Le Monde

3.4118564742333 (1282)
Posté par talos 29/03/2009 @ 12:08

Tags : le monde, presse, industrie des médias, economie

Dernières actualités
Résultats tagués “Cap Monde 2” - L'Express
Voilà donc une visite très spéciale de Cap Monde, de retour du Fastnet, ambiance Blair Witch Project. Demain, retour au boulot et au blog, j'ai quelques notes de retard ;-) Je sais, je sais, je délaisse un peu ce blog en ce moment, mais je sors d'un...
Nouveau Monde - France Info
C'est celui qui collectionne les ordinateurs et les gadgets high-tech, qui change de téléphone mobile tous les mois, qui passe plus de temps sur Internet que dans la vie réelle et qui pense que seule la technologie peut sauver le monde....
Audiences des Prime: Petites audiences pour tout le monde - Le Blog de Jean-Marc Morandini
Pas de gros scores, hier soir pour les chaînes de télé. Personne n'a dépassé la barre des 4 millions de téléspectateurs, ce qui est assez rare, hors vacances d'été. Hier soir, TF1 arrive en tête avec le best of des Enfants de la télé et 3.855.000...
Nosfell régénère son petit monde intérieur - 20minutes.fr
Après Pomaïe Klokochazia balek et Kälin Bla Lemsnit Dünfel Labyanit, le chanteur français clôt un cycle des aventures à Klokochazia : un monde entièrement créé il ya de cela des années. Entre jazz, rock et grande musique, l'art de Nosfell s'affranchit...
Un projet unique au monde mené à l'hôpital Maritime - La Voix du Nord
Depuis le 4 mai, l'hôpital Maritime de Berck mène une expérience unique au monde. L'établissement participe au programme européen i-Bird. Objectif : comprendre les modes de transmission des bactéries les plus résistantes aux antibiotiques....
Bernard Tapie, actionnaire officiel du Club Med - Le Figaro
Il a déclaré au Monde avoir acheté 260 000 actions mardi et mercredi (deux séances de Bourse au cours desquelles s'est échangé un volume modéré de moins de 350 000 actions au total), puis de nouveau 70 000 titres hier. Bernard Tapie précise sa logique....
La Coupe du Monde s'éloigne pour le Maroc - Afrik.com
Un penalty raté, une transversale en fin de match, malgré une belle domination, le Maroc n'a pas pu faire plier les Eperviers togolais. Ces déficiences en attaque ont été rédhibitoires face à une équipe du Togo solide à défaut d'être spectaculaire en...
Frédérick Bousquet : « Pour moi, Sullivan a toujours le record du ... - RMC.fr
Selon plusieurs rumeurs, Frédérick Bousquet verrait son record du monde du 50m nage libre effectué en Jaked homologué (20''94). Mais le nageur français ne s'enflamme pas. Frédérick Bousquet : « Je n'ai pas vu le papier, je n'ai pas encore vu les...
Yildune Lévy interprête le « Chant du Monde » - Come4News
C'était déjà Le Monde qui avait donné – suivant l'une des règles les plus basiques du journalisme voulant qu'on prenne l'avis des deux parties – la parole à Julien Coupat, encore en détention. C'est encore Le Monde qui « récidive » en publiant une...
Auguin : « Le record du monde, on s'en fout » - RMC.fr
Le record du 50 m nage libre de Frédéric Bousquet, réalisé lors des derniers championnats de France, a été homologué contrairement au record du monde du 100 nage libre d'Alain Bernard. Denis Auguin, l'entraîneur d'Alain Bernard, expose son point de vue...

Le Monde

Le Monde dans ses locaux actuels du boulevard Auguste-Blanqui.

Le Monde est un journal quotidien français fondé par Hubert Beuve-Méry en 1944. C'est un journal « du soir » qui paraît l'après-midi et est daté du lendemain. Quotidien de référence, sa diffusion France payée moyenne du lundi au samedi a été de 320 583 exemplaires sur la période 2006-2007 et il est le quotidien français le plus diffusé à l'étranger avec une diffusion journalière hors France de 40 000 exemplaires (voir : la presse en France). Il s'agit d'une diffusion moins importante que Ouest France, L'Équipe ou 20 Minutes par exemple.

D'une façon générale, sa ligne éditoriale lorgne plutôt vers le centre-gauche.

Le premier numéro du Monde paraît le 18 décembre 1944, daté du 19 décembre sur une seule page. Le Monde succède au journal Le Temps dont il reprend le format et la présentation. Le Général de Gaulle, qui souhaitait doter la France d'un grand journal tourné vers l'étranger, est un élément moteur de sa création, réalisée par Hubert Beuve-Méry qui fonde une société à responsabilité limitée au capital de 200 000 francs répartis en 200 actions.

1951 voit la création de la Société des rédacteurs, puis 1968 celle des deux sociétés composées de celle des employés et de celle des cadres. Les salariés du journal tiennent une place centrale dans la gestion du quotidien. La ligne éditoriale, sans se revendiquer explicitement de gauche, va jusqu'à titrer "Phnom Penh libéré" lors de la prise de la ville par les Khmers rouges en avril 1975. Le quotidien connaît des difficultés financières dans les années 1980 et 1990. En 1994, il troque le statut de SARL pour celui de société anonyme à directoire et conseil de surveillance.

Le Monde s'installe et restera longtemps dans les locaux du Temps (dont il deviendra propriétaire en 1956) et sera de ce fait souvent nommé « le quotidien de la rue des Italiens ». Après la vente, par André Fontaine, de son siège pour raisons financières, Le Monde s'installe rue Falguière (15e), puis rue Claude-Bernard (5e) et enfin, en 2004, boulevard Auguste-Blanqui (13e).

Edwy Plenel, un des principaux responsables de la rédaction, donna sa démission le 29 novembre 2004. Le Monde a été présidé par Jean-Marie Colombani jusqu'au 22 mai 2007. La rédaction est dirigée par Éric Fottorino depuis 2006.

Le Monde a été également le partenaire de l'émission Le Grand Jury jusqu'en 2006, Il a été remplacée par Le Figaro en septembre 2006.

Après l'éviction de Jean-Marie Colombani du quotidien Le Monde le 22 mai 2007, la Société des rédacteurs du Monde (SRM), qui dispose d'un droit de veto sur la nomination du président du directoire, a rejeté la candidature de Jean-Marie Colombani, candidat à sa succession. Le conseils de surveillance des sociétés Le Monde et Partenaires Associés (LMPA), Le Monde SA et Société éditrice du Monde, ont nommé Pierre Jeantet président du directoire de chacune de ces sociétés le 2 juillet 2007.

Pierre Jeantet n'avait pu être nommé le 28 juin, car les représentants de la Société des Rédacteurs du Monde et de la Société civile des personnels du groupe des publications de la Vie catholique (SCPVC) avaient quitté la salle du conseil de surveillance de la société LMPA pour protester contre la réélection d'Alain Minc à la tête du conseil de surveillance. D'autres personnalités sont pressenties pour remplacer Alain Minc.

Le 19 décembre 2007, suite à des désaccords en matière financière entre la direction et la Société des rédacteurs du Monde, le président du directoire Pierre Jeantet, le vice-président Bruno Patino et le directeur du journal Éric Fottorino démissionnent en bloc. Le 4 janvier 2008, alors que Pierre Jeantet et Bruno Patino confirment leur démission, Éric Fottorino décide finalement de ne pas démissionner. Il devient président du directoire le 25 janvier 2008.

Le journal est le point de jonction de plusieurs grands courants d'idée : le christianisme social et le socialisme réformiste, sur le plan intérieur et une pointe d'antiaméricanisme sur le plan extérieur. Les informations sont traitées avec beaucoup de rigueur, dans le style de la presse anglo-saxonne qui sépare nettement l'information du commentaire, le nom des personnes en vie, citées par le journal, est toujours précédé du titre de Monsieur ou Madame. Il en résulte un style parfois pontifiant et donneur de leçons.

Jean-Jacques Servan-Schreiber , responsable de la page de politique extérieure, le quitte au début des années cinquante en lui reprochant son neutralisme dans les relations Est-Ouest. En 1955, les milieux d'affaires lui reprochent une position trop à gauche et lance un journal concurrent Le Temps de Paris, opération qui échouera. Sous la Vème République, il soutient la politique étrangère du Général de Gaulle, tout en critiquant sa politique intérieure. Le Général le lisait tous les jours. Dans les années 1970, il s'oriente clairement vers un soutien à l'Union de la Gauche, ce qui l'amène à dénoncer des scandales financiers qui éclatent sous la présidence de Giscard d'Estaing (affaire des diamants, etc). Bien évidemment, il soutient la candidature de Mitterrand à l'élection présidentielle de 1981, tout en montrant son scepticisme sur la politique économique de Pierre Mauroy. Quand les scandales de l'ère Mitterrand éclatent à leur tour ( carrefour du développement, écoutes téléphoniques contre des journalistes du Monde, etc.) une véritable animosité oppose le journal et Mitterrand, qui va jusqu'à en interdire à ses collaborateurs la lecture !

En 2003, une série d'ouvrages et de travaux ont critiqué la neutralité du journal. Dans la revue Actes de la Recherche en Sciences Sociales, le sociologue de l'école bourdieusienne Patrick Champagne analysait l'évolution du quotidien et l'influence de Jean-Marie Colombani dans l'article « Le médiateur entre deux mondes ». Ces critiques devinrent accusations dans l'essai La Face cachée du “Monde”, où Pierre Péan et Philippe Cohen affirment, entre autres choses, que l'équipe dirigeante, constituée alors de Jean-Marie Colombani, Edwy Plenel et Alain Minc, avait pris le parti de s'orienter vers une logique de rentabilité et de vente faisant fi, selon eux, des règles déontologiques. Le non-respect de la raison d'État fut également au cœur de la critique de La Face cachée du “Monde”. Enfin, les critiques pointaient également du doigt certains parti-pris éditoriaux.

Daniel Schneidermann, à l'époque employé du Monde, chroniqueur au supplément Radio-TV du quotidien et lui-même animateur d'une émission de télévision sur France 5, a critiqué dans son ouvrage Le Cauchemar médiatique la réaction de la direction du quotidien, en estimant que celui-ci ne répondait pas aux arguments du livre La Face cachée du “Monde”. Les dirigeants du Monde l'ont licencié en octobre 2003 pour « cause réelle et sérieuse » : selon eux, un passage du livre de Daniel Schneidermann était « attentatoire à l’entreprise pour laquelle il travaille ». Le journaliste a poursuivi le quotidien aux prud'hommes de Paris, qui lui a donné gain de cause en mai 2005. Le Monde a fait appel de cette décision.

La thèse de Pierre Péan et Philippe Cohen se basait essentiellement sur le fait que la ligne éditoriale originelle avait été altérée afin de répondre aux objectifs de pouvoir des rédacteurs et d'un petit groupe affilié, avec des collusions dans des cercles économiques. Pierre Péan et Philippe Cohen reprochaient par exemple le salaire mensuel du directeur de la rédaction du Monde (26 000 euros par mois) en dépit d'une perte estimée à 25 millions d'euros pour l'exercice 2003 au niveau du Groupe (périmètre de CA de 460 M d'€, année d'acquisition du groupe La Vie Catholique par Le Monde). Les avocats du Monde et ceux de Péan-Cohen ont préféré éviter le procès et ont accepté la médiation de Guy Canivet, le premier président de la Cour de cassation.

Par ailleurs, Acrimed, association de critique des médias, reproche au Monde de ne pas parler assez de certains livres malgré leur succès.

Certains figures de la vie politique française ou mondiale sont considérées comme des icônes par la rédaction, c'est à dire qu'elle ne mentionne leurs faits et gestes qu'avec respect et en réfutant par principe toute critique à leur encontre. Ainsi, Jaurès, Blum et Mendès-France, pour la France, Gandhi, Martin Luther King, Mendela, Mao-Tsé-Toung et Hô-Chi minh pour le monde bénéficièrent de ce traitement de faveur. Le cas d'Hô-Chi minh est particulièrement intéressant parce que son statut a rejailli sur l'ensemble du système politique du Nord-Vietnam, pendant 10 ans après sa mort. En effet, Le Monde ne formula aucune critique sur le régime communiste vietnamien pendant toutes ces années. Le journal publia un éditorial très favorable après les " élections ", pourtant de type soviétique, qui se tinrent pour unifier tout le Vietnam en avril 1976, alors que l'année suivante, sera celle des Boat-People ! Quand le Premier ministre Pham Van dong vint en France cette même année, le journal lui réserva un accueil très élogieux, alors que les " camps de rééducation " étaient installés partout. Aussi, quand en 1979, le gouvernement vietnamien envahit le Cambodge pour en chasser les génocidaires Khmers Rouges, Le Monde, un peu vexé, lui reprocha de pratiquer " la même politique que les empereurs d'Annam ! ". Cette analyse, enfin lucide, venait un peu tardivement.

La diffusion payée en France des principaux quotidiens nationaux. Sources : Diffusion Contrôle, 2004, site Office de Justification de la Diffusion 2006/2007.

Pour comparer avec la diffusion payée des autres quotidiens nationaux français : voir Presse en France.

L'audience du quotidien s'élève à 1 895 000 lecteurs (EPIQ 2006/2007-LNM) dont 56 % appartient à un foyer CSP+.

Le Monde ne communique pas son chiffre d'affaires mais la Société des Lecteurs du Monde, cotée sur le marché libre d'Euronext Paris annonçait un chiffre d'affaires de 462 millions d'euros en 2002, en 2007, il est de 628,65 millions d'euros. Le Monde a accusé en 2006 une perte nette de 14,3 millions d'euros, à comparer avec une perte nette de 27,9 millions d'euros en 2005 et de 54,2 millions en 2004.

Le Monde présente la particularité d'être daté du lendemain de son jour de parution. Son édition du jour est ainsi disponible dès midi à Paris, le soir même dans les grandes villes de France et partout ailleurs le lendemain, y compris à l'international. Par exemple, l'édition sortant des rotatives le vendredi 1er sera datée samedi 2.

Toujours appelé « quotidien du soir », Le Monde est aujourd'hui devenu en réalité un quotidien du midi. Le « bouclage » de la rédaction se fait le matin à 10 h 30, ce qui permet d'intégrer des informations tombées dans la nuit ou au petit matin, contrairement à la plupart de ses confrères qui bouclent dans la nuit.

Depuis le 7 novembre 2005, Le Monde publie une nouvelle formule, proposant un profond changement d'architecture. Le quotidien s'articule désormais en trois parties, et fait une large place à l'image (photo, dessin, infographies).

Depuis 1985, la une du Monde est illustrée par un dessin de presse le plus souvent signé de Plantu et depuis la nouvelle formule, d'une photo d'actualité.

Le Monde est présent sur Internet avec son propre nom de domaine (lemonde.fr) depuis le 19 décembre 1995, date anniversaire de la création du journal papier. Il était auparavant présent sur les réseaux électronique grâce à un accord avec Compuserve et Edelweb, une société française spécialisée sur la sécurité online, qui hébergeait les premières pages HTML du quotidien sur internet. Le site LeMonde.fr, est, depuis 1999, édité par la société Le Monde interactif, filiale du Monde et de Lagardère, et il possède sa propre rédaction, ses propres locaux, distincts de ceux du journal ; il reprend les articles du journal Le Monde, mais également d'autres sources (agences de presse, etc.). L'édition électronique a été créé par Michel Colonna d'Istria, rejoint par Jean-Jacques Larrochelle, Olivier Puech puis Olivier Dumons et Nicolas Bourcier, au sein du journal, avant que les activités multimédia ne soient cédées au Monde interactif lors de la création de la filiale également éditrice du supplément papier Le Monde interactif qui n'est plus aujourd'hui diffusé. La filiale Le Monde interactif a d’abord été présidée par Alain Giraudo puis par Bruno Patino à la suite de l'échec du lancement du portail Tout.lemonde.fr en 2000.

La quasi totalité du contenu textuel du journal est accessible gratuitement tous les jours, en début d'après-midi. Les articles de moins de trois jours sont également librement accessibles, mais sans la documentation iconographique et infographique du journal.

Pour l'accès aux archives, l'abonné au journal a un droit limité et gratuit de consultation, sinon la lecture des archives est payante. On peut, depuis avril 2002, s'abonner à la partie payante du site et bénéficier des dépêches d'agence (AFP, AP, Reuters), d'une base de données de résultats électoraux mise à jour depuis 1969, accéder à des contenus multimédia (près d'un million d'articles du Monde en ligne, soit l'intégralité du quotidien depuis 1987).

Par ailleurs, depuis septembre 2006, LeMonde.fr a lancé un nouveau service : le « Journal électronique ». Il est ainsi possible de lire Le Monde en ligne, en bénéficiant des fonctionnalités propres au numérique : feuilletage, zoom numérique, recherche, etc.

En juillet 2008, le portail d'accueil du site a été entièrement refondu dans sa présentation.

Le quotidien fait aussi paraître plus de 30 numéros spéciaux par an.

Le groupe Le Monde est actionnaire à 51 % du mensuel Le Monde diplomatique, mais la ligne éditoriale de ce dernier est indépendante, comme celle de tous les titres du groupe La Vie-Le Monde. Le Monde diplomatique édite aussi le bimestriel « Manière de voir » et, une fois par an, fait le point sur la situation internationale avec l'Atlas du Monde diplomatique.

Le 19 décembre 2007, trois membres de la direction du journal Le Monde annoncent leur démission. Le Monde, qui traverse une crise financière depuis quelques années, est d’autant plus bouleversé par cette annonce. Pierre Jeantet, président du groupe, Bruno Patino, vice-président et Eric Fottorino, directeur du journal, jugent que l’attitude de la Société des Rédacteurs du Monde les met dans « l’incapacité » d’exercer leurs responsabilités. La Société des Rédacteurs du Monde aurait transmis aux journalistes du quotidien une note dans laquelle elle critique l’organisation et la stratégie menée par la filiale Internet du groupe Le Monde Interactif, lui reprochant de ne pas reverser ses bénéfices à la Société Editrice du Monde alors que ces bénéfices augmentent chaque année. La SRM aurait donc refusé de voter le budget 2008 du Monde.fr. La direction a donc lancé une menace de démission collective estimant que l’intervention de la SRM dans la gestion du groupe était illégitime. Finalement, Eric Fottorino se rétracte tandis que ses collègues confirment leur démission. D'après un journaliste, l'objectif de la démission collective serait en réalité de saborder la Société des Rédacteurs, détentrice d'un droit de veto sur la nomination du président du groupe.

En janvier 2008, Le Monde a été condamné par un tribunal de Barcelone, à 300 000 euros de dommages-intérêts pour avoir publié un article jugé diffamatoire évoquant les pratiques du dopage au FC Barcelone.

Classée par ordre chronologique.

En haut



Le Monde libertaire

Le Monde Libertaire est l'organe mensuel puis hebdomadaire de la Fédération anarchiste. Il a cinquante ans d'existence et près de 110 ans d'âge. Pendant certaines périodes, le journal peut aller jusqu'à 100 000 exemplaires .

Le Monde libertaire se réclame, parmi d'autres comme Le Libertaire, du Libertaire créé en 1895 par Sébastien Faure, et dont l'ancêtre remonte à 1858.

Joseph Déjacque crée Le Libertaire en 1858 aux États-Unis alors qu'il est écrivain et journaliste réfugié aux États-Unis après le coup d'État du 2 décembre 1851 de Louis-Napoléon Bonaparte. Il paraît jusqu'en 1861.

Le 16 novembre 1895, Sébastien Faure et Louise Michel reprennent la parution en France jusqu'en 1899 où l'hebdomadaire est remplacé par un quotidien : Le Journal du peuple. Celui-ci, qui se consacrera surtout à l'affaire Dreyfus et au procès de Rennes, paraîtra jusqu'en décembre (299 numéros). À partir d'août de la même année, Le Libertaire « illustré » paraît hebdomadairement comme supplément au quotidien. Il continuera sa vie à l'arrêt de ce dernier jusqu'en août 1914 où ses positions antimilitaristes l'obligent à cesser sa parution, après 960 numéros.

Après une tentative réfractaire en 1917 , la parution reprend en 1919 et sans interruption jusqu'en 1939, la parution doit s'arrêter avec la guerre. Elle sera, de décembre 1923 à mars 1925, une nouvelle fois quotidienne pour 479 numéros.

Le 21 décembre 1944, Le Libertaire reparaît d'abord suivant une parution irrégulière puis bimensuelle due aux restrictions de papier. Il reprend sa forme hebdomadaire à partir d'avril 1946. C'est l'âge d'or du Libertaire, où collaborent alors entre autres Georges Brassens - qui sera même un des permanents du journal -, Léo Ferré, André Breton, Armand Robin et Albert Camus.

La FCL et son organe Le Libertaire, qui soutiennent alors les indépendantistes algériens, sont criblé de dettes dues aux procès intentés par l'État français. Lors du conseil national du 17 juillet 1956, la FCL se résout à "suspendre" la parution du Libertaire... qui ne reparaîtra jamais.

Suite à la crise organisationnelle de 1954, une Fédération anarchiste a été reconstituée et a créé Le Monde libertaire . La crise a été dure et Le Monde libertaire restera mensuel jusqu'en 1977, année où il redevient hebdomadaire.

En 2003 le journal prend une nouvelle forme et parait maintenant en quadrichromie dans un format magazine.

En Octobre 2004, Le Monde libertaire souffle sa cinquantième bougie. Pour fêter l'événement est publié un recueil d'articles (plus de 400 pages) sous le titre Et pourtant ils existent ! 1954-2004 : Le Monde libertaire a 50 ans, éditions Le cherche midi.

En haut



Le Monde des ténèbres

Jeu-role.jpg

Le Monde des ténèbres (World of Darkness) est une série de jeux de rôles basés sur le même univers et permettant chacun d'interpréter un type de personnage différent. La série est éditée par White Wolf Publishing. Depuis la sortie du Monde des ténèbres 2 (une nouvelle série de jeux trés proche dans les thèmes mais cependant distincte), l'éditeur a arrété de sortir de nouveaux jeux pour cet univers.

Le Monde des ténèbres est très similaire au nôtre. En fait, vu de loin, il pourrait être parfaitement identique, à quelques détails « gênants » près. Dans le Monde des ténèbres, l'air est un peu plus pollué, les villes un peu plus inhumaines… Et surtout, il y existe plusieurs types de créatures surnaturelles telles que vampires, loups-garous, mages, changelins, kuei-jins, exterminateurs ou Ombres même s'ils se cachent plus ou moins.

Les vampires sont les descendants de Caïn. Une partie d'entre eux se cache depuis le Moyen Âge, tentant d'assouvir leur soif de sang tout en passant inaperçus aux yeux des humains.

Redoutables changeurs de forme, ils sont les gardiens d'une nature qui perd sans cesse du terrain face à la civilisation.

Humains normaux devenus conscients de la nature malléable de la réalité, les mages peuvent potentiellement tout faire. Mais plus une modification de la réalité est flagrante, plus le contrecoup est terrible.

Les changelins sont des êtres féériques qui habitent un corps humain mortel, pour se protéger de la Banalité, force de négation de l'imaginaire si typiquement humaine. Ils sont en permanence à mi-chemin entre le rêve et la réalité.

Les kuei-jins sont des revenants asiatiques, condamnés à rester sur Terre pour redresser leur karma. Ils ne se nourrissent pas de sang, mais d'énergie vitale, sous diverses formes...

Ce sont des âmes en peine. Comme les fantômes de légendes, chacun est habité par des traumatismes qui lui sont propres. Ils vivent dans un monde parallèle et sinistre.

Les momies sont une variété particulière d'Ombres. Issues de la culture égyptienne et recrutées par les serviteurs dOsiris et d'Horus, elles subissent un rituel qui leur permet de revenir sur Terre pour protéger l'équilibre du monde (la Balance de Maât). Ce sont souvent de puissants magiciens.

Descendants des Hérauts, les exterminateurs sont des humains conscients du surnaturel combattant les créatures possédées par le mal.

Privilégiant le dialogue aux jets de dés, ces jeux utilisent un système simple et peu intrusif. La création des personnages fait intervenir un système d'avantages et de défauts.

Les dernières parutions permettent de jouer la fin du monde de différentes façons, ceci afin de clore l'univers. White Wolf Publishing lançant une nouvelle gamme (surnommée Monde des ténèbres 2).

En haut



Le Monde informatique

Le Monde informatique est un magazine hebdomadaire français d'informatique professionnel créé en 1980 par le groupe IDG (basé à Boston), sans aucun lien avec le journal Le Monde. 44 numéros sont publiés par an.

Il correspond en France à d'autres titres édités par IDG ailleurs dans le monde comme ComputerWorld, ComputerWoche…

Son dessinateur caricaturiste était François Cointe. Les autres blogs des journalistes de l'hebdomadaire sont accessibles depuis la page d'accueil du site.

L'hebdomadaire aura publié son dernier numéro en octobre 2007, décision prise peu avant le rachat d'actifs du groupe IDG par la régie publicitaire AdThink Media. L'édition en ligne du même nom continue elle à exister.

En haut



Source : Wikipedia