Liu Xiang

3.3308333333496 (1200)
Posté par hal 01/05/2009 @ 14:14

Tags : liu xiang, athlètes, athlétisme, sport

Dernières actualités
Athlétisme: retour prévu en septembre pour Liu Xiang - nouvelobs.com
AP | 17.06.2009 | 10:36 Liu Xiang espère pouvoir faire son retour à la compétition en septembre, a déclaré son entraîneur mercredi, écartant la possibilité que le Chinois puisse défendre son titre de champion du monde du 110 mètres haies cet été....
"Un défi de remettre sur pied Frutos" - 7sur7
Jochen De Coene, ancien kinésithérapeute en Chine (chargé de retapé Liu Xiang même s'il a finalement loupé son pari) en fait partie. "Ma passion, c'est rétablir des sportifs de haut niveau", a reconno Jochen De Coene dans la DH....
Athlétisme: Bekele se remet en piste pour la Golden League à Berlin - AFP
Les haies offriront une belle bataille de ceux qui sont dans l'ombre des deux meilleurs, le Cubain Dayron Robles et le Chinois Liu Xiang, toujours blessé. Les Américains David Payne et David Oliver et le Français Ladji Doucouré, respectivement 2e,...
Liu Xiang coach sets September target for return of Chinese hurdler - The Canadian Press
BEIJING — Liu Xiang is targeting a September return to competition, his coach was quoted as saying Wednesday, ruling out the likelihood of the Chinese hurdler attempting to defend his world championship title. The 2004 Athens Olympic gold medallist has...
Rebondissement dans l'affaire du miel chinois - Agriculture et Environnement
... les services des douanes américains ont interpellé deux ressortissants chinois : Chung Po Liu, le président de Rainier Cascade et d'Evergreen Produce, deux sociétés d'import-export de miel, et Yong Xiang Yan, président d'une entreprise chinoise de...
Robles, “I don't know where my limits are” - Lausanne, IAAF World ... - International Association of Athletics Foundation
Of course, I am looking forward to Liu Xiang's comeback. That will only push the level of our discipline to the top. But there are also many young newcomers, and that's good.” “My main goal this season is of course to win the World title in Berlin....
Liu Xiang è pronto Torna a settembre - La Repubblica
Dopo aver fatto piangere milioni di cinesi nel giorno del ritiro alle olimpiadi, Liu Xiang, fuoriclasse dei 110 metri ostacoli, punta a tornare in pista a settembre. L'atleta è fermo dai Giochi di Pechino 2008, nei quali fu costretto a ritirarsi per...
Liu Xiang regresará a las competiciones en septiembre - CCTV
Después de que una lesión truncara el sueño de Liu Xiang de ganar una medalla de oro en los Juegos Olímpicos de Beijing 2008, el vallista chino ahora se encuentra en proceso de recuperación. Según lo programado, Liu Xiang regresará a las pistas en...
Liu Xiang niet op tijd fit voor WK atletiek - Trouw
(Novum) - Hordenloper Liu Xiang doet niet mee aan het WK atletiek in augustus in Berlijn. De Chinees richt zich op een terugkeer in september, zei zijn coach woensdag. De 25-jarige Liu is wel al weer in training nadat hij in december in de Verenigde...
WHL keeps format - Edmonton Sun
BEIJING -- Liu Xiang is targeting a September return to competition, his coach was quoted as saying yesterday, ruling out the likelihood of the Chinese hurdler attempting to defend his world championship title. The 2004 Athens Olympic gold medallist...

Liu Xiang

Osaka07 D5M Xiang Liu.jpg

Liu Xiang (en chinois simplifié : 刘翔, en pinyin : Liú Xiáng), né le 13 juillet 1983 à Shanghai, est un athlète chinois, spécialiste du 110 mètres haies. Il est le précédent détenteur du record du monde de la discipline avec un temps de 12 s 88 établi lors du Metting Athletissima de Lausanne, le 11 juillet 2006. Ce record a été battu le 12 juin 2008 par le cubain Dayron Robles.

En 2002, Liu inaugure sa carrière internationale en gagnant le Grand Prix IAAF à Lausanne avec un record espoir et un record asiatique de 13s 12 sur le 110 m haies.

En 2003, il atteint les finales des Championnats du monde d'athlétisme, toujours derrière l'Américain Allen Johnson, mais finit par le battre à Ōsaka en mai 2004, en abaissant le record asiatique à 13s 06.

Malgré sa jeunesse, Liu s'est amélioré sensiblement, et gagne la médaille d'or aux Jeux olympiques d'Athènes en égalant le record du monde, à 12s 91, détenu depuis 1993 par le Gallois Colin Jackson.

Lors des Championnats du monde d'athlétisme 2005 à Helsinki, il est battu en finale par le Français Ladji Doucouré. Le 11 juillet 2006, il s'empare du record du monde à Lausanne.

En 2007, il est sacré champion du monde à Ōsaka.

Véritable star nationale depuis son sacre à Athènes, Liu aborde les Jeux olympiques de Pékin de 2008 avec une grosse pression sur les épaules. Pourtant, une blessure au tendon d'Achille se réveille dès son arrivée au village olympique. Il essaye de prendre le départ de sa série, mais doit déclarer forfait et s'en va suite à un faux départ d'un de ses concurrents, devant l'incompréhension du public chinois qui était venu en masse pour le soutenir.

En haut



110 m haies

Course de 110 m haies lors des Championnats du monde 2005.

Le 110 mètres haies est une discipline de l'athlétisme réservée aux hommes, nommés hurdleurs.

Dès 1850, les étudiants d'Oxford organisaient, parmi leurs épreuves sportives, une course de 140 yards entravée par 10 haies. Cette association de course et de sauts s'inspirait des rencontres hippiques. En 1864, Oxford et Cambridge fixèrent la distance à 120 yards (109,72 m) avec 10 obstacles de 3,5 pieds de hauteur (1,0667 m) et des intervalles de 10 yards (9m14), avec 15 yards du départ à la première haie et de la dernière à l’arrivée. Les claies primitives ont progressivement été remplacées par des haies de bois plus légères. Enfin depuis 1997 les haies des courses hommes sont fixées à 1m06 avec un intervalle de 9m15 entre les haies, 13m75 au départ et 13m90 à l'arrivée.

En 1888, la France ajouta 28 centimètres à la distance, du côté de l'arrivée: le 120 yards devenait le 110 m haies avec 10 obstacles. Olympique dès 1896, il fut cependant disputé avec seulement neuf obstacles.

Les premiers experts de la discipline furent Alvin Kraenzlein (États-Unis), qui le premier jeta la jambe en avant pour franchir la haie, et Earl Thomson (Canada) qui fut, en 1920, le premier coureur en moins de 15 secondes.

L'essentiel des règles actuelles date de 1935. La haie en L, pouvant basculer vers l'avant, fut adoptée pour la sécurité des athlètes mais sa hauteur a gardé la valeur anglo-saxonne. Dans le même temps, on oublia la règle de l'élimination pour trois haies renversées.

Le 110 m haies a été inclus dès l'origine dans le décathlon où il est considéré comme un demi-concours et non comme une course pure en raison de sa technicité.

Le record du monde est détenu par le cubain Dayron Robles avec le temps de 12"87 (vent : +0.9m/s) réalisé à Ostrava le 12 juin 2008, abaissant le précédent record du chinois Liu Xiang 12"88 (vent +1.1m/s) datant du 11 juillet 2006. Le plus remarquable est que, lors de son record du monde, Dayron n'a fait tomber aucune haie.

En haut



Colin Jackson

Colin Jackson subit un nouvel échec lors des Jeux de Sydney en 2000

Colin Ray Jackson, né le 18 février 1967 à Cardiff, est un ancien athlète britannique spécialiste du 110 mètres haies. Bien qu'il n'ait jamais obtenu de consécration olympique, il est l'un des meilleurs coureurs de haies hautes de l'histoire, remportant notamment deux titres mondiaux, quatre titres européens et deux titres aux Jeux du Commonwealth. Il est resté détenteur du record du monde pendant près de 13 ans avec un temps établi en 12 s 91 le 20 août 1993 lors des Mondiaux de Stuttgart, depuis égalé et amélioré par le Chinois Liu Xiang et le Cubain Dayron Robles. Jackson est également l'actuel détenteur du record du monde du 60 m haies en salle avec le temps de 7 s 30. Classé parmi les dix meilleurs athlètes de la discipline de 1984 à 2002, année de sa retraite sportive, le Gallois a établit à trois reprises la meilleure performance mondiale de l'année, de 1992 à 1994. Il est aujourd'hui présentateur et commentateur sportif pour la BBC.

Né le 18 février 1967 à Cardiff de parents originaires de Jamaïque, Colin Jackson grandit dans le quartier de Llanedeyrn aux côtés de sa sœur Suzanne. Initié très tôt à la pratique sportive par son père, le jeune Colin s'adonne à plusieurs disciplines durant sa scolarité à la Llanedeyrn High School tels que le football, le cricket, le rugby ou le basket-ball. Hésitant à poursuivre sa voie dans le cricket, il se dirige finalement vers l'athlétisme dès l'âge de 14 ans en signant sa première licence sportive au Cardiff Athletic Club, association omnisports de la capitale galloise. Il débute par le saut en hauteur et le saut en longueur avant de réussir des performances prometteuses dans l'épreuve du décathlon. En 1981, il fait la rencontre de Malcolm Arnold, ancien directeur technique national britannique spécialiste des courses de haies ayant notamment conduit John Akii-Bua au titre olympique du 400 mètres haies lors des Jeux de 1972. Sur ses conseils, Jackson décide de se concentrer sur les haies hautes et remporte, l'année de leur collaboration, le titre du 80 m haies des championnats du Pays de Galles des moins de 15 ans avec le temps de 11 s 9. Il quitte le milieu scolaire à l'âge de 16 ans pour entrer dans la vie active en tant qu'apprenti-électricien, avant de se consacrer définitivement à sa passion de l'athlétisme.

Colin Jackson dispute sa première course officielle le 12 mai 1984 à Cwmbran au cours d'une réunion de troisième division de la ligue d'athlétisme britannique avant de remporter à l'âge de 17 ans les Championnats du Pays de Galles du 110 m haies. Aligné aux sélections olympiques pour les Jeux de Los Angeles, il n'atteint pas les minimas chronométriques fixés par la Fédération. Sélectionné très tôt dans l'équipe junior de Grande-Bretagne, il dispute plusieurs rencontres internationales et parvient à descendre pour la première fois sous la barrière des 14 secondes (13 s 95). En 1984, Jackson décroche son premier titre national sénior du Pays de Galles, quelques jours avant de prendre la 5e place du 110 m haies des Championnats du Royaume-Uni à Birmingham. Il participe à sa première compétition internationale à l'occasion des Championnats d'Europe junior d'athlétisme disputés à Cottbus, s'inclinant en finale face à son compatriote Jonathan Ridgeon, autre grand espoir britannique du 110 m haies né la même année que Jackson.

Auréolé d'un premier titre national du Royaume-Uni en 1986, il participe durant l'été à la première édition des Championnats du monde junior, compétition régie par l'IAAF mettant aux prises les meilleurs athlètes mondiaux de moins de 19 ans. Il y remporte son premier titre majeur en devançant de près d'une demi-seconde son rival britannique Jon Ridgeon et le Cubain Emilio Valle dans un podium où ne figurent pas d'américains, pourtant grands spécialistes de la discipline. Auteur de 13 s 44, il établit le nouveau record d'Europe junior du 110 m haies. Sélectionné quelques jours plus tard dans l'équipe du Pays de Galles pour participer aux Jeux du Commonwealth d'Edimbourg, Colin Jackson se classe deuxième de la finale avec le temps de 13 s 42, devancé d'un dixième de seconde par le Canadien Mark McKoy. Victime d'une déchirure musculaire lors du Meeting de Zürich, il est contraint de déclarer forfait pour les Championnats d'Europe 1986 de Stuttgart.

En début d'année 1987, Colin Jackson remporte la médaille d'argent du 60 m haies des Championnats d'Europe en salle de Liévin, derrière le vétéran finlandais Arto Bryggare. Il réalise quelques jours plus tard sa meilleure performance en salle en signant le temps de 7 s 63 lors du meeting d'Indianapolis. Sélectionné dans l'équipe de Grande-Bretagne pour disputer la Coupe d'Europe des nations à Prague, le Gallois termine 2e de l'épreuve, derrière le Soviétique Igors Kazanovs et permet à son pays d'occuper le troisième rang de la compétition. Les Championnats du monde 1987 de Rome constituent pour le Gallois le premier grand rendez-vous sur la scène internationale après des débuts prometteurs en catégorie junior. Après un premier tour remporté facilement en 13 s 37, il frôle l'élimination en ne prenant que la 4e et dernière place qualificative de sa demi-finale avec le temps de 13 s 58. Placé dans un couloir extérieur lors de la finale, Jackson parvient à décrocher la médaille de bronze, en évitant de justesse le retour de Jack Pierce dans les derniers mètres, améliorant son record personnel en 13 s 38. Il conclut sa première saison au plus haut niveau par un 13 s 39 établi lors du Meeting Herculis de Monaco.

Dominé par Roger Kingdom, le champion du monde de Rome, tout au long de la saison 1988, il établit néanmoins un nouveau record d'Europe du 110 m haies en réalisant 13 s 11 lors du meeting en altitude de Sestrières, aidé par un vent de 2,0 m/s à la limite de l'homologation. Premier des sélections britanniques avec le temps de 13 s 29, Colin Jackson dispute aux Jeux de Séoul sa première compétition olympique. Il passe sans embuches le cap des séries et des demi-finales, avant de subir une nouvelle fois la loi de Roger Kingdom, vainqueur de la finale en 12 s 98. Deuxième de la course à 3 dixièmes de secondes de l'Américain, mais devant Tonie Campbell, Jackson obtient le meilleur résultat de sa carrière lors de Jeux olympiques et devient le premier médaillé britannique sur la distance depuis Donald Finlay en 1936.

Colin Jackson remporte son premier titre international majeur dans la catégorie sénior au début de l'année 1989, à l'occasion des Championnats d'Europe en salle de La Haye, devançant l'Est-allemand Holger Pohland de 6 centièmes de seconde, avant de poursuivre sa saison hivernale par une médaille d'argent décrochée lors des Mondiaux « indoor » de Budapest dominés une fois de plus par Roger Kingdom. Le 23 juin 1989 à Birmingham, à l'occasion du match international entre la Grande-Bretagne et les États-Unis, l'athlète gallois réalise une course parfaite en 12 s 99, battant pour la première fois Kingdom sur 110 m haies. Malheureusement pour Colin Jackson, cette performance ne sera pas homologuée par l'IAAF en raison du vent supérieur à la limite autorisée (+2,7 m/s). Auteur de 13 s 11 lors du meeting de Londres, sa meilleure performance de l'année, il remporte durant l'été le 110 m haies de la Coupe d'Europe des nations de Gateshead, performance qui place l'équipe de Grande-Bretagne en tête du classement final. Vainqueur de la Finale du Grand Prix de Monaco, il est devancé par Kingdom lors de la Coupe du monde des nations disputée en fin d'année à Barcelone.

En tout début d'année 1990, Colin Jackson enlève le titre des Jeux du Commonwealth d'Auckland en établissant successivement 13 s 11 en séries et 13 s 08 en finale, son record personnel. Vainqueur au mois de juin des Championnats nationaux en 13 s 10, il s'impose à plusieurs reprises lors des meeting estivaux, gagnant notamment le Nikaia de Nice. Le 31 août 1990, lors des Championnats d'Europe de Split, il décroche la médaille d'or du 110 m haies, le premier des 4 titres continentaux en plein air remportés par l'athlète britannique durant sa carrière. Qualifié in-extremis pour la finale après avoir ressenti une douleur à la jambe, il parvient finalement à remporter la course en 13 s 18 devant Tony Jarrett. Souffrant d'un cartilage du genou droit, il est contraint de mettre prématurément un terme à sa saison pour subir une intervention chirurgicale. Malgré cette blessure, Jackson apparait aux 4 premières places des bilans mondiaux de fin d'année, grâce à ses 4 meilleurs temps de l'année (13 s 08, 13 s 09, 13 s 10 et 13 s 11).

Les ennuis physiques se poursuivent durant l'année 1991. Handicapé par des douleurs vertébrales, le Gallois subit également une nouvelle opération au genou gauche. Il effectue son retour sur les pistes au milieu du mois de juin en réalisant 13 s 48 lors du Meeting d'Oslo, avant de remporter en 13 s 31 le 110 m haies de la Coupe d'Europe des nations disputée à Francfort. Il établit sa meilleure performance de l'année le 17 juillet 1991 en s'imposant lors du meeting Golden Gala de Rome en 13 s 09. Lors des Championnats du monde de Tokyo, Jackson ressent de nouvelles douleurs au dos après sa série du 1er tour et renonce à participer aux quarts de finale.

Le Britannique connait une nouvelle désillusion lors des Jeux olympiques d'été de 1992 de Barcelone en se blessant en demi-finale après avoir heurté violemment une haie avec son genou opéré l'année précédente. Qualifié néanmoins avec le temps de 13 s 19, Colin Jackson ne dispose pas de tous ses moyens physiques lors de la finale, se contentant d'une modeste 7e place en 13 s 46, loin derrière Mark McKoy, son partenaire d'entrainement. Il établit ensuite des chronomètres remarquables en meetings, signant notamment 13 s 04 à Cologne, 13 s 05 à Berlin, 13 s 06 à Zurich ou encore 13 s 07 à Sheffield. Auteur des six meilleures performances de l'année 1992, il conclut sa saison par une victoire obtenue lors de la Coupe du monde des nations de La Havane.

La carrière sportive du Gallois atteint son apogée entre 1993 et 1995, période dans laquelle il remporte 44 victoires consécutives sur 110 m haies, obtient une couronne mondiale et continentale, et dans laquelle il établit un nouveau record du monde de la discipline. En début de saison 1993, lors des Mondiaux « indoor » de Toronto, il est devancé par Mckoy, son coéquipier d'entrainement depuis cinq ans, remportant une deuxième médaille d'argent dans cette compétition. Sur les conseils de Malcolm Arnold, Jackson accentue sa préparation physique en travaillant notamment la résistance et la puissance. Il subit son unique défaite de la saison à Berlin en juin, face à l'Américain Jack Pierce, avant de remporter toutes ses autres courses, descendant trois fois sous les 13 s 00 et douze fois sous les 13 s 20, pulvérisant notamment le record d'Europe en 12 s 97, le 12 juin 1993 lors du meeting de Sestrières. Favori des Championnats du monde de Stuttgart, ses troisièmes consécutifs, Colin Jackson monte en puissance au fur et à mesure de la compétition, réalisant 13 s 23 en séries puis 13 s 13 en demi-finale. Le 20 août 1993, il remporte aisément la finale en établissant une nouvelle meilleure marque mondiale en 12 s 91 (vent favorable de 0,5 m/s), effaçant d'un centième de seconde le précédent record de Roger Kingdom datant du 16 août 1989. Tony Jarrett, l'autre britannique, est 2e en 13 s 00, Jack Pierce 3e en 13 s 06. Engagé également dans l'équipe du relais 4 x 100 mètres britannique, il obtient en fin de Championnats une médaille d'argent aux côtés de Tony Jarrett, John Regis et Linford Christie. Peu après le rendez-vous de Stuttgart, Jackson s'impose lors de la Finale du Grand Prix IAAF de Londres, avant de recevoir des mains de Lamine Diack, Président de l'IAAF, le trophée de l'athlète de l'année 1993.

Colin Jackson maintient son niveau de performances dès le début de l'année 1994, en demeurant invaincu lors sa saison en salle. Peu avant les Championnats d'Europe en salle de Paris-Bercy, il porte le record du monde du 60 m haies à 7 s 30, performance réalisée le 6 mars 1994 lors du meeting de Sindelfingen, en Allemagne, succédant ainsi à Greg Foster, détenteur du record depuis janvier 1987. Il remporte aisément la finale européenne en 7 s 41, et obtient une deuxième médaille d'or sur 60 m plat, distance qu'il ne court que très rarement en compétition officielle, en frôlant le record d'Europe de son compatriote Linford Christie (6 s 48). Également dominateur durant la saison en plein air, Jackson décroche son deuxième titre continental lors des Championnats d'Europe d'Helsinki (en 13 s 08), devançant de 8 dixièmes l'Allemand Florian Schwarthoff, et réalise un temps identique quelques jours plus tard en finale des Jeux du Commonwealth, épreuve qu'il remporte pour la deuxième fois de sa carrière. Invincible durant l'année 1994, il gagne les 18 courses qu'il dispute, dont 11 sous les 13 s 10. Il conclut sa saison par une victoire lors de la Finale du Grand Prix à Paris.

En début de saison 1995, Colin Jackson s'approche de son record du monde en salle en réalisant 7 s 39 à deux reprises, lors des meetings de Glasgow et de Karlsruhe, mais s'incline quelques jours plus tard face à l'Américain Allen Johnson lors du meeting de Madrid. Ayant pour objectif principal de la saison les Mondiaux de Göteborg du mois d'août, le Britannique décide de s'aligner dès le début du mois de mars sur le 110 m haies des Championnats d'Australie tenus à Sydney, épreuve qu'il remporte avec le temps de 13 s 32. De retour en Europe, Jackson remporte durant l'été les meetings de Rome et de Paris avant de ressentir de nouvelles douleurs musculaires lors des Championnats nationaux. Malgré cette blessure, le Gallois confirme son engagement au meeting de Padoue disputé le lendemain, provoquant la colère de Peter Radford, le président exécutif de la Fédération britannique qui le menace de ne pas le sélectionner pour les prochains Championnats du monde. Colin Jackson décide malgré tout de participer au meeting italien mais trouve finalement un accord avec les instances britanniques pour arrêter les compétitions et se faire soigner à Londres. N'étant pas prêt physiquement à quelques jours de l'échéance mondiale, il est contraint de déclarer forfait.

Il décide de faire l'impasse sur la saison en salle 1996, préférant parfaire sa préparation olympique en disputant des meetings en Australie. Il réalise successivement 13 s 39 à Adelaide, 13 s 24 à Melbourne et 13 s 22 à Brisbane. Deuxième de la Coupe d'Europe des nations en juin derrière Florian Schwarthoff, il est dominé à plusieurs reprises par Allen Johnson lors des meetings estivaux. Sélectionné dans l'équipe britannique pour les Jeux olympiques d'été de 1996, Jackson remporte aisément ses deux premiers tours en respectivement 13 s 36 et 13 s 37 avant de prendre la deuxième place de sa demi-finale en 13 s 17, derrière Allen Johnson. Favori des pronostics en ce qui concerne les prétendants au podium, le Gallois ne prend que la 4e place de la finale en 13 s 19, devancé finalement par Allen Johnson, Mark Crear et Florian Schwarthoff. Essuyant son deuxième revers olympique consécutif, il conclut sa saison par quelques meetings européens, réalisant notamment 13 s 24 lors du Mémorial Van Damme de Bruxelles.

Colin Jackson renoue avec les podiums mondiaux en 1997 en décrochant à Paris-Bercy la médaille d'argent des Championnats du monde en salle en 7 s 48, devancé d'un centième de seconde par le Cubain Anier García. Battu pour la seconde année consécutive par Schwarthoff lors de la Coupe d'Europe des nations de Munich, il se présente aux Championnats du monde 1997 sans performance significative, hormis un 13 s 24 établi à Ingolstadt. À Athènes, Jackson passe aisément le cap des séries, réalisant 13 s 19 lors de chaque tour, avant de dominer Allen Johnson en demi-finale en 13 s 19. Le 7 août 1997, le Britannique s'incline en finale face à l'Américain, vainqueur en 12 s 93, mais établit néanmoins son meilleur temps de l'année en 13 s 05 et obtient la quatrième médaille de sa carrière lors de cette compétition. Il termine l'année troisième meilleur « performeur » mondial derrière Johnson et Crear.

Colin Jackson décide de faire l'impasse sur la saison en salle de 1998 afin de se concentrer sur son objectif de la saison, les Championnats d'Europe de Budapest. Il fait sa rentrée officielle vers la fin du mois du mai en remportant 7 meetings consécutifs, signant notamment 13 s 14 à Chemnitz, 13 s 12 à Helsinki et 13 s 15 à Athènes. Le 28 juin 1998, à Saint-Pétersbourg, il participe au succès de l'équipe masculine de Grande-Bretagne à la Coupe d'Europe des nations grâce à sa victoire sur 110 m haies, avant de réaliser quelques jours plus tard 13 s 07 (vent défavorable de 1,4 m/s) au meeting de Nuremberg. Favori des Championnats d'Europe de Budapest, il peine pourtant à rentrer dans la compétition en ne prenant que la 3e place de sa série qualificative en 13 s 31. Le 22 août 1998, Jackson remporte aisément sa demi-finale en 13 s 02, sa meilleure performance de l'année, avant de décrocher quelques heures plus tard son troisième titre européen consécutif avec un temps identique. L'Allemand Falk Balzer, 2e de la course, termine à 10 centièmes du Britannique. Il confirme son état de forme du moment en réalisant trois jours plus tard 13 s 09 lors du meeting de Lausanne. Nommé capitaine de l'équipe de Grande-Bretagne pour les Jeux du Commonwealth de Kuala Lumpur, le Gallois refuse finalement la sélection, préférant se rendre à Johannesbourg pour disputer la Coupe du monde des nations. Il y prend la 2e place en 13 s 11.

Le 5 mars 1999, le Britannique remporte pour la première fois le titre mondial du 60 m haies à l'occasion des Championnats du monde en salle de Maebashi, au Japon. Il devance de justesse l'Américain Reggie Torian et établit un nouveau record des championnats en 7 s 38, soit la deuxième meilleure performance de sa carrière sur la distance après les 7 s 30 de son record du monde. Peu après sa reprise des compétitions en plein air au début du mois de juin, il apprend la nouvelle du décès accidentel de Ross Baillie, jeune athlète écossais de 22 ans, membre du groupe d'entrainement de Malcolm Arnold, et considéré par Colin Jackson comme le plus grand espoir britannique sur 110 m haies. Auteur de performances notables au début de l'été 1999, signant notamment 13 s 14 à Stuttgart et 13 s 13 à Lausanne, Jackson remporte pour la neuvième fois de sa carrière les Championnats nationaux disputés à Birmingham. Les Championnats du monde de Séville constituent son objectif principal de la saison, six ans après son premier titre de Stuttgart. Après avoir franchi aisément ses trois premiers tours de qualification (13 s 19, 13 s 13 et 13 s 19), Le Gallois établit en finale, Le 25 août 1999, sa meilleure performance de l'année en 13 s 04, résistant au retour d'Anier García dans les derniers mètres après avoir remonté à la mi-course l'Américain Duane Ross, auteur du meilleur départ. Vainqueur en fin de saison de la Finale du Grand Prix IAAF à Munich, Jackson termine deuxième meilleur « performeur » mondial de l'année derrière Mark Crear.

Après avoir allégé son programme hivernal en salle, Jackson déclare vouloir axer sa saison 2000 sur la seule grande épreuve internationale manquant à son palmarès, à savoir les Jeux olympiques. Une nouvelle blessure au tendon de la cuisse vient malheureusement perturber sa préparation, repoussant au mois de juillet son retour sur les pistes d'athlétisme. Après avoir signé 13 s 20 à Chemnitz, il remporte à Birmingham son dixième titre national sur 110 m haies, avant de réaliser 13 s 10 lors du meeting de Leverkusen. Sélectionné dans l'équipe britannique pour disputer ses quatrièmes Jeux olympiques consécutifs, Jackson remporte aisément ses deux premières courses avant de prendre la troisième place de sa demi-finale en 13 s 34, soit le même temps qu'Allen Johnson. Septième temps des finalistes, et héritant du couloir n°1, il réussit à prendre le meilleur départ avant de venir heurter violemment la deuxième haie, condamnant tous ses espoirs de médaille d'or. La victoire revient finalement au Cubain Anier García devant les américains Terrence Trammell et Mark Crear, Allen Johson terminant 4e devant le Britannique qui dispute à 33 ans ses dernier Jeux. Il met un terme à sa saison après cette finale.

Il est désormais commentateur sportif.

Mesurant 1,75 kg et ne dépassant pas les 75 kg en compétition, Colin Jackson souffre de la comparaison avec les gabarits surpuissant de certains spécialistes de la discipline, à l'image des 88 kg de Roger Kingdom ou des 85 kg de Greg Foster. Malgré son physique filiforme non conventionnel pour un hurdler, le Britannique compense son manque de puissance au départ grâce à une technique parfaitement maitrisée de sa mise en action et du franchissement des haies. Réputé comme l'un des meilleurs finisseurs de l'athlétisme, Jackson a remporté de nombreuses courses grâce à son « cassé », technique consistant à se jeter sur la ligne d'arrivée grâce à un mouvement d'épaules. Ayant le bassin sur la même ligne que ses adversaires, son haut du corps est avancé, le buste parallèle à la ligne d'arrivée. En 1993, lors de son record du monde, Jackson et Tony Jarrett, deuxième de la course, « cassent » en dessous de la cellule photoélectrique située sur la ligne d'arrivée, ne permettant pas temporairement aux chronométreurs d'afficher leurs temps.

En plus de 19 ans de carrière au plus haut niveau, Colin Jackson a décroché 25 médailles lors de grandes compétitions internationales, remportant trois Championnats du monde, dont un junior, un Championnats du monde en salle, 4 Championnats d'Europe, 3 Championnats d'Europe en salle et deux titres aux Jeux du Commonwealth. Sélectionné 71 fois en équipe nationale de Grande-Bretagne, il s'est également illustré lors des compétitions par équipe en s'imposant notamment à 5 reprises lors de la Coupe d'Europe des nations.

Colin Jackson a établi deux record du monde durant sa carrière, réalisant tout d'abord 12 s 91 sur 110 m haies le 20 août 1993 en finale des Championnats du monde de Stuttgart. Longtemps approché par Allen Johnson, ce record ne sera égalé que près de 11 ans plus tard par le Chinois Liu Xiang, le 27 août 2004 à Athènes, avant que ce dernier n'établisse une nouvelle meilleure marque mondiale en 12 s 88, le 11 juillet 2006. Les 12 s 91 de Colin Jackson constituent encore aujourd'hui le record d'Europe de la discipline. Le Britannique a également amélioré le record du monde du 60 m haies en salle, le 6 mars 1994 lors du meeting de Sindelfingen, en réalisant le temps de 7 s 30, performance toujours inégalée à ce jour.

Le Britannique a amélioré 7 fois le record des Championnats d'Europe, 8 fois celui des Jeux du Commonwealth et 9 fois le record national de Grande-Bretagne. Il a franchi à cinq reprises la barrière des 13 secondes au 110 m haies, dont trois fois en 1993, année de son record du monde et deux fois en 1994.

En dix-huit années de carrière au plus haut niveau, Colin Jackson a toujours figuré parmi les 10 meilleurs athlètes sur 110 m haies aux bilans mondiaux établis chaque année par l'IAAF, ne quittant pas le top 3 durant 7 ans, et obtenant le titre de « meilleur performeur mondial de l'année » en 1992, 1993 et 1994.

En haut



Athlétisme aux Jeux olympiques de 2008 - 110 m haies hommes

Dayron Robles s'envole vers la victoire devant Ladji Doucouré (ligne 8), David Oliver (7) et David Payne (5).

La course du 110 m haies des hommes aux Jeux de 2008 a eu lieu le 18, le 19, 20 et 21 août dans le Stade national de Pékin.

Les limites de qualifications étaient de 13"55 (limite A) et 13"72 (limite B).

Il y a eu deux demi-finales. Les quatre premiers de chaque course ont été qualifiés (Q) pour la finale.

Les trois premiers (Q) de chaque quart de finale et les quatre meilleurs temps (q) se sont qualifiés pour les demi-finales.

Les quatre premiers (Q) de chacune des six séries ainsi que les huit meilleurs temps (q) se sont qualifiés pour les quarts de finale.

Ce 110 m haies est privé dès ces séries de plusieurs favoris, le champion olympique et du monde en titre Liu Xiang a déclaré forfait après un faux-départ, le vice-champion du monde et olympique Terrence Trammell, blessé et le champion d'Europe Stanislavs Olijars int été tous éliminés. Au final, avec tous ces abandons, seulement huit athlètes ont été éliminés du tour suivant.

En haut



Ladji Doucouré

Finale du 110 m haies des Championnats du monde d'athlétisme d'Helsinki en 2005

Ladji Doucouré, né le 28 mars 1983 à Juvisy-sur-Orge, est un athlète français spécialiste du 110 mètres haies ayant remporté deux titres de champion du monde.

De père malien et de mère sénégalaise, Ladji Doucouré est un enfant originaire de Viry-Châtillon, en Essonne. Très tôt passionné de football, il joue au club de Morsang sur Orge, et fait en parallèle de l'athlétisme afin de travailler sa condition physique. Une fracture du tibia sur un tacle appuyé fait toutefois pencher la balance vers l'athlétisme. Il devient licencié au club Vense (Viry Évry Nord Sud Essonne), et s'essaye au décathlon puis se spécialise sur le 110 m haies.

Il remporte de 1999 à 2000 plusieurs titres de Champion de France en catégorie cadet sur 100 mètres et dans les épreuves combinées, et détient plusieurs records de France cadet (60 m, 110 m haies, 200 m). En 2000, alors qu'il n'est encore que cadet, Ladji Doucouré se distingue lors des Championnats du monde junior de Santiago du Chili en remportant la médaille de bronze du 100 m haies et la médaille d'argent du relais 4 x 100 m avec Ronald Pognon, Fabrice Calligny et Leslie Djhone. La même année, il devient champion de France junior et détenteur du record national junior du 100 m haies. En 2001, Doucouré remporte le titre européen junior du 4 x 100 m et du Décathlon, devenant à l'occasion le nouveau recordman de France de la discipline avec 7 794 points. Il décide à partir de 2002 de se concentrer sur le 110 m haies. En 2003, il s'adjuge le titre de titre de Champion d'Europe espoir de la discipline et remporte la Coupe d'Europe des nations à Florence. En 2004, lors de ses premiers Jeux olympiques à Athènes, il devient au fur et à mesure des tours un des grands favoris de la finale, battant par deux fois le record de France, et ce d'autant plus que le favori américain Allen Johnson ne passe pas le 2e tour après avoir heurté une haie. Lors de la finale, Ladji heurte la dernière haie en tentant de revenir sur le chinois Liu Xiang alors qu'il était pratiquement assuré de la médaille d'argent et termine dernier de la finale.

Auteur de la meilleure performance de l'année 2005 (12 s 97), Ladji Doucouré remporte la finale du 110 mètres haies des Championnats du monde d'athlétisme d'Helsinki, le 12 août 2005, avec le temps de 13 s 07. Il devance sur le fil le champion olympique Liu Xiang et l'américain Allen Johnson. Il devient ainsi le premier champion du monde français de la discipline, et le deuxième athlète français titré en individuel, huit ans après le sacre de Stéphane Diagana. Le lendemain, il remporte un nouveau titre de champion du monde dans l'épreuve du relais 4 x 100 m, associé à ses coéquipiers de l'équipe de France Ronald Pognon, Eddy De Lépine et Lueyi Dovy. Pour la première fois dans l'histoire du relais masculin, la France est sacrée championne du monde dans cette discipline.

Il s'entraine à l'INSEP avec le groupe d'entraînement de Renaud Longuèvre.

Alors qu'il est le tenant du titre de champion du monde du 110 mètres haies, depuis les Championnats d'Helsinki, Doucouré échoue d'un centième dans la quête d'un deuxième titre mondial, aux portes de la finale, le 30 août 2007, à Osaka.

Aux Jeux olympiques d'été de 2008 à Pékin il se classe 4ème de la finale du 110 m haies dans le temps de 13s 24 .

Depuis octobre 2007, Ladji entretient une relation avec Rachel Legrain-Trapani, miss France 2007 . En 2008, il a notamment publié une autobiographie intitulée Ma onzième haie.

Il est fan de football et en particulier du Paris-Saint-Germain.

En haut



Source : Wikipedia