemblée nationale vietnamienne vient de décider de faciliter l'achat de logements pour sa diaspora, envers laquelle, après des années de méfiance, elle multiplie désormais les gestes. Plus de 87% des députés de l'assemblée nationale vietnamienne,...
Pas un logement accessible de plus ! - Yanous
Christian François, administrateur de l'Anpihm, constate que la nouvelle législation en faveur de l'accessibilité à tout pour tous n'augmentera pas l'offre de logements accessibles et adaptables. Si la loi du 30 juin 1975 traitait justement des aspects...
Location-etudiant.fr et Logic-immo.com s'associent sur le marché ... - Challenges
Selon les deux partenaires, « chaque année en France, plus d'1,5 million d'étudiants quittent le domicile familial et 47 % d'entre eux déclarent avoir rencontré des difficultés pour obtenir un logement ». Près de 27 % des étudiants trouvent un logement...
Christine Boutin défend son utilité dans la majorité présidentielle - Les Échos
La ministre du Logement réunit ses troupes samedi pour officialiser le changement de nom de son parti - rebaptisé chrétien-démocrate - et défendre l'apport de sa formation à la majorité. A quelques jours du remaniement gouvernemental....
La loi de mobilisation pour le logement et la lutte contre l ... - Village de la justice
La loi de mobilisation pour le logement et la lutte contre l'exclusion parue au Journal Officiel du 27 Mars 2009 a pour objectif « de libérer l'offre de logements et de rétablir le bon fonctionnement de la chaîne du logement »....
Vers un bonus malus écologique sur les logements ? - Challenges
Le montant des droits de mutation seraient déterminés en fonction de la performance énergétique du logement. (c) AFP Les logements performants énergétiquement pourraient être exonérés de droits de mutation. Après les véhicules, les logements ?...

Société wallonne du logement

La Société wallonne du logement (SWL) est le principal opérateur de la politique du logement en Région wallonne. Celle-ci vise à concrétiser le droit au logement (décent) reconnu à chaque citoyen par la Constitution belge et confirmé dans le Code wallon du logement.

La SWL est implantée à Charleroi et dispose de quatre sièges d'implantations décentralisées à Amay, Jambes, Libramont et Mons.

La SWL est un organisme wallon d'intérêt public. Elle est constituée sous forme de société anonyme.

Elle est soumise au contrôle du Gouvernement wallon, qui prend ou approuve toute la réglementation relative aux activités de la Société wallonne du logement et des sociétés de logement de service public.

En haut



Droit au logement (association)

Droit au logement (parfois abrégé en DAL) est une association française de loi 1901 créée en 1990 dont le but est de permettre aux populations les plus fragilisées (mal logés et sans-logis) d'avoir accès à un logement décent, en exerçant leur droit au logement.

En mai 1990, 48 ménages, essentiellement des familles avec enfants, sont expulsées de deux immeubles squattés du 20e arrondissement de Paris. Avec le soutien de militants associatifs du quartier, ces familles organisent alors un campement qui va durer quatre mois. Grâce à la mobilisation de nombreuses associations, syndicats et partis politiques de gauche et à la médiatisation de leur cause, un médiateur est nommé qui procèdera au relogement desdites familles.

C'est à ce moment qu'est créée l'association. Elle est cofondée par Jean-Claude Amara.

L'association, présente sur tout le territoire français, est organisée en une trentaine de comités, regroupés en coordination, et fédérés en 1998 au sein de la Fédération des comités Droit Au logement. Son président est Jean-Baptiste Eyraud.

L'association Droit au logement fait partie du réseau No-vox. Elle participe à différents forums sociaux de l'altermondialisme, dont le Forum social européen de 2004. Elle a soutenu la déclaration de No-Vox au Forum social mondial de Bamako de 2006.

Devant des situations qu'elle juge dramatique, l'association tente de faire pression sur les autorités en place, de droite ou de gauche, et a souvent recours à des actions telles qu'occupations de logements vides, manifestations, campements ou actions judiciaires.

Elle demande l'application scrupuleuse de la loi, dite loi Besson, du 31 mai 1990, pour « le relogement des plus défavorisés », notamment en matière de réquisition d'immeubles et logements vacants appartenant aux collectivités locales, à des administrations, à l’état, à des banques, à des compagnies d’assurance, à de gros propriétaires, à des professionnels de l’immobilier.

L'article 2 des statuts de l'association exige un relogement décent et définitif des mal-logés.

À maintes reprises depuis sa création, le DAL a réussi à imposer aux autorités le relogement de plusieurs milliers de personnes, immigrés, familles françaises dans la détresse, clandestins ou non, par des occupations, campements dans la rue, manifestations et réquisitions sauvages.

Certaines actions, plus spectaculaires et médiatisées (comme l'occupation de la rue du Dragon, dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés à Paris, en 1994 ou la prise du Château de Versailles lors des Marches européennes contre le chômage de 1997), contribuent de façon visible à nourrir le débat politique, à susciter la mise en place de dispositifs d’urgence et de projets de loi, provoquant des prises de position au plus haut niveau de l’État.

Lors de ses vœux du 31 décembre 2006, le président Jacques Chirac annonce la décision du gouvernement de Dominique de Villepin de mettre en place un droit au logement opposable dans les toutes prochaines semaines.

Le 1er janvier 2007, l'association DAL, l'association MACAQ et le collectif Jeudi Noir, annoncent l'occupation d'un immeuble vide situé dans le centre de Paris pour le mettre à la disposition des mal logés. Propriété de la Lyonnaise des Banques, l'immeuble occupé est situé dans le quartier de la Bourse de Paris.

Le 24 novembre 2008, le DAL est condamné par le tribunal de police de Paris à une amende de 12000 euros pour avoir « embarrassé la voie publique » en référence à l'article R 644-2 du Code pénal. L'association avait placé 320 tentes du 3 octobre au 15 décembre à coté de la Bourse. L'association a décidé de faire appel de cette décision.

En haut



Logement social en France

Un logement social, en France, est un logement destiné, suite à une initiative publique ou privée, à des personnes à revenus modestes qui auraient des difficultés à se loger sur le marché libre. L'expression sert aussi à désigner le secteur économique constitué par ce marché immobilier et les politiques d'économie sociale qui président à son administration.

Dans les autres pays, le logement social a des buts proches.

Selon les pays, l'importance du logement social est très variable, mais on peut noter que la France se trouve dans la moyenne basse de la pratique européenne.

D'autres politiques du logement, notamment le contrôle des loyers, peuvent être utilisées afin de limiter les effets néfastes des pénuries ou pour maintenir le stock de logements à des niveaux de loyer plus acceptables pour la majorité des locataires.

Une politique de logement social est parfois vue par les propriétaires de logements comme une concurrence indue. Les associations de propriétaires militent généralement pour que les gouvernements subventionnent plutôt les locataires à faibles revenus et laisse fonctionner le libre marché en matière de logement.

Les politiques de logement social ont souvent mené à la création de zones de ménages pauvres, des secteurs stigmatisés par leur label HLM. Les règles d'attribution des HLM, ainsi que l'occupation de certains HLM par des occupants dont les revenus dépassent les normes prévues pour l'attribution font l'objet de nombreuses critiques.

En haut



Source : Wikipedia